Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre 5 révision

Deux caractéristiques caractérisaient les organisations commerciales publiques : la responsabilité des


associés et le pouvoir de représentation.
Actuellement le contrat de société est réglementé à la fois dans le CC et dans le Code du Commerce.

Les associations sont des entités juridiques composées d’un groupe d’individus qui se réunissent
pour réaliser un objectif.
- Si activité non lucrative → loi du 1/2002 loi sur les assos

La société de personnes est une entité juridique dans laquelle plusieurs personnes s’unissent pour
entreprendre une activité économique à but lucratif et en partager les bénéfices.

Le concept de partenariat repose sur 3 éléments de base


- Un accord/contrat comme base
- Objectif d’atteindre un but commun
- Collaboration de tous les membres

Concept général de partenariat CC, art 1.664


« Contrat par lequel 2 ou plusieurs personnes s’engagent à investir de l’argent, des biens ou de
l’industrie en commun, avec l’intention de partager les bénéfices éventuels entre elles. »

Le CdC incorpore : se constituer un accord avec les termes de ce Code.


Une fois que la société commerciale est constituée, elle a la personnalité juridique dans tous ses
actes et contrats (art. 116 CdC)

Désormais il est possible de créer une société par un acte juridique unilatéral. C’est le cas des
sociétés fondées par un seul associé.

En ce qui concerne le but de la société, on considère qu’elle a été créée dans un but lucratif.
Mais les différences entres les sociétés et assos ne sont pas fondées sur la nature du but. Il peut y
avoir des sociétés qui ne cherchent pas à obtenir un bénéfice partageable entre associés.

L’objectif du partenariat est l’activité exercée. C’est ce qui différencie les sociétés civiles des sociétés
commerciales.
La première a une activité civile (p.e prestation de services pro, agriculture, artisanat) ; la seconde
exerce des activités commerciales (p.e distribution, fabrication)

Les sociétés civiles sont celles qui ne sont pas constituées dans le but de développer une entreprise
et qui n’adoptent aucune des formes mercantiles.

Types de sociétés commerciales art. 122 CdC


- Société en nom collectif
- Société simple à responsabilité limité et société à responsabilité par action
- Société par actions ou société anonyme
- Société à responsabilité limité ou société à responsabilité limitée privée

Société en nom collectif : la responsabilité n’est pas limitée. Les associés généraux sont
personnellement et solidairement responsables, avec la totalité de leur valeur nette, des dettes de la
société.
Société en commandite : il existe deux catégories différentes d’associés. Il doit y avoir au moins un
associé général et un ou plusieurs associés en commanditaires.
Les commandités sont personnellement et solidairement responsables avec l’ensemble de leur
patrimoine net des dettes de la société.
Les commanditaires ne sont responsables que du montant du capital qu’ils apportent ou promettent
d’apporter à la société. Le capital des sociétés en commandite peut être divisé en parts.

Sociétés par actions et SARL : Les actionnaires et associés ne sont pas responsables des dettes de la
société. Les créanciers ne peuvent réclamer que les actifs détenus au nom de la personne morale.
Aucun droit s/actifs que les actionnaires de la personne morale détiennent en leur propre nom.

Pas possible que les fondateurs d'une société puissent créer de nouveaux types de sociétés en
dehors de ceux typifiés par la loi.
Si une société atypique opère sur le marché, ce sont les règles de la société en nom collectif
(sociedad colectiva) qui s'appliquent. Cela signifie que les fondateurs sont personnellement et
indéfiniment responsables des dettes de la société irrégulière.

La personnalité juridique est attribuée par la loi à la société commerciale dès sa constitution par
acte et son inscription au registre du commerce.
Cependant, il peut arriver que la société commence à fonctionner dans le trafic avant d'être
légalement constituée.
Nous sommes en présence d'une société irrégulière lorsqu'une année s'est écoulée depuis la
délivrance de l'acte et qu'elle n'a toujours pas été enregistrée.
Le régime de la société en nom collectif est appliqué à la société irrégulière et les fondateurs sont
personnellement et indéfiniment responsables de ses dettes.

Vous aimerez peut-être aussi