Vous êtes sur la page 1sur 7

Sciences-physiques BTS Bâtiment / BTS Travaux-publics

C5 : La corrosion des métaux


Les réactions d'oxydoréduction jouent un rôle important en chimie: combustions
(production d'énergie thermique) ; métallurgie (production des métaux) ;
électrochimie (piles, accumulateurs, électrolyse) ; corrosions des métaux.

I. ACTION DU FER SUR LES IONS CUIVRE

1) Manipulations
Expérience 1
clou

Si on dépose un clou en fer dans une solution de sulfate


dépôt
rouge de
cuivre

(CuSO4 ) aq

de cuivre, il apparaît au bout d’un certain temps un dépôt


Expérience n°1a

(NaOH)aq

de cuivre métallique sur le fer.

agitation
poudre précipité vert
de fer de Fe(OH) 2
qui brunit
(CuSO4 ) aq au contact
de l'air
Expérience n°1b

Expérience 2 fil de cuivre

cristaux
d'argent

(AgNO3 ) aq
Expérience n°2

Si on verse de la poudre de fer dans une solution de clou


dépôt
rouge de

sulfate de cuivre, après agitation, la couleur bleue du


cuivre

(CuSO 4 ) aq
Expérience n°1a

sulfate de cuivre disparaît et devient vert pâle. (NaOH) aq

Si on ajoute à cette dernière solution de la soude,


agitation
poudre précipité vert
de fer de Fe(OH) 2

on observe un précipité vert caractérisant la présence


qui brunit
(CuSO 4 ) aq au contact
de l'air
Expérience n°1b

des ions Fe2+. fil de cuivre

cristaux
d'argent

(AgNO3 ) aq
Expérience n°2

2) Interprétations
Expérience 1

Les ions cuivre (caractéristiques de la couleur bleue) de la solution de sulfate de cuivre se


sont transformés en cuivre métallique sur le clou en fer.
Pour que cette transformation soit possible, des électrons doivent intervenir :
Cu2+ + 2 e-  Cu

Expérience 2

La disparition de la couleur bleue montre la disparition des ions cuivre ce qui confirme
l’expérience 1.
Le test caractéristique avec la soude montre que des ions fer II sont apparus dans la
solution. Ils proviennent donc du fer métal.
Pour que cette transformation soit possible, des électrons doivent intervenir :
Fe  Fe2+ + 2 e-

Un transfert d’électrons a donc eu lieu entre le fer et le cuivre.

C5 : La corrosion des métaux 1


Sciences-physiques BTS Bâtiment / BTS Travaux-publics

II. DÉFINITIONS

1) Oxydant -réducteur

 On appelle oxydant toute espèce chimique qui peut capter un ou plusieurs électrons au
cours d'une réaction chimique.
 On appelle réducteur toute espèce chimique qui peut céder un ou plusieurs électrons au
cours d'une réaction chimique.

3) Demi-équation électronique
Un demi-équation électronique d’oxydo-réduction doit respecter a conservation des charges
et des éléments chimiques. Pour écrire la demi-équation électronique d’un couple
oxydant/réducteur, on pourra suivre la méthode ci-dessous.
La demi-équation sera du type :
Oxydant + ne- + kH+ = réducteur + mH2O
où k, m et n sont des entiers.

Les étapes 3 et 4 ne sont pas forcément nécessaire.

4) LE COUPLE REDOX
Un couple oxydant / réducteur est un ensemble d’un oxydant et d’un réducteur d’un même
élément chimique qui se transforment l’un en l’autre par transfert d’électrons.
Cela se traduit par une demi-équation électronique s’écrivant :

Oxydant + n e- = réducteur

C5 : La corrosion des métaux 2


Sciences-physiques BTS Bâtiment / BTS Travaux-publics

Le passage de l’oxydant au réducteur est une réduction :


Oxydant + n e-  réducteur

Le passage du réducteur à l’oxydant est une oxydation :


Réducteur  oxydant + n e-

5) Quelques exemples de couples redox

Couples redox Demi-équation


2+
Zn / Zn

Ag+ / Ag

Fe2+ /Fe

Fe3+ / Fe

Al3+ / Al

Cl2 / Cl-

H+ / H2

MnO4- / Mn2+

Cr2O72- / Cr3+

6) CLASSEMENT ÉLECTROCHIMIQUE DES COUPLES REDOX

Soient les 2 expériences suivantes :

Observations :

Dépôt de cuivre sur la lame de zinc
Apparition d’ions Zn2+ dans la solution et
appauvrissement en ions Cu2+

Aucune réaction ;

Bilan de la réaction 1 :


Cu2+ + Zn  Cu + Zn2+
Oxydant réducteur

Conclusion:
On peut en déduire que l’oxydant Cu2+ est plus fort que l’oxydant Zn2+
ou bien le réducteur Zn est plus fort que le réducteur Cu

C5 : La corrosion des métaux 3


Sciences-physiques BTS Bâtiment / BTS Travaux-publics

A partir de là, on peut classer les 2 couples Cu 2+/Cu et Zn2+/Zn suivant leur pouvoir oxydant et
réducteur.
Dans un couple redox, plus l’oxydant est fort, plus le réducteur est faible (et inversement).
Une réaction d’oxydoréduction a lieu entre deux couples redox. La réaction d’oxydoréduction
a lieu entre l’oxydant le plus fort et le réducteur le plus fort.

La réaction a lieu suivant la règle du gamma.


Ox1 + Red2  Ox2 + Red1

III. POTENTIEL REDOX D’UN COUPLE

1) Description de la pile Daniell

Lorsqu’on réunit l’électrode de zinc à l’électrode de cuivre, il apparaît un courant dans le


circuit dans le sens indiqué (sens inverse du sens de circulation des électrons).
Le pôle + est donc le cuivre, et le pôle – le zinc.

Réaction au pôle - : Zn  Zn2+ + 2 e-


Réaction au pôle + : Cu2+ + 2 e-  Cu
Bilan
Zn + Cu2+  Zn2+ + Cu (la règle du gamma est bien respectée).

C5 : La corrosion des métaux 4


Sciences-physiques BTS Bâtiment / BTS Travaux-publics

IV. BILAN QUANTITATIF

1) Calcul de la quantité d’électricité Q produite par une pile


Il faut d’abord déterminer la quantité de matière d’électrons mise en jeu dans la réaction
d’oxydoréduction. On la note ne.
On a alors
Q = neF
F = nombre de Faraday, exprime la quantité d’électricité pour 1 mole d’électrons
F = 96500 c (coulomb)
Q s’exprime en coulomb.

7) Calcul de l’intensité du courant I

Q = It
I en A
t en s (durée de passage du courant ou durée de fonctionnement)

Exemple de calculs  :

La concentration de chacune des solutions est de C = 0,1 mol/L, pour un volume de 100 mL.
La pile est reliée à une résistance R = 33 Ω.
L’intensité délivrée est de 33 mA.
La tension aux bornes de la pile est de 1,1 V
A la cathode, réduction, électrode positive.
A l’anode, oxydation, électrode négative.
Réactif limitant :
On suppose que les électrodes métalliques possèdent une grande quantité de matière. Les
ions cuivre sont consommés, donc constituent le réactif limitant.
n = C×V = 1,0×10-2 mol. C’est la quantité d’ions cuivre qui limitera la réaction.

Quantité d’électrons libérés


La réaction Cu2+ + 2e- = Cu montre qu’une mole de cuivre consomme 2 moles d’électrons.
Donc ne- = 2 × 1,0×10-2 = 2,0×10-2 mol d’électrons.

Quantité d’électricité :
Q = ne × F = 2,0×10-2 × 96500 = 1,9 × 103 C
On peut en déduire la durée de fonctionnement de la pile :
t = Q/I = 5,8×104 s soit environ 16 h.

Energie disponible :
W = Q×U = 2,1×103 J
ou
Q = I×t = 0,,33×16 = 0,53 Ah
W = Q×U = 0,53× 1,1 = 0,58 Wh

C5 : La corrosion des métaux 5


Sciences-physiques BTS Bâtiment / BTS Travaux-publics

V. CORROSION DES MÉTAUX

1) Corrosion du fer
La corrosion est l’ensemble des phénomènes par lesquels un métal ou un alliage métallique
tend à s’oxyder sous les conditions atmosphériques (problèmes économiques et industriels :
2 tonnes d’acier passent chaque seconde à l’état de rouille, à l’échelle mondiale). Le métal a
donc tendance à retrouver sa forme originelle dans les minerais.

La corrosion est une oxydation des métaux. Le fer peut être oxydé par
un oxydant plus fort, comme l’oxygène de l’air.

Fe  Fe2+ + 2e- (oxydation)


O2 + 2 H2O + 4e- 4OH- (réduction)

Bilan :
2Fe + O2 + 2H2O  2Fe2+ + 4 OH-

Le fer s’oxyde donc en présence d’eau et de dioxygène. Les espèces formées vont subir
différentes transformations qui aboutiront à la formation de rouille (voir la vidéo sur la
corrosion du fer). Ce sont des oxydes de fer (oxydes métalliques).

La corrosion du fer est destructrice car la rouille formée va réagir avec le fer encore présent
et se propager à l’intérieur du métal.

Remarque : Le fer peut être oxydé par un métal plus oxydant que lui (comme le cuivre).
C’est se qui se passe si il y a des impuretés dans l’acier. Il se forme une pile de corrosion.

8) Protection du fer
Pour protéger le fer de la corrosion, il y a 2 possibilités :
- on favorise la réduction des ions Fe2+ (Protection cathodique)
- on sacrifie un autre métal (anode sacrificielle)

a. Anode sacrificielle
La structure métallique à protéger est reliée à un métal (anode) dont le
pouvoir réducteur est plus fort.

Le magnésium (Mg) ou le zinc (Zn) peuvent protéger le Fer. La protection


s’arrête quand l‘anode a été entièrement consommée (ou sacrifiée).

(ex : protection des canalisations, coques des navires)

C5 : La corrosion des métaux 6


Sciences-physiques BTS Bâtiment / BTS Travaux-publics

b. Protection cathodique
Afin d’éviter l’oxydation du fer, on peut
favoriser la réduction des ions Fe2+.
Une canalisation en Fer est reliée à un
générateur qui produit des électrons
(borne -).
L’autre borne est reliée à un autre métal
enterré. C’est le sol qui ferme le circuit.

9) Corrosion protectrice

Pour certains métaux comme le cuivre,


l’aluminium, le titane, la formation d’oxydes
métalliques va créer une couche imperméable
à l’oxygène de l’air qui va protéger le métal :
c’est la passivation.
(l’alumine se forme sur l’aluminium, le vert-de-
gris sur le cuivre, etc…)

Cette protection se fait naturellement, mais elle peut être accélérée en reliant le métal à un
générateur : c’est la protection anodique ou anodisation.

10) Protection physique

On dépose sur le métal à protéger une couche d’un autre métal résistant mieux à la
corrosion.
Le dépôt subit généralement un traitement contre la corrosion : passivation, chromage...

Exemples :
l’électrozingage ou galvanisation (dépôt de zinc par électrolyse) , puis passivation de la
couche de zinc
La parkérisation (ou phosphatation)
Une plaque d’acier trempée dans un mélange de phosphate de zinc, de manganèse et de
sodium à 100°C se recouvre d’une couche imperméable et insensible à la corrosion. Utilisée
dans l’industrie automobile.

Autre solution :
Une couche (de peinture, de plastique, de céramique...) non poreuse et isolante
électriquement protège les métaux de la corrosion.

C5 : La corrosion des métaux 7