Vous êtes sur la page 1sur 13

Les

Sociétés
d'investissements
Sommaire :
Section I : Introduction général
1.  Les services financières de sociétés d’investissement :
2.  Offre principale de service :
3. Offre publique d’achat (OPA) :

Section II : Les différents types de société


d’investissement :
A. Les sociétés d'investissement à capital fixe(SICAF) :
1. Définition :
2. Législation relative aux SICAF
3. Avantage :
4. Limite :
B. Les sociétés d'investissement à capital
variable(SICAV)
1. Définition
2. Législation relative aux SICAV
3. Avantage :
4. Limite :
C.Les sociétés d'investissement à capital risque
(SICAR) :
1. Définition
2. Législation relative aux SICAF
3. Avantage :
4. Limite :
D. Liste des Sociétés d'investissement en
Tunisie :
Section I : introduction général :
 Une société d'investissement (société de gestion et de portefeuille)
est un organisme de placement qui a la forme d'une société
anonyme ou d'une société en commandite par actions. Elle a donc
une personnalité juridique.
 Cette société détient des participations dans d'autres sociétés.
 Elle peut être nationale ou internationale, et plus ou moins
diversifiée, selon les secteurs d'activité dans lesquels elle investit.
Chaque actionnaire de la société d'investissement reçoit un nombre
de parts proportionnel au capital qu'il apporte; les revenus encaissés
par la société d'investissement sont soit distribués (c'est-à-dire qu'ils
servent à rémunérer ces actionnaires), soit réinvestis.
 Le capital des sociétés d'investissement peut être fermé, peu
d'informations sur ces firmes sont alors disponible au public. Par
contre, si ce sont des sociétés ouvertes, cotées en Bourse, elles
doivent se plier aux normes de divulgations d'information aux
actionnaires en vigueur dans le pays où elles sont cotées.
1.  Les services financières de sociétés d’investissement :
 Elle dispose une autorisation de l’ AMF pour distribuer
des services financiers tels que :
-les placements ;
-une exécution d’ordres boursiers pour le compte d’investisseurs ;
-la gestion de portefeuille ou le wealth management ;
-le capital risque ;
-les fonds d’investissement ;
-la négociation commerciale en ipo ou le fusac.
2.  Offre principale de service :
 L’objectif d’une entreprise d’investissement est de dégager le
maximum de revenus du capital par une stratégie du moindre effort
et au moindre risque accompagnant une diversification du
portefeuille.

Il existe des entreprises d’investissement par spécialisation : immobilier


haut de gamme, industrie du luxe, secteur pharmaceutique, énergie
verte, start-up technologique, etc.
 Les banques ou les assureurs interviennent à la fois comme
concepteurs, opérateurs et distributeurs de service financier.

Les frais de gestion, l’historique des rendements, la typologie des risques,


le caractère non captif – les conditions de sortie – et les retours
d’expérience forment les principaux indicateurs permettant de comparer
les entreprises d’investissement.

Plus les rendements sont élevés, plus les risques ou les coûts sont alors
exponentiels.

3. Offre publique d’achat (OPA) :

 Les sociétés d'investissement peuvent parfois prendre part à des


offres d'achat hostiles (OPA), ou non-sollicitées sur des sociétés
cotées en bourse en offrant aux actionnaires une plus-value, parfois
importante, afin de les inciter à déposer leurs actions. Lorsque la
transaction est complétée, la cote est retirée de la bourse et le bilan
et les états financiers sont intégrés à ceux de l'acquéreur.

Section II :Les différents types de société


d’investissement :

A. Les sociétés d'investissement à


capital fixe(SICAF) :
1. DEFINITION :
La création, le fonctionnement et la liquidation de la SICAF est réglementé pour
la première fois par la loi n° 59-29 du 12 février 1959. Après une période de 30
ans, la loi n° 88-92 du 2 aout 1988 portant sur les sociétés d'investissement mis
en même coup SICAF et SICAV.

A la création du SICAF un capital est investi et se capital n'évoluera pas


jusqu'à sa liquidation ( à l'exception des plus-values et dividendes qu'elle
engendre).
Le but d'une SICAF est de diversifier les investissements de son capital pour
limiter les risques de ses actionnaires et ainsi augmenter les bénéfices engrangés
sur le long terme en bourse.
2. Législation relative aux SICAF
Les SICAF doivent satisfaire les conditions suivantes :

 Le capital minimum ne peut être inferieur à 500000 DT.

 Elles ne peuvent posséder d'immeuble que ceux nécessaire à


leur fonctionnement.

 Leurs statutspeuvent prévoir un capital déclaré, le capital


souscrit ne peut être inferieur au tires du celui déclaré.

Il est à noter que l'investissement dans les SICAF est exonéré du revenu
imposable jusqu'à 50% permettant ainsi aux actionnaires de réaliser des
placements variés avec un cout faible grâce à la répartition des frais de gestion
sur un grand nombre des titres.

Une SICAF n’est pas autorisée à modifier son capital sans revoir ses statuts. Une
SICAF est en effet une société d’investissement collective qui, est cotée et
s’échange uniquement en bourse. Son cours varie donc selon la loi de l’offre et
de la demande.

Un nombre constant d’actions :

Le nombre d’actions en circulation dans une SICAF reste constant, à moins que
son capital ne soit revu à la hausse grâce à une augmentation officielle de
capital. Il s’agit cependant de la seule mesure qui permette une telle
augmentation. Si vous décidez d’entrer ou de sortir d’une SICAF, vous ne
payerez aucuns frais spécifiques. Les frais de gestion, en revanche, restent
obligatoires. Vous avez reçu votre dividende annuel ? Vous payerez dans ce cas
le précompte mobilier de 30 %.

3. Les avantages
La SICAF peut aussi :

o Aider à concevoir et réaliser des PME.


o Assister les entreprises dans les études financières, technique et
économiques et leur proposer des conseils juridiques et des appuis
logistiques.
B. Les sociétés d'investissement à
capital variable(SICAV) 
1. Définition
Instituées en Tunisie par la loi n° 88-92 du 2 aout 1988 sur les sociétés
d'investissement.
Les sociétés d'investissement à capital variable (SICAV) font partie, avec
les fonds communs de placement (FCP), de la famille des organismes de
placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM).
Une SICAV est une société qui a pour objectif de mettre en commun les risques
et les bénéfices d'un investissement en valeurs
mobilières (actions, obligations…), titres de créances négociables, repos et
autres instruments financiers autorisés soit par la règlementation soit par les
statuts de la SICAV. D'un point de vue juridique, les SICAV ont une
personnalité morale. La société dispose d'un conseil d'administration et les
actionnaires de la SICAV bénéficient d'un droit de vote à l'assemblée générale
annuelle.
La SICAV est fondée par un établissement de crédit nommé promoteur et un
dépositaire qui assume le contrôle de la régularité des décisions de gestion.

2. La Pratique en Tunisie
Qu’entend-on exactement par l’expression « capital variable » ?

Pour mieux la comprendre, il faut savoir que le capital d’une SICAV augmente
ou diminue selon que les investisseurs y entrent où en sortent. Lorsqu’un
investisseur décide de quitter la SICAV, celle-ci dépense une partie de son
capital pour racheter ses actions. En tant qu’investisseur, vous êtes libre d’entrer
ou de sortir d’une SICAV quand vous le souhaitez, mais vous pourrez devoir
payer des frais d’entrée ou de sortie en plus des habituels frais de gestion.

En Tunisie, il existe deux catégories des SICAV :

o Les SICAV obligataires (au nombre de 17)

o Les SICAV mixtes (au nombre de 18) investies en actions et obligations.

3. Législation relative aux SICAV


Les SICAV présentent les caractéristiques suivantes :
-La SICAV ne peut émettre ni des emprunts obligataires ni contracter des crédits
sous n'importe qu'elle forme. Donc, ces ressources sont constituées par leurs
fonds propres.

-D'après la loi 95-87 du 30 octobre 1995 le capital des SICAV ne peut être
inférieur à 300000 DT en liquidité. Après fonctionnement le montant du capital
ne peut être inférieur à 200000 DT.

-La SICAV fonctionne sur la base de la valeur liquidative. Cette dernière est
obtenue en divisant l'actif net par nombre d'action en circulation.

-Le portefeuille détenu par les SICAV doit être déposé aux près d'un ou
plusieurs établissements bancaires. Cette obligation trouve son justification dons
la volonté du législateur d'accorder aux SICAV le maximum de sécurité et donc
de protéger les intérêts des actionnaires.

-Les SICAV représentent un efficace outil d'amortissement des risques. En


effet, la loi prévoit qu'une SICAV n'a pas le droit d'utiliser plus de 10% dans une
même valeur.

Une SICAV est un pot commun alimenté par une multitude d'investisseurs
permettant d'investir en une seule fois dans un grand nombre de titres. Certaines
SICAV investissent uniquement en actions, d'autres seulement en obligations et
d'autres SICAV investit parfois dans les deux en même temps (elles sont ainsi
appelées SICAV mixtes). Des SICAV vont se concentrer sur un secteur, un pays
ou une devise en particulier, en résumé pour bien investir son argent, il faut
diversifier ses investissements, et pour diversifier ses investissements les SICAV
sont un bon outil de départ.

 Il existe deux types de SICAV :


o La SICAV à capitalisation : les dividendes ne sont pas distribués aux
investisseurs, mais réinvestis. La formule est à recommander si vous
possédez un long horizon d’investissement. En cas de sortie, vous devrez
payer une taxe boursière.
o La SICAV à distribution : des dividendes sont distribués chaque année,
sur lesquels vous devrez payer le précompte mobilier de 30 %.
Cependant, aucune taxe boursière n’est appliquée. La formule est
conseillée si vous désirez que votre investissement génère des revenus.
4. Les avantages :
La société d'investissement à capital variable (SICAV) émet des actions et
présente certains avantages.
 La diversification
 large éventail d’instruments financiers
 Variété des secteurs
 Choix des zones géographiques
 Diversité des entreprises
 Accès à des marchés de niche ou difficilement accessibles (marchés
émergents)
 La limitation des risques
 L’expertise : Investir dans une SICAV (un fond) c’est aussi bénéficier de
l’expérience d’un gérant de portefeuille qui se charge de faire la sélection des
valeurs à votre place. Le rôle de ce gérant est de s’occuper de l’achat et de la
vente des actifs qui composent le portefeuille dans lequel l’argent est investi,
le tout dans le respect des contraintes réglementaires et contractuelles
définies en amont. Un gérant adapte la composition d’une SICAV en
fonction de l’actualité des marchés mais aussi dans certains cas de ses
propres convictions tel une analyse de marché, ceci est appelé une « gestion
discrétionnaire » et c’est également pour cette raison que certaines SICAV
offrent de meilleures performances que d’autres.
 
De la même façon que de placer son argent sur un livret A ou bien sur un LDD,
investir dans une SICAV est une solution proposée par les établissements
bancaires, si ce type d’investissement vous intéresse votre conseiller bancaire
sera très certainement disponible pour vous guider à choisir dans quelle SICAV
investir en fonction de vos besoins et de votre épargne.

5. Les inconvénients
o Droits de souscriptions
o Frais de gestion qui peuvent parfois être élevés
o Les SICAV ne sont pas cotées en bourse. Le prix diffusé, ou valeur
liquidative, correspond à la valeur du fonds divisé par le nombre de parts de
la SICAV ajustée des frais de gestion.
o Une souscription à cours inconnu (la valeur liquidative n'est connue que le
lendemain).
o Il n'est possible de négocier les SICAV qu'une seule fois par jour.
Aujourd'hui, les investisseurs se tournent vers les trackers qui présentent les
avantages des SICAV sans en présenter tous les inconvénients, notamment
en termes de liquidité et de frais de gestion.

C.Les sociétés d'investissement à


capital risque (SICAR) :
1. Définition
Actuellement sont gérées par l'Etat pour développer les régions et encourager
l'innovation. Le capital risque est le fonctionnement en fonds propres de petites
et moyennes entreprises (PME) innovantes, à fort potentiel de croissance.

Le concept de ces sociétés a évolué et actuellement, il couvre l'ensemble des


financements des PME quel que soit leur stade de développement. Le dite
évolution a donnée lieu à la notion générale de capital investissement avec ses
trois volets :

§ Capital-création lorsqu'il s'agit de nouveau projet.

§ Capital-développement lorsqu'il s'agit d'une extension.

§ Capital-transmission lorsqu'il s'agit de changement de propriétaire à la suite de


cession ou de privatisation.

2. La pratique en Tunisie
Le marché tunisien dénombre aujourd’hui trente et huit SICAR qui sont
regroupées en trois grandes catégories, selon l’origine de leurs ressources et
surtout, selon leur mode opératoire. En effet on recense actuellement 23 SICAR
bancaires, 7 SICAR régionales et 8 SICAR de groupe.
Les SICAR de banques : Au nombre de 23, ce sont des filiales de banques,
publiques ou privées, tunisiennes ou étrangères. La quasi-totalité des banques
commerciales dispose ainsi d’une ou de plusieurs SICAR, qui interviennent en
liaison étroite avec leur société mère. La défiscalisation généreuse qui a
accompagné l’émergence du secteur du capital risque a incitée toutes les
banques à promouvoir leurs propres SICAR. Du fait de leur nature, ces SICAR
s’alignent avec la stratégie de la banque mère et offrent des participations aux
clients de la banque. Ces SICAR sont aussi frileuses des projets à caractère
technologique considéré généralement à haut risque.
Les SICAR de groupe : Au nombre de 8, ce sont des filiales de grands groupes
industriels ou financiers dont les ressources proviennent des sociétés mères, et
qui financent ainsi des extensions ou des diversifications de leurs activités. Ces
SICAR ne se préoccupent pas des problèmes de sortie et sont beaucoup plus un
mode d’organisation interne d’un groupe qu’un instrument financier proprement
dit.
Les SICAR régionales : Au nombre de 7, elles sont réparties sur tout le
territoire. Créées à l’initiative des Pouvoirs publics, dans une perspective
d’aménagement du territoire et de développement régional, ce sont des sociétés
mixtes qui associent des participations de l’Etat et du secteur public à des
capitaux privés. Leur mission les conduit vers des investissements de faible
montant unitaire et risqués, ce qui pèse sur leur rentabilité. Le gouvernement
vient de décider le doublement du capital des SICAR régionales. Elles sont
désavantagées par la limitation géographique qui les condamnent à travailler le
plus pour le développement régional, la nature publique de leurs ressources, et
subissent parfois la pression des banques, qui pour l’accord d’un complément de
financement exigent souvent la participation de leurs SICAR dans le capital du
projet proposé. Ces SICAR financent des projets régionaux et pratiquent, à
l’instar des SICAR bancaires, essentiellement la participation avec des contrats
de rétrocession .

3. Législation relative aux SICAR


En Tunisie la loi n° 95-87 du 30/10/1995 réglemente ce capital risque et créé
une troisième catégorie des sociétés d'investissement à savoir la SICAR. Les
SICAR ont pour objet la participation pour leur propre compte ou pour le
compte des tiers en vue de sa rétrocession et au renforcement des fonds propres
des entreprises.

Le décret-loi n°2011-99 a modifié le champ d’intervention des SICAR ainsi que


le délai d’emploi des fonds. A cet égard, les SICAR auront pour objet la
participation, pour leur propre compte ou pour le compte de tiers et en vue de sa
rétrocession ou sa cession, au renforcement des opportunités d’investissement et
des fonds propres des sociétés «établies en Tunisie et non cotées, à l’exception
de celles exerçant dans le secteur immobilier relatif à l’habitat» (au lieu d’un
catalogue de sociétés selon le régime actuel), et ce en raison de 80% au moins de
leur capital libéré et 80% au moins de chaque montant mis à leur disposition
sous forme de fonds à capital-risque (au lieu de 65% selon le régime actuel),
autre que celui provenant de sources de financement étrangères ou des
ressources du budget de l’Etat, et ce dans un délai ne dépassant pas la fin des
deux années suivant celle au cours de laquelle le capital souscrit a été libéré ou
celle du paiement de chaque montant mis à leur disposition (au lieu de la fin de
la première année suivant celle de la libération ou le paiement selon le régime
actuel).
Les participations des SICAR doivent notamment faire l’objet de conventions
avec les promoteurs fixant les modalités et les délais de la réalisation des
opérations de rétrocession ou de cession. A cet effet, aucune SICAR ne peut
détenir à elle seule la majorité du capital.
En outre, la gestion des ressources spéciales mises à la disposition des SICAR à
gérer pour le compte des investisseurs avertis, qui seront définis par décret, est
soumise à une déclaration au Conseil du Marché Financier (CMF). En effet, les
SICAR devraient informer le CMF de leurs règles de gestion.

4. Les caractéristiques de financement par les SICAR


1- Un financement en vrais fonds propres :
2- Un financement sans garantie 
:3- Un financement original 
:4- Le remboursement des capitaux :
5- Le partage du risque :
5. Limite
-L’obligation aux SICAR de n’utiliser que les actions ordinaires comme principal
instrument financier, alors qu’il existe d’autres instruments à même de développer
le métier mais qui ne sont pas prévus par la législation, selon ses propos.
E. Quelques Sociétés d'investissement en
Tunisie :
SIM SICAR : Sosiété d'Investissement Moderne
La SIM SICAR, filiale de la Banque de l'Habitat, créée le 28/03/1997 avec un capital social de 10.000.000 D porté ensuite à
18.000.000 D. C'est une société d'investissement à capital risque qui prend part au développement d'un tissu économique
moderne et intégré

SICAV BH PLACEMENT (Société d'Investissement à Capital Variable)


SICAV BH PLACEMENT (Société d'Investissement à Capital Variable) est un organisme de placement
collectif en valeurs mobilières dont l'actif est composé d'actions cotées et d'obligations. Promoteur :
Banque de l'Habitat. Gestionnaire : SIFIB-BH. Dépositaire : Banque de l'Habitat. Directeur Général :
Mr. Béchir CHAARI. Les souscriptions au capital de la SICAV BHP, ainsi que les rachats s'effectent
auprès des points de vente de la Banques de l'Habitat.
Son objet principal est de présenter aux épargnants un produit de placement collectif privilégiant la
sécurité, la qualité, la liquidité et le rendement.
SICAV BH OBLIGATAIRE (Société d'Investissement à Capital Variable)
La Société Epargne Invest SICAF-BH, filiale de la Banque de l'Habitat, créée en 1996, est une société d'investissement à
capital risque qui répond à la volonté des pouvoirs publics, de développer un tissu économique moderne et intégré et qui a pour
objet la participation, pour son propre compte ou pour les comptes de tiers et en vue de rétrocession, au renforcement des
fonds propres des entreprises.

CIF-SICAF

Lancé en 1994 dans une conjoncture favorable à l'investissement boursier, le Comptoir


d'Investissement et de Financement- SICAF (CIF-SICAF) est de nature à développer les
transactions boursières et à accroitre les investissements ainsi que la réalisation de
nouveaux projets économiques. CIF-SICAF assure une gestion dynamique d'un portefeuille
de valeurs mobilière en choisissant des valeurs sûres inscrites à la côte permanente de la
bourse et en effectuant des placements selon les meilleures opportunités financières.

Vous aimerez peut-être aussi