Vous êtes sur la page 1sur 24

III

IV XVI

XX

XIV

VI

XXI

VIII
XVIII

Agnès Cathala et Muriel Astier – Trame


XII
Rédactrices de ce dossier

TI182v5.indd I 28/10/11 09:18


Des fiches-outils
pour animer vos groupes
Depuis de nombreuses années, Travaux-et-Innovations vous fait découvrir des approches et des outils
pédagogiques. Ils vous permettent de diversifier vos pratiques et de développer votre goût pour la
pédagogie. A ce titre, l’animation, cœur de métier des ingénieurs Trame, et ses multiples techniques,
ont fait l’objet de nombreux articles.

Au fil de nos collaborations avec des ■ Poser des règles avec un groupe. ■ Evaluer les acquis d’un groupe.
agents de développement (conseillers ■ Créer un bon climat dans le groupe. ■ Animer des réunions téléphoniques
agricoles, formateurs, enseignants) ■ Faire exprimer l’identité, les valeurs ou des visioconférences.
dans tous les départements, et lors de individuelles et collectives.
nos échanges avec les jeunes recrues de ■ Faciliter l’expression individuelle Ce dossier vous propose 10 fiches-ou-
Trame, nous constatons régulièrement à dans le groupe. tils décrivant de façon synthétique les
quel point la maîtrise de ces techniques ■ Faire produire un groupe. techniques d’animation sur ces ques-
est nécessaire aux conseillers en charge ■ Faire prendre une décision à un tions qui permettent à l’animateur :
d’animer des groupes de développe- groupe. ■ de maîtriser le fonctionnement d’un
ment agricole, des collectifs de travail, ■ Rendre un groupe créatif. groupe et d’en réguler les principaux
ou des groupes en formation. Vous ■ Faire réfléchir le groupe sur un sujet processus,
vous demandez quelquefois quelles se- complexe, trouver des solutions. ■ de faire produire le groupe,
raient les techniques pour : ■ d’atteindre ses objectifs,
■ et tout cela, en travaillant dans une
ambiance et un cadre de travail qui
Evaluer
les acquis
du gro upe
facilitent les apprentissages.
Rendre e
up
le g ro f
Et une onzième fiche vous fera
créati
découvrir quelques outils infor-
matiques simples et gratuits utiles
pour l’avant et l’après réunion.
Créer
Faire un bo n
ire Chaque fiche-outil renvoie à un ar-
p ro d u p e climat
u
le g ro dans le ticle plus conséquent de Travaux-
gro upe et-Innovations et/ou à des res-
sources bibliographiques qui vous
permettront d’aller chercher des
informations complémentaires sur
ter chaque technique proposée.
Facili io n
re s s Les articles de Travaux-et-Innovations,
l’exp n elle
p er s o n publiés il y a plus d’un an, sont té-
n du
au sei p e léchargeables gratuitement, dans
g ro u leur intégralité, sur le site de Trame
(www.trame.org) à la rubrique Tra-
vaux-et-Innovations.
Bonne animation à tous ! ■

Agnès Cathala et Muriel Astier


Trame
Rédactrices de ce dossier

II TRAV
TR
TRAVAUX
AVAU
AUX
X & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVE
NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd II 28/10/11 09:18


Pédagogie

Poser
s
le s règ le
ave c
e
le g ro u p

Le contrat pédagogique
Contexte d’utilisation
■ Le formateur / animateur établit un contrat avec un groupe
dès que le besoin s’en fait sentir : formation, réflexion stra-
tégique, situation conflictuelle entre membres d’un groupe,
contexte délicat, etc.

Objectifs
■ Pour le formateur, poser les règles de fonctionnement ett
asseoir son autorité.
■ Pour les participants, connaître le mode de fonctionne-e--
ment et le cadre dans lequel le travail va se dérouler.
■ Faciliter le bon fonctionnement et le confort d’apprentis-
s-
sage du groupe.

Etapes
TRAT
DU CON
■ L’animateur, en début de réunion ou de formation, pro--
M E N T S
LES ÉLÉ écificités,
pose au groupe des règles de fonctionnement.
ir des sp
■ Il interpelle les participants : « Selon vous, quelles sont less peut avo
ontrat union e la ré
■ Chaque c ro u p e , d u thème d
règles qui vont nous permettre de bien travailler ensemble, danss n du g
en fonctio etc. gles re-
le temps qui nous est imparti ? » la fo rmation, a leurs et rè
ou de cert a in e s v
■ Les participants énoncent des règles ou des valeurs (cf. encadré).. ■ Néa
nmoins, omme :
t ré g u liè rement c
v ie n n e n
■ L’animateur commente les propositions, en rappelle less
enjeux ou questionne les participants sur les enjeux « Enn - Ecoute.
e.
- Toléranc
quoi, selon vous, il est important de… ? » -A m b ia n c e.
■ Il écrit les mots clés validés par le groupe au tableau. ill a nce.
- Bienve nnes.
e c t des perso icipants.
■ Une fois les propositions faites par tous, l’animateur demande e - Resp p art
ment des
« Est-ce que quelqu’un voudrait encore ajouter une règle ? » - Engage
ntialité.
- Confide ires. nser à
■ Puis, l’animateur demande si chacun est d’accord pourr
- Respe c t des hora o rt a b le  » ou pe on.
u -p ati
respecter ce contrat, en spécifiant que ce contrat s’appliquee son « ins de la form
- Eteindre téléphone à la fin
aussi à lui. on
rallumer s .
s apartés role. 
■ Chaque participant répond. - Eviter le e r la pa
coup
■ Enfin, l’animateur affiche ce contrat au su et au vu de cha-- - Ne pas la p a ro le…
er
cun et remercie le groupe pour son engagement. - Demand

Durée
■ Prévoir 20 à 30 minutes.

Variante
■ Il est possible de proposer directement des règles de fonc--
tionnement au groupe. Mais l’effet d’appropriation par less
participants et les échanges sur les règles sont beaucoup
moins importants que lorsque les participants bâtissent eux-
mêmes leur contrat.

Points de vigilance
■ Prévoir ce temps de contrat.
■ Etre vigilant sur la durée de l’établissement du contrat. ■

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 III

TI182v5.indd III 28/10/11 09:18


bo n
r u n s le
e
Cré t dan u pe
a g ro
cl im

La présentation croisée
Objectifs
■ Découvrir les éléments incontournables caractérisant
chaque participant.
■ Faciliter l’interconnaissance des participants.
■ « Détendre » les participants, créer un climat de confiance.

Etapes
■ L’animateur place les participants en binôme en convenant
de changements de place car on se met souvent à côté d’une
personne qu’on connaît.
■ Il remet une feuille sur laquelle sont inscrites 3 questions
qui ont trait à la profession et à la vie personnelle.
■ Pendant 5 minutes, la première personne du binôme (A)
pose ces questions à la deuxième (B) et note ses réponses.
■ Et vice-versa.
Descriptif rapide ■ Puis A présente B et B présente A au groupe.
Lors des réunions, une séquence de présentation est néces-
saire. La méthode de la présentation croisée constitue une Durée
variante qui anime le groupe. ■ Il faut compter 10 minutes de préparation pour tous et 10
minutes de présentation par binôme.
Contexte d’utilisation ■ La restitution peut se faire tout de suite après la séquence
■ Réunion, conseil d’administration, formation en salle. e. de questionnement, ou au cours du repas ou de la journée,
■ Dans d’autres lieuxx comm
comme
mme da
mm d
dans
nss un
n bu
bus (q(qua
(quand
uand
nd u
un
n gr
g
groupe
oupe
oupe si le groupe est important.
se dép
déplace
pla
lace
ce p
pou
pour
ourr un
unee vi
visi
visite,
site
site,, un vvoy
te voyage,
oyag
oy age,
age, eetc
etc.),
tc.)
tc.),, da
.) dans
ns u
unn tr
trai
train…
ain…
ain…
Avantages
■ Cette technique pose des questions assez classiques et
LA PRÉSENTA
PAR UN OBJE TION s’utilise pour des groupes qui se connaissent peu. Elle garde
T un
u côté original par le fait que ce n’est pas la personne A qui
■ Prévenir
à l’avance les pa
avec eux un ou plu rticipants d’amen se
s présente elle-même : elle est présentée par un tiers qu’elle
sieurs objets qui er
cœur et qui serv leur tiennent à ne
n connaissait pas forcément avant.
iront à les présen
bli, l’animateur leu ter. En cas d’ou-
r demande de ch
salle ou à proxim oisir dans la
ité ce qui peut les
ca
Points
P
Po de vigilance
■ L’animat
eur récupère les ra ctériser.
une table. objets et les étale ■ Entendre parler de soi est impliquant ! Cet exercice peut
sur
■ Il deman
de à A de chois
déclencher
dé de l’émotion. Il faut donc être vigilant sur les
son avis caractér ir un des objets réactions
rééa des participants. ■
ise B. qui, à
■ Et B fait
de même pour A
■ Une fois
.
l’ensemble des
l’animateur dem présentations fa
ande à chaque pe ites,
vraiment l’objet rsonne quel est
apporté et en qu
térise. oi cela la carac-
■ Cette m
éthode s’applique
se connaît déjà un avec un groupe
peu. qui
■ Elle relan
ce une dynam
groupe qui ronron ique dans un
ne un peu, redo
identité au groupe nne une
.
Pour en savoir plus
« Con
Connaître les techniques de présentation collective »
Frédérique Rose - Travaux-et-Innovations n° 134 - janvier 2007
Frédéri

IV TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd IV 28/10/11 09:18


Pédagogie

Crée
cl im r u n bo
at d n
ans
g ro u le
pe

Les jeux brise glace


- Demander aux participants de lire les noms des fruits écrits
au tableau un à un. Le premier participant est une pomme,
son voisin une papaye, le suivant une banane et le qua-
trième participant une goyave et le prochain recommence
avec pomme.
- Les participants doivent échanger leur place quand le
nom de leur fruit est annoncé. Par exemple, si on annonce
« pomme », toutes les « pommes » doivent échanger leur
place. Si le meneur de jeu crie « salade de fruits », tout le
monde doit changer de place.
- L’animateur participe aussi et essaie de prendre une place.
- Celui qui perd sa place (il manque une chaise) se retire du
jeu.

• Le « téléphone arabe »
- Les participants s’assoient ou se mettent debout en cercle.
Le meneur de jeu murmure rapidement un message à un
Descriptif rapide participant.
■ Créer une bonne ambiance est essentiel pour favoriser - Pour pimenter le jeu, donnez deux activités différentes
l’implication des participants et faciliter les apprentissages. dans ce message initial, comme : « J’ai fait du riz pour le repas
De nombreux jeux d’animation existent. et je me suis habillée en bleu pour aller danser ».
- Le participant passe ce message à la personne suivante, etc.
Contexte d’utilisation - La dernière personne crie le message.
■ Ces jeux s’utilisent dans tout type de réunion ou de forma- Il y a des chances pour que le message final soit différent de
tion en début de réunion, après la pause déjeuner, ou dès celui d’origine.
que le niveau d’attention des participants baisse.
Durée
Objectifs ■ Chaque jeu ne doit pas durer plus de 15 minutes chacun.
■ Mettre le corps en mouvement en faisant rire les partici-
pants pour soulager les tensions. Avantages
■ Faire en sorte que les participants se connaissent mieux. ■ Ces jeux ne demandent aucune préparation particulière et
■ Stimuler l’énergie des participants. s’utilisent en fonction de l’ambiance du groupe et l’état de
■ Faciliter la participation, la concentration et l’apprentis- vigilance des participants.
sage. ■ Ils sont rapides.

Exemples de jeux brise glace Points de vigilance


■ Si les participants ne se connaissent pas du tout ou sont
• Salade de fruits très intimidés, commencer par un jeu en équipe ou comme
- L’animateur demande aux participants de s’asseoir sur des le téléphone arabe, assez simple.
chaises en formant un cercle et leur explique qu’ils vont pré- ■ Pas de jeu de concentration en début de réunion si les par-
parer une salade de fruits. ticipants ne se connaissent pas. ■
- Le meneur de jeu fait partie des participants, mais se met
debout. Il doit y avoir une chaise de moins que le nombre
de participants. Pour en savoir plus
- Ecrire 4 noms de fruit au tableau. « Des jeux pour briser la glace ou se concentrer en
formation »
- Maintenant, on suppose que les participants deviennent
Muriel Astier - Travaux-et-Innovations n°181 - octobre 2011
un fruit.

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 V

TI182v5.indd V 28/10/11 09:18


Faire
l’i de expr im e
n r
le s v tité,
aleu r
ind iv s
et co i d uelle s
lle ct
i ve s

Notre équipe
Le blason
• Dans la deuxième case en haut à droite, les valeurs du col-
Le Sl
Le S
Slogan
loga
loga
lo gan
an
lectif sous forme de mots-clés.
La définition Les mots-clés • Dans la troisième case en bas à gauche, les « amis » du col-
lectif : les points forts du collectif.
• Dans la dernière case en bas à droite, le groupe inscrit les
Les amis Les ennemis « ennemis » : ce qui nuit au groupe, ce qui peut-être amélioré.
• Dans le bandeau, le sous-groupe propose une devise.
Le symbole - l'image Enfin dans la pointe du blason, le sous groupe dessine les
symboles forts du collectif.
■ Etape 2 : restitution des blasons et échanges. Chaque
sous-groupe présente aux autres son blason. L’animateur
Descriptif rapide rappelle les règles de fonctionnement : d’abord une écoute
■ Emprunté aux traditions anciennes, le blason traduit la de- silencieuse, ensuite un éventuel complément d’information
vise fondatrice d’une famille et constitue un cadre dans lequel proposé par les membres du sous-groupe qui présente son
s’inscrivent ses membres. Cet outil pédagogique propose à un blason. Enfin, quand l’animateur le propose, les participants
individu ou à un groupe un effort de réflexion valorisante sur peuvent poser des questions de clarification.
lui-même, avec le symbolisme de fierté inhérent au blason. ■ Etape 3 : constitution d’un blason partagé. En grand
groupe, l’animateur dessine un blason vierge, le blason de
Contexte d’utilisation l’organisation, et anime une synthèse collective. Cette sé-
■ Le blason est utilisé dans de nombreux secteurs profession- quence conduit les participants à choisir ensemble les élé-
nels pour permettre à un groupe de faire connaissance, aider ments constitutifs de l’identité de leur groupe.
à la définition d’un projet, travailler sur l’image de soi ou sur
l'identité collective. Durée
Ce dernier type d’utilisation est détaillé dans cette fiche. ■ De 1 h à 2 h 30, en fonction du nombre de participants.

Objectifs Variante
■ Créer les conditions d’une réflexion positive sur l’identité, ■ Le blason peut aussi servir à travailler par exemple les ob-
les valeurs, le sens d’une organisation. jectifs du groupe pour l’année. On inscrira alors dans le ban-
■ Confronter les imaginaires personnels des participants deau : l’objectif de l’année, et dans les cases : 3 sous-objec-
d’un groupe. tifs, 3 qualités, 3 points d’appui et 3 points faibles.

Etapes Avantages
(Exemple pour un groupe de 20 personnes) ■ Lorsque le groupe a bâti son blason, les participants
■ En grand groupe, l’animateur donne la consigne de l’exer- ressentent un grand sentiment de fierté et d’apparte-
cice et son déroulement, et explique que le groupe va être nance.
scindé en 3 sous-groupes.
■ Etape 1 : constitution d’un blason par sous-groupe. Sur Points de vigilance
une feuille de paperboard, chaque sous-groupe dessine un ■ La constitution d’un blason partagé peut être délicate pour
blason composé de 4 cases, d’une case « symboles » dans la l’animateur car elle suscite beaucoup d’échanges. Il doit être
pointe du blason, et d’un bandeau. Les inscriptions peuvent à l’écoute et trancher avec l’accord du groupe quand c’est
être constituées de graphismes ou de mots-clés : verbes, ad- nécessaire. ■
jectifs qualificatifs ou expressions. Les phrases ne sont, en
général, pas acceptées sauf pour le bandeau. Avant d’ins-
crire un mot dans le blason, celui-ci doit être validé par l’en- Pour en savoir plus
semble du sous-groupe. « Le blason, un outil d’animation aux multiples
applications »
• Dans la première case en haut à gauche, le sous-groupe
Muriel Astier – Travaux-et-Innovations n°151 - octobre 2008
inscrit la définition du collectif.

VI TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd VI 28/10/11 09:18


Pédagogie

im er
Faire expr
l’identité,
le s valeu rs s
e
ind ivid uell s
cti v e
et co lle
La méthode du perroquet
■ Elle procède ainsi, 5 fois de suite en repartant toujours de
la nouvelle réponse.
■ Lorsque la personne ne sait plus quoi répondre à la ques-
tion, c’est qu’elle vient d’exprimer une valeur.

Durée
■ 15 minutes par action mais cela peut être plus long en
fonction des situations.

Variante
■ On peut-être confronté à plusieurs réponses à une ques-
tion « En quoi est-ce important pour toi de …? » Dans ce cas,
traiter séparément les différentes réponses en appliquant la
même méthode.
Descriptif rapide
■ La méthode du perroquet permet de faire exprimer les va- Avantages
leurs et les motivations profondes des personnes. Elle permet ■ En général, avant la cinquième question, les « causes ra-
de remonter jusqu’aux causes premières d’une situation pro- cine » du problème sont élucidées.
blématique en s’interrogeant sur le pourquoi de la situation.
Points de vigilance
Contexte d’utilisation ■ La technique et ses objectifs doivent bien être expliqués.
■ La méthode du perroquet peut être utilisée pour accom- Les participants doivent être consentants car l’exploration
pagner des agriculteurs ou des collectifs d’agriculteurs qui par le questionnement peut déranger des personnes qui n’y
s’interrogent sur leur projet. L’exercice s’applique dans toute sont pas préparées. ■
réflexion sur la stratégie d’exploitation ou d’organisation, in-
dividuelle ou collective. « On arrive rapidement à des valeurs en partant
d’actions (ces actions sont donc des objectifs). »
Objectifs
■ Aider à l’expression des valeurs, des motivations pro-
Devoir Don
fondes, du sens des actions. familial de soi
Etapes
■ Il faut au moins être deux pour utiliser cette méthode :
une personne qui écoute et questionne une autre personne Pourquoi ? 2 2
En quoi est-ce vital
qui souhaite mettre en place une action ou atteindre un ob- pour moi ?
jectif. J’aide mon fils Je rencontre des gens,
V
Valeur !
■ L’animateur demande aux participants d’inscrire au bas je partage
d’une feuille l’action envisagée ou l’objectif à atteindre.
1 1
■ La personne qui questionne, si possible une personne ex-
térieure au projet ou à l’action, pose une première fois la
question « En quoi est-ce important pour toi de mener cette ac- Je voyage en Angleterre Je m’engage
chez mes enfants dans des associations
tion ? » ou « Qu’est-ce que cela va t’apporter de …? »
■ Une fois la réponse obtenue, la personne qui questionne
écrit fidèlement la réponse au dessus de la première action. Pour en savoir plus
■ En partant de la réponse obtenue, elle pose à nouveau la « La méthode du Perroquet »
Muriel Astier et Frank Pervanchon - Travaux-et-Innovations n°174 -
question « En quoi est-ce important pour toi de… » ou « Qu’est-
janvier 2011
ce que cela va t’apporter de …? » et note la réponse.

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 VII

TI182v5.indd VII 28/10/11 09:18


l i ter
Faci io n
re ss
l’exp nn elle
o
p ers e i n d u
a u s ro u p e
g

Le photolangage®
Etapes
■ Présentation de l’objectif, du déroulement, et de la ques-
tion posée (environ 10 min). La question, définie en amont
par l’animateur, doit être courte et clairement formulée.
L’animateur l’inscrit au tableau, la répète et vérifie qu’elle
est compréhensible pour tous.
■ Choix individuel de 3 photos pour répondre à la question
posée (5 à 10 mn). Les photos ont été étalées au préalable
sur une table autour de laquelle chacun peut circuler. Cha-
cun choisit en silence ses photos, sans les prendre (note leur
numéro) et garde bien son choix initial même si quelqu’un
sélectionne la même photo.
Descriptif
escriptif rap
rapide
pide
e ■ Travail en grand groupe autour des choix individuels de
■ Le photolangage® est une méthode créée en 1965 par un photos (de 1 à 2-3 h) pour que chacun puisse exprimer ses
groupe de psychologues et psychosociologues lyonnais. Elle réponses et présenter son point de vue. A tour de rôle, les
utilise des photographies pour faciliter l’expression person- participants vont chercher leurs photos et les présentent en
nelle en groupe, dans le respect des différences d’opinions, expliquant en quoi elles permettent de répondre à la ques-
de cultures. tion posée. Après chaque expression, l’animateur reformule
les expressions fortes du participant et les inscrit avec son ac-
Contexte d’utilisation cord sur le tableau papier.
■ Les contextes d’utilisation sont multiples, en voici ■ Analyse des travaux (15 à 30 mn). Ce temps permet aux
deux exemples : participants de réagir sur la méthode qui a été proposée et
• faire exprimer à des agricultrices leurs aspirations et leurs sur ce qui a pu être dit. L’animateur demande aux partici-
difficultés par rapport à leurs choix professionnels avec la pants comment ils ont vécu l’exercice.
question : « Qu’est-ce qui est difficile pour moi dans le choix
d’une activité professionnelle ? » Durée
• faire réfléchir des responsables professionnels agricoles sur De 1 h 30 à 3 h 30.
la notion d’engagement personnel avec une question du
type : « Qu’est-ce qui fait que je me suis engagé dans le syndi- Avantages
calisme ? » ■ La photographie permet de voir et de dire ce qui, autre-
ment, resterait invisible et indicible.
Objectifs ■ Les éléments de la photographie servent de points d’an-
■ Faciliter l’émergence et l’expression des représentations crage concrets pour les échanges.
individuelles et collectives, sur un thème donné, ■ La méthode séduit en général ceux qui la pratiquent.
à partir d’une question précise posée aux
participants. Points de vigilance
■ Permettre un déploiement des points de ■ L’animateur doit faire preuve de méthode et d’écoute.
vue et positionnements de chacun. ■ Cet exercice fait souvent jaillir de l’émotion que le forma-
teur doit canaliser. ■

« MATÉRIEL »
■ Une salle suffisamment grande pour disposer
d’un espace pour exposer les photos et d’un
espace de discussion.
■ Un jeu d’une cinquantaine de photos (à
Pour en savoir plus
acheter ou à concevoir soi-même).
« Le Photolangage® »
■ Un tableau paperboard et des feutres.
Muriel Astier - Travaux-et-Innovations n°154 - janvier 2009

VIII TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd VIII 28/10/11 09:18


Pédagogie

Fac
l’expr iliter
e
p ers o s s i o n
n n e ll
au se e
in d u
g ro u p
e

Le photodécoupage
Descriptif rapide
■ La créativité dans un processus d’apprentissage ou de
construction de projet sollicite et valorise chacun de façon
très intime et positive. Le photodécoupage permet aux par-
ticipants de s’exprimer à travers des collages de photos dé-
coupées dans des magazines.

Contexte d’utilisation
L »
■ Le photodécoupage s’utilise dans différents contextes, en
M AT ÉRIE ment grande. par personne.
voici deux exemples : «  ffisam uleur
alle su es co aque
■ Une s s 6 magazin ux pour ch
• lors d’une séance de présentation en demandant à chacun u mo in t cis e a
■ A colle e
de faire un collage qui représente son activité profession- Tu b es de

ant.
nelle, particip
cotc . h A3.
• lors d’une séance de travail sur l’identité d’un collectif, ■ S
s d e papier
Feuil le
d’une marque ou le contenu d’un concept. ■

Objectifs
■ Faciliter l’expression et l’émergence des représentations
individuelles grâce à une activité ludique.
■ Eviter les présentations ou réponses similaires.

Etapes
■ L’animateur fournit aux participants le matériel nécessaire
(cf. encadré) puis donne la consigne « En découpant des élé-
ments dans les magazines et journaux fournis, réalisez un collage
PRÉSENTER
qui suggère… » Laisser environ 15 à 20 minutes aux partici- AVEC DES FLSES ACTIO
ONS
pants pour ce travail. EURS
■ Cette au
■ En grand groupe, chaque participant présente son collage
tre méthode pe
d’échanger sur rmet aux stag
leurs activités de iaires
aux autres. L’animateur veille à ce que le regard des autres évitant le classiqu façon ludique, en
e tour de table.
porte sur le fond et les idées représentées et non sur la forme. ■ L’animat
eur a découpé à
de couleur carto l’avance dans de
nnées des pétales s feuilles
fleurs : 10 pétale et des cœurs de
Durée s par participant
et environ 5  cœur
par sous-groupe s
■ De 1 h à 1 h 30 selon le nombre de participants. de 6 personnes.
■ Chaque
participant reçoit
chacun une actio des pétales et ins
n. crit sur
Variantes ■ Les parti
cipants se mette
6 personnes. Ch nt ensuite par gr
■ Ce travail peut aussi être réalisé par équipe. acun expose brièv oupes de
et leur intérêt. Le ement ses actions
■ Le collage peut être remplacé par un dessin. s participants ch
de regroupemen erchent des thèm
t qu’ils inscrivent es
fleurs. Ils collent sur le cœur des
Avantages ces cœurs sur un
board et autour e feuille de pape
de chaque cœur r-
Cet activité est ludique et favorise la créativité. tant des actions les pétales présen
-
liées aux thèmes
■ Un rapp .
orteur par sous
ensuite le travail -g roupe présente
Point de vigilance au grand groupe
séquence suivant . Dans la
■ Le matériel doit être suffisant pour ne pas perdre de temps e, certaines actio
vent être détaillé ns peu-
au moment de l’étape de création. ■ es si nécessaire.

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 IX

TI182v5.indd IX 28/10/11 09:18


re
Fai d uire
p ro ro u p e
le g

Le paperboard tournant
Les apports écrits doivent être concrets et précis sur le pa-
perboard. Avant d’écrire, les membres du groupe doivent
prendre le temps d’échanger entre eux et de désigner un
rapporteur.
■ Au signal de l’animateur, la 2ème séquence démarre (8 min).
Les groupes se déplacent dans la salle d’une feuille à l’autre,
dans le sens des aiguilles d’une montre : A se retrouve de-
vant la feuille 2, B devant la 3, C devant la 1. Chaque groupe
prend connaissance du travail du groupe précédent et le
complète. Il souligne aussi les propos du groupe précédent
qui lui conviennent et remplit une 3ème colonne : « Cela mar-
chera mieux avec… »
■ Au signal de l’animateur, la 3ème séquence de 8 minutes
démarre. Les groupes se remettent en mouvement et comme
à la seconde étape prennent connaissance des productions
Descriptif rapide des deux groupes précédents sur le paperboard et les com-
■ La méthode du paperboard tournant est une méthode plètent.
simple et rapide qui fait produire à un groupe des solutions ■ L’animateur lance ensuite la 4ème séquence (5 min). Chaque
et des pistes d’amélioration concrètes sur des sujets donnés. sous-groupe se retrouve devant sa feuille de paperboard ini-
Elle permet aussi de produire rapidement des consensus. tiale. Les membres élaborent une synthèse en 3 ou 4 points
maximum. La consigne de la synthèse peut être formulée :
« Citer 3 points importants pour… »
Contexte d’utilisation ■ Chaque rapporteur présente en 5 minutes la synthèse de
■ Cette méthode maintient le groupe en éveil en créant du son groupe et s’ensuivent 5 minutes d’échanges et réactions
mouvement. Elle est particulièrement indiquée pour animer des autres groupes.
le passage difficile du début d’après-midi dans les réunions.
Elle peut être utilisée sur des sujets variés tels que les pra- Durée
tiques de commercialisation des agriculteurs ou le fonction- ■ 1 heure environ.
nement d’un groupe.
Avantages
Objectifs ■ Le mouvement crée une stimulation, facilite l’échange et
■ Faire produire le groupe. le dialogue.
■ Faciliter la prise de décision en faisant émerger des consen- ■ La production est riche.
sus. ■ Les synthèses facilitent la prise de décision.

Etapes Points de vigilance


■ Les participants sont répartis en 3 sous-groupes A, B, C. Ils ■ L’animateur doit veiller au temps et au caractère concret
se tiennent chacun debout devant une feuille de paperboard des apports au sein de chaque groupe.
qui présente des consignes différentes. A se tient devant la ■ Il faut une salle suffisamment grande pour se déplacer ai-
feuille 1, B devant la feuille 2 et C devant la 3. Chaque sous- sément et 3 paperboards (à défaut des feuilles de paper-
groupe reçoit aussi un feutre d’une couleur différente qu’il board seront posées sur des tables). ■
conserve tout au long de la séquence, ce qui permet de re-
trouver aisément les propos de chaque groupe.
■ Chaque groupe prend connaissance de sa consigne et rem- Pour en savoir plus
plit deux colonnes sur sa feuille de paperboard (10 min) : « Le paperboard tournant, une animation dynamique »
Christophe Evrard et Muriel Astier - Travaux-et-Innovations n°145 -
• colonne 1 : « Pour atteindre cette consigne, j’ai essayé… »
février 2008
• colonne 2 : « Cela aurait pu mieux marcher si… »

X TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd X 28/10/11 09:18


Pédagogie

Faire
p ro d u
le g r ire
o upe

La méthode des post-it


Descriptif rapide Avantages
■ La méthode des post-it consiste à faire exprimer les parti- ■ La méthode prend en compte la parole de chacun.
cipants, par écrit, sur des post-it grand format, sur des ques- ■ La production du groupe peut être conservée ou photo-
tions données. Elle s’inspire de la méthode allemande Mé- graphiée comme compte rendu.
taplan®.
Points de vigilance
Contexte d’utilisation ■ La ou les questions traitées doivent être préparées, bien
■ Cette méthode s’utilise en réunion, en formation, quelle formulées et avoir un ordre logique s’il y en a plusieurs.
que soit la taille du groupe. Elle est interactive, visuelle et ■ L’objectif final et les étapes doivent être travaillés en
consensuelle. Elle est utile pour faire travailler un groupe où amont. ■
la prise de parole est délicate.

Objectifs
■ Recueillir des idées, trouver des actions à mener.
■ Faire exprimer des besoins. « MATÉRIEL »
■ Trouver des solutions à un problème. Un ou deux tableaux pap
ier.

■ Recueillir des représentations, des visions. plu sie urs cou leurs.
■ Des post-it de
■ Du scotch .
Etapes ■ Des feutres.
■ Au préalable, l’animateur définit la ou les questions ns
à traiter, en faisant attention à l’ordre logique des ques-s--
tions en fonction du but à atteindre.
■ L’animateur présente l’objectif de la séance puis les règles
de fonctionnement. Il distribue à chacun 5 à 6 post-it par FINIR
T E S P OUR DÉ
MMET
personne et 1 feutre.
■ L’animateur lit la première question à traiter et vérifie sa DES GOIORITÉS orités, il e
st
E S P R fi nir des pri sées en
compréhension par tous. L r les répo
nse s e t d é
cées et c
las
Pour pon
dére ses énon tifier les
■ Chacun écrit une réponse par post-it, lisible de loin, en ■
fo is les répon r à chacun d’iden r-
possible,
u n e ande haque pa
quelques mots. s e m b le s , de dem ires. Pour cela, c d e e n -
sous-en riorita
raissant p es. L’animateur d
eman
e s
■ L’animateur ramasse les post-it et les mélange. s lu i p a c ô té d
action 2   g o mmett o m m ettes à
■ Il lit chaque post-it un par un et les colle sur un tableau ç o it
ticipant re n de venir coller
se s g s. L’a i-
n
p lu s prioritaire .
suite à ch
a c u sent le s ndération
paperboard.
ti o n s q u i lui parais s résultats de la po
■ Les post-it sont classés en sous-ensembles cohérents avec la deux ac ressortir le
it ensuite
participation du groupe. Faire préciser les réponses si besoin. mateur fa
■ L’animateur entoure ensuite les sous-ensembles définis et
leur cherche un titre avec l’appui des participants.
■ On recommence avec les questions suivantes, avec des
post-it d’une autre couleur.

Durée
■ De 1 à 2 h 00.

Variante
■ La réflexion sur les questions peut se faire en sous-groupes
de 4 à 5 personnes.
Pour en savoir plus
« La boîte à outils des formateurs »
Isabelle Cauden et Frédérique Cuisiniez - Edition Dunod - 2009

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 XI

TI182v5.indd XI 28/10/11 09:18


re
p re nd n
re io
Fai décis pe
un e ro u
n g
à u

La grille d’intérêt
Journée de rassemblement des salariés – 17 mai 2003 ■ L’animateur instaure un tour de table durant lequel chacun
Les attentes des salariés agricoles de Rhône-Alpes ne dit que ce qu’il a écrit. Personne ne réagit, chacun écoute
GRILLE D’INTERET et on ne rebondit pas sur les propos du précédent. Chaque

r
cre
cou
peu
pas

res upe
tem onsa
u
Dépouillement

bea
sse

un

ser
question nécessite un tour de table spécifique. L’animateur

inté u gro
re
c
ps
sse

qui onsab t à êt
ére

se
peu êt à y

d
res
ére
t

note les réponses.


m’in

le
prê
nté

de
t

r
m’in

s’y
m’i
ne

suis
suis ■ A partir des réponses à la question 2, l’animateur construit

va
Cela
la

la

p
res
Je
Ce

Ce

un
Je
Thèmes retenus
1 – Renouveler les adhérents, les administrateurs, bergers 38, avoir des idées
2 2 7 4
avec le groupe une liste d’idées d’action ou thèmes à tra-
pour convaincre
2 - Formations, Stages, départementaux ou régionaux, vulgarisation, stages vailler. Il inscrit ces thèmes – soit à la main, soit sur un ordi-
0 5 6 3
sur les différents métiers
3 – Coopération avec l’ANPE / CIO / Mission locale sur offres et demandes 3 7 4 1
nateur équipé d’un vidéoprojecteur – dans la première co-
4 – Améliorer nos bulletins d’info mensuels, bulletin interdépartemental 1 2 4 8
lonne d’une grille (un thème par ligne) après les avoir fait
valider par le groupe. Les 5 colonnes suivantes ont les intitu-
Descriptif rapide lés ci-après : « Cela ne m’intéresse pas », « Cela m’intéresse un
■ Cet outil permet de cadrer et d’accompagner un processus peu », « Cela m’intéresse beaucoup », « Je suis prêt à y consacrer
de décision collective. du temps », « Je suis prêt à être responsable du groupe qui va
s’y intéresser ».
Contexte d’utilisation ■ Une fois la grille remplie, elle est photocopiée autant de
■ La grille peut être utilisée en formation, conseil d’admi- fois que de participants, et 2 copies supplémentaires sont
nistration, assemblée générale…, de 6 à 100 participants. prévues pour le dépouillement.
■ Quelques exemples d’utilisation : ■ Chaque participant reçoit une grille et qualifie son intérêt
• établir le programme annuel d’action d’une association, pour les thèmes en mettant des croix.
• redonner une vision à long terme à une structure agricole, ■ Le dépouillement se fait à main levée. Les thèmes pour
• définir les axes de travail d’une organisation agricole… lesquels aucun des participants n’est prêt à être responsable
sont abandonnés.
Objectifs ■ La grille de dépouillement est ensuite photocopiée et dis-
■ Faire prendre des décisions à un groupe. tribuée à tous pour compte-rendu.
■ Impliquer et responsabiliser les personnes.
Durée
Etapes ■ Compter 2 h 30.
■ Chaque participant répond, individuellement par écrit, à
3 questions. Avantage
■ Les questions sont formulées de manière spécifique : une ■ Le plaisir de voir la richesse et la variété des idées émises
première question active la sensation de plaisir, une deu- atténue largement une éventuelle crispation de départ à
xième invite à exprimer des regrets et la troisième décrit les l’énoncé des règles.
avantages à réaliser des actions à plusieurs. Par exemple, si
la consigne est : « Décidons collectivement, au sein de notre as- Points de vigilance
sociation, des thèmes à travailler dans les 5 années à venir ». Les ■ L’animateur doit adopter la posture de la « main de fer dans
questions posées aux participants sont libellées ainsi : un gant de velours ». Le cadre doit être posé et le cap maintenu.
• « Durant les 5 dernières années, quels sont, selon vous, les ■ Il est important de briefer le président du groupe sur la
thèmes travaillés par notre association qui ont été les plus perti- méthode avant la réunion pour s’en faire un allié. ■
nents ? ».
• « Durant les 5 dernières années, quels sont, selon vous, les
thèmes qui n’ont pas été suffisamment travaillés et/ou pas tra-
vaillés du tout et qui auraient dû l’être ? ».
• « Quel avantage y a-t-il à travailler collectivement chacun des Pour en savoir plus
thèmes que vous avez nommés ? » « Faire prendre une décision un groupe »
Muriel Astier et Antoine Carret – Travaux-et-Innovations n°152 -
Chacun dispose de 15 minutes pour répondre dans un si-
novembre 2008
lence total.

XII TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd XII 28/10/11 09:18


Pédagogie

Faire pre
nd
u n e décis re
io n
à u n g ro
upe

La méthode des groupes combinés


sitions.
■ Faire ensuite 2 groupes qui préparent chacun une liste de
trois propositions.
■ Un représentant de chaque groupe présente alors les
3 propositions.
■ Il reste donc 6 propositions pour lesquels l’animateur or-
ganise une séance de vote.

Durée
■ 1 heure environ.

Variante
■ Lors de la dernière étape de la méthode, l’animateur peut
aussi annoncer de manière abrupte que dans 8 minutes, il
Descriptif rapide veut voir le libellé de la décision finale affichée au mur. Puis
■ Cette méthode très dynamique permet d’aboutir rapide- il s’éclipse pour ne revenir que 5 minutes après avoir infor-
ment à une décision avec un groupe important. mé le groupe qu’il lui reste 3 minutes.

Contexte d’utilisation Avantages


■ Elle permet de redynamiser un groupe de 8 à 40 per- ■ La méthode permet de faire s’exprimer toutes les bonnes
sonnes aux moments difficiles de la journée (après le déjeu- idées de tous les participants.
ner et en fin de journée). ■ Cette méthode favorise l’alternance entre une activité de
construction et un exercice de négociation.
Objectifs
■ Traiter rapidement une question en faisant produire au Points de vigilance
maximum tous les participants. ■ L’animateur doit veiller à ne pas être intrusif, ce n’est ja-
■ Réaliser un consensus en partant des avis de chacun. mais lui qui tient le stylo.
■ Favoriser l’échange sur le thème, la question. ■ Il doit être attentif au respect des échéances courtes qui
■ Réaliser une synthèse collective et prendre
ren
endr
dree un
dr u
unee dé
d
décision
éci
cisi
sion
on
n garantissent
gara
ga rant
rantis
ntisse
issent
sent ll’e
l’effi
’effi
fficacité
ccac
acit
itéé de
d llaa dé
d
démarche.
éma
marc
rcche
he.. ■
collective.

Etapes
■ L’animateur fixe très précisément la l
consigne de l’exercice, par exemple :
« Quelles sont les trois actions prioritaires à
mener pour… ? »
■ Chaque participant prend 5 minutes in- n
n-
dividuellement pour répondre à la question sti
tion
on
n pos
posée.
osée
ée.
■ Mettre ensuite les personnes en binômes ômees ett lles
es ffaire
aiire
travailler pendant 8 minutes à élaborer une liliste t partagéet é
de 3 propositions. Les deux dernières minutes doivent être Pour en savoir plus
consacrées à établir leur « rapport de décision ». « Faire prendre une décision un groupe »
■ Regrouper les binômes par deux pour créer des quatuors. Muriel Astier et Antoine Carret – Travaux-et-Innovations n°152 -
Chaque quatuor a 8 minutes pour élaborer sa liste de 3 pro- novembre 2008
positions. « Des méthodes participatives pour des prises de
décision collectives »
■ Regrouper les quatuors pour créer des groupes de 8 qui
Luc Meinrad – Travaux-et-Innovations n°179 - juillet 2011
ont encore 8 minutes pour aboutir à une liste de 3 propo-

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 XIII

TI182v5.indd XIII 28/10/11 09:18


dre
R e n ro u p e
le g tif
cré
a
Le brainstorming
• rythme : chaque personne ne propose qu’une idée à la
fois.
■ Il énonce la question à résoudre. Le problème ou les ob-
jectifs de la séance de créativité doivent être bien définis.
Si le problème est complexe, la décomposition en étapes
est nécessaire avant la séance de productions d’idées. La ré-
solution du problème se fait alors par autant de brainstor-
mings que de sous-problèmes. L’animateur expose aussi le
contexte, les causes et conséquences du problème pour que
les participants se concentrent seulement sur les idées et so-
lutions relatives à la question posée.
■ Dans une ambiance détendue, les participants énoncent
toutes les idées qui leur passent par la tête. Elles doivent
toutes être notées. L’animateur veille au respect des règles
et entretient le rythme en ajoutant une idée drôle si besoin
ou en redémarrant sur une idée saugrenue pour stimuler le
flot. Il félicite le groupe sur l’importance de la production
collective, sur le volume d’idées (mais surtout pas sur une
idée particulière !).
■ En fonction du problème à résoudre, le groupe définit des
critères et classe les idées émises.
Descriptif rapide ■
■ Le brainstorming vient de l’anglais « brain », cerveau et Durée
de « storm » qui signifie tempête. Il a pour principe de fa- ■ 1 à 2 heures.
voriser la production d’idées sans les juger dans un premier
temps. Avantage
■ La méthode permet de produire des idées et des solutions
Contexte d’utilisation dans un délai très court et d’une façon amusante.
■ Il peut être utilisé avec des groupes de 6 à 12 personnes
pour produire des solutions à un problème ou trouver un Points de vigilance
maximum d’idées créatives. ■ La méthode ne convient pas à la résolution de problèmes
nécessitant temps et tâtonnement.
Objectifs ■ Le problème doit être simple ou bien décomposé et bien
■ Explorer un maximum d’idées devant un problème à ré- limité. ■
soudre.
■ Stimuler la créativité des participants.

Etapes
■ L’animateur présente la méthode, ses objectifs et les règles
de fonctionnement :
• jugements interdits, de même que l’autocritique,
• « auto-stop autorisé » : rebondir sur l’idée d’un autre, com-
biner des fragments d’idées…
• fantaisie bienvenue : toutes les idées même les plus farfe- Pour en savoir plus
lues sont acceptées, « Résoudre des problèmes et produire des idées :
la technique du brainstorming »
• quantité recherchée : il s’agit de produire un maximum
Loan Jérôme – Travaux-et-Innovations n°83 - décembre 2001
d’idées sans se soucier de la qualité,

XIV TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd XIV 28/10/11 09:18


Pédagogie

Re nd
r
le g ro e
créati u pe

La séance de créativité f

• Ex. : les murs sont tapissés de feuilles de tableau papier. Les


agriculteurs vont rapidement de feuille en feuille à travers
la pièce. Sur chacune, ils écrivent un mot, une idée concer-
nant les partenariats entre agriculteurs et communes existant
déjà. Le résultat a peu d’importance, seul le volume compte.
■ 3ème phase : la créativité. C’est la phase de production
d’idées.
• Ex. : le dico. Cet exercice, à renouveler 3 ou 4 fois, se fait
avec un dictionnaire. On dispose les agriculteurs en demi-
cercle. L’un d’eux donne un nombre entre 1 et le nombre
de pages du dictionnaire. Un autre ouvre l’ouvrage à la
page choisie, promène son doigt, les yeux fermés, jusqu’à
ce qu’un troisième lui ordonne par un stop d’arrêter et de
lire le mot ainsi pointé. Le groupe s’exprime alors à partir
Descriptif rapide des questions suivantes. « A quoi vous fait penser ce mot ? » :
■ Une séance de créativité consiste à enchaîner de séquences il faut noter un maximum de mots exprimés. Cette séquence
qui vont progressivement mettre des personnes en situation est dite de divergence. Le 2ème temps, dit phase de conver-
« d’être créatives donc productives ». gence, permet de revenir au problème. Chaque mot est re-
pris un à un en répondant à la question « A quelles actions
Contexte d’utilisation de partenariat entre vous agriculteur et votre commune vous fait
■ La pensée créative permet de trouver des solutions penser ce mot ? ». L’animateur liste les actions. Si cet exercice
concrètes nouvelles et originales à un problème donné. n’a pas suffi, un autre est proposé.
■ 4ème phase : le tri. Les feuilles résultats de la séance sont
Objectifs étalées par terre. Chaque agriculteur note individuellement
■ S’éloigner du réel et du connu, ouvrir des perspectives. sur un post-it les 10 actions qu’il retient. Après la mise en
■ Sortir de l’enfermement mental consistant à croire qu’un commun, le groupe retiendra les 10 finales.
problème n’a pas de solution.
Durée
Etapes ■ De 1 heure à une journée en fonction du temps disponible
Voici les étapes d’une séance de créativité organisée pour et des objectifs.
8 agriculteurs souhaitant trouver des idées de partenariats
entre agriculteurs et collectivités. Avantage
■ Le groupe s’entend sur une série de règles de vie qui sont ■ Animation originale qui permet de sortir du « cadre clas-
affichées au mur. sique » de réunion.
■ 1ère phase : échauffement. Les stagiaires enchainent vite de
nombreux exercices très courts : Points de vigilance
• Ex. 1 : marcher en occupant la salle, au signal, on s’arrête. ■ La préparation doit être minutieuse et minutée.
A faire de plus en plus vite. ■ Prévoir des exercices de rechange.
• Ex. 2 : sur le même modèle que le précédent, on ajoute ■ Prévoir d’animer à deux (un qui anime et un qui note). ■
une consigne : « regroupez-vous par couleur de chaussettes ».
• Ex. 3 : idem avec : « organisez-vous et construisez avec vos
corps le mot AIL et le mot COQ »…
Ces exercices amènent l’individu à s’adapter individuelle-
ment puis collectivement à la consigne Pour en savoir plus
■ 2ème phase : la purge. L’exercice suivant permet de se dé- « Le déroulé d’une séance de créativité »
Christophe Chatain - Dossier « La créativité dans tous ses états » -
barrasser de pensées conscientes ou non qui pourraient pa-
Travaux-et-Innovations n°124 - janvier 2006
rasiter l’efficacité des exercices de pure créativité.

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 XV

TI182v5.indd XV 28/10/11 09:19


un
ch ir à
Réflé o mplexe,
c
s u j et u ver d e s
t ro
io ns…
s o lut
Les jeux-cadres
Descriptif rapide Contexte d’utilisation
■ Les jeux-cadres sont des structures de jeu vides de conte- ■ Avec des jeux-cadres, on peut par exemple :
nu que le formateur remplit en fonction de ses besoins. Ils • Réfléchir à un sujet complexe.
ont été créés par le maître indien incontesté des jeux pour • Chercher des solutions.
l’entreprise et l’enseignement, Sivasailam Thiagarajan, • Apprendre, mémoriser, évaluer des connaissances.
alias Thiagi. • Fai
Faire
ire cconnaissance dans un groupe.
Ces
C s jeux-cadres
Ce j u
je peuvent être utilisés avec tous les publics
(d’enfants
(d’enf
(d n an à adultes) de tous niveaux.

Objectifs
O je
Ob ect
■ Réfl
Réé échir
éc de manière ouverte et structurée sur un sujet.
■ Ob
Obtenir
bte
ten
n un panel de propositions, de réflexions, de sug-
gestions,
gest
ge stio
sti ns sur un thème donné ou une problématique don-
io
née.
n e.

Etapes
E ap
Et pes pour le jeu-cadre « Cherchons ensemble »
■ Prem
Première
em étape : la préparation du jeu par le formateur.
• L Lee formateur
fo définit clairement son sujet et formule la
question
quesstion qui sert de point de départ au jeu.
qu
• La qu q
question doit être courte, claire, impersonnelle, et sous
laa forme d’une question ouverte.
• Pré
Préparer
répa
ép deux ou trois cartes par participant illustrant des
opinions
opin
op inioio
on différentes sur le thème choisi : il faut mettre des
opinions
opin
op inioionn négatives et provocatrices pour susciter le débat.
■ DeDeuxième
Deux ux étape : l’explication des consignes et la distribu-
tion
tion des des cartes vierges.
•L L’animateur
’aani
nim m explique le sujet de la séquence et les consignes
aux
auux pa par
participants.
r
• IIll di
dist
distribue
strr
st 4 cartes vierges à chaque participant en lui de-
mandant
mand
ma ndan
dan d’écrire sur chaque carte une opinion ou une sug-
gestion
gest
ge stio
ion
io n sur le sujet.
■ TrTroisième
Troi
oisi
oi sièè
si étape : réflexion personnelle des participants.
•C Chaque
Chahaaqu participant écrit sur les cartes vierges une opinion
ou u unene suggestion sur le sujet choisi.
• A Après
près
pr ès 5 à 10 min, le formateur rassemble les cartes et
ajoute
ajjou
outtete discrètement
d les cartes qu’il a préparées.
•P Puis,
Pu uis, iil redistribue 3 cartes à chaque participant.
ui
•C Chaque
haaqu participant étudie ses cartes et les classe selon son
ordre
ordr
or ded de préférence.
• L Les
ess auautres cartes sont étalées sur une table côté écrit sur
le d dessus.
essu
es
•C Chaque
Chahaaqu stagiaire vient autour de la table et échange la ou
les
les ca cartes
artrtee qui ne lui conviennent pas, en les remplaçant par
d’autres
d’au
d’ a tr tres
es qu’il prend sur la table. (10 mn).
■ QuQuatrième
Quat tr étape : recherche en petits groupes.
•P Puis,
Puiuis, lle formateur scinde le groupe en petits groupes préa-
lablement
laableme e constitués par le formateur.

XVI TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd XVI 28/10/11 09:19


Pédagogie

Réfl
s u j e éc h i r
t co à u
tro u mplex n
e
so luver de ,
tio n s
s…

• Chaque petit groupe échange pour se mettre d’accord sur • De 5 en 5


le choix de 3 cartes (5 mn). Ce jeu-cadre peut être utilisé, en formation, pour cerner les
• Le formateur demande à chaque groupe de préparer un besoins des participants, pour introduire un sujet (en de-
poster qui reflète les idées des 3 cartes sur des posters, sans mandant aux participants de générer des idées), pour ana-
chiffres, ni lettres (prévoir 20 à 30 mn). lyser de façon détaillée un concept, etc. Il génère une liste
■ Cinquième étape : travail en groupe complet. d’idées rangées par ordre d’importance, en permettant à
• Chaque sous-groupe présente son poster. chacun d’exprimer ses idées.
• Le formateur fait deviner au reste du groupe les 3 idées
exprimées par le poster. • Apprendre ensemble
• Le formateur peut faire des commentaires sur chaque pré- Ce jeu-cadre permet d’apprendre à un grand groupe (a été
sentation, désigner la meilleure équipe par vote secret ou utilisé avec 200 participants) une grande quantité d’informa-
par un groupe de juges. tions dans un temps minimum. Il crée des équipes « auto-
• Il est suggéré d’ouvrir une discussion plus approfondie sur apprenantes » et renforce la motivation et le travail en coo-
le sujet. pération, en utilisant l’émulation créée par le jeu.

Durée • La Cadène
■ Il faut compter 2 heures pour faire le jeu « Cherchons en- La cadène était la chaîne qui reliait les forçats entre eux, les
semble » car les participants ont besoin de temps pour réa- obligeant à marcher ensemble.
liser les posters. Ce jeu-cadre permet d’apprendre des procédures complexes
en coopération. Il peut être utilisé, par exemple, pour créer
Variantes sous Word une table des matières, apprendre les procédures
■ Si l’on n’a pas assez de temps, on peut directement don- d’aide d’urgence à un blessé, faire un portrait artistique, trou-
ner les cartes préparées ou ne faire écrire que 2 cartes au lieu ver un slogan publicitaire, écrire une note de service, etc.
de 4, ou ne pas faire réaliser de posters.
Avantages des jeux-cadres
Points de vigilance - Les participants sont dans un état d’esprit détendu et posi-
■ Préciser que ce qui est écrit sur les cartes est anonyme. tif, et apprennent d’une manière plus efficace.
■ Il est intéressant de proposer une discussion sur le dérou- - Le jeu réduit l’anxiété souvent associée à l’apprentissage,
lement du jeu pour avoir un feed-back précis sur son dérou- les erreurs étant considérées comme des phases de jeu et pas
lement. comme des fautes sanctionnées. Il fait partir les participants
de leur réflexion personnelle pour arriver à un consensus. Il
Autres jeux-cadres est facile à mettre en œuvre, facile à animer, ludique.
- Le jeu-cadre s’adapte aux contraintes de l’utilisateur :
• Jeu de l’enveloppe thème étudié, temps disponible, nombre de participants, ni-
Ce jeu-cadre est adapté à la résolution de problèmes peu veau de connaissance, etc.
complexes ou à la recherche de solutions possibles à des - En facilitant les interactions entre les participants, il crée
problèmes donnés. une meilleure cohésion du groupe. ■

• Matrice
A réaliser en petit groupe, il permet essentiellement d’explo- Pour en savoir plus
rer les interrelations entre différents concepts ou entre dif- « Modèles de jeux de formation - Les jeux-cadres de
férentes phases d’une procédure, ou entre différentes per- Thiagi »
sonnes d’un groupe, d’une organisation… Il peut aussi être Bruno Hourst et Sivasailam Thiagarajan - Editions d’Organisation -
utilisé comme une aide à la décision pour planifier des ac- 2ème édition - 2005
tions ou sélectionner des candidats. Site Web : http://thiagi.com
« Apprendre avec les jeux-cadres »
Muriel Astier - Travaux-et-Innovations- n°132 - novembre 2006

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 XVII

TI182v5.indd XVII 28/10/11 09:19


er le s
Evalu cquis
a
o upe
d u  r
g

Le réveil pédagogique
Descriptif rapide REPÈRES ET
■ La méthode du réveil pédagogique permet de façon çon
o llu- DE LA FORMAOUTILS D’ÉVALUATION
TION
dique au formateur et aux participants de vérifier la compré-
omp
m ré
ré- VIVEA, le fond de
formation des en
pour mission de trepreneurs du viv
hension de leurs acquis. financer, d’évalu ant, a
mation professio er et de promou
nnelle. voir la for-
Il a réalisé des ou
Contexte d’utilisation tils pour évaluer
• une fiche-outil les formations :
«  Evaluation de
■ Elle s’utilise en formation, en séminaire, dans toute réunion
u io
un on des acquis », sa tisfaction des st
agiaires/
où il peut être utile d’évaluer les acquis des participants.
s. • une fiche- outil
« Evaluation des
plication des acqu acquis/évaluation
is en situation de de l’ap-
travail » (www.viv
Objectifs ea.fr).
■ Permet aux participants de réaliser une synthèse des points
oint
ntss
clés travaillés.
Pour en savoir plus
« Des repères et
de
■ Permet à l’animateur/formateur d’évaluer les acquis. Guy Vernerey - VIV s outils pour évaluer la format
EA - Travaux-et-In ion »
septembre 2006 novations n°130
- août-
Etapes
■ Le formateur présente la technique aux participants et ins-ns-
ns
crit les consignes au tableau (objectifs de l’exercice, temps de
préparation, organisation de la correction).
■ Un temps de préparation est laissé aux participants. - Si lee gr
grou
oupe
p excède
groupe eexc
xcèd
xc
cèdee 10 personnes,
per
erso
sonn
sonn
nnes
nes
es,, faire
fair
fai e travailler
ir travvailller les
l parti-
■ Le formateur anime la séquence, fait participer le groupe e cipa
p nt
n s en b
cipants inôm
ô e
binôme.
et contrôle le temps.
• Le réveil « Trouver une définition »
Durée - Les participants, individuellement ou en binôme, selon la
En fonction des variantes, il faut compter entre 20 et 45 mi- taille du groupe, tirent au sort un post-it proposé par le for-
nutes (temps de préparation compris). mateur avec un mot ou une expression écrite dessus.
- Les participants doivent donner une définition du mot écrit
3 techniques sans le prononcer, en la mimant, afin de la faire deviner au
• Le réveil « 4 phrases et 3 schémas » reste du groupe.
- Un sous-groupe prépare 4 phrases résumant les points-clés - C’est la technique la plus rapide (20 min) car le formateur
abordés la veille ou les jours précédents, et l’autre sous-groupe détermine le nombre de personnes qu’il fait participer. Mais
prépare 3 schémas illustrant les thèmes à retenir (20 min). elle peut prendre aussi beaucoup plus de temps en fonction
- Les stagiaires peuvent travailler directement sur tableau ou des apports et des jeux des participants.
feuilles de paperboard (gain de temps).
- Chaque sous-groupe anime la restitution de sa production Avantages
(5 min). ■ Ces trois techniques du réveil pédagogique facilitent la
- Le formateur complète et veille au respect du temps. mémorisation et permettent :
• au formateur de valider les acquis,
• Le réveil « 2 questions : l’une avec réponse et l’autre • aux participants de faire préciser le formateur.
sans réponse »
- Chaque participant rédige sur 2 post-it une question à la- Point de vigilance
quelle il a la réponse et une autre pour laquelle il voudrait ■ Le réveil pédagogique est une méthode participative qui
une réponse. Les questions portent sur les sujets abordés de- peut être gourmande en temps. ■
puis le début du stage.
- La préparation prend 5 minutes.
- Chacun pose la question à laquelle il a la réponse à un
Pour en savoir plus
membre du groupe de son choix, et la question à laquelle il « Vérifier les acquis des stagiaires en formation »
Muriel Astier - Travaux-et-Innovations n°178 - juin 2011
souhaite une réponse à l’ensemble du groupe.

XVIII TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd XVIII 28/10/11 09:19


Pédagogie

Evaluer
le s
acquis
d u   g ro u p
e

La méthode du « vrai/faux »
Contexte d’utilisation d’une série de questions ou affirmations (minimum 4) avec 2
■ La méthode du « vrai/faux » est utilisée en formation, en à 5 possibilités de réponses fournies à chaque question.
séminaire, dans toute réunion où il peut être utile d’évaluer - Les stagiaires sélectionnent la réponse qui leur semble
les acquis des participants. exacte.
- Attention : construire un QCM peut prendre beaucoup de
Objectifs temps.
■ Evaluer les acquis et l’atteinte des objectifs partiels. - Attention à un biais possible : le concepteur du QCM
■ Faire le point sur ce que les participants ont retenu ou pas. cherche l’astuce ou le piège ce qui n’est pas bon pour la
progression pédagogique des participants. ■
Etapes
■ Le formateur prépare sur Powerpoint ou sur un tableau au
maximum 10 affirmations.
■ Le formateur présente la technique et son mode de fonc-
tionnement. La méthode du « vrai/faux
/ »
■ Il distribue à chaque participant deux cartons : un carton
vrai et un carton faux.
■ Le formateur fait défiler les affirmations et les participants
répondent à chaque affirmation immédiatement à l’aide
Consignes
d’un carton vrai/faux.
■ Le formateur donne la réponse et fait des apports complé- Répondre à chaque affirmation
à l’aide d’un carton Vrai ou Faux.
mentaires.
Compter 1 point par bonne réponse.
Points de vigilance Réponse immédiate !
■ Il faut proposer des réponses « 100 % vrai » ou « 100 % Au top ! Vote individuel
faux » et répartir de façon aléatoire l’ordre des vrais et des
faux.
■ Pendant l’exercice, le formateur ne doit pas attirer l’atten-
tion sur les participants n’apportant pas la bonne réponse.

Variantes
• La technique du quiz AI FAUX
VR
- Cette technique peut être utilisée sous la forme d’un quiz
écrit.
- Le quiz est constitué d’une série de questions ouvertes,
maximum 10, pour une évaluation des acquis à la fin d’une Exemple : Le formateur est responsable
séquence. de l’atteinte des objectifs stratégiques.
- Il peut être réalisé individuellement à l’écrit ou à l’oral en
grand groupe avec projection des questions.
- Cette modalité d’évaluation des connaissances est sou- FAUX
vent utilisée à la fin des formations techniques où un grand
nombre de connaissances sont transmises (dans ce cas, il y a
plus de 10 affirmations…).
- La version la plus rapide consiste à réaliser l’exercice à l’oral Il est responsable
en grand groupe et à corriger à la suite. de l’atteinte des objectifs pédagogiques.

• La technique du QCM
- Le « questionnaire à choix multiples » (QCM) est composé

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 XIX

TI182v5.indd XIX 28/10/11 09:19


r
An im e n io ns
é u
v o s   r n iq u e s
p h o
télé
ou e n ence
o nfér
visio c

Quelques conseils pour animer


des réunions téléphoniques
ou en visioconférence
• s’interdire les apartés entre participants d’un même site,
• couper son micro lorsque l’on n’a pas la parole,
• faire un signe lorsque l’on souhaite intervenir, la parole est
distribuée par l’animateur présent sur le site,
• être synthétique dans ses propos.
■ Pendant la réunion, rester constamment vigilant sur le res-
pect de ces règles et recadrer le groupe si nécessaire.

Réunions téléphoniques
■ Définir son sujet et s’y tenir : les réunions téléphoniques
ne se prêtent pas à tous les sujets. Elles sont adaptées pour
traiter d’une question précise, faire un bilan d’étape sur un
projet ou faire un point régulier sur les travaux de chacun,
elles ne sont pas recommandées pour une grande réflexion
stratégique par exemple.
■ Envoyer une invitation claire aux participants avec date,
horaire, objet, durée, numéro de téléphone à appeler, code

L es technologies de la communication permettent au-


jourd’hui de se réunir à distance et d’économiser temps,
carburant, et argent. Voici quelques conseils pour animer ce
d’accès à la réunion, ordre du jour précis. Envoyer aussi au
préalable les documents supports s’il y en a. Mieux vaut ne
pas dépasser une heure de réunion téléphonique car, au-
type de réunion. delà, l’attention décline.
■ Donner la parole à chacun. L’animateur a pour mission de
Réunions en visioconférence faire circuler la parole. Il est utile d’avoir la liste des partici-
■ Avant la réunion, s’assurer que quelqu’un pourra vous pants sous les yeux et de noter au fur et à mesure les per-
aider en début de réunion pour les branchements et sonnes qui se sont exprimées. Dans le cas où les participants
connexions (surtout si c’est la première fois que vous utilisez se connaissent peu ou pas, l’animateur peut demander à
la salle de visioconférence). Si c’est possible, prévoir de faire chacun de donner son nom dès qu’il se met à parler.
un test quelques jours auparavant. ■ Faire un compte-rendu et l’envoyer rapidement. Avec la
■ Préparer très rigoureusement la réunion : objectifs, ordre distance, la trace écrite prend encore plus d’importance. ■
du jour, méthode d’animation de chaque séquence. Tout
flottement est immédiatement perceptible en visioconfé-
rence.
■ Au démarrage, s’assurer du bon placement des partici-
Pour en savoir plus
pants, bien en face de la caméra. Préférer les plans larges, « Réussir l’animation d’une réunion en
visioconférence »
permettant de voir tout le monde, y compris ceux qui ne
Frédéric Guimier et Muriel Astier - Travaux-et-Innovations n°162 -
parlent pas. novembre 2009
■ Rappeler en début de réunion les quelques règles de base « Réussir la visioconférence »
pour le bon déroulement : Jean-Claude Goudeau et Philippe Desnos - Le Journal de Trame
• respecter strictement les horaires, n°31 - juin 2008
« Organiser une réunion téléphonique »
• éteindre son portable,
Fabienne Audouard et Agnès Lazuttes - Le Journal de Trame n°33 -
• éviter les mouvements de personnes pendant les séquences
décembre 2008
de visioconférence,

XX TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd XX 28/10/11 09:19


Pédagogie

U t i l i s er
l
p o u r fa e W eb
c i l i ter
le s dém
arche s

Des outils informatiques gratuits


pour vos réunions
Il existe sur le Web de nombreux outils informatiques, lien et indiquent leurs disponibilités en cochant les plages
simples et gratuits, qui peuvent vous simplifier l’organisa- pour lesquelles ils sont disponibles, ils peuvent aussi ajouter
tion ou le suivi d’une réunion. Nous vous indiquons dans un commentaire,
cet article quelques-uns de ces outils et des exemples ■ l’organisateur peut consulter les réponses de chacun (ainsi que
d’utilisation. Attention, cet article ne saurait être exhaus- tous les participants) pour choisir la meilleure date de réunion.
tif, à chacun de continuer à agrémenter sa boîte à outils • www.doodle.com
personnelle par ses propres découvertes…
Pour préparer une réunion ou
C hacun des paragraphes ci-dessous présente un type d’ou-
til informatique en ligne, simple et gratuit, qui peut vous formation avec un intervenant
être utile dans la préparation ou le suivi de vos réunions de
à distance : Skype®
groupes ou formation. Vous trouverez à la fin de chaque pa-
ragraphe l’adresse Internet où trouver cet outil. Il faut noter
que nous ne décrivons que les services gratuits proposés par
ces logiciels. La plupart présente des fonctionnalités supplé-
mentaires dans leur version payante.

Pour planifier une réunion :


Doodle®

■ Skype® est un logiciel gratuit qui permet de passer, entre


autres fonctions, des appels vidéo avec une autre personne. Pour
cela, vous devez disposer d’un ordinateur doté d’une webcam,
d’une connexion Internet, d’un micro et de hauts-parleurs et
d’une adresse de messagerie. Rendez-vous sur le site de skype,
téléchargez le logiciel puis créez votre compte avec un pseu-
donyme et votre adresse e-mail. Vous pouvez alors passer des
■ Vous souhaitez planifier une réunion sans y passer trop de appels vidéo gratuitement avec un autre utilisateur de Skype®.
temps ? Doodle® est un service en ligne gratuit qui permet ■ Skype permet également de conduire des réunions de
de choisir une date de réunion en sondant les participants groupe en visioconférence mais ce service est payant.
potentiels sur leurs disponibilités. Le principe est le suivant : • www.skype.com
■ l’organisateur de la réunion se connecte sur le site
www.doodle.com et entre le titre de la réunion, les dates et Pour travailler sur des
horaires possibles, son e-mail personnel,
■ Doodle® crée une page pour ce sondage et communique
documents partagés en temps
l’adresse URL de cette page à l’organisateur par e-mail ; ce- réel : Google® Documents
lui-ci reçoit également un lien d’administration pour corriger ■ Vous souhaitez travailler conjointement sur le même docu-
ou supprimer le sondage, ment, le compte rendu de votre réunion ou formation par
■ l’organisateur peut alors diffuser, par e-mail, l’adresse URL exemple, cela peut être fait grâce à Google® Documents.
de la page de sondage aux participants de la réunion, Pour avoir accès à ce service, il faut se créer gratuitement un
■ les participants se rendent sur la page en cliquant sur le compte Gmail® (la messagerie de Google®).

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 XXI

TI182v5.indd XXI 28/10/11 09:19


Utiliser le
W eb p o u r s
le
faciliter
m ar c h e s

■ Vous pouvez alors créer documents, feuilles de calcul ou ■ Si vous utilisez Google® Documents, choisissez de créer un
présentations en les créant directement sur le site ou en les nouveau formulaire. Si vous utilisez Survey Monkey®, laissez-
important depuis votre ordinateur. Vous pouvez ensuite par- vous guider.
tager ces documents avec les personnes de votre choix en ■ Donnez un titre à votre questionnaire en ligne.
entrant simplement l’adresse e-mail de ces personnes pour ■ Entrez ensuite le contenu de votre questionnaire en ligne :
leur envoyer une invitation. Dès leur connexion, les utilisa- • sélectionner le type de la première question : texte, choix
teurs que vous avez invités peuvent accéder à votre docu- multiples, case à cocher… et le texte de votre question.
ment, feuille de calcul ou présentation, lire son contenu et • Renouvelez l’opération pour les questions suivantes.
commencer à le modifier. ■ Les sites vous permettent de choisir la mise en forme et
l’arrière-plan de votre questionnaire.
■ Ensuite, entrez les adresses des destinataires ou envoyez le
lien du sondage via votre propre messagerie.
■ Vous pouvez alors consulter les résultats en temps réels en
vous reconnectant au site. A noter que Google® Documents
permet d’obtenir les résultats sous forme de feuilles de calcul
et de les télécharger au format Excel® par exemple, ce que
ne permet pas Survey Monkey® dans sa version gratuite.
• www.google.fr puis cliquez en haut de la page sur
« Plus » puis sur « Documents »
• http://fr.surveymonkey.com

Pour rédiger des


• www.google.fr puis cliquez en haut de la page sur
« Plus » puis sur « Documents »
comptes-rendus sous forme de
schéma heuristique : Freeplane®
Pour recueillir des attentes
ou évaluer une formation
sous forme de questionnaire
en ligne : Survey Monkey® ou
Google® Documents

■ Le schéma heuristique (ou mind mapping ou carte men-


tale) est une technique de représentation graphique d’idées.
Elle permet de recueillir et de structurer l’information. Cet
outil peut être utilisé pour extraire les idées clés et présenter
des informations synthétiques à chaque fois que l’on a be-
soin de coucher des idées sur le papier :
• prise de notes à l’occasion d’une réunion, d’une confé-
■ Vous souhaitez recueillir les attentes des participants en rence,
amont d’une formation ? Vous n’avez pas eu le temps d’éva- • résumé de documents écrits (articles, livres, cahiers des
luer votre réunion à la fin de celle-ci et vous souhaitez le faire charges...),
par e-mail ? Des sites Internet de questionnaires ou formu- • animation de réunions ou de groupes de travail,
laire en ligne gratuits peuvent vous y aider. • prise de parole (conférence, présentation d’un sujet).
■ Créez votre compte sur le site, si vous n’en avez pas encore, ■ Le schéma heuristique utilise une idée centrale, des
grâce à une adresse e-mail et connectez-vous. branches principales et secondaires, des mots-clés, des cou-

XXII TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd XXII 28/10/11 09:19


Pédagogie
Uti l i
s
W eb er le
p
facil o u r
dém iter le s
arch
es

leurs, des symboles et des dessins. Un simple mot clé noté Pour publier
b un compte-rendu
suffit pour mémoriser l’information.
■ Freeplane® est un logiciel libre qui permet de dessiner des
ou des photos sous forme d’un
schémas heuristiques (ou cartes mentales). Ils peuvent en- livret sur un site Internet :
suite être insérés dans d’autres documents ou édités en pdf, Calameo® ou Wobook®
pour être imprimés, envoyées par e-mail… Il peut être télé-
chargé gratuitement sur Internet.
• Pour en savoir plus sur les cartes mentales :
« La carte mentale, un outil aux multiples utilisations »
- Catherine Boiteux - Travaux-et-Innovations n°124 -
Janvier 2006

Pour envoyer des fichiers


volumineux : comptes rendus,
documents de formation,
photos de votre réunion :
Filemail® ou Sendspace®
■ Vous souhaitez publier sur votre site Internet le compte ren-
du de votre réunion ou le support de votre formation sous
forme d’un livret ? Calameo® ou Wobook® permettent de
générer des documents électroniques interactifs consultables
à partir d’un ordinateur et capable de recréer l’impression
de lire : on peut ainsi « feuilleter » les documents.
■ Pour cela :
• rendez-vous sur la page de l’un des sites,
• créez votre compte gratuitement,
• téléchargez votre document (Pdf, Word, Powerpoint…)
• Insérez le code généré par Calameo® ou Wobook® sur
votre site Internet.
• www.calameo.com

■ Les appareils photos actuels permettent de prendre des • www.wobook.com

photos numériques de très grande qualité mais aussi très


volumineuses. L’envoi des photos d’une formation ou d’une
réunion aux participants, par exemple, peut parfois être dif- AUTRE AS
ficile pour certaines messageries dont la capacité est limitée. DES FICHITUCE : TRANSFORM
ERS PDF E E
Passer par une plate-forme d’échange de fichiers volumi- Pour créer vo N WORD R
s supp orts de form
neux peut être une solution à ce problème. Il existe de nom- compte  rend ation, ou ré
u de votre ré diger le
transformer de union, vous
breuses plates-formes de ce type, telles que Filemail.com ou s fichiers Pdf avez besoin
de
Rendez-vous en fichiers W
Sendspace.com. sur www.pdf ord ou Excel
votre fichier toword.com/f  ?
Pdf, entrez r. Télécharge
■ Comment procéder ? vous receve votre adress z
z la version e e-mail, et
• rendez-vous sur le site Internet de la plate-forme choisie, Vous trouvere W or d dans votr ho p,
z sur ce site e boîte mail.
• tapez votre adresse e-mail, puis celle de votre destinataire, nipulation ve le lien pour fa
rs Excel. ire la même m
a-
• téléchargez vos documents à partir de votre ordinateur,
• cliquez sur envoyer.
Votre destinataire recevra alors un message avec un lien
Internet, l’invitant à venir télécharger les documents que
vous lui avez adressés.
• www.filemail.com
• www.sendspace.com (en anglais)

NOVEMBRE 2011 - TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 XXIII

TI182v5.indd XXIII 28/10/11 09:19


a l ler
Po u r o in
u s l
pl

Ouvrages
■ « La boîte à outils des formateurs »- Isabelle Cauden et
Frédérique Cuisiniez - Editions Dunod - Paris - 2009
■ « Modèles de jeux de formation – Les jeux-cadres de Thiagi » -

Ressources Bruno Hourst et Sivasailam Thiagarajan - Editions d’Organisation -


2ème édition - 2005
■ « Jeux de communication - 75 fiches pour les formateurs » -

bibliographiques Gilbert Béville - Editions d’Organisation - 5ème édition - 2004

et sites Internet Sites Internet


■ www.formater.com/projet/historique.cfm : le site du centre
de ressources pour les formateurs et les agents de développement
des territoires
■ www.educagri.fr : le site de l‘enseignement agricole et de la
formation aux métiers de l’agriculture, de la forêt de la nature et
des territoires
■ www.centre-inffo.fr/Ressources-documentaires.html : le site
ressource sur la formation professionnelle continue
■ www.formationdeformateurs.com
■ www.thiagi.com : le site du créateur indien des jeux-cadres
Sivasailam Thiagarajan

■ www.trame.org : le site Internet de Trame où vous trouverez


les programmes de formation dans la rubrique Prestations/
Formations (thème fonctionnement associatif et animation) et
les numéros de Travaux-et-Innovations et du Journal de Trame
en ligne.

XXIV TRAVAUX & INNOVATIONS NUMÉRO 182 - NOVEMBRE 2011

TI182v5.indd XXIV 28/10/11 09:19