Vous êtes sur la page 1sur 89

Les bases du dessin ...

et de la peinture
Presentation
 Blog : Les bases du dessin ... et de la peinture


 Description : GRATUITEMENT : Initiez-vous ou effectuez une remise à niveau aux règles
élémentaires en dessin et peinture TOUT SUR LES PERSPECTIVES ET LES POINTS
PARTICULIERS et BIEN DÉMARRER A L'HUILE Nombreux exemples et Galerie virtuelle
 Contact

 
 

  Les Bases du Dessin


... et de la Peinture
 
Liste D'articles
 RECOMMANDATIONS

BIENVENUE SUR MON BLOG Ce blog comporte une 1ère partie destinée à vous familiariser avec
les principes de bases du DESSIN. Si vous êtes "débutant", respectez l'ordre de découverte des
articles. Il vous permettra une meilleure compréhension. Une 2ème...

 AVANT PROPOS

****************************************************** NOTA : le chapitre "Exercices ...


Gymnastique de l'esprit" vous permet d'évaluer votre niveau de compréhension et de valider vos
acquis après avoir parcouru un article en particulier. Dessiner, c'est...

 MATERIEL de DESSIN

Par opposition à la peinture ou plusieurs couleurs sont utilisées, le dessin est principalement effectué
par l'intermédiaire de : - crayon ou mine graphite, (voir compléments ci-dessous) - encre de chine,
(composition : noir de fumée + colle ou gélatine)...

 EDUCATION : MAIN ET OEIL


Pour commencer à dessiner, il faut si possible : - un poste de travail adéquat (bloc à dessin / feuilles
poser sur une table) - un bon éclairage du plan de travail - un sous-main (feuille) pour éviter de poser
la main sur votre travail - un crayon graphite...

 PERSPECTIVE par CHEVAUCHEMENT

Perspective très simple à mettre en oeuvre. La superposition des éléments nous donne la situation
dans l'espace (dans le sens de la profondeur) Ci-dessus : A gauche sans chevauchement, à droite avec
chevauchement Exemple : Les arbres, par chevauchement...

 PERSPECTIVE par CHANGEMENT de TAILLE

Dans l'exemple ci-dessus, le changement de taille des maisons donne la profondeur et influence la
perception (situation dans la profondeur, du plus près au plus loin, du plus grand au plus petit) Mise
en application en peinture : Sans aucune ligne de...

 REDUCTION DES ESPACEMENTS

La réduction de l'espacement entre les objets, en même temps que le changement de taille, procèdent
également à cette perception de profondeur. Dans l'exemple ci-dessus, à gauche, la profondeur n'est
pas perçue, alors qu'à droite, le cerveau à travers...

 PERSPECTIVE par Modelé et Ombres

Le modelé est un des procédés utilisé pour définir les formes ou volumes "ronds" qui ne comportent
pas d'arêtes vives, donc pas de lignes de fuite. C'est la lumière qui génère les ombres et lumières
réfléchies. Souvent ces ombres vont apporter la meilleure...

 LES COULEURS

LUMIERE ET CERCLE CHROMATIQUE Avant d’aborder le dessin « noir et blanc », passons


rapidement par un point nécessaire et indispensable : la couleur et donc la lumière. Cette lumière est
un flux de photons (ondes électromagnétiques). En traversant un prisme,...

 PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE

PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE par les Détails et contours parfois encore appelé Perspective
aérienne Cette forme de représentation en perspective par les détails et les contours peut être
comparée à la profondeur de champ en photographie : l'image est nette...

 
ACCUEIL DESSIN EXERCICES de DESSIN SOMMAIRE PEINTURE
1 2 3 4 5 6 7 > >>
10 octobre 2012

RECOMMANDATIONS
 

BIENVENUE SUR MON BLOG

 
Ce blog comporte une 1ère partie destinée à vous familiariser avec les principes de bases du
DESSIN. Si vous êtes "débutant", respectez l'ordre de découverte des articles. Il vous
permettra une meilleure compréhension.

Une 2ème partie, accessible en cliquant sur SOMMAIRE PEINTURE (ci-dessus), vous relie
directement aux informations spécifiques à la PEINTURE. Un article est destiné à vous aider
pour vos premiers achats de couleurs et autres matériaux.
Recommandations : Il vaut mieux avoir 20 pinceaux et 10 couleurs que l'inverse.

Repost 0
Published by JAIME - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 13 commentaires
15 avril 2009

AVANT PROPOS
 

******************************************************
  NOTA : le chapitre "Exercices ... Gymnastique de l'esprit"
vous permet d'évaluer votre niveau de compréhension
et de valider vos acquis après avoir parcouru un article en particulier. 

 
  Dessiner, c'est errer dans l'espace avec un crayon.

    *** LES BASES DU DESSIN ***    

L’œil voit, le regard pense, la pensée touche.

Par cette citation nous devons comprendre que l’œil enregistre les couleurs, donc la lumière qui est
 

transmise au cerveau. Cette perception est transformée, analysée et interprétée par le cerveau, puis
traduite en émotion.
Tout objet est défini dans l'espace par 3 dimensions : la hauteur, la largeur et la profondeur. Pour
retrouver cette dernière dimension, la profondeur, sur la surface ou nous allons dessiner, nous
pouvons mettre en oeuvre plusieurs moyens et utiliser DIFFERENTES FORMES DE PERSPECTIVE.

 Dessiner consiste à représenter sur une surface BI-dimensionnelle, un objet TRI-


dimensionnel. Avec la perspective, nous « trompons » le cerveau en lui suggérant la
profondeur qui n'existe pas dans l'épaisseur de la feuille de papier !

Préliminaire ou la théorie des « 2 cerveaux » :

  Nous savons que l’image est enregistrée par notre système de vision, puis décodée par notre
cerveau. Par contre, pour créer et dessiner une image, un autre chemin est mis en œuvre : une image
est générée dans notre cerveau, puis dessiner par l’intermédiaire de notre main sous le contrôle de
notre vision. Mais dans quelle partie du cerveau est générée cette image?

  Dans son livre « Visualisation des images pour agir », mon ami François J. Paul-Cavallier* souligne
dans la « théorie des 2 cerveaux », l’importance de la structuration de la pensée et de l’influence de
l’esprit sur la réalité. Pour résumer ce que d’autres chercheurs** mettent aussi dans cette théorie, ils
ont démontré qu’à partir des 2 hémisphères, lobe droit et lobe gauche du cerveau, des actions tout à
fait différentes prennent naissance. A noter que c’est le lobe droit qui commande la partie gauche de
l’individu et le lobe gauche qui commande la partie droite.

  Lobe GAUCHE : il analyse, déduit, rationnalise. C’est le siège du verbal, du relationnel, du séquentiel
et du symbolique. En somme, tout ce qui tient de la logique et de la critique.

C’est le dominant.

  Lobe DROIT : il est plus rapide et plus complexe (partie plus développée chez les artistes). C’est le
siège de ce qui est irrationnel, intuitif, émotif et où se génèrent les images et les rêves. On l’appelle
le dominé.

Ces 2 hémisphères interfèrent constamment et nous empêchent d’exploiter la totalité de nos


possibilités pour nos aptitudes à dessiner. Il faudrait donc utiliser le potentiel du « cerveau droit » pour
mieux réussir dans ce domaine.

  Environ jusqu’à l’âge de 10 ans, aucun hémisphère est dominant, mais le « droit » est mis en jeu lors
des premiers dessins. Il utilise tout naturellement la visualisation, la mise en espace par le tracé des
contours : il évite les détails. Observez un enfant qui dessine une maison, un personnage : il va droit à
l’essentiel.
A partir de 10 ans, la structure du « gauche » se développe grâce à l’apprentissage et les acquis
scolaires. On commence à analyser d’une façon logique et rationnelle, ce qui commence à limiter le
potentiel du « droit ».

Pour souligner cette prépondérance en évitant la symbolisation de nos acquis, faites faire le test
suivant : prenez un dessin … même un peu compliqué et présenté le à l’envers avant de le reproduire.
Vous serez surpris du résultat.

Pour mieux dessiner, il faut donc amener le « cerveau gauche » à capituler. Ce passage est certes
difficile, mais vous permettra une meilleure évasion en dessinant, sans vous fatiguer par une grande
concentration.

  Dessiner d’une façon réaliste est important. Cette activité nous permet :
- de « voir en profondeur »,
- de regarder autrement … d’une façon différente,
- de mieux libérer le geste … même pour d’autres activités.

  * F. J. Paul-Cavallier : psychothérapeute et formateur pour améliorer et développer ses compétences.


**  Betty Edwards, Itsuo Tsuda qui ont publié des livres sur ce sujet.

UN PETIT BOUT D'HISTOIRE :

 Avant de voir le sommaire, petite histoire de l’évolution de la perspective dans le dessin et la peinture.

Cette représentation de la profondeur a été résolue de différentes façons au fil du temps. Initialement, le dessin
définissait plutôt les contours.

♣ Pour la Grèce antique : premiers systèmes et théories décrites par Euclide, principalement basés sur la taille
et la réduction des objets.

♥ Pour la civilisation romaine  : première approche avec 1 point de fuite

♣ Ce n’est qu’à la fin du Moyen –âge, début du XIIIe siècle que furent «  inventées » et définies les premières
règles de la perspective.

♦ Vers 1400, les premières peintures de Giotto laissent apparaître certaines formes de perspective.
Formulées pour la 1ère fois par des artistes, mais surtout des architectes (Piero della Francesca, Alberti,
Brunelleschi) les règles élémentaires  : ligne d’horizon, et points de fuite vers lesquels convergent les lignes de
fuite.

♣ Vers 1450, Léonard de Vinci complète et précise ces règles de la projection, ainsi que la théorie sur les
variations de la couleur selon l’éloignement (perspective atmosphérique). Puis Raphaël synthétise toutes ces
donnés.

◊ Vers 1500, Albrecht Dürer met en œuvre des systèmes pour simplifier les représentations  : mire et plaque de
verre posée verticalement, puis reproduction par quadrillage.
  

A première vue, ce croquis semble correct ... et pourtant en observant bien vous trouverez des erreurs. Si vous
ne les voyez pas, revenez ici à la fin de la consultation des articles et refaites le test. Votre vision aura
certainement changé.

Repost 0
Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 41 commentaires
3 octobre 2008

MATERIEL de DESSIN
Par opposition à la peinture ou plusieurs couleurs sont utilisées, le dessin est principalement effectué par
l'intermédiaire de :

- crayon ou mine graphite, (voir compléments ci-dessous)

- encre de chine, (composition : noir de fumée + colle ou gélatine)

- fusain, (origine : baguette bois en saule, bouleau + carbonisation "combustion sans oxygène")

- sanguine (composition : pigment de poudre fine couleur ocre rouge + gomme arabique).

Les crayons ou mines en graphite sont composés d'un mélange de poudre de graphite
et d'argile (liant). Ce mélange est cuit au four. Ces crayons sont numérotés en fonction de leur dureté (encore
appelé "gradation").

La dureté est fonction de la proportion d'argile dans le mélange : plus la quantité d'argile est importante, plus la
mine de graphite sera dure.
 

GRADATIONS :
- tendre et très noir : 7B        6B        5B        4B       3B
- tendre et noir :         2B       B          HB       F
- dur :                          H          2H       3H        4H
- très dur :                  5H        6H        7H        8H        9H

  Pour dessiner, il convient d'utiliser un minimum de 3 ou4 gradations différentes (voir en gras italique les
gradations préconisées dans liste ci-dessus). Ces crayons seront utilisés pour :

Proposition :     - HB pour les tracés légers préliminaires,


- 4B et 2B pour les tons, ombres et aplats,
- 2H pour les détails et pénombres. 

 SUPPORTS DE DESSIN :  Le principal support utilisé est le papier à dessin. Allant du satiné au grains fins et
grains moyens, on trouve le papier en plusieurs formats et grammage.

A noter que le papier de marque Canson comporte des grains fins d'un coté et moyens de l'autre. Il conviendra
donc de privilégier un coté en fonction du sujet.

FORMAT DU PAPIER : Le format international du « papier industriel » que l’on connaît par exemple sous
l’appellation de FORMAT A4 n’est pas souvent utilisé en « art dessin ».
Les formats français « dessin » normalisé par l’Afnor, existent en multiples dimensions. La dénomination
provient des temps anciens ou des filigranes figuraient sur ces papiers fabriqués à la main.
Les formats en gras rouge ci-dessous sont principalement utilisés en dessin. On trouve différents grammage
pour chacun de ces formats.
Il convient de noter que la fabrication industrielle du papier aquarelle et autres papiers à dessin, a donné
naissance à de multiples formats selon le fabricant. Ces formats se rapprochent plus ou moins des formats
d’origine, qui eux de toute façon, variaient en fonction des conditions de fabrication.
Dénomination           Format en cm                          Dénomination             Format en cm
CLOCHE                    30 X 40                                   POT                          31 X 40
TELLIERE ?                34 X 44                                  COURONNE               36 X 46
ECU                          40 X 50                                  COQUILLE                 45 X 56
CARRE                      45 X 56                                 CAVALIER                  46 X 62
RAISIN                    50 X 65                                  DEMI-RASIN             32,5 X 50
DOUBLE RAISIN       65 X 100                                JESUS                        56 X 76
SOLEIL                      60 X 80                                 COLOMBIER                63 X 90
PETIE AIGLE            70 X 94                                  GRAND AIGLE           75 X 106
GRAND MONDE          90 X 126                                 UNIVERS                   100 X 130

  AUTRE MATERIEL NECESSAIRE :  D'autres outils seront à ajouter à cette liste : gomme normale et gomme
mie de pain, règle graduée permettant de prendre les proportions (plus facile d'utilisation que le crayon tendu à
bout de bras) et une équerre/rapporteur, dont nous verrons l'emploi lors de la perspective linéaire.

Comme nous le verrons plus loin, le mètre pliant sera très utile ....... le marteau ... NON . 
 

Repost 0
Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 3 commentaires
3 octobre 2008

EDUCATION : MAIN ET OEIL


Pour commencer à dessiner, il faut si possible :
- un poste de travail adéquat (bloc à dessin / feuilles poser sur une table)
- un bon éclairage du plan de travail
- un sous-main (feuille) pour éviter de poser la main sur votre travail
- un crayon graphite à tenir plus haut que lors d’une écriture (souplesse du poignet).

 Pour assouplir ce poignet et avoir un geste libéré, il convient d’exercer en effectuer les exercices ci-dessous.

EXERCICES : ................... à réaliser pendant vos moments perdus ..... même en téléphonant

Divisez une feuille de papier A4 en 6 rectangles égaux pour effectuer :

-          de 1 à 12 ces exercices d’assouplissement

-          de 13 à 39 ces exercices de structures que vous pourrez intégrer dans vos croquis

Nota : ces structures peuvent représenter des éléments naturels (feuilles, buissons, arbres, fleurs, herbes, eau) ou
divers matériaux (briques, murs, tuiles).
EDUCATION DE L'OEIL :
Cette éducation passe par une bonne évaluation des dimensions et des distances. Le respect des proportions est
nécessaire pour une bonne représentation du sujet.
Il faut donc éduquer son regard, établir des rapports précis en comparant les dimensions.

Plutôt que d’utiliser un crayon tendu à bout de bras, je propose de le remplacer par une réglette, ou mieux encore,
2 branches d’un mètre pliant.
Nous verrons plus loin que cet instrument nous servira aussi dans d’autres circonstances.

En prenant les dimensions, utilisez une mesure référence de base (unité) et par comparaison reportez les autres
dimensions.

Une autre méthode consiste à utiliser un cadre transparent comportant une surface quadrillée. Cet ustensile
permet de reporter différents points du sujet. Il peut aussi être utilisé pour réaliser un cadrage permettant d’avoir
une bonne composition.

EXERCICES : Respect des proportions ci-dessous

Sans trop tenir compte de la perspective et des ombres qui seront étudiés plus loin, dessinez des volumes ou
objets en respectant les proportions
Nous prendrons comme unité de base la mesure d’une arête du cube.

Une dimension identique sera donc à reporter pour le diamètre de la sphère … et sa position par rapport au cube.
Pour la hauteur du cylindre, une dimension de base multipliée par deux sera appliquée.

 En éduquant l’œil, nous arriverons assez vite à ne plus prendre de mesure, mais par comparaison la dimension
reportée sur le papier sera facilité … et presque automatique.

********************

Repost 0
Published by JAIME - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 2 commentaires
3 octobre 2008

PERSPECTIVE par CHEVAUCHEMENT


Perspective très simple à mettre en oeuvre. La superposition des éléments nous donne la situation dans l'espace
(dans le sens de la profondeur)

Ci-dessus : A gauche sans chevauchement, à droite avec chevauchement

Exemple :
Les arbres, par chevauchement sur les autres plans, définissent mieux la profondeur.
Les Embiez au Brusc
(Dessin de l'auteur, graphite sur papier Canson)  

Repost 0
Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 5 commentaires
3 octobre 2008

PERSPECTIVE par CHANGEMENT de TAILLE


 
Dans l'exemple ci-dessus, le changement de taille des maisons donne la profondeur et influence la perception
(situation dans la profondeur, du plus près au plus loin, du plus grand au plus petit)

Mise en application en peinture :

Sans aucune ligne de fuite ou autre perspective, seul le changement de taille des feuilles de nénuphars nous
précise la profondeur.
Mare aux nénuphars
(Huile de l'auteur sur papier toilé 42x56cm)

Repost 0
Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 6 commentaires
3 octobre 2008

REDUCTION DES ESPACEMENTS

La réduction de l'espacement entre les objets, en même temps que le changement de taille, procèdent également
à cette perception de profondeur. Dans l'exemple ci-dessus, à gauche, la profondeur n'est pas perçue, alors qu'à
droite, le cerveau à travers cette vision interprète un éloignement successif des poteaux. La profondeur est mieux
suggérée.

Nota : Nous verrons ultérieurement comment ce tracé est opéré.

Exemple de mise en application

Esquisse d'un pont : réduction des espacements des arches et de la rambarde nous influence sur le sens de la
profondeur.

Repost 0
Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 2 commentaires
3 octobre 2008

PERSPECTIVE par Modelé et Ombres


Le modelé est un des procédés utilisé pour définir les formes ou volumes "ronds" qui ne comportent pas
d'arêtes vives, donc pas de lignes de fuite. C'est la lumière qui génère les ombres et lumières réfléchies.
Souvent  ces ombres vont apporter la meilleure information en étant facilement interprété par le cerveau.
Il convient, dès le départ de représenter la direction de la lumière par la représentation d'une flèche en
perspective. Ici la lumière arrive de l'arrière droit.

 Exemples de  mise en application :


CERISES NOIRES

Dessin de l'auteur sur papier Canson 22 x 30 cm avec mine graphite "aquarellable"


 

                   

Autre exemple : Exercice réalisé en cours

DRAPE Dessin de l'auteur Graphite sur papier Canson 22 x 30 cm

Repost 0
Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 2 commentaires
30 septembre 2007

LES COULEURS
LUMIERE ET CERCLE CHROMATIQUE

Avant d’aborder le dessin « noir et blanc », passons rapidement par un point nécessaire et indispensable : la
couleur et donc la lumière. Cette lumière est un flux de photons (ondes électromagnétiques). En traversant un
prisme, elle se décompose en différentes couleurs.

Nota : La décomposition de la lumière a été découverte par NEWTON et la recomposition possible de la lumière
par YOUNG à partir de 6, puis de 3 couleurs.
On voit apparaître certaines de ces couleurs dans "l'arc-en-ciel" : c’est la partie de la lumière visible

Les couleurs principalement visibles sont :

ROUGE  -  ORANGE  -  JAUNE  -  VERT  -  BLEU  -  INDIGO  - VIOLET  

CARACTERISTIQUES

Couleur Longueur d’ondes (nm) Fréquence (THz)


Rouge 625 – 740 480 – 405
Orange 590 – 625 510 – 480
Jaune 565 – 590 530 – 510
Vert 520 – 565 580 – 530
Bleu 446 – 520 690 – 580
violet 380 - 446 790 - 690

On notera que le rouge possède une longueur d'onde (aux alentours de 740 nanomètres) environ 2 fois plus
grande que le violet (aux alentours de 380 nm). Cette caractéristique nous permet de voir un coucher de soleil et
un ciel rouge, alors que toutes les autres couleurs ne parviennent plus à notre regard (difficultés à traverser
l'atmosphère polluée). Ces ondes de lumières sont incolores mais notre cerveau relié à l’œil les traduit en couleurs
selon la réception par les bâtonnets. En effet, dans l’œil, seulement 3 sortes de cônes-pigments visuels sont
sensibles au bleu, au vert et au rouge :

-          cônes L sensibles aux ondes longues donc les rouges


-          cônes M sensibles aux ondes moyennes donc les verts
-          cônes S sensibles aux ondes courtes donc les bleus

On a trop souvent coutume de dire que les trois couleurs primaires sont : le ROUGE, le JAUNE et le
BLEU. Pour éviter toute confusion quant à la désignation de ces couleurs primaires, il faut avant tout
préciser dans quel « système » sont situés ces couleurs : soit ADDITIF, soit SOUSTRACTIF.

COULEURS ADDITIVES
Ce sont les couleurs que l'on rencontre dans un système de lumière.
Exemple : télévision, écran ordinateur, rétro-projecteur
Les 3 couleurs primaires additives sont : le ROUGE, le VERT, le BLEU.
L'addition (recomposition) des 3 couleurs nous redonne le blanc (la lumière).
En additionnant deux couleurs primaires ci-dessus, on obtient 3 couleurs secondaires, à savoir :
- ROUGE + VERT = JAUNE
- ROUGE + BLEU =MAGENTA
 - BLEU + VERT = CYAN
et se sont ces 3 couleurs qui deviennent les 3 couleurs primaires dans le système des

COULEURS SOUSTRACTIVES
Le mélange des 3 couleurs MAGENTA + JAUNE + CYAN nous donne un brun profond se rapprochant du noir.

Ces couleurs sont utilisées dans un système "matière"


Exemple : peinture, imprimerie

En mélangeant deux couleurs primaires soustractives on obtient les 3 couleurs secondaires soustractives :
- MAGENTA + JAUNE = ORANGE
      MAGENTA + CYAN = VIOLET
 - CYAN + JAUNE = VERT
Ces 3 couleurs sont aussi appelées couleurs complémentaires :
- le VERT complémentaire de la couleur opposé à savoir le MAGENTA,
- l'ORANGE complémentaire du CYAN, et
- le VIOLET complémentaire du JAUNE.

A noter :
Un corps absorbe certaines radiations et nous renvoie certaines autres. Ce sont les radiations réfléchies qui nous
informent donc sur la couleur de l'objet.
Exemple : une belle pomme toute rouge absorbe toutes les radiations/couleurs situées à droite du rouge, (voir arc-en-ciel) et nous
renvoie la seule couleur rouge.
Blanc et noir : un corps blanc diffuse toutes les radiations, le noir les absorbe en totalité.

DEFINITIONS DES COULEURS

Elles sont définies principalement par 3 caractéristiques :

-          la teinte est en fait la fréquence qui engendre cette couleur,

-          la valeur représente l’amplitude lumineuse qui définit cette couleur,

-          la saturation représente la pureté de la couleur.

Voir également compléments sur couleurs dans la partie « Produits » sous « Peinture à l’huile ».

Repost 0
Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 10 commentaires
29 septembre 2007

PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE

           par les Détails et contours


        parfois encore appelé Perspective aérienne

Cette forme de représentation en perspective par les détails et les contours peut être comparée à la profondeur de champ en
photographie : l'image est nette au premier plan, et devient "floue et légère" vers l'arrière.
En dessin, tous les objets situés au premier plan devront donc être représentés d'une façon précise. Puis, les détails seront de moins
en moins précis au fur et à mesure que l'on dessine les parties situées vers l'arrière. Il faut également jouer sur le contraste entre
ombres et lumière. En effet, le contraste doit être prononcé au premier plan : contraste noir et blanc, et moins soutenu dans les
plans arrières : contraste gris foncé et gris clair.
SAPINS DES VOSGES
(Dessin de l'auteur mine de graphite 30 X 22 cm)

          Changement de valeur et de couleurs


        A l'exemple ci-dessus, le dessin graphite est remplacé ici par les couleurs.
Même sujet que précédemment,
mais traité avec des crayons de couleurs

Cette représentation est encore parfois appelée perspective aérienne (désignation origine d'air ou atmosphère et non pas
altitude).

Lorsque vous observez un paysage montagneux comme pour l'exemple ci-dessus, vous constaterez dans la succession de
vallonnements boisés, une modification de couleurs pour un objet identique, ici le sapin. Votre vision, donc votre cerveau, va
enregistrer pour les sapins du premier plan un vert soutenu, plutôt sombre. Le vert s'atténue pour devenir bleu clair dans le lointain
: la ligne bleue des Vosges.
Ce phénomène est généré parce que la lumière et les couleurs, traversent l'atmosphère (l'air) chargée d'impuretés : pollutions
diverses, humidité etc. Cette pollution ralentie la propagation des couleurs, plus ou moins selon la longueur d'onde de la couleur,
chaque couleur ayant sa propre longueur d'onde (voir article sur les couleurs et le cercle chromatique). Ainsi, les couleurs
identiques ne parviennent plus à notre regard avec la même intensité.
Vous pourrez remarquer, après une averse, que ce phénomène est moins flagrant. Les couleurs sont plus soutenues parce que la
pluie a dissipé la pollution, permettant ainsi, de mieux percevoir l'éclat des couleurs.

Pour une bonne représentation de cette perspective atmosphérique, il convient aussi de respecter les mêmes recommandations
qu'au chapitre précédent (détails et contours), en y ajoutant le changement de couleurs et d'intensité des teintes.
Les couleurs identiques seront plus chaudes dans les premiers plans que celles des arrières plans : teintes soutenues au premier
plan, mais délavées et de plus en plus plus légères en progressant vers l'arrière plan.

Exemple 1 :
Ici, les teintes chaudes du premier plan repoussent les "bleus froids" vers l'arrière.
La perspective linéaire est quasiment absente, et la profondeur est surtout rendue par les détails de moins en moins présents. A
noter, la couleur bleue qui s'éclaircit à chaque changement de plan.
LA MEIJE AU CHAZELET (LETZELTER 2003)
Huile sur papier toilé 42 x 56 cm

EXEMPLE 2 :
Le flou et les couleurs estompées de l'arrière-plan,  donnent la profondeur au sujet. Notre regard est également attiré vers le
parapluie, objet très proche et de couleur chaude.
VENISE, PARAPLUIE ET AQUA-ALTA
Huile 48 x 36 cm  (LETZELTER 2003)

Repost 0
Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article Voir les 19 commentaires
1 2 3 4 5 6 7 > >>

 Top articles
 Contact
 Signaler un abus
 C.G.U.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest


Suivre ce blog

OverBlog

Les bases du dessin ... et de la peinture


Presentation
 Blog : Les bases du dessin ... et de la peinture


 Description : GRATUITEMENT : Initiez-vous ou effectuez une remise à niveau aux règles
élémentaires en dessin et peinture TOUT SUR LES PERSPECTIVES ET LES POINTS
PARTICULIERS et BIEN DÉMARRER A L'HUILE Nombreux exemples et Galerie virtuelle
 Contact

 
 

  Les Bases du Dessin


... et de la Peinture
 
Liste D'articles
 RECOMMANDATIONS

BIENVENUE SUR MON BLOG Ce blog comporte une 1ère partie destinée à vous familiariser avec
les principes de bases du DESSIN. Si vous êtes "débutant", respectez l'ordre de découverte des
articles. Il vous permettra une meilleure compréhension. Une 2ème...

 AVANT PROPOS

****************************************************** NOTA : le chapitre "Exercices ...


Gymnastique de l'esprit" vous permet d'évaluer votre niveau de compréhension et de valider vos
acquis après avoir parcouru un article en particulier. Dessiner, c'est...

 MATERIEL de DESSIN

Par opposition à la peinture ou plusieurs couleurs sont utilisées, le dessin est principalement effectué
par l'intermédiaire de : - crayon ou mine graphite, (voir compléments ci-dessous) - encre de chine,
(composition : noir de fumée + colle ou gélatine)...

 EDUCATION : MAIN ET OEIL

Pour commencer à dessiner, il faut si possible : - un poste de travail adéquat (bloc à dessin / feuilles
poser sur une table) - un bon éclairage du plan de travail - un sous-main (feuille) pour éviter de poser
la main sur votre travail - un crayon graphite...

 PERSPECTIVE par CHEVAUCHEMENT

Perspective très simple à mettre en oeuvre. La superposition des éléments nous donne la situation
dans l'espace (dans le sens de la profondeur) Ci-dessus : A gauche sans chevauchement, à droite avec
chevauchement Exemple : Les arbres, par chevauchement...

 PERSPECTIVE par CHANGEMENT de TAILLE


Dans l'exemple ci-dessus, le changement de taille des maisons donne la profondeur et influence la
perception (situation dans la profondeur, du plus près au plus loin, du plus grand au plus petit) Mise
en application en peinture : Sans aucune ligne de...

 REDUCTION DES ESPACEMENTS

La réduction de l'espacement entre les objets, en même temps que le changement de taille, procèdent
également à cette perception de profondeur. Dans l'exemple ci-dessus, à gauche, la profondeur n'est
pas perçue, alors qu'à droite, le cerveau à travers...

 PERSPECTIVE par Modelé et Ombres

Le modelé est un des procédés utilisé pour définir les formes ou volumes "ronds" qui ne comportent
pas d'arêtes vives, donc pas de lignes de fuite. C'est la lumière qui génère les ombres et lumières
réfléchies. Souvent ces ombres vont apporter la meilleure...

 LES COULEURS

LUMIERE ET CERCLE CHROMATIQUE Avant d’aborder le dessin « noir et blanc », passons


rapidement par un point nécessaire et indispensable : la couleur et donc la lumière. Cette lumière est
un flux de photons (ondes électromagnétiques). En traversant un prisme,...

 PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE

PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE par les Détails et contours parfois encore appelé Perspective
aérienne Cette forme de représentation en perspective par les détails et les contours peut être
comparée à la profondeur de champ en photographie : l'image est nette...

 
ACCUEIL DESSIN EXERCICES de DESSIN SOMMAIRE PEINTURE
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
29 septembre 2007

PERSPECTIVE LINEAIRE
PRINCIPE DE BASE DE LA PERSPECTIVE LINEAIRE
 
  La perspective linéaire est certainement le moyen le plus facilement décrypté par le cerveau. Cette perspective permet de
suggérer au mieux la profondeur.
Avant d'expliquer les 2 principales perspectives linéaires, commençons ici par définir quelques termes employés.
Plan du sol : plan sur lequel est positionné l’observateur
Ligne du sol : prend naissance à l’intersection du plan du sol et du plan du tableau
Plan du tableau : plan vertical du tableau
PFf : prend naissance à la perpendiculaire de la vision de l’observateur et du plan du tableau. C’est là
que se situera le  point de fuite de la perspective frontale.
NY : niveau des yeux qui correspond aussi à la ligne d’horizon
PFd et PFg : ces points de fuite situés sur NY correspondent à l’angle de vision maximum d’environ 90°
(ligne en bleu clair) que couvre le regard. L’angle avec une vision nette est environ de 60°, donc occupe
l’espace latéral du tableau.

LH = ligne d'horizon (là où le ciel touche la mer) Correspond toujours au niveau horizontal des yeux. Ce niveau
ne change pas, même en penchant ou en levant la tête.
Plan du dessin : c’est le plan vertical qui correspond à la surface sur laquelle on représente le dessin.
Nota : pour illustrer ce propos, une façon très simple pour dessiner … et tout le monde, sans le savoir, peut dessiner un objet en
perspective. Prenez un carreau en verre fixé verticalement (= plan du dessin) et sans bouger la tête dessinez sur la vitre l’image
de l’objet que vous voyez au travers. Vous aurez une illustration parfaite d’une bonne représentation de perspective .
Vous remarquerez que les dimensions et proportions du chemin et des arbres ne changent pas entre les deux
illustrations. Par contre, le feuillage commence maintenant au-dessus de la ligne LH. La surface du chemin, moins
visible, est plus petite. Ce chemin sera réduit à une ligne lorsque l’observateur est couché sur le sol. Il convient
donc de respecter impérativement le rapport des dimensions et différentes proportions des sujets lors de la mise
en place de l'esquisse : la hauteur des yeux doit toujours être en rapport avec les autres dimensions.

EXERCICES
Les 4 exercices qui vont suivre représentent le même sujet vu par un observateur dans des positions et placement
différents.

Le sujet

- Le niveau des yeux NY est représenté par une ligne discontinue rouge.

- Les lignes de fuite (lignes qui s'éloignent de vous pour aller rejoindre le point de fuite) sont représentées par une
ligne continue rouge.

- La position de l'observateur est représentée par triangle rouge.

Exercice Observateur N° 1

L'observateur est debout au


milieu du chemin, son niveau des yeux est à 1,70 m
Exercice Observateur N°2 :

Observateur debout, placé à 50 cm à droite du chemin, son niveau des yeux est toujours à 1,70 m

La surface visible du chemin est beaucoup plus importante.


Une grande parties de la hauteur des arbustes est en-dessous de NY.

A RETENIR (pour ces exercices, comme dans tous les autres dessins) :
- Toutes les lignes de fuite situées au-dessus du niveau des yeux DESCENDENT vers le ou les
points de fuite PF.
- Toutes les lignes de fuite situées en-dessous de NY, MONTENT vers le ou les points de
fuite PF.

Repost 0
Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article
28 septembre 2007

PERSPECTIVE FRONTALE
PERSPECTIVE LINEAIRE A 1 POINT DE FUITE

Cette perspective est utilisée lorsque la face avant d'un volume est parallèle au front de l'observateur, d'où son nom FRONTALE.
Dans les différents exemples simples qui vont suivre, la représentation d'un cube a été utilisée pour faire comprendre l'interaction
entre :

- la position de l'observateur par rapport à ce cube,


- et son niveau des yeux.

Pour tous ces exemples :


- 4 carreaux représente 1 mètre sur le terrain,
- le niveau des yeux est représenté par la ligne rouge discontinue NY
- la position de l'observateur par une flèche liée avec un 0
- les ligne de fuite par des lignes continues en rouge.

EXEMPLE N° 1 :

cube de 1m, NY à 1,75 m soit 7 carreaux et 0bs à 1 m à droite du cube

Mode opératoire pour cet exemple(et les autres) :


- on commence par dessiner le niveau NY,

- puis l'arrête de la base du cube de 1 m, arrête à tracer à 1,75 m en-dessous de NY, puis la totalité de la face avant du cube,

- ensuite on élève à 1 m à droite de cette face, la perpendiculaire qui va couper la ligne NY. A la rencontre de ces 2 lignes se situe
notre point de fuite PF.
- on relie tous les coins du cube lignes de fuite vers PF
- on détermine la profondeur, mesure au crayon bras tendu en ayant soin de conserver le rapport des proportions,
- on termine en traçant une parallèle verticale, puis horizontale au point de
rencontre avec le ligne de fuite (du milieu).

Nota : En perspective frontale, pour tous volumes cubes, parallélépipèdes, les arrêtes horizontales restent parallèles, les
verticales également.

EXEMPLE N° 2 :

cube de 1 m, NY à 1,75 m, et 0bs à 2 m à droite du cube


Vous remarquerez que, si la face visible du dessus est sensiblement identique, celle du coté est représentée par une surface plus
importante.

EXEMPLE N° 3 :

cube de 1m, NY à 1,25 m, et 0bs à 1 m à droite du cube

On peut constater une nette différence par rapport à l'exemple N° 1.


La position de l'observateur est identique, mais un niveau NY plus bas intervient ici et modifie la surface supérieure du cube.

EXEMPLE N° 4 :

cube de 2 m, observateur assis à 1 m à droite du cube et NY à 1,25 m


Pour cet exemple nous retrouvons les lignes de fuite située au-dessus de NY qui descendent vers PF, et celles situées en-dessous
qui montent vers le même PF

EXEMPLE N° 5 (un peu plus compliqué)

Pour cet exemple certaines lignes cachées ont été représentées. Ces tracés permettent parfois de mieux positionner les autres
volumes, soit dans le sens de la profondeur, soit latéralement. Le volume à gauche, bien positionné, ne "bouche" pas le passage
tunnel de l'élément de base.

Rappel : tout volume "compliqué" au premier abord, peut toujours être représenté par un assemblage de volumes simplifiés (cube,
parallélépipède rectangle, sphère, pyramide etc...)

REMARQUE : Dans le but d'apporter une bonne précision, les lignes de fuite ont été tracées dans ces exemples à l'aide d'une
règle permettant ainsi de faciliter la compréhension.
Il convient de rappeler que l'exécution d'un dessin ou d'un croquis sur le terrain, doit IMPERATIVEMENT effectués à main levée.
En procédant de la sorte, vous donnerez ainsi "plus de vie" à votre trait et votre représentation.

EXEMPLE N° 5 :
Un autre exemple "intérieur d'une pièce" un peu plus concret.

L'observateur est debout et placé en face au milieu de la fenêtre. Son niveau NY se trouve à la hauteur
de la croisée ce la fenêtre. C'est donc là que se situe le point de fuite PF. Vers ce point partent toutes
les lignes de fuite, y compris les poutres du plafond, ainsi que celles du meuble situé contre le mur du
fond.

Nota : Pour NY à 1,75 m, la hauteur sous plafond est environ de 2,80 m et la largeur de la pièce de
3,50 m = RESPECTEZ LES PROPORTIONS

Mise en application en peinture :

Ici, toutes les lignes de fuite convergent vers un point de fuite situé au centre de la petite porte (porte
sous le tapis), pour un NY à environ 1,70 m.

LE TAPIS DE LA COUR
Huile sur carton toilé 41 x 33 cm (LETZELTER 2003)
 

REGLES A RETENIR EN PERSPECTIVE FRONTALE :

* les lignes horizontales restent parallèles


* les lignes verticales restent également parallèles
* les lignes qui s'éloignent de l'observateur (= lignes de fuite) rejoignent toutes le
même point de fuite situé sur le niveau des yeux (sauf particularité pour les plans inclinés,
sujet traité plus loin)
* les lignes de fuite situées au-dessus du niveau des yeux descendent vers la ligne NY,
et celles situées en dessous, montent vers NY.

CONCOURS : TEST ou LE JEU DES ERREURS


Observez le dessin ci dessous. Dans l'ensemble, le dessin fonctionne à peu près. Néanmoins, des erreurs ont été glissées
volontairement dans la représentation. Essayez de les trouver.
1er prix : une aquarelle pour celui ou celle qui les trouvera toutes.
EXEMPLE ... de ce qu'il ne faut pas faire :

Vous qui doutez, voici pour vous rassurer, un exemple concret d'une peinture.

Ce tableau du 17ème siècle, photographié au Musée de NANCY, place Stanislas, représente la nef d'une église. L'artiste a pris
certaines libertés avec la perspective frontale. Il devait ignorer les règles élémentaires et dessinait "au pif". Essayez de découvrir
ces bizarreries.
Ne tenez pas compte des colonnes qui penchent un peu ... là c'est le photographe qui a été obligé de prendre la
photo de biais pour éviter les reflets de lumière.
Repost 0
Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article
28 septembre 2007

PERSPECTIVE des CUBES


 

En perspective frontale, cette représentation est fonction du point focal c'est-à-dire de la distance de
recul de l’observateur par rapport à la face avant du cube.
Nous prendrons ici comme exemple, un cube de 1 m et des reculs différents.

Pour le tracé du cube A, comme les deux autres, nous dessinons la face avant (un carré) et un niveau
des yeux NY, ici à 1,60 m. Ces deux longueurs doivent être représentées à la même échelle.

Ensuite, nous déterminons le point de fuite, centré pour A et B, déplacé pou C.


Nous traçons les lignes de fuite vers chaque PF. Nous reportons les points de distance Pda à
1,50 m, Pdb à 2,50 m et Pdc à 3,50 m pour tracer une ligne vers le point de distance. Cette
ligne est en fait la diagonale de notre carré de la base. Le croisement de cette ligne avec une
ligne de fuite détermine p, profondeur de notre base du cube. Nous élevons une verticale qui
coupe la ligne de fuite de la face haute pour définir la profondeur de cette face. Les faces
cachées sont représentées en pointillés.
Nous pouvons constater que plus le recul augmente, plus les faces du haut et les bases du cube
diminuent et plus les faces arrière augmentent.
Si le procédé vous semble un peu compliqué,
faites vous-même vos propres tracés.
Vous comprendrez mieux les différentes représentations.

Repost 0
Published by JAIME
commenter cet article
28 septembre 2007

INCIDENCES du POINT FOCAL et de la DISTANCE


Nous aborderons ici les incidences sur la perspective suivant la position de l’observateur.
Cette perspective est fonction :
-         de la position de l’observateur (à gauche, au centre ou à droite),
-         de son recul par rapport au sujet,
-         et de son niveau des yeux NY (assis, debout surélevé).

Dans notre exemple, nous retenons comme sujet une pièce de 4 m de largeur, 3 m de profondeur
et 2,8 m de hauteur. Notre observateur … debout (et très grand) a un niveau des yeux à 1,8 m.
Il est positionné sur l’axe central de la pièce et est en retrait de 1,30 m par rapport au début du
volume. (voir croquis ci-dessous).
Le croquis du haut représente une vue de dessus de la pièce et la position de l’observateur. Le
croquis du bas représente cette pièce en perspective frontale :
-         niveau des yeux à 1,8 m
-         position centrée par rapport à la pièce.
Nota : Les distances, dimensions  et hauteurs des yeux doivent être représentées avec la
même echelle. Elles sont en corrélations

A partir de notre point de fuite nous traçons les lignes de fuite vers les 4 coins du volume.
Le tracé de la paroi du fond est obtenu par projection des points de croisement des lignes de fuite avec
le début du volume. Les 2 lignes en bleu définissent la largeur de la pièce en perspective.
Le croquis ci-dessous reprend le même exemple de
pièce, mais l’observateur, avec le même recul, est positionné à 1 m à gauche de l’axe central.
L’ensemble des tracés est identique.
Nous pouvons constater que le mur du fond, de surface identique, est déplacé maintenant de 1 m vers
la gauche. Pour le croquis ci-dessous notre
observateur assis, est maintenant positionné à 1,50 m à droite de l’axe central avec un recul identique
de 1,30 m. Par contre, le niveau des yeux est à 0,80m. La surface du mur du fond est inchangée.
Le croquis ci-dessous montre le
changement résultant d’une position différente de l’observateur.
Il est debout à 1 m à gauche de l’axe central, mais avec un recul de 3,0 m. Les proportions du mur du
fond sont complètement différentes : mur du fond beaucoup plus grand du fait des angles de visée.
Ci-dessous un récapitulatif comparatif pour illustrer
le résultat des différentes incidences.
Repost 0
Published by JAIME
commenter cet article
28 septembre 2007

PERSPECTIVE A 2 POINTS DE FUITE


PERSPECTIVE OBLIQUE

Cette perspective à 2 points de fuite est utilisée pour représenter les faces d'un volume qui ne sont pas en perspective frontale.
A l'observation des volumes on constate des lignes de fuite qui s'éloignent aussi bien à droite, qu'à gauche du sujet. Ces lignes
rejoignent toutes, un 1er point de fuite PF1 situé à droite et un 2ème point à gauche PF2. Les lignes verticales restent parallèles.

MODE OPERATOIRE
1 tracé du niveau NY
2 tracé du volume en commençant par l'arrête la plus proche
3 recherche des points de fuite

Pour reporter sur le dessin les angles de fuite alpha1 et alpha2, on mesure ceux-ci avec une équerre rapporteur :

- alignement d'une branche sur la verticale la plus proche

- alignement de l'autre branche sur une ligne de fuite, de préférence celle la plus prononcée pour minimiser les erreurs.

- report de cet angle relevé et prolongement du tracé jusqu'au niveau NY.


A l'intersection de ces deux lignes se situe PF1
- même mode opératoire pour déterminer PF2
4 tracé des lignes de fuite vers PF1 et PF2
5 détermination de la profondeur et tracé de la verticale

6 à partir de l'intersection ce cette verticale avec la ligne de fuite, tracé d'une nouvelle ligne de fuite vers PF2

7 terminer les autres tracés.


Dans l'exemple ci-dessous, chaque volume est orienté d'une façon différentes par rapport à l'observateur. Chaque volume aura
donc ses propres points de fuite, mais qui seront tous situés sur le niveau NY.

Pour le volume a, le point de fuite de droite est situé hors de la page, ce qui arrive fréquemment en dessin. Il faut donc visualiser
ce point "imaginaire" vers lequel iront les lignes de fuite.
Pour le volume b, représenté en perspective frontale, il convient de remarquer que PFb est aussi situé sur NY.
Pour le volume c, la représentation des lignes de fuite a été exagérée pour bien montrer l'ensemble des lignes de fuite.

Exercice réalisé en cours :

SECRET DU SAVOIR
Dessin mine graphite (LETZELTER 2006)

REGLES A RETENIR EN PERSPECTIVE OBLIQUE

* chaque volume a ses propres points de fuite selon son orientation


* tous les points de fuite sont situés sur le niveau des yeux NY
* même règle pour les lignes de fuite : elles descendent quand elles sont au-dessus et montent quand elles
sont en-dessous.
Mise en application en peinture

NEIGE EN BULGARIE
Huile sur toile 41 x 33 cm (LETZELTER 2004)
d'après carte postale de Yanko Yanev

Dans cette représentation, adaptée d'après un original de Caillebotte, on peut retrouver ici plusieurs aspects de la perspective :
- la perspective oblique,
- mais également la perspective atmosphérique pour les bâtiments situés au fond du tableau. Aux couleurs froides du fond,
s'opposent des touches un peu plus chaudes d'ocre jaune.
- On y trouve aussi la perspective par chevauchement pour les cheminées à gauche, au premier plan et au centre.
VU DES TOITS
Huile sur toile 48 x 36 cm (LETZELTER 2002)
d'après Caillebotte

Repost 0
Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article
28 septembre 2007

PERSPECTIVE OBLIQUE des CUBES


Pour la perspective oblique nous prenons comme exemple (voir croquis ci-dessous) un cube de 70
cm pour un niveau des yeux à 1,30 m.

C’est la position du cube (orientation) mais aussi notre recul qui définira nos deux angle de fuite @.
Ici ces angles de fuite ont été mesurés avec un recul de 2 m. En effet, plus nous nous éloignons du
sujet, plus nos angles @ vont diminués. Le tracé des lignes de fuite vont déterminer nos points de
fuite PFg et PFd.

Pour réaliser le croquis de notre cube, nous traçons une ligne horizontale, parallèle à notre niveau des
yeux appelée « Ligne de terre ». Nous élevons une verticale pour représenter l'arête la plus proche.
Cette verticale issue de c coupe NY en Pdist. Nous reportons sur la ligne de terre, à gauche et à droite
de c une distance de 1 m et nous traçons les lignes a-Pdist et b-Pdist. Ces lignes coupent nos deux
lignes de fuite et déterminent la profondeur du cube.

Il ne nous reste plus qu’à terminer le tracé des autres arêtes … et là, si vous avez bien retenu la leçon,
vous devrier pouvoir terminer le croquis.
Repost 0
Published by JAIME
commenter cet article
28 septembre 2007

PERSPECTIVE A 3 POINTS DE FUITE


  Rarement utilisé, sauf cas particuliers pour amplifier une perspective représentant des édifices très
hauts (église, gratte-ciel etc.). Dans cette perspective les verticales ne sont pas parrallèles mais
rejoignent un 3ème point de fuite situé en-haut et vers lequel convergent ces lignes de fuite.

Nota : l'inverse est aussi possible en mettant notre point de fuite en-bas dans le cas d'une "vue
plongeante".

L’exemple ci-dessous détaille le mode opératoire pour cette perspective, mode opératoire identique à
celui de la perspective à 2 points de fuite :

-  définition et représentation du niveau des yeux, ici en trait bleu,

-  tracé du point de fuite à gauche et à droite, ici largement en-dehors de l’esquisse. Les lignes de
fuite vers le point de fuite droit sont représentées en rouge et celles vers le point de fuite
gauche sont représentées en jaune.

-  Par contre il convient de rajouter à cette forme de perspective un 3ème point de fuite. Ce point est
situé aussi très largement en-dehors de l’esquisse et les lignes de fuite vers ce point sont
représentées en vert. Cette représentation confère à l’ensemble du sujet beaucoup plus de
majesté et exprime mieux la taille et l’élancement de l’édifice.

Le sujet, ici le « Sacré-Cœur » à Paris, est bien adapté pour un dessin à l’encre de chine.

Nous allons donc commencer par effectuer une esquisse globale au crayon graphite qui nous permettra
de mieux corriger les éventuelles erreurs.
Voir ci-dessous l’image de l’esquisse comportant en couleur, le niveau des yeux et les principales lignes

de fuite.

 Nous passons ensuite au tracé des différents traits par l’intermédiaire d’une petite plume et de l’encre
de chine. Ici j’ai utilisé du papier aquarelle dans le but d’ajouter à la fin de légères touches de couleurs
permettant ainsi de faire ressortir la blancheur des pierres du bâtiment.

Par contre je tiens à souligner qu’un travail sur du papier « bristol » est plus facile car la plume de
dessin n’accroche pas les fibres du papier. De plus la couleur de fond de ce papier est beaucoup plus
blanc que le papier aquarelle.

Il est intéressant d’utiliser des plumes de dessin d’épaisseurs différentes surtout pour réaliser les
hachures.

Voir ci-dessous sujet en cours d’exécution et sujet terminé à l’encre de chine.


 
 

Vous pouvez vous arrêter là. Pour ma part, il ne me reste plus qu’à poser quelques touches d’aquarelle
pour relever l’ensemble et lui « donner un peu plus de lumière ».

Voir ci-dessous le sujet terminé


Certes, en cherchant bien on pourra découvrir quelques imperfections mais l'essentiel c'est que
"l'ensemble fonctionne correctement".

Nota: Pour ceux qui connaissent .... ils constateront que j'ai "coupé" les arbres qui entourent le Sacré-
Coeur pour que le l'édifice puisse mieux respirer.

Repost 0
Published by JAIME - dans abc-dessin
commenter cet article
27 septembre 2007

CENTRE PERSPECTIF - PLAN INCLINE


 

CENTRE PERSPECTIF

 
C'est le centre de la surface représentée en perspective, (ci-dessous le centre du carré base de la pyramide). Le moyen le plus
simple pour déterminer ce centre consiste à tracer les diagonales.
Dans l'exemple ci dessous, une pyramide tronquée en perspective frontale, le tracé des diagonales permet de tracer le point par
lequel doit passer la verticale sur laquelle se situe le sommet du volume.

Ne jamais oublier que sur une surface vu en perspective, pour trouver le milieu,
il ne faut pas partager en 2 parties égales, mais tracer le centre perspectif.

PLAN INCLINE
Lorsqu'on représente un plan incliné dans un dessin, son tracé doit être effectué avec assez de précision pour être correctement
déchiffré par le cerveau.

Exemple : perspective frontale de 2 plans horizontaux reliés par un plan incliné.


- Les lignes de fuite des plans horizontaux se rencontrent au point de fuite PF 1 situé sur le niveau des yeux NY.
- Par contre, pour le plan incliné, les lignes de fuite montent au dessus de NY pour se rencontrer au point PF 2. Ce point est situé à
la verticale de PF1 , plus ou moins haut selon l'inclinaison du plan.
Pour mieux comprendre, un autre exemple ci-dessous.
Nous représentons 1 plan vertical A et un plan horizontal B. Une représentation classique des lignes de fuite vers la droite et vers
le gauche, (point de fuite PFd et PFg) situés tous deux sur NY.
Rappel : toutes les lignes horizontales qui s'éloignent de vous dans la même direction sont à représenter en lignes de fuite qui se
rencontrent au même point de fuite.
Insérons entre ces 2 plans, 1 plan oblique ou plan incliné C. Les 2 lignes horizontales iront rejoindre le point de fuite PFd. Les 2
autres lignes de fuite, qui dans la réalité ne sont pas horizontales, vont se rejoindre au point de fuite PF pi situé à la verticale de
PFg.
Le plus souvent ce point PF pi est situé nettement endehors de notre croquis. Aussi, pour simplifier .... et pour ceux qui n'ont pas
un bon coup d'oeil, il suffit de définir une ligne parallèle qu'il convient de refermer vers la première.

CENTRE PERSPECTIF ET PLAN INCLINE

Dans l'exemple de la maison ci dessous (en perspective oblique ... article que nous étudierons plus loin), sont réunis les tracés du
centre perspectif et celui du plan incliné (toit de la maison).
Pour une répartition correcte des distances en perspectives, il faut tracer les diagonales sur la face avant pour déterminer l'axe sur
lequel est situé le sommet du toit. En élevant une verticale passant par le centre perspectif on pourra fixer le sommet avant. Après
avoir dessiné les 2 pentes avant, on aura soin de prolonger ces traits jusqu'à la rencontre de la verticale passant par le point PF 1.
C'est vers ce point PF2 que sera tracée la ligne de fuite de la pente arrière.

Repost 0
Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article
27 septembre 2007

PERSPECTIVE DU CERCLE
LE CERCLE EN PERSPECTIVE

TRACE DE BASE

Tout d'abord, nous allons décomposer, en 5 étapes, le tracé d'un cercle inscrit dans un carré sans
tenir compte de la perspective.

Pour détailler la progression, le nouveau tracé a été reporté en rouge dans les carrés successifs. Dans
l'ordre (voir croquis ci-dessous) :

- en 1 le tracé des diagonales

- en 2 les médianes

- en 3 le partage en 3 parties égales d'une demi-diagonale

 
- en 4 le carré intérieur dont un coin passe par le point du 1er tiers

- en 5, les 8 points caractéristiques


- en 6, le tracé du cercle, exécution réalisée en reliant ces 8 points particuliers,

   (4 points situés sur les médianes et 4 points sur les coins du carré interne).

TRACE DU CERCLE EN PERSPECTIVE

Le tracé est effectué selon le même procédé décrit ci-dessus.

Néanmoins, il convient de respecter les règles de la perspective linéaire, soit frontale, soit oblique (niveau des yeux, lignes de
fuite, etc.)

1er exemple :

Le tracé du cercle est inscrit dans un carré vu en perspective frontale, l'observateur étant placé dans l'axe, milieu du carré.

Nota :
Pour relativiser les erreurs de partage en 3 parties égales, il faut effectuer ce partage sur la 1/2 diagonale la plus grande.

2ème exemple :
Le tracé du cercle est inscrit dans un carré vu en perspective oblique.
On notera que les points de fuite sont situés, (comme souvent) en-dehors de la surface du papier. Même le niveau des yeux est ici
au-dessus de la page.
A remarquer également les lignes de fuite des médianes et du carré intérieur qui vont vers les points de fuite.

 
Exercice réalisé en cours :

LE POT DE LA VICTOIRE

Dessin graphite 30 x 25 cm sur papier aquarelle (LETZELTER 2006)

MISE EN APPLICATION EN DESSIN

Cet exemple, "Place de la Mairie à TOURVES", (croquis que j'ai réalisé sur le terrain), représente une fontaine comportant
plusieurs tracés de cercle en perspective frontale.

Le tracé nous renseigne sur l'orientation des ellipses en fonction de la position par rapport à NY : ellipses au-dessus et en-
dessous. Ici, le niveau des yeux est au 2/3 de la vitrine de droite. C'est sur ce niveau que le cercle sera vu sous la forme d'une
ligne droite. En effet, plus on se rapproche de NY, plus le cercle "s'aplatit".

Lorsque le cercle est situé sous NY, la partie avant de l'ellipse ressemble à un U ouvert vers le haut. Si le cercle est situé au-
dessus de NY, cette partie avant ressemble à un U ouvert vers le bas. Toutes ces lignes courbes à effectuer pour le tracé des
ellipses ne doivent donc pas être parallèles.
TOURVES Place de la Mairie

Sanguine 24 x 32 cm sur papier Canson blanc

 
Repost 0
Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article
27 septembre 2007

PERSPECTIVE et ESPACEMENTS
METHODE DE BASE DU TRACE

Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour obtenir des espacements corrects en perspective. Le tracé de ces espacements,
comportant des distances égales entre chaque objet, est nécessaire pour la représentation correctes de colonnes, de poteaux,
d'arches de pont, de carreaux etc...
Mode opérationnel en 8 étapes :
(pour obtenir un espacement identique voir croquis ci-dessous)
1 - tracé du 1er poteau à gauche en respectant les rapports (dimension du poteau et hauteur du niveau des yeux)
2 - tracé des lignes de fuite vers PF
3 - tracé du 2ème poteau en respectant le rapport de distance
4 - tracé des diagonales (centre perspectif) pour ce premier quadrilatère
5 - tracé de la ligne de fuite passant par ce centre perspectif
6 - tracé de la ligne a-b (pointillé rouge) passant par le sommet du 1er poteau et le milieu perspectif du 2ème poteau
7 -tracé en élévation d'une ligne verticale au croisement de la ligne a-b avec la ligne de fuite du bas
8 - tracé des autres poteaux en répétant le même procédé : haut du 2ème poteau, milieu du 3ème et élévation de la verticale etc ...

__________________________________________________________________________________
Exemple d'espacements réguliers en représentation frontale :
Dans cet exemple ci-dessous, le tracé de réduction des espacements a été utilisé pour la représentation des carreaux du sol.
Il convient de noter, dans ce cas, qu'un tracé plus rapide et plus précis consiste à prolonger les diagonales. A l'intersection des
diagonales avec les lignes de fuite des carreaux, une nouvelle rangée (donc nouvelle ligne horizontale) peut être tracée.

Détermination du point de distance


Lorsque le sujet comporte un
nombre de carreaux précis, il convient de déterminer le point de distance D.  Pour l'exemple ci-dessus, tracez un rectangle ABCE aux
dimensions de la pièce : largeur 4 m, hauteur 2,8 m. On prendra comme hypothèse une profondeurt profondeur de 3 m. Le niveau des yeux de l'observateur est à
1,6 m. Tracez ensuite les différentes lignes de fuite (rouge) qui rejoignent le point de fuite PF. Puis complétez par le tracé de la ligne de fuite des diagonales des
carreaux de 1 x 1 m. Cette ligne part de B pour rejoindre D distant de 3 m de PF (= profondeur de la pièce). A l'intersection des lignes de fuite des carreaux avec
BD, vous pourrez opérer le tracé horizontal = profondeur des carreaux.

Exemple d'espacements "réguliers" en représentation oblique :


Dans cet exemple, le module de base servant à dessiner l'espacement et son rythme correspond à la largeur d'un pilier. Chaque
arche du pont est égale à 2 largeurs de pilier.
La rambarde de protection du pont est également représentée par des espacements réguliers en perspective.
A remarquer l'espace visible à l'arrière sous l'intrados de la 1ère arche à droite uniquement. La position de l'observateur ne lui
permet pas de voir les autres espaces (erreur souvent commises dans les dessin).
Point également très important : le positionnement des points de tangence à situer sur une même ligne de fuite pour les 1/2 cercles
du flanc avant, et autre ligne de fuite pour les 1/2 cercles sur le flanc arrière.

_________________________________________________________________________________

DIVISION EN PARTIES EGALES D’UN ESPACE EN PROFONDEUR

Pour prolonger le chapitre précédent concernant les espacements réguliers, voici comment procéder pour opérer
cette division en x parties égales.
Prenons l’exemple d’une façade d’immeuble (ici en jaune) de surface A B C D. Cette façade a été tracée en
respectant les règles de la perspective : ligne d’horizon et 2 points de fuite.
 

Mode opératoire pour partager cette profondeur en 5 parties égales (voir exemple ci-dessous) :
1 mener une parallèle à la ligne d’horizon passant par D, point le plus proche de l’observateur. Ce sera la ligne LM
= ligne de mesure.
2 tracer une ligne qui part de PM = point de mesure situé sur LH à la verticale de D et passant par C.
3 cette ligne coupe la ligne LM en PM1
4 la distance entre D et PM1 est à diviser en 5 parties égales.
5 chaque point obtenu relié à PM coupe la ligne DC.
6 c’est par chacun de ces points que sont élevées des verticales (ici en rouge) pour obtenir une division correcte
en parties égales dans la perspective.

______________________________________________________________________

ESCALIER EN PERSPECTIVE :
(Plus difficile : regroupe la division en perspective et le plan incliné).

Assez délicat à exécuter pour une bonne représentation, l’escalier reste un élément architectural important. Pour
son tracé, il faut considérer ce dessin comme une division en parties égales d’un plan incliné.

Nous prendrons ici comme exemple, la représentation d’un escalier en perspective frontale. L’observateur est assis
dans l’axe et son niveau des yeux est à environ 90 cm du sol.
Mode opératoire :
1 Tracer selon les règles de la perspective le plan incliné A B C D situé sur les arêtes des nez de marche.
Nota : dans cette représentation 1 point de fuite PF pour les surfaces horizontales et 1 autre point PF1 (à la
verticale de PF) pour le plan incliné.
2 Répartir selon le procédé décrit précédemment la longueur DC en x parties égales (dans le sens de la
profondeur). Ici 8 tronçons
3 tracer les verticales passant par chacun de ces différents points situés sur DC (tracé en vert).
4 Du nez de marche correspondant, tracer pour la 1 ère marche, une ligne de fuite (tracé en en rouge de D vers PF)
5 Au croisement de la verticale avec cette ligne, tracer une ligne horizontale représentant la partie arrière du plan
de la 1ère marche
6 Procéder ainsi pour chacune des nez de marche
On remarquera que la hauteur des marches diminue à mesure qu’on se rapproche de LH. Au-dessus de LH ne
reste visible que les hauteurs de marche sans le plan horizontal

Pour terminer sur la moitié gauche du dessin, ont été ajoutés un mur rambarde et sur les marches, un tracé en
forme de tapis
_________________________________________________________________________________

Autre exemple, pour le "fun", un dessin en perspective frontale un peu plus "technique", mais qui mérite néanmoins d'être réalisé.
En effet, en pratiquant le dessin par cette approche on peut mieux comprendre les différentes relations entre les volumes. Il n'en
demeure pas moins que la perspective frontale doit être impérativement respectée pour donner une vision correcte.
Pour mieux visualiser le coté gauche de la cuisine, l'observateur s'est placé dans l'axe à droite de la hotte. Le point de fuite est
situé à 1,60 m.
Nota : A droite, j'ai reporté les cotes des dimensions du "mobilier" de la cuisine dans le but de travailler le respect des proportions.
L'ensemble du dessin a été exécuté avec un feutre noir (voir dessin A).

Par contre, j'ai appliqué les couleurs et les motifs sur ce dessin à partir d'un logiciel permettant les structures (voir dessin B).

Le tracé le plus important (et qui doit être précis) est bien évidemment celui du carrelage. C'est sur cette ossature que viennent
s'implanter les structures verticales du mobilier.

Rappel des règles en perspective frontale :


- toutes les lignes horizontales sont parallèles
- toutes le lignes verticales sont parallèles
- toutes les lignes qui s'éloignent de vous, rejoignent l'unique point de fuite

Alors, sans attendre ... les "architectes d'intérieur" à vos crayons.

DESSIN A
DESSIN B

Il ne reste plus qu'à raccorder l'eau, l'électricité ...


et vous pouvez attaquer la première choucroute et ... déguster.
Bon appétit!!!!!!!!!

Repost 0
Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

 Top articles
 Contact
 Signaler un abus
 C.G.U.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest


Suivre ce blog

OverBlog

Les bases du dessin ... et de la peinture


Presentation
 Blog : Les bases du dessin ... et de la peinture


 Description : GRATUITEMENT : Initiez-vous ou effectuez une remise à niveau aux règles
élémentaires en dessin et peinture TOUT SUR LES PERSPECTIVES ET LES POINTS
PARTICULIERS et BIEN DÉMARRER A L'HUILE Nombreux exemples et Galerie virtuelle
 Contact

 
 

  Les Bases du Dessin


... et de la Peinture
 
Liste D'articles
 RECOMMANDATIONS

BIENVENUE SUR MON BLOG Ce blog comporte une 1ère partie destinée à vous familiariser avec
les principes de bases du DESSIN. Si vous êtes "débutant", respectez l'ordre de découverte des
articles. Il vous permettra une meilleure compréhension. Une 2ème...

 AVANT PROPOS

****************************************************** NOTA : le chapitre "Exercices ...


Gymnastique de l'esprit" vous permet d'évaluer votre niveau de compréhension et de valider vos
acquis après avoir parcouru un article en particulier. Dessiner, c'est...
 MATERIEL de DESSIN

Par opposition à la peinture ou plusieurs couleurs sont utilisées, le dessin est principalement effectué
par l'intermédiaire de : - crayon ou mine graphite, (voir compléments ci-dessous) - encre de chine,
(composition : noir de fumée + colle ou gélatine)...

 EDUCATION : MAIN ET OEIL

Pour commencer à dessiner, il faut si possible : - un poste de travail adéquat (bloc à dessin / feuilles
poser sur une table) - un bon éclairage du plan de travail - un sous-main (feuille) pour éviter de poser
la main sur votre travail - un crayon graphite...

 PERSPECTIVE par CHEVAUCHEMENT

Perspective très simple à mettre en oeuvre. La superposition des éléments nous donne la situation
dans l'espace (dans le sens de la profondeur) Ci-dessus : A gauche sans chevauchement, à droite avec
chevauchement Exemple : Les arbres, par chevauchement...

 PERSPECTIVE par CHANGEMENT de TAILLE

Dans l'exemple ci-dessus, le changement de taille des maisons donne la profondeur et influence la
perception (situation dans la profondeur, du plus près au plus loin, du plus grand au plus petit) Mise
en application en peinture : Sans aucune ligne de...

 REDUCTION DES ESPACEMENTS

La réduction de l'espacement entre les objets, en même temps que le changement de taille, procèdent
également à cette perception de profondeur. Dans l'exemple ci-dessus, à gauche, la profondeur n'est
pas perçue, alors qu'à droite, le cerveau à travers...

 PERSPECTIVE par Modelé et Ombres

Le modelé est un des procédés utilisé pour définir les formes ou volumes "ronds" qui ne comportent
pas d'arêtes vives, donc pas de lignes de fuite. C'est la lumière qui génère les ombres et lumières
réfléchies. Souvent ces ombres vont apporter la meilleure...

 LES COULEURS

LUMIERE ET CERCLE CHROMATIQUE Avant d’aborder le dessin « noir et blanc », passons


rapidement par un point nécessaire et indispensable : la couleur et donc la lumière. Cette lumière est
un flux de photons (ondes électromagnétiques). En traversant un prisme,...

 PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE

PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE par les Détails et contours parfois encore appelé Perspective
aérienne Cette forme de représentation en perspective par les détails et les contours peut être
comparée à la profondeur de champ en photographie : l'image est nette...

 
ACCUEIL DESSIN EXERCICES de DESSIN SOMMAIRE PEINTURE
<< ET LEONARD DE VINCI ... EXERCICES ... un peu plus... >>
16 septembre 2007
EXERCICES ... gymnastique de l'esprit
Pour meubler vos temps morts ou tout simplement secouer vos neurones,
retrouvez régulièrement cette rubrique.

                                                                                     

FONCTIONNEMENT DE CETTE RUBRIQUE 

 PRELIMINAIRES :

Pour tous ceux qui le désirent, cette rubrique « EXERCICES DESSIN » est destinée avant tout à se familiariser
avec les règles de la perspective et autres traquenards rencontrés lors de croquis ou mise en place préliminaires
d’un sujet de dessin, d’aquarelle ou de peinture. Le but n’est donc pas d’exécuter des dessins « beaux et
compliqués » mais d’apporter les rudiments d’une bonne base de départ.

Vous verrez avec le temps que le dessin … et la perspective n’ont pas besoin d’être « super précis »
mais que l’essentiel réside dans la bonne direction des lignes de fuite.

DEGAS avait dit : «C'est très bien de copier ce que l'on voit; c'est beaucoup mieux de dessiner ce que
l'on ne voit plus que dans sa mémoire".

Dans cette rubrique nous allons donc faire fonctionner nos neurones.

Courage et persévérance ……. et toutes vos difficultés pourront être surmontées.

  -------------------------------------------------

Les inscrits à la "newsletter" seront informés directement par mon blog.


Ces exercices, en plus de vous interroger,
vous permettrons de valider vos acquis.

Pour chaque exercice, vous pouvez me faire parvenir votre proposition .

Contact : jmdessin@estvideo.fr

Les explications correspondantes vous seront envoyées par retour de mail.

********************************************

*********************************************************************

 
Sujet : 3 CUBES
Je viens de constater, suite à la remarque de Guilou, qu'une partie de mon énnoncé n'avait pas été
sauvegardé. Aussi, cet exercice est à refaire en tenant compte des rectifications ajoutées en rouge.
Avec mes execuses pour ce contre-temps.

Vous êtes debout devant 3 cubes qui sont dans des positions et orientations différentes :
positions dans le sens de la profondeur, orientation = plus ou moins en biais.
Le cube de gauche est le plus proche de vous,celui de droite, le plus loin, le cube du milieu
est à représenter en perspective frontale.

La taille de l’arête de ces cubes est respectivement de 1mètre, 1,50 et 2 mètres.

Visualisez ce sujet et dessinez ces 3 cubes en sachant que votre niveau des yeux est à 1,70
m.

« Ca commence bien !!!!!!!!! » ??????

**********************************************

PERFECTIONNEMENT AU CENTRE PERSPECTIF

Sujet : PYRAMIDE

Tracez en perspective oblique 1 pyramide, hauteur environ 6 mètres et de base environ 4 x 4 m.  


Dans le même alignement, mais plus proche de vous, une autre pyramide mais tronquée à 45° à
environ 1,50 m du sol. Cette 2ème pyramide est de même taille, dimensions base et hauteur totale
avant « tronquage » identiques.

Votre niveau des yeux est à 2 m.

Je ne vous fais pas de dessin, ………….. mais vous aurez compris que nous sommes sur l’alignement de
Karnak. Ici, légère modification de dimensions en plus d’un sabotage. Le sabotage d’Amon ??? NON …
tronquée par Ramsès.

*********************************************

PERFECTIONNEMENT PERSPECTIVE

Sujet : CABANE DE JARDIN …


peut éventuellement servir pour d’autres croquis 

 
Pour aborder un sujet plus concret, je vous propose de dessiner une cabane de jardin en perspective
oblique avec votre niveau des yeux à 2m (vous êtes debout sur une petite butte).

Cette cabane est composée d’un parallélépipède rectangle surmonté d’un toit à 2 pentes égales.

La hauteur du parallélépipède est de 4 m, la longueur le double de sa largeur. La hauteur totale est


d’environ 5 m.

On trouve, au milieu de la petite face, une porte d’entrée et au milieu de la grande face une fenêtre.

Quand le croquis sera terminé, ajoutez en retrait, la cabane de mêmes dimensions mais en
perspective frontale.

Construisez ces cabanes, non pas dans un jardin, mais sur une feuille de dessin.

Quand vous aurez terminé, vous pourrez y ranger vos outils …………………. crayons et gomme. Vous
aurez l’embarras du choix, soit l’une, soit l’autre.

*********************************************

INITIATION TRACE DU CERCLE

  Sujet : CUBE et CERCLES

Dessinez en perspective oblique un cube dont les arêtes mesurent 2 m pour NY à 3 m.


Représentez sur la face de droite une circonférence de 2 m de diamètre, une autre de 1,5 m de
diamètre, centrée sur la face gauche. Sur la 3ème face, représentez une circonférence de 2 m de
diamètre.

Si votre cube est « beau » …. on peut espérer que les circonférences le seront aussi.
Histoire de tourner en rond … autour du sujet.

**********************************************

PERFECTIONNEMENT CERCLE EN PERSPECTIVE

Sujet : CYLINDRE

Un sujet ………….. pas trop difficile, mais combien important pour prendre conscience de l’intégration du
cercle dans une perspective.

Vous vous trouvez dans l'axe, face à un cylindre de 2 m de diamètre et de 1,5 m de hauteur. Votre
niveau des yeux est à 2 m. Facile ……….. comme sujet ????????????? Peut-être pas.

Vous allez découvrir certaines subtilités dans la réalisation de votre croquis.


Puis nous passerons à un sujet un peu plus difficile.

***********************************************

Vous pouvez passer sur le chapitre

"EXERCICES 2 ... un peu plus concret"

..............................  suite ..............

Repost 0
Published by JAIME - dans abc-dessin
commenter cet article
<< ET LEONARD DE VINCI ... EXERCICES ... un peu plus... >>

commentaires

 Top articles
 Contact
 Signaler un abus
 C.G.U.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest


Suivre ce blog

OverBlog

Les bases du dessin ... et de la peinture


Presentation
 Blog : Les bases du dessin ... et de la peinture


 Description : GRATUITEMENT : Initiez-vous ou effectuez une remise à niveau aux règles
élémentaires en dessin et peinture TOUT SUR LES PERSPECTIVES ET LES POINTS
PARTICULIERS et BIEN DÉMARRER A L'HUILE Nombreux exemples et Galerie virtuelle
 Contact

 
 

  Les Bases du Dessin


... et de la Peinture
 
Liste D'articles
 RECOMMANDATIONS

BIENVENUE SUR MON BLOG Ce blog comporte une 1ère partie destinée à vous familiariser avec
les principes de bases du DESSIN. Si vous êtes "débutant", respectez l'ordre de découverte des
articles. Il vous permettra une meilleure compréhension. Une 2ème...

 AVANT PROPOS

****************************************************** NOTA : le chapitre "Exercices ...


Gymnastique de l'esprit" vous permet d'évaluer votre niveau de compréhension et de valider vos
acquis après avoir parcouru un article en particulier. Dessiner, c'est...

 MATERIEL de DESSIN
Par opposition à la peinture ou plusieurs couleurs sont utilisées, le dessin est principalement effectué
par l'intermédiaire de : - crayon ou mine graphite, (voir compléments ci-dessous) - encre de chine,
(composition : noir de fumée + colle ou gélatine)...

 EDUCATION : MAIN ET OEIL

Pour commencer à dessiner, il faut si possible : - un poste de travail adéquat (bloc à dessin / feuilles
poser sur une table) - un bon éclairage du plan de travail - un sous-main (feuille) pour éviter de poser
la main sur votre travail - un crayon graphite...

 PERSPECTIVE par CHEVAUCHEMENT

Perspective très simple à mettre en oeuvre. La superposition des éléments nous donne la situation
dans l'espace (dans le sens de la profondeur) Ci-dessus : A gauche sans chevauchement, à droite avec
chevauchement Exemple : Les arbres, par chevauchement...

 PERSPECTIVE par CHANGEMENT de TAILLE

Dans l'exemple ci-dessus, le changement de taille des maisons donne la profondeur et influence la
perception (situation dans la profondeur, du plus près au plus loin, du plus grand au plus petit) Mise
en application en peinture : Sans aucune ligne de...

 REDUCTION DES ESPACEMENTS

La réduction de l'espacement entre les objets, en même temps que le changement de taille, procèdent
également à cette perception de profondeur. Dans l'exemple ci-dessus, à gauche, la profondeur n'est
pas perçue, alors qu'à droite, le cerveau à travers...

 PERSPECTIVE par Modelé et Ombres

Le modelé est un des procédés utilisé pour définir les formes ou volumes "ronds" qui ne comportent
pas d'arêtes vives, donc pas de lignes de fuite. C'est la lumière qui génère les ombres et lumières
réfléchies. Souvent ces ombres vont apporter la meilleure...

 LES COULEURS

LUMIERE ET CERCLE CHROMATIQUE Avant d’aborder le dessin « noir et blanc », passons


rapidement par un point nécessaire et indispensable : la couleur et donc la lumière. Cette lumière est
un flux de photons (ondes électromagnétiques). En traversant un prisme,...

 PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE

PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE par les Détails et contours parfois encore appelé Perspective
aérienne Cette forme de représentation en perspective par les détails et les contours peut être
comparée à la profondeur de champ en photographie : l'image est nette...

 
ACCUEIL DESSIN EXERCICES de DESSIN SOMMAIRE PEINTURE
<< EXERCICES ... gymnastique... PEINTURE A L'HUILE : matériel... >>
15 septembre 2007

EXERCICES ... un peu plus de concret


Perfectionnement perspective des volumes                                      LJM Nov 2010

Sujet : ARC de TRIOMPHE

Vous avez devant vous en perspective oblique, un arc de triomphe.

Dimensions du volume : hauteur 10 m, longueur 16 m, profondeur 1,5 m.


Au milieu de la grande face, un passage de 5 m de large et 8 m de haut qui se termine par une demi-
circonférence. De part et d’autre, 2 passages plus petits de 2,5 m de largeur aussi terminé par une
demi-circonférence. Les 4 piliers mesureront donc chacun 1,5 m.

En sachant que votre niveau des yeux NY est à 2 m, représentez ce sujet.

Je reconnais … il est modeste notre arc de triomphe et il n’a pas la majesté de celui situé sur les
Champs-Elysées. Mais c’est le notre … et il n’y a pas de soldat inconnu.
Néanmoins, cet exercice « éclairera » … peut-être quelqu’un qui à « cogité » devant un clocher.

         _________________________________________________________________

Perfectionnement perspectives des espacements                         LJM  Déc 2010

Sujet : COLONNES

 
 

 
A partir du modèle ci-contre, donné comme exemple, construisez, en perspective oblique, un
alignement comprenant 4 colonnes de forme identique.

Ces colonnes seront espacées d’environ 3 mètres pour un niveau des yeux à 2 mètres.

Sujet assez facile, ... "sauf quelques petits pièges pas bien méchants", mais cet exercice vous fera
comprendre le dimensionnement et la répétition d’un objet en perspective.

L’exercice servira aussi à consolider le rappel du tracé des espacements.

Après la réalisation de l'exercice, vous pourrez, sans crainte, "croquer" la colonnade du Louvre.

_________________________________________________________________

   Perfectionnement à la perspective atmosphérique

  SUJET : La Meije au Chazelet                           LJM Janv 2011

Aujourd’hui, je vous propose une autre démarche ...


un sujet d’actualité avec la neige et la glace.
En partant d’une peinture à l’huile que vous trouverez vers la fin du chapitre « Perspective
atmosphérique » (copie ci-des sous), représentez ce p aysage de montagne en utilisant des crayons
avec mine de graphite ... donc sans aucune couleur.

     Le but de cet exercice consiste de dessiner pour découvrir :


- une perspective permettant de donner de la profondeur au dessin sans utiliser les lignes de
fuite
- différentes techniques de représentation en utilisant des textures et hachures.

                               _______________________________________________________

Perfectionnement PERSPECTIVE FRONTALE LJM Janv 2011


 

Sujet : CAMPANILE GREC


 

A partir du modèle en plan ci-dessous … (faites abstraction des lignes tracées à main levée),
représentez en perspective frontale ce campanile grec.
Vous êtes positionnés exactement dans l’axe de la cloche rose et votre niveau des yeux est situé à « 1
hauteur de grande cloche » au-dessus du point le plus élevé.
Nous supposerons que l’épaisseur du campanile est environ égale à la largeur du gros pilier de gauche.
 
Cet exercice a pour but de reprendre les fondamentaux de la perspective frontale.
 

              ---------------------------------------------

 
Perfectionnement PERSPECTIVE OBLIQUE LJM Fév 2011
 Sujet : NEIGE
 Je vous propose, en partant d’une « Peinture naïve » (ou l’on peut constater que les règles de la
perspective ne sont pas respectées) de continuer dans notre progression en essayant de modifier, la
perception de ce sujet.
Vous allez vous imaginer être dans la position de la silhouette noire située au bas du dessin.
Dessinez ce sujet ………. sans trop renter dans les détails et placez 3 personnages dans les cercles
représentés par un petit ovale en rouge. Nous allons supposer que ces 3 personnages sont des adultes
de même taille que la silhouette noire. Voilà quelques belles réflexions en … perspective (sans aucun
jeu de mots).
Les autres personnages sont à abandonner surtout le petit en bas à droite. 

  ----------------------------------------------------------------------------------

Nous terminerons l'ensemble de ces  exercices par celui  du "PIGEONNIER",


exercice très concret, qui résume à lui seul, beaucoup des petites difficultés rencontrées  en
perspective oblique.

Je reste à la disposition de celles ou ceux  qui restent bloqués


devant un croquis ou une réalisation leur posant un problème.
En espérant aussi, que ces exercices vous auront apportés une aide
......... et permis de regarder vos sujets d'une façon différente.
 

Avec les salutations de Jean-Marie

  §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Perfectionnement perspective des espacements, centre perspectif, plan incliné …

Sujet : PIGEONNIER 
Vous êtes debout devant un pigeonner dont une des façades est représentée ci-dessous en plan.
L’exercice consiste à représenter ce pigeonnier, en perspective oblique, perspective sur laquelle on
apercevra la façade est et la façade sud.
L’exercice est à réaliser à main levée, en respectant approximativement les différents volumes.
 
Vous vous poserez certainement beaucoup de questions, mais cet exercice est un petit résumé de
différents points traitant de la perspective : espacement, centre perspectif, plan incliné.
Un seul conseil : pour ne pas avoir une vision finale trop « insolite », positionnez vos point de fuite
nettement endehors de votre feuille de croquis.
Courage ………. quand vous aurez terminé, vous verrez que vous n’avez pas été pris pour des pigeons.
 
 
 

------------------------------------------------------------------------------

 
 

Repost 0
Published by JAIME - dans abc-dessin
commenter cet article

*** LES BASES DU DESSIN ***    

L’œil voit, le regard pense, la pensée touche.

Par cette citation nous devons comprendre que l’œil enregistre les couleurs, donc la lumière qui est
 

transmise au cerveau. Cette perception est transformée, analysée et interprétée par le cerveau, puis
traduite en émotion.
Tout objet est défini dans l'espace par 3 dimensions : la hauteur, la largeur et la profondeur. Pour
retrouver cette dernière dimension, la profondeur, sur la surface ou nous allons dessiner, nous
pouvons mettre en oeuvre plusieurs moyens et utiliser DIFFERENTES FORMES DE PERSPECTIVE.

 Dessiner consiste à représenter sur une surface BI-dimensionnelle, un objet TRI-


dimensionnel. Avec la perspective, nous « trompons » le cerveau en lui suggérant la
profondeur qui n'existe pas dans l'épaisseur de la feuille de papier !

Préliminaire ou la théorie des « 2 cerveaux » :

  Nous savons que l’image est enregistrée par notre système de vision, puis décodée par notre
cerveau. Par contre, pour créer et dessiner une image, un autre chemin est mis en œuvre : une image
est générée dans notre cerveau, puis dessiner par l’intermédiaire de notre main sous le contrôle de
notre vision. Mais dans quelle partie du cerveau est générée cette image?

  Dans son livre « Visualisation des images pour agir », mon ami François J. Paul-Cavallier* souligne
dans la « théorie des 2 cerveaux », l’importance de la structuration de la pensée et de l’influence de
l’esprit sur la réalité. Pour résumer ce que d’autres chercheurs** mettent aussi dans cette théorie, ils
ont démontré qu’à partir des 2 hémisphères, lobe droit et lobe gauche du cerveau, des actions tout à
fait différentes prennent naissance. A noter que c’est le lobe droit qui commande la partie gauche de
l’individu et le lobe gauche qui commande la partie droite.

  Lobe GAUCHE : il analyse, déduit, rationnalise. C’est le siège du verbal, du relationnel, du séquentiel
et du symbolique. En somme, tout ce qui tient de la logique et de la critique.

C’est le dominant.

  Lobe DROIT : il est plus rapide et plus complexe (partie plus développée chez les artistes). C’est le
siège de ce qui est irrationnel, intuitif, émotif et où se génèrent les images et les rêves. On l’appelle
le dominé.

Ces 2 hémisphères interfèrent constamment et nous empêchent d’exploiter la totalité de nos


possibilités pour nos aptitudes à dessiner. Il faudrait donc utiliser le potentiel du « cerveau droit » pour
mieux réussir dans ce domaine.

  Environ jusqu’à l’âge de 10 ans, aucun hémisphère est dominant, mais le « droit » est mis en jeu lors
des premiers dessins. Il utilise tout naturellement la visualisation, la mise en espace par le tracé des
contours : il évite les détails. Observez un enfant qui dessine une maison, un personnage : il va droit à
l’essentiel.
A partir de 10 ans, la structure du « gauche » se développe grâce à l’apprentissage et les acquis
scolaires. On commence à analyser d’une façon logique et rationnelle, ce qui commence à limiter le
potentiel du « droit ».

Pour souligner cette prépondérance en évitant la symbolisation de nos acquis, faites faire le test
suivant : prenez un dessin … même un peu compliqué et présenté le à l’envers avant de le reproduire.
Vous serez surpris du résultat.

Pour mieux dessiner, il faut donc amener le « cerveau gauche » à capituler. Ce passage est certes
difficile, mais vous permettra une meilleure évasion en dessinant, sans vous fatiguer par une grande
concentration.

  Dessiner d’une façon réaliste est important. Cette activité nous permet :
- de « voir en profondeur »,
- de regarder autrement … d’une façon différente,
- de mieux libérer le geste … même pour d’autres activités.

  * F. J. Paul-Cavallier : psychothérapeute et formateur pour améliorer et dé

Les bases du dessin ... et de la peinture


Presentation
 Blog : Les bases du dessin ... et de la peinture


 Description : GRATUITEMENT : Initiez-vous ou effectuez une remise à niveau aux règles
élémentaires en dessin et peinture TOUT SUR LES PERSPECTIVES ET LES POINTS
PARTICULIERS et BIEN DÉMARRER A L'HUILE Nombreux exemples et Galerie virtuelle
 Contact

 
 

  Les Bases du Dessin


... et de la Peinture
 
Liste D'articles
 RECOMMANDATIONS
BIENVENUE SUR MON BLOG Ce blog comporte une 1ère partie destinée à vous familiariser avec
les principes de bases du DESSIN. Si vous êtes "débutant", respectez l'ordre de découverte des
articles. Il vous permettra une meilleure compréhension. Une 2ème...

 AVANT PROPOS

****************************************************** NOTA : le chapitre "Exercices ...


Gymnastique de l'esprit" vous permet d'évaluer votre niveau de compréhension et de valider vos
acquis après avoir parcouru un article en particulier. Dessiner, c'est...

 MATERIEL de DESSIN

Par opposition à la peinture ou plusieurs couleurs sont utilisées, le dessin est principalement effectué
par l'intermédiaire de : - crayon ou mine graphite, (voir compléments ci-dessous) - encre de chine,
(composition : noir de fumée + colle ou gélatine)...

 EDUCATION : MAIN ET OEIL

Pour commencer à dessiner, il faut si possible : - un poste de travail adéquat (bloc à dessin / feuilles
poser sur une table) - un bon éclairage du plan de travail - un sous-main (feuille) pour éviter de poser
la main sur votre travail - un crayon graphite...

 PERSPECTIVE par CHEVAUCHEMENT

Perspective très simple à mettre en oeuvre. La superposition des éléments nous donne la situation
dans l'espace (dans le sens de la profondeur) Ci-dessus : A gauche sans chevauchement, à droite avec
chevauchement Exemple : Les arbres, par chevauchement...

 PERSPECTIVE par CHANGEMENT de TAILLE

Dans l'exemple ci-dessus, le changement de taille des maisons donne la profondeur et influence la
perception (situation dans la profondeur, du plus près au plus loin, du plus grand au plus petit) Mise
en application en peinture : Sans aucune ligne de...

 REDUCTION DES ESPACEMENTS

La réduction de l'espacement entre les objets, en même temps que le changement de taille, procèdent
également à cette perception de profondeur. Dans l'exemple ci-dessus, à gauche, la profondeur n'est
pas perçue, alors qu'à droite, le cerveau à travers...

 PERSPECTIVE par Modelé et Ombres

Le modelé est un des procédés utilisé pour définir les formes ou volumes "ronds" qui ne comportent
pas d'arêtes vives, donc pas de lignes de fuite. C'est la lumière qui génère les ombres et lumières
réfléchies. Souvent ces ombres vont apporter la meilleure...

 LES COULEURS

LUMIERE ET CERCLE CHROMATIQUE Avant d’aborder le dessin « noir et blanc », passons


rapidement par un point nécessaire et indispensable : la couleur et donc la lumière. Cette lumière est
un flux de photons (ondes électromagnétiques). En traversant un prisme,...

 PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE
PERSPECTIVE ATMOSPHERIQUE par les Détails et contours parfois encore appelé Perspective
aérienne Cette forme de représentation en perspective par les détails et les contours peut être
comparée à la profondeur de champ en photographie : l'image est nette...

 
ACCUEIL DESSIN EXERCICES de DESSIN SOMMAIRE PEINTURE
<< AVANTAGES ET INCONVENIENTS... APPROCHE et CONTRASTES des... >>
8 septembre 2007

NOTIONS SUR LA COULEUR


LUMIERE et COULEURS
 

Nous avons évoqué dans un précédent article qui figure sous la rubrique abc-dessin certaines
caractéristiques de la couleur. La couleur n'est en définitive qu'une partie de la décomposition de la
lumière. Pour cela il suffit d'observer un arc en ciel dont les couleurs vont du rouge au violet.

 
La partie des ces rayonnements est appelée : lumière visible.

Nous savons aussi que d’autres formes de rayonnement existent, mais ne sont pas visibles. A droite du
violet nous trouerons les ultraviolets, puis les rayons X et les rayons Gamma. A gauche du rouge nous
trouverons …. les infrarouges.

Chaque rayonnement possède sa longueur d’onde et sa fréquence propre. On peut représenter ces
notions par une sinusoïde ou la longueur d’onde correspond à la hauteur de la vague et la fréquence
par le nombre de vagues à la seconde (par exemple le courant électrique alternatif à une fréquence de
50 Hz).

A titre d’information, voir ci-dessous, les caractéristiques pour les différentes couleurs.

 
Couleur longueur d'onde (en nm) fréquence (en THz)

  Rouge   ~ 625-740 ~ 480-405


  Orange   ~ 590-625 ~ 510-480
  Jaune   ~ 565-590 ~ 530-510
  Vert   ~ 520-565 ~ 580-530
  Bleu   ~ 446-520 ~ 690-580
  Violet   ~ 380-446 ~ 790-690
 
Il convient de souligner ici que l’œil humain capte le mieux le rouge, le vert et le bleu. C’est par
l’intermédiaire des bâtonnets qui constituent l’œil que celui-ci est le mieux adapté :
- au rouge (longueur d’ondes longues de 580 nm) grâce aux bâtonnets L,
- au vert (longueur d’ondes moyennes de 545 nm) grâce aux bâtonnets M,
- au bleu (longueur d’ondes courtes de 440 nm) grâce aux bâtonnets S.
 
Pourquoi voyons-nous une tomate en rouge ?
La surface de l’objet réfléchit la lumière qui arrive ensuite à notre œil. L’œil capte, comme un appareil
photo, cette lumière et donc l’objet.
Et la tomate? … Elle réfléchit tout simplement la couleur rouge et absorbe toutes les autres, ce qui
revient à dire que la couleur d’un objet est l’ensemble des rayons lumineux que cet objet n'a pas
absorbé.

D’autres caractéristiques pour définir une couleur :


la teinte qui correspond aux fréquences engendrant cette couleur,
la valeur qui correspond à l'amplitude lumineuse définissant cette couleur. Pour information, plus
on se rapproche du noir, plus la valeur est basse,
la saturation qui correspond à la pureté d'une couleur. La « dé saturation » est le mélange plus ou
moins important avec un gris de même valeur.
 

INFLUENCE DE LA COULEUR :

C’est la couleur de l’objet qui nous permet de le voir. Il se détache grâce aux autres couleurs situées autour.

Mais cette couleur est sujette à l’éclairage et à son environnement qui va influencer énormément notre perception
de la couleur.

Si nous dessinons avec un crayon un cube en perspective, nous allons représenter les arrêtes. Par contre, pour
une représentation en couleur nous peignons ses surfaces. En dessin c’est un trait délimitant l’objet qui influence
notre cerveau alors qu’en peinture c’est une surface colorée.

Nous avons noté que la couleur de l’objet vu et à peindre est influencée par la couleur de l’éclairage.

Prenons comme exemple une tomate. Éclairée par la lumière naturelle, nous la percevons d’un beau rouge parce
que la surface de sa peau reflète une partie de la lumière qui l’éclaire qui est le composant rouge. Toutes les
autres parties du spectre de la lumière sont absorbées par la tomate.

Par contre si nous éclairons cette tomate grâce à un éclairage vert, nous percevrons la tomate en noir. Tout
simplement parce que cet éclairage qui ne comporte aucun rayonnement rouge, va être totalement absorbée par
la tomate. Aucun rayonnement n’étant émis, la tomate sera donc noire.

INFLUENCE SUR LA COULEUR :

Tout est affaire de contraste et notre cerveau travaille par comparaison.

Voir article concernant LES CONTRASTES DE COULEURS

 
 

Repost 0
Published by JM LETZ - dans abc-peinture
commenter cet article
<< AVANTAGES ET INCONVENIENTS... APPROCHE et CONTRASTES des... >>

commentaires
 Top articles
 Contact
 Signaler un abus
 C.G.U.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest


Suivre ce blog

OverBlog
8 septembre 2007

APPROCHE et CONTRASTES des COULEURS


Vous trouverez ci-dessous mon résumé concernant la démarche et les critères à respecter pour obtenir
les meilleurs résultats d’une peinture « équilibrée » … certains disent harmonieuse.
Ce résumé concernant les 7 contrastes de couleurs est un condensé d’un livre écrit par ITTEN.

Nota : Johannes Itten, est né le 11 novembre 1888 et mort le 25 mars 1967 à Zurich.
Il fut l'un des professeurs du Bauhaus de 1919 à 1923. Il prit dès son arrivée une influence majeure
sur l'enseignement de cette institution. Il y enseigna plus particulièrement une théorie des couleurs.

Au sujet des problèmes de couleurs, ITTEN considère qu’il y a 3 groupes de peintres :

-         les EPIGONES qui n’ont pas de couleurs personnelles,

-         les ORIGINAUX qui peignent « comme ils sont eux-mêmes » et composent suivant leur accord
subjectif* et intuition personnelle,  

-         les UNIVERSELS qui composent suivant un point de vue largement objectif. Selon le thème
représenté ils auront une expression colorée différente. 

* Nota : Lorsqu’on trouve un groupement de couleurs harmonieux, c’est notre impression subjective et
individuelle qui s’exprime. C’est la transposition de nos couleurs subjectives qui finalement sont le plus souvent
utilisées pour la réalisation de nos peintures. Les accords de couleurs subjectifs peuvent renseigner sur
« l’intérieur » de l’individu, sa façon de penser et d’agir.

 
Les 7 contrastes de couleurs
REMARQUES : Des exemples de grands peintres viennent illustrer les différents contrastes. Ne tenez
pas compte de la qualité de ceux-ci. En effet, j’ai scanné des images assez petites … ce qui ne permet
pas d’avoir une bonne qualité d’image et rend visible la pixellisation.

Par contre, pour mes compositions colorées, j’ai utilisé un logiciel de dessin "Corel » ce qui me donne
des représentations avec des couleurs beaucoup plus réelles.

1°) LE CONTRASTE DE LA COULEUR EN


SOI
Ce contraste existe au maximum lorsque les 3
couleurs primaires pures sont utilisées. Plus on
s’éloigne des couleurs primaires plus le
contraste diminue.

Ici, j’ai représenté les 3 couleurs primaires : le


rouge, le jaune et le bleu (voir complément ci-
dessous)

Complément :  

Pour couper court à la guerre de certains  


spécialistes, apprenez que 2 « systèmes » sont
admis :
 
- ci-contre à gauche, le système soustractif utilisé
en imprimerie (primaires = cyan-magenta-jaune,
 
- à droite, le sytème soustractif classique adopté
généralement en peinture artistique.
 
Dans ce cas la plage du magenta est déporté au
profit du rouge, ce qui donne deux
complémentaires différentes par rapport à
l'imprimerie : orange devient la complémentaire du
bleu et le violet la complémentaire du jaune.

 
 

Exemple de contraste de la couleur en


soi :Broadway boogie-woogie de PIET
MONDRIAN
Ces lignes perpendiculaires de couleurs pures
sur fond blanc uniforme sont ici des surfaces
plus petites qu’au début de sa carrière. Le
rythme de la composition a aussi changé.

On retrouve les couleurs primaires pures.

2°) LE CONTRASTE CLAIR OBSCUR

Ce contraste existe au maximum entre le blanc


et le noir. Mais il s’applique aussi lors de
l'utilisation des différentes couleurs selon les
valeurs de tons.
Toutes les couleurs peuvent être éclaircies par
le blanc et obscurcies par le noir.
Ci-contre, vous trouverez mon exemple sur
lequel l’intensité des couleurs augmente du
haut vers le bas. Les différentes intensités sont
séparées par des lignes horizontales dont
l’intensité diminue du haut vers le bas. Au
milieu, vous trouverez ainsi un gris moyen.

 
 

Exemple du contraste clair-obscur :

L’aveugle de PABLO PICASSO


Ce tableau de la « période bleue » est peint
dans des tonalités claires-obscures.

Je suppose … compte tenu du sujet, que PICASSO


a volontairement utilisé des couleurs claires pour
souligner les 2 sens par lesquels cet aveugle accède
au monde. Sa vue défaillante est compensée par le
toucher.

   

3°) LE CONTRASTE CHAUD-FROID

La couleur la plus chaude du cercle


chromatique est le ROUGE-ORANGE., et la plus
froide le BLEU-VERT. Toutes les autres
couleurs apparaissent froides ou chaudes selon
qu’elles sont placées à coté d’autres tons
chauds ou froids.

Ce contraste chaud-froid doit surtout être mis


en œuvre dans les représentations de
perspectives atmosphériques : les tons chauds
sur le devant, les tons plus froids vers l’arrière
plan.

Ci-contre exemple : Solidité du brouillard de


LUIGI RUSSOLO
2 couleurs, l’une chaude, l’autre froide, sont
utilisées pour cette représentation.
   

4°) LE CONTRASTE DES  


COMPLÉMENTAIRES
 
Pour construire ce cercle chromatique, j’ai
reportez les 3 couleurs PRIMAIRES marquées
P : le JAUNE, le ROUGE et le BLEU.  
Le mélange de 2 P donne les couleurs
SECONDAIRES marquées S, par exemple  
JAUNE + BLEU = VERT.
La couleur qui n’est pas prise dans ce mélange  
et qui se situe à l’opposé du vert est la couleur
complémentaire, à savoir le ROUGE.
 
Nota : PRIMAIRE = 1 couleur, SECONDAIRE
(2) = mélange de 2 primaires et TERTIAIRE
(3) = mélange de 3 couleurs primaires ou 1
couleur secondaire + 1 couleur primaire.

Ainsi, l’orangé est une couleur secondaire mais


aussi la couleur complémentaire du bleu.
Les couleurs intermédiaires, par exemple le
vert clair a été obtenu en mélangeant les 2
couleurs adjacentes : le jaune et le vert foncé.
Si en mélangeant 2 complémentaires vous ne
trouvez pas de gris cela veut dire que ce ne
sont pas des complémentaires.

Exemple de contraste des complémentaires :


Le pont de Westminster d’ANDRÉ DERAIN

Le choix arbitraire des couleurs est une des


caractéristiques des « peintres fauves ».
Néanmoins, par ce moyen expressif, l’artiste a
tenu compte des 2 complémentaires : vert-
rouge et jaune-bleu.

5°) LE CONTRASTE SIMULTANE

Le cerveau humain a ceci de particulier … (et


que personne n’est encore arrivé à expliquer)
qu’il recherche toujours son complément. Si
cette couleur n'existe pas, le cerveau va créer
simultanément la couleur complémentaire

Je vous suggère de faire cette expérience en


regardant une fraction de seconde dans un
soleil couchant. Fermez immédiatement les
paupières et mettez les paumes de vos mais
sur celles-ci.

Vous verrez une image rétinienne qui passera


lentement du ROUGE au VERT.

Exemple ci-contre :
Le chasseur de chez Maxim’s de SOUTINE
Rythme des coups de pinceaux et couleurs
vives essentiellement rouge et vert donnent
une grande agressivité à ce tableau. Quand on
sait que SOUTINE ne mangeait pas toujours à
sa faim, on peut mieux comprendre cette
représentation.

 
 

6°) LE CONTRASTE DE QUALITE

Le degré de qualité c’est le degré de pureté ou


de saturation des couleurs. Plus les couleurs
en présence sont pures, plus la luminosité est
grande. Pour obtenir un contraste de qualité, il
convient donc de placer une couleur pure à
coté d’une couleur « rompue ».

La couleur rompue ou ternie est obtenu par le


mélange d’une couleur pure avec du blanc, du
noir, du gris ou sa couleur complémentaire.

 
 

7°) LE CONTRASTE DE QUANTITE

Ce contraste de proportion est nécessaire du


fait que chaque couleur de par sa position n’a
pas le même « poids ». Il faut donc équilibrer
la taille des surfaces en fonction de ces
couleurs.

Pour cette taille, il convient aussi de tenir


compte de la luminosité des couleurs mises en
présence.

Les rapports pour les règles communément


admises sont les suivantes :
JAUNE=9 ORANGE=8 ROUGE=6
VIOLET=3 BLEU =4 VERT=6

Ainsi, le rapport du jaune avec le violet est


de : 9 et 3 ou 3 et 1 soit 3 carrés en bleu pour
1 en jaune
Pour l’orange et le bleu : 8 et 4 ou 2 et 1 soit 2
rectangles en bleu et 1 en orange
Pour le rouge et le vert : 6 et 6 ou 1 et 1 soit 2
surfaces identiques.
(Voir illustration ci-contre)
J’ai représenté ci-contre les poids
correspondants en les répartissant sur le cercle
chromatique. Pour avoir un tableau équilibré, il
faut donc utiliser plus de bleu que de jaune,
les autres couleurs étant sensiblement
identiques.
Exemple ci-dessous de contraste de quantité :Noctambule d’EDWARD HOPPER
Il représente les choses telles qu’elles sont mais respecte néanmoins les rapports de quantité.
L’utilisation des couleurs nous donnent une atmosphère étrange et presque irréelle

 En espérant que cette approche des couleurs vous permettra de mieux appréhender vos
prochaines œuvres en participant à votre réflexion.
Je reste à votre disposition pour toute explication complémentaire.