Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre II : Réfraction de la lumière.

Physique

DOMAINE D’ETUDE : OPTIQUE GEOMETRIQUE

OG1 : COMPRENDRE LES PHENOMENES OPTIQUES

REFRACTION
DE LA LUMIERE.
I. Mise en évidence de la réfraction de la
lumière. Remarques :
I.1. Expérience. R1 : Une telle surface est dite réfringente ;
Envoyons un faisceau lumineux sur la surface de
l’eau contenue dans une cuve (figure 1). R2 : La surface de séparation des deux milieux est
appelé dioptre ;

Incident R3 : Le rayon qui se propage dans le premier milieu


est le rayon incident ; celui qui se propage dans le
Réfléchi second milieu est dit rayon réfracté.

R4 : Chaque milieu est caractérisé par un indice de


réfraction .

II. Lois de SNELL – DESCARTES relative à


Réfracté la réfraction.
Considérons un rayon lumineux qui tombe sur une
surface réfringente. En pénétrant dans le milieu
Figure 1. réfringent, le rayon lumineux subit un changement
brusque de direction (figure 2).

N
I.2. Observation. S
On constate que le faisceau incident donne
naissance à deux faisceaux : 𝒾
 Un faisceau réfléchi à la surface de l’eau ;
𝑛1 I Dioptre
 Un faisceau réfracté qui pénètre dans l’eau 𝑛2
avec un changement de direction du
𝓇
faisceau lumineux : c’est le phénomène de
réfraction de la lumière.
R
I.3. Conclusion. Figure 2.

La réfraction de la lumière est le brusque SI : rayon incident ; IR : rayon réfracté ;


changement de direction que subit la lumière en IN : normale au dioptre ;
traversant la surface de séparation de deux milieux ̂ : angle d’incidence ;
transparents.
̂ : angle de réfraction.

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 1
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

II.1. Enoncé des lois.


Le phénomène de la réfraction obéit à deux lois S N
𝑛1 > 𝑛2
fondamentales dites lois de SNELL – DESCARTES.

1ère loi : Le rayon incident, la normale et le rayon 𝒾


réfracté sont dans le même plan appelé plan 𝑛1 1
d’incidence.
𝑛2 2
2ème loi : L’angle d’incidence que font le rayon 𝓇 D
incident et la normale dans le milieu d’indice 1 et
R
l’angle de réfraction que font le rayon réfracté et
la normale dans le milieu d’indice 2 sont tels
que : Figure 4.
2
1
La déviation que subit le rayon incident en
Soit :
traversant le dioptre vaut :
1 2

II.2. Conséquence. N.B : Les indices des corps transparents sont


 Si 2 > 1, le milieu (2) est plus réfringent que presque toujours par rapport à l’air. Voici quelques
le milieu (1). Dans ce cas le rayon réfracté se exemples :
rapproche de la normale (figure 3).

Corps Indices
S N Eau 4
𝑛2 > 𝑛1 1,33 ou
3
Alcool 1,3
Benzène 1,5
𝒾 Verre ordinaire 1,52
𝑛1 1 Verre cristal 1,6 à 1,8
𝑛2 Plexiglas 1,49
2 Diamant 2,42
𝓇 Glace 1,31
D

R III. Angle limite de réfraction; réflexion


Figure 3. totale.
III.1. Angle limite de réfraction.
Considérons un rayon lumineux qui passe d’un
La déviation que subit le rayon incident en milieu d’indice 1 à un milieu d’indice 2 tel que
traversant le dioptre vaut :
2 > 1.

 Discussion :
D’après la 2ème loi de SNELL – DESCARTES :
1 2
 Si 1 > 2, le milieu (1) est plus réfringent que
le milieu (2). Dans ce cas, le rayon réfracté  Si
s’éloigne de la normale (figure 4). Alors : .

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 2
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

Un rayon normal à la surface réfringente traverse III.2. Réflexion totale.


cette surface sans déviation (figure 5). Envisageons maintenant le passage de la lumière
d’un milieu donné d’indice 1 dans un milieu
d’indice 2 tel que 2 1 . (figure 7).
S
N
𝒾 R
N
(a)
𝑛1 I 1
𝑛2 𝑟
2 2
𝑟 I
1
𝒾
R
Figure 5.
S
 Si 9 ° (incidence rasante), prend aussi N
la plus grande valeur (figure 6) telle que : (b) R

𝑟
1
2 I
2
1
𝒾
N

𝒾 9 ° S
Incidence rasante I 1 N
S (c)
2
𝜆 𝑟 9 °
2 I R
Réfraction limite
R 1 émergence rasante
Figure 6. 𝒾 𝜆

S
L’angle de réfraction est appelé angle limite de
réfraction. Figure 7.
Il caractérise l’ensemble des deux milieux.
D’après la loi du retour inverse de la lumière, pour
Exemples : un angle correspond un angle tel que :
 Dans le cas des milieux air / eau ( ; 1 2
)
2

1

 Dans le cas des milieux air / verre ( ;  Discussion :


)  Si (figure 7.a), comme dans le ca
° précédent : ; le rayon lumineux traverse
le dioptre sans déviation.

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 3
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

 Si (figure 7.c) tel que IV.2. Image d’un objet réel.


, la formule de SNELL – En regardant un objet A situé au fond d’une cuve,
l’œil voit l’image A’ que le dioptre plan donne de
DESCARTES devient : cet objet (figure 10.a).
2
9 ° Par contre l’image d’un objet placé au – dessus
1 2
1 d’une cuve d’eau se voit à l’extérieur de la cuve
au – dessus de l’objet (figure 10.b).
Le rayon réfracté est contenu dans le plan du
dioptre : c’est l’émergence rasante.
N
 Si > > (a)
2
1 > 1 2 > 1
1 Air 𝑟
> (Impossible)

Le rayon réfracté ne pénètre pas dans le second Eau


milieu, il subit une réflexion au point I et reste dans 𝒾
le milieu le plus réfringent (figure 8) : c’est la A’
réflexion totale.

2 I A’ N
1 (b)
𝑟
𝒾>𝜆 𝒾

S R A
N
𝒾
Figure 8. ’ 𝒾
𝑛1 H ’ I 1
’𝑛2
2
’ 𝑟
IV. Dioptre plan.

IV.1. Définition : On appelle dioptre plan, toute
surface plane séparant deux milieux transparents.

Figure 10.
Exemples :
 Surface de l’eau tranquille.  Relation entre les distances HA’ de
 Surface d’une glace d’appartement. l’image et HA de l’objet.
D’après la figure 10.b, considérons les triangles
Son symbole est représenté par la figure 9 ci –
dessous : et , on a :
̂ et ̂
𝑛1
𝑛2
Figure 9.

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 4
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

En égalant les deux expressions, on obtient :

air L1 air
benzène L2

 Pour et des angles petits, on a :


eau L3
et
Alors :
D’où : verre L4

Figure 11.

 D’après la 2ème loi de SNELL – DESCARTES,


on a : 1 2
V.2. Marche d’un rayon lumineux à travers
En utilisant la loi de KEPLER sur les petits angles : une lame à faces parallèles.
Soit un rayon incident SI, tombant avec l’angle
d’incidence sur une lame à faces parallèles, en
2
1 2 verre, placée dans l’air. Pénétrant dans un milieu
1 plus réfringent, le rayon se rapproche de la normale
(figure 12) et fait avec elle l’angle de réfraction
2 tel que :
1 ⏟ ⏟
D’où :

1 2
S

Conclusion : L’image d’un objet réelle est


virtuelle. 𝒾
air
I

V. Lames à faces parallèles. verre


𝑟 (𝑛 > )
𝑟
V.1. Définition.
On appelle lame à faces parallèles un milieu J
transparent limité par deux faces planes et
parallèles. air
C’est donc un système optique formé par 𝒾
l’association de deux dioptres plans parallèles.

Figure 12.
Les faces peuvent être baignées par le même
milieu ; exemple : une glace d’automobile placée
dans l’air, une plaque de verre plongée dans l’eau. En J l’angle d’incidence est égal à (angle en I
Parfois les milieux extrêmes sont différents ; et J alternes – internes) ; désignant l’angle
exemple : une couche de benzène surmontant une d’émergence, la loi de SNELL – DESCARTES
couche d’eau, et en contact avec l’air (voir figure 11 s’écrit, au point J :
ci – dessous). ⏟ ⏟

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 5
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

En rapprochant (1) et (2), on voit que :


Interprétation :
Donc : a) La translation est proportionnelle à l’épaisseur
de la lame.

Le rayon émergent JR est donc parallèle au rayon b) Si croît, croît également, mais comme
incident SI.
croît plus vite que , ( ) croît, donc
Ce rayon a cependant subi une translation ou croît. Comme, en même temps,
décalage latéral, encore appelé déplacement latéral décroît, il en résulte que si l’incidence augmente, la
que nous pouvons calculer. translation augmente aussi.

V.3. Déplacement latéral du rayon incident. En particulier :


Considérons un rayon incident SI, tombant avec Si l’incidence est nulle, le rayon traverse les deux
l’angle d’incidence sur une lame à faces dioptres et la lame en conservant sa direction
parallèles, en verre, placée dans l’air celui – ci (figure 14.a).
rencontre la face d’entrée (première face) en un Si l’incidence est rasante, l’émergence est rasante ;
point I, comme l’indique la figure 13 ci – dessous. la translation est alors maximale et égale à
l’épaisseur de la lame (figure 14.b).
S

𝒾
S
I N
(a)
𝑑
𝑟
D 𝑒
𝒾 𝑟 𝑟

M J
𝒾
R
Figure 13. R

Désignons par l’épaisseur de la lame, par son (b)


indice. La translation est représentée par la longueur
S
de la perpendiculaire commune à SI et à
JR.
L’angle ̂ , l’angle ̂ ; ̂
Dans le triangle IJD rectangle en D, on a :

R
Or, dans le triangle IJM rectangle en M, on a :
Figure 14
Valeur qui portée dans l’expression de , fournit :

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 6
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

Exercices d’application. Exercice 2 : Un rayon lumineux transmis d’un


milieu A vers un milieu B arrive sur la surface de
Exercice 1 : Un rayon lumineux provenant de l’eau séparation des milieux sous l’incidence °. Il
(indice absolu 1,33) sous l’incidence de 40°, est dévié et se rapproche de la normale au point
traverse une vitre en verre d’épaisseur 1cm (indice d’incidence de 22°. Calcule l’indice du milieu B
absolu 1,50) et sort dans l’air. par rapport à A. Quelle peut être la nature des
Trace le chemin du rayon lumineux. milieux A et B ?

Corrigé 1 : Corrigé 2 :
1 ; 2 ; °. °; °

Tracé du chemin optique du rayon lumineux. Calcul de l’indice du milieu B par rapport à A.
D’après la 2ème loi de SNELL – DESCARTES, on a :
 A la surface de séparation eau – verre : N
1
1 2 1 1
2 S
D’où :
1 1
1 ( ) 𝒾
2 𝑛𝐴 A
𝑛𝐵 B
1
1
( °) 1 ° 𝓇 D

 A la surface de séparation verre – air :


2 R
2 2 2 2 1

D’où :
2
D’après la 2ème loi de DESCARTES, on a :
1
( 1)

A.N : (indice de l’air)


1
D’où :
( °) 9 9°
D’où le tracé est :

°
Eau verre ⁄ °
𝑛1 𝑛2

𝑟
𝑖2 N’
Conclusion : est l’indice de réfraction
𝑖2 de l’eau par rapport à l’air. Donc le milieu A est
N
𝑖1 l’air et le milieu B est l’eau.
Air
𝑛

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 7
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

Exercice 3 : Un rayon lumineux se propageant dans 2°) Valeur de l’angle d’incidence.


un verre d’indice (schéma ci – contre) D’après la figure, on a : 1 ° 9 °
sort dans l’air d’indice . 9 ° ° °, soit °
1 1
1°) Reproduis le schéma en indiquant l’angle
d’incidence 1 , le rayon réfracté et l’angle de
3°) Je calcule l’angle de réfraction.
réfraction 2 .
2°) Quelle est la valeur de l’angle d’incidence ? D’après la 2ème loi de SNELL – DESCARTES, on a :
3°) Calcule l’angle de réfraction. 1 2 2 1
4°) A partir de quelle valeur de l’angle d’incidence
y a – t – il réflexion totale ? D’où :
5°) Trace la marche d’un rayon faisant un angle 1
2 ( 1)
d’incidence égal à 60°.

1
2 ( °) 9
Verre Air

2 9°

70°
4°) Valeur de l’angle d’incidence à partir duquel il
y a réflexion totale.
On obtient une réfraction du rayon incident pour
9 °.
Pour 9 °, on obtient une émergence rasante
pour laquelle correspond un angle d’incidence
équivaut à l’angle de réfraction limite . Il y a
Corrigé 3 :
réflexion totale dès que l’angle d’incidence devient
;
supérieure à .

1°) Je reproduis le schéma.


Calcul de .
Pour indiquer les angles d’incidence et de réfraction
D’après la 2ème loi de SNELL – DESCARTES, on a :
il faut d’abord tracer la normale (N), au plan de
1 2 1 9 °
l’interface des deux milieux au point d’incidence I.
D’où :
Sachant que le rayon va d’un milieu plus réfringent
1
vers un milieu moins réfringent : le rayon réfracté 1 ( )
s’écarte de la normale, soit 2 > 1 .
1
1 ( )

Verre Air Rayon


réfracté 2 °

Il y a réflexion totale si l’angle d’incidence est


𝑖2 supérieure à °.
N
𝑖1 I
70° 5°) Je trace la marche d’un rayon faisant un angle
d’incidence égal à 60°.
L’angle d’incidence 1 ° est supérieure à
°. Il y a donc réflexion totale ; le rayon
incident ne traverse pas le dioptre.

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 8
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

1
( )
Verre Air 1
( °) °
°
𝑖1
N D’après la figure, considérons les triangles AHI et
𝑖1 I
A’HI, on a :
̂ et ̂

En égalant les deux expressions, on obtient :


Exercice 4 : Quelle est la profondeur apparente
d’une piscine de profondeur 3,2m :
1°) Pour un observateur regardant sous incidence de
30° ?
1°) Pour un observateur regardant sous
2°) Pour un observateur regardant sous incidence
l’incidence de 30°.
quasi – normale ?
°
°
Corrigé 4 :

L’observateur semble voir le fond de la piscine à


Profondeur apparente de la piscine. 2,24m de la surface de l’eau.

2°) Pour un observateur regardant sous


N
l’incidence quasi – normale.
Pour une incidence quasi – normale et sont
Air 𝑟 des angles petits, on a alors :
H I et

Eau 𝑟 (n)
𝒾
A’ 𝑟
𝒾 D’après la 2ème loi de SNELL – DESCARTES, on a :
𝑟 1 2
En utilisant la loi de KEPLER sur les petits angles :
A
2
1 2
1
Soit A un point du fond de la piscine, A’ son image En égalant les deux relations (3) et (4), on obtient :
par rapport au dioptre. Le point A du fond de la 2 2
piscine émet de la lumière qui parvient à l’œil de {
1 1
l’observateur en semblant provenir de du point A’ D’où :
image de A par rapport au dioptre.

D’après la 2ème loi de SNELL – DESCARTES, on a :

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 9
Chapitre II : Réfraction de la lumière. Physique

Conclusion : L’observateur semble voir le fond de


la piscine à 2,4m de la surface de l’eau ; elle parait
un peu plus profonde que dans le 1er cas

Proposé par Yann Norfé BEMBA (L’expert) & Ing. Le – Sage KIF
CENTRE D’ENCADREMENT SAVOIR & LOGIQUE : 06 972 53 43 / 06 622 17 14 / 05 586 16 40 10

Vous aimerez peut-être aussi