Vous êtes sur la page 1sur 31

Thermique avancée

La conduction

Abdelatif Merabtine
THERMIQUE AVANCEE 2

TABLE DES MATIERES


1 GENERALITES ............................................................................................................................................. 4
1.1 LA CHALEUR ................................................................................................................................................ 4
1.2 QUELQUES GRANDEURS THERMIQUES....................................................................................................... 5
1.2.1 LA TEMPERATURE .................................................................................................................................................. 5
1.2.2 L’ENTHALPIE ........................................................................................................................................................... 5
1.2.3 AUTRES GRANDEURS .............................................................................................................................................. 5
1.3 PRINCIPES DE LA THERMODYNAMIQUE ..................................................................................................... 6
1.3.1 PREMIER PRINCIPE ................................................................................................................................................. 6
1.3.2 SECOND PRINCIPE ................................................................................................................................................... 6
1.4 MODES DE TRANSFERT DE CHALEUR ......................................................................................................... 6
1.5 DILATATION THERMIQUE .......................................................................................................................... 7

2 TRANSFERTS DE CHALEUR PAR CONDUCTION .............................................................................. 8


2.1 EQUATION GENERALE DE CONDUCTION .................................................................................................... 8
2.1.1 LOI DE FOURIER ...................................................................................................................................................... 8
2.1.2 CONSERVATION DE L’ENERGIE – EQUATION DE LA CHALEUR ......................................................................... 8
 CONDUCTIVITE THERMIQUE  ............................................................................................................................ 10
2.2 CONDITIONS AUX LIMITES SPATIO-TEMPORELLES ................................................................................ 11
2.2.1 CONDITIONS AUX LIMITES SPATIALES - CL ...................................................................................................... 11
2.2.1.1 Condition de Dirichlet ................................................................................................................................ 11
2.2.1.2 Condition de Neumann .............................................................................................................................. 12
2.2.1.3 Condition de Fourier................................................................................................................................... 12
2.2.1.4 Résistance de contact ................................................................................................................................. 12
2.2.2 CONDITIONS AUX LIMITES TEMPORELLES – CONDITION INITIALE CI .......................................................... 12

3 ETUDE ANALYTIQUE DES PROBLEMES CINETIQUES................................................................. 13


3.1 REGIME PERMANENT ............................................................................................................................... 13
3.1.1 PAROIS PLANES ..................................................................................................................................................... 13
3.1.1.1 Mur simple à faces isothermes ............................................................................................................... 13
3.1.1.2 Mur simple en contact avec deux fluides ........................................................................................... 14
3.1.1.3 Murs accolés en série en contact avec deux fluides ....................................................................... 15
3.1.1.4 Murs en parallèle.......................................................................................................................................... 16
3.1.2 PAROIS PLANES ..................................................................................................................................................... 16
3.1.2.1 Cylindre creux à surfaces latérales isothermes ............................................................................... 16
3.1.2.2 Sphère creuse à surface isothermes ..................................................................................................... 17
3.1.3 BARRE A SURFACE LATERALE NON ISOTHERME .............................................................................................. 17
3.1.4 ANALOGIE ELECTRIQUE EN REGIME PERMANENT ........................................................................................... 18
3.1.5 PROBLEMES BIDIMENSIONNELS – METHODES DE RESOLUTION NUMERIQUE............................................. 18
3.1.5.1 Etablissement des équations aux différences finies ...................................................................... 19
3.1.5.2 Nœuds internes............................................................................................................................................. 19
3.1.5.3 Conditions de surface ................................................................................................................................. 19
3.1.5.4 Méthodes de résolution ............................................................................................................................. 19
3.2 REGIME VARIABLE ................................................................................................................................... 21
3.2.1 SYSTEMES A TEMPERATURE UNIFORME ........................................................................................................... 21
3.2.2 RESOLUTION PAR LA TRANSFORMATION DE LAPLACE ................................................................................... 22
3.2.3 RESOLUTION PAR LA METHODE DE SEPARATION DES VARIABLES ................................................................ 22
3.2.4 RESOLUTION PAR LES METHODES DE DIFFERENCES FINIES .......................................................................... 23
3.2.4.1 Méthode explicite ......................................................................................................................................... 23
3.2.4.2 Méthodes implicites :.................................................................................................................................. 23
THERMIQUE AVANCEE 3

ANNEXE 1 Propriétés physiques de certains corps...................................................................................... 25


ANNEXE 2 Propriétés physiques de l’eau et de l’air..................................................................................... 26
ANNEXE 3 Formulaire relatif aux opérateurs ................................................................................................. 27
ANNEXE 4 Quelques transformées de Laplace ............................................................................................... 29
ANNEXE 5 Fonctions erf et erfc ............................................................................................................................ 30

4 BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................... 31
THERMIQUE AVANCEE 4

Les transferts thermiques régissent les échanges d’énergie entre un objet et leur
environnement. Or, l’on souhaite pouvoir quantifier ces échanges d’énergies notamment
entre un local et son environnement extérieur dans une démarche de satisfaction du
confort des usagers de ce local et de diminution des consommations d’énergie associées.
Donc, nous allons aborder à présent le volet théorique des transferts thermiques.

1 GENERALITES
1.1 LA CHALEUR
La chaleur est l’énergie liée à l’agitation des molécules constituant la matière :

 Pour les fluides : mouvement désordonné des molécules (mouvement brownien)


et impacts successifs sur les parois.
 Pour les solides : mouvement oscillatoire des molécules autour de leur position
moléculaire.

Cette agitation se mesure par la température, et la chaleur est reliée à l’énergie fournie
ou reçue lors de la modification de l’état de la matière. Deux modifications d’état sont à
distinguer :

 L’augmentation de température associée à la chaleur sensible :

[J]
avec m la masse de matière [kg], Cp la chaleur spécifique ou capacité calorifique
massique [J/(kg.K)] et ∆T la variation de température subie [K]

 Le changement de phase (voir Figure 1) associé à la chaleur latente :

Q=m.L [J]
avec L [J/kg] la chaleur latente associée à ce changement de phase et m la masse
de matière [kg]

Unités : Joule [J], Wattheure [Wh], Calorie [cal], Thermie [th]


1 [cal]=4,18 [J], 1 [kWh]=3,6 [MJ], 1 [th]=103 [kcal]

Figure 1 : Les différents changements de phase.


THERMIQUE AVANCEE 5

Quelques valeurs de chaleurs latentes associées à des changements de phase :

Leau liquide  glace = 330 [kJ/kg]

Leau liquide  vapeur = 2500 [kJ/kg]

1.2 QUELQUES GRANDEURS THERMIQUES


1.2.1 La température
C’est la manifestation mesurable de la chaleur stockée.

Exemple : La colonne d’alcool d’un thermomètre (via à sa dilatation) visualise la chaleur


stockée dans l’ampoule de verre, le thermocouple visualise l’effet thermo-électrique lié à
la chaleur stockée dans sa soudure…

Unités : échelles empiriques : degré Celsius [°C], degré Farhenheit [°F]


échelle absolue : degré Kelvin [K]
9
T[K] = T[°C] + 273,15, T[°F] = T[°C] + 32
5

Quelques ordres de grandeurs de températures :


 Noyau du soleil : 14.106 °C
 Foudre : 29727 °C
 Surface du soleil : 5800 °C
 Noyau de la terre : 6000 °C
 Inflammation du bois : 100 °C
 Vaporisation de l’eau : 100°C
 Corps humain : 37°C
 Solidification de l’eau : 0°C
 Pluton : -230°C
 Zéro absolu : -273,15°C=0 K (à cette température, les atomes ne
bougent plus. Il n’est théoriquement pas possible de descendre en dessous). Cette
température est inaccessible. 4,5.10-11 K est le record atteint en 2003 au
laboratoire de recherche du MIT.

1.2.2 L’enthalpie
On appelle enthalpie H [J/kg] la quantité d’énergie contenue dans l’unité de masse d’un
corps porté d’une température de référence T0 à la température T ; elle contient
d’éventuelles chaleurs de transformation survenues dans l’intervalle [T0,T]. Cette
enthalpie est repérée par rapport à un zéro (∆T=T-T0), on raisonnera donc en différence
d’enthalpie (H(T0)=0 ; T0=0[°C] ou 20[°C] selon les tables).

[J/kg]

1.2.3 Autres grandeurs


dQ
 Puissance P = [W] 1 [W] = 1 [J/s]
dt
THERMIQUE AVANCEE 6

dQ
 Flux de chaleur  = [W]
dt
 Flux linéique l = [W/m]
 Flux surfacique  = [W/m²] (aussi appelé densité de flux)

Vous trouverez en ANNEXE 1 les propriétés physiques de certains corps et en ANNEXE 2


celles de l’air et de l’eau.

1.3 PRINCIPES DE LA THERMODYNAMIQUE


1.3.1 Premier principe
Principe de conservation : conservation de la chaleur

1.3.2 Second principe


Principe d’évolution : mesure du déséquilibre thermique relatif de deux systèmes par
leur différence de température, la valeur de cette différence caractérisant le sens et
l’intensité de l’énergie calorifique transférée. Spontanément (i.e. en l’absence de travail),
la chaleur va du chaud vers le froid. Les transferts thermiques sont irréversibles.

La thermique est une des disciplines de la thermodynamique s’occupant de l’étude des


transferts d’énergie et de leur quantification.

1.4 Modes de transfert de chaleur


La chaleur passe naturellement de zones chaudes aux zones froides, en utilisant
essentiellement quatre modes de transport suivants (voir Figure 2) :

 Conduction : transmission de proche en proche de l’agitation moléculaire par


chocs entre molécules.

( ) [W] en régime stationnaire, si T1 et T2 les températures de


deux points d’un solide,  est le conductivité du matériau, e est la distance entre
les points considérés..

 Convection : transport de chaleur par transport (naturel ou forcé) de matières


chaudes vers une zone froide ou vice versa. Transfert entre un solide et un fluide.

( ) [W], h est le coefficient d’échange (fonction de la nature du


fluide, T1, T2,…) T1 est la température de la paroi solide et T2 la température de la
paroi fluide.

 Rayonnement : transport de chaleur par émission et absorption de


rayonnement électromagnétique par les surfaces des corps. Transfert à distance
dit instantané (car à vitesse de la lumière dans le vide soit 3.108 [m/s]) sans
contact (propagation dans le vide possible).

( ) [W] pour une paroi 1 rayonnant vers une paroi 2, ce que l’on
peut décrire par : ( ) , avec ( )( ), 12
THERMIQUE AVANCEE 7

l’émissivité équivalente de l’ensemble paroi 1 – paroi 2,  la constante de Stefan-


Boltzman et hr le coefficient équivalent d’échange par rayonnement.

 Changement d’état : Evaporation principalement. La chaleur cédée à un


matériau pour l’évaporer est restituée à la surface sur laquelle la vapeur se
condense.

Figure 2 : Les différents modes de transfert de chaleur.

En réalité, les problèmes de thermique sont couplés et font intervenir plusieurs de ces
types de mode de transfert de chaleur.

En outre, le dernier phénomène d’évaporation implique une migration combinée de


chaleur et d’eau. Il peut être la source d’humidité (moisissures, gel, dégâts) rencontrés
dans des bâtiments.

1.5 Dilatation thermique


La dilatation est l'expansion du volume d'un corps occasionné par son réchauffement,
généralement imperceptible. Dans le cas d'un gaz, il y a dilatation à pression constante
ou maintien du volume et augmentation de la pression.

On peut calculer pour tous les matériaux isotropes la variation de longueur et donc de
volume en fonction de la variation de température :

avec le coefficient de dilation thermique linéaire en [K-1]


THERMIQUE AVANCEE 8

2 TRANSFERTS DE CHALEUR PAR CONDUCTION


2.1 Equation générale de conduction
2.1.1 Loi de Fourier
Soit une barre que l’on chauffe à l’une de ses extrémités. Le flux thermique qui traverse
une section S de la barre est proportionnel à :

 La surface S (m2]
 Le gradient de température en S [K/m]
 La conductivité thermique du matériau  (représentant la capacité de conduction
de la chaleur de ce matériau exprimée en [W/(m.K)]). Elle est d’autant plus
élevée que le matériau est bon conducteur.

Cause : gradient de température

Effet : variation de température

On peut représenter ce flux sous forme d’un vecteur :

⃗⃗⃗ [W], x vecteur unitaire normal à la section.

Si l’on ramène à l’unité de surface (on parle de densité de flux) dans un contexte
unidimensionnel:

⃗⃗ [W/m2]

Si l’on généralise, on obtient la loi de Fourier généralisée :

⃗ ̿( )̅̅̅̅̅̅̅ ( ) [W/m2], ̿étant le tenseur des conductivités thermiques


(matrice des conductivités). Le plus souvent, on se trouve dans un milieu homogène à
l’échelle macroscopique, donc ̿ est indépendant du point M considéré. De plus le milieu
est souvent isotrope, i.e. il a les mêmes propriétés thermiques dans toutes les directions.

Par convention, ⃗⃗ est compté positivement dans le sens de l’écoulement de la


chaleur, i.e. vers les températures décroissantes. grad( T) est un vecteur porté sur le
même axe, mais de sens contraire à⃗⃗ . On a conservation du flux dans le milieu s’il est
isolé.

Remarque : le gradient de température en chaque point est normal à la surface


isotherme passant par ce point.

2.1.2 Conservation de l’énergie – Equation de la chaleur


Considérons dans un milieu homogène isotrope au repos un volume arbitraire de
matière V limité par l’enveloppe S.

Réalisons le bilan énergétique de cet élément. Voici les énergies en jeu :


THERMIQUE AVANCEE 9

 La création à l’intérieur de V d’une puissance volumique p [W/m3], d’origine


électrique, chimique, nucléaire…
 L’entrée ou sortie de chaleur par l’enveloppe ∑.
 L’apparition dans le volume d’une énergie de type mécanique (contraintes,
mouvement de la matière sous l’effet des dilatations, etc…). En général, ce type
d’énergie reste négligeable dans les solides.
 La variation de température de la matière.

On obtient donc le bilan suivant au niveau du système (premier principe de la


thermodynamique) :

Taux de variation d’énergie interne = Energie reçue aux frontières + Sources internes

∫ ( ) ( ) ∫ ⃗ ⃗ ∫

∫ ( ) ( ) ∫ (⃗ ) ∫

Equation de la chaleur avec thermodépendance :

Equation de la chaleur sans thermodépendance :

avec la diffusivité thermique [m2.s-1]

Autre grandeur qui intervient dans le comportement thermique d’un matériau,


l’effusivité thermique : √ √ [J/(m2.K.s½ )]

THERMIQUE AVANCEE 10

Diffusivité thermique a : décrit la rapidité (vitesse de propagation) d’un déplacement


des calories à travers la masse d’un matériau.

Effusivité thermique b : décrit la rapidité avec laquelle un matériau absorbe les calories
provenant de l’extérieur.

Il est à noter que la résolution de l’équation de la chaleur dans le cas général n’est pas
toujours possible. Pour des problèmes complexes il est souvent fait appel à des
méthodes numériques manuelles, graphiques ou informatisées. Le recours aux
montages analogiques peut également être cité.

Cas particuliers pour l’équation de la chaleur :

 Milieu avec sources internes, en régime permanent :

équation de Poisson

 Milieu sans sources internes, en régime permanent :


équation de Laplace

 Milieu sans sources internes, en régime variable :

équation de Fourier

Voir en ANNEXE 3 le formulaire relatif aux opérateurs (dont le laplacien)

 Conductivité thermique 


Quelques ordres de grandeur dans les conditions courantes :

 Matériaux très conducteurs (métaux) :  : 50 à 300 [W/(mK)]


 Matériaux conducteurs (pierre, béton) :  : 1 à 10 [W/(mK)]
 Matériaux peu conducteurs (bois, terre cuite) :  : 0,1 à 1 [W/(mK)]
 Matériaux isolants (mousse, fibres de verre) :  : 0,03 à 0,1 [W/(mK)]

A noter l’influence de la température (e.g. Figure 3) et de l’hygrométrie sur la


conductivité d’un matériau.
THERMIQUE AVANCEE 11

Figure 3 : Variation de la conductivité de divers matériaux en fonction de la température.

Remarque : eau 20 fois MOINS isolante que l’air. C’est la raison pour laquelle il faut
éviter de remplacer l’air par l’eau dans les matériaux poreux ou fibreux utilisés comme
isolants thermiques. Il faut se prémunir aussi bien de l’eau de pluie que de l’eau de la
condensation de l’humidité atmosphérique.

2.2 Conditions aux limites spatio-temporelles


Après avoir étudié la propagation de la chaleur dans la matière, il est indispensable
d’envisager les conditions thermiques qui existent aux limites du milieu solide, e.g. sur
les faces du mur pour la propagation dans un mur. On classifie les conditions limites
selon trois types : les conditions de Dirichlet, de Neumann, de Fourier.

2.2.1 Conditions aux limites spatiales - CL


2.2.1.1 Condition de Dirichlet
Température imposée : TP=f(MP,t)

(Rarement rencontré en réalité)


THERMIQUE AVANCEE 12

2.2.1.2 Condition de Neumann


Flux de chaleur imposé par la production d’une source de chaleur p.

2.2.1.3 Condition de Fourier


Densité de flux de chaleur imposé sur la surface extérieure (en contact avec le fluide à
 T 
l’extérieur) :       f ( M p , t )
 n  p

En convection ou condition mixte : ( ), avec h=hc+hr le coefficient d’échange


par convection ou par convection et rayonnement (en linéarisant le rayonnement).

2.2.1.4 Résistance de contact


Si l’on considère la surface de séparation entre deux matériaux solides, on devrait avoir,
en théorie, continuité des températures à la surface. En réalité, on constate une
discontinuité plus ou moins accentuée (voir Figure 4).

Figure 4 : Résistance de contact.

Ce phénomène s’explique par observation de la surface de séparation. A cause des


rugosités, il s’interpose entre les solides une couche intermédiaire de fluide (air dans
nos cas d’étude). On peut schématiser son action par une résistance de contact par
analogie avec les mêmes phénomènes connus en électricité. Le flux traversant la surface
de séparation entre les deux milieux solides s’exprime par :

T  T 
 [W/m2], avec Rc la résistance de contact en [m2K/W]
Rc

On mesure Rc expérimentalement. La valeur dépend essentiellement de l’état de surface


des matériaux (rugueux, polis…) et de la pression d’application d’un matériau sur
l’autre. Dans les problèmes de bâtiment, l’influence de ces résistances de contact peut
être négligée, vis-à-vis de la forte résistance de passage de la chaleur des matériaux
utilisés.

2.2.2 Conditions aux limites temporelles – condition initiale CI


T(x,y,z,0) = T0(x,y,z)
THERMIQUE AVANCEE 13

3 ETUDE ANALYTIQUE DES PROBLEMES CINETIQUES


Nous considérerons uniquement des milieux isotropes, homogènes, de
caractéristiques thermiques  et a constantes et où p est indépendant de la
température. Le problème fondamental de la conduction consiste à trouver dans un tel
milieu limité de volume V et de frontière S la fonction T(M,t) satisfaisant le système :

T(M,0) = To (M) (condition initiale générale)

[ ] ( ) (condition aux limites générale)

Simplification éventuelle du problème général de conduction :


En utilisant la propriété de linéarité du système, on peut éventuellement pour simplifier
le problème réduire le problème en des problèmes élémentaires plus simples, en
séparant conditions initiales et conditions aux limites.

T(M,0) = To (M) = T1 (M,0) = To (M) + T2 (M,0) = 0

T(M S,t ) = f (M S,t ) T1 (M S,t ) = 0 T2 (M S,t ) = f (M S,t )

3.1 Régime permanent


3.1.1 Parois planes
3.1.1.1 Mur simple à faces isothermes

d2T 
=0 Tp1
dx 2
T = Tp1 en x = 0

T = Tp2 en x = L
Tp2

0 L x

Figure 5 : Mur simple à faces isothermes.

Résolution :
THERMIQUE AVANCEE 14

Tp2 - Tp1
T( x) = Tp1 + x
L

Flux :

⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( )

, d’où : Avec :

R résistance conductive (par thermique par conduction) du mur

3.1.1.2 Mur simple en contact avec deux fluides

T1

Tp1
h1
h2

Tp2
T2

x
0 L

T1 Tp1 Tp2 T2


Rc1 R Rc2

Figure 6 : Mur simple en contact avec deux fluides.

Entre les parois et les fluides s’établit un échange convectif. On a égalité des flux entre
les deux flux convectifs de part et d’autre de la paroi et le flux conductif traversant la
paroi du fait de la conservation de l’énergie, en considérant un transfert
unidirectionnel.

( ) ( )

1 1
On peut définir les résistances convectives : Rc1= et Rc2= .
h1S h 2S

On peut également définir la résistance globale et le coefficient d’échange global entre


les deux fluides :

(Analogie avec l’électricité : loi d’Ohm)


THERMIQUE AVANCEE 15

1
U Coefficient de transmission thermique
Rc1  R  Rc 2 S
k=UA Coefficient d’échange global, appelé aussi conductance

( ) [ ( )] avec : ( )

( ) [ ( )]

3.1.1.3 Murs accolés en série en contact avec deux fluides

T1
1 2 n
Tp1 Tp2 Tpn
h1
hn+1

Tpn+1
Tn

x
0 x1 xn-1 L

T1 Tp1 Tp2 T2


Rc1 R1 Rn Rc2

Figure 7 : Murs accolés en série en contact avec deux fluides.

Par un raisonnement identique, on obtient :

Li
Avec : Ri =
∑ i S

 i 1
x  T1 - T 2
Et : T x   T1   Rc1   Ri  i 
 i S  n
i 1
Rc1   Ri  Rc 2
i 1

En série, on somme donc les résistances thermiques pour obtenir la résistance


globale.
THERMIQUE AVANCEE 16

3.1.1.4 Murs en parallèle

S
SA

SB

SC

Figure 8 : Murs en parallèle.

En parallèle, c’est l’inverse de la résistance thermique globale qui est égale à la


somme de l’inverse des résistances en parallèles.

1 1 1 1 1 1 1
     
R eA eB eC R A RB RC
 A .S A  B .S B C .S C

3.1.2 Parois cylindrique


3.1.2.1 Cylindre creux à surfaces latérales isothermes

T2
d 2 T 1 dT T1
+ =0
dr 2 r dr
T(r1 ) = T1
L
T(r2 ) = T2

r1
r2

Figure 9 : Paroi cylindrique.

dT
En posant u = , on obtient une équation du premier ordre que l’on peut résoudre,
dr
puis par intégration, on détermine T(r) :

ln  r 
T1 - T2
T r   T1 
ln  1  
r r1 
 r2 
THERMIQUE AVANCEE 17

ln  2 
r
Soit R =  1 
T1 - T2 r
Et :   2 L
ln  r2  2 L
 r1 

3.1.2.2 Sphère creuse à surface isothermes

d²T 2 dT T2
 0
dr ² r dr

Tr1   T1
r1
Tr2   T2 T1 r2

Figure 10 : Sphère.

Problème similaire au précédent.

3.1.3 Barre à surface latérale non isotherme


Problème type : refroidissement d’ailettes.

T
L

T(x) T(x+dx)

x x+dx

dx

Figure 11 : Refroidissement d’une ailette.

Bilan thermique : x - x+dx - L=0


THERMIQUE AVANCEE 18

  dT   dT  
       S  hm T x   T dx  0
  dx  x  dx  dx  x 

d²2T
  2 ²T  T   0
hm
Soit : Avec :  2 ² 
2
dx ² S
Equation différentielle du second ordre à coefficients constants dont la solution générale
est de la forme :

T x   T  A exp  x   B exp x 


ou encore :
T x   T  A1chx   B1 shx 

Les conditions aux deux extrémités permettent de déterminer dans chaque cas la
solution correspondante.

Remarque : la première équation est bien adaptée aux problèmes relatifs aux barres très
longues, la seconde convenant aux géométries limitées.

3.1.4 Analogie électrique en régime permanent


On peut traiter les problèmes thermiques par analogie avec les problèmes électriques.
Le Tableau 1 résume l’identité formelle entre les équations et les grandeurs qui
régissent les problèmes de conduction thermique et électrique.

Tableau 1 : Analogie entre la thermique et l’électricité.

3.1.5 Problèmes bidimensionnels – méthodes de résolution numérique


Dans les méthodes de résolution numérique par les différences finies, on transforme
l’équation de la chaleur et les conditions aux limites en un système d’équations aux
différences finies. La discrétisation des variables est obtenue en découpant le
domaine étudié par un maillage de forme et de dimensions adaptées à chaque
problème.
THERMIQUE AVANCEE 19

3.1.5.1 Etablissement des équations aux différences finies


Le plan (x,y) est découpé en un réseau de maille rectangulaire.

On appelle :

 Ti,j : température au nœud Pi,j


 i,j : composante au nœud Pi,j.
 pi,j : puissance volumique libérée au nœud Pi,j
 x, y : dimensions de la maille élémentaire

Figure 12 : Maillage aux différences finies.

3.1.5.2 Nœuds internes


Les équations aux différences finies pour les nœuds situés à l’intérieur du domaine
peuvent être obtenues en écrivant le bilan thermique pour l’élément de volume, de
section xy et d’épaisseur unité, qui entoure le nœud Pij. Ce bilan exprime que la
somme algébrique des flux traversant la frontière de cet élément et de la puissance due
aux sources internes est nulle :

La loi de Fourier permet d’exprimer les densités de flux algébriques reçues par l’élément
en fonction des températures. On a :

Pour un maillage carré (x = y = e), lorsque la puissance volumique p libérée par les
sources est uniformément répartie, il en résulte l’équation aux différences :

3.1.5.3 Conditions de surface


 Température imposée : pas d’équations supplémentaires, valeurs des
températures imposées aux nœuds appartenant à la frontière à reporter.
 Densité de flux imposée :
 Condition mixte :  est remplacé par son expression algébrique de la loi de
 
Newton :   h T  T1, j

3.1.5.4 Méthodes de résolution


Les équations relatives à l’ensemble des nœuds forment un système linéaire de n
équations à n inconnues Tij. Pour alléger l’écriture, on convient de désigner la
THERMIQUE AVANCEE 20

température du nœud Pij par un seul indice k, Tij devient Tk (k = 1,n). On obtient alors le
système suivant :

a11T1  a12T2  ...  a1k Tk  ...  a1nTn  b1  0


a 21T1  a 22T2  ...  a 2 k Tk  ...  a 2 nTn  b2  0
....
a m1T1  a m 2T2  ...  a mk Tk  ...  a mnTn  bm  0
a n1T1  a n 2T2  ...  a nkTk  ...  a nnTn  bn  0

Où certains coefficients amk sont nuls.

 Méthode de relaxation :

1 – On se fixe a priori les valeurs des inconnues. Soit Tk(1) la série initiale de valeurs dont
le choix est guidé par l’allure du champ thermique.

2 – On introduit cette première série de valeurs dans le système ci-dessus. Les équations
ne sont plus vérifiées, les deuxièmes membres n’étant plus nuls. Chacun d’eux est égal à
un terme appelé résidu.

am1T11  am 2T21  ...  amk Tk1  ...  amnTn1  bm  Rm

3 – On cherche à annuler les différents résidus, en commençant par l’équation qui


présente le résidu de plus grande valeur absolue, en n’y modifiant que la valeur de la
température de même indice que celui-ci. Si m est l’indice du plus grand résidu, pour
que la nouvelle valeur Tm( 2) de la température annule Rm, il suffit de lui ajouter
R
l’accroissement  Tm(1) =  m . Le calcul se poursuit jusqu’à ce que les résidus
a mm '
deviennent suffisamment petits pour ne plus entraîner de modifications sensibles sur
les températures.

 Méthode matricielle :

Le système matriciel peut se mettre sous la forme matricielle suivante :

 a11 a1k a1n  T1   b1 


a a kk a kn  Tk   bk 
 k1
a n1 a nk a nn  Tn  bn 

Soit A.T = B, d’où l’on tire : T = A-1.B

La difficulté essentielle réside dans l’inversion de la matrice A. Aussi cette technique est
mal adaptée à la résolution de systèmes volumineux.

 Méthode itérative de GAUSS-SEIDEL :

En partant du système initial, on peut exprimer chacune des températures Tk par une
combinaison linéaires des (k-1) autres.
THERMIQUE AVANCEE 21

Si comme pour la méthode de relaxation, on se donne a priori une première série de


valeurs Tk(1) , en les reportant dans l’équation précédemment mise en place, on obtient
une nouvelle valeur Tk( 2) . En réintroduisant cette nouvelle valeur dans les équations on
réobtient une nouvelle valeur Tk( 3) …. Comme pour la méthode de relaxation, on arrête le
calcul lorsque l’on observe de faibles écarts entre les valeurs successives de
température.

3.2 Régime variable


On se limitera, afin de simplifier l’étude aux méthodes de résolution des problèmes
thermocinétiques en se limitant à deux variables : x et t. Ainsi, l’équation de la chaleur
se réduit à :

 2 ²T 1 T

x 2 ² a t
L’expérience montre que l’on peut classer les corps, du point de vue de leur
comportement thermique, en corps minces et corps épais, à l’aide d’un critère
proposé par Biot. Pour les corps minces, ou systèmes thermiques simples, la
température peut être considérée comme uniforme. Elle ne dépend alors que du temps.
Tandis que pour les systèmes épais, la température est fonction du point considéré et du
temps.

3.2.1 Systèmes à température uniforme


Un corps à température uniforme qui échange de la chaleur avec d’autres milieux est
idéalisé, car le transfert de chaleur implique qu’il existe nécessairement un gradient de
température à l’intérieur même du corps. Mais dans certains cas pratiques on peut
considérer, avec une approximation acceptable, que la température dans le corps est
uniforme à chaque instant.

Il est intéressant de pouvoir comparer entre eux divers problèmes correspondant à


différentes valeurs des paramètres géométriques et thermiques et de présenter les
résultats sous forme générale. Pour cela on utilise des groupements adimensionnels
comme le nombre de Biot et le nombre de Fourier (caractérise la pénétration de la
chaleur en régime variable, nous ne le détaillerons pas).

Nombre de Biot : rapport de la résistance thermique interne d’un corps (conduction), à


sa résistance thermique de surface (convection + rayonnement), dans la direction de
propagation de la chaleur.

e
Bi  S 
hL
1 
hS
De nombreuses expériences permettent d’admettre le critère distinctif suivant entre
systèmes minces et systèmes épais :

Systèmes minces : Bi < 0,1 (e petit et/ou  grand)

Systèmes épais : Bi > 0,1 (h grand)


THERMIQUE AVANCEE 22

3.2.2 Résolution par la transformation de Laplace


Principe général : la transformée de Laplace T(p) d’une fonction T(t) est définie par
l’intégrale :

T x, p    e  pt  T x, t dt dans laquelle p est un nombre réel ou complexe. T(p) est
0

appelée image ou transformée de la fonction originale T(t).

Application à l’équation de la chaleur :


 
² 2 T 1 T
e dt   e  pt dt  0
 pt

0 x ²2
a0 t

Par propriété de différentiation et par intégration par parties, on obtient :

d²2T p T0
 T  où : T0 = T(x,0)
dx 2 ² a a

En posant : T* = T – T0

d²2T * p *
 T 0
dx 2 ² a
p
T ( x,p) = A exp(-kx)+B exp(kx), avec k²=
*
Solution générale :
a
A partir de la solution transformée T ( x,p), on parvient ensuite à la solution originale à
*

l’aide de la transformation inverse.

En pratique, il est plus simple d’utiliser les résultats donnés par les tables de
transformées. Le tableau en ANNEXE 4 en donne quelques exemples. Les solutions en
régime variable font de plus régulièrement appel à des fonctions erf et erfc (définies par
des tables en ANNEXE 5).

3.2.3 Résolution par la méthode de séparation des variables


On cherche s’il existe une solution particulière, à variables séparées, satisfaisant au
système, et de la forme :

T x, t   X x   Y t 

X " x   Y t   X x   Y ' t   0
1
a

X" ( x) 1 Y' (t )
=
X( x) a Y(t )
THERMIQUE AVANCEE 23

X " x  aX " x 
 
X x  X x 
ou
Y t 
'
aY ' t 
 
Y t  Y t 

Avec :   a

Le choix de la constante  ou  se fait à partir de considérations physiques :

 Pour les processus thermiques tendant vers une distribution de température


constante à l’équilibre, on choisit  , qui doit être nécessairement négatif. En
effet, l’intégration relative au temps fournit : Y = R exp(a  t), où R est une
constante. Si  était positif pour des temps croissants, la température tendrait
vers une valeur infinie, ce qui est physiquement absurde.
 Si le phénomène est de nature périodique en fonction du temps, on prend alors
 . Ce doit être un nombre imaginaire. En effet en posant  = i, on obtient la
solution :

Y = R exp(it) = R [cos(t) + i sin(t)]. On résout alors le problème dans le plan


complexe et on ne retiendra que la partie réelle de la solution obtenue.

La solution élémentaire T est le produit des solutions X et Y du système, dans lesquelles


interviennent des constantes. Celles-ci sont déterminées dans chaque cas particulier par
les conditions aux limites spatio-temporelles.

3.2.4 Résolution par les méthodes de différences finies


Le principe est exposé à propos d’un problème unidimensionnel, dans le cas d’un milieu
sans source interne et à caractéristiques thermiques constantes, pour lequel l’équation
analytique de la chaleur s’écrit :

 ² 2 T 1 T

x 2 ² a t
Le calcul de la température au temps t+t, notée Tt+∆t, peut être conduit de différentes
façons suivant que l’on exprime le laplacien à partir des valeurs connues Tt de la
température au temps t (méthode explicite) ou bien à partir des valeurs inconnues
Tt+∆t de la température au temps t+t (méthodes implicites).

3.2.4.1 Méthode explicite


On a :

Ti t1  Ti t1  2Ti t 1 Ti t  t  Ti t


 d’où une seule inconnue :
x² a t
3.2.4.2 Méthodes implicites :
On a :
THERMIQUE AVANCEE 24
THERMIQUE AVANCEE 25

ANNEXE 1 Propriétés physiques de certains corps


THERMIQUE AVANCEE 26

ANNEXE 2 Propriétés physiques de l’eau et de l’air


THERMIQUE AVANCEE 27

ANNEXE 3 Formulaire relatif aux opérateurs


THERMIQUE AVANCEE 28
THERMIQUE AVANCEE 29

ANNEXE 4 Quelques transformées de Laplace


THERMIQUE AVANCEE 30

ANNEXE 5 Fonctions erf et erfc


THERMIQUE AVANCEE 31

4 BIBLIOGRAPHIE

Techniques de l’ingénieur

Manuel de Thermique de Bernard Eyglunent Editions Hermes

Thermique appliquée au bâtiment de D. Hernot et G. Porcher Editions CFP

Cours d’Energétique du bâtiment de N. Morel et E. Gnansounou EPFL

Initiation aux transferts thermiques de J.-F. Sacadura Editions Lavoisier