Vous êtes sur la page 1sur 4

La maturation du système immunitaire en 3 points

1er point : Production continue de nombreux lymphocytes de spécificité variée


Exemple du BCR (récepteurs à l'Ag des LB) :
Les gènes du BCR subissent un réarrangement : les éléments des gènes peuvent être partiellement détruits de
manière aléatoire. Il s’agit d’un processus complexe dont une étape est représentée ci-dessous, la partie verte
correspond aux éléments variables, les flèches incurvées indiquent les sites probables de début de transcription.

Ce phénomène aboutit à un clivage de l’ADN qui se fait au


hasard, et d’un mécanisme spécifique de réparation de
l’ADN. Ainsi, chaque lymphocyte possède un génome
transformé au niveau des protéines du BCR. Ce mécanisme
peut générer, théoriquement, jusqu’à 10 9 combinaisons
différentes, combinaisons bien supérieur au nombre de
lymphocytes dans le corps (on est constitué de 100
milliards de cellules, dont 85% de globules rouges !)
Dans un deuxième temps, l’ARN transcrit peut subir un
épissage alternatif.

2è point : Elimination / répression des lymphocytes auto-réactifs


Un lymphocyte peut, potentiellement, reconnaitre l’ensemble des protéines de surfaces d’une cellule, y compris les
cellules de notre organisme, dans ce cas, on appellerait ces lymphocytes « auto-réactifs ». Comment notre corps
n’est pas détruit par ces lymphocytes ?
Question : Comparez le phénotype des différentes souris transgéniques. Déduisez-en 2 mécanismes par
lesquels l'organisme est normalement protégé contre les cellules immunitaires auto-réactives.

Aides:
1) Les gènes dont le locus est sur le chromosome Y ne sont exprimés que chez les souris mâles.
2) Ne recherchez que les organes qui expriment les antigènes impliqués dans la maturation des lymphocytes.
3) Ne vous préoccupez pas de la santé des souris : les souris transgéniques ne vont certes pas reconnaitre
les autres antigènes, mais dans cette expérience on a éliminé tous les paramètres qui nous empêcheraient de
comprendre l’élimination des lymphocytes autoréactifs. Evidemment, les souris sont élevées sont conditions
stériles.
3è point : Sélection clonale des lymphocytes spécifiques à une infection
Qu'est-ce-que la sélection clonale ?

Interview de Françoise SALVADORI,


chercheuse en immunologie.

Chaque jour, les organes lymphoïdes primaires


d’un individu (voir 2eme point : la maturation
des lymphocytes T se fait dans le thymus)
produisent plusieurs dizaines de millions de
Lymphocytes T naïfs Lymphocytes B naïfs lymphocytes B et T dits naïfs. Chacun d’eux
exprimant chacun un porte des anticorps membranaires (BCR et TCR)
exprimant chacun un BCR
TCR spécifique d’un qui reconnaissent un antigène particulier,
spécifique d’un antigène
différent pour chaque lymphocyte. Cette
antigène
diversité résultent des mécanismes génétiques
originaux (voir 1er point) qui se déroulent
pendant le développement des lymphocytes et
Infection de l’organisme par un permettent la production aléatoire de millions
pathogène de variants différents des gènes codant les
BCR et TCR. Ainsi, avant tout contact avec un
antigène, l’organisme possède des millions de
lymphocytes naïfs et donc de BCR et TCR
différents qui, collectivement, peuvent
reconnaître potentiellement tous les antigènes.
Lors d’une infection, seuls les lymphocytes naïfs
rencontrant un antigène auquel se lie leur
Les lymphocytes naïfs dont le BCR et le TCR reconnaissent récepteur (BCR ou TCR) prolifèrent et se
un antigène de l’agent infectieux prolifèrent. différencient en clones de cellules effectrices :
les lymphocytes B en plasmocytes (mais aussi en
lymphocytes B mémoire, qui garderont la
mémoire de l’antigène et qu’on crée quand on
réalise une vaccination), les lymphocytes CD4 en
lymphocytes auxilliaires (ou helper) et les
lymphocytes CD8 en lymphocytes cytotoxiques.
On parle de sélection clonale qui aboutira à une
expansion clonale, les lymphocytes naïfs
Les cellules issues de la prolifération se différencient en
dégénèreront au bout de quelques semaines.
cellules effectrices.

Lymphocytes cytotoxiques Plasmocytes ou lymphocytes B


ou auxilliaires spécifiques mémoires spécifiques

Consignes : après avoir répondu à la question du 2eme point, représentez la maturation des lymphocytes, en
y intégrant la formation des TCR et BCR et l’élimination des lymphocytes auto-réactifs, ainsi que la sélection
clonale. (En ce qui concerne la chronologie des 2eme et 3eme points, ne vous en préoccupez pas…)
Réponses :

Question doc 2 :
Pour les souris HY : les souris ne produisent que des lymphocytes dont le TCr reconnait la protéine Hy. Cette
protéine n’est donc exprimée que chez les souris mâles, donc si les lymphocytes doivent être auto-réactifs, ça sera
chez les mâles. Or, on observe les lymphocytes T en état de débris dans le thymus chez le mâle, et pas la femelle,
donc le thymus participe à la sélection des lymphocytes auto-réactifs.
Pour les souris MBP : la protéine MBP n’est exprimée que dans le cerveau. La protéine MBP n’est pas exprimée dans
le thymus. Pourtant il n’y a pas de destruction du cerveau de la souris. Il y a donc un mécanisme de tolérance vis-
à-vis des protéines du SOI.

Schéma :
1) réaliser la formation des lymphocytes (T ou B) dans la moelle osseuse.
2) Prévoir 2 cas : les lymphocytes B : différenciation dans la moelle osseuse ; les lymphocytes T, différenciation
dans le thymus
3) faire un dessin séquentiel, où le lymphocyte auto-réactif est éliminé (vous pouvez dessiner une cellule
dendritique, car vous savez que ce sont ces cellules qui présentent les antigènes… mais aussi les protéines du soi
pour tester les lymphocytes auto-réactifs.), puis vous pouvez dessiner un lymphocyte non auto-réactif qui va se
différencier en lymphocyte actif (grâce aux CPA et lymphocytes auxiliaires).

Vous aimerez peut-être aussi