Vous êtes sur la page 1sur 10

PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE

Dr DOUAGUIBE/ Pr AKPADZA

PLAN
INTRODUCTION
I. PHYSIOPATHOLOGIE
II. CONSEQUENCES DU PALUDISME
III. DIAGNOSTIC
IV. TRAITEMENT
1. CURATIF
2. PREVENTIF
CONCLUSION

Objectifs :
1. Citer trois conséquences maternelles du paludisme
2. Citer trois complications fœtales liées au paludisme
3. Énumérer trois signes de paludisme simple pendant la grossesse et
deux formes clinique de paludisme grave
4. Décrire le protocole de Traitement Préventif Intermittent (TPI) au
cours des consultations prénatales

INTRODUCTION

Définition -Intérêt 
C’est l’infection par un parasite ; le plasmodium falciparum de la femme au cours
d’une grossesse.
En région d’endémie palustre et particulièrement en Afrique tropicale, le
paludisme est fréquent chez les femmes enceintes et souvent grave pour elles-
mêmes et leur grossesses : 200 000 morts de nouveau-nés chaque année en raison
de la présence de paludisme pendant la grossesse. Le paludisme et la grossesse
s’influencent mutuellement l’un sur l’autre.  La grossesse par la diminution des
défenses immunitaires rend la femme enceinte plus fragile ; plus vulnérable au
paludisme. Le paludisme transforme une grossesse normale en une grossesse
pathologique.
Chaque année, plus de 30 millions de femmes africaines qui vivent dans des
régions endémiques de paludisme tombent enceintes et risquent de subir des
infections de Plasmodium falciparum.
Le diagnostic est facile et doit être rapide pour une prise en charge thérapeutique
urgente pour les femmes enceintes malades. Il n’y a pas de vaccin à ce jour d’où la
prévention doit être de mise chez toute femme enceinte.

I - PHYSIOPATHOLOGIE
Le vecteur : un moustique

Genre : Anophèles femelle hématophage


Forte activité nocturne
Capacité de transmission très élevée en Afrique tropicale

Cycle parasitaire chez le vecteur d’une durée de 10 à 15 jours


Physiopathologie

Paludisme à Plasmodium falciparum

Séquestration placentaire hématies parasitées

Intégrité placentaire altérée

Transport réduit d'oxygène et de nutriments

Anémie Faible poids de naissance


Chez le nouveau-né

Risque de mortalité de la mère et/ou de l’enfant

II CONSEQUENCES DU PALUDISME

1. Conséquences du paludisme chez la femme enceinte en Afrique tropicale :

 Fréquence portage des parasites


 Densité parasitaires
 Fréquence de fièvre palustre
 Anémie
 décès

Ces conséquences sont toutes plus fréquentes et plus marquées chez les primigestes en zones
de transmission saisonnière.
2. Conséquences du paludisme sur la grossesse et l’enfant en Afrique tropicale :
En Afrique tropicale, le paludisme cause 100.000 décès in utero ou néonatals, et
150.000 nouveau-nés de faible poids de naissance

 Avortement
 Accouchement prématuré
 Mortalité in utero
 Faible poids de naissance
 Mortalité néonatale
 Paludisme congénital
 Altération du développement
 Mortalité infantile
Ces conséquences sont toutes plus fréquentes chez les enfants des primigestes, et en zone de
transmission saisonnière (paludisme instable)

26
III-DIAGNOSTIC POSITIF

A-Formes cliniques du paludisme :


1-Accès non compliqué
Incubation d’une dizaine de jours la primo-infection se manifeste par :
Début brutal avec frissons, fièvre » 39°c, troubles digestifs, céphalées ; toux, tableau
clinique parfois trompeur
2-Acces grave :
• Accès grave : l’anémie
• Accès grave : le neuropaludisme
• Évolution d’un accès simple qui n’a pas été traité à temps
• Coma fébrile, souvent précédé de prostration et de convulsions.
• Micro thromboses dans les capillaires cérébraux,
• œdème, désordres métaboliques.
• En absence de traitement efficace, mort en quelques heures
3- Autres Complications
• Détresse respiratoire
• Œdème aigu du poumon
• Collapsus circulatoire
• Hypoglycémie
• Acidose métabolique
• Insuffisance rénale aigue

B-Diagnostic biologique
Si symptomatologie clinique évocatrice de paludisme (fièvre), chercher en urgence à réaliser
une confirmation biologique : GE+ frottis ; TDR
IV - TRAITEMENT

Les femmes enceintes atteintes de paludisme symptomatique doivent être traitées d'urgence
Le traitement vise à entièrement soigner l'infection, vu que tout niveau de parasitémie a des
conséquences pour la mère et le fœtus.
BUTS :
 Assurer la prophylactie
 Traiter la malade et prévenir l’évolution vers des complications
 Baisser la fièvre
 Traiter les complications
MOYENS
Médicamenteux :
 La quinine est une alternative dans les régions où ni la chloroquine ni les SP ne sont
efficaces, et c'est le médicament de choix pour le traitement de paludisme sans
complication au cours du premier trimestre de la grossesse.
 sulfadoxine-pyriméthamines (SP), ce médicament est le médicament recommandé pour
le traitement de paludisme sans complication.
 Artemisine Combination Therapy (ACT ): artemether + lumefantrine, artesunate +
amodiaquine ; artesunate
 Le fer
 Antipyrétiques : Paracétamol
Mesures hygiéno-diététiques (cf prévention)

INDICATIONS

1-Traitement curatif du paludisme

• Urgent
• Après confirmation du paludisme si possible
• Par un antipaludique reconnu pour son efficacité
Quels antipaludiques choisir ?

 En cas d’accès palustre non compliqué : ambulatoire


- Artemisine Combination Therapy (ACT) efficace, emploi aisé, bien toléré, coût
acceptable : Coartem© (artemether + lumefantrine)
- Quinine comprimé (quinimax)
 En cas de signe de gravité : hospitalisation
– artesunate (iv ou im)
– artemether (im)
– quinine (iv ou im)

Puis relais thérapeutique per os par ACT ou la quinine comprimé

Traitements associés
Les anémies doivent être prises en charge par suppléments de fer/d'acide folique ou
transfusion sanguine en cas d’anémie sévère
La fièvre doit être baissée par paracétamol
De même que les troubles digestifs comme vomissement par les antiémétiques

2- Traitement Préventif du paludisme


- Prévention anti vectorielle
- Prévention médicamenteuse

 Prévention anti vectorielle du paludisme

 Destruction des gites vectorielle


 Moustiquaire imprégnée efficace si bien utilisée.
La prévention du paludisme au cours de la grossesse inclut l'emploi de moustiquaires traitées
aux insecticides. Les femmes doivent être encouragées à utiliser ces moustiquaires aussitôt
que possible au moment d'une grossesse, pendant toute la grossesse, et au cours de la période
de postpartum

 Prévention médicamenteuse du paludisme chez les femmes enceintes

 Traitement préventif intermittent (TPI) dans le cadre des consultations prénatales par :

– sulfadoxine-pyriméthamine (3 cps en 1 prise) : 1 dose à chaque visite prénatale


programmée après le 1er trimestre de la grossesse ; au deuxième trimestre après les
mouvements actifs fœtaux.
Le traitement préventif intermittent peut réduire l'anémie maternelle et l'insuffisance de
poids à la naissance de manière significative.
Les femmes doivent recevoir au moins deux doses de traitement préventif intermittent,
avec un mois au moins entre chaque dose. Le traitement préventif intermittent peut être
administré sous observation directe en clinique, ou il peut être distribué dans la
communauté.
L'OMS recommande un programme de quatre visites de soins prénatals, avec trois visites
après mouvements actifs. L'administration d'un traitement préventif intermittent lors de
chaque visite prévue après mouvements actifs permet d'assurer qu'une grande proportion de
femmes reçoit au moins deux doses.

NB : L'infection à VIH réduit la capacité d'une femme enceinte de contrôler les infections de
Plasmodium falciparum. Les femmes atteintes d'infection à VIH sont par conséquent plus
susceptibles aux infections symptomatiques et d'avoir plus de résultats de naissance
indésirables associés au paludisme. Trois doses au moins de traitement préventif intermittent
sont nécessaires pour obtenir une protection maximum. Dans les régions où la prévalence de
VIH chez les femmes enceintes est >10 %, une troisième dose de ce traitement doit être
administrée au cours de la dernière visite de soins prénatals prévue.

CONCLUSION

Les pertes fœtales, accouchements prématurés et décès peuvent être évités grâce à une
identification rapide de la maladie, suivie par un traitement sans délai et de haute qualité du
paludisme.
• Les femmes enceintes doivent dormir sous une moustiquaire traitée aux insecticides.

• Un traitement préventif intermittent a un impact bénéfique sur la santé de la mère et du


nouveau-né.