Vous êtes sur la page 1sur 12

>> Le tableau de bord entant qu’un outil d’information pour l’entreprise 

• Introduction
• Présentation du TB
• Les composantes du TB
• Les Indicateurs :
• Définition
• Les formes d’indicateur
• Exemples par domaine
• La capacité de forage
• Définition du TB
• Les fonctions du TB
• Les principaux types de TB
• Lire et utiliser un TB
• Lecture, interprétation et diagnostic
• Utilisation et prise de décision
• Maintien du TB
• Conception d’un TB
• Typologie des méthodes de conception
• Procédure générale d’élaboration
• Identification des objectifs
• Précision des indicateurs
• Ergonomie
• Implantation et mise en œuvre
• Conclusion
Introduction :

La maîtrise de l’information consiste à mettre à disposition de la bonne personne, la


bonne information, au bon moment et sous la bonne forme.

L’information constitue donc en évidence une ressource clé pour les managers, et les
nouvelles technologies de l’information multiplient la variété des sources potentiellement
disponibles. Il intervient dans la fixation des objectifs, l’analyse des résultats obtenus et les
comparaisons par rapport à des référentiels. L’information intervient à toutes les étapes du
processus décisionnel. Elle oriente non seulement l’identification des problèmes, mais aussi
l’examen des solutions et l’évaluation de leurs conséquences.

Aussi les systèmes d’information jouent un rôle clé dans les processus décisionnels.
D’une part, ils attirent l’attention des managers sur certains points clés et ils orientent les
modalités suivant lesquelles les problèmes sont identifiés et définis. D’autre part, ils
interviennent dans les phases de choix de solutions dans la mesure où ils influencent les voies
d’action explorées ainsi que l’évaluation des conséquences. Un bon système d’information
doit attirer l’attention des décideurs sur les points critiques dès qu’une dérive, même légère, se
manifeste, tout en limitant les effets de surprise.

En particulier, les services de contrôle de gestion ont pour vocation de fournir aux
managers des documents structurés à périodicité régulière qui sont utiles pour la prise de
décision.

Le tableau de bord constitue, par excellence, le principal outil de pilotage et


d’information issu de ces services de contrôle de gestion.
Eléments de définition :

Le tableau de bord est l’instrument sans lequel toute démarche de progrès est
impensable. Comment pourrait-on s’assurer de la justesse de l’effort fourni sans un instrument
de mesure adéquat ?

Le tableau de bord contribue à réduire l’incertitude et facilite ainsi la prise de décision.

Le tableau de bord mesure la performance et signale les dysfonctionnements


susceptibles de gêner le parcours. Lorsqu’il est bien conçu, il contribue à développer une
capacité d’anticipation, pour voir plus loin que les faits présents.

Définition suite :

« [Le tableau de bord est] un ensemble d’indicateurs peu nombreux (5 à 10) conçus
pour permettre aux gestionnaires de prendre connaissance de l’état de l’évolution des
systèmes qu’ils pilotent et d’identifier les tendances qui les influenceront sur un horizon
cohérent avec la nature de leurs fonctions. »

Un tableau de bord de gestion est un échantillon réduit d'indicateurs permettant à un


gestionnaire de suivre l'évolution des résultats, les écarts par rapport à des valeurs de
référence (objectifs fixés, normes internes ou externes, références statistiques), le plus
possible en temps réel, en se concentrant sur ceux qu'il considère comme les plus significatifs.

« Il confirme de façon structurée les impressions du responsable et lui indique la


nécessité d’entreprendre une action ou une analyse plus approfondie. En cernant la zone à
problème, il oriente des corrections à mener ou les pistes à explorer avant d’agir. »

Définition TBG :

Un tableau de bord de gestion est une façon de sélectionner, d'agencer et de présenter


des indicateurs de façon sommaire et ciblée, en général sous forme de «coups d’œil»
accompagnés de reportage ventilé ou synoptique (présentation, graphique,...)
Les fonctions du tableau de bord :

1- Mesure de la performance :

Permet de mesurer la progression par rapport aux objectifs fixés, et de répondre aux questions
suivantes : * Sauront ils atteignent aux délais voulus ?

 Faut-il maintenir ou renforcer les actions engagées ?


 Va-t-on les redéfinir ?

2- gestion des Alertes :

Le tableau de bord doit signaler les alertes, elles sont les plus souvent caractérisées par des
écarts à une norme après le franchissement du seuil de sécurité.

3- Anticipation et réduction d’incertitude : Un tableau de bord bien conçus incite à


prendre des décisions de progrès toute en offrant une meilleure perception du contexte de
pilotage. Il contribue à réduire quelque peu l’incertitude qui handicape toute prise de décision

4- Vision cohérente : Avec un tableau de bord bien conçu, chaque responsable en


situation de décider dispose d’une vision stable et structurée de son environnement, selon
l’éclairage des axes de développement choisis. Le tableau de bord offre une meilleure
appréciation du risque de la décision.

5- Faciliter la communication : Lorsque le tableau de bord est utilisé par un groupe


de travail, il remplit aussi le rôle de référentiel commun en offrant une perception unifiée de la
situation. Il facilite autant les échanges à l’intérieur du groupe qu’avec le reste de l’entreprise.

6- Outil de communication : Le tableau de bord constitue, par excellence, le principal


outil de pilotage et d’information.
Présentation du tableau de bord :

1. Les composantes d’un TB :

a. Les indicateurs :

Un indicateur est un élément ou un ensemble d’éléments d’information représentative


par rapport à une préoccupation ou un objectif résultant de la mesure tangible ou de
l’observation d’un état, d’une réalisation.

Exemples d’indicateurs par domaine :

 domaine commercial - chiffre d’affaires, marge moyenne, nombre de


nouveaux clients...
 domaine de management de la qualité : nombre de réclamations clientèle, activité
du service après-vente...
 domaine de finances - Flux de trésorerie solde de trésorerie, volume des encours, délai
de règlement clients, ROI (Retour sur investissement)...
 domaine de production - productivité quantités produites, nombre de défauts en sortie,
nombre d'heures supplémentaires, Taux de rendement synthétique, Taux de rendement
global...
 domaine logistique - le taux de service, la rotation de stock, les dépenses
d'exploitation...
 domaine de ressources humaines - turnover, absentéisme, dépenses de formation, le
taux de fréquence et de gravité (accidentalité du travail)...
 domaine de gestion de projets - valeur acquise d'un projet, indicateur d'efficacité
(Indicateur de Performance des Coûts (IPC) ou Cost Performance Index (CPI) en
anglais), indicateur d'efficience (Indicateur de Performance des Délais (IPD) ou Schedule
Performance Index (SPI) en anglais), etc.

D’un point de vue technique, les indicateurs prennent la forme :

 D’indicateurs physiques (quantité, heures machines, heures travaillées, visites


effectuées).
 D’indicateur financiers se rapportant aux coûts, aux produits, aux marges, aux
résultats.
 De ratios.
 D’indicateurs relatifs à l’environnement (évolution de la concurrence, évolution des
statistiques relatives au coût de la vie).
 D’indicateurs relatifs à l’activité (quantités vendues ou fabriquées, chiffre d’affaires).
b. La capacité de forage :
L’analogie de la «une» du journal quotidien : page sommaire, grands titres en relief,
pictogrammes « en bref » ($$, résultats, météo…) ;

Le FORAGE permet de passer d’un niveau global d’information à des niveaux plus
détaillés.

Synthèse : ‘Qualité et non quantité d’information’

 Outil de gestion rigoureuse : – suivi assidu des clients et de la réponse à leurs besoins,
des activités, de l’utilisation des ressources et de l’atteinte des résultats visés.
 Outil de questionnement et guide d’analyse : – Fait ressortir les situations anormales,
écarts, tendances et exceptions.
 Présentation cohérente et évocatrice : – Communication, rétroaction, reddition de
compte.

2. Les 3 principaux types de tableaux de bord :

Tous les tableaux de bord ne peuvent être créés avec le même contenu. Chaque utilisateur doit
recevoir des informations qui sont spécifiques à son rôle et sa mission.

Les membres des équipes opérationnelles n’ont pas les mêmes besoins que leurs responsables
qui eux-mêmes n’ont pas besoin des mêmes informations que l’équipe dirigeante.

Les destinataires à chaque niveau reçoivent les informations dont ils ont besoin afin de
prendre de meilleures décisions qui améliorent la performance de l’entreprise. Les entreprises
doivent créer chaque tableau de bord de la même façon pour fournir une information
cohérente à tous les utilisateurs, mais plusieurs versions de chaque type de tableau de bord
doivent être déployées pour tenir compte des besoins des utilisateurs.
Il existe ainsi trois catégories de tableaux de bord : stratégique, tactique et opérationnel.

Tableaux de bord stratégiques : permettent à l’équipe dirigeante de suivre la réalisation des


objectifs stratégiques. Il permet de suivre l'exécution des objectifs stratégiques à chaque
niveau de l'organisation.

Tableau de bord tactique : en occurrence les tableaux de suivi, aident les responsables à suivre
et analyser les activités des départements, des processus ou des projets.

Tableau de bord opérationnel : Réservé aux équipes opérationnelles, le tableau de


performance fournit un état de la performance des activités, Ils révèlent les opportunités à
saisir et favorisent les prises de décisions rapides de mesures correctives.

Source : http://www.webanalytics-conseil.com/webanalytics/les-3-types-de-tableaux-de-bord-
web-analytics.html

Comment lire et utiliser un TBG ?

1. Interprétation et diagnostic :

 Constat général : résultats


 Constats spécifiques, symptômes apparents et diagnostic
 Documentation complémentaire (objectifs / préoccupations et fiche d’indicateurs)
 Analyse des facteurs et des causes des résultats obtenus.

2. Utilisation et prise de décision :

 Premières informations sur l’utilisation de l’indicateur pour décider.


 Solutions envisagées : actions correctrices et mobilisatrices.
 Degré d’avancement d’une action déjà amorcée.

3. Maintien du tableau de bord de gestion à son niveau optimal :

– Ajout d’indicateurs : Voulons-nous ou devons-nous mesurer de nouveaux éléments ?

– Modification d’indicateurs : La méthode et l’outil de mesure sont-ils toujours valides ?

– Retrait d’indicateurs : Pourrions-nous modifier nos mesures ? Certains indicateurs sont-ils


obsolètes ?
La conception d’un TBG :

1. Méthodes de conception : (Typologie)

Le type de tableau de bord développé dépend directement des préoccupations de gestion de


ses utilisateurs ; Défi : transformer les préoccupations en objets de mesure concrets… pour
prendre des décisions, initier une action, faire un changement... agir et améliorer !

Il existe plusieurs méthodes de conception applicables selon le type d'organisation et la


finalité poursuivie. Voyons-les plus utilisées dans le monde francophone

 La méthode des Balanced Scorecard de Robert Kaplan et David Norton, orientée


stratégie, elle en facilite le déploiement opérationnel sur le terrain.
 La méthode Gimsi de Alain Fernandez, axée sur l'humain, elle se concentre sur les
besoins des décideurs de terrain en situation (orientée Business Intelligence).
 La méthode Ovar de HEC est orientée contrôle de Gestion.
 La méthode Cockpit de Patrick Georges est orientée fonctions cognitives des
managers.
 La méthode Innov'action développé par Gavet nicolas orientée sur la gestion des
ressources environnementale et sociétale.

2. Procédure générale d’élaboration :

1- Identification des objectifs :

Pas de pilotage sans objectifs (les objectifs de performance orientent nos décisions !)

La tactique et le choix des objectifs : La


méthode SMART définis les caractéristiques
d’un objectif (Spécifique Mesurable Atteignable
Réaliste Temporel).
2. Précision des paramètres des indicateurs :

Les critères de choix d’un indicateur pertinent : Un bon indicateur :

 Mesure l’objectif : compatibilité de l’indicateur avec l’objectif


 Implique l’action : l’indicateur doit être porteur d’une information complète
sur laquelle le gestionnaire va décider de faire ou ne rien faire une décision.
 Temps réel : présente des informations actualisé (TB de constat «rétroviseur»
VS TB de pilotage).
 Réalisable : un bon indicateur est réalisable à un cout acceptable, la conception
d’un TB nécessite parfois de faire appel à des indicateurs qui ne sont pas
disponibles en système d’information, il est alors important d’évaluer le coût
d’intégration des dites données et de le comparer avec l’apport sur le plan
décisionnel.
 Fiable : doit être fiable au sens du décideur (TB est personnalisé)
 Présentable : doit être synthétisé, claire, couleur,...

3. Ergonomie  :

Caractéristiques « Qui puissent être utilisés avec le maximum de confort, de sécurité et


d'efficacité par le plus grand nombre. »

3.1 : le nombre d’indicateurs (7 +/- 2): il est préférable de limiter le nombre


d’indicateurs, des TB comportant une multitude d’indicateurs sont inutilisables. Une bonne
dizaine représente la limite maximale à ne pas dépasser, il correspond en effet au nombre
maximum d’informations que l’on peut percevoir et les mémoriser d’un seul coup d’œil.

3.2 : Un TB bien conçu doit être structuré : le bon choix des indicateurs en les
regroupant par centre d’intérêt.
Un simple clic sur l’indicateur suffit pour faire appeler une page de détails fournissant tous les
éléments, à fin de mieux comprendre l’information initiale.

3.3. Design visuel du TBG et informatisation : Type de représentation / esthétique des


indicateurs : graphe, jauge, courbe, tableau, les couleurs ...

4. Implantation et mise en œuvre :

 Implantation graduelle : installation et tests


 Intégration à la gestion
 Gestion du changement organisationnel et technologique lié à cette nouvelle implantation
 Validation et ajustements périodiques du TB

Conclusion :

 Le TBG n’est pas un outil qui :

 Prend des décisions  Établit des relations de causes à


 Fait des analyses et porte des effets
diagnostics
 Explique des situations

 (un outil très personnalisé) Ce sont les utilisateurs qui le font, avec leur « gros bon sens » !
 Le tableau de bord n’est qu’un soutien à la gestion, un miroir, un portrait de la situation.

Vous aimerez peut-être aussi