Vous êtes sur la page 1sur 22

Typologie et traitement comptable des contrats de

location

Un contrat de location est généralement considéré comme contrat de


location-financement sitôt que les risques et avantages inhérents à la
propriété d'un actif sont transférés au preneur.

Indices pouvant qualifier un contrat de location-financement :

- Transfert de propriété à la fin du contrat ;

•option d'achat en fin de contrat à un prix suffisamment inférieur à la juste


valeur estimée de l'actif à la date de levée de l'option, pour avoir la quasi-
certitude que l'option sera levée à la fin du contrat ;

- La durée du contrat couvre la majeure partie de la durée d'utilité de


l'actif, même en l'absence de transfert de propriété ;

- Au début du contrat, la valeur actualisée des paiements minimaux au titre


de la location s'élève au moins à la quasi-totalité de la juste valeur de
l'actif loué ;

- L’actif loué est d'une nature telle que seul le preneur peut en jouir sans
y apporter de modifications majeures (actif spécifique).
Un contrat qui n'est pas qualifiable de contrat de location-financement est un
contrat de location simple.

Comptabilisation Chez le preneur Chez le bailleur


À la signature du contrat À la signature du contrat
: :

Immobilisation………………. X Créance …………………….... X


Vente……………………… X
Dettes financières……. X
À réception des
X étant le plus faible de la juste échéances :
valeur* et de la valeur actualisée des :
paiements minimaux.
Banque…………………. Y+Z
Au paiement des échéances : Produit financier……….. Z
Créance……… Y
Location- Dette financière ………..…… Y
financement Charge financière………….... Z
Banque………………… Y+Z

Location simple Charge locative


Charge locative Produit de location

Cas d'une cession bail (lease back)


Une cession-bail est une transaction au cours de
laquelle une entité cède un de ses actifs à un tiers
pour le reprendre à bail et débouchant sur :

Location-financement Location simple

Les plus-values
éventuelles liées à la
cession du bien au
bailleur par le preneur
(vendeur) doivent être Prix de vente < juste valeur*Prix de vente = juste
étalées et amorties sur la valeur*Prix de vente > juste valeur*La perteLes
durée du contrat. pertesLe surplus est(ou le profit) estet profits
sontdifféré et
amortiimmédiatementimmédiatementsur la
duréeconstatée.constatés.du contrat.Si la perte
estcompenséepar une locationen dessous duprix du
marché,elle est étaléeet amortie surla duréedu
contrat.
CONTRATS DE LOCATION FINANCEMENT IAS 17

1)Les contrats de location-financement (finance lease)


> Fait générateur
Un contrat de location* est généralement considéré comme contrat de
location-financement* sitôt que les risques et avantages inhérents à la
propriété d'un actif sont transférés au preneur.

Néanmoins, la norme IAS 17 insiste sur le fait que c'est le fond davantage
que la forme d'un contrat qui en donne la nature, et fournit un certain nombre
d'exemples qui conduisent a priori à qualifier un contrat de location comme
contrat de location-financement :

• Transfert de propriété à la fin du contrat.

• Option d'achat en fin de contrat à un prix suffisamment inférieur à la juste


valeur estimée de l'actif à la date de levée de l'option, pour avoir la quasi-
certitude que l'option sera levée à la fin du contrat.

• La durée du contrat couvre la majeure partie de la durée de vie économique


de l'actif, même en l'absence de transfert de propriété.

• Au début du contrat, la valeur actualisée des paiements minimaux* au titre


de la location s'élève au moins à la quasi-totalité de la juste valeur de l'actif
loué.

• L'actif loué est d'une nature telle que seul le preneur peut en jouir sans y
apporter de modifications majeures (actif spécifique).

ILLUSTRATION 1
Voici les caractéristiques d'un contrat proposé à une société qui souhaite
financer un véhicule de direction de 100.
Durée du contrat : 3 ans.
Loyer annuel à terme échu de 33 .
Option d'achat : 20.
Durée d'utilisation de l'actif: non déterminée.
Taux d'actualisation à retenir : 10% par hypothèse.
On estime qu'un véhicule de ce type perd beaucoup de sa valeur les trois
premières années (70% de sa valeur perdus en trois ans).

Ce véhicule de luxe sera à coup sûr acquis par le preneur en fin de contrat.
Si l'on énumère les éléments d'appréciation présentés par le cours :

1. Transfert de propriété à la fin du contrat.


Le contrat ci-dessus permet le transfert de propriété à partir du moment ou le
preneur accepte de régler les 20 d'option d'achat. Il n'y a cependant pas de
transfert immédiat de la propriété.

2. Option d'achat en fin de contrat à un prix suffisamment inférieur à la juste


valeur estimée de l'actif à la date de levée de l'option.

À la date de levée de l'option, la juste valeur du véhicule s'élève à 100 - 70%,


soit 30. Le prix d'achat de 20 prévu contractuellement est inférieur au prix du
marché (il représente 2/3 de la juste valeur).

3. La durée du contrat doit couvrir la majeure partie de la durée d'utilité de


l'actif et ce, même en l'absence du transfert de propriété.

La durée du contrat est de 3 ans. On peut estimer qu'elle est inférieure à la


durée d'utilité non déterminée de l'actif.

4. Au début du contrat, la valeur actualisée des paiements minimaux du


contrat s'élève au moins à la quasi-totalité de la juste valeur de l'actif loué.

Valeur actualisée des paiements minimaux: 33/1,1 + 33/1,12 +33/1.13 +


20/1.13 = 97, au moins égale à la quasi-totalité de la juste valeur au
début du contrat (puisque valeur du bien = 100).

5. L'actif loué est d'une nature telle que seul le preneur peut en jouir sans y
apporter de modifications majeures.

Ce critère ne s'applique pas ici; on présume que le véhicule pourrait être loué
dans les mêmes conditions et les mêmes usages à toute entreprise qui
souhaiterait en jouir.

Conclusion : l'étude des caractéristiques du contrat nous conduit à le qualifier


de contrat de location-financement.
ILLUSTRATION 2
Les données
Une société finance une machine industrielle via un contrat de location-
financement
La valeur de la machine est de 90 000.

Le contrat consiste en une série de 7 versements à terme échu de 16 130.


La durée de vie économique de la machine est de 10 ans.
À partir de deux hypothèses de prix de levée d'option, nous allons déterminer
si l'option d'achat est incitative et calculer le taux d'intérêt implicite du contrat.

Hypothèse 1 : levée d'option à 10 320 .


Hypothèse 2 : levée d'option à 30 000 .

Les solutions
Hypothèse 1 : levée d'option à 10 320 .

La dépréciation annuelle de l'actif est de 90 000/10 = 9 000.

La VNC au bout de 7 ans s'établit ainsi à 27 000.


2 700 > 1 032 : l'option d'achat est donc incitative.
Le taux implicite se détermine en résolvant l'équation

90 000 = 1-(1+i)-7 ×1 613 + 10 320


i (1+i) 7
Soit i = 8%.

La comptabilisation de l'actif s'effectue de la manière suivante :

Matériel industriel............................................................ 90 000


Dette financière......................................................... 90 000

Hypothèse 2 : levée d'option à 30 000 .

27 000 < 30 000 : l'option d'achat n'est pas incitative.


Le taux implicite du contrat se détermine ainsi (en supposant que la valeur
nette de 27 000 soit égale à la juste valeur) :

90 000 = 1-(1+i)-7 ×16 130 + 27 000


i (1+i) 7

Soit i = 10,7%.

Il faut immobiliser :
16 130X1- (1+i)-7 =76 750
0.107

La comptabilisation de l'actif s'effectue de la manière suivante :

Immobilisation................................................................... 76 750
Dette financière......................................................... 76 750

Durant le contrat, les loyers sont ventilés entre :


- le remboursement de la dette vis-à-vis du bailleur,
- et la charge financière.
ILLUSTRATION 3
Reprenons le cas de l'illustration 2 avec l'hypothèse de levée d'option à 10
320 .

La société étudiée finance une machine industrielle via un contrat de location-


financement

La valeur de la machine est de 90 000 .

Le contrat consiste en une série de 7 versements à terme échu de 16 130 .


Le taux d'intérêt implicite du contrat s'élève à 8%.

Un prix d'achat résiduel est fixé à 10 320 .


La durée de vie économique de la machine est de 10 ans.

Le tableau d’amortissement est les suivant :


Ventilation de l’échéance Dette à
Nature Date Echéance Dette intérêts rembourser

A la signature 01/01/N 0 0 0 90 000


Echéance1 12/N 16 130 8 930 90 000 × 8% = 7 20 81 070
Echéance2 12/N+1 16 130 9 644 6 486 71 426
Echéance3 12/N+2 16 130 10 416 5 714 61 010
Echéance4 12/N+3 16 130 11 249 4 881 49 761
Echéance5 12/N+4 16 130 12 149 3 981 37 612
Echéance6 12/N+5 16 130 13 121 3 009 24 491
Echéance7 12/N+6 16 130 14 171 1 959 10 320
Levée option 12/N+6 10 230 10 230 0 0
Total 123 230 90 000 33 230
Au 01/01/N (à la signature), on passe l'écriture suivante :

Matériel industriel.............................................................. 90 000


Dette financière......................................................... 90 000

Au 31/12/N, on passe l'écriture suivante, concernant le règlement de la


première échéance :

Dette financière................................................................ 8 930


Charges d'intérêts........................................................... 7 200
Banque.................................................................... 16 130

Dotations aux amortissements ...................................... 9 000


(9000 X 1/10e)
Au Amortissements
31/12/N, on amortit du matériel
le matériel industriel.....................
loué inscrit en immobilisations : 9 000

Au 31/12/N + 1, on passe les écritures suivantes :


Paiement de l'échéance 2

Dette financière................................................................ 9 644


Charges d'intérêts........................................................... 6 486
Banque......................................................................... 16 130
Amortissement du matériel

Dotations aux amortissements .................................... 9 000


Amortissements du matériel industriel.................. 9 000

ILLUSTRATION 4
La société étudiée finance une machine industrielle via un contrat de location-
financement.

La valeur de la machine est de 90 000 . Elle correspond au prix payé par le


bailleur.

Le contrat consiste en une série de 10 versements à terme échu de 14 000.


Le taux d'actualisation retenu est de 10%.

Un prix d'achat résiduel est fixé à 10 314.


Le tableau d'amortissement chez le preneur est le suivant :

Ventilation de l’échéance Dette à


Nature Date Echéance rembourser
Dette intérêts
A la signature 01/01/N 0 0 0 90 000
Échéance 1 12/N 14 000 5 000 90 000 X 10% = 9 000 85 000
Échéance 2 12/N+1 14 000 5 500 85 000 X 10% = 8 500 79 500
Échéance 3 12/N+2 14 000 6 050 79 500 X 10% = 7 950 73 450
Échéance 4 12/N+3 14 000 6 655 73 450 X 10% = 7 345 66 795
Échéance 5 12/N+4 14 000 7 320 6 680 59 475
Échéance 6 12/N+5 14 000 8 052 5 948 51 423
Échéance 7 12/N+6 14 000 8 858 5 142 42 565
Échéance 8 12/N+7 14 000 9 743 4 257 32 822
Échéance 9 12/N+8 14 000 10 718 3 282 22 104
Échéance 10 12/N+9 14 000 11 790 2 210 10 314
Levée option 12/N+9 10 314 0
Total 150 314 90 000 60 314
Si l'on se place du côté du bailleur, on aura à passer les écritures suivantes :
A l'achat de l'actif par le bailleur

Achat……………................................................................ 90 000
Banque....................................................................... 90 000

Au 01/01/N

Prêt (immobilisation financière)...................................... 90 000


Vente....................................................................... 90 000

Au31/12/N

Banque...................................................................... 14 000
Prêt................................................................... 5 000
Revenus des prêts.......................................... 9 000

Au31/12/N+2

Banque...................................................................... 14 000
Prêt................................................................... 5 500
Revenus des prêts.......................................... 8 500
2) Les transactions de cession-bail (lease back)

> Principe d'une cession-bail


On parle de cession-bail (lease back) quand une entreprise cède un de ses
actifs à un tiers pour le reprendre à bail.

Ce peut être le cas d'entreprises, ayant besoin de liquidités, qui cèdent une
partie de leurs actifs, mais continuent de les exploiter.

La comptabilisation d'une telle opération dépend de la qualification du contrat


de location.

> Comptabilisation de la transaction


Deux cas se présentent logiquement : la cession-bail débouche sur un contrat
de location simple ou de location-financement.

• S'il s'agit d'un contrat de location-financement, toutes les plus-values


éventuelles liées à la cession du bien au bailleur par le preneur (vendeur)
doivent être étalées et amorties sur la durée du contrat.

• S'il s'agit d'un contrat de location simple, plusieurs hypothèses doivent être
envisagées.

Prix de vente La perte (ou le profit) est immédiatement constatée.


< juste valeur* Si la perte est compensée par une location en dessous du prix du
marché, elle est étalée et amortie sur la durée du contrat.
Prix de vente Les pertes et profits sont immédiatement constatés.
= juste valeur*
Prix de vente Le surplus est différé et amorti sur la durée du contrat.
= juste valeur*

Si la juste valeur* est inférieure à la valeur comptable de l'actif : la perte égale


à la différence entre ces deux valeurs est immédiatement constatée.
ILLUSTRATION 7
Une société A a acquis au 01/01/N - 10 des immeubles de bureaux pour
250 000, évalués au coût historique et amortis sur 25 ans.

Confrontée à des problèmes de trésorerie, elle revend ses biens à la société


B au 01/01/N pour 180 000. La société B s'engage à lui louer les immeubles
pendant 10 ans, lui garantissant une option d'achat au prix intéressant de 20
628 au 31/12/N+9.

Le tableau d'amortissement est le suivant :

Ventilation Dette à
Nature Date Echéance de l’échéance rembourser
Dettes Intérêt
A la signature 01/01/N 0 0 0 180 000
Echéance1 12/N 28 000 10 000 18 000 170 000
Echéance2 12/N+1 28 000 11 000 17 000 159 000
Echéance3 12/N+2 28 000 12 100 15 900 146 900
Echéance4 12/N+3 28 000 13 310 14 690 133 590
Echéance5 12/N+4 28 000 14 640 13 359 118 950
Echéance6 12/N+5 28 000 16 104 11 895 102 846
Echéance7 12/N+6 28 000 17 716 10 285 85 130
Echéance8 12/N+7 28 000 1 9486 8 513 6 5644
Echéance9 12/N+8 28 000 21 436 6 564 44 208
Echéance10 12/N+9 28 000 23 580 4 421 20 628
Levée option 12/N+9 20 628 20 628 0
Total 300 628 180 000 120 628

Nous sommes face à un contrat de cession-bail ou lease back.


Le contrat est un contrat de location-financement (option d'achat en fin de
Contrat).

La transaction se fait à la juste valeur.


On passe les écritures suivantes chez le preneur :

À la signature du contrat
Enregistrement de la vente

Disponibilités ................................................................... 180 000


Produits de cession d'actifs 180 000

Sortie de l'actif

Valeur comptable des actifs cédés .............................. 150 000


Amortissements des actifs cédés ................................ 100 000
(250 000-100 000) X 10/25
Constructions......................................................... 250 000

La vente génère une plus-value de 3000 qu'il convient d'étaler sur la durée du
contrat (cas d'un contrat de cession-bail en location-financement).

Il convient d'isoler à la signature du contrat la plus-value réalisée

Produits de cession ........................................................ 30 000


Produits constatés d'avance............................... 30 000

Enregistrement du contrat de location

Constructions.................................................................. 180 000


Dettes financières................................................ 180 000

Le contrat de location doit être traité comme un actif immobilisé selon


IAS 17, dans le cadre d'un contrat de location-financement :

Au 31/12/N, date de la première des 10 échéances du contrat

Enregistrement du paiement de l'échéance

Dettes financières........................................................... 10 000


Charges d'intérêts .......................................................... 18 000
Banque..................................................................... 28 000
Amortissement de l'actif loué

Dotations aux amortissements ................................... 12 000


(180 000/15)
Amortissements des constructions.................. 12 000

Étalement de la plus-value de cession

Produits constatés d'avance.......................................... 3 000


(3 000/10)
Produits de cession des actifs............................ 3 000

QCM : CONTRAT DE LOCATION FINANCEMENT


1. Un contrat de location simple pour l'utilisation d'espaces publicitaires
urbains n'entre pas dans le champ d'application de la norme IAS 17.
Vrai Faux

2. Un contrat de location est généralement considéré comme contrat de


location-financement sitôt que les risques et avantages inhérents à la
propriété sont transférés au bailleur.
Vrai Faux

3. Parmi les affirmations suivantes, tirées des clauses de différents contrats


de location, laquelle ne permet pas de classer le contrat en location-
financement, selon IAS 17 ?
Transfert de propriété en fin de contrat.
Valeur actualisée des paiements minimaux nettement inférieure à la juste
valeur de l'actif loué en début de contrat.
Durée d'utilité de l'actif relativement similaire à la durée du contrat.
Option d'achat représentant 10% de la juste valeur estimée du bien en fin
de contrat.
La valeur actualisée des paiements minimaux doit être au moins égale à la
quasi-totalité de la juste valeur de l'actif loué en début de contrat, pour qu'un
contrat soit qualifié de contrat de location-financement

4. La comptabilisation d'un actif loué en contrat de location-financement


se fait à l'actif et au passif du bilan pour le plus faible des deux montants
entre valeur actualisée des paiements minimaux et :
Juste valeur. Valeur résiduelle.
Valeur d'utilité. Coût de remplacement
amorti.

5. Chez le preneur d'un contrat de location-financement, quelle est la


contrepartie comptable de l'immobilisation de l'actif au début du contrat?
Une dette d'exploitation vis-à-vis du bailleur.
Une dette financière vis-à-vis du bailleur.
Une provision pour charge à payer vis-à-vis du bailleur.

6. Chez le preneur d'un contrat de location-financement, la politique


d'amortissement de l'actif loué doit être cohérente avec celle appliquée aux
actifs de même nature et détenus par l'entité.
Vrai Faux

7. La norme IAS 17 précise que l'enregistrement chez le preneur d'un


contrat de location-financement, des paiements au bailleur doit être ainsi
ventilé : remboursement d'une dette vis-à-vis du bailleur et :
Enregistrement d'une charge financière (charge d'intérêts).
Enregistrement d'une charge d'exploitation (charge locative).
Enregistrement d'une dotation aux amortissements
(Amortissement de l'actif loué et immobilisé).

8. L'enregistrement comptable des charges liées au paiement des


redevances d'un contrat de location simple se fait systématiquement en
linéaire sur la durée du contrat.
Vrai Faux

9. Chez le bailleur, l'actif donné en location dans le cadre d'un contrat de


location simple est enregistré :
En stocks.
En immobilisations corporelles ou incorporelles.
En immobilisations financières.
Est sorti de l'actif, compte tenu du transfert au preneur des risques et
avantages.

10. Chez le bailleur, l'actif donné en location dans le cadre d'un contrat de
location financement est enregistré :
En stocks En créances

11. Une opération de cession-bail débouche nécessairement sur un contrat


de location simple
Vrai Faux

12. Dans le cadre d'une cession-bail débouchant sur un contrat de location-


financement toutes les plus-values éventuelles liées à la cession du bien au
bailleur par le preneur (vendeur) doivent être étalées et amorties sur la durée
du contrat.
Vrai Faux

Corrigé QCM
1. Un contrat de location simple pour l'utilisation d'espaces publicitaires
urbains n'entre pas dans le champ d'application de la norme IAS 17.
Faux

2. Un contrat de location est généralement considéré comme contrat de


location-financement sitôt que les risques et avantages inhérents à la
propriété sont transférés au bailleur.
Faux
II s'agit d'un transfert des risques et avantages au preneur et non au bailleur.

3. Parmi les affirmations suivantes, tirées des clauses de différents contrats


de location, laquelle ne permet pas de classer le contrat en location-
financement, selon IAS 17?
Valeur actualisée des paiements minimaux nettement inférieure à la juste
valeur de l'actif loué en début de contrat.

4. La comptabilisation d'un actif loué en contrat de location-financement se


fait à l'actif et au passif du bilan pour le plus faible des deux montants, entre
valeur actualisée des paiements minimaux et :
Juste valeur

5. Chez le preneur d'un contrat de location-financement, quelle est la


contrepartie comptable de l'immobilisation de l'actif au début du contrat?
Une dette financière vis-à-vis du bailleur.

6. Chez le preneur d'un contrat de location-financement, la politique


d'amortissement de l'actif loué doit être cohérente avec celle appliquée aux
actifs de même nature et détenus par l'entité.
Vrai

7. La norme IAS 17 précise que l'enregistrement chez le preneur d'un contrat


de location-financement, des paiements au bailleur doit être ainsi ventilé :
Remboursement d'une dette vis-à-vis du bailleur et :
Enregistrement d'une charge financière (charge d'intérêts).

8. L'enregistrement comptable des charges liées au paiement des


redevances d'un contrat de location simple se fait systématiquement en
linéaire sur la durée du contrat.
Faux
L'enregistrement des charges chez le preneur se fait en linéaire sur la durée
du contrat, sauf si une méthode systématique s'avère plus représentative de
l'échelonnement dans le temps des avantages tirés de l'utilisation de l'actif.

9. Chez le bailleur, l'actif donné en location dans le cadre d'un contrat de


location simple est enregistré :
En immobilisations corporelles ou incorporelles.
10. Chez le bailleur, l'actif donné en location dans le cadre d'un contrat de
location-financement est enregistré :
En créances.

11. Une opération de cession-bail débouche nécessairement sur un contrat


de location simple.
Faux
Une opération de cession-bail peut déboucher sur un contrat de location
simple ou un contrat de location-financement.

12. Dans le cadre d'une cession-bail débouchant sur un contrat de location-


financement, toutes les plus-values éventuelles liées à la cession du bien au
bailleur par le preneur (vendeur) doivent être étalées et amorties sur la durée
du contrat.
Vrai

EXERCICES D'APPLICATION IAS 17


Exercice 1
Une machine de 28 000 est financée via un contrat de location-financement.
Le taux du contrat est de 10%. Le prix de levée de l'option est fixé à 4 168 .
La durée du contrat est de 3 ans. Les échéances sont payées à terme.

1. Déterminer le montant de l'échéance annuelle constante du contrat.


2. Compléter le tableau d'amortissement du contrat de location financement.

Date Echéance intérêt Part Dette à rembourser


du capital (après l’échéance
Contrat Début/N 0 0 0 28 000
Echéance N
Echéance N+1
Echéance N+2
Echéance N+2
Levée option N+2 4 168 0 4 168 0

Exercice 2
Une société décide de vendre une immobilisation qu'elle détient depuis 10
ans et de continuer de l'exploiter en la louant à l'acheteur.
La durée d'utilité de l'immobilisation est fixée à 10 ans au jour de la signature
de l'accord de cession-bail le 01/01/N. L'immobilisation avait été acquise pour
400 et amortie en linéaire sur 20 ans.
La valeur comptable de l'immobilisation au 31/12/N - 1 est de 200.
Le prix de vente de l'immobilisation est fixé à 220.
1. Déterminer le résultat de cession du contrat.

Hypothèse 1 : le contrat de location est qualifié de location financement ; il


est conclu pour 10 ans.

2. Choisir l'ensemble des écritures comptables à passer en N parmi les 3


propositions suivantes.

a)
01/01/N

Banque............................................................................. 220
Produit des cessions d'actif. ......................... 220

Valeur comptable des actifs cédés............................... 200


Amortissement des immobilisations ........................... 200
Immobilisation........................................................ 400

Produit des cessions d'actif.......................................... 20


Produits différés.................................................... 20

31/12/N

Produits
Produits différés..............................................................
différés.............................................................. 22
Produit
Produit des
des cessions
cessions d'actifd'actif ...............................
.............................. 2 2

b) 01/01/N

Banque............................................................................. 220
Produit des cessions d'actif ......................... 220

Valeur comptable des actifs cédés............................... 200


Amortissement des immobilisations ........................... 200
Immobilisation........................................................ 400
01/01/N
c)

Banque........................................................................ 220
Produit des cessions d'actif……………………. 220

Valeur comptable des actifs cédés …………………… 200


Amortissement des immobilisations………………….. 200
Immobilisation............................................ 400

Produit des cessions d'actif ………………………………. 20


Produits différés.............................................. 20

Hypothèse 2 : le contrat de location est qualifié de location simple; il est


conclu pour 10 ans et considéré comme non renouvelable et non interruptible
avant ce terme.

3. Cocher la bonne case dans chaque colonne du tableau suivant, en tenant


compte des trois hypothèses de juste valeur de l'actif.

Juste valeur au 240 220 200


01/01/N
Traitement Plus-value Plus-value Plus-value
comptable étalée sur 10 ans étalée sur 10 ans étalée sur 10 ans
de la (2 par an) (2 par an) (2 par an)
plus-value Plus-value Plus-value Plus-value
de cession maintenue en maintenue en maintenue en
résultat, pour 20 résultat, pour 20 résultat, pour 20
CORRIGES EXERCICES IAS 17
Exercice 1
1. Soit E le montant de l'échéance annuelle :
E x (1-1,10-3) 10,10 + 4 168 x 1,10-3 = 28 000
Soit E= 10 000.
2. Le tableau d'amortissement est le suivant :

DATE Echéance intérêt Part du Dettes a


capital rembourser
(après échéance)
Contrat début N 0 0 0 28 000
Échéance N 10 000 2 800 7 200 20 800
Échéance N + 1 10 000 2 080 7 920 12 880
Échéance N + 2 10 000 1 288 8 712 4 168
Levée option N + 2 4 168 0 4 168 0

On obtient les intérêts de la période en appliquant le taux du contrat au solde


à l'ouverture de la dette restant à rembourser.

Exercice 2
1. Le résultat de cession du contrat s'établit à 20 (220 de prix de vente moins
200 à valeur comptable pour l'actif considéré).
Hypothèse 1 : le contrat de location est qualifié de location-financement; il
est conclu pour 10 ans.

2. Les écritures relatives à la cession-bail en N sont les suivantes.

01/01/N

Banque............................................................................ 220
Produit des cessions d'actif……………… 220

Valeur comptable des actifs cédés ................................. 200


Amortissement des immobilisations ……………………. 200
Immobilisation.............................................. 400
Produit des cessions d'actif ……………………………… 20
Produit des Produits
cessionsdifférés.........................................
d'actif ……………………………… 20 20
Produits différés......................................... 20

31/12/N

Produits différés .......................................................... 2


Produit des cessions d'actif………………… 2
La plus-value de cession de 20 a été isolée à la signature du contrat. Il
convient d'étaler sur durée du contrat la plus-value réalisée, soit chaque
année 20/10 = 2.
Hypothèse 2 : Je contrat de location est qualifié de location simple; il est
conclu pour 10 ans et est considéré comme non renouvelable et non
interruptible avant ce terme.

Juste valeur au 240 220 200


01/01/N
Traitement Plus-value Plus-value Plus-value
comptable étalée sur 10 ans étalée sur 10 ans étalée sur 10 ans
de la: plus-value (2 par an) (2 par an) (2 par an)
de cession Plus-value Plus-value Plus-value
maintenue en maintenue en maintenue en
résultat, pour 20 résultat, pour 20 résultat, pour 20

La plus-value de cession est traitée différemment selon le montant de la juste


valeur au moment de la réalisation de la cession-bail, comme suit.

Prix de vente La perte (ou le profit) est immédiatement constatée. Si


< juste voleur la perte est compensée par une location en dessous
du prix du marché, elle est étalée et amortie sur la
durée du contrat
Prix de vente Les pertes et profits sont immédiatement constatés.
=juste valeur*
Prix de vente Le surplus est différé et amorti sur la durée du contrat.
> juste voleur*

Au 31/12/N, il n'y a rien à constater en comptabilité pour les cas où la juste


valeur est supérieure ou égale au prix de vente. La plus-value a été
immédiatement constatée au 01/01/N.