Vous êtes sur la page 1sur 6

Tout savoir sur les compléments alimentaires

De nombreux compléments alimentaires vous tendent les bras. Pour lutter contre la
fatigue, pour préparer sa peau au soleil de l’été, pour vous aider à perdre quelques
kilos… gélules et préparations sont nombreuses. Quels sont leurs composants et
leurs modes d’action. Explications.
Publicité

Petite définition de ces gélules du bien-être

L’Europe, puis la France depuis mars 2006, a défini très précisément ce qu’était et ce que
pouvait contenir ou non un complément alimentaire. La définition est très précise, elle indique
que les compléments alimentaires sont des denrées alimentaires dont le but est compléter un
régime normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d'autres substances
ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés, commercialisés sous forme de
doses. Par dose, on entend toutes les formes classiques : gélules, pastilles, comprimés,
ampoules, ou encore sachets.

Ces compléments alimentaires peuvent donc comprendre de nombreux produits :

• des aliments classiques ou partie d’aliments par exemple


un extrait de carotte ;
• des nutriments : vitamines et minéraux comme la
vitamine C ou le calcium ;
• des plantes et préparation de plantes comme le fenouil
en excluant les plantes dont l’usage est strictement
médicamenteux ;
• et tous les produits à but nutritionnel ou physiologique :
que ce soit des protéines, des acides gras, ou des anti-
oxydants comme les oligo-éléments (sélénium par exemple).

Pour les besoins de l’exercice, ce texte a été tronqué. Seuls les éléments les plus significatifs ont été conservés.
Dans tous les cas, les produits utilisés ne doivent pas être destinés exclusivement à un usage
thérapeutique, les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments. Et surtout les
doses ne doivent pas dépasser les apports journaliers recommandés. […]

Les effets star des compléments alimentaires

Les compléments alimentaires sont de plus en plus le fruit d’associations mûrement réfléchies
pour un effet combiné et synergique. Et si on se contentait avant d’un simple magnésium
associé à la vitamine B6, ce sont aujourd’hui des cocktails d’attaque qui contiennent des
dizaines de composants alliés pour un effet maximum. Parmi eux, certaines actions font office
de stars.

Les anti-oxydants comme le sélénium, la vitamine C, la vitamine E ou encore le zinc sont


définitivement bons pour notre santé et si nous n’arrivons pas à les mettre dans nos assiettes,
alors pas d’hésitation pour se défendre contre le stress oxydatif et préserver son avenir, les
compléments alimentaires qui en contiennent sont nombreux.

Côté minceur, ce sont les drainants d’une part et les brûleurs de graisse et/ou de calories
d’autre part qui ont la part belle. Attention si ces compléments composés de plantes
drainantes, d’acides aminés et autres vitamines sont de formidables aides-minceur, ils ne
remplacent pas l’hygiène de vie impérative au bien-être et à une perte de poids durable.

Et pour garder son bronzage longtemps, les compléments "activateurs de bronzage" ou


"préparateurs de peaux" débarquent au printemps. On vous suggère de commencer bien avant
l’exposition au soleil. Les actifs principaux de ces produits sont les caroténoïdes (présents dans
les carottes, les tomates…) efficaces pour préparer la peau à un joli hâle, ils ne remplacement
pas non plus les crèmes solaires, indispensables pour se protéger des méfaits du soleil.

Enfin les indémodables cocktails anti-fatigue : du magnésium à la gelée royale en passant par
le ginseng et le guarana, ils sont indiqués pour donner un coup de fouet quand l’énergie est au
plus bas.

Juliette Lauzanne

Sources :
• Décret n° 2006-352 du 20 mars 2006 publié au JO du 25 mars 2006
• Directive 2002/46/CE du Parlement et du Conseil du 10 juin 2002 relative au
rapprochement des législations des États membres concernant les compléments alimentaires -
Journal Officiel des Communautés européennes 12 juillet 2002 : L183/51-L183/57.

Qui sommes-nous ? Recrutement Contacts Espace Annonceurs Charte d’utilisation

Pour les besoins de l’exercice, ce texte a été tronqué. Seuls les éléments les plus significatifs ont été conservés.
RECHERCHER RECHERCHE AVANCEE

Cosmétologie et Dermatologie esthétique


[50-230-A-10]

Compléments alimentaires en cosmétologie


B. Dreno : Professeur
CHU, Hôtel-Dieu, place Alexis-Ricordeau, 44035 Nantes cedex 1, France

 Résumé
Les compléments alimentaires, partie intégrante de la cosmétologie depuis les années 1990,
sont aujourd'hui en pleine expansion. Leurs indications résultent de leurs propriétés mises en
évidence in vitro et chez l'animal. Très peu d'études in vivo, à ce jour, ont été réalisées chez
l'homme. Cela peut s'expliquer car aucune réglementation ne s'applique à la cosmétologie
active. Les compléments alimentaires sont essentiellement de quatre types : oligoéléments,
vitamines, acides aminés et acides gras essentiels. Leurs principales indications sont : le
vieillissement cutané, la photoprotection, la prévention des cancers, la chute des cheveux, la
fragilité unguéale et l'hydratation de la peau.

Mots clés : Oligoéléments, Acides aminés, Acides gras, Vitamines, Supplémentation orale

 Introduction
[…] Depuis une dizaine d'années, on assiste ainsi à une croissance exponentielle dans les
pharmacies et parapharmacies des rayonnages de « compléments alimentaires ». Cela soulève
notamment trois questions : les compléments alimentaires sont-ils nécessaires à notre
organisme ? Quelles preuves de leur efficacité avons-nous ? Présentent-ils des risques ? […]

 Différents compléments alimentaires et leurs mécanismes d'action


Les données sur les mécanismes d'action des compléments alimentaires sont encore
parcellaires et reposent avant tout sur des données in vitro. Les études cliniques demeurent
rares et de méthodologie le plus souvent médiocre. De la même manière, peu de données
aujourd'hui existent sur la pénétration cutanée des compléments alimentaires [1].

Le mécanisme d'action le plus étudié est celui de l'activité antiradicalaire. Les radicaux libres,
du fait de leur électron non apparié, sont des espèces hautement réactives produites par des
stress physiques et chimiques (anion superoxyde, peroxyde d'hydrogène, radical hydroxyl) et
notamment par les ultraviolets (UV) qui s'attaquent à l'organisation moléculaire de la cellule
avec, comme cible principale : les lipides, les protéines et les acides nucléiques. Ils aboutissent
à des altérations de l'acide désoxyribonucléique (ADN) nucléaire, du cytosquelette et la
libération de médiateurs. Les cellules possèdent deux lignes de défense contre les radicaux
libres qui sont des cibles des compléments alimentaires (Tableau 1 ) :

• les défenses primaires capturent directement les radicaux libres (peroxyde d'hydrogène et
anions superoxydes) par activation d'un système enzymatique antiradicalaire. […]

• les défenses secondaires luttent contre les altérations cellulaires déclenchées par les
radicaux libres comme la peroxydation lipidique.[…]

 Indications de la supplémentation orale


Les différents laboratoires qui développent les suppléments alimentaires sont souvent dotés de
lignes de produits très courtes comprenant : un solaire, un hydratant, un antiradicalaire, des

Pour les besoins de l’exercice, ce texte a été tronqué. Seuls les éléments les plus significatifs ont été conservés.
fortifiants pour cheveux et ongles. Ceux-ci bénéficient du conseil du pharmacien et de tests
cliniques renouvelés suivant l'évolution scientifique. La principale cible aujourd'hui des
compléments alimentaires demeure le vieillissement cutané. Les preuves cliniques demeurent
faibles, mais quelques études cliniques de meilleure qualité clinique (niveau de preuve 2)
commencent à être publiées. […]

 Conclusion
Aujourd'hui, près de 5 % des Français dont 92 % de femmes utilisent des compléments
alimentaires, 70 % ont plus de 35 ans. C'est un marché en pleine expansion. Néanmoins, au
regard de la loi se pose le problème de la relation entre cosmétologie active et médicament et
la frontière est loin d'être évidente à partir du moment où la cosmétologie active revendique
une activité sur certaines pathologies [57 et 58]. On ne peut oublier que tout comme un déficit
en vitamine, oligoéléments ou autre nutriment est nuisible, un surdosage peut aussi, à moyen
ou à long terme, induire des effets néfastes pour l'organisme [59]. La mise en place d'une
réglementation dans le domaine paraît donc nécessaire. Par ailleurs, seules des études
cliniques permettraient de prouver la réelle efficacité de ces compléments alimentaires. Mais
doit-on appliquer les mêmes règles d'essais randomisés à des compléments alimentaires qu'à
des molécules qui demandent une autorisation de mise sur le marché (AMM) [20] ?

 Références
[1] Richelle M., Sabatier M., Steiling H., Williamson G. Skin bioavailability of dietary vitamin E, carotenoids,
polyphenols, vitamin C, zinc and selenium Br. J. Nutr. 2006 ; 96 : 227-238
[2] Bohm F., Edge R., McGarvey D.J., Truscott T.G. Beta-carotene with vitamins E and C offers synergistic cell
protection against NOx FEBS Lett. 1998 ; 436 : 387-389
[3] Ekanayake-Mudiyanselage S., Kraemer K., Thiele J.J. Oral supplementation with all-Rac- and RRR-alpha-
tocopherol increases vitamin E levels in human sebum after a latency period of 14-21 days Ann. N. Y. Acad.
Sci. 2004 ; 1031 : 184-194
[4] McArdle F., Rhodes L.E., Parslew R.A., Close G.L., Jack C.I., Friedmann P.S. , et al. Effects of oral vitamin E and
beta-carotene supplementation on ultraviolet radiation-induced oxidative stress in human skin Am. J. Clin. Nutr.
2004 ; 80 : 1270-1275
[5] Galan P., Briancon S., Favier A., Bertrais S., Preziosi P., Faure H. , et al. Antioxidant status and risk of cancer in
the SU.VI.MAX study: is the effect of supplementation dependent on baseline levels? Br. J. Nutr. 2005 ; 94 :
125-132
[6] Shao A., Hathcock J.N. Risk assessment for the carotenoids lutein and lycopene Regul. Toxicol. Pharmacol.
2006 ; 45 : 289-298
[7] Tenaud I., Leroy S., Chebassier N., Dréno B. Zinc, copper and manganese enhanced keratinocyte migration
through a functional modulation of keratinocyte integrins Exp. Dermatol. 2000 ; 9 : 407-416
[8] Reid G. Food and Agricultural Organization of the United Nation and the WHO.The importance of guidelines in
the development and application of probiotics Curr. Pharm. Des. 2005 ; 11 : 11-16
[9] Hsu S. Green tea and skin J. Am. Acad. Dermatol. 2005 ; 52 : 1049-1059
[10] Katiyar S., Elmets C.A., Katiyar S.K. Green tea and skin cancer: photoimmunology, angiogenesis and DNA
repair J. Nutr. Biochem. 2007 ; 18(5) : 287-296
[11] Pajonk F., Riedisser A., Henke M., McBride W.H., Fiebich B. The effects of tea extracts on proinflammatory
signaling BMC Med. 2006 ; 4 : 28
[12] Hall G., Phillips T.J. Estrogen and skin;the effects of estrogens, menopause, and hormone replacement therapy
on the skin J. Am. Acad. Dermatol. 2005 ; 53 : 555-568
[13] Moore J.O., Wang Y., Stebbins W.G., Gao D., Zhou X., Phelps R. , et al. Photoprotective effect of isoflavone
genistein on ultraviolet B-induced pyrimidine dimer formation and PCNA expression in human reconstituted skin
and its implications in dermatology and prevention of cutaneous carcinogenesis Carcinogenesis 2006 ; 27 :
1627-1635
[14] Thom E. A randomized, double-blind, placebo-controlled study on the clinical efficacy of oral treatment with
DermaVite on ageing symptoms of the skin J. Int. Med. Res. 2005 ; 33 : 267-272
[15] Skovgaard G.R., Jensen A.S., Sigler M.L. Effect of a novel dietary supplement on skin aging in post-menopausal
women Eur. J. Clin. Nutr. 2006 ; 60 : 1201-1206
© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Accueil Aide Qui sommes-nous ? Politique rédactionnelle Politique publicitaire Crédits

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.


Nous adhérons
aux principes de la
charte HONcode. Vérifiez ici.

Pour les besoins de l’exercice, ce texte a été tronqué. Seuls les éléments les plus significatifs ont été conservés.
Article Discussion Modifier Historique

Complément alimentaire
Un complément alimentaire est censé fournir un complément de nutriments (vitamines,
minéraux, acides gras ou acides aminés) manquants ou en quantité insuffisante dans le régime
alimentaire d'un individu. A la différence des additifs alimentaires qui sont mélangés à certains
aliments, le complément est lui vendu de façon isolée.

Sommaire
1. Le principe de la complémentation
alimentaire
2. Utilité médicale
2.1 Aux États-Unis
3. Notes
4. Liens externes

Le principe de la complémentation alimentaire [modifier]

Une cuisine saine est censée fournir une alimentation équilibrée répondant aux AJR et évitant
ainsi le besoin de suppléments alimentaire. Toutefois, le mode d'alimentation moderne peut
induire certaines carences alimentaires.

Par exemple, un homme adulte à l'activité moyenne aura besoin de 0,8 gramme de protéines
par jour et par kg ; la consommation de viande lui permettra d'atteindre ce montant assez
facilement ; en revanche, la consommation exclusive de salade ne le permettra pas. Toutefois,
l'homme a également quotidiennement besoin d'un certain apport de fibres pour sa digestion
et son transit intestinal, fibres qui lui seront apportées par la salade et non pas par la viande.
[…]

Il en résulte que seule une alimentation équilibrée, associant des aliments de types
nutritionnels différents (ou au pis aller un apport en complément alimentaire) peut assurer les
apports des éléments indispensables.

Utilité médicale [modifier]

L'utilité médicale de ces compléments est controversée et leur statut varie selon les pays :

Aux États-Unis [modifier]

Le complément alimentaire (dietary supplement) est défini par le Dietary Supplement


Health and Education Act of 1994[1] comme un produit répondant aux critères suivants:

1. Il est conçu pour être complémentaire d'un régime alimentaire et peut être un comprimé,
une capsule ou un liquide composé de:
• une vitamine,
• un minéral,
• un végétal à l'exception du tabac,
• un acide aminé,
• une enzyme,
• une barre énergétique,
• un métabolite.
2. Il doit être précisé qu'il ne s'agit pas d'une alimentation classique et ne doit pas être
consommé comme unique source d'alimentation.
3. Il doit être clairement étiqueté comme "complément alimentaire".

Pour les besoins de l’exercice, ce texte a été tronqué. Seuls les éléments les plus significatifs ont été conservés.
La FDA considère les compléments alimentaires comme de la nourriture, et non comme des
médicaments. Elle ne doit donc pas pré-approuver leur sécurité et leur efficacité mais elle peut
s'attaquer à des fabricants si elle constate a posteriori la présence de produits dangereux sur
le marché. Toutefois, certains aliments (tels que les produits pour enfants ou les alicaments)
sont plus surveillés car ils concernent des populations plus vulnérables. […]

Notes [modifier]

[1] US Dietary Supplement Health and Education Act of 1994

Liens externes [modifier]

* (en) Dietary Supplement Further information


* (en) US FDA/CFSAN Dietary Supplements
* (en) Monitoring the Adverse Health Effects of Dietary Supplements Further information
* (en) What's in the Bottle? An Introduction to Dietary Supplements (NCCAM)
* (en) NIH info on herbal supplements
* (en) National Nutritional Foods Association

Dernière modification de cette page le 16 mai 2009 à 11:31.


Droit d'auteur : Tous les textes sont disponibles sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., organisation de bienfaisance régie par le
paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis.
Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements

Pour les besoins de l’exercice, ce texte a été tronqué. Seuls les éléments les plus significatifs ont été conservés.