Vous êtes sur la page 1sur 6

LESAGE Candice 12/01/2021

Prévention Solaire en petite enfance

I. La prévention solaire : pourquoi ?


1. Les UV et l’indice UV :
= Rayon invisibles naturel ou artificiels.
2 types :

- UVA

o Activent la mélanine : bronzage rapide

o Pénétration profonde (derme): stress oxydatif (lésions ADN) → photo-vieillissement /


cancers cutanés.

- UVB

o Stimulent la production de mélanine (Bronzage à long terme), épaississement de la


couche cornée : bronzage

o Coups de soleil → lésions ADN → augmentation du risque de cancers cutanés.

Indice UV variable (entre 1 et 12) en fonction de :

- Météo : nuages bas ou ciel dégagé

- Moment de la journée = + fort vers 14h donc éviter expositions.

- Environnement (réverbération) : 5% herbe, 30% plage, 90% neige

- Vêtements et autres protections

- Lieu de vie ou voyage : montagne (proche du soleil) , voyage hors de France métropolitaine
(petite enfance)

1. Les effets des UV à court et long terme

Conséquences à court terme :

→ Coups de soleil = Erythème solaire

→ Insolation = céphalées, fièvre (parfois très élevée), nausée, vomissements, douleurs musculaires,
perte de connaissance…
= Déshydratation +++ qui touche jeune enfant ou personne âgée incapable de demander eau et
dépendant d’autrui pour s’hydrater

→ Photo-dermatoses : maladies de peau induites ou aggravées par le soleil, exemples : lupus, lucite
estivale bénigne, urticaire solaire, photosensibilisation avec certains médicaments,
phytophotodermatose (= éruption cutanée déclenché par contact avec végétal + exposition solaire)

→ Ophtalmie : « coup de soleil de l’œil »

Page 1 sur 6
LESAGE Candice 12/01/2021

Conséquences à long terme :

- Vieillissement cutané (ou dermatoporose)

- Atrophie cutanée, perte d’élasticité, rides, sécheresse cutanée, apparition de tâches (lentigos
solaires ou dépigmentation en gouttes), angiomes…

- Majoration de tous ces signes avec l’exposition solaire cumulée (stress oxydant induit par les
UV) = héliodermie (exposition au soleil)

- Cataracte : opacification progressive du cristallin


- DMLA : perte de la vision centrale = 1ère cause de cécité dans les pays industrialisés.

Une exposition au soleil excessive accélère ces 2 phénomènes et constitue un facteur de risque
reconnu.

Exposition solaire = Facteur de risque évitable des cancers cutanés.

2 types principaux :

- Les carcinomes : ils se développent aux dépens des cellules superficielles de l’épiderme
(kératinocytes). → 2 types :

o les carcinomes basocellulaires :

= les plus fréquents mais moins agressifs


Aspect perlé
Tendance à creuser la peau

o les carcinomes épidermoïdes :

Incidence augmente avec âge surtout chez Sujets à peau claire, exposition UV chronique cumulée
Survenue de novo ou à partir de précurseurs : kératoses actiniques, maladie de Bowen = (plaque in
situ, limité à l’épiderme).
Evolution locale plus agressive, plus rapide
Risque de métastases (ganglionnaires ++ ≈ 5%)
= Plaque rouge squamo-crouteuses
Tendance à bourgeonner

- Les mélanomes : ils se développent aux dépens des mélanocytes, cellules qui fabriquent les pigments
cutanés (tumeurs pigmentées) et sont situées dans la partie profonde de l’épiderme (couche
basale).

= Rare mais agressif (3% de tous les cancers)


Risque de métastases ganglionnaires ou à distance (cérébral, hépatique, pulmonaire…)
Survenue de novo = sur peau saine (70-80 %) ou sur naevus préexistant (grain de beauté)

Critères suspicion Mélanomes = ABCDE


A : Lésion Asymétrique
B : Bords irréguliers
C : Couleur non homogène

Page 2 sur 6
LESAGE Candice 12/01/2021

D : Diamètre > 6 mm


E : Evolutivité / Extension

Effets bénéfiques des UV :

Moral /Bien-être

Stimulation de la production de vitamine D (absorption calcium/ phosphore) : formation squelette,


fonctions immunitaires, hématopoïèse.
Synthèse vit D = 5 à 15 minutes d’exposition solaire (mains, visage, bras), 2 à 3 fois par semaine les
mois d’été suffisent pour conserver des concentrations de vitamine D élevées.

Il y a plus de synthèse de vitamine D chez peaux claires car moins de photoprotection naturelle.

1. Epidémiologie

Le mélanome cutané en France

☼ 9e rang des cancers les plus fréquents (3% de tous les cancers)
☼ 3,7 % des nouveaux cas de cancer : plus de 15400 cas en 2017
☼ 1,2 % des décès par cancer : plus de 1783 décès en 2017

Age au diagnostic (autour 60 ans)

☼ 64 ans chez les femmes


☼ 61 ans chez les hommes

En augmentation : nombre de nouveaux cas entre 1980 et 2012

☼ Multiplié par 4 chez les hommes


☼ Multiplié par 3 chez les femmes

Bretagne = les gens ont souvent la peau claire et ne se protège


pas car souvent nuageux

Page 3 sur 6
LESAGE Candice 12/01/2021

4. Les facteurs de risque des cancers cutanés (mélanomes) :

Exposition au soleil ++ surtout UV cancérigènes

Actinique = coups de soleil

Risque + élevé pour phototype 1 à 3

1. Peau très claire


2.
3. Intermédiaire
4.

5. Type indien asiatique


6. Peau noire

Exposition aux UV artificiels (cabines de bronzage) UV classés cancérigènes certains par le CIRC
Cabine de bronzage = Index UV de 13 ! (Indice naturel max = 12)
Utilisation des cabines de bronzage (surtout avant l’âge de 30 ans) : risque augmenté de 75 %

Autres facteurs de risque :


Antécédents personnels de lésions pré-cancéreuses ou de cancers cutanés : risque multiplié par 4
Antécédents familiaux : risque augmenté de 74 %

Page 4 sur 6
LESAGE Candice 12/01/2021

Immunodépression (diabète, VIH, personnes greffées)


Certaines maladies génétiques

5. facteurs de risques des carcinomes épidermoïdes :

La plupart des facteurs de risque de mélanome


Exposition solaire cumulée (chronique)

Autres « agressions » de la peau : tabac, radiothérapie, contact fréquent avec des goudrons, des
hydrocarbures ou d’autres substances chimiques (tabac+++)

Lésions locales : cicatrices de brûlure, plaies chroniques (ulcères), verrues à HPV…

5. La peau de l’enfant

Plus fine, perméabilité accrue, déshydratation plus rapide

Plus grande sensibilité à certains topiques (allergisants, parfums…)

Fonctions sudorales immatures (thermorégulation moins efficace, déshydratation +++)

Production de mélanine faible → sensibilité aux UV +++.

6. Les modalités diagnostiques

Clinique ++ (ABCDE)

Dermoscope = loupe éclairante qui permet analyse pigment ou vascularisation

Souvent, confirmation diagnostique par une biopsie (ou exérèse)

Dans certaines situations, vidéodermoscopie numérique.

La prévention solaire : comment ?


1. Auto-surveillance

Soi-même et ses proches


= Prévention primaire

2. Photoprotection/éducation
Eviter l’exposition entre 12h et 16h
Rechercher l’ombre
Photoprotection vestimentaire ++
Crème solaire (en complément)
Protéger les enfants +++
Bannir les UV artificiels

Page 5 sur 6
LESAGE Candice 12/01/2021

Moyens de prévention :

Vêtements :

- Couvrants

- Couleurs claires anti-UV

- Chapeau à bords larges (protection oreilles, nuque)

Lunettes :

Prendre plutôt chez opticien

Crème solaire :

Indice 50 ou 50+ (principal critère)


= vient en complément des autres mesures

De préférence achetée en pharmacie


Conseil Ecrans minéraux < 3 ans (= plus neutres, plus sûrs, moins allergies contact)
= Avant l’exposition + renouvelée toutes les 2h et après chaque baignade
Quantité suffisante (2mg/cm²)

Compléments alimentaires :

Aucun intérêt voire à risque chez l’enfant


→ Alimentation équilibrée +++

3. Suivi

Surveillance sujets à risque (peau clair, exposition ++, UV artificiels, grain de beauté multiples)

Cf QUIZZ

Parasol anti-UV = bien

SPS (30, 50… = indique protection contre UVB)


Protection contre UVA = sigle UVA entouré supplémentaire (quasiment toute les crèmes maintenant)

Quantité = environ ¼ de tube pour couvrir corps entier d’un adulte

Page 6 sur 6