Vous êtes sur la page 1sur 66

REPUBLIQUE DU CAMEROUN

REPUBLIC OF CAMEROON
Paix-Travail-Patrie
Peace-Work-Fatherland
----------
UNIVERSITÉ DE NGAOUNDÉRÉ
THE UNIVERSITY OF NGAOUNDERE
----------
ÉCOLE DE GÉOLOGIE ET D’EXPLOITATION MINIÈRE
SCHOOL OF GEOLOGY AND MINING ENGINEERING
----------
Département de Génie de Pétrole et Gaz
Department of Petroleum and Gas Engineering

Mémoire de fin de formation


Sur le thème :

Développement d’un Forage Dirigé : cas du puits R-17


dans le Bassin Nord-allemand
Présenté en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur de Génie de Pétrole et Gaz
Spécialité : Forage et Production
3ième Promotion
Par :
LISSOM SERGE BIENVENU
Matricule : 15A019EM
Sous l’encadrement de :
Dr.Ing MAMBOU NGUEYEP Luc Leroy, Chargé de Cours (EGEM) Encadrant
académique

Année académique: 2019-2020


DEDICACES
À

Ma mère NGUE EVELINE HENRIETTE


Ma grand-mère NGO MASSOCK EVELINE

i
REMERCIEMENT
Tout d’abord, nous rendons grâce à Dieu le Tout Puissant miséricordieux.
- Je tiens à remercier le Pr. ABDOUL WAHABOU, Directeur de l’école de Géologie et
d’Exploitation Minière (EGEM) pour son encadrement durant la dernière année de ma
formation.
- J’exprime ma gratitude au Pr NGOUNOUNO Ismaïla, Directeur de l’Ecole de Géologie et
d’Exploitation Minière (EGEM) durant la période de 2011 à 2019, pour le soutien qu’il m’a
apporté et les précieux conseils durant ma formation.
- Ma profonde gratitude va à l’endroit du Chef de Département de Génie du Pétrole et Gaz Dr.
Ing. MAMBOU NGUEYEP Luc Leroy, pour son précieux temps consacré pour avoir accepté
de diriger ce travail, de la disponibilité accordée malgré ses préoccupations en tant que
Responsable du Département, veuillez recevoir mon profond respect.
- Ma profonde gratitude va à l’endroit des enseignants de l’EGEM pour m'avoir encouragé,
témoigné leur confiance et prodigués les plus précieux conseils durant ma formation je cite : Pr.
MOUANGUE, M.SAMBA KOUKOUARE, M.DJOTSA, M.SOULEYMANOU BABA
NANA, M.SELEMA Sire.
- J’adresse également mes remerciements à tout le personnel administratif et technique de
l’EGEM.
- Je remercie le jury de mon mémoire pour leur expertise qui va améliorer ce travail.
- Je tiens à remercier ma famille pour leur soutien et leur amour durant ma formation notamment:
- Monsieur NGUE Paul Henri maire de la Commune de BIYOUHA.
- Monsieur MBOM Daniel
- Madame BISSOU Epouse NGUE Christine.
- Madame BELL Epouse NGOS marie.
- Madame HOT Priscilla
- M.BILONG François Xavier,
- Mes frères et sœurs : NGUE Henri, LISSOM Charles, BELL Emmanuel, NGUE Jeannette,
NGUE Micheline, NIMANG Diana, GUIMBOUS Henri, TONYE Emmanuel, YEMBEL
André, MBOCK Michel, MBOCK Marie, MOUNE NGOS, NGUE Deborah.
- J’adresse également mes sincères remerciements à toute la filière "Petroleum Gas
engineering (PGE)" de leur dynamisme, leur sérieux dans le travail, leur assistance dans les
bons moments comme dans les moins bons : DJOUMESSI Ornella, MBOUYA WATIO,

ii
KAMGANG Harold, MAMADOU BACHIROU Pascal, AZOMBOU Carl, IBRAHIM
chérif.
- J’adresse aussi mes sincères remerciements à mes voisins de cité pour tous les moments
passés ensemble notamment à : ESSOME Raphael, MEBOUNOU Samuel, NDEME Steeve,
MILEND Jean, NANGA Jordan, DOUBLA Aicha, HASSAN Ousmanou, DANG Lionel, le
Président Joe Claude, BELOKO Aurel.
- Je ne saurais oublier de remercier les promotions 2014 et 2015 de l’Ecole de Géologie et
d’Exploitation Minière (EGEM) pour leur apport dans la compréhension de certaines unités
d’enseignements, je cite NANA Patrick, KAMAL Rahim, GNETEDEM jack-Brice,
EKOBENA James, ADOUM SALI, WHOMALL IKOLLO jules.
- Un remerciement chaleureux à EPOUHE martine, FADIMATOU boubakary, BELLA
Jessica pour avoir relu mon mémoire.
- Tout en remerciant chaleureusement maman AMBASSADE, MBITI Victorine pour tous
ces petits plats
A toutes les personnes que j’aurais omis de citer ici, acceptez mes sincères remerciements, et
que le Seigneur tout puissant puisse vous le rendre au centuple.

iii
TABLE DES MATIERES
DEDICACES........................................................................................................................................i
REMERCIEMENT..............................................................................................................................ii
LISTE DES FIGURES........................................................................................................................vi
LISTE DES TABLEAUX.................................................................................................................viii
LISTE DES ABRÉVIATIONS...........................................................................................................ix
RESUME.............................................................................................................................................xi
Abstract..............................................................................................................................................xii
INTRODUCTION GENERALE..........................................................................................................1
CHAPITRE I : GENERALITES..........................................................................................................3
I.1 Définition du forage directionnel...........................................................................................3

I.2 Les objectifs du forage directionnel.......................................................................................3

I.3 Les applications du forage directionnel.................................................................................3

I.3.1 Puits d’interception (Relief Well)..................................................................................4

I.3.2 Forage latéral (Side-track)..............................................................................................4

I.3.3 Puits multilatéral.............................................................................................................4

I.4 Différents profils de forage directionnel................................................................................5

I.4.1 Puits en J........................................................................................................................5

I.4.2 Puits en S........................................................................................................................6

I.5 Programme de tubage.................................................................................................................7

I.5.1 Fonctions du tubage............................................................................................................7

I.5.2 Types de tubage..................................................................................................................7

I.6 Fluide de forage.....................................................................................................................8

I.6.1 Types de fluide de forage.....................................................................................................9

I.7 Propriétés mécaniques des roches............................................................................................10

I.7.1 Contraintes in situ.............................................................................................................10


iv
I.7.2 Importance et Estimation des propriétés mécaniques.......................................................12

I.8 Notion d’instabilité des parois d’un puits pétrolier...................................................................12

I.8.1 Causes de l’instabilité des parois.......................................................................................13

I.8.2 Problèmes liés à l’instabilité des parois.............................................................................13

Chapitre II : MATERIEL ET METHODES.......................................................................................16


II.1 Justifications des données........................................................................................................16

II. 2 Matériel..................................................................................................................................16

II.3 Méthodes.................................................................................................................................16

II.3.1 Présentation des logiciels.................................................................................................16

II.3.2 étude de la stabilité des parois du puits...........................................................................17

II.3.3 PROGRAMME TUBAGE..............................................................................................18

II.3.4 Calcul des paramètres de la boue de forage......................................................................22

Chapitre III : RESULTATS ET INTERPRETATIONS....................................................................23


III.1 présentation de la lithologie...................................................................................................23

III.2 Etude de la stabilité aux parois du puits.................................................................................23

III.2.1 Cas des argiles.................................................................................................................23

III.2.2 Cas des grès....................................................................................................................24

III.2.3 Cas des schistes...............................................................................................................25

III.2.4 Cas du calcaire.................................................................................................................26

III.3 Programme de boue pour chaque phase..................................................................................28

III.4 Profondeur de pose du tubage................................................................................................32

III.5 Sélection du tubage des diamètres..........................................................................................34

III.6 Sélection du grade du tubage..................................................................................................36

III.6.1 Charge d’éclatement........................................................................................................36

III.6.2 Charge d’écrasement.......................................................................................................40

III.6.3 Configuration du puits.....................................................................................................44

III.7 Quelques problèmes d’instabilité............................................................................................46

CONCLUSION GENERALE............................................................................................................48

v
Références Bibliographiques............................................................................................................xiii

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Forage directionnel.............................................................................................................3
Figure 2 : Puits d’interception (Relief Well) ......................................................................................4
Figure 3 : Forage latéral .....................................................................................................................4
Figure 4 : Puits multilatéral.................................................................................................................5
Figure 5 : Puits en J............................................................................................................................6
Figure 6 : Profil en S...........................................................................................................................6
Figure 7 : Différentes colonnes de tubage ..........................................................................................8
Figure 8 : principales contraintes......................................................................................................10
Figure 9 : Orientation des contraintes principales – cas d’une faille normale..................................11
Figure 10 : Orientation de contraintes principales : cas d’une faille inverse ...................................11
Figure 11 : Orientation de contraintes principales – cas d’un décrochement ..................................12
Figure 12 : Problèmes liés à l'instabilité...........................................................................................13
Figure 13 : Coincement par pression différentielle ..........................................................................14
Figure 14 : Coincement mécanique...................................................................................................14
Figure 15 : Fracture induite...............................................................................................................15
Figure 16 : Influence de la densité sur la stabilité du puits...............................................................15
Figure 17 : Logiciel SYSDRILL.......................................................................................................17
Figure 18 : Logiciel StrinGnosis ......................................................................................................17
Figure 19 : Procédure de programme de cuvelage ...........................................................................19
Figure 20: Top-down design.............................................................................................................19
Figure 21: Chart de selection du tubage et du trepan .......................................................................20
Figure 22 : lithologie du puits R-17..................................................................................................23
Figure 23 : Cercle de Mohr pour l’argile..........................................................................................24
Figure 24 : Cercle de Mohr pour le grès............................................................................................25
Figure 25 : cercle de Mohr pour le schiste........................................................................................26
Figure 26 : cercle de Mohr pour le calcaire.......................................................................................27
Figure 27: Fenêtre de boue................................................................................................................29
Figure 28: Profondeur de pose du tubage..........................................................................................33
Figure 29 : diagramme de sélection de diamètre du tubage et de l’outil..........................................36

vi
Figure 30: Charge d’éclatement de tubage de surface.......................................................................37
Figure 31: Charge d’éclatement du tubage intermédiaire.................................................................38
Figure 32: Charge d’éclatement du tubage de production................................................................39
Figure 33: Charge d’éclatement du liner...........................................................................................40
Figure 34: Charge d’écrasement du tubage de surface......................................................................41
Figure 35 : Charge d’écrasement du tubage intermédiaire................................................................42
Figure 36 : Charge d’écrasement du tubage de production...............................................................43
Figure 37: Charge d’écrasement du liner..........................................................................................44
Figure 38 : profil du puits..................................................................................................................46

vii
LISTE DES TABLEAU

Tableau 1 : Tableau des contraintes en fonction de la lithologie......................................................27


Tableau 2. Paramètres de boue..........................................................................................................29
Tableau 3 : Caractéristiques de la boue dans la phase de 26’’..........................................................29
Tableau 4 : Caractéristiques de la boue dans la phase de 17,5’’.......................................................30
Tableau 5 : Caractéristiques de la boue dans la phase de 12,25’’.....................................................31
Tableau 6 : Caractéristiques de la boue dans la phase de 7’’7/8.......................................................31
Tableau 7: Tableau de profondeur de pose du casing.......................................................................34
Tableau 8:Tableau récapitulatif des différents diamètres de l’outil et des tubages..........................35
Tableau 9 : Récapitulatif des différents grades, charges d’écrasement et charges d’éclatement......45

viii
LISTE DES ABRÉVIATIONS
API : Institut Américaine de Pétrole
ASL : Contrainte actuelle (psi)
BUR: Vitesse d’inclinaison
Cum BW: Poids de boue cumulatif (lbs)
DF: Densité du fluide
Df: Facteur de conception
ECD: Densité de boue en circulation
EMW: Densité de boue équivalente (lbm/gal)
Fal : Charge de tension
Fdc : Charge de trainée
Fds: Charge de friction
FG: Gradient de fracture (ppg)
Gg: Gradient de gas (psi/ft)
H: Intervalle de profondeur (ft)
ID: Diametre interne (inch)
LGS : Pourcentage en élément solide
Kb =e^ (-µ*(α-β))
Mud Drop: Hauteur de boue perdue (ft)
MWnext: Poids de boue de la section suivante (ppg)
OD: Diamètre externe (inch)
OBM: Boue à base d’huile
P: Pression hydrostatique (psi)
Pesurf: Pression externe en surface (psi)
Ph : Potentiel hydrogène
Pp: Pression des pores (psi)
Psi: Poids par pouce au carré
Psi/ft: Poids par pouce au carré par pieds

ix
Ppg: Poids par gallon
Pi shoe: Pression interne au sabot (psi)
R : Rayon de courbure (ft)
SBM: Boue à base d’huile de synthèse
SL: Charge de frottement (lbs)
TVDnext: Profondeur vertivale de la section suivante (ft)
TL : Charge de tension (lbs)
ρ: Facteur de cimentation au sabot
W: Poids (ppf)
WBM: Boue à base d’eau
µ : Coefficient de friction
α : Angle de courbure

x
RESUME
Ce travail porte sur le développement d’un forage dévié cas du puits R-17 dans le bassin
nord allemand afin d’accroitre la production. Pour atteindre cet objectif, tout d’abord la stabilité
des parois a été déterminée grâce à Matlab et la fenêtre de boue nécessaire pour le forage. Puis
grâce au logiciel sysdrill, les différentes profondeurs de pose ainsi que les différents diamètres de
tubage ont été trouvés. Enfin après avoir calculé les différentes pressions et charges, le logiciel
StrinGnosis nous a permis de sélectionner les différents grades pour chaque tubage. Les résultats
nous montrent que, pour une profondeur de 2000ft le tubage de surface aura un diamètre 20’’, de
poids 133ppf et un grade K55. A la profondeur 5000ft on utilisera un tubage de diamètre 13’’3/8,
avec un poids de 68ppf, et un grade K55. A la profondeur 9529ft le tubage de production aura un
diamètre de 9’’ 5/8, un poids de 53,5ppf et un grade L80. A la profondeur de 9604ft le liner aura un
diamètre de 5’’1/2, un poids de 26ppf et un grade L80.

Mots-clés : forage, tubage, fenêtre de boue.

xi
Abstract
This work focuses on the development of a deviated borehole in the North Germany Basin
Case of the R-17 well in order to increase production. To achieve this goal, the wellbore stability
and the mud window required for drilling is determined using Matlab code. Then, thanks to the
sysdrill software, the different casing installation depths were found as well as the different casing
diameters. Finally, after calculating the different pressures and loads, the StrinGnosis software
allowed us to select the different grades for each casing. From the results we observed that, for a
depth of 2000ft a surface casing of 20'' diameter, a nominal weight of 133ppf and grade K55 will
be most suitable. At the depth of 5000ft a 13’’3/8 diameter casing, with a weight of 68ppf, and a
K55 grade will be used. At the depth 9529ft the production casing will have a diameter of 9’’5/8, a
weight of 53.5ppf and a grade L80. At a depth of 9604ft the liner will have a diameter of 5''1/2, a
weight of 26ppf and a grade L80.
Keywords: drilling, casing, mud window.

xii
xiii
INTRODUCTION GENERALE
Un forage est un ensemble de techniques qui permet de creuser un puits dans le sous-sol
jusqu’à des profondeurs pouvant à 5 kilomètres [1]. Il nécessite un site de surface ou plateforme
permettant d’installer l’appareil de forage, et ses équipements. Ceux-ci permettent de creuser
profondément dans le sous-sol, de traverser plusieurs couches géologiques pour atteindre la zone
pétrolière ciblée [2]. La boue de forage est un élément indispensable dans le forage. A chaque étape
du forage, on descend un tube en acier qui permet de consolider le trou foré vis-à-vis des terrains
traversés. On cimente ensuite l’espace entre le tube et la roche afin d’assurer l’étanchéité du puits
[2].
Contexte et justification
Face à la demande en énergie toujours croissante, l’industrie pétrolière se tourne vers
l’exploitation de nouveaux champs. En effet, les progrès réalisés dans le domaine des forages
dirigés, des complétions ou encore, des techniques de récupération assistée des hydrocarbures
(enhanced oil recovery, EOR) conduisent à une exploitation plus optimisée des champs, améliorant
les taux de récupération [3]. C’est dans cette optique que le puits R-17 a été soumis à une
appréciation afin de proposer un forage dévié pour augmenter la récupération de pétrole dans le
champ Y.
Problématique
La planification d’un puits pétrolier, s’avère être un exercice difficile. En effet, elle requiert
l’intégration de diverses disciplines comme la géologie, le forage, la mécanique des roches. Le
forage directionnel est un exercice beaucoup plus complexe que le forage conventionnel tel que le
forage vertical. Le problème qui se pose est la planification efficace d’un programme de tubage du
puits R-17.
Objectif
L’objectif principal de ce travail sera donc de proposer un programme de tubage à partir
des données de puits mises à notre disposition.
Objectifs spécifiques :
- déterminer la lithologie ;
- déterminer la stabilité des parois ;
- proposer et discuter un programme de densité de boue de forage en fonction de la
profondeur ;
- déterminer la profondeur de pose du tubage ;
- déterminer les différents diamètres et grades des tubages ;
- présenter le profil du puits ;

1
- présenter quelques problèmes liés à l’instabilité.

Plan de mémoire
Dans la suite il sera question de faire une revue de la littérature sur les forages dirigés et
les paramètres qui entrent en jeu dans un programme de tubage, ensuite le matériel et
méthodes utilisés pour l’ensemble du travail et enfin les résultats et interprétation  suivi d’une
conclusion générale

2
CHAPITRE I : GENERALITES
Introduction
Ce chapitre présentera le forage dirigé, les types de forages dirigés et leurs applications.
Puis les types de tubage, les paramètres mécaniques qui entrent en jeu dans la conception d’un
forage et enfin des fluides de forage et de leur effet sur les parois du puits.
I.1 Définition du forage directionnel
Encore appelé forage dirigé, dévié ou oblique. Le forage directionnel est un ensemble de
techniques qui permet de dévier la trajectoire d'un puits par rapport à la verticale, afin d'atteindre la
cible prévue située à une distance donnée [4].
Longtemps considéré comme une technique de forage inconventionnelle, le forage
directionnel fait désormais partie intégrante des techniques conventionnelles de forage car il est
devenu très courant sinon systématique en développement de gisement. La figure 1 illustre un
forage dirigé.

Figure 1 : Forage directionnel [4].


I.2 Les objectifs du forage directionnel
Les objectifs recherchés lors d’un forage dévié sont en général une combinaison de
plusieurs facteurs à savoir :
- obtenir une longueur optimale de la liaison couche-trou ;
- augmenter l’efficacité et la productivité du puits ;
- limiter le nombre de puits à forer sur un champ ;

3
I.3 Les applications du forage directionnel
Les applications du forage dirigé sont multiples et elles sont de plus en plus nombreuses
parmi les principales, on peut citer :
I.3.1 Puits d’interception (Relief Well)
Ce sont des puits destinés à approcher ou même intercepter la trajectoire d’un autre puits en
éruption incontrôlable [5].la figure 2 ci-contre représente un puits d’interception.

Figure 2 : Puits d’interception (Relief Well) [5].


I.3.2 Forage latéral (Side-track)
Le forage d’un puits latéral consiste à abandonner un puits en cours de forage pour le
reprendre à une profondeur inférieure, soit pour des raisons techniques, ou géologiques. Le puits
latéral est représenté par la figure 3.

Puits latéral

Figure 3 : Forage latéral [6].


I.3.3 Puits multilatéral
Les puits multilatéraux sont un développement du forage horizontal. Ils consistent à forer
une ou plusieurs branches à partir d’un drain primaire qui peut être vertical, dévié ou lui-même
horizontal, représenté par la figure 4 suivante [7].

4
Figure 4 : Puits multilatéral [7].
I.4 Différents profils de forage directionnel
Le profil d’un puits est l’intervalle entre le point situé au niveau de la surface et la ou les
cibles. Autrefois limités à des profils simples essentiellement bidimensionnels, les techniques
actuelles de forage dirigé permettent la réalisation de profils tridimensionnels complexes [8].
I.4.1 Puits en J
C’est la forme la plus simple et la plus commune des puits déviés. Ils débutent par une
phase verticale, suivie d’une montée et se terminant par une phase rectiligne.
I.4.1.1 Caractéristiques
- kick-off point (KOP) peu profond ;
- section de remontée (peut avoir plusieurs Build up rate) ;
- section rectiligne.
I.4.1.2 Applications
- puits profonds avec de grands déplacements ;
- puits de profondeurs modérées avec des sections horizontales modérées.
La figure 5 ci-après représente un puits en J.

5
Section verticale

Courbure

Section tangente

Figure 5 : Puits en J [8].


I.4.2 Puits en S
D’une forme légèrement plus élaborée, ces puits commencent comme un puits en J, mais se
terminent par une chute en inclinaison, quelquefois jusqu’à la verticale.
I.4.2.1 Applications
- puits à plusieurs couches productrices ;
- réduit l’angle d’atterrissage dans le réservoir ;
- puits profonds avec de petits déplacements.
I.4.2.2 Caractéristiques
- kick-off point (KOP) peu profond ;
- section Build-up et section rectiligne ;
- section Drop-off. Le profil en S est représenté par la figure 6.

Section verticale

Courbure

Section tangente

Fin de la
courbure

Figure 6 : Profil en S [9].


6
I.5 Programme de tubage
Le tubage est une partie essentielle dans le forage et la complétion d’un puits pétrolier. Il est
conçu pour deux fonctions différentes. La première étant de permettre de forer en toute sécurité et
résister à toutes les forces aux conditions imposées lors du forage sans subir les dégâts significatifs.
La seconde étant d’agir tout au long de la vie du puits afin d’atteindre les objectifs sans intervention
[10].
I.5.1 Fonctions du tubage
Les fonctions principales du tubage sont :
- maintenir le puits ouvert et supporter les formations traversées lors du forage ;
- isoler les milieux poreux avec différents régimes de pression pouvant contaminer les zones
d’intérêt ;
- empêcher la contamination des eaux de surface ;
- fournir un passage aux hydrocarbures pour qu’ils remontent en surface ;
- contenir le BOP qui contrôle les puits lors du forage. [10]
I.5.2 Types de tubage
Dans les pratiques récentes, il est plus facile de forer un puits ayant une seule dimension de
la surface jusqu’à la cible [11]. Toutefois, on note la présence des zones à haute pression à des
profondeurs différentes aux parois du puits et la présence des formations faibles ou non consolidées
nécessitant donc la pose des cuvelages différents.
I.5.2.1 Tubage conducteur
Il est introduit dans le sol à l’aide d’une pile conducteur ou cimenté dans le puits. La
profondeur du sabot du tubage conducteur doit être importante pour résister aux fractures lorsqu’on
fore la formation qui est en dessous. Ce dernier permet de [11] :
- acheminer le fluide de forage vers la surface lors du forage de la zone superficielle en
gardant toutefois un système de circulation fermé ;
- protéger les formations non consolidées de surface de l’érosion par la boue de forage ;
- supporter le poids de la tête de puits et le BOP.
I.5.2.2 Tubage de surface
C’est le premier tubage à être installé, il doit être assez profond pour que les formations au
sabot supportent les venues issues des formations situées en dessous. On le considère comme
conducteur si les formations en dessous ne sont pas susceptibles de contenir les hydrocarbures ou
cuvelage intermédiaire dans le cas échéant. Il est installé pour prévenir l’effondrement des
formations non consolidées à faibles profondeurs et doit être installé dans les formations dures [12].
Son rôle est de :

7
- installer le BOP pour forer les formations plus profondes ;
- protéger les eaux douces de surface de la contamination par les fluides de forage ;
- isoler les formations non consolidées ;
- supporter le poids de tout le train de cuvelage [12].
I.5.2.3 Tubage intermédiaire
Dépendant de la profondeur du puits, et des problèmes anticipés lors des forages, tels que les
formations à pression anormale, formations poreuses. Il est donc nécessaire d’installer un tubage
intermédiaire pour sceller ces zones troubles [13]. Il permet de :
- augmenter l’intégrité de la pression afin qu’il puisse être approfondi;
- protéger tous les travaux directionnels réalisés.
I.5.2.4 Tubage de production
Encore appelé colonne à huile, il abrite le liner à travers lequel les hydrocarbures arrivent
en surface. Son rôle est de [13] :
- isoler la zone d’intérêt ;
- fournir un contrôle du fluide de réservoir ;
- fournir un arbre de travail de diamètre connu à la zone d’intérêt ;
La figure 7 ci-dessous représente le schéma conventionnel d’une colonne de tubage

Figure 7 : Différentes colonnes de tubage [13].


I.6 Fluide de forage
La boue de forage a une importance capitale pour la réalisation d’un forage. Le succès
technique et économique d’une opération de forage pétrolier dépend pour une large part de la
qualité du fluide de forage utilisé [14]. Elle doit assurer les fonctions suivantes :
- maintien des parois de trou ;

8
- protection des venues de fluide de formation ;
- nettoyage de trou, remontée des déblais ;
- maintien des déblais en suspension après arrêt de la circulation ;
- lubrification et refroidissement de l’outil ;
- diminution des frottements de la garniture avec les parois de trou.
I.6.1 Types de fluide de forage
Il existe schématiquement quatre types de fluides de forage:
- les fluides à base d’eau (water-based mud, WBM) : ils sont composés essentiellement d’eau,
de bentonite, de soude et de polymères biodégradables [15]. La viscosité de la boue est
essentiellement contrôlée par la proportion de bentonite. Les WBM sont plus couramment
utilisées à terre, particulièrement en face des aquifères sensibles ;
- les fluides à base d’huile (oil-based mud, OBM) : il s’agit d’huile minérale. Ces fluides ont
un excellent pouvoir de lubrification et préservent les parois du trou [16] ;
- les fluides à base d’huile de synthèse organique (synthetic based mud, SBM) : ils
comportent les mêmes avantages que les boues à l’huile, tout en étant moins nocifs pour
l’environnement ;
- les fluides à base d’émulsion : il s'agit d'un groupe de boues de forage qui a des phases à
base d'émulsion composé de deux phases. La phase externe se compose d’eau salée tandis
que la phase interne est constituée d'huile  [17].
I.6.1.1 Facteurs à considérer lors du choix d'un fluide de forage
Le choix d'un type de fluide de forage commence généralement par  la sélection en fonction
de la nature de la formation, des implications financières ainsi que les impacts environnementaux
[18]. Lors du choix d'un fluide de forage, l'accent est mis sur les facteurs suivants :
- Conception de puits ;
- Pression de formation ;
- Mécanique des roches ;
- Chimie de la formation ;
- Questions et réglementations environnementales ;
- Coût.
I.6.1.2 Propriétés des fluides de forage
Un fluide de forage doit être composé d'environ cinq propriétés de base à savoir : rhéologie,
perte de fluide, composition chimique, contenu solide et densité [19].
- Rhéologie: c'est une propriété du fluide qui parle de viscosité. Un haut fluide visqueux peut
transporter librement les déblais de forage vers la surface ;
9
- Densité: elle nécessite une pression hydrostatique suffisante pour éviter que le forage
s'effondre. Les Boues de forage avec une densité élevée que celle des déblais font un
nettoyage du puits de forage plus facile et rapide ;
- Perte de circulation de fluide: Un bon fluide de forage doit être capable d'avoir un effet de
faible perméabilité afin de pouvoir sceller les pores entre les formations et puits de forage ;
- Contenu solide: Les fluides de forage à forte teneur en solides augmentent généralement la
viscosité ;
- Propriétés chimiques: il s'agit d'une caractéristique majeure des fluides de forage qui affecte
performances et la stabilité du puits de forage.
I.7 Propriétés mécaniques des roches
Pour une prévention contre les problèmes de tenue des parois pendant la réalisation du
forage, il est nécessaire d’avoir des estimations des contraintes in situ ainsi que et leurs orientations
[20]. Il faut également estimer les propriétés mécaniques telles que le module de Young, le
coefficient de Poisson. Les 03 principales contraintes sont [20] :
- La contrainte principale maximale σ1 ;
- La contrainte principale intermédiaires σ2 ;
- La contrainte principale minimale σ3. L’ensemble des contraintes est représenté par la
figure8.

Figure 8 : principales contraintes [20].


I.7.1 Contraintes in situ
La connaissance des contraintes in situ en termes d’intensité et d’orientation permet de
prédire l’allure de la redistribution des contraintes après le forage. Elle permet également de
planifier à priori le meilleur profil pour le puits à réaliser [21]. Les trois contraintes principales
présentes dans la roche sont :
10
- σh : contrainte principale horizontale dans la direction h
- σH : contrainte principale horizontale dans la direction H
- σv : Contrainte principale verticale.
Nous avons dans la nature trois cas qui peuvent se présenter

- 1er cas : présence de systèmes de failles normales représenté par la figure 9.

Figure 9 : Orientation des contraintes principales – cas d’une faille normale [22].
Dans ce cas nous aurons σv>σh>σH. Si on avait à forer un puits horizontal avec ces conditions, il
faut savoir que l’orientation de σh qui est dans ce cas la contrainte horizontale majeure, est la moins
stable.
- 2e cas : présence de systèmes de failles inverses donné par la figure 10.

Figure 10 : Orientation de contraintes principales : cas d’une faille inverse [22].

11
Dans ce cas les contraintes seront ordonnées de la manière suivante : σ H >σ h>σ V . Dans cette
situation le forage dévié pourrait être plus stable que le forage vertical. Ceci dépendra des
différences de contraintes (σ H -σ V ) et (σ H -σ h).
- Si (σ H -σ V ) > (σ H -σ h) le forage vertical est a priori plus stable ;
- Si (σ H -σ V ) < (σ H -σ h) Le forage dévié est a priori plus stable.
L’orientation qui est la plus stable est dans le sens deσ H .

- 3e cas : Présence de décrochements (Strike-slip faults) figure 11

Figure 11 : Orientation de contraintes principales – cas d’un décrochement [22].


Dans le cas de présence de décrochements à priori le forage dévié sera plus stable que le forage
vertical. Le sens le plus stable devrait être le sens de σ H qui est la contrainte majeure.
I.7.2 Importance et Estimation des propriétés mécaniques
Les propriétés mécaniques des roches sont des paramètres clés dans l’étude des
déformations de l’écorce terrestre et la technologie de production d’énergie géosciences. L’étude
des propriétés mécaniques des roches au laboratoire permet de dériver les paramètres nécessaires
pour la paramétrisation du modèle géomécanique du réservoir [23].
La détermination des caractéristiques mécaniques d'une roche peut se faire soit au
laboratoire de mécanique des roches soit par mesures in situ. Cependant il existe une dernière
méthode qui nécessite un certain nombre d'enregistrements directs tels que : la densité de la roche,
les diagraphies soniques, et l'apport d'argile Vsh.
I.8 Notion d’instabilité des parois d’un puits pétrolier
Maintenir un trou stable lors de la réalisation d'un puits est un enjeu majeur du forage. Le
forage d’un puits dans une formation a comme effet de changer l’état de contraintes initial et de
générer une redistribution de celles-ci au voisinage du puits. L’analyse de la stabilité des parois

12
permet de prévenir les ruptures du type fragile et les déformations plastiques excessives de la roche
du fait des contraintes mécaniques [24].
I.8.1 Causes de l’instabilité des parois
La connaissance des formations est donc une des mesures préventives des problèmes de
forages. Les mécanismes principaux qui peuvent engendrer des problèmes d’instabilités des
formations sont devisés en deux catégories [25]:
- Paramètres incontrôlables tels que : l’état des contraintes, la pression des pores et des
propriétés physiques des roches ;
- Paramètres contrôlables tels que : la pression de fluide de forage, sa composition et
l’orientation du puits. La figure 12 représente quelques problèmes liés à l’instabilité.

Perte de boue

Cavage et dépôt des


déblais

Effondrement du
puits

Risque de
coincement

Figure 12 : Problèmes liés à l'instabilité [25].

I.8.2 Problèmes liés à l’instabilité des parois


Les problèmes majeurs liés à l’instabilité des parois sont : les coincements et les pertes de
circulation.
- Le coincement : Il existe essentiellement deux mécanismes de coincement :
- Coincement par pression différentielle : L’effondrement est causé par la différence de
pression entre la pression de formation et la pression hydrostatique de la colonne de boue figure 13
[26]. Cette différence de pression s'exerce en particulier sur les masse-tiges.

13
CIRCULATION DE BOUE

Zone imperméable

Filtrat
Zone
poreuse

Figure 13 : Coincement par pression différentielle [26].

- Coincement Mécanique : Le coincement mécanique peut être causé par l’un ou la


combinaison des processus suivants figure 14 : le mauvais nettoyage de puits, instabilité des argiles
les formations non consolidées et les formations fracturées [27]

Tige de
rotation
Déblais Circulation

Figure 14 : Coincement mécanique [27]

- Les pertes de circulation


- Pertes Naturelles : Les pertes naturelles se produisent dans les roches contenant une porosité
et une perméabilité ou avec des fractures naturelles [28]. Trois types de formations peuvent
être reconnus :
- Sables grossiers et lits de gravier ;
- Formations caverneuses.

14
- Fractures induites: les fractures peuvent être induites par la pression exercée par l’ECD de
forage. L’augmentation du volume des déblais dans l’espace annulaire peut augmenter
l’ECD au-delà de la pression de fracture de la formation. La figure 15 représente les
fractures induites lors du forage.

Perte de boue

Figure 15 : Fracture induite [29]


Effet de la densité de la boue : la densité de la boue ou la densité équivalente en circulation
(ECD), affecte directement les contraintes tangentielles et radiales (figure16). Une
augmentation de la densité diminue la contrainte tangentielle et augmente la contrainte

radiale.
Figure 16 : Influence de la densité sur la stabilité du puits. [30]
Conclusion

15
Parvenu au terme de cette section où il était de faire une revue de la littérature sur la
conception du programme de tubage d’un forage dirigé, il en ressort que le forage est un exercice
qui prend en compte plusieurs disciplines. Ainsi quelles méthodes utiliserons-nous pour atteindre
notre objectif ?
Chapitre II : MATERIEL ET METHODES
Introduction
Le présent chapitre porte sur le matériel utilisé et la méthodologie de travail adoptée pour
arriver à nos résultats. Il s’organise comme suit : la section II.2 présente le matériel utilisé sur le
terrain. La section II.3 illustre les méthodes d’analyses.
II.1 Justifications des données
Les données utilisées ont été fournies par monsieur DJOTSA Nguimeya Ngninjio Victorien.
Ce sont les données du puits R-17 obtenues du champ Y, dans le bassin nord-allemand. Compte
tenu du fait que le puits R-17 soit un puits en exploitation ces données resteront confidentielles.
II. 2 Matériel
Dans le but de réaliser ce travail, le matériel utilisé est le suivant :
- un ordinateur portable de marque HP core i5  500G de DD et 8G de RAM;
- le Logiciel SYSDRILL 2009 ;
- le logiciel STRINGNOSIS 2012 ;
- L’outil de capture d’écran Windows ;
- MS Word, MS EXCEL, MS POWERPOINT du bouquet commercial Microsoft Office 
2013 ;
- un bloc-notes  120 pages;
- un stylo à bille ;
- MATLAB.
II.3 Méthodes
II.3.1 Présentation des logiciels
- Sysdrill : c’est un logiciel d’ingénierie de forage avancée destiné à la fois au bureau et au
chantier de forage. Il offre une analyse rapide, complète et intégrée d’un large éventail de
disciplines d'ingénierie. Grâce à une intégration étroite avec d'autres applications géoscientifiques
(Paradigme), il peut être utilisé pour la conception et la surveillance interactives de puits dans des
environnements d'interprétation 3D. la figure 17 représente l’icône du logiciel sysdrill. Les
principaux domaines fonctionnels comprennent :
- planification de puits et gestion des sondages ;

16
- définition de chaînes ;
- analyse du couple et de la traînée ;
- analyse de ciment ;
- conception du boîtier et analyse de la charge

Figure 17 : Logiciel SYSDRILL [31].


- StrinGnosis : c’est un programme d'analyse des tubages et des tubes qui reflète la logique et
le flux d'informations de la conception réelle du puits, rationalisant l'ensemble du processus de
conception (figure 18). L'interprétation des résultats analytiques fournit une connaissance complète
de chaque tubage, chemise ou colonne de tube et du puits dans son ensemble [32].

Figure 18 : Logiciel StrinGnosis [32].


II.3.2 étude de la stabilité des parois du puits
Afin de déterminer la stabilité aux abords du puits on a utilisé MATLAB. Le programme
ayant permis de tracer les cercles de Mohr pour chaque formation est le suivant :
17
Close all;
Clear all;
Clc;
s3= input ('Minor principal stress sigma3 = ');
s1=input ('Major principal stress sigma 1 =');
x=linspace(s3,s1,10000);
r=(s1-s3)/2;
h=(s1+s3)/2;
y=sqrt(r^2-(x-h).^2);
plot (x,y)
% axis([0,s1+r,0,1.25*r])
xlabel('Normal stress \sigma_N (Units)')
ylabel ('Shear stress \tau (Units)')

II.3.3 PROGRAMME TUBAGE


L'élaboration du plan de puits et de la conception du tubage comprend les opérations
suivantes :

Détermination de la
Etude de la
fenêtre de boue et ses
stabilité
caractéristiques

Détermination de la
Rappel
profondeur de pose des
lithologique
tubages

Determination de la Détermination de
Collecte des
taille de l’outil et des la taille du tubage
données
tubages par le Model par la Chart

Calcul des charges


18
Sélection des différents
grades et poids

Figure 19 : Procédure de programme de cuvelage [33].


II.3.3.1 Détermination de la profondeur de pose du tubage
Dans les opérations de forage, les profondeurs de pose sont déterminées principalement par
le poids de la boue et le gradient de fracture. Le poids équivalent de boue (EMW) est la pression
divisée par la profondeur verticale réelle.
Principe de la méthode Top-down
À partir de la profondeur du tubage de surface, tracez une ligne verticale à partir de la ligne
pointillée du gradient de fracture, point A, jusqu'à la ligne pointillée de pression interstitielle, point
B. Tracer une ligne horizontale du point B à l'intersection avec la ligne de gradient de fracture en
pointillé au point C ; puis tracez une ligne verticale jusqu'au point D à l'intersection de la courbe de
pression interstitielle. Ce processus est répété jusqu'à ce que le trou inférieur soit atteint figure 20.

Gradient de pression

Figure 20: Top-down design [33].


II.3.3.2 Selection du tubage: (Casing and Bit size selection Chart)
Principe

19
Ce diagramme est utilisé pour sélectionner la taille de l’outil et celle du tubage requis pour
forer plusieurs programmes de forage. Pour utiliser ce diagramme, on sélectionne le tubage ou la
taille du liner qui va être utilisée et on entre cette taille dans le diagramme. Suivre les lignes solides
pour sélectionner les applications de la combinaison trou-casing liées par les lignes de tiret qui sont
clairement dégagés et requièrent des techniques spéciales. Le tubage le plus profond est choisi en
premier, le programme de tubage est construit en revers (vers la surface de profondeur maximale).

Programme de
tubage

Figure 21: Chart de selection du tubage et du trepan [34].


II.3.3.3 Calculs des charges : Sélection des grades du tubage
L'étape initiale de la conception du tubage consiste à déterminer la charge de conception, qui
affectera le calcul des charges d'éclatement, d'effondrement et de tension. Après cela, on calcule la
pression interne et la pression externe à chaque éclatement et effondrement pour chaque section.
- charge d’éclatement : la charge d'éclatement calculée en suivant les équations suivantes
[35]:
- Pression interne au sabot Pishoe ;
Pishoe =0,052∗( FG+ 1)∗TVD (1)
Avec TVD : profondeur totale verticale ;

20
FG : gradient de fracture.
- Pression interne en surface
Pisurface=P ishoe∗(¿∗TVD) (2)
Avec Gg : gradient de gaz
- Pression externe au sabot
Peshoe =0,052∗PP∗TVD (3)
Avec PP : pression des pores
- la pression externe en surface Pesurf est de 0 psi
- pression en surface P
P=( Pisurface−P esurf )∗DF (4)
Où DF est le facteur de conception
- pression au sabot PS
PS =(Pishoe −P eshoe)∗DF (5)
- charge d’écrasement : cette charge est obtenue par les équations suivantes [36] :
- la pression externe au sabot Peshoe  ;
Peshoe =0,052∗ρ slurry∗TVD (6)
ρ: Facteur de cimentation au sabot
- Pression interne au sabot Pishoe ;
Pishoe =0,052∗MW next∗Mud drop (7)
Où Mud Drop: Hauteur de boue perdue ;
MWnext: Poids de boue de la section suivante.
- Calcul du MUD drop ;
( MWnext−PP next)
Mud Drop= (8)
MW next
- Pression au sabot Ps ;
PS =(Pishoe −P eshoe)∗DF   (9)
- Charge de traction : la sélection à la traction est vérifiée en considérant le cumul poids
flottant, force de flexion, charge de choc et traînée de friction. Une accumulation une vitesse
de 2º / 100 psi est prise en compte lors du calcul de la charge de traction due à la flexion. La
charge de tension est calculée par les formules suivantes [37] :
- Calcul du buoyant weight ;
Cum BW =W ∗D∗BF  (10)

21
mud density
BF=1− (11)
steel density
- Calcul de la charge de choc ;
SL=3200∗W (12)
- Calcul de la force de flexion Ben F ;
Ben F=63∗OD∗W ∗BUR (13)
- Calcul des charges friction pour la partie plane Fds ;
Fds=W∗D∗( cosα−µsinα )  (14)
- Calculer la charge de friction pour la partie courbe ;
W ∗R
Fdc=Kb∗Fα + ∗[(1−2 µ)∗( Kb∗sin α −sinβ)+2 µ∗( Kb∗cosα−cosβ )] (15)
1+µ
- Charge de friction de la partie verticale
Fdv=Fα∗W ∗D (16)

II.3.4 Calcul des paramètres de la boue de forage


Le poids de la boue est obtenu par la formule [38] :
P= ρ∗g∗h (17)
Où P est la pression hydrostatique (psi) ;
ρ est la densité du fluide df :
P
df = (18)
h
Quand le fluide des pores est normalement pressurisé, la pression des pores est assimilée à la
pression hydrostatique et est obtenue par :
P P=0,052∗MW∗TVD (19)
Ainsi donc le poids de la boue MW est :
P
MW = (20)
TVD∗0.052
Le gradient de la pression des pores  Pg =0,465 psi/ft
(21)
La pressions des pores est donc donnée par :
P P=Pg∗Z (22)
La pression de fracture Pf est donnée par :
Pf =Fg∗Z (23)
Conclusion

22
Dans cette section il a été présenté le matériel et méthodes utilisés pour obtenir les
différents résultats. Les logiciels SYDRILL, StrinGnosis sont principalement utilisés et un
ensemble de calculs mathématiques qui ont permis de trouver les différents paramètres du fluide de
forage .il faut noter que chaque logiciel utilise un ensemble de formules bien déterminées par
l’entreprise qui en est l’auteur. Grace à un ensemble de simulations les résultats obtenus seront
présentés par la suite.

Chapitre III : RESULTATS ET INTERPRETATIONS


Introduction
Dans cette partie il est question de présenter les différents résultats et interpretation
III.1 présentation de la lithologie
La connaissance de la lithologie est un facteur clé pour la conception du programme de
tubage d’un puits. Ainsi en se basant sur la lithologie des puits déjà forés dans le champ, la figure
22 représente la succession des différentes formations tout au long du profil.

23
Figure 22 : lithologie du puits R-17
III.2 Etude de la stabilité aux parois du puits
III.2.1 Cas des argiles
La connaissance des contraintes in situ en termes d’intensité permet de prédire l’allure de la
redistribution des contraintes après le forage. Elle permet également de planifier à priori le meilleur
profil pour le puits à réaliser. La figure 23 reprensente le cercle de Mohr pour l’etude de la stablité
du tubage dans la formation d’argile

24
(Psi)

(Psi)

Figure 23 : Cercle de Mohr pour l’argile


La tangente à ce cercle touche l’axe des ordonnées en un point C4= 71psi. La cohésion Co
interne de l’argile est de 3 psi. La contrainte verticale des argiles σv=31,5psi, et la contrainte
horizontale maximale σH=22,5 psi. Pour que le tubage soit stable dans cette formation, les
contraintres appliquées pendant le forage doivent etre comprises entre [Co, C4]; au dela de cet
interval, il y aura effondrement.
III.2.2 Cas des grès
Pour une prévention contre les problèmes de tenue des parois pendant la réalisation du
forage, il est nécessaire d’avoir des estimations des contraintes in situ. La figure 24 reprensente le
cercle de Mohr pour l’etude de la stablité sur les parois du puits dans la formation de grès.

25
C2
Contrainte de cisaillement (psi)

Contrainte (psi)

Figure 24 : Cercle de Mohr pour le grès

La tangente à ce cercle touche l’axe des ordonnées en un point C2= 52psi. La cohésion Co interne
du grès est de 5 psi. La contrainte verticale des grès σv=25psi, et la contrainte horizontale
maximale σH=22,5 psi/ft. Pour que le tubage soit stable dans cette formation, les contraintres
appliquées pendant le forage doivent etre comprises entre [Co, C2]; au dela de cet interval, il y aura
effondrement lorsqu’on va forer les formations qui sont en dessous.

III.2.3 Cas des schistes


La figure 25 reprensente le cercle de Mohr pour l’etude de la stablité sur les parois du puits
dans la formation de schiste.

26
Contrainte de cisaillement (psi)

Contrainte (psi)

Figure 25 : cercle de Mohr pour le schiste


La tangente touche l’axe des ordonnées en un point C3= 63psi. La cohésion Co interne du schiste
est de 6 psi. La contrainte verticale des schistes σv=20psi, et la contrainte horizontale maximale
σH=22,5 psi. Pour que le tubage soit stable dans cette formation, les contraintres appliquées
pendant le forage doivent etre comprises entre [Co, C3]; au dela de cet interval, il y aura
effondrement.
III.2.4 Cas du calcaire
Pour une prévention contre les problèmes de tenue des parois pendant la réalisation du
forage, il est nécessaire d’avoir des estimations des contraintes in situ. La figure 26 illustre le cercle
de Mohr pour l’etude de la stablité sur les parois du puits dans la formation de calcaire.

27
C1
Contrainte de cisaillement (psi)

Contrainte (psi)

Figure 26 : cercle de Mohr pour le calcaire


La tangente à ce cercle touche l’axe des ordonnées en un point C1= 4 psi. La cohésion Co interne
du calcaire est de 5,3 psi. La contrainte verticale des calcaires σv=40psi, et la contrainte
horizontale maximale σH=22,5 psi. Pour que le tubage soit stable dans cette formation, les
contraintres appliquées pendant le forage doivent etre comprises entre [C1, Co]; au dela de cet
intervalle, il y aura effondrement. Le tableau 1 ci-dessous représente un récapitulatif de l’ensemble
des contraintes en fonction des différentes lithologies.
Tableau 1 : Tableau des contraintes en fonction de la lithologie

Lithologie Argile Gres Schiste Calcaire

Contrainte
31,5 25 20 40
verticale σ V
Contrainte
horizontale 22,5 22,5 22 ,5 22,5
maximale σ H

Cohésion
3 5 6 5,3
interne Co

Cohésion
71 52 63 4
recherchée C1

28
III.3 Programme de boue pour chaque phase
Compte tenu des distributions de la pression interstitielle et de la pression de fracture avec la
profondeur verticale, le logiciel sysdrill a tracé une courbe à partir des données de puits avec le
gradient de pression en abscisse et la profondeur verticale en ordonnée. Cela nous permet de
Concevoir un fluide de forage pour aider à réduire les dommages de formation. Cela implique
l'appréciation de la fenêtre de boue de forage de puits, qui est la marge entre la pression fracture et
la pression des pores, représentée sur la figure 27 ci-après. Elle représente la variation des pressions
suivantes en fonction de la profondeur :
- la pression des pores (courbe verte) ;
- la pression lithostatique (courbe bleue);
- le gradient de fracture (courbe orange);
- la pression de fracture (courbe rouge);
- le gradient de pression des pores ( bleue ciel)
- le gradient lithostatique (courbe violette).
Pressions des pores

Pression lithostatique

Gradient de fracture

Pression de fracture

Gradient de pp

Gradient lithostatique

29
Figure 27: Fenêtre de boue.
Pour réaliser un bon forage et en toute sécurité, la pression du fluide devrait toujours être
supérieure à la pression des pores, à la fois dans des conditions statiques et dynamiques. Cependant,
il ne devrait pas surpasser le gradient de la fracture. A l’aide des équations 17, 18, 19, 20, 21, 22,
23 (voire chapitre II) on a obtenu les paramètres de boue ci-dessous :
Tableau 2. Paramètres de boue

TVD MD maxDf
PP (ppg) PF (ppg) MW (ppg) Mindf (sg) Df (sg)
(ft) (ft) (sg)

1955 2000 8,48 12,44 10,5 0,0042 0,00525 0 ,00622

4563 5000 8,4 12,67 9,8 0,00168 0,00196 0,00250

8621 9529 8,77 13,31 11,5 0,00092 0 ,00120 0,00136

8520 9604 8,39 14,12 9 0 ,000984 0,000967 0 ,001470

Pour chaque phase de forage les différentes propriétés de boue sont :


- pour la phase de 26’’
A la profondeur de 2000 ft la pression des pores est de 8,48 ppg, celle de fracture 12,44 ppg.
Le tableau 3 donne le récapitulatif de ses caractéristiques.
Tableau 3 : Caractéristiques de la boue dans la phase de 26’’.

Type (WBM) Caractéristiques Unités

Poids de la boue 10,5 Ppg

Densité 0,00525 Sg

Viscosité plastique 60-80 Cps

Point seuil 30-50 lbs/100ft2

API Filtrat <15 cc/30mn

PH 12
La boue de forage utilisée sera à base d’eau (WBM) caractérisée par une pression de 10,5 ppg, la
densité de boue permise est de 0,00525 sg. La viscosité plastique sera comprise en [60-80] Cps. Le

30
point seuil sera lui aussi compris entre [30-50].Enfin le volume de filtrat sera inférieur à 15 et le Ph
égal à 12.
- pour la phase 17,5’’
A la profondeur de 5000 ft la pression des pores est de 8,4 ppg, celle de fracture 12,67 ppg
et la pression de la boue de forage est de 9,8 ppg. Et la densité de boue permise est de 0,00196 sg.
Le tableau 4 donne l’ensemble des caractéristiques
Tableau 4 : Caractéristiques de la boue dans la phase de 17,5’’

Propriété (WBM) caractéristiques Unités

Poids de la boue 9,8 Ppg

Densité 0,0012 Sg

Viscosité plastique 50-60 Cps

point seuil 16-20 lbs/100ft2

API Filtrat <6 cc/30mn


Ph 10
La boue de forage utilisée sera à base d’eau (WBM) caractérisée par une viscosité plastique
comprise en [50-60] Cps. Le point seuil sera lui aussi compris entre [16-20].Enfin le volume de
filtrat sera inférieur à 6 et le Ph égal à 10.
- pour la phase de 12,25’’
A la profondeur de 9529ft la pression des pores est de 8,39ppg, celle de fracture 13,31 ppg
et la pression de la boue de forage est de 11,5 ppg. Et la densité de boue permise est de 0,00120 sg.
Le reste des caractéristiques spécifiques de la boue sont données par le logiciel sysdrill et
consignées dans le tableau 5

31
Tableau 5 : Caractéristiques de la boue dans la phase de 12,25’’.

Propriété (OBM) Caractéristiques Unités

Poids 11,5 Ppg

Densité 0,00120 Sg

Viscosité plastique 45-50 Cps

Point seuil 08-10 lbs/100ft2

Ph 12

LGS <5 by volume


La boue de forage utilisée sera à base d’huile (OBM) caractérisée par une pression de 11,5 ppg, la
densité de boue permise est de 0,00120 sg. La viscosité plastique sera comprise en [45-50] Cps. Le
point seuil sera lui aussi compris entre [08-10].Enfin le Ph égal à 12 le poids en élément solide
inférieur à 5.
- pour la phase de 7’’7/8
A la profondeur de 9604ft la pression, des pores est de 8,39 ppg, celle de fracture 14,12 ppg
et la pression de la boue de forage est de 9 ppg. Et la densité de boue permise est de 0,000967 sg.
Tableau 6 : Caractéristiques de la boue dans la phase de 7’’7/8.

Propriétés (OBM) Caractéristiques Unités

Poids 9 Ppg

Densité 0,000967 Sg

Viscosité plastique 45-50 Cps

Point seuil (Yield Point) 08-10 lbs/100ft2

Ph 9

LGS <5 by volume

32
La boue de forage utilisée sera à base d’huile (OBM) caractérisée par une pression de 9 ppg, la
densité de boue permise est de 0,000967 sg. La viscosité plastique sera comprise en [45-50] Cps. Le
point seuil sera lui aussi compris entre [08-10].Enfin le Ph quant à lui égal à 9 et le poids en
élément solide inférieur à 5.
III.4 Profondeur de pose du tubage.
La figure 28 ci-dessous représente le schéma caractéristique de la profondeur de pose des
différents tubages
.

33
Figure 28: Profondeur de pose du tubage.

34
Elle est constituée de plusieurs courbes donc on peut distinguer :
- la pression des pores (courbe verte) ;
- la pression de fracture (courbe orange) ;
- la marge de sécurité de la pression de la formation (courbe rouge) ;
- la marge de sécurité de la pression de fracture (courbe bleue).
- la droite noire représente le tubage.
La variation de la pression des pores et du gradient de pression a permis au logiciel SYSDRIL de
déterminer la profondeur de pose du tubage. Cette variation de la pression des pores et de fractures
serait due à la présence des fluides, à la présence des formations non consolidées. En fonctions des
différentes anomalies présentes dans les formations le logiciel s’est basé sur la méthode top down
design. Le tableau 7 ci-contre présente donc les différentes profondeurs.
Tableau 7: Tableau de profondeur de pose du casing

Profondeur du sabot TVD (ft) Profondeur du sabot (ft) Nom du tubage

30 30 Tubage conducteur

1500 2000 Tubage de surface

4563 5000 Tubage intermédiaire

8261 6259 Tubage de production

8520 9604 Liner

III.5 Sélection du tubage des diamètres


L’exploitation de la figure 28 ci-dessus a permis de déterminer la taille de l’outil de forage
et le diamètre des différents tubages. La variation de la pression des pores et du gradient de pression
a permis au logiciel SYSDRIL de dimensionner le type de tubage à sélectionner tout en s’appuyant
sur leur capacité de résistance.

- Ainsi de la surface à 30ft outil aura 36’’ de diamètre et un tubage conducteur de 30’’.

35
- à 2000 ft le trépan aura de diamètre 26’’ et un tubage de surface 20’’.
- à 5000 ft un outil de diamètre 17,5’’ et un tubage intermédiaire de 13’’3/8.
- à 9259 ft le choix sera sur un outil de 12,25’’ et le tubage de production aura un
diamètre de 9’’5/8.
- à 9604 ft on est déjà dans la zone d’intérêt et l’outil aura un diamètre de 7’’7/8 et le
liner un diamètre de 5’’1/2.

Ainsi les diamètres nominaux de l’outil requis pour ce projet de forage et le diamètre des différents
des tubages qui sont consignées dans le tableau 8 suivant :

Tableau 8:Tableau récapitulatif des différents diamètres de l’outil et des tubages

Profondeur du Profondeur du Diamètre de Diamètre du


Nom du tubage
sabot TVD (ft) sabot MD (ft) l’outil (inch) tubage

Tubage
30 30 36’’ 30’’
conducteur

Tubage de
1955 2000 26’’ 20’’
surface

Tubage
4563 5000 17,5’’ 13’’3/8
intermédiaire

Tubage de
8261 9259 12,25’’ 9’’5/8
production

8520 9604 liner 7’’7/8 5’’1/2

Les résultats consignés dans le tableau 8 sont similaires à ceux trouvés en utilisant la
charte.la figure 29 représente donc les diamètres de tubages et de l’outil.

36
Charte

Figure 29 : diagramme de sélection de diamètre du tubage et de l’outil


D’après la charte on aura un tubage conducteur de 30’’, pour un outil de 26’’ le tubage sera de
20’’.pour la phase 17,5’’ le tubage sera de 13’’3/8, la phase de 12,25’’ aura un tubage de
9’’5/8.dans la zone d’intérêt l’outil sera de 7’’7/8 et le liner 5’’1/2
III.6 Sélection du grade du tubage
Après avoir déterminé la profondeur de pose des différents tubages et leur diamètre, il est
donc question de déterminer les grades des différents tubages. Le choix d’un grade de tubage est
vraiment un paramètre très clé car il faudra un tubage qui peut supporter les différentes pressions
traversées et celles des fluides.
III.6.1 Charge d’éclatement.
L’éclatement peut être défini comme la rupture de traction. Le tubage a tendance à éclater
lorsque la pression différentielle entre les pressions internes dépasse la résistance mécanique du
tubage. On détermine la charge d’éclatement pour chaque tubage.
- Tubage de surface 20’’

37
La figure 30 a été réalisée grâce au logiciel StrinGnosis, elle donne la variation de la
pression interne dans le tubage 20’’ (droite bleue) ainsi que trois grades de tubage de même
diamètres :
- la droite verte représente le grade d’un tubage de grade K55 et d’un poids de 94ppf
- la droite grise représente le grade d’un tubage de grade K55 et d’un poids de 106.5ppf
- la droite orange représente le grade d’un tubage de grade K55 et d’un poids de 133ppf

Charge (psi)

Charge d’éclatement
Profondeur (ft) Tubage K55 94PPf

Tubage K55 106.5PPf

Tubage K55 133PPf

Figure 30: Charge d’éclatement de tubage de surface.


La pression interne du tubage 20’’ varie de 0 psi à 900 psi sur toute la profondeur. Le
dimensionnement a permis d’obtenir trois tubages de différents grades à savoir :
- le tubage K55, un poids 94ppf qui a une pression constante de 550 psi suivant toute la
profondeur.
- le tubage K55, un poids 106.5ppf avec une pression constante de 790 psi suivant la
profondeur.
- le tubage K55, un poids 133ppf avec une pression constante de 1500 psi sur toute la
profondeur de pose.
Pour une bonne productivité et une durée optimale de la vie du puits, le choix reste sur le tubage
20’’ de grade K55 et une capacité de 133ppf. Qui a une pression de 1500 psi largement supérieure à
la pression du tubage 20’’.

38
- Tubage intermédiaire 13’’3/8
La figure 31 représente la variation de la pression dans le tubage 13’’3/8 ainsi que le
dimensionnement du tubage pour l’optimisation de la production.
- la droite rouge représente la pression dans le tubage 13’’3/8 ;
- la droite verte représente le grade d’un tubage de grade K55et de poids 61ppf ;
- la droite violette représente le grade d’un tubage de grade K55 et de poids 68ppf ;
- la droite orange représente le grade d’un tubage de grade K55 et de poids 72ppf.

Charge (psi)

Profondeur (ft)
Charge d’éclatement

Tubage K55 61PPf

Tubage K55 68PPf

Tubage K55 72PPf

Figure 31: Charge d’éclatement du tubage intermédiaire


La pression interne du tubage 13’’3/8 varie de 0 psi à 1700 psi. Le dimensionnement a permis
d’obtenir :
- un tubage de grade K55 avec une capacité de 61ppf caractérisé par une pression
constante de 1600 psi ;
- un tubage de grade K55 avec une capacité de 68ppf et pression maximale constante de
1800 psi ;
- un tubage de grade K55 avec une capacité de 72ppf et une pression constante de 2300 psi
ce qui porte notre choix sur ce dernier.
Pour une bonne productivité et une durée optimale de la vie du puits, le choix reste sur le casing 13
3/8’’ de grade K55 et une capacité de 72ppf. Qui a une pression de 2300 psi largement supérieure à
la pression du tubage 13’’3/8.
- Tubage de production 9’’5/8
39
La figure 32 ci-après présente la variation de pression dans le tubage de production 9’’5/8.
Elle de 0 psi à 5100 psi.

Charge (psi)

Charge d’éclatement
Profondeur (ft) Tubage K55 47PPf

Tubage K55 53.5PPf

Tubage L80 47PPf

Tubage L80 53.5PPf

Figure 32: Charge d’éclatement du tubage de production


Le dimensionnement pour le design du casing 9’’5/8 a permis d’obtenir les grades du casing de
production :

- la droite verte citron représente le tubage de grade K55 avec une capacité de 47ppf et
une pression interne constante de 3900 psi ;
- la droite violette représente le tubage de grade K55 avec une capacité de 53,5ppf ayant
une pression constante de 5100 psi ;
- la droite maronne représente le tubage de grade L80 avec une capacité de 47ppf a une
pression constante de 4800 psi ;
- la droite verte représente le tubage de grade L80 avec une capacité de 53,5ppf à une
pression constante de 6600 psi.

Pour un design optimum du tubage de production, le choix porte soit sur le tubage de grade K55 a
une capacité de 53,5ppf ou le tubage de grade L80 a une capacité 53,5ppf.

- Liner 5’’1/2

40
La figure 33 donne la variation de pression dans le liner 7’’ qui est constante sur toute la
colonne de production avec une valeur maximale de 4100 psi à 4200psi (droite rouge)

Charge (psi)

Charge d’éclatement
Profondeur (ft) Tubage L80 23PPf

Tubage L80 26PPf

Figure 33: Charge d’éclatement du liner.


Le dimensionnement a permis d’obtenir deux grades de liner suivants :
- la droite maronne représente un liner grade de grade L80 avec une capacité de 23ppf et
une pression maximale de 3900 psi ;
- la droite verte représente un liner de grade L80 avec une capacité de 26ppf et une
pression constante de 5200 psi.
Pour une bonne colonne de production, le tubage de grade L80 et d’une capacité de 26ppf permettra
d’atteindre l’objectif.
III.6.2 Charge d’écrasement
La résistance à l’effondrement est largement liée au rapport diamètre-épaisseur de la paroi,
si les enveloppes s’usent, la résistance l’effondrement peut être affectée.
- Tubage de surface de 20’’
La figure 34 ci-dessous présente la variation croissante de la pression externe du tubage en
fonction de la profondeur.

41
Charge (psi)

Charge d’éclatement

Profondeur (ft) Tubage K55 94PPf

Tubage K55 106.5PPf

Tubage K55 133PPf

Figure 34: Charge d’écrasement du tubage de surface.


La pression externe du tubage varie de 510 psi à 930 psi (droite bleue). Le dimensionnement a
permis de déterminer trois grades du tubage pour un bon rendement.
- le tubage de grade K55 avec une capacité de 94ppf et une pression constante de 2100 psi
(droite vert citron).
- le tubage de grade K55 avec une capacité de 106,5ppf et une pression de 2400 psi
(droite violette).
- enfin on a le tubage de grade K55 d’une capacité de 133ppf et une pression de 3100 psi
(droite orange).
Ce dernier représente le tubage optimal pour cette profondeur. En effet, admet une pression
minimale de 3100 psi largement supérieure à la pression externe du casing requise qui est de 930
psi.
- Tubage intermédiaire de 13’’3/8
La figure 35 présente l’évolution de la pression externe du casing variant de 1400 psi a 3000
psi (droite bleue). Le dimensionnement a permis de déterminer trois grades du tubage pour un bon
rendement.
- le tubage de grade K55 avec une capacité de 61ppf et une pression constante de 3000 psi
(droite verte) ;

42
- le tubage de grade K55 avec une capacité de 68 ppf et une pression constante de 3450
psi (droite violette) ;
- le tubage de grade K55 d’une capacité de 72ppf et une pression de 3700 psi. (droite
orange).

Charge (psi)

Charge d’écrasement

Tubage K55 94PPf

Profondeur (ft) Tubage K55 106.5PPf

Tubage K55 133PPf

Figure 35 : Charge d’écrasement du tubage intermédiaire


Les tubages de grades respectifs K55 avec une capacité de 68ppf et K55 avec une capacité de 72ppf
présentent les meilleurs résultats et admettent une pression externe largement supérieure à la
pression externe requise du tubage 13’’3/8.
- Tubage de production de 9’’5/8
La figure 36 représente les variations de pression externe au niveau du tubage de production
9’’5/8. La pression du tubage de production est de 3000 psi (droite bleue). Le dimensionnement a
permis de déterminer trois grades du tubage pour un bon rendement.
- le tubage de grade K55 avec une capacité de 47ppf et une pression constante de 4700 psi
(droite verte citron) ;
- le tubage de grade K55 avec une capacité de 53,5ppf et une pression constante de 5600
psi (droite violette) ;
- le tubage de grade L80 d’une capacité de 47ppf et une pression de 7000 psi. (droite
maronne) ;

43
- le tubage de grade L80 d’une capacité de 53.5ppf et une pression de 8000 psi. (droite
verte).

Charge (psi)

Charge d’écrasement
Profondeur (ft)
Tubage K55 47PPf
Tubage K55 53.5PPf
Tubage L80 47PPf
Tubage L80 53.5PPf

Figure 36 : Charge d’écrasement du tubage de production.


D’après cette figure (figure 36), le tubage de grade L80 avec la capacité de 53.5ppf reste meilleur
car il admet une pression optimale de 8000 psi. Elle est largement supérieure à la pression externe
maximale requise du tubage qui est égale à 3000psi.

- Liner de 5’’1/2
La figure 37 suivante présente les pressions externes du casing 7’’.

44
Charge d’éclatement

Tubage K55 94PPf

Tubage K55 106.5PPf

Tubage K55 133PPf

Charge (psi)

Charge d’écrasement

Profondeur (ft) Tubage L80 23PPf


Tubage L80 26PPf

Figure 37: Charge d’écrasement du liner.


La pression externe requise du liner 5’’1/2 est de 3000 psi, constante sur toute la profondeur. Le
dimensionnement a permis d’obtenir deux grades :

- Le liner de grade L80 avec la capacité de 23ppf qui admet une pression de 6300 psi ;
- Le liner de grade L80 avec une capacité de 26ppf admettant une pression 7200 psi.

Pour le choix du liner, on va opter pour un liner de grade L80 ayant la capacité de 26ppf.

III.6.3 Configuration du puits


En résumé, le tableau 8 ci-dessous représente les différents grades, poids, diamètre intérieur
(ID), diamètre extérieur (OD) et pressions admises pour la réalisation de notre tubage.

45
Tableau 9 : Récapitulatif des différents grades, charges d’écrasement et charges d’éclatement

Tubage OD (inch) 20’’ 13’’3/8 9’’5/8 5’’1/2


Profondeur TVD/MD
1955/2000 4563/5000 8261/9259 8520/9604
(ft)
Type de connexion STC STC STC STC
poids (ppf) 133 68 53,5 26

ID (inch) 18,73 12,41 8,535 6,276

Grade K55 K55 L80 L80

Charge d’éclatement
1500 2300 6600 5200
(psi)

Charge d’écrasement
3100 3700 8000 7200
(psi)

46
Tubage conducteur 30’’

Tubage de surface 20’’

Tubage intermédiaire 13’’3/8

Tubage de
production 9’’5/8

Configuration du puits R-17 Liner


5’’1/2

Figure 38 : profil du puits


III.7 Quelques problèmes d’instabilité
Compte tenu des outils, des types de boue de forage et la nature des différentes formations.
C’est donc nécessaire de présenter quelques problèmes pour chaque phase.
- phase 26’’
- Risque de pertes partielles ou totales dans les terrains de surface
- phase 17.5’’
- Bourrage de l’outil de forage dans les argiles (boue à base d’eau) ;
- Possibilité de pertes partielles ou totales dans les formations de de grès ;
- Risque de rétrécissement de trou et par conséquent risque de remontée.
- la phase 12.25’’
- Risque de pertes dans les formations
- Risque de rétrécissement de trou dans les formations argileuses
- Risque de tomber en pertes pendant l’opération de cimentation de tubage 7``
- La phase 7’’7/8

47
- Risque de coincement par pression différentielle, de venue d’hydrocarbure ou de perte de
boue.
- Risque de rétrécissement de trou dans les formations argileuses

Conclusion
Dans cette partie il était question de présenter les différents résultats pour faire un
programme de forage dirigé. Ainsi l’étude après avoir étudié la stabilité des parois du puits, il était
question de déterminer la profondeur de pose des différents tubages ainsi que les paramètres de
chaque tubage.

48
CONCLUSION GENERALE
Parvenu au terme de ce travail, où il était question de proposer un programme de forage
dévié pour le puits R-17.Tous les objectifs spécifiques que l’on s’était fixé au départ ont été atteint.
Pour y parvenir il a d’abord été présenté au chapitre 1 les généralités sur le forage dévié,
les types de tubages, le fluide de forage et quelques problèmes liés à l’instabilité du puits .Il faut
retenir que le forage dirigé fait déjà partie intégrante des techniques de forage conventionnelles.
Que ce soit sur terre ou en mer il existe principalement quatre types de tubages (tubage de surface,
intermédiaire, de production et de liner). Pour la réussite d’un bon forage on utilise généralement
des fluides de forage à base d’eau ou d’huile donc la pression est comprise entre la pression de la
formation et la pression de fracture.
Il a été présenté par la suite dans le chapitre 2 intitulé le matériel et méthodes utilisés pour
obtenir les différents résultats. On a principalement utilisé le logiciel SYDRILL, StrinGnosis et un
ensemble de calculs mathématiques qui ont permis de trouver les différents paramètres du fluide de
forage. Il faut noter que chaque logiciel utilise un ensemble de formule bien déterminé par
l’entreprise qui en est l’auteur.
Au chapitre 3 intitulé résultats et interprétation. Plusieurs résultats sont déterminés sur
sysdrill et StrinGnosis. A la profondeur de 2000ft, on utilisera un outil de 26’’, le tubage diamètre
de 20’’ayant un poids de 133ppf, un grade K55 et le fluide de forage de densité 0,00525sg. A la
profondeur de 5000ft, on utilisera un outil de 17,5’’, le tubage de diamètre 13’’ 3/8 avec un poids
de 68ppf, un grade K55 et une fenêtre de boue [8,4ppg-12.67ppg]. A la profondeur de 9259ft on
utilisera un outil de 12,25’’, avec un tubage de diamètre 9’’ 5/8 dont le poids est de 53,5ppf, le
grade L80 et un fluide de forage de densité 0.00092sg. A la profondeur de 9604ft on utilisera un
outil de 8,5’’, le tubage aura un diamètre de 5’’1/2, un poids de 26ppf, un grade L80 ayant un fluide
de forage de densité 0,000967sg et une pression de fracture de 14,12ppg.
En perspective il serait donc judicieux pour la société d’opter plus pour les forages
directionnels. Bien qu’étant plus complexes et couteux ils permettent de toucher plusieurs zones
cibles en même temps

49
Références Bibliographiques
[1] Bourgoyne, Millheim, Chenvert, and Young., Applied Drilling Engineering, SPE Textbook
Series, Vol. 2, 1991, p26.
[2] Andy Philips, An Introduction to Drilling Fluids Technology, Edition Independent Publishing
Platform.2012, pp 45-49.
[3] Noran, D, Enhanced Recovery Action is Worldwide, Oil and Gas Journal. 1976. pp 107–108.
[4] Baker Hughes, Drilling Engineering Workbook, December 1995.
[5] Gabolde.G, Drilling Data Handbook (8th ed.), paris: Editions Technip, 2006, pp 45-46.
[6] Raspopov A.V., Kazantsev A.S., Leontev D.V., Letunova S.V. Integrated approach to
sidetracking planning, Geology, Geophysics and Development of Oil and Gas Fields, 2015, no.12,
pp.52-55.
[7] M, Carl S, Instrumented Multilateral Wellbore and Method Formings Same, journal of
Petroleum Technology, 12.10.2017, pp 56.
[8] Bergerot, J.L., Technologie Forage, Puits HPHT, conférence GEP, AFTP, Paris, 8 février 2012,
pp 21.
[9] Hyne, N.J., Non Technical guide to Petroleum Geology, exploration, drilling and production,
Third edition, 2012, Pp 78.
[10] Mitchell, R. F, Fundamentals of Drilling Engineering (Vol. 12), Texas: SPE.2010.pp 105-109.
[11] Mitchell, R.F, Casing Design in Drilling Engineering.edition. R. F.vol. 2, of Petroleum
Engineering Handbook. (USA: Society of Petroleum Engineers, 2006), pp 287-292.
[12] Mallo, k. petroleum Engineering Handbook For The Practicing Engineer, PennWell
Publishing, 1992, pp 271-283.
[13] B. Pavkovic, R. Bizjak, B., PetrovicReview of Casing while Drilling Technology
(2016).
[14] Ryen Caenn, Composition and Properties of Drilling and Completion Fluids, Sixth Edition.
Gulf Professional Publishin.2011
[15] Christiansen, C. Oil-Based Mud to Water-Based Mud, Houston : Society of Petroleum
Engineers, 01 january 1991, Pp 15-18.
[16] Zimmerman, P.K.; Robert, J.D. (d'Amoco Canada Petroleum Co. Ltd., Calgary), Oil-based
drill cuttings treated by landfarming, Oil and Gas Journal ;(États-Unis), 1991, Pages 81- 84.
[17] ASME Shale Shaker Committee. Drilling Fluids.2011.
[18] Paiaman, A. M., Al-Askari, M. K. G., Salmani, B., AlAnazi, B. D. and Masihi, M. Effect of
Drilling Fluid Properties on Rate of Pénétration. 2009. NAFTA 60 (3), pp129-134.

xiii
[19] Eckel, J., Effect of Mud Properties on Drilling Rate and Production Practice, American
Petroleum Institute, 2018, Pp 158-175.
[20] Zoback, M. D., Reservoir Geomechanics (Vol. 1st edition), Cambrige: Cambrige University
Press, 2007.
[21] Lama, R. D., Handbook on Mechanical propertiy of Rocks (Vol. volume II), clausthal,
Germany: Trans Tech, 1978 Pp 256-267.
[22] Mainguy .M and Longuemare.P., Geomecanics in Reservoir Simulation Overview of Coupling
Methods and case study oil and Gas Technology, Rev IFP volume 57, 2002, pp 471-483.
[23] Abdulraheem, A., Ahmed, M., Vantala, A., Parvez, T. Prediction of Rock Mechanical
Parameters for Hydrocarbon Reservoirs. Society of Petroleum Engineers, 2009, Pp 62-68
[24] McLean, R.N, Wellbore Stability Analysis: A Review of Current Methods of Analysis and
Their Field Application, SPE Drilling Conférence, 27 February-2 March, Houston, Texas, 1990, pp
589-605.
[25] Cheatham, J.B., Wellbore Stability, Journal of Petroleum Technology, Volume 36, juin 2014,
pp 159-172.
[26] Hussain Rabia, Well Engineering & Construction, 2002, pp 235-237.
[27] https://www.ifptraining.fr/formation/prevention-des-coincements-de-garniture-de-forage.
[28] Bardeen T., Teplitz A.J., Lost circulation information with a new tool for detecting zones of
loss, Petroleum Transactions, AIME, 207, 1956, pp 36-41. [29] Howard C. G., Scott P.P., An
analysis and the control of lost circulation, Petroleum Transactions, AIME, volume192, 1951,
pp171-192.
[30] Argillier, J.-F. Audibert, A. et Longeron, D. (1999) SPE Drill. Completion 14 (4) pp 266–273.
[31] https://www.pdgm.com/products/sysdrill/sysdrill-drilling-engineering.
[32] https://stringnosis.academy/welcome-to-stringnosis-academy.
[33] Santos, O. A. (1995). Determination of Casing Setting, petroleum computer conference, 2017,
pp 50-62.
[34] Hossain, M. E.-M. ((2015)). Fundamentals of Sustainable Drilling Engineering. Houston: John
Wiley & Sons.
[35] Prentice, C. M. (2017). Maximum Load" Casing Design, journal of Petroleum Technology, pp
805-811.
[36] Nortan j. Lapeyrouse, formulas and calculation for directional drilling, production and
workover, 2002.

xiv
[37] Sawaryn S.J., SPE, and J.L. Thorogood, ''A Compendium of Directional Calculations Based on
the Minimum Curvature Method'', SPE 84246-PA, 2005, 1st presented at the 2003 SPE Annual
Technical Conference and Exhibition, Denver.Colorado.

xv

Vous aimerez peut-être aussi