Vous êtes sur la page 1sur 2

Parce que le développement complet de la vue ne s’achève qu’à six ans, il est important pour un

enfant de voir un ophtalmologue dès son plus jeune âge. Photo : Optikid.
 LECTURE ZEN

U ne banquette pleine de coussins bariolés, une petite voiture

rouge et jaune à pédales, une lumière tamisée et des jouets en veux-


tu en voilà. Voici à quoi ressemble – en partie - le magasin de
Frédérique Leveau, opticienne installée depuis 18 ans à Annecy-le-
Vieux. Un décor comme on en trouve rarement dans les boutiques
dédiées aux lunettes et pour cause : chez Albigny Optic, on est
spécialisé dans la vue… des enfants. « Et même des nourrissons,
précise la responsable, puisque nous commençons quasiment dès la
naissance ! »

« Un rendez-vous fondamental »


En effet, selon le triptyque ophtalmologiste-orthoptiste-opticien (« les
trois O », résume la professionnelle), c’est à partir de 8 mois que
chaque enfant doit effectuer son premier contrôle des yeux. Et, si
besoin, être appareillé. « Un rendez-vous fondamental, où on fait par
exemple le jeu du pirate (masquer un œil puis l’autre) pour vérifier,
déjà, que les deux yeux de l’enfant voient », raconte Doriane
Thersiquel, une des deux opticiennes de la boutique titulaire de
formations spécifiques. S’ensuivent deux autres examens – à deux et
trois ans - qui encadrent le développement de la vue, laquelle n’est
pas mature avant les six ans de l’enfant.

Une méthodologie, un savoir-faire, une expérience


Pour accompagner petits et grands (« car les parents qui ne portent
pas de lunettes sont souvent perdus lorsqu’ils doivent en faire porter
à leurs enfants. Ils pensent qu’ils ont fait quelque chose de mal »,
constate Frédérique Leveau), tout est prévu chez Albigny Optic, un
endroit labellisé « Optikid « depuis 2018.

« Ici, en plus de l’environnement, on a une méthodologie, une


expérience et un savoir-faire bien spécifiques », annonce Doriane
Thersiquel. « On s’attarde par exemple sur la posture, sur la motricité
de la vue et bien sûr sur les lunettes. » Qui ont fait d’incroyables
progrès en termes d’élasticité ces dernières années. « Avec par
exemple des montures en silicone-acétate ou des charnières en nylon
qui sont presque incassables », signale l’Ancilevienne. «  «Presque«
car quand un enfant a décidé de casser quelque chose, il trouve
toujours un moyen ! »

Mais peu importe finalement. Car ici, si les lunettes cassent, on les
répare. Ou on les change. Et si les enfants (ou leurs parents) en
ressentent le besoin, on peut carrément privatiser la boutique. « On a
un suivi individualisé pour chaque enfant qui vient nous voir. Et on en
a qui viennent depuis plus de dix ans ! », se félicite Frédérique
Leveau.

Albigny Optic, 19 rue Centrale à Annecy-le-Vieux. 04 50 23 64 17


ou contact@albignyoptic.com

Lexique
Chez l’enfant, on dénombre cinq défauts (ou affections visuelles)
courants :

– l’hypermétropie (l’œil voit bien de loin mais flou de près),

– la myopie (l’œil voit très bien de près mais moins bien de loin),

– l’astigmatie (une vision floue et déformée de près comme de loin),

– le strabisme (un défaut de parallélisme dans l’alignement des


yeux),

– l’amblyopie (une différence d’acuité visuelle entre les deux yeux).