Vous êtes sur la page 1sur 26

ROYAUME DU MAROC

MINISTERE DE L’INTERIEUR

PROVINCE DE TAOURIRT

MUNICIPALITE DE TAOURIRT

Rapport de stage

Réalisé par : fatimazahrae JOUHA

ANNEE : 2013
Dédicace

Je dédie ce travail que je viens de réaliser a toutes les personnes les plus proche de moi
qui m’ont encouragé, à mes parents à mes amis qui m’ont soutenue, sans oublier mes
professeur et mes camarades.

Remerciement

Je tiens à remercier tous les personnels de la division de budget et matériels pour leurs
remarques et leurs orientations pendant le stage.

J’aimerais également remercier tous ceux qui m’ont apporté leurs soutiens et leurs aides
au cours de ce stage, ainsi que ma famille.
SOMMAIRE

Introduction

Chapitre I : les collectivités locales

Section 1 : définition de la collectivité locale

Section 2 : organigramme

Chapitre II : division du budget et matériel

Section 1 : service de préparation du budget, compte administratif et crédit.

Section 2 : service de dépenses : traitement du personnel et agents.

Section 3 : service de dépenses de fonctionnement et d’équipement.

Conclusion.
Introduction

Taourirt ;
Historiquement fondée sur l'une des plus grandes villes du Maroc, l'ancienne ville de Za dans
la vallée de la Moulouya, la ville fut nommée Taourirt après l'invasion des
Mérinides au XIE siècle. Le pays où se trouve cette ville porte encore le nom de Za, ainsi que
la rivière qui l'arrose (oued Za).

Appelée par la suite Qasba Moulay Ismaïl, en l'honneur du sultan qui lui offrit ses remparts, la
ville tenait une place importante dans la défense du royaume chérifien. Située à la croisée de
la route Fès-Oujda et de l'axe commercial entre Sidjilmassa et l'Europe, la ville fut en proie à
de longues guerres dynastiques aux XIIIe siècles et XIVe siècle.

Au XIXe siècle, la Qasba appartenait exclusivement aux tribus Kerarma et Ahlaf qui s'en
servaient alors comme d'un grenier à céréales. Plus tard, avec l'arrivée des Français, des tribus
(Beni Bou Zeggou, Beni bou Yhi, Mtalssa, Iqualaan et Beni Snassen) affluèrent à Taourirt. La
ville est entourée de plusieurs tribus (Bni Fachat, Sijaa, Oulad Slimane, Oulad Amar, etc.) qui
s'y sont sédentarisées, ce qui ajoutent au patchwork de sa population. On y parle toujours
l'arabe et différentes variantes du berbère.

Au XIXe siècle, la ville se développa grâce à des activités de commerce d'ovins et notamment


par l'exploitation des mines environnantes (fer, zinc, fluor et plomb). La beauté parfois rude
des ses paysages, et sa proximité relative de Fès y attira de nombreux peintres français.

En 1997, lorsque la province de Taourirt a été créée, elle en est devenue le chef-lieu.

Taourirt connaît de nos jours une agriculture rentable et expansive qui repose essentiellement
sur la culture de l'olive et les usines de transformations et encourage le développement de
l'exploitation des plantes aromatiques et médicinales.
Chapitre I : les collectivités locales
I. définition 

La collectivité locale est une collectivité territoriale de droit public dotée de la personnalité
morale et l’autonomie financière. Elle est attribuée aux ensembles ruraux et elle gère ses
propres affaires par l’intermédiaire d’une assemblée dont le nombre de ses membres varie
selon le nombre des habitants. Et pour assurer un bon fonctionnement elle est dotée d’un
bureau composé d’un président, un vice président, et d’un 2ème vice président pour les
assemblées ayant plus de 21 membres élus. Ainsi qu’un rapporteur de budget, un secrétaire et
son secrétaire adjoint.

II. Organigramme
LePrésident
Le Présidentdu
du
ConseilMunicipal
Conseil Municipal

Secrétariatdu
du BureauVices
Vices
Secrétariat Bureau LeSecrétariat
SecrétariatGénéral
Général Secrétariat
Conseil Président Le Secrétariat
Conseil Président

Division de Division Division d’Etat Division Division :


Division de Division Division des Division d’Etat Division Division :
Développement Budgetetet Division des Civil et de la Bureau Economique et Division Urbanisme et
Développement Budget Civil et de la Bureau Economique et Division Urbanisme et
des Ressources Matériel Ressources Légalisation des d’Ordre Sociale Technique d’Architecture
des Ressources Matériel Ressources Légalisation des d’Ordre Sociale Technique d’Architecture
Financières Signatures
Financières Humaines Signatures
Humaines
S.Impot S.Pers.et Agents S.Cadre.Admi S.Etat Civil. S.Economique S.Trav.Munipau S.Permis.Habit
S.Impot S.Pers.et Agents S.Cadre.Admi S.Etat Civil.
Arr1 S.Economique S.Trav.Munipau
x S.Permis.Habit
Arr1 x
S.Regie S.Fonctionnement S.Cadre.Tech S.Etat S.Social S.Aff.Administ
S.Regie S.Fonctionnement
et Equippement S.Cadre.Tech
n S.Etat
Civil.Arr2 S.Social S.Aff.Administ S.Plans.Constr
et Equippement n Civil.Arr2 S.Plans.Constr
uct
S.Comptabilité S.Cadre.Main S.Légalisation S.Autorisation S.Assainissemen uct
S.Comptabilité S.Cadre.Main
s d’Oeuvres S.Légalisation S.Autorisation S.Assainissemen
t
S.Préparation : s d’Oeuvres t S.Aff.Administra
S.Préparation :et S.Aff.Administra
S.Administratif Budget-C.A S.Eléctions S.Recenss.Planif S.Marchés
S.Administratif
é
Budget-C.A
Crédits et S.Eléctions S.Recenss.Planif S.Marchés
é Crédits

Servicedes
des Servicedede Servicedede Servicelitiges
litiges Bureau
Service Service Service Secrétariatdu
du Service Police Bureau
Affaires Documentationetet Patrimoine
Patrimoine Secrétariat
etetAffaires
Affaires Police Municipal
Affaires Documentation Administrative Municipal
Culturelles Information Communale Conseil Législatives Administrative d’Hygiène
Culturelles Information Communale Conseil Législatives d’Hygiène

Bibliotheque S.Contentieux S.Police S.Secretariat


Bibliotheque S.Contentieux S.Police S.Secretariat
Communale S.Documenta Affaires S.Administrati S. litiges Administrative
Communale S.Documenta Affaires
Topografiques S.Administrati
f S. litiges Administrative
Topografiques f S.Envirennement
S.Pleintes S.Envirennement
Service des S.Conservation S.Pleintes
Service des S.Conservation S.Antirabique et
Affaires S.Informatio Patrimoine S.Rédaction S. Affaires S.Antirabique
Affaires S.Informatio Patrimoine
Communale S.Rédaction S. Affaires S.Aff.Juridiques Deces et
Culturelles n Communale et P.V Législatives S.Aff.Juridiques Deces
Culturelles n et P.V Législatives et Contentieux
et Contentieux
ROYAUME DU MAROC
MINISTERE DE L’INTERIEUR
PROVINCE DE TAOURIRT
MUNICIPALITE DE
TAOURIRT
Chapitre 2 : division du budget matériel

Division budget et
matériel

Service de
Service de
dépenses :
préparation : Service de dépenses
fonctionnement et
budget-CA et traitement
équipement
crédits personnel et agent

Organigramme de la division
I. Service de préparation du budget, compte administratif et crédit

1. le budget

Le budget c’est l’acte par lequel sont prévues et autorisés l’ensemble des ressources et
charges de l’Etat, collectivités locale…. Durant une année civile qui débute le premier janvier
et prend fin le 31 decembre.il est divisé en deux parties :

1. fonctionnement (recettes et dépenses)

2. Equipement (recettes et dépenses)

Il doit être équilibré dans chacune de ses parties tout en recettes qu’en dépenses.
Premier partie : « fonctionnement »
A- administration générale :
Action du conseil assemblée.
Action liée a la gestion du personnel.
Action liée aux autres moyens de fonctionnement.
Action financière liée à l’amortissement de la dette.

B- domaine des affaires sociales :


Assistance sociale.
Concoure aux sports et loisirs.
Soins de santé de base et d’hygiène.
Conservation des centres hospitaliers.
Enseignement primaire.
Formation professionnelle.
Culture et beaux arts.
Activités culturelles.

C- domaine des affaires techniques :


Urbanisme, habitat et protection de l’environnement.
Eclairage public.
Points d’eau.
D- domaine des affaires économiques :
Activité agricole.
Activité commerciale.

E- domaine de soutien :
Soutien a des opérations diverses.
Soutien par dépenses pour le compte des tiers.
Concours et versement.

F- domaine de consolidation des résultats :


Résultats

Deuxième partie : « équipement »

A- administration général :
Action commune.
Patrimoine immobilier.
Patrimoine mobilier.
Projets intégrés.
Dépenses diverses.

B- domaine des affaires sociales :


Actions sociales et assistance.
Actions sportives.
Actions de santé et d’hygiène.
Formation professionnelle.
Actions culture et beaux arts.
Actions culturelles.

C- domaine des affaires techniques :


Urbanisme, habitat et protection de l’environnement
Construction maintenance et conservation des voies et réseaux.

D- domaine des affaires économiques :


Agricultures et forêts.
Industrie et artisanat.
Commerce.
E- domaine de soutien :
Emploi de fonds de concours.
Aides.
Versement divers.

F- domaine de consolidation des résultats :


Consolidation des résultats.

2. élaboration et préparation du budget

Le commissaire du budget se réunit dix jours avant la session ordinaire du mois d’octobre,
pour délibérer sur le projet du budget, ce la fait selon une règle dite 33.

Exemple :

La somme des recettes de :


Octobre 2012 : 9 mois
2011 : 12 mois
2010 : 12 mois

Une fois le travail accompli les projets budgets doivent être envoyés aux membres du
conseil trois jours avant la réunion du conseil (comprend 35 élus, 4 femmes et 31 hommes).
Le conseil municipal après délibération approuve le projet budget.
Ce projet mené de toutes les pièces justificatives à l’autorité de tutelle (ministère intérieur)
qui fait l’approbation pour notification à l’ordonnateur.une fois le budget approuvé,
l’exécution de la dépense est possible.

3. le compte administratif

Le compte administratif retrace les recettes réalisées et les dépenses émis et visés pendant un
exercice budgétaire ses colonnes se présentent comme suit :
Les recettes :
Prévision budgétaires.
Montant des produits d’après les titres et actes justificatifs des annulations et des admissions
en non valeur.
Montant des restes à recouvrer dégagés au 31 décembre faites des annulations et des
admissions en non-valeur intervenues pendant l’année en cours.
Montant des constations nettes.
Montant des recettes réalisées.
Restes à recouvrer.
Les dépenses :
Crédits ouverts par le budget et les autorisations spéciales.
Augmentation ou réduction provenant des virements ou désaffectations au profit d’autres
rubriques.
Crédits annulés.
Dépenses engagées.
Mandats émis et visés.
Crédits annulés.

Le résultat budgétaire de la gestion est déterminé par la différance entre les recettes
réalisées et les dépenses émises et visées de la première partie du budget qui fait ressortir un
excédent qui est rapporté à la deuxième partie du budget. Récapitulation globale des recettes
et des dépenses (1er partie et 2eme partie) dégage l’excédent général de l’année.
Le compte administratif est soumis au vote du conseil municipal lors de la session ordinaire
du mois de février de chaque année, pendant cette session le conseil vote aussi la
programmation de l’excédent de la première partie ainsi que les crédits annulés de la
deuxième partie du budget.
Le compte administratif accompagné de toutes les pièces justificatives qui sont ensuite
adressés aux autorités compétentes (ministre de l’intérieur et ministre des finances) pour
approbation.
Les crédits relatifs à cette programmation sont ouverts à la 2eme partie par des
autorisations spéciales.
II. service de dépenses : traitements du personnel et agents

1-la comptabilité :

La comptabilité est une discipline pratique consistant à schématiser, répertorier et enregistrer


les données chiffrées permettant de refléter et de qualifier, pour un agent ou une entité, aussi
bien l'ampleur de son activité économique que ses conséquences sur l'inventaire de son
patrimoine.
Elle fournit le moyen de :

 connaitre le montant et l'origine des résultats ;


 vérifier le bien-fondé des décisions prises (à cet égard on peut estimer qu'il s'agit
également d'un outil concourant à la gestion et à la prévision) ;
 de suivre au jour le jour le montant de sa caisse ;
 de connaitre la valeur du patrimoine concerné et l'ampleur de ses engagements vis-à-
vis des tiers.

2-la comptabilité du personnel :

La comptabilité du personnel est responsable de l'enregistrement, la classification et la


présentation des opérations comptables relatives aux dépenses liées aux  personnels.

Le service de dépenses traitement du personnel et agents permet de gérer la gestion du


personnel de la municipalité de taourirt, parmi les dépenses on cite :

a) dépenses obligatoires

Traitement et indemnité permanentes du personnel titulaire et assimilé.

Salaires et indemnités du personnel temporaire.

Salaire du personnel occasionnel.

b) cotisation et avantages sociaux

Caisse marocaine de retraite (C.M.R) pour les titulaires.


Régime collectif d’allocation de retraite (R.C.A.R).

Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (C.N.O.P.S).

c) diverses indemnités du personnel

Indemnités pour travaux supplémentaires.

Indemnités pour travaux pénibles et salissants.

Indemnités de caisse.

Frais de transport et déplacement du personnel.

Frais de stage.

Toute dépenses du personnel (traitement des salaires, toutes indemnités, heures


supplémentaires, frais de déplacement…) sont régie par des barèmes à qu’il se référer.

3-calcul salaire d’un fonctionnaire titulaire :

A. traitement de base (TB)

Se calculer en fonction de l’indice.

Voila un CRILLE INDICIAIRE :

Echell
e 1 2 3 4 5 6 7 8 9 EXP 10 EXP
1 107 109 112 115 117 119 122 124 126 131 128 131
2 119 124 128 133 136 139 144 148 153   158  
3 126 130 134 139 146 153 161 170 175   181  
4 131 135 140 147 154 162 171 179 188   200  
5 137 141 150 157 165 174 183 192 201   220  
6 151 161 173 185 197 209 222 236 249   262  
7 177 193 208 225 242 260 277 291 305   318  
8 207 224 241 259 276 293 311 332 353   373  
9 235 253 274 296 317 339 361 382 404   438  
10 275 300 326 351 377 402 428 456 484 564 512 564
11 336 369 403 436 472 509 542 574 606 704 639 704
Selon l’indice on applique la règle suivante :

1 à 100*98,85

101 à 150*79,62

+150*50,92

Exemples :

●Echelle 10, 2eme échelon indice : 300

100*98,85=9 885,00

50*79,62= 3 981,00

(300_150)*50,92=7 638,00

Le traitement de base global égale : 9 885,00+3 981,00+7 638,00=21 504,00

●Echelle 11, 8eme échelon indice : 574

100*98,85=9 885,00

50*79,62= 3 981,00

(574_150) *50,92=21 590,08

Le traitement de base global égale : 9 885,00+3 981,00+21 590,08=35 456,08

●Echelle 5, 3eme échelon indice : 150

100*98,85=9 885,00

50*79,62= 3 981,00

Le traitement de base global égale : 9 885,00+3 981,00=13 866,00

●Echelle 5, 2eme échelon indice :

100*98,85=9 885,00

(141_100)* 79,62= 3 264,42

Le traitement de base global égale : 9 885,00+3 264,42=13 149,42

B. les indemnités statuaires

Se sont des indemnités fixées par l’Etat selon le cadre.


Cadre administratif

Echelle ind sujest ind spécial ind encad ind hiéra


1 3 660,00      
2 3 660,00      
3 3 660,00      
4 3 660,00      
5 3 660,00     21 288,00
6 3 660,00     22 512,00
7 3 660,00     25 536,00
8 3 660,00     28 596,00
9 3 660,00     30 960,00
10 17 400,00 30 120,00    
10* 17 400,00 31 320 10 596,00  
11 17 400,00 50 124,00 18 780,00  
11* 17 400,00 55 596,00 55 800,00  
11** 17 400,00 66 120,00 94 200,00  

Cadre technique

Echelle ind téch ind spécial ind encad


8 28 596,00    
9 30 960,00    
10 30 036,00 19 200,00  
10* 31 824,00 19 200,00 21 480,00
11 54 120,00 19 200,00 22 200,00
11* 58 032,00 19 200,00 81 240,00
11** 71 544,00 19 200,00 106 800,00

C. indemnité de résidence

Le traitement de base global*10% si l’échelle est inferieur ou égale 6.

Le traitement de base global*15% si l’échelle est supérieur ou égale 7.

D. indemnité familiale

200,00 par enfant mensuellement pour le 1°, 2°, et le 3°.

36,00 par enfant mensuellement pour le 4°,5°, et le 6° a concurrence de 6.

La somme du traitement de base global est les indemnités égales EMOLUMENTS

ANNUELS.

E. rémunération brute 

Emolument annuels/12(mois).

F. retenue pour pension : CMR

CMR : caisse marocaine de retraite

CMR= (TB + 10% TB + 100% Ind statuaires)*10% /12.


G. assurance maladies obligatoires

AMO= (assiette CMR)* 2, 5% /12.

Min=70, 00

Max=400, 00

H. secteur mutualiste

SM = TB*1,80% / 12.

Le SM ne doit pas être supérieur à 50,00.

I. C.C.D

C.C.D = TB*1% / 12.

Le C.C.D ne doit pas être supérieur à 15,00.

J. impôt sur le revenu (IR)

Emolument annuel imposable (E A I) = E A _ Ind familiale

E A I _ ((E A I*20%) + (CMR*12) + (AMO*12) + (SM*12) + (CCD*12))

1_ voir tableau des tranches

2_ appliquer le taux et l’abattement

3_ divisé sur 12 mois

4_ voir état civil et retrancher 30,00 par situation (enfant et femme) a concurrence de 6.

IGR

Tranche Taux Abattement


30 000,00 0 -
30 001 50 000 10% 3 000,00
50 001 60 000 20% 8 000,00
60 001 80 000 30% 14 000,00
80 001 180 000 34% 17 200,00
180 001 ++ 38% 24 400,00
Cas d’application :

Rédacteur 3° grade ; échelle 9, 9° échelon, indice 404

Marie, 01 enfant.

TB

100*98,85 = 9 885,00

50*79,62 = 3 981,00

254*50,92 = 12 933,68

Le traitement de base global =9 885,00 + 3 981,00 + 12 933,68 = 26 799,68

Indemnité de résidence

26 799,68*15% = 4 019,96

Indemnité familiale

200,00*12 = 2 400,00

C.M.R

C.M.R = (26 799, 68 + (26 799, 68*10%) + ((30 960, 00 + 3 660, 00)*100%))*10% / 12

= 64 099, 65*10% / 12 = 534, 17

AMO

AMO = 64 099, 65*2, 5% / 12 = 133, 55

S.M

S.M = 26 799, 68*1, 80% / 12 = 40, 20

C.C.D

C.C.D = 26 799, 68*1% / 12 = 22, 34>15, 00 donc C.C.D = 15, 00

I.R

E.A.I = 67 839,64 – 2 400,00 = 65 439,64

↔ 65 439,64 – (65 439,64*20%) – (534,17*12) – (133,55*12) – (40,20*12) – (15,00*12)

= 43 676,67
(43 676,67*10%) – 3000,00 = 1 367,67/ 12 = 113,98

↔ 113,98 – (30,00*2) = 53,98

Après toutes ces opérations de calcul du salaire des personnels et les prélèvements
(C.M.R, IR, A.M.O, S.M, C.C.D…) qui sont effectués par les personnels du service de
comptabilité à traves l’utilisation d’un logiciel qui facilite et simplifier l’opération. Les états
d’engagements, bordeaureux de versement mensuel, états normatifs de paiements ainsi que les
états normatifs de cotisations, doivent être imprimés en trois exemplaires les bien classer et
organiser par la suite.

Ces trois exemplaires qui sont menées de toutes les pièces justificatifs, doivent être
caché et signé par le responsable délégataire. De là, un exemplaire sera envoyé à rabat et les
deux autre à la caisse de la municipalité qui prend en charge le versement des mandats dans le
comptes bancaire de chaque fonctionnaire qu’on appelle aussi le RIB (24 chiffre, relevé
d’identification bancaire).

Voila un exemple d’ETAT D’ENGAGEMENT qui résume tous ces opérations :


Royaume du Maroc ETAT D’ENGAGEMENT
Ministère de l’intérieur 450
INDICE : ……………….
Province de Taourirt 1978
Année de naiss :……………….…….
MARIE
Etat Civil :……………….……………... Nom et Prénom :…………………………….……………….
Municipalité de Taourirt Nbre Enfant :…………………...….…………
1 Rédacteur 3° Grade
Garde et résidence :…………………………….………….
……………………………………………………….. Nouvelle situation :…………………………….…………..
Exercice : 2013 ECHELLE : 9 ; 9 ECHELON ; Indice 404
………………………………………………………..
Sect. 0.2 Ancienne situation :…………………………….………….
………………………………………………………..
Cha : 10 Art : 20 Para : 11 ECHELLE : 9 ; 9 ECHELON ; Indice 404
………………………………………………………..
Date d’effet : 01/01/2013 Situation du Conjoint :…………………………….……..

DECOMPTE ANNUEL COMPARE DES EMOLUMENTS NOTES PARTICULIERES


MONTANT ANNUEL
DIFFERENCE
ANCIEN NOUVEAU ENGAGEMENT
Traitement de base global 26 799,68
…………… 26 799,68
…………… …………
Supplément de salaire …………… …………… …………
…………… …………… ………… CALCUL DU PRELEVEMENT
Indemnité de T.P
…………… …………… ………… Brut Mensuel 5 653,31
………………
Indemnité de résidence 4 019,96
…………… ……………4 019,96 ………… ………………
C.M.R. 534,17
………………
Indemnité hiérarchique 30 960.00
…………… 30 960.00
…………… ………… à ………………
Mutuelle 188,75
………………
Indemnité de sujestion 3 660.00
…………… ……………3 660.00 ………… ………………
I.R 53,98
indemnite de technicite …………… …………… ………… ………………
………………
d Rachat
…………… …………… ………… ………………
Indemnité familiale A.O.S.F.M.T ………………
…………… …………… ………… é ………………
Indemnité de Fonction 2 400.00
…………… ……………2 400.00 ………… Fondation H II ………………
………………
Indenmité d'encadrement …………… …………… ………… d ………………
Prél.AID.ADHA ………………
Prime d'ancienneté …………… …………… ………… u ASS.CHAABI
………………
………………
IND.COMP …………… …………… ………… ………………
…………… …………… ………… i EQDOM ………………
. ………………
Indemnité Trav. Spéciaux …………… …………… ………… r
WAFASALAF ………………
………………
…………… .................... ………… ………………
e ……..
…………… .................... ………… ………………
…………… .................... ………… ………………
………………
…………… .................... ………… ………

…………… .................... ………… NET MENSUEL 4 876,41


ENGAGEMENT
…………… .................... …………
…………… .................... ………… Du …………………AU ………………………...
…………… .................... ………… Soit………………M ……………….=…………..
……….…. .................... …….…… RAPPEL
EMOLUMENTS ANNUELS Du ……………….. TAOURIRT, le :
67 839,64
……………..………
67 839,64
……………..……… …...……..………
Au ……………….. LE PERCEPTEUR
Soit j mois
Rémunération brute
5 653, 31
.................................. 5 653, 31
.................................. .............................

534,17
.................................. ............................. ……………………..
Retenue pour pension 534,17
..................................

…………………..… …………………..… …………………. …………………..…


Rémunération nette nouvelle 5 119,14 5 119,14
…………………… …………………… . ……………………
A …………………… …………………… ………………… ……………………
I.R 53,98
…………………… 53,98
…………………… ………………… …………………… TAOURIRT, le :
d AMO 133,55
…………………… 133,55
…………………… ………………… ……………………
G Mut Sect mut 40,20 40,20 L’ORDONNATEUR
é …………………… …………………… ………………… ……………………
C.C.D
d
Rachat
15,00
…………………… 15,00
…………………… ………………… ……………………
u …………………… ……………. …………….. …………….
A.O.S.F.M.T
i …………………… …………………… ………………… ……………………
Prél.AID.ADHA
r …………………… …………………… ………………… ……………………
Assalaf Chaabi
e
EQDOM …………………… …………………… ………………… ……………………

WASALAF …………………… …………………… ………………… ……………………


…………………… …………………… ………………… ……………………
…………………… …………………… ………………… ……………………
………………..….. …………………… ………………… ……………………
……..… ………………. ……..…
……
NET A PAYER 4 876,41 4 876,41

III_ service de dépenses de fonctionnement et d’équipement

On distingue deux catégories de dépenses qui impliquent une gestion rigoureuse de la


part de ce service :

 Les dépenses de fonctionnement : sont conditionnées par les besoins de la


commune pour fonctionner au quotidien (entretien de bâtiment, de voiries,
salaires des employés municipaux, subvention aux associations, etc.…) ;

 Les dépenses d’investissement : traduisent la politique décidée par la


municipalité (construction d’équipements sociaux, sportifs, culturels,
aménagement de nouveaux quartiers, etc.…).

1_ règles relatives aux opérations de dépenses

Les dépenses  doivent être prévues à leur budget et être conformes aux lois et
règlements. Sauf dérogation prévue par les textes, toutes dépenses sont, à la diligence de
l’ordonnateur, engagées, liquidées et mandatées.

a) l’engagement : est l’acte par lequel la collectivité locale crée ou constate une
obligation de nature à entrainer une charge.

● Il ne peut être pris que par l’ordonnateur agissant en vertu de ses pouvoirs.

● Il ne doit rester dans la limite des autorisations budgétaires et demeurer subordonné


aux décisions, avis ou visas prévus par les lois et règlements.

b) la liquidation : a pour objet de vérifier la réalité de la dette et d’arrêter le montant


de la dépenses.

● Elle est faite par le chef du service compétent, sous sa responsabilité, au vu des titres
établissant les droits acquis aux créanciers.

c) le mandatement : est l’acte administratif donnant, conformément aux résultats de


liquidation, l’ordre de payer la dette de la commune ; cet acte incombe à l’ordonnateur.

● Les ministres de l’intérieur et des finances dressent, par voie d’arrêté conjoint, la
liste de dépenses qui peuvent être payées sans mandatement préalable.
● La remise aux bénéficiaires des mandats de paiement est faite par les ordonnateurs
et sous leur responsabilité.

● Cette remise s’opère contre décharge, après reconnaissance de leur identité ou de la


régularité des pouvoirs de leur représentant.

● Les mandats ne peuvent être payés qu’après visa du comptable assignataire de la


dépense.

d) le paiement : est l’acte par lequel la commune se libère de sa dette. Sous réserve
des exceptions prévues par les lois et règlements, le paiement ne peut intervenir avant, soit
l’exécution du service, soit l’échéance de la dette, soit la décision individuelle d’attribution de
subvention ou d’allocation. Toutefois, des avances peuvent être consenties au personnel par
voie de mandatement direct.

● La commune peut consentir des acomptes ou avances aux fournisseurs et


entrepreneurs dans les mêmes conditions que colles fixées par l’Etat.

2_ fonctions du service

Placé sous la responsabilité d’un chef de service, le service de dépenses de


fonctionnement et d’équipement est chargé :

♦ Du suivi des achats courants réalisés par la Commune Urbaine ;

♦ Du suivi des consommations des biens et services achetés par la Commune Urbaine ;

♦ De l’exécution comptable et réglementaire des engagements ainsi que de leur suivi.

♦ De définir, de proposer, de suivre et de rendre compte des engagements et des


investissements de la Commune ;

♦ De centraliser les informations nécessaires à la préparation et à la réalisation du


budget au plus prés des prévisions ;

♦ De la gestion de la dette et des emprunts de la commune, en relation avec les


organismes et les services concernés ;

♦ De permettre d’effectuer un rapprochement entre dépenses et recettes en relation


avec les services compétents et la recette Municipale ;

♦ De fournir les données permettant d’effectuer un contrôle efficace de la bonne


gestion de la Commune ;

♦ Du suivi comptable et administratif des dépenses réalisées par lettre-commande ou


marché public ;

♦ A la finalisation de toute convention ou contrat engageant la Commune Urbaine.


3_ procédure de la gestion des dépenses

Cas d’achat de matériels et fournitures :

 procédure d’engagement

Le service de dépenses veille à examiner les devis des fournisseurs antérieurement

sélectionnés par le service des marchés, en choisissant la meilleure offre ou le moins disant
de ces derniers.

Et préalablement à tout engagement, le service veille au contrôle de la régularité de la dépense


et sa bonne imputation sur des crédits disponibles suffisants. Ce contrôle s’exerce par un visa
donné sur une fiche dite de proposition d’engagement et sur les pièces justificatives qui lui
sont jointes : le bon de commande, une fiche navette et les devis des fournisseurs (voir
annexe) ; ou par un refus de visa motivé.

Un délai de 5 jours ouvrables est laissé au receveur pour donner ce visa, le refuser ou faire
connaître ses observations.

Ainsi, la fiche de proposition d’engagement doit être renvoyée au receveur après exploitation
par l’ordonnateur.

Ensuit, le service est tenu, avant la réception des fournitures, de notifier avec l’approbation,
au fournisseur concerné (choisi), les références de la certification apposée sur la « fiche
navette ».

 Procédure de liquidation et mandatement

La liquidation de la dépense ne peut avoir lieu qu’après constatation des droits


des créanciers. Cette constatation résulte, soit d’un certificat attestant l’exécution du service,
soit d’un décompte exprimé en quantité et en montant des fournitures livrées. Les mémoires
et factures présentent ce décompte doivent être totalisés en chiffre et arrêtés en toutes lettres,
datés et signé par les créanciers qui doivent y porter, en outre, l’indication de leur adresse et
de leur identité bancaire.

Le chef du service de dépenses vérifie si les dépenses liquidées ont été préalablement
engagées dans les formalités réglementaires.

Il vérifie également les calculs et décomptes ainsi que la régularité des pièces justificatives.

Les dépenses liquidées donnent lieu à un mandatement.


A ce stade, le service remplit une ordonnance ou ce que l’on appel mandat de paiement (voir
annexe) qui est datée et porte un numéro d’ordre d’une série unique et ininterrompue par
année budgétaire.

NB : Les autres dépenses suivant les mêmes règles que celle de l’exemple. Ce qui diffère, ce
sont les pièces justificatives relatives à l’engagement.
Conclusion

La mise en stage est une initiative parfaite qui ouvre la porte face à tout stagiaire de tester
et d’amplifier ses connaissances et aussi à vivre réellement le champ professionnel.

Il est indéniable que la période du stage était considérablement exceptionnelle pour


consolider et mobiliser les compétences acquises au cours de la période de formation.

Le stage que j’ai effectué à la Commune Urbaine de taourirt a été une opportunité très
intéressante puisqu’il m’a permis, d’une part d’approcher la monde professionnel, et
accumuler des connaissances pratiques sur la gestion des collectivités locales et leur
participation à la promotion tout sur le niveau commercial, culturel et socio-économiques
d’autre part.

En général, ce stage m’a été très bénéfique.


Annexe

Etat d’engagement.

Fiche de navette.

Fiche de proposition d’engagement.

Bon de commande.

Mandat de paiement.