Vous êtes sur la page 1sur 6

Master GMP

Travaux pratiques
Analyses chimiques et Electrochimie
appliquée aux matériaux

Compte rendu du TP :
Inhibition de la corrosion

 Réalisé par :
AZAMI HASSANI Oumayma
BOUJEDAR Nouhaila
BOUROUAIL Hanane

 Encadré par :
Pr. Mme SABIR

Année universitaire : 2020/2021


I. Introduction

La corrosion est le phénomène suivant lequel les métaux ont tendance, sous l’action
d’agents atmosphériques ou de réactifs chimiques, à retourner à leur état original d’oxyde,
carbonate, plus stable par rapport au milieu considéré, et ainsi à subir une détérioration de
leurs propriétés.

Le problème de la corrosion a pris de nos jours une importance considérable, étant donnée
l’utilisation de plus grande des métaux et alliages dans la vie moderne.

L’étude de la corrosion se situe à croisée de divers domaines : Electrochimie, physique du


solide, métallurgie, chimie, physique, thermodynamique… outre son intérêt scientifique
interdisciplinaire, elle répond à un enjeu industriel important.

1. Définition de la corrosion :
La corrosion est une réaction chimique ou électrochimique entre un matériau, généralement
un métal, et son environnement qui entraîne une dégradation du matériau et de ses propriétés.

C’est une détérioration des matériaux qu’ils subissent sous l’action de l’un ou de plusieurs
agents agressifs du milieu environnant. Etl’interaction physico-chimique entre le matériau et
le milieu environnant entraînant des modifications dans le matériau et pouvant conduire à une
dégradation significative des propriétés du matériau ou du milieu environnant.

Réactions de corrosion : Ce sont des réactions d’oxydo-réduction irréversibles entre le métal


et un agent oxydant du milieu environnant. L’oxydation du métal implique la réduction de
l’agent oxydantelle s’écrit en générale suivant cette réaction :

Métal + agent oxydant Métal oxydé + agent réducteur

Il existe deux types de corrosion : la corrosion atmosphérique, la corrosion aqueuse.

Les exemples les plus connus sont les altérations chimiques des métaux dans l'eau (avec ou
sans oxygène), tels que: la rouille du fer et de l'acier, la formation de vert-de-gris sur le cuivre
et ses alliages (bronze, laiton).

1
2. Définition de l’inhibition :
Un inhibiteur c’est une substance qui retarde la corrosion lorsqu’elle est ajoutée à un
environnement en faible concentration, c’est une moyenne de lutte contre la corrosion des
métaux et des alliages par abaissement de la vitesse de corrosion.

Il existe plusieurs types d’inhibiteurs, on distingue : Inhibiteurs organiques, minéraux,


cathodiques, anodiques, ou mixtes.

II. But de Manipulation


 On étudiera l’inhibition de la corrosion de l’aluminium par le borax en milieu basique
(inhibiteur minéral)
 La corrosion électrochimique et protection contre la corrosion.
III. Inhibition de la corrosion
1. Mode opératoire :
 Onpoli les 8 coupons d’aluminium par un papier abrasif dont le but de débarrasser de
la couche protectrice (film passif),puis on lave par de l’eau distillée,et on les sèche
avec l’air chaud ;
 On mesure la masse initiale des 8 coupons d’aluminium ;
 On utilise le borax comme inhibiteur car c’est un inhibiteur minéral efficace en milieu
basique ;
 Au début on prépare 4 béchers contenant 50 ml de solution de KOH à différentes
concentrations (0,5M,1M,2M,3M) par la méthode suivante on calcul la masse initiale
pour préparer la solution 1M puis on fait la dilution pour les autres concentrations :
𝑚
C×V=𝑀

m = C×V×M

m = 1×200×10-3×56,11 = 11,22g

 On prépare 4 autres béchers de 50 ml de solution KOH de concentration 1M


additionnée à 20-40-60-80 mM de solution de Borax(inhibiteur minéral plus efficace
dans le milieu basique)
Calcul de la masse de Borax ajoutée à la solution :
- On peut calculer la masse selon la relation :

m= C.M.V avec M=381,37g/mol et V=50.10-3

2
C (mM) 20 40 60 80
m(Borax)(g) 0,38 0,76 1,14 1,52

 On met les 8 coupons dans les solutions préparées, et on les retirés après 50 minutes
 On les lave par de l’eau distillée, puis on les sèche à l’air chaud et on pèse la masse
finale après l’attaque.

NB : on travaille dans un milieu désaéré


2. Résultats :
Calcul la vitesse de corrosion de chaque série :
La vitesse de corrosion est donnée par la relation suivante :
𝑃𝑖−𝑃𝑓
W= avec t=50min = 0,83h
𝐴.𝑡

Série 1 : Avec la solution de KOH à 0,5 ;1 ;2 ;3M on trouve les résultats suivants après la
mesure du masse des coupons :

C(KOH) (M) 0,5 1 2 3


Masse initiale 3,176 3,272 2,926 3,322
Masse finale 3,140 3,226 2,857 3,223
Pi – Pf (mg) 36 46 69 99
Surface des 12,8 14,06 12,8 11,4
coupons
La vitesse de 3,39 3,94 6,49 10,46
corrosion
(mg/cm2.h)

3
La courbe W=f(CKOH) :

W=f(C(KOH))
12
La vitesse de corrosion (mg/cm2.h)
10

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5

C(KOH) (M)

 Interprétation :
On constate d’après la courbe, lorsqu’on a l’absence de borax, la différence de masse
augmente en fonction de la concentration, donc la vitesse de corrosion augmente.
Série 2 :Avec la solution de Borax à 20; 40; 60;80 mM :

C(Borax) (mM) 20 40 60 80
Masse initiale 3,438 3,094 3,399 3,264
Masse finale 3,380 3,058 3,058 3,205
Pi – Pf (mg) 58 36 341 59
Surface des 10,92 9,88 10,73 14,82
coupons
La vitesse de 6,40 4,40 38,28 4,80
corrosion
(mg/cm2.h)
I (%) -62,43 -11,67 -871,57 -21,82

Calcul du pourcentage d’inhibition :


𝑾𝒊𝒏𝒉
On a I = (1- ) × 𝟏𝟎𝟎 avec W0= W(KOH(1M))= 3,94
𝑾𝟎

Winh : La vitesse de corrosion en présence d’inhibiteur


W0 : La vitesse de corrosion en absence d’inhibiteur

4
La courbe I=f(Cborax)

I =f(C(Borax))
200
0
I(%) -200 0 20 40 60 80 100

-400
-600
-800
-1000
C(Borax)(mM)

 Interprétation :
En présence de l’inhibiteur(Borax), on constate que la différence de masse diminue et puis le
pourcentage d’inhibiteur diminue et le potentiel diminue.
IV. Corrosion électrochimique et protection contre la corrosion
1. Corrosion électrochimique du fer par l’eau de javel
- On décape mécaniquement trois clous avec un tampon abrasif. Cette étape
primordiale car les clous sont recouverts d’un vernis les protéger de la corrosion.
- On place dans l’eau de javel respectivement :
 Un clou seul.
 Un clou entouré d’un fil de cuivre.
 Un clou d’un fil de Zinc.
- Au bout de 10min on retire les clous.

- Interprétation des observations portées sur chaque clou :

 Clou 1 :quelques points de rouillés, attaque oxydation plus lente.


 Clou 2 : rouille immédiatement plus forte.
 Clou 3 : pas de rouille mais bulles de gaz sur le fil de zinc.
E° (Cu2+/CU) = 0,34V, E° (Fe2+/Fe) = -0,44V, E° (Zn2+/Zn) = -0,76V
- Le cuivre est un métal noble, va accélère la corrosion de Fer car le potentiel est
très élevée de cuivre par rapport le Fer.
- Le Fer seul va corroder.
- Le zinc est protégé le Fer contre la corrosion, car leur potentiel est moins élevé,
donc il y a une corrosion de zinc (sacrifice) on milieu basique.
- On a la formation de rouille par contre en milieu acide pas de rouille. Donc on peut
conclure que la corrosion de Fer est moins faible pour le milieu acide que le milieu
basique.

Vous aimerez peut-être aussi