Vous êtes sur la page 1sur 23

SQL/Microsoft Jet Par M.

Qbadou

LE LANGAGE SQL

I. Introduction
1. Qu'est-ce que SQL ?
SQL est un langage de manipulation de bases de données mis au point dans les années 70 par IBM. Il permet trois
types de manipulations sur les bases de données :
▪ La maintenance des tables : création, suppression, modification de la structure des tables grâce aux
instructions DDL (Data Definition Language).
▪ Les manipulations des bases de données : Sélection, modification, ajout et suppression d'enregistrements
grâce aux instructions DML (Data Manipulation Language).
▪ La gestion des droits d'accès aux tables : Contrôle des données : droits d'accès, validation des modifications
grâce aux instructions DCL (Data Control Language).

2. Intérêts du langage SQL


L'intérêt de SQL est que c'est un langage de manipulation de bases de données standard, On peut l'utiliser sur
n'importe quelle base de données. Ainsi, avec SQL, on peut gérer une base de données Access, mais aussi Paradox,
dBase, SQL Server, Oracle ou Informix .

II. La maintenance de la structure d’une base de données


La première série de commandes permettant la maintenance de la structure d’une base de données, est composée
des instructions suivantes :

▪ ALTER TABLE ▪ CREATE INDEX

▪ CREATE TABLE ▪ DROP

1. Instruction CREATE TABLE

La commande CREATE TABLE permet de créer une table dans la base de données courante. Sa syntaxe est la
suivante :

CREATE TABLE Nomtable(


champ1 type[(taille)] [NOT NULL] [CONSTRAINT IndexMonochamp ...],

champ2 type[(taille)] [NOTNULL] [CONSTRAINT IndexMonochamp ...],

[...]

[,CONSTRAINT IndexMultichamp... ]]);

Page 1
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Les types
Les types de données sont définis dans le DDL (Data Definition Language) de chaque SGBD, et ils varient
beaucoup d'un logiciel à l'autre. Dans Access, les mêmes termes ne sont pas toujours utilisés dans l'interface
graphique, en VBA et en SQL. Voici un échantillon représentatif des différentes façons d'exprimer un type de
données lors de la création d'une table en SQL dans Access :
▪ Booléen : BIT ;
▪ Nombre entier : SHORT (entier), SMALLINT (entier), LONG (entier long), INTEGER (entier long),
BYTE (octet) ;
▪ Nombre réel : SINGLE(REAL) (réel simple), DOUBLE(FLOAT) (réel double), NUMERIC (réel
double) ;
▪ Monétaire : CURRENCY, MONEY ;
▪ Date/Heure : DATE, TIME, DATETIME ;
▪ Texte : VARCHAR (255 caractères), CHAR(n) ou TEXT(n) (n caractères), LONGTEXT (mémo, 32K
max.) ;
▪ Fichier binaire : LONGBINARY (Objet OLE) ;
▪ Compteur : COUNTER (NuméroAuto).

Clauses CONSTRAINT
Une contrainte permet de définir un index ou d’établir une relation avec une autre table. Il existe deux types de
clauses CONSTRAINT :

▪ Contrainte MonoChamp portant sur un seul champ :

[CONSTRAINT NomIndex]{PRIMARY KEY | UNIQUE | NOT NULL |


REFERENCES tableExterne[(ChampExterne)]}

▪ Contrainte MultiiChamps portant sur plusieurs champs.

CONSTRAINT NomIndex
{PRIMARY KEY (ChampPrimaire1[, ChampPrimaire2[, ...]]) |
UNIQUE (ChampUnique1[, ChampUnique2[, ...]]) |
NOT NULL (ChampNotnull1[, ChampNotnull2[, ...]]) |
FOREIGN KEY (ChampRef1[, ChampRef2[, ...]]) REFERENCES
tableExterne[(ChampExterne1[,ChampExterne2[, ...]])]}

Paramètre Signification
Champ Nom du champ
Type Type de données, (voir tableau des types)

Page 2
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Propriétés ▪ NOT NULL: autorise ou non que le champ puisse être vide (champ obligatoire).
▪ UNIQUE: deux enregistrements ne pourront avoir la même valeur dans ce champ.
▪ PRIMARY KEY: indique que ce champ est la clef primaire
▪ REFERENCES : indique le nom de la table étrangère ainsi que le ou les champs externes
▪ FOREIGN KEY : indique le ou les champs de référence de la table à définir

Exemple : Créer la nouvelle table "table_Etudiants" contenant deux champs : lechamp Matricule entier qui doit
toujours la clé primaire et le champ Nom contenant une chaîne obligatoire de 15 caractères :

CREATE TABLE Etudiants (Matriculelong CONSTRAINT PKEtudiantsPrimary Key,


Nomtext(15)Not Null);

2. La commande ALTER TABLE

La commande ALTER TABLEpermet de modifier la structure d'une table, sa syntaxe est la suivante :

ALTER TABLENomtable {ADD {COLUMN champtype[(taille)] [NOT NULL]


[CONSTRAINT IndexMonochamp ...] |CONSTRAINT IndexMultichamp...} |

DROP {COLUMN champ | CONSTRAINT NomIndex}}

ALTER TABLE permet deuxtypes d’actions :


▪ ADD pour ajouter un champ ou un index à une table existante
▪ DROP Supprime un champ ou un index d'une table existante
Après l'action, on indique, entre parenthèses, les spécifications du champ ou de l’index de la même façon que pour
la commande CREATE TABLE. On ne peut faire qu'une action à la fois (add ou drop ).

Exemple :
L'exemple suivant ajoute à la table Employés une donnée Salaire avec un champ de type Monétaire :

ALTER TABLE Employés ADD COLUMN Salaire currency ;


L'exemple suivant retire de la table Employés le champ Salaire :

ALTER TABLE Employés DROP COLUMN Salaire ;


L'exemple suivant retire la clé externe existante de la table Commandes :

ALTER TABLE Commandes DROP CONSTRAINT EmployésCommandes ;


L'exemple suivant remet la clé externe dans la table Commandes :

ALTER TABLE Commandes ADD CONSTRAINT EmployésCommandes FOREIGN KEY


(N° employé) REFERENCES Employés (N° employé) ;

3. La commande CREATE INDEX

Page 3
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

La commande CREATE INDEX permet de créer un index sur une table, sa syntaxe est :

CREATE[UNIQUE] INDEXNomIndex
ON NomTable (Champ1 [ASC|DESC][, Champ2 [ASC|DESC], ...])

[WITH {PRIMARY | DISALLOW NULL | IGNORE NULL}]

Remarques

▪ Pour éviter les doublons dans le ou les champs indexés des enregistrements, on utilise UNIQUE.
▪ Dans la clause WITH facultative, on peut forcer les règles de validation des données. Ainsi on peut :
 Interdire les entrées Null dans le ou les champs indexés des nouveaux enregistrements en utilisant l'option
DISALLOW NULL.
 Empêcher que les enregistrements contenant des valeurs Null dans le ou les champs indexés soient inclus
dans l'index en utilisant l'option IGNORE NULL.
 Définir le ou les champs indexés comme clé primaire en utilisant le mot réservé PRIMARY. Cela implique
alors que la clé doit être unique, ainsi on peut omettre le mot réservé UNIQUE.

Exemple d'instruction CREATE INDEX

Création d'un index comportant les champs Tél domicile et Extension dans la table Employés :

CREATE Unique INDEX NouvIndex ON Employés ([Tél domicile], Extension) ;


Création dans la table Clients d'un index comportant le champ N° client. Deux enregistrements ne peuvent avoir
les mêmes données, et la valeur Nulle est interdite.

CREATE INDEX Numcli ON Clients ([N° client]) WITH Pirmary;

4. Instruction DROP
Permet de supprimer une table d’une base de données ou de supprimer un index d’une table :

DROP {TABLE NomTable | INDEX NomIndex ON NomTable}

Exemple d'instruction DROP (Microsoft Access)

L'exemple suivant supprime l'index MonIndex de la table Employés :

DROP INDEX MonIndex ON Employés ;


L'exemple suivant supprime la table Stagiaires de la base de données :

DROP TABLE Stagiaires ;

5. Application
Enoncé :
On donne le MCd Suivant :

Page 4
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

1. Implanter cet MCD dans Power AMC Designor


2. Vérifier le Modèle
3. Donner le Modèle Relationnel
4. Donner le Code SQL pour implanter la BD sous Access
5. Réaliser La base de données Access
Réponse
3. Le Modèle Relationnel

4. Le Code SQL pour implanter la BD sous Access

Page 5
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

# Table : CARGOS
#==============================================================
create table CARGOS(
N_CARGO LONG not null,
NOMCARGO CHAR(30) not null,
PROPRIETAIRE CHAR(20) not null,
constraint PK_CARGOS primary key (N_CARGO));

# Table : CLIENTS
#==============================================================
create table CLIENTS(
N_CLIENT LONG not null,
NOMCLIENT CHAR(15) not null,
N_TELCLT CHAR(12),
constraint PK_CLIENTS primary key (N_CLIENT));

# Table : FOURNISSEURS
#==============================================================
create table FOURNISSEURS(
N_FOUR LONG not null,
NOMFOUR CHAR(15) not null,
N_TELF CHAR(12),
constraint PK_FOURNISSEURS primary key (N_FOUR));

# Table : MARCHANDISES
#==============================================================
create table MARCHANDISES(
N_MARCHANDISE LONG not null,
N_TRANSPORT LONG not null,
N_FOUR LONG not null,
N_CLIENT LONG not null,
DESCRIPTION CHAR(40) not null,
VOLUME SINGLE not null,
POIDS SINGLE not null,
constraint PK_MARCHANDISES primary key (N_MARCHANDISE));

# Table : SITUER
#==============================================================
create table SITUER(
CODEVILLE CHAR(5) not null,
VIL_CODEVILLE CHAR(5) not null,
DISTANCE LONG,

Page 6
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

constraint PK_SITUER primary key (CODEVILLE, VIL_CODEVILLE));

# Table : TRANSPORTS
#==============================================================
create table TRANSPORTS(
N_TRANSPORT LONG not null,
N_CARGO LONG not null,
CODEVILLE CHAR(5) not null,
VIL_CODEVILLE CHAR(5) not null,
DATETRANSPORT DATE,
HEUREDEPART TIME,
PRIXU CURRENCY,
constraint PK_TRANSPORTS primary key (N_TRANSPORT));

# Table : VILLES
#==============================================================
create table VILLES(
CODEVILLE CHAR(5) not null,
NOMVILLE CHAR(20) not null,
PAYS CHAR(20) not null,
constraint PK_VILLES primary key (CODEVILLE));

alter table MARCHANDISES


add constraint FK_MARCHAND_APPARTENI_CLIENTS foreign key (N_CLIENT)
references CLIENTS (N_CLIENT);

alter table TRANSPORTS


add constraint FK_TRANSPOR_ARRIVEE_VILLES foreign key (CODEVILLE)
references VILLES (CODEVILLE);

alter table TRANSPORTS


add constraint FK_TRANSPOR_ASSSURER_CARGOS foreign key (N_CARGO)
references CARGOS (N_CARGO);

alter table TRANSPORTS


add constraint FK_TRANSPOR_DEPART_VILLES foreign key (VIL_CODEVILLE)
references VILLES (CODEVILLE);

alter table MARCHANDISES


add constraint FK_MARCHAND_FOURNIR_FOURNISS foreign key (N_FOUR)
references FOURNISSEURS (N_FOUR);

Page 7
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

alter table SITUER


add constraint FK_SITUER_SITUER_VILLES foreign key (CODEVILLE)
references VILLES (CODEVILLE);

alter table SITUER


add constraint FK_SITUER_SITUER2_VILLES foreign key (VIL_CODEVILLE)
references VILLES (CODEVILLE);

alter table MARCHANDISES


add constraint FK_MARCHAND_TRANSPORT_TRANSPOR foreign key (N_TRANSPORT)
references TRANSPORTS (N_TRANSPORT);

III. Les manipulations des bases de données


Une fois les tables créées, on peut commencer à y insérer des données, les mettre à jour, les supprimer. Toutes ces
opérations sont des opérations de manipulation des bases de données.Pour effectuer ces manipulations, SQL
dispose de 4 instructions :

▪ SELECT
▪ UPDATE
▪ INSERT
▪ DELETE

1. La commande SELECT

1.1. Présentation et Syntaxe

La commande SELECT est la commande la plus complexe de SQL. Cette commande va servir à fairedes requêtes
pour récupérer des données dans les tables. Sa syntaxe générale est :

SELECT [all|top n [PERCENT]|disctinct|Distinct row]


{*|Nomtable.*|[Nomtable.]champ1 [AS alias1]

[, [Nomtable.]champ2 [AS alias2] [,...]]}

FROM ExpressionTable [, ...] [IN Baseexterne]

[WHERE Critère]

[GROUP BY champ1 [,champ2,...]

[HAVING Critère]]

[ORDER BY champ1 [Asc|Desc][,champ2 [Asc|Desc], ...]];

Page 8
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Exemples
Pour sélectionner les champs "prénom" et "nom" de tous les enregistrements de la table Clients :

SELECT prénm,nom FROM Clients;

Si on veut récupérer tous les champs des enregistrements sélectionnés, la syntaxe est la suivante :

SELECT *FROM Clients;

On peut indiquer des critères de sélection avec la clause WHERE. Par exemple, pour sélectionner tous les Clients
de la table "Clients" dont le code postal est 75000 :

SELECT *FROM Clients WHERE [code postal]=75000;

1.2. Les opérateurs de condition

On peut utiliser les opérateurs suivants dans les conditions :

Opérateur Signification Opérateur Signification


= Egal > Supérieur
<> Différent <= Inférieur ou égal
< Inférieur >= Supérieur ou égal

Pour sélectionner tous les articles dont le prix est supérieur à 100 F :

SELECT *FROM ProduitsWHERE prix_unitaire > 100;

1.3. Opérateurs logiques

Il est possible de combiner plusieurs conditions avec des opérateurs logiques (AND, OR, NOT) :
L'opérateur AND réunit deux ou plusieurs conditions et sélectionne un enregistrement seulement si cet
enregistrement satisfait toutes les conditions listées. Par exemple, pour sélectionner tous les clients nommés
'Dolmi' et qui habitent Casa :

SELECT *FROM ClientsWHERE nom = 'Dolmi' AND ville = 'Casa';

L'opérateur OR réunit deux conditions mais sélectionne un enregistrement si l’une des conditions listées est
satisfaite. Par exemple, pour sélectionner tous les clients nommés 'Dolmi' ou 'Dohri' :

SELECT *FROM ClientsWHERE nom = 'Dolmi' OR nom = 'Dohri';

AND et OR peuvent être combinés : Par exemple pour sélectionner les clients nommés "Dolmi" qui habitent soit
à Rabat, soit à Casa :

SELECT * FROM Clients WHERE nom = 'Dolmi' AND (ville = 'Rabat' OR ville
='Casa');

Page 9
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

L'opérateur AND a une plus grande priorité que l'opérateur OR. Pour cette raison les conditions liées par OR sont
placées entre parenthèses.

1.4. Clauses IN et BETWEEN

Pour sélectionner des enregistrements dont la valeur d'un champ peut être comprise dans une liste ou entre deux
valeurs, on utilise les clauses IN et BETWEEN.

Par exemple : Pour sélectionner les clients vivant à Rabat ou Casa :

SELECT *FROM Clients WHERE ville IN ('Rabat', 'Casa');

Ou pour sélectionner les produits dont le prix est compris entre 100 et 1000 F :

SELECT *FROM Produits WHERE prix_unitaire BETWEEN 100 AND 1000;

Pour sélectionner les produits dont le prix n'est pas dans cet intervalle :

SELECT *FROM Produits WHERE prix_unitaire NOT BETWEEN 100 AND 1000;

De la même façon, NOT IN sélectionne les enregistrements exclus de la liste spécifiée après IN.

1.5. La clause LIKE

La clause LIKE permet de faire des recherches approximatives sur le contenu d'un champ. Par exemple pour
sélectionner les clients dont le nom commence par la lettre D :

SELECT *FROM Clients WHERE nom LIKE 'D*';

Le symbole * remplace un ensemble de caractères, pour représenter tous les noms commençant par S, on utilisera
'S*', tous ceux se terminant par S, on utilisera'*S', et tous ceux comportant la lettre S : '*S*'. Le symbole ? ne
remplace qu'un seul caractère. Si on a deux clients nommés Tohri et Dohri, on utilisera ' ?ohri'.

1.6. Les jointures

La jointure permet de sélectionner des informations dans deux tables ou plus grâce aux relations existant entre ces
tables. On distingue plusieurs types de jointures :
Produit cartésien Jointure externe droite
Equijointure Thêta jointure
Jointure externe gauche Auto jointure

1.6.1 Produit cartésien

Il permet de créer une table résultat à partir deux tables ou plus comme suite : chaque enregistrement de la 1ère
table est concaténé à tous les enregistrements de l’autre table.

SELECT listechamps FROM Table1, Table2;

Page 10
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

1.6.2 Equijointure

Appelée aussi jointure naturelle, elle permet de réaliser une liaison logique entre deux tables ou plus avec un pivot
de jointure (condition de jointure) qui exprime l’égalité de valeur des clés des tables à joindre (clé primaire et clé
étrangère)

SELECT listechamps FROM Table1 INNER JOIN Table2 ON Table1.ClePri =


Table2.CléEtr;

Ou bien :

SELECT listechamps FROM Table1,Table2

WHERE Table1.ClePri = Table2.CléEtr;

Par exemple pour récupérer le nom et le prénom du client ayant passé la commande n°1 :

SELECT nom, prénom FROM Clients INNER JOIN Commandes ON


Commandes.num_client = Client.num_client

WHERE num_commande = 1;

Ou bien

SELECT nom, prénomFROM Clients, Commandes

WHERE Commande.num_client = Client.num_client AND num_commande = 1;

La clause WHERE indique que le numéro de commande doit être égal à 1 et que la jointure doit se fairesur le
numéro de client.

1.6.3. Jointure externe

Dans une équijointure, les enregistrements qui ne vérifient pas la condition de jointure, ne sont pas affichés. Une
jointure externe, appelée aussi demi-jointure, favorise une table appelée table dominante, par rapport à l’autre,
appelée table subordonnée. Les enregistrements de la table dominante sont affichés même si la condition de
jointure n’est pas vérifiée.
Lorsque la table dominante est celle dont la clé primaire entre dans la jointure, la jointure est dite externe gauche
si non elle est dite externe droite.
Jointure externe gauche :

SELECT listechamps FROM Table1 LEFT JOIN Table2 ON Table1.ClePri =


Table2.CléEtr ;

Jointure externe Droite :

Page 11
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

SELECT listechamps FROM Table1 RIGHT JOIN Table2 ON Table1.ClePri =


Table2.CléEtr ;

1.6.4 Thêta jointure

Une thêta jointure est une jointure dont l’expression du pivot utilise des opérateurs autres que l’égalité, tel que <,
<=, >, >=, <>

SELECT listechamps FROM Table1 INNER JOIN Table2 ON Table1.ClePri


{<|<=|>|>=|<>} Table2.CléEtr;

1.6.5 Auto jointure

Une auto jointure est une jointure d’une table à elle-même. SQL construit la requête selon les mêmes règles que
précédemment en considérant plusieurs copies de la même table. Il est alors obligatoire d’utiliser des alias pour
distinguer les différentes copies :

SELECT listechamps FROM Table INNER JOIN Table as AliasTable ON


Table.ClePri = AliasTable.CléEtr;

Exemple :
Pour afficher pour chaque employé l’employé chef à qui rend compte :

SELECT Employés.[N° employé], Employés.Nom, Employés_1.[N° employé],


Employés_1.Nom

FROM Employés INNER JOIN Employés AS Employés_1 ON Employés.[Rend compte


à] = Employés_1.[N° employé];

1.7. Supprimer les doubles avec DISTINCT

Supposons qu’on veut la liste des clients ayant passé au moins une commande sans avoir à répéter les informations
sur les clients ayant passé plusieurs commandes. Pour cela, il suffit de préciser à SQL de supprimer les doubles du
résultat de la sélection en utilisant la clause DISTINCT et en faisant une jointure entre les tables Clients et
Commande :

SELECT DISTINCT Clients.num_client,nom, prénom FROM Clients, Commande

WHERE Commande.num_client = Client.num_client AND num_commande = 1;

On peut même rendre le résultat de la sélection plus agréable à la lecture en utilisant la clause ORDER BY :
La sélection renvoyée va être classée alphabétiquement d'abord sur le nom, puis sur le prénom.

SELECT DISTINCT ROW nom, prénom FROM Clients, Commande

Page 12
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

WHERE Commande.num_client = Client.num_client AND num_commande = 1

ORDER BY nom, prénom;

1.8. Les fonctions d'ensemble

SQL a cinq fonctions importantes : SUM, AVG, MAX, MIN et COUNT. On les appelle fonctions d'ensemble
parce qu'elles résument le résultat d'une requête plutôt que de renvoyer une liste d'enregistrements.

Fonction Signification
SUM () Donne le total d'un champ de tous les enregistrements
satisfaisant la condition de la requête.
AVG () donne la moyenne d'un champ de tous les enregistrements
satisfaisant la condition de la requête
MAX () donne la valeur maximale d'un champ de tous les
enregistrements satisfaisant la condition de la requête
MIN () Donne la valeur minimale d'un champ de tous les
enregistrements satisfaisant la condition de la requête.
COUNT(*) Renvoie le nombre d'enregistrements satisfaisant la
requête.

STDEV ( [ ALL | DISTINCT ] expression ) Renvoie l'écart-type statistique de t


l'expression spécifiée.

VAR ( [ ALL | DISTINCT ] expression ) Renvoie la variance statistique de


l'expression spécifiée.

Exemples :

Pour retourner le prix le plus petit, le prix le plus élevé et le prix moyen de la table Produits.

SELECT MIN(prix_unitaire),MAX(prix_unitaire),AVG(prix_unitaire)

FROM Produits ;

Pour retourner le nombre de produits dont le libellé commence par la lettre 'P'.

SELECT COUNT(*) FROM Produits WHERE libelle LIKE 'P*';

1.9. La clause GROUP BY

Une des utilisations les plus courantes de la clause GROUP BY est son association avec une fonction d'ensemble
(COUNT, SUM, AVG, MIN, MAX, STDEV, VAR, …)

Page 13
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Par exemple, pour afficher le nombre de commandes effectuées par les vendeurs :

SELECT num_vendeur,COUNT (*) AS NbreCmdes FROM Commandes GROUP BY


num_vendeur;

On peut ajouter une condition à la requête, par exemple, la liste des vendeurs avec leur nombre de commandes
pour le mois de janvier et dont le nombre des commandes est supérieur ou égal à 10. On utilisera pour cela les
clauses WHERE et HAVING.

SELECT num_vendeur, COUNT (*) FROM Commandes

WHERE month([date commande])=1

GROUP BY num_vendeur HAVING COUNT(*)>=10;

Ventes Acheteurs
1.10. Les sous-requêtes
Num_acheteur Num_acheteur
On peut imbriquer autant de requêtes que l'on veut. La condition après Num_produit Nom
la clause WHERE peut porter sur le résultat d'une autre requête (ou Date_Vente Prénom
Prix
sous-requête). Supposons les tables suivantes :
La table Ventes contient, pour chaque acheteur, le produit qu'il a acheté et le prix d'achat.
On cherche la liste des acheteurs ayant acheté des articles chers. On considère qu'un article cher est un article dont
le prix est supérieur à la moyenne du prix des produits achetés + 100.

SELECT Num_acheteur FROM Vente

WHERE prix >( SELECT AVG (prix) + 100 FROM Vente);

On peut constater que la condition de la requête est basée sur le résultat d'une autre requête. Dans cet exemple, à
chaque fois qu'un acheteur aura acheté un article cher, son numéro apparaîtra, pour éviter cela, on utilise la clause
DISTINCT num_acheteur pour éliminer les doubles :

SELECT DISTINCT Num_acheteur FROM Vente

WHERE prix >( SELECT AVG (prix) + 100 FROM Vente);

1.11. Les UNIONS

Pour obtenir l’union des résultats de deux requêtes dont les listes des champs se correspondent champs pmps, on
utilise la clause UNION.

SELECT ... from ...

UNION

SELECT ... from ...;

Page 14
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Par exemple, supposons qu’on a une table clients_Rabat pour les clients habitant Rabat et une table clients_Casa
pour les clients habitant Casa. Pour obtenir les numéros des clients des deux tables, on écrit :

SELECT num_clientF ROM clients_Rabat

UNION

SELECT num_client FROM clients_Casa;

Remarque : SQL supprime automatiquement les doubles lorsque UNION est utilisé..

TP – Requêtes SELECT
1. Ouvrir la BD Comptoir (c:\...\Msoffice\Office\Exemples\)
2. Ecrire (sous forme de code SQL) et exécuter les requêtes suivantes

a. Requêtes monotables
i. Liste des clients qui habitent les villes de Paris, Lille Ou Nantes
Select * from clients where ville in (‘paris’,’lille’,’nantes’) ;
Ou bien
Where ville =’paris’ or ville =’lille’ or ville =’nantes’;

Select Société , adresse from clients where …

ii. Liste des clients dont les noms de société commencent par A, F ou O
Select * from clients where société like ‘A* or société like ‘F*’ or société like ‘O*’;
Ou bien
Where société like ‘[AFO]*’;

iii. Liste des produits dont le Prix unitaire n’est pas dans l’intervalle [500 700]
Select * from produits where [prix unitaire] not between 500 and 700;
Ou bien
Where [prix unitaire]<500 OR [prix unitaire]>700;

iv. Liste des commandes faites dans le mois 7 de l’année 1996


Select * from commandes where month([date cmmande])=7 and year([date

commande])=1996 ;
Select * from commandes where [date commande] like ‘*/07/1996’;

v. Liste des commandes réalisées au cours du 2ème semestre de l’année 1997


Select * from commandes where [date commande] between #07/01/1997# and #12/31/1997#
Ou bien
Where month([date commande]) in (7,8,9,10,11,12) and year([date commande]) =1997;

b. Requêtes multitables

Page 15
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

i. Liste des produits fournis par le fournisseur "Exotic Liquids"


Select produits.*
From fournisseurs inner join produits on fournisseurs.[n° fournisseur] = produits.[n°

fournisseur]

Where Société= ‘Exotic Liquids’ ;


Ou bien
From fournisseurs, produits

Where fournisseurs.[n° fournisseur] = produits.[n° fournisseur] and Société= ‘Exotic


Liquids’ ;

ii. Liste des employés qui rendent compte à l’employé "Fuller"


Select Employés.*
from Employes inner join employés as employésChef on employés.[rend compte à] =

employésChef.[n° employé]

Where employéshef.nom=’Fuller’ ;
iii. Liste des commandes assurées par les employés qui rendent compte à "Fuller"
iv. Liste des produits commandés pour les commandes faites par le client "ALFKI" et calculer pour
chaque produit commandé le prix total en tenant compte de la remise

c. Requêtes multi tables avec groupement


i. Nombre de commande par clients
Select clients.[code client], société , count(*) as NbreCommandes
From Clients inner join Commandes on clients.[code client]=commandes.[code client]

Group by clients.[code client], société


ii. Liste des clients dont le nombre de commande est supérieur ou égal à 5. Le résultat doit être trié par
ordre décroissant du nombre de commande
Select clients.[code client], société , count(*) as NbreCommandes

From Clients inner join Commandes on clients.[code client]=commandes.[code client]


Group by clients.[code client], société

Having count(*)>=5

iii. Liste des commandes avec le calcul du montant global pour chaque commande en tenant compte de
la remise
Select commandes.[n° commande], sum([quantité]*[prix unitaire]*(1-[remise (%)])) as
MontantTotal

From commandes inner join [détails commandes] on commandes.[n° commande]= [détails

commandes].[n° commande]

Page 16
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Group by commandes.[n° commande]


iv. Liste des produits commandés 5 fois
Select produits.[réf produit],count(*) as NbreCommandes

From Produits inner join [détails commandes] on produits.[réf produit]= [détails

commandes].[réf produit]
Group by produits.[réf produit]

Having count(*)=5

2. La commande INSERT INTO

2.1. Présentation et syntaxe

La commande INSERT est utilisée pour ajouter des enregistrements ou des parties d'enregistrements dans des
tables. Elle est utilisée généralement sous deux formes : Remarque
Pour paramétrer la requête on peut utiliser des
1ère forme
paramètres placés entre crochets au des valeurs
INSERT constantes :
Insert
INTO Nomtable (champ1,champ2,...) Into nomtable(champ1,champ2,…)
Values([param1],[param2],…) ;
VALUES ('valeur1','valeur2',...);
Exemple
Exemple insert into
insert into fournisseurs(numfournisseur,société,adresse,cp,ville,
téléphone)
fournisseurs(numfournisseur,société,adresse,cp, values([quel est num du fournisseur ?],[quel est le
nom ?],[quelle est l'adresse ?],[CP?],[Ville ?],[Tél ?])
ville)
values(‘F06’,’Thomson’,'n° 100 Hassan
II’,’20000’,’Casa’)

Cette forme est utilisée lorsqu'on veut insérer un seul enregistrement. On créera un nouvel enregistrement dont le
contenu du champ1 sera valeur1, le contenu du champ2 sera valeur2,etc...

Exemples

2ème forme

INSERT

INTO Nomtable (champ1,champ2,...)

(requête_select);

Dans cette seconde forme, le résultat de la requête va être inséré dans les champs indiqués de la table. Cette
méthode est utilisée lorsque plusieurs enregistrements sont ajoutés simultanément.

Page 17
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Dans les deux cas, les valeurs insérées doivent correspondre au type de données du champ dans lequel l'insertion
va être faite. Les chaînes de caractères constantes doivent être placées entre apostrophes ( ' ).

2.2.Insérer tout ou une partie d'un enregistrement

Si des valeurs doivent être insérées dans tous les champs de l'enregistrement de la table, la liste des noms des
champs n'a pas besoin d'être explicitement indiquée dans la commande. Les valeurs des champs à insérer doivent
cependant apparaître dans le même ordre que les noms des champs lors de la création de la table.

La syntaxe est alors :

INSERT

INTO Nomtable

VALUES ('valeur1','valeur2','valeur3',...);

Par exemple, dans la table Client, pour insérer un nouveau client :

INSERT

INTO Clients

VALUES (100,'Alami','Farid','rue de la résistance,’75000’,'Casa',


NULL);

Remarque : dans les champs pour lesquels les valeurs sont inconnues on insère la valeur NULL, à condition que
la propriété du champ "NULL interdit" soit à NON.

2.3. Insérer plusieurs enregistrements ou plusieurs parties d'enregistrements

On peut insérer simultanément plusieurs enregistrements ou parties d'enregistrements dans une table. Dans ce cas,
les données insérées vont être récupérées dans une ou plusieurs autres tables.

Par exemple, pour placer dans une table nommée "Clients_Rabat" les clients habitant Rabat :
Créer une table "Client_Rabat" composée des champs: le nom, le prénom et l'adresse.
Exécuter la commande :

INSERT

INTO Clients_Rabat(nom,prenom,adresse)

SELECT nom,prenom,adresse

FROM Clients

WHERE ville='Rabat ;

Application

Page 18
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

On considère les trois dossiers suivants Tp1, Tp2 et Tp3. Chacun de ces dossiers contient trois fichiers bases de
données suivants : GestStockD,GestStockS et DB1

1. Depuis le dossier Tp1, ouvrez la base GstStockS et copier toutes ses données dans la base GestStockD.
On précise que les champs des tables sources et destinations ont les mêmes noms.

2. Depuis le dossier Tp2, Ouvrez la base GestStokD et copier y toutes les données de la base GestStockS.
On précise que les champs des tables sources et destinations ont les mêmes noms sauf pour les tables
Catégories

3. Dans le dossier Tp3, ouvrez la base DB1, et copier toutes les données de la base GestStockS dans la base
GestStockD. On précise que les champs des tables sources et destinations ont les mêmes noms.

Solution
1.
Insert Into Catégories IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Catégories;

Insert Into Sociétés IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Sociétés;

Insert Into Produits IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Produits;

Insert Into Entrées IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Entrées;

Insert Into Sorties IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Sorties;

Insert Into DétailsEntrées IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM DétailsEntrées;

Insert Into DétailsSorties IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM DétailsSorties;

Insert Into Règlements IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Règlements;

Insert Into Encaissements IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Encaissements;

2.
Insert Into Catégories Select * FROM Catégories 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Sociétés Select * FROM Sociétés 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Produits Select * FROM Produits 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Entrées Select * FROM Entrées 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Sorties Select * FROM Sorties 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into DétailsEntrées Select * FROM DétailsEntrées 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into DétailsSorties Select * FROM DétailsSorties 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Règlements Select * FROM Règlements 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Encaissements Select * FROM Encaissements 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

3.
Insert Into Catégories IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Catégories in 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Sociétés IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Sociétésin 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Page 19
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Insert Into Produits IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Produitsin 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Entrées IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Entrées in 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Sorties IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Sortiesin 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into DétailsEntrées IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM DétailsEntrées in 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into DétailsSorties IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM DétailsSortiesin 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Règlements IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Règlementsin 'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

Insert Into Encaissements IN 'C:\tp\tp1\geststockD.mdb' Select * FROM Encaissements in

'C:\tp\tp2\geststockS.mdb';

3. La commande UPDATE

La commande UPDATE est utilisée pour changer des valeurs dans des champs d'une table. Sa syntaxe est :

UPDATE Nomtable
SET champ1 = nouvelle_valeur1, /* il s’agit d’une expression */
champ2 = nouvelle_valeur2,

champ3 = nouvelle_valeur3

WHERE condition;
La clause SET indique quels champs de la table vont être mis à jour et avec quelles valeurs ils vont l'être. Les
champs non spécifiés après la clause SET ne seront pas modifiés.

Par exemple, pour modifier, dans la table Produits, le prix d'un produit dont le nom est "prod1" :
UPDATE produits
SET prix_unitaire = 1000
WHERE libelle = 'prod1';

La commande UPDATE affecte tous les enregistrements qui répondent à la condition donnée dans la clause
WHERE. Si la clause WHERE est absente, tous les enregistrements de la table seront affectés.

Par exemple pour modifier Le prix unitaire de TOUS les produits de la table produits :
UPDATE produits
SET prix_unitaire = 1000;

Exemple 2

Remplacer par 0 toutes les qtéStock définies à NULL :

Update Produits

Set QtéStock=0

Where QtéStock is NULL

Page 20
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

Comme la commande INSERT, la commande UPDATE peut contenir une sous requête select. Dans ce cas la
syntaxe est la suivante :

UPDATE table
SET champ1 = nouvelle_valeur1,
champ2 = nouvelle_valeur2,
champ3 = nouvelle_valeur3, …

WHERE condition = (requête);

Exemple : Pour changer à Dolmi le nom de l’acheteur qui a passé la vente numéro 10

UPDATE Acheteurs SET nom = 'Dolmi'

WHERE num_acheteur =(SELECT num_acheteur

FROM Ventes WHERE num_Vente = 10);

4. La commande DELETE

Pour supprimer des enregistrements d'une table, utilisez la commande DELETE. La syntaxe est la suivante :
DELETE*
FROM table
WHERE condition;

On ne peut pas supprimer seulement le contenu de quelques champs des enregistrements. La commande DELETE
supprime des enregistrements entiers, c'est pour cela qu'il n'est pas nécessaire d'indiquer ici des noms de champs.
La condition spécifiée après WHERE va déterminer quels sont les enregistrements à supprimer.

Par exemple, pour supprimer tous les clients dont la ville est Rabat :

DELETE

FROM Clients

WHERE ville='Rabat';

Pour supprimer tous les enregistrements d'une table, n'indiquez pas de clause WHERE :

DELETE FROM table;

Cette variante de la commande DELETE ne supprime pas la table, elle supprime seulement les enregistrements
contenus dans cette table et laisse une table vide. On peut aussi, utiliser une sous requête qui servira à déterminer
la condition de la suppression. La syntaxe est la suivante :

DELETE

Page 21
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

FROM table

WHERE condition = (requête);

5. Application

Une agence de voyage veut informatiser la gestion des voyages qu’elle propose à ses clients (itinéraires,
monuments visités, réservations …)
Une base de données doit être construite à partir du cahier des charges suivant :

Les circuits :
Un circuit est identifié par un numéro, un nombre d’étapes et une séquence d’étapes. Une étape se déroule pendant
un nombre donné de jours dans une ville donnée. Au cours de chaque étape, tous les monuments de la ville,
lorsqu’il y en a, sont visités.
Un même circuit ne repasse jamais plusieurs fois dans la m^me ville, mais il peut arriver que la ville de départ ou
d’arrivée figure parmi les villes étapes.
Les villes sont identifiées par leurs noms. Les monuments sont identifiés par leurs noms dans la ville où ils sont
situés.
Un circuit peut être programmé plusieurs fois à des dates différentes. A chacune de ces programmations on associe
un nombre de places. Deux programmations d’un m^me circuit peuvent avoir des nombres de places différents.
Par contre le prix d’un circuit est toujours le même quelle que soit sa date de programmation. La durée d’un circuit
est égale à la somme des durées de ses étapes.

Les réservations :
Une réservation, identifiée par un numéro, est effectuée pour le compte d’un client (identifié par un nom) et
concerne une programmation d’un circuit. Plusieurs places pour la même programmation du même circuit peuvent
être réservées en une seule fois.

5.1. Schéma relationnel

Le schéma relationnel retenu pour la base de données est composé des tables suivantes :
Villes (NomVille :Char(15), Pays : Char(15))
Monuments(NomMonument : Char(30), NomVille#,Prix :Currency)
Circuits(N°Circuit : Integer,NbreEtapes : Integer,PrixCircuit : Currency)
Etapes(N°Etape : Integer,N°Circuit#,NomVille#,Durée : Integer)
Programmations(N°Circuit#,DateProg : Date,NbrePlaces : Integer)
Clients(codeClt : Long,NomClt : Char(15))
Réservations(N°Reservation : Long,CodeClt#,(N°Circuit,DateProg)#,Places : Integer)

Sous forme graphique le schéma se présente comme suit :

Page 22
SQL/Microsoft Jet Par M. Qbadou

5.2. Implantation

Page 23