Vous êtes sur la page 1sur 97

SECTION DE GENIE MECANIQUE

SEMESTRE 6

COURS DE TURBOMACHINES HYDRAULIQUES

CHAPITRE I : INTRODUCTION

Prof. François Avellan


Turbomachines hydrauliques Introduction

Machines hydrauliques I Page 2


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION ............................................................................................................................5
1 Domaine des turbomachines hydrauliques ................................................................................... 5
1.1 Secteurs d’application des turbomachines hydrauliques ......................................................... 5
1.2 Production d’énergie hydroélectrique .................................................................................... 8
1.2.1 Situation actuelle en Suisse......................................................................................... 8
1.2.2 Situation internationale................................................................................................. 9
1.3 Industrie des pompes ........................................................................................................ 14
1.3.1 Situation actuelle....................................................................................................... 14
1.3.2 Développement des pompes pour les centrales thermoélectriques ................................. 15
1.3.3 Développement des pompes pour l’industrie pétrolière................................................... 18
1.3.4 Développement des pompes pour les moteurs fusée cryotechniques.............................. 18
2 Notions de base ...................................................................................................................... 21
2.1 Débit ............................................................................................................................... 21
2.1.1 Définition .................................................................................................................. 21
2.1.2 Vitesse débitante ...................................................................................................... 22
2.2 Energie hydraulique massique ........................................................................................... 23
2.2.1 Energie hydraulique massique d’une particule fluide...................................................... 23
2.3 Conditions de similitudes dynamiques ................................................................................ 27
2.3.1 Coefficients de pression ............................................................................................. 27
2.3.2 Nombres de Froude et de Reynolds : conditions de similitude ....................................... 27
2.3.3 Variation de pression statique : risque de cavitation...................................................... 28
2.4 Energie massique moyenne d’une section .......................................................................... 30
2.4.1 Cas d’une turbulence homogène ................................................................................. 30
2.4.2 Evaluation de l’énergie hydraulique massique d’une section........................................... 31
2.5 Perte énergétique massique régulière ................................................................................. 32
2.5.1 Coefficient local de perte énergétique massique ........................................................... 34
2.5.2 Détermination expérimentale du coefficient local de perte énergétique ............................ 35
2.5.3 Calcul du diamètre économique d'une conduite ............................................................ 37
2.6 Perte énergétique massique singulière................................................................................ 40
2.7 Caractéristique hydraulique d’un circuit............................................................................... 40
2.7.1 Conventions: Energie hydraulique massique d’une machine........................................... 40
2.7.2 Nomenclature d’une installation hydraulique................................................................. 41
2.7.3 Pertes énergétiques:.................................................................................................. 43
2.7.4 Pertes énergétiques dans un circuit de turbine: ............................................................ 45
2.7.5 Pertes énergétiques dans un circuit de pompe: ............................................................ 46
3 Classification des machines hydrauliques .................................................................................. 49
3.1 Définitions ........................................................................................................................ 49
3.1.1 Puissance hydraulique............................................................................................... 49
3.1.2 Convention sur le sens de la transformation ................................................................. 49

Machines hydrauliques I Page 3


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

3.1.3 Signe du débit ........................................................................................................... 50


3.1.4 Puissance transformée dans la roue............................................................................ 50
3.1.5 Puissance mécanique de la roue et puissance mécanique interne.................................. 50
3.1.6 Puissance d’une machine........................................................................................... 51
3.1.7 Energie massique transformée et débit traversant ......................................................... 51
3.1.8 Rendements.............................................................................................................. 51
3.2 Machines volumétriques et turbomachines .......................................................................... 52
3.2.1 Machines élévatrices et roues à eau............................................................................ 53
3.2.2 Machines volumétriques ............................................................................................. 54
3.2.3 Turbo machines ......................................................................................................... 59
3.2.4 Types de turbomachines hydrauliques ......................................................................... 61
3.2.5 Critères de classification ............................................................................................ 62
3.2.6 Types actuels de turbomachines hydrauliques.............................................................. 64
3.2.7 Types anciens de turbines .......................................................................................... 74
3.2.8 Organes principaux d'une turbomachine....................................................................... 80
4 Energie massique extraite ou fournie par une machine ................................................................ 84
4.1.1 Intégrale première de la quantité de mouvement de l’écoulement relatif........................... 84
4.1.2 Equation d’Euler ........................................................................................................ 90
4.1.3 Caractéristique d’Euler d’une roue ............................................................................... 91
4.1.4 Puissance mécanique transférée................................................................................. 95

Machines hydrauliques I Page 4


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Introduction

1 Domaine des turbomachines hydrauliques

1.1 Secteurs d’application des turbomachines hydrauliques

L'importance technique, économique, voire tout simplement quotidienne des machines


hydrauliques se retrouve dans de nombreux secteurs d’activités liés à l’utilisation d’un fluide à des fins
très diverses. Sans être exhaustif dans la description de cette utilisation on peut néanmoins les
regrouper selon 6 principaux secteurs d’application qui sont la production d’énergie électrique,
l’extraction et le traitement des hydrocarbures fossiles, le traitement et la distribution d’eau, les
transports, l’industrie en général et enfin l’habitat, voir Tableau 1-1.
L’évaluation économique globale du domaine des machines hydrauliques apparaît extrêmement
difficile en raison justement de la diversité des secteurs d’activités où elles jouent un rôle, le seul chiffre
d’affaire de l’industrie des machines hydrauliques ne représentant qu’une partie de cette évaluation. C’est
pourquoi il est préférable d’identifier uniquement les secteurs dans lesquels les efforts nécessaires de
développements techniques et de recherche dans le domaine des machines hydrauliques ne peuvent-
être accomplis sans l’aide d’ingénieur de niveau universitaire. Il s’agit des cas où les machines
hydrauliques sont des unités de grandes dimensions ou de forte puissance qui conditionnent à la fois le
rendement global, la puissance et la disponibilité des installations. Ces machines peuvent être soit des
composants principaux, turbines, pompes d'accumulation dans une centrale hydroélectrique, pompes
élévatoires d’une station de distribution d’eau, pompe cryogénique d’un moteur de fusée ou propulseur
d’un bateau, soit des composants auxiliaires, pompes alimentaires des centrales thermiques, nucléaires
ou classiques, pompes de pipe-line ou pompes de déchargement d’une cargaison d’un bateau. Dans ces
conditions, toutes les améliorations qui pourraient être apportées à ces composants se traduisent par un
effet positif sur le fonctionnement global de l’ensemble de l’installation.
En Suisse, deux secteurs principaux d’activité apparaissent dans le domaine des machines
hydrauliques:
• La production d’électricité dans son ensemble qui génère la plus forte activité dans le
domaine des machines hydrauliques et, qui plus est, a favorisé l’émergence d’une activité de
services et d’une industrie des machines particulièrement active à l’exportation.
• L’industrie des pompes.

Machines hydrauliques I Page 5


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Secteur principal Applications Types de


machines hydrauliques
Production d’énergie Energie hydroélectrique Turbines
électrique Pompes d’accumulation
Turbines-pompes
Energie thermique Pompes de refroidissement
fossile et nucléaire Pompes d’extraction de condenseur
Pompes de reprise de purges et de condensats
Surpresseurs
Pompes alimentaires
Pompes de circulation de chaudières
Pompes de sauvegarde des centrales nucléaires
Pompes primaires
Extraction et Pétrole Pompes d’eau de mer
traitement des Pompes d’injection
hydrocarbures Pompes biphasiques
fossiles Pompes API (norme American Petroleum Institute)
Pompes cryogéniques GPL (-104°C)
Gaz naturel Pompes cryogéniques GNL (-161°C)
Traitement et Dessalement Pompes d’eau de mer
distribution d’eau Pompes haute pression pour osmose inverse
Pompes faible NPSH pour flash évaporation
Alimentation en eau Pompes de forage
potable Pompes de circulation
Pompe de relèvement, pompe turbine réversible
Irrigation Pompes submersibles haute pression (aspersion) ou basse
pression (gravitaire)
Drainage Pompes automatiques d’assèchement
Assainissement Pompes d’eaux usées, pompes-turbines réversibles
Pompes à vortex
Pompes dilacératrices
Lutte incendie Pompes multicellulaires auto amorçantes antidéflagrantes
Transports Maritime Propulseurs principaux et propulseurs d’étrave
Pompe de refroidissement (eau de mer, eau douce)
Pompes à condensats
Pompes de circulation de chaudière
Pompes de ballast, de cales
Pompes incendies
Pompes spéciales de cargaison (pétrole, GNL, GPL)
Pompes d’écluses
Aérospatial Pompes d’alimentation de carburants
Pompes hydrogène et oxygène liquide (moteurs fusée
cryotechnique )
Industrie Bio industrie Pompes d’assistance cardiaque et Cœur artificiel
Pompes péristaltiques
Pompes volumétriques
Machines Pompes volumétriques
Transmissions de puissance
Mines Pompes d’assèchement
Pompes pour transport hydraulique du minerai
Procédés Pompes chimiques, acier inox, matière plastique
Pompes à revêtement caoutchouc
Pompes volumétriques
Pompes de pâtes à papier, pompes-turbines réversibles
Habitat Circulateurs de chauffage
Surpresseurs d’immeuble
Surpresseurs incendie
Pompes de piscine

Machines hydrauliques I Page 6


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Tableau 1-1: Type de machines en fonction du domaine d'activité

Machines hydrauliques I Page 7


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

1.2 Production d’énergie hydroélectrique

1.2.1 Situation actuelle en Suisse

L’exploitation sous une forme hydroélectrique de l’énergie hydraulique représente en Suisse une
activité très importante puisque sa part dans la production électrique du pays a atteint 60.9 % du total en
1999 1). Pour la même année, la production d’électricité en Suisse s’élevait ainsi à 66.7 milliards de
kWh dont 40.6 milliards de kWh pour les centrales hydroélectriques, contribuant à un excédent
d’exportation de 10.6 milliards de kWh correspondant à 608 millions de francs d’excédent de recettes.
Les centrales à accumulation ont produit 24.0 milliards de kWh (35.9%), tandis que celles au fil de l’eau
ont généré 16.6 milliards de kWh (25%), Figure 1-1, le pompage d’accumulation prélevant, lui,
1.4 milliards de kWh. Ainsi la Suisse dispose d’une énergie indigène renouvelable qui, grâce à ses
réserves d’accumulation, offre une très grande disponibilité pour répondre aux pointes de consommation
Grâce à ces réserves, La Suisse bénéficie donc dans le négoce de l’énergie électrique d’une position
privilégiée au cœur de l’Europe puisque la structure de ses filières de production sont complémentaires
avec celles de ses voisins, Figure 1-2 et que de plus sont réseau est parfaitement interconnectée à celui
du continent.

Pompage
2%

Centrales Centrales au fil


thermiques de l'eau
classiques 25%

Centrales
Centrales à
thermiques
accumulation
nucléaires
34%
35%

Figure 1-1 : Production d'électricité en Suisse par type de centrales. 66.7 milliards de kWh
en 1999

En 1998 les bilans de 185 compagnies d’électricité qui ont fourni 95% de la production totale ont
représenté un total de 43.3 milliards de francs dont 14.2 milliards de francs pour les installations de
production, les produits résultants des livraisons d’énergie s’établissant à 16 milliards de francs et les
charges liées aux achats d’énergie 8.6 milliards de francs. Toujours la même année, 74.5% du capital
social (capital action, de sociétés coopératives ou de dotation) proviennent des pouvoirs publics, seuls
13.7% du capital privé et 11.8% de capitaux étrangers. En comptant les dividendes, les impôts et les
droits d’eau, ces compagnies ont ainsi versé aux collectivités publiques 915 millions de francs. Ce
secteur employant 17’100 personnes a investi, toujours pour la même année, 369 millions de francs
dans les immobilisations de production ce qui représente un grand nombre d’heures d’études dans la
mise en œuvre, l’exploitation, la maintenance et la rénovation de leurs aménagements.

1) “Statistique suisse de l’électricité 1999” Office fédéral de l’énergie, Berne, tiré à part du Bulletin
ASE/UCS N° 8 2000.

Machines hydrauliques I Page 8


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Centrales
thermiques
classiques
45%
Centrales
thermiques
nucléaires
39% Centrales
hydrauliques
16%

Figure 1-2 : Production d'électricité dans l’Union européenne

Le composant principal de l’aménagement hydroélectrique est bien entendu la turbine


hydraulique ou la pompe associée à la génératrice ou au moteur. Il s’agit de machines de puissance
unitaire supérieure à 10 MW qui sont conçues spécialement en fonction du site pour optimiser la
production de l’installation. Ceci a favorisé le développement en Suisse d’une importante activité, d’une
part dans le domaine du conseil en l’ingénierie, EWI-Electrowatt Ingénieurs conseils, Colenco2, Stucky
Ingénieurs-Conseils SA3, IUB-Maggia4, Electro Watt Engineering SA5 et SGI Consulting SA6 pour les
plus importants et, d’autre part, dans le domaine de la construction des turbines hydrauliques et des
pompes d’accumulation: VA TECH ESCHER WYSS AG7 qui regroupe les anciens établissements de
Sulzer Hydro et d’Hydro Vevey au sein du groupe autrichien VA TECH Hydro et détient environ 19 % des
parts du marché mondial des machines hydrauliques. Andino Hydropower Engineering anciennement
NOELL et IMPSA Hugal Hydro, sont aussi des acteurs dans ce domaine en Suisse.

1.2.2 Situation internationale

Avec des prévisions de développement de 10'000 à 15'000 MW par an et une part de quelques
20% de la production électrique mondiale, il est indéniable que le secteur hydroélectrique représente un
marché international important à la fois pour les bureaux d’études et les entreprises de génie civil
spécialisés, pour les industriels fabriquant les machines hydrauliques et électriques et, bien entendu,
pour les exploitants des aménagements hydroélectriques.
En se restreignant au domaine des machines hydrauliques proprement dit, (voir Tableau 1-2), on
peut sommairement distinguer pour les constructeurs de turbines et de pompes-turbines 5 types de
marchés :
• La réalisation des très grands aménagements hydroélectriques nécessaires au
développement des régions dotées d’un potentiel hydroélectrique important tels que l’Asie ou
l’Amérique du Sud par exemple. Actuellement, l’équipement mondial représente seulement
environ 20% du potentiel exploitable à la fois d’un point de vue économique et
environnemental. La proportion de la demande mondiale en électricité produite par des
centrales hydroélectriques reste significative et s’établit aux environs de 23%. Le nombre de
sites hydrauliques potentiels et rentables encore disponibles dans le monde explique le vif
intérêt pour cette forme d’énergie renouvelable que l’on préfère pour son rendement, sa

2 http://www.colenco.com
3 http://www.stucky.ch
4 http://www.im-maggia.ch
5 http://www.ewe.ch/energy/hyd/ewe
6 http://www.sgiconsulting.com
7 http://www.vatech-hydro.com/hydren.htm

Machines hydrauliques I Page 9


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

propreté et parce qu’elle ne contribue pas au réchauffement global. La puissance “installable”


est d’environ 2’422 GW selon les différents organismes internationaux 8. Les constructeurs de
turbines hydrauliques évaluent eux-mêmes leur marché à 110-120 GW de puissance
installable suivant les critères économiques actuels et il est prévu d’installer effectivement 45
GW dans les 5 prochaines années soit 9 GW par année.
Régions Puissance installée Puissance installable
(GW) (GW)
Amérique du Nord 132 312
Amérique latine 96 706
Europe 138 214
Ex Union Soviétique 64 250
Afrique 19 185
Asie 110 715
Australie et Océanie 11 40

Total 570 2’422

Tableau 1-2 : Puissance installée et installable

• La réalisation d’aménagements de suréquipement tels celui de Cleuson Dixence ou des


centrales de pompage - turbinage comme les installations japonaises à vitesse variable pour
lesquelles des convertisseurs statiques de l’ordre de 500 MW ont été réalisés ou celles de
Corée du Sud dont on peut citer l’aménagement de Yang-Yang doté de pompes-turbines
réversibles à 2 étages réglables sous 800 m de chute et de 260 MW de puissance. La
capacité de stockage à grande échelle de ces deux types d’aménagements permet une
meilleure gestion des ressources d’énergie en adaptant de manière continue la production
d’électricité à la demande. En effet, les installations d’accumulation sont les seules avec les
centrales à turbines à gaz capables de répondre à des variations rapides (quelques minutes)
de demande d’électricité. Par ailleurs, le pompage-turbinage représente encore actuellement
la seule possibilité d’accumuler de grandes quantités d’énergie avec un excellent rendement
global voisin de 80%. L’apparition de machines électriques à vitesses variables associées à
des convertisseurs de fréquence statiques permet d’envisager une amélioration de ce
rendement. Il faut d’ailleurs noter que les sites de pompage-turbinage sont innombrables et
pas seulement réservés à des pays dotés de grandes ressources hydrauliques. Les cycles
de stockage pouvant être journaliers pour moduler la production des centrales thermiques et
améliorer le comportement dynamique du réseau, on peut se contenter de réservoirs de
faibles capacités. Par exemple, la centrale de Dinorwic au Pays de Galles, équipée de 6
pompes-turbines réversibles d’une puissance totale de 1’890 MW sous 540 m de chute
effectue jusqu’à quarante changements de mode par jour. On pourrait même envisager
d’appliquer les techniques minières de forage pour creuser des réservoirs souterrains à des
profondeurs de l’ordre de 1’000 m et de les équiper d’installations de pompage-turbinage.
• La rénovation des équipements électromécaniques des aménagements de grande puissance
(plusieurs milliers de MW) réalisés depuis la 2eme guerre mondiale pour prolonger la durée
de vie de ces équipements et/ou pour augmenter leur production par une amélioration du
rendement et de la fiabilité tout en adaptant des caractéristiques hydrauliques des machines
aux conditions d’exploitation actuelles. On peut ainsi citer les aménagements canadiens et
américains du bassin de la rivière Columbia (Wells, Grand Coulée, Revelstoke), des chutes
du Niagara(Robert Moses, Sir Adam Beck) de la région du Saguenay (Shipshaw), etc. Ces
rénovations concernent plus particulièrement l’Amérique du Nord et interviennent après 40 à
50 années, voire moins, comme dans le cas d’Akosombo sur la Volta (Ghana) ou de Guri

8World Energy Outlook, IEA International Energy Agency, http://www.iea.org/

Machines hydrauliques I Page 10


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

(Venezuela). On peut prévoir que de telles rénovations interviendront en Amérique du Sud, en


Russie et dans les pays de la CEI. Pour illustrer l’intérêt économique d’une réhabilitation de
turbine hydraulique, on peut considérer l’exemple suivant d’un changement de roue qui
coûterait 1 million de francs d’investissement représentant une surproduction de 40 millions
de kWh à environ 0,05 francs par kWh. En considérant que cette surproduction corresponde
à 5’000 heures annuelles, il suffit d’une augmentation de puissance de 2 MW pour qu’en 2
ans on ait produit la valeur de l’investissement initial. Ces 2 MW représentent, à titre indicatif,
une augmentation de rendement moyen ou de puissance de 2% d’une machine de 100 MW.
C’est ainsi que l’on peut considérer le suréquipement de certains sites en changeant
simplement la roue (˜ 1-3 millions de francs) en relation avec le coût d’une turbine à gaz. Ces
suréquipements permettent d’augmenter de 20 à 40 % la puissance existante et/ou, dans le
cas de simple rénovation, d’augmenter le rendement de l’ordre de 2%.

Répartition par zones géographiques Répartition par types de machines


Asie 45% Francis 56%
dont Chine 32%
Amérique du Sud 38% Pelton 15%

Amérique du Nord 9% Kaplan 15%


dont Canada 8%
dont USA 1% Bulbes 9%
Europe 6%
Pompes-turbines 5%
Afrique 2%

Total 100% Total 100%

Tableau 1-3 Marché des turbines et pompes-turbines pour la période 1997-2001


correspondant à l’installation d’environ 10'000 MW / an (≈ 1'000 Mio US$ / an)

Constructeurs de turbines et de pompes-turbines


Alstom Power (France) 20%
GE (Canada) 20%
Voith Siemens (Allemagne) 16%
V A Tech (Autriche) 10%
BHEL (Inde) 5%
Hitachi (Japon) 5%
Harbin (Chine) 5%
Russie 4%
DFEM (Chine) 4%
Toshiba (Japon) 3%
Autres 8%
Total 100%

Tableau 1-4 Parts de marché pour ces dix dernières années des différents
constructeurs concernant la livraison de nouvelles turbines et pompes-turbines
correspondant à l’installation de quelque 132'000 MWatts.

• La réhabilitation des installations anciennes construites depuis le début du siècle et avant la


2ième guerre mondiale qui profite en partie des ouvrages de génie civil existants en les
adaptant à l’installation de groupes électromécaniques modernes. Dans certaines chaînes

Machines hydrauliques I Page 11


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

d’aménagement, des usines anciennes en côtoient d’autres beaucoup plus récentes, ce qui
n’est pas sans poser des problèmes d’exploitation, notamment dans le cas de contrôle à
distance. Il faut noter que l’évolution du cadre juridique particulièrement en ce qui concerne le
renouvellement des concessions et les préoccupations environnementales (débits réservés,
gestion de l’eau) conduisent les exploitants de centrales hydroélectriques à envisager la
rénovation de ces dernières. De plus, beaucoup de ces machines sont actuellement
exploitées dans des conditions différentes de celles pour lesquelles elles avaient été
conçues. Notamment, il apparaît actuellement économiquement profitable de les utiliser pour
assurer des pointes de production électrique. L’Europe occidentale, où la « houille blanche »
s’est développée, est bien sûr concernée et tout particulièrement la Suisse, Laufenbourg,
Wynau, Verbois, Widelbregg.
• Enfin l’électrification de zone rurale éloignée est un marché en émergence pour la fabrication
de des machines de série de faible puissance, mini-turbines.
Tous ces marchés sont extrêmement concurrentiels et les entreprises impliquées, voir Tableau
1-4, doivent toujours développer des méthodes et des techniques qui permettent de produire dans le
délai le plus court des machines les plus économiques, les plus performantes et les plus fiables que
possible. Il est en effet crucial pour ces machines de très grande puissance.
La performance est un facteur clé dans la conception et l’exploitation d’une turbine puisque, en
définitive, le coût de l’aménagement ou de sa rénovation est amorti grâce à la production des turbines
hydrauliques qui, elle-même, dépend directement du potentiel hydraulique et du rendement η suivant
l’équation :


 } }
ChuteDébit

Production d'énergie = η ⋅ ρ g H Q ( t ) ⋅ dt

 14243
 Puissance
⌡ hydraulique
Année disponible

= η ⋅ ρ g H ∫ Q ( t ) ⋅ dt
144 42444
Année
3
Energie hydraulique
disponible sur une année

Ainsi 1% du rendement moyen η représente 1% de la production annuelle d’énergie et donc à


peu prés la même proportion des recettes de l’installation.
En poussant encore le raisonnement économique, on peut alors considérer directement
l’équation des recettes issues de la vente de l’énergie électrique, en introduisant son prix de vente sur le
marché :


Recettes = 

η ⋅ ρ gH Q ( t ) ⋅ Fr
{ ( t ) ⋅ dt

⌡ Prix de
Année vente

On est alors en présence d’une équation dans laquelle la recherche du maximum de recette,
compte tenu de l’énergie hydraulique annuelle disponible, est réalisée en ayant le rendement et le débit
les plus grands possibles durant les périodes des prix de vente élevés et en stockant si possible l’eau de
la retenue durant les périodes de faibles demandes. Bien entendu tout ceci n’est possible que si la
machine est disponible et non empêchée pour des raisons de fonctionnement instable ou de réparation.
Un domaine de fonctionnement étendu et une courbe de rendement optimisée en fonction du
débit doivent privilégier l’exploitation durant les heures pleines compte tenu des contraintes
environnementales.
En ce qui concerne la réduction des coût des machines les tendances de développement vont
naturellement vers une augmentation de la puissance spécifique des machines, à ce propos les roues
des groupes Pelton de Cleuson-Dixence détiennent un record mondial. Enfin la réduction des coûts de

Machines hydrauliques I Page 12


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

génie civil liés à l’implantation verticale des machines qui est définie par les risques liés au
développement de cavitation notamment en termes de rendement ou d’érosion, voir Figure 1-3.

Figure 1-3 : Impact de l’implantation verticale d’une turbine Kaplan sur les dimensions
d’une centrale au fil de l’eau

Ainsi en prenant le parti de considérations économiques élémentaires à la fois sur la production


d’énergie électrique par une turbine, on fait apparaître clairement les objectifs que doivent atteindre les
efforts de recherche et développement en ce qui concerne la conception hydraulique d’une machine.

Machines hydrauliques I Page 13


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

1.3 Industrie des pompes

1.3.1 Situation actuelle

L’industrie des pompes en Suisse regroupe les constructeurs suivants: Bieri Pumpenbau (Be),
Egger Pompes SA (Ne), Häny & Cie (Zh), Rütschi Pumpen9 (Ag) et Sulzer Pumpen10 (Zh), qui à
l’exception de ce dernier sont des entreprises familiales de taille moyenne pour lesquelles aucun bilan
n’est publié. Toutefois on peut estimer que cette industrie occupe environ 1’100 personnes, nombre à
comparer aux 5’200 emplois recensés dans les statistiques fédérales pour l’ensemble de l’industrie des
pompes, transmissions hydrauliques et pneumatiques.
Constructeurs de pompe Chiffre d’affaires Nombre
d’employés
(données 1993, source: “World Pumps” revue ) (millions US $)
1 Ebara (Japon) 1’174 8'700

2 KSB11 (Allemagne) 883 14'000

3 Ingersoll-Dresser (Etats Unis) 761 8'000

4 Grundfoss (Danemark) 703 8'200

5 ITT Fluid Technology (Etats Unis) 618 8'000

6 Goulds (Etats Unis) 556 4'100

7 Sterling Fluid Systems (Royaume Uni) 400 non disponible


8 Sulzer Pompes (Suisse) 360 3'000

9 Hitachi (Japon) 350 non disponible


10 BW/IP (Etats Unis) 340 3'100

11 SIHI (Allemagne) 280 2'600

12 Weir (Royaume Uni) 270 6'245

13 ABS Pump Group (Allemagne) 240 2'034

14 Sundstrand (Etats Unis) 240 9'300

15 Torishima (Japon) 232 860

16 Tsurumi (Japon) 200 667

17 General Signal (Etats Unis) 200 non disponible


18 Wilo (Allemagne) 200 1'700

19 Duriron (Etats Unis) 188 2'350

20 DMW (Japon) 184 655

Total 8’319 > 83’511

9 http://www.rutschipumpen.ch/
10 http://www.sulzer.ch/industry/product_services/pumps.html
11 http://www.ksb.de/

Machines hydrauliques I Page 14


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Tableau 1-5 : Principaux constructeurs de pompes

Dans le Tableau 1-5 ci-dessus, on a reporté les chiffres d’affaires estimés en 1993 pour les 20
constructeurs les plus importants au monde avec leurs employés. Sulzer est, avec un chiffre d’affaires
de l’ordre 520 millions de francs, le 8ème constructeur mondial. Cependant en Suisse, il n’a plus aucune
activité de production, seules subsistent à Winterthur les 150 personnes occupées aux études
hydrauliques et de conception. Ses investissements en recherche et développement représentent
annuellement environ 5 millions de francs. Les secteurs du marché les plus importants pour Sulzer
étaient ceux des centrales thermoélectriques, 33%, de la transformation des hydrocarbures, 21%, du
pétrole et du gaz, 17%. Des secteurs où, étant donnée la dimension ou la puissance des unités, la part
des études hydrauliques est importante.

1.3.2 Développement des pompes pour les centrales thermoélectriques

Dans les centrales thermiques, qu’elles soient nucléaires (voir Figure 1-4) ou à combustible
fossile, il existe deux voire trois circuits hydrauliques participant à la transformation d’énergie et tous
sont équipés de pompes spécifiques de grandes puissances unitaires :

Figure 1-4 : Réacteur PWR à 3 boucles

• Le circuit du condenseur alimenté en eau froide par les pompes de refroidissement. Les
grands débits de refroidissement, 20 à 35 l/s de débit par MW de puissance électrique dans
le cas des centraux classiques et 35% de plus dans le cas des installations nucléaires,
associés à de faibles hauteurs de refoulement (15 à 28 m pour des tours de refroidissement)
conduisent à des pompes de grandes vitesses spécifiques. Les coûts de génie civil limitent
le NPSH à 12 m environ ce qui conduit à des pompes volumineuses.
• Le circuit d’alimentation du générateur de vapeur ou circuit secondaire dans le cas des
centrales nucléaires. A la sortie du condenseur et à l’entrée du pré-chauffeur basse pression
on trouve les pompes à condensas pour lesquelles le NPSH est très faible à cause de la

Machines hydrauliques I Page 15


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

hauteur limitée des fondations des condenseurs qui sont des éléments très lourds, ˜ 630
tonnes pour 600 MW. Des pompes sur presseurs, booster, fournissent la pression
d’aspiration requise par les pompes alimentaires (voir Figure 1-6). Ces dernières délivrent un
débit nominal de 1 à 1,2 l/s par MW de puissance électrique dans le cas des centraux
classiques et plus du double dans le cas des centrales nucléaires. La puissance nécessaire
à l’entraînement de ces pompes représente 3-4% de la puissance d’une centrale thermique
classique et 1,5% de celle d’une centrale nucléaire.
• Le circuit primaire, spécifique aux centrales nucléaires, est représenté dans la Figure 1-4.
Les pompes primaires telles qu’illustrées dans la Figure 1-5 assurent le refroidissement du
cœur, ce sont donc des composants fondamentaux de la bonne marche et de la sécurité de
la centrale. C’est pourquoi chaque réacteur est doté de plusieurs boucles, typiquement 3
dans le cas d’un réacteur à eau pressurisée d’une tranche de 900 MW

Machines hydrauliques I Page 16


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 1-5 : Groupe moteur et pompe du circuit primaire de réfrigération d’une centrale
PWR

Ces différents circuits consomment ainsi une part notable de la puissance électrique, que l’on
évalue environ à 3,3% de la puissance totale, 30 MW pour une centrale de 900 MW. En outre, ils
conditionnent la disponibilité de la centrale. C’est pourquoi un grand effort de développement doit être
effectué pour à la fois améliorer le rendement et la fiabilité (érosion de cavitation) et étendre le domaine
de fonctionnement (instabilités, cavitation). C’est ainsi que l’amélioration des capacités aspiratoires des
pompes alimentaires permettrait de supprimer le sur presseur (booster) ce qui procure un avantage très
net par rapport à la concurrence.

Machines hydrauliques I Page 17


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 1-6 : Pompe multicellulaire à corps entier et un bloc intérieur à six étages
déplaçable, pour l'alimentation de chaudière (Sulzer)

1.3.3 Développement des pompes pour l’industrie pétrolière

L’exploitation toujours plus poussée des gisements pétroliers conduit ce secteur à valoriser des
nappes ce qui implique l’extraction des mélanges de pétrole, d’eau saumâtre et de gaz. C’est ainsi que
l’on assiste à la réalisation de pompes d’extraction dites diphasiques à même d’extraire ces mélanges,
Figure 1-7. De même l’exploitation du gaz de ces gisements pétroliers conduit à mettre sur pied une
filière de liquéfaction ce qui conduit à développer des pompes cryogéniques adaptées au transport du
gaz de pétrole liquéfié. On peut d’ailleurs penser que ces développements préfigurent ceux qui seront
liés à la filière hydrogène liquide.

Figure 1-7 : Pompe diphasique (Sulzer)

1.3.4 Développement des pompes pour les moteurs fusée cryotechniques.

Le moteur Vulcain (voir Figure 1-9) est un exemple de moteur fusée cryotechnique développé par
la SNECMA division Société européenne de propulsion (SEP)12 pour le corps central du 1er étage du
lanceur européen Ariane V.

12 http://www.snecma-moteurs.com/fr/sommaire.htm

Machines hydrauliques I Page 18


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 1-8 : Moteur Vulcain

Il comprend deux pompes destinées à alimenter la chambre de combustion en hydrogène et


oxygène liquides. La poussée totale dans le vide est de 1’075 kN et la pression de combustion est de
105 bars. Ces moteurs utilisent des ergols liquides qui sont, pour le combustible, l’hydrogène liquide
LH2 (20 K) à raison de 0,6 m3 ⋅ s −1 et, pour le comburant, de l’oxygène liquide, LOX (91 K) à raison de
0,2 m3 ⋅ s −1 dans un rapport de mélange de 5,3 et un débit masse total de 255. Chacune des deux
pompes est directement entraînée par une turbine à gaz, alimentée elle-même par des gaz provenant
d’un générateur de gaz commun, la vitesse de rotation est de 34 900 tr ⋅ min− 1 pour la pompe LH2 et de
13 500 tr ⋅ min− 1 pour la pompe LOX. Ces pompes nécessitent une puissance 11 900 kW pour
l’hydrogène liquide et de 3 300 kW pour l’oxygène liquide.
La pompe LH2, par exemple, est constituée d’un inducteur double grille d’un redresseur quasi
axial puis d’une première roue centrifuge suivie d’un redresseur, du coude de contournement et des
canaux de retour, ces derniers étant destinés à alimenter de manière axiale la seconde roue centrifuge
qui elle-même est suivie d’un redresseur suivie d’une volute. L’étage inducteur est destiné à améliorer les
capacités aspiratoires de la pompe en minimisant la pression dans le réservoir qui est maintenue pour
LH2 à une pression de 2,5 bars.

Machines hydrauliques I Page 19


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 1-9 : Synoptique du fonctionnement du moteur Vulcain (Source SNECMA-SEP)

Machines hydrauliques I Page 20


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

2 Notions de base

2.1 Débit

2.1.1 Définition

Il serait vraiment très difficile de résoudre des problèmes pratiques de mécanique des fluides en
n’utilisant que les équations locales du mouvement et ceci même en disposant de puissants
calculateurs et des logiciels appropriés. Bien souvent, les formes intégrales de ces équations permettent
d’obtenir des solutions approchées de ces problèmes avec une précision suffisante. Ces formes
intégrales sont exactes pour des écoulements pour lesquelles les hypothèses faites pour les établir sont
valides. Cependant il est généralement nécessaire d’effectuer certaines approximations pour trouver une
solution au problème posé.

Figure 2-1 - Tronçon de conduite

C’est ainsi que les hydrauliciens ont pris l’habitude de considérer des grandeurs globales qui
puissent caractériser les différents transferts de matière ou d’énergie dans un circuit hydraulique ce qui
les a conduits à définir des grandeurs moyennes sur une section transversale de l’écoulement.
Ainsi la conservation de la masse appliquée à l’écoulement moyen considéré comme
incompressible s’écrit pour un tronçon de circuit hydraulique de volume V limité à l’entrée et à la sortie
respectivement par les sections fluides 1 et 2, voir Figure 2-1.
Le volume V est défini par la surface fermée ∂ V = A1 ∪ A2 ∪ Σ où Σ désigne la surface de la
paroi de la conduite
r r
∫ CndA
∂V
⋅ =0 [m3.s -1]

Machines hydrauliques I Page 21


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

En supposant par exemple que l’écoulement s’effectue de la section 1 vers la section 2, le débit
Q à travers une section est défini par la quantité positive suivante :
r r
∫ C ⋅ndA > 0
A2
[m3.s -1]

Ce qui, en développant l’intégrale sur les trois surfaces, permet d’exprimer la loi de conservation
du débit
r r r r r r
∫ C ⋅ ndA + ∫ C ⋅ndA + ∫ C n⋅ d A
A1 A2 Σ
=0 [m3.s -1]

Mais la surface Σ est une surface matérielle, ce qui implique


r r
C ⋅ n= 0 sur Σ [m3.s -1]

Soit encore
r r r r
∫ C ⋅ ndA = − ∫ C ⋅ndA = Q > 0
A2 A1

2.1.2 Vitesse débitante

On définit la vitesse débitante C selon la formule suivante:

1 r r
A2 A∫2
C2 = C ⋅ndA [m.s -1]

La loi de conservation du débit prend alors une expression élémentaire

C1 A1 = C2 A2 = Q [m3.s -1]

Soit encore

A1 Q
C2 = C1 = [m.s -1]
A2 A2

Figure 2-2 Profil de vitesse dans un divergent

A une restriction de la section de passage correspond une augmentation de la vitesse débitante.


Dans le cas d’une convergence le profil de vitesse moyenne est proche de la valeur de la vitesse
débitante dans la section considérée.
Par contre, un élargissement de la section de passage peut provoquer un décollement des
lignes de courant et il en résulte une distribution des vitesses moyennes qui s’écarte notablement de la
valeur de la vitesse débitante.
Dans le cas particulier d’une conduite cylindrique de section circulaire de diamètre D, l’aire de la
surface est donnée par:

Machines hydrauliques I Page 22


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Dans un repère orthonormé les composantes du vecteur tourbillon sont données par :

 ∂ C3 ∂ C2 
 − 
 ∂ X 2 ∂ X3 

 1
r  ∂ C ∂ C3 
Ω =  Ω 2  =  1 − 
 ∂ X3 ∂ X1 
 Ω 3  
∂C ∂ C1 
 2− 
 ∂ X1 ∂ X 2 

L’introduction du vecteur tourbillon permet alors d’exprimer l’accélération d’une particule fluide en
variables eulériennes sous la forme dite de Lamb.
En effet en substituant cette expression dans celle de l’accélération

Machines hydrauliques I Page 25


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

ou encore en introduisant la perte massique entre les deux points

C2 2  Z − Z ref  2 gHrM ref →M


Cp = 1 − 2
− 2  −
Cref Fr  Cref2 
2
Cref
C2 2  Z − Z ref 
Cp = 1 − 2 − 2   − ξ rM ref →M
Cref Fr  C2ref 

Cette équation adimensionnelle régit les conditions de similitude dynamique (des forces et donc
des pressions) d’un écoulement.
Ainsi la condition de similitude dynamique est subordonnée aux conditions de similitudes
suivantes :
• la similitude cinématique assurée en général par la similitude géométrique (à l'exception des
cas d'écoulement présentant des décollements);
• la similitude de Froude ;
• la similitude des pertes énergétiques qui dépendent en général du nombre de Reynolds et/ou
de l’état de surface. En effet si on définit λ le coefficient local de pertes énergétiques
massiques
M

4 τt
ξ rM ref M
d' tdL
Re C2
ρ ref
2
M ref
M
k dL
(Re, )
Lref Lref
M ref

Machines hydrauliques I Page 28


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

2.4 Energie massique moyenne d’une section

On verra au Chapitre 2 que le bilan d’énergie mécanique appliqué au cas du mouvement moyen
permanent d’un écoulement turbulent incompressible dans un circuit hydraulique permet d’introduire la
notion d’énergie hydraulique massique moyenne d’une section.
En effet, ce bilan effectué sur un tronçon du circuit limité par les sections 1 et 2 s’écrit avec la
convention de compter positivement un apport au volume considéré, voir Figure 2-1.
r r r
p C2  r r p C2  r r p C2  r r
∫ ρ + gZ +  ρ C ⋅ ndA = ∫ρ + gZ +  ρ C ⋅ ndA + ∫ρ + gZ +  ρ C ⋅ ndA
A1∪ A2 
2  A1 
2  A2 
2 
= gH1 (− ρ Q) + gH 2 ρ Q

On définit ainsi l’énergie massique moyenne de la section 1 et, respectivement, celle de la


section 2

1 p C2  r r
gH 1 = ∫  + gZ +
−Q A1  ρ
 C ⋅ ndA
2 
1 p C2  r r
gH 2 = ∫  + gZ +  C ⋅ ndA
Q A2  ρ 2 

Ces termes représentent l’énergie mécanique massique moyenne dans la section considérée
pondéré par la composante débitante de la vitesse.
Avec ces définitions, l'équation de conservation de la puissance mécanique massique de
l’écoulement moyen devient finalement:

 τt  r r
ρ ( gH 2 − gH1 ) Q = ∫  2ν D +  ρ C ⋅ndA − ∫ Φ ρ dV − ∫ Π ρ dV

A1∪ A2 
ρ  V V

ou encore

1  τt  r r 1  2
τt 
gH 1 = gH 2 −
Q ∫  2ν D +  C ⋅ ndA + ∫  2ν D + D :  dV

A1∪ A2 
ρ  Q V  ρ 

L’énergie massique du mouvement moyen de la section 1 est égale à celle de la section 2


corrigée de la variation du flux de puissance des contraintes visqueuses et turbulentes et augmentée des
termes de dissipation volumique.

2.4.1 Cas d’une turbulence homogène

Si la turbulence de l'écoulement est totalement développée, de sorte que l’écoulement du fluide


soit homogène entre les section 1 et 2 (les distributions de vitesse moyenne et fluctuante ne varient pas
dans le volume de contrôle).

 τt  r r
∫  2ν D +  C ⋅ ndA ≈ 0

A1∪ A2 
ρ 

Machines hydrauliques I Page 30


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Il vient alors simplement dans cas

1  2
τt 
gH 1 = gH 2 + ∫  2ν D + D :  dV
Q V  ρ 

Ou encore en définissant la perte énergétique gH r1÷ 2 entre les deux sections

gHr 1÷ 2 = gH1 − gH 2

Il vient

1  2
τt 
gH r 1÷ 2 = ∫  2ν D + D :
Q V  ρ
 dV

Il est important de noter si l’on s’attache au seul mouvement moyen, sa variation d’énergie
massique moyenne n’est pas due uniquement à la dissipation d’énergie au sein du fluide mais est aussi
affectée par la variation du flux des contraintes visqueuses et turbulentes entre les deux sections
considérées.
Soit encore en négligeant la différence de puissances des efforts extérieurs visqueux et
turbulents qui s’appliquent sur les deux sections, on transforme le bilan de puissance mécanique en une
équation de conservation de l’énergie hydraulique massique

gH1 = gH 2 + gH r1÷ 2

L’énergie hydraulique massique moyenne à la section d’entrée, gH1 , est égale à la somme de
l’énergie hydraulique massique moyenne à la section de sortie, gH 2 , et de la perte d’énergie hydraulique
massique moyenne gHr 1÷ 2 entre les deux sections.

2.4.2 Evaluation de l’énergie hydraulique massique d’une section

Par analogie avec l’équation de Bernoulli, l’énergie hydraulique massique d’une section est
évaluée en considérant qu’elle est la somme respectivement de l’énergie cinétique massique de
l’écoulement moyen, de l’énergie massique de pression et de l’énergie massique potentielle

p C2
gH= + gZ + gH1 = gH 2 + gH r1÷ 2
ρ 2

Cependant, cette évaluation qui a le grand mérite de pouvoir être facilement réalisée en mesurant
le débit et la pression en paroi n’est rigoureuse que dans le cas d’un écoulement rectiligne et uniforme.
En effet, par définition on a

1 p  r r 1 C2 r r
gH = ∫  + gZ  C ⋅ ndA + ∫
Q A ρ  Q A 2
C ⋅ ndA
[J.kg-1]
1 r r p  1 r r C2
= ∫ C ⋅ ndA  + gZ  + ∫ C ⋅ ndA
Q A ρ  Q A 2

Or l’équation d’équilibre radial permet d’exprimer la variation de pression suivant la normale à une
ligne de courant :

d p C2 r  τ  r
( + gZ ) = − + ∇ ⋅  2ν D + t  ⋅ n
dn ρ R  ρ 

Machines hydrauliques I Page 31


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Si on néglige à la fois les effets visqueux et le frottement turbulent, on voit que cette variation est
directement proportionnelle à la courbure de la ligne de courant. Il en résulte que dans le cas des
écoulements rectilignes ou à faible courbure comme cela se produit au voisinage des parois cette
variation transversale de pression est nulle.
Dans ce cas on a une répartition hydrostatique de la pression dans la direction transversale.

d p
( + gZ ) ≈ 0
dn ρ

Si de plus l’écoulement est uniforme alors on peut écrire :

p C2
gH = + gZ +
ρ 2
p Q2
= + gZ + 2
ρ 2A

Ce qui s’identifie formellement à la définition locale de l’énergie hydraulique massique d’une


particule fluide.

2.5 Perte énergétique massique régulière

On considère la perte énergétique massique entre les deux sections A1 et A2 qui limitent un
tronçon de conduite cylindrique de longueur L et de diamètre D, voir Figure 2-3.

Figure 2-3- Tronçon de conduite cylindrique de longueur L et de diamètre D

Cette perte est simplement donnée par

−1 p C2  r r
Q A1 ∪∫ A2  ρ
gH r 1÷ 2 =  + gZ +  C ⋅ ndA
2 

Machines hydrauliques I Page 32


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Soit

−1 p C2  r r
Q A1 ∪∫ A2  ρ
gH r 1÷ 2 =  + gZ +  C ⋅ ndA
2 

Du fait de l’homogénéité du champ de vitesse, l’énergie massique moyenne de la section


demeure constante. On doit avoir

C2 r r

A1∪ A2
2
C ⋅ ndA = 0

Par ailleurs on a une répartition hydrostatique de pression sur une section

p
+ gZ = Cste sur A1 et sur A2
ρ

On peut donc écrire :


r r r r
 p1  C ⋅ ndA  p2  C ⋅ ndA
gHr 1÷ 2 = −  + gZ1  ∫ −  + gZ 2  ∫
ρ  A1 Q  ρ  A2 Q

soit encore

p  p 
gH r 1÷ 2 =  1 + gZ 1 −  2 + gZ 2 
ρ   ρ 
La perte énergétique d’un écoulement homogène dans une conduite cylindrique est simplement
donnée par la variation de pression statique. Ainsi une mesure différentielle de pression entre des prises
situées en parois sur la périphérie de chacune des sections fournit la valeur de la perte d’énergie
massique sur le tronçon de conduite.
Le bilan de quantité de mouvement appliqué au même tronçon permet alors de déterminer cette
variation . En effet, il vient dans la direction axiale et toujours en tenant compte de l’homogénéité:

p π D 2 r  p2  π D2 r
0 = −  1 + gZ 1  n1 −  + gZ 2  n2 + π DL ⋅ ( −τ p )
ρ  4 ρ  4
D’où l’on obtient

 p1   p2  4L
 + gZ1  −  + gZ 2  = ⋅τ p
ρ   ρ  D
La perte énergétique massique d’un écoulement homogène dans un tronçon d’une conduite
cylindrique de longueur L et de diamètre D est proportionnel à la longueur de la conduite et à la
contrainte de frottement du fluide sur la paroi.

4L
gHr 1÷ 2 = ⋅τ p
D

Mesure de pertes énergétiques sur une conduite

On dispose un capteur de pression différentiel à une altitude Z capt de telle manière que chacune
de ses entrées soit connectée par une ligne de pression à une prise de pression en paroi, voir Figure
2-3.

Machines hydrauliques I Page 33


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Le capteur délivre un signal caractéristique de la différence de pression δ p capt qu'il détecte à ses
bornes d' entrée.
Soit

δ p capt = p1capt − p2capt [Pa]

On applique alors l'équation de l'hydrostatique à chacune des lignes de pression, il vient :

p1capt + ρ gZ 1capt = p 1 + ρ gZ 1 [Pa]

d' où l'on tire

p1capt = p1 + ρ gZ1 − ρ gZ1capt [Pa]

et de même on a

p 2capt = p 2 + ρ gZ2 − ρ gZ2 capt [Pa]

Par conséquent le capteur de pression différentiel mesure la différence donnée par :

δ p capt = ( p1 + ρ gZ1 ) − ( p 2 + ρ gZ 2 ) − ( ρgZ1capt − ρ gZ 2 capt ) [Pa]

et finalement si les deux entrées du capteur différentiel sont au même niveau Z capt il vient:

δ pcapt  p1  p 
=  + gZ 1 −  2 + gZ 2 
ρ ρ   ρ  [Pa]
= gH1 − gH 2

2.5.1 Coefficient local de perte énergétique massique

On vient de voir que

L
gH r1÷ 2 = 4 ⋅τ p
D
En introduisant C f le coefficient de frottement local à la paroi

Q2
τ p = cf C2 = cf
A2
Il vient alors

L Q2
gH r1÷ 2 = 4c f ⋅
D A2
Il est d’usage de définir alors le coefficient local de perte énergétique massique λ par

L C2
gH r1÷ 2 = λ ⋅
D 2
On a alors la relation entre le coefficient local de perte énergétique massique λ et le coefficient
local de frottement C f :

λ = 8c f

Machines hydrauliques I Page 34


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Cette relation permet donc de déterminer λ à partir de l’expression du frottement à la paroi en


effet on a

τp
λ = 8c f = 8
ρC 2

Si l’on connaît l’expression du frottement à la paroi en fonction de la vitesse débitante il est dés
lors possible de calculer le coefficient de perte énergétique.
Dans le cas laminaire, par exemple, on sait que l’écoulement est homogène ce qui fait que la
relation précédente s’applique et que d’autre part en fonction de la distribution parabolique des vitesses
on peut calculer l’expression de τ p en fonction de la vitesse débitante

R τp
C=
4ν ρ
τp 4ν 8ν 8 2
= C= C2 = C
ρ R 2RC Re

d’où, si l’on introduit le nombre de Reynolds de l’écoulement dans la conduite,

CD
Re =
ν
on déduit la valeur de λ dans le d’un écoulement dans le cas laminaire

64
λ=
Re

2.5.2 Détermination expérimentale du coefficient local de perte énergétique

On vient donc de voir que dans le cas d’un écoulement homogène dans une conduite cylindrique
de diamètre constant, les pertes énergétiques entre deux sections séparées par une longueur L1÷ 2
prennent la forme suivante :

L1÷ 2 C 2
gH r 1÷ 2 = λ
D 2
avec
• λ coefficient local de perte de d'énergie massique (perte de charge) ;
• D diamètre de la conduite ;

• L1÷2 = ∫ dl la longueur du tronçon de la conduite.


1÷2

En toute généralité, on peut démontrer à l’aide de l’analyse dimensionnelle que le coefficient


local de perte énergétique est une fonction de la forme

∆p
λ = f (Re,We , , Ma, Fr , k', k '',...)
p

avec
• Re nombre de Reynolds ;
• We nombre de Weber (effets de tension superficielle) ;
• Ma nombre de Mach (effets de compressibilité) ;
• Fr nombre de Froude (effets de la gravité) ;

Machines hydrauliques I Page 35


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

• k ', k '',.... facteurs de forme

Cependant pour le type d’écoulements incompressibles considérés, le rapport ∆p/p ainsi que le
nombre Mach n'interviennent pas. De plus, on considère le phénomène indépendant de la tension
superficielle et de la gravité. Le coefficient λ dépend alors des facteurs de forme k ', k '',.... qui définissent
par leur rapport au diamètre de la conduite D les dimensions des irrégularités de la surface intérieure du
tube. On définit à cet effet la rugosité absolue k , qui représente l'ensemble des caractéristiques
géométriques des irrégularités de surface.
Finalement, pour le cas particulier d'une conduite de section constante, le coefficient de perte de
charge est une fonction de la forme:

k
λ = f (Re, )
D
L'expérience permet à ce stade de définir la corrélation entre ces grandeurs, sous forme
d'abaques et de lois empiriques (Prandtl-Nikuradse, Churchill)
En procédant ainsi on établit expérimentalement les courbes de la Figure 2-4 qui fournissent la
valeur du coefficient de perte de charge local en fonction du nombre de Reynolds Re . D'après le
diagramme de cette figure on voit que non seulement les coefficients de frottement sont fortement
augmentés par la turbulence, mais que les paramètres dont ils dépendent ne sont plus les mêmes
suivant que l'écoulement est turbulent ou non. Ainsi, dans la zone d'écoulement laminaire le coefficient
de perte de charge local ne dépend que du nombre de Reynolds, alors que pour de grands nombres de
Reynolds il ne dépend que de la rugosité.

1.E-01
λ ks
D
1.E-02

1.E-03
64
l= 1.E-04
Re
1.E-02
1.E-05
Prandtl 1.E-06
1
= 2 × log éëRe l ùû - 0.8
l

Reynolds
1.E-03
1.E+03 1.E+04 1.E+05 1.E+06 1.E+07 1.E+08

Figure 2-4- Diagramme de perte de charge local dans une conduite cylindrique

Plus précisément sur le diagramme de la Figure 2-4 on distingue successivement 3 zones et les
transitions correspondantes entre celles-ci
• La zone d’écoulement laminaire (Ecoulement de Poiseuille ) qui correspond à une sous-
couche visqueuse qui remplit toute la section, et l'on peut déduire la relation suivante (Hagen-
Poiseuille)

Machines hydrauliques I Page 36


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

64
λ=
Re
• La zone d’écoulement turbulent hydrauliquement lisse indépendant de la rugosité. Les effets
de rugosité sont dans ce cas confinés dans la sous-couche laminaire, et n'influencent pas le
coefficient local de perte énergétique. dont le coefficient est donnée par la formule implicite
de Prandtl

1
= 2 ⋅ log  Re λ  - 0.8
λ  

ce qui correspond à une valeur de la constante de Karman κ = 0.407


ou par la Formule de Blasius correspondant à un profil de vitesse approché par une loi de
puissance d'exposant sept

0.364
λ=
Re0.25
• La zone où le coefficient de frottement est pratiquement indépendant du nombre de Reynolds
et est influencé uniquement par la rugosité réduite. Le régime d’écoulement est appelé
turbulent rugueux.
Dans cette zone la rugosité ne permet pas d’établir une sous-couche laminaire.
On rappelle que l’établissement de la sous-couche visqueuse dépend de la condition:

kCτ k τ p
k+ = = <5
ν ν ρ

On doit remarquer que pour les 3 zones on peut utiliser la formule analytique de Churchill, ,
qui offre une très bonne approximation de λ pourvu que l’on connaisse précisément la rugosité moyenne
de la conduite considérée
1
 12 12
 8  1
λ = 8   + 
  Re  3

 ( A + B )2 
16
 
  16

avec A =  2.457 ⋅ ln
1  et B =  37'530 
  Re 
ks   
0.9
 7 
  Re  + 0.27 ⋅ D 
   

2.5.3 Calcul du diamètre économique d'une conduite

La perte énergétique dans une conduite de longueur L et de diamètre D vaut:

L C 2 8 ⋅ λ ⋅ L ⋅Q 2
gH r = λ ⋅ ⋅ =
D 2 π 2 ⋅D5
On voit dans cette expression l’importance du choix du diamètre de la conduite qui pour un débit
donné influence la perte énergétique avec un exposant 5.

La puissance correspondante dissipée dans la conduite est alors :

Machines hydrauliques I Page 37


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

8 ⋅ ρ ⋅ λ ⋅ L ⋅ Q3
Pr = ρ ⋅ Q ⋅ Er =
π 2 ⋅ D5
A titre d’exemple, on considère une conduite forcée avec les données suivantes :
• un diamètre D = 3 m ;

• une longueur L = 5'400 m ;

• un débit Q = 78 m 3 / s ;

• une chute H = 915 m

Ces données correspondent à une vitesse débitante de 11 m / s et une valeur du nombre de


Reynolds Re = 33.1⋅1 0 6 et un coefficient de pertes énergétiques λ = 6.9 ⋅1 0 −3 si l’on suppose que l’état de
la conduite permet l’établissement d’un régime d’écoulement turbulent lisse.
D’où on en déduit une puissance dissipée dans la conduite forcée de

Pr = 58.6 MW

Soit encore 8.4% de la puissance hydraulique.


Le manque à gagner dépend du prix A du kWh et de la production de la centrale correspondant
à une période T de production à la puissance considérée. Ainsi on a la formule suivante pour ce
manque à gagner

8 ⋅ ρ ⋅ λ ⋅ L ⋅ Q3
A × T × Pr = A× T ×
π 2 ⋅ D5
qui correspond à un montant de 8.8 MFr sur une année, en supposant une production sur 3’000h
et un prix moyen de 0.05 Fr./kWh.
Si l’on réalise le même calcul pour un diamètre augmenté à 3.150 m pour réduire la vitesse
débitante à 10 m / s on obtient alors un nombre de Reynolds Re = 31.5 ⋅ 106 .
Dans ce cas le coefficient de pertes énergétiques est pratiquement inchangé λ = 6.9 ⋅1 0 −3 et la
puissance dissipée dans la conduite forcée est ramenée à

Pr = 46.2 MW

Soit plus que 6.6 % de la puissance hydraulique et un manque à gagner qui n’est plus que de
6.9 MFr.
Cependant, le coût de la réalisation de la conduite dépend directement de la masse M de
matière utilisée. Dans le cas d’une conduite cylindrique elle correspond à

π 
( D + 2 e) 2 − D2  dL
4 ∫L 
M = ρ acier ⋅

π D 2  4e 2 2e 
4 ∫L  D 2
= ρ acier ⋅  + 2  dL
D

L’épaisseur est définie en fonction de la contrainte admissible σ adm dans la conduite

δ p × D = σ adm × 2e

soit encore en supposant une répartition linéaire de la pression

Machines hydrauliques I Page 38


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

2e δ p ρE l
= ≈
D σ adm σ adm L

Donc en substituant cette expression il vient

π D2  ρ E  l2 ρE l 
2

M = ρ acier ⋅ ∫   2 +2
4 L  σ adm  L
 dL
σ adm L 
 
 1  ρ E 2 ρ E  π D 2 L
= ρ acier ⋅    + 
 3  σ adm  σ adm  4

Le coût d’installation de la conduite se ramène à des frais financiers qui, pour s’établissent à :

 1  ρ E  2 ρ E  π D 2L
n × B × M = n × B × ρ acier ⋅    + 
 3  σ adm  σ adm  4

Où B représente le prix de l’acier par unité de masse et n le taux annuel couvrant les intérêts et
l’amortissement du coût d’installation de la conduite.
On voit que ces frais financiers sont proportionnels à D 2 n où n inférieur à 3 2 est représentatif de
la technologie de fabrication de la conduite. Le coût total de cette dernière s'exprime alors comme la
somme du manque à gagner et de l’amortissement annuel du coût de l’installation de cette conduite.
Soit dans l'expression ci-après C = coût total en fonction du diamètre de la conduite:

λ
C = A ⋅ D 2n + B
D5
Le diamètre de conduite optimal s'obtient de la manière suivante:

∂P
0=
∂D
λ 1 ∂λ
= 2n ⋅ AD2n − 5 ⋅B +B
D6 D5 ∂ D
λ  D ∂λ 
= 2n ⋅ AD2n − 5 ⋅ B 6 1 − 
D  5λ ∂ D 
 D ∂λ 
= 2n ⋅ AD2n −1 +6 − 5 B λ 1 − 
 5λ ∂ D 

L’influence du diamètre sur la valeur du coefficient de perte énergétique local est assez faible.
On peut toutefois en tenir compte par exemple si l’on utilise la formule simplifiée de Blasius, on a

1 ∂λ 1 λ
λ= il vient =
4
100Re ∂D 4 D

soit alors

 1 
0 = 2n ⋅ AD 2n −1 +6 − 5 Bλ 1 − 
 5 × 4
0 = 2n ⋅ AD 2n −1 +6 − 4.75 B λ

On a alors la formule approximative permettant de calculer le diamètre économique d’une


conduite.

Machines hydrauliques I Page 39


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

4.75 B
D2 n+5 ≈
2n ⋅ A
Très souvent la valeur de ce diamètre correspond à une vitesse de l’ordre de 10 m/s pour les
conduites métalliques

2.6 Perte énergétique massique singulière

Les pertes énergétiques singulières dans un circuit hydraulique sont des pertes liées à un
transfert ou un mélange turbulent liées à une déviation, une obstruction ou un décollement de
l'écoulement. Ce mélange est provoqué par des cisaillement de l’écoulement qui vont générer de la
turbulence. Les tourbillons turbulent à grande échelle ainsi générés se décomposent ensuite en
tourbillons de plus petite échelle jusqu’à ce que les effets de la viscosité moléculaire soient
prépondérants.
C’est donc en présence de singularité de l’écoulement, décollement, que l’on sera confronté à
des pertes énergétiques « singulières » par opposition aux pertes dites régulières.
Le coefficient de perte énergétique singulière est défini comme:

gH rv
Kv =
C2
2
où gHrv est la perte énergétique du composant d’indice , par exemple v. La vitesse débitante
locale C de référence pour définir l’énergie cinétique massique est en général celle correspondant à la
section d'entrée de l'organe considéré.
On trouvera dans le chapitre 2 les valeurs de coefficient de perte énergétique singulière
correspondantes à différents types de composants d’un circuit hydraulique.

2.7 Caractéristique hydraulique d’un circuit

2.7.1 Conventions: Energie hydraulique massique d’une machine

Sections de références

AI représente la section haute pression (amont) d’une machine et AI la section basse pression
(aval) de cette même machine. Ces 2 sections sont fixées par le contrat liant l'acheteur et le
fournisseur de la machine, voir Figure 2-5.

Energie hydraulique massique d’une machine

Par convention si gH I représente l’énergie hydraulique massique de la section AI haute


pression et gH I l’énergie hydraulique massique de la section AI basse pression, alors par convention
E , l’énergie hydraulique massique échangée dans une machine, est définie comme la différence
d’énergie massique entre les sections haute et basse pression

E = gH I − gH I
E >0
On voit ainsi que par convention l’énergie hydraulique d’une machine est toujours positive.

Machines hydrauliques I Page 40


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Cette définition de E est celle de la Commission Electrotechnique Internationale13 (CEI)

Figure 2-5- Sections de référence d’une machine hydraulique

2.7.2 Nomenclature d’une installation hydraulique

Installation hydraulique

On définit une installation hydraulique comme un ensemble plus ou moins complexe


d'éléments tels que réservoirs, conduites et appareils, qui comporte au moins une machine
hydraulique, organisé en vue de remplir une fonction déterminée impliquant un échange d'énergie,
donc de puissance, utile avec le milieu extérieur. Cet échange est effectué par la ou par les machines
hydrauliques, parties intégrantes de l'installation. Les relations qui existent entre installation et machines
du point de vue énergétique doivent donc être définies avec la plus grande rigueur et plus particulièrement
celle de frontière: de l'installation elle-même, de chacun des éléments qui la composent et des
machines. C'est en effet entre ces frontières que doivent être calculées puis mesurées les différences et
établis les bilans d'énergie qui quantifient les échanges énergétiques entre l'installation et le milieu.
La nature et la disposition des éléments qui constituent une installation hydraulique peuvent
varier dans une très large mesure en fonction du type de l'installation et de la fonction qui lui est
assignée. La Figure 2-6, qui représente schématiquement tous les éléments qu'il est pratiquement
possible de rencontrer dans une installation hydroélectrique, ne correspond dès lors pas à une réalité
technique; elle ne sert qu'à illustrer la symbolique utilisée ici. Il convient avant tout de préciser la
terminologie qui permet de distinguer les éléments de l'installation en fonction de la position qu'ils y
occupent par rapport à la machine. La signification étymologique des termes amont et aval, souvent
utilisés, correspond parfaitement au cas d'une installation où le liquide s'écoule sous l'effet de la gravité,
donc en principe à une installation de turbine. Ils peuvent toutefois être générateurs de confusion dans
les installations de pompes, sauf si on maintient que dans ce cas, l'écoulement se produit de l'aval vers
l'amont. Pour lever toute ambiguïté, on les remplace, le cas échéant, par les locutions côté haute
pression et côté basse pression.

13 http://www.iec.ch/home-f.htm

Machines hydrauliques I Page 41


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 2-6 – Sections particulières d’une installation hydraulique.

Eléments d'une installation

Dans la symbolique14 proposée, les éléments de l'installation sont désignés par des lettres
majuscules latines. Les éléments situés du côté aval, ou basse pression, de l'installation par rapport à
la machine sont désignés par des lettres surmontées du signe - voir Figure 2-6. On a regroupé une
proposition des symboles à utiliser pour désigner chacun des éléments d'une installation hydroélectrique
dans le Tableau 2-1.
Elément Installation

Côté amont Côté aval


Niveau libre (Bassin) B B
Grille (Fig. 3.3) A A
Vanne de galerie VT VT
Galerie T T
Chambre d'équilibre (Fig. 3.4) S S
Vanne de tête VP VP
Conduite forcée P P
Vanne de machine (Fig. 3.5) VM VM
Machine M

Tableau 2-1 Proposition de symboles des éléments d’une installation

Sections particulières d'une installation

Les sections d'écoulement à prendre en considération sont désignés par des chiffres romains.
Les sections situées du côté aval, ou basse pression, de l'installation par rapport à la machine sont
désignées par des chiffres surmontés du signe voir Figure 2-6 ; grâce à cette convention, les
expressions de la différence d'énergie E à exploiter par une machine s'écrivent sous la même forme

14 Cette symbolique a été élaborée dès 1965 par le Professeur Bovet de l'Institut de machines
hydrauliques (IMH) de l'EPUL.

Machines hydrauliques I Page 42


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

pour une turbine et pour une pompe. La désignation des sections s'effectue en ordre croissant de part et
d'autre des frontières de la machine, dont la frontière amont, ou haute pression, est toujours désignée
par l'indice I , et la frontière aval, ou basse pression, par l'indice I . Les sections particulières de
l'installation situées à l'amont de la section I sont numérotées II , III , etc., en fonction de la
configuration particulière de l'installation étudiée; il en va de même pour les sections situées à l'aval de la
section I sont numérotées II , III , etc.
La définition des sections d'écoulement sont considérées ici à titre purement théorique, comme
coïncidant avec les limites matérielles de l'élément considéré, des brides par exemple. Mais dans
chaque cas particulier, l'emplacement de ces frontières est fixé par les contrats de fourniture qui lient le
constructeur au maître d’œuvre afin qu'il soit possible de délimiter le domaine de responsabilité,
notamment en ce qui concerne les performances de chaque élément de l'installation. C'est
particulièrement le cas en ce qui concerne la machine, lors d'essais de performances sur modèle réduit
en laboratoire ou sur prototype industriel sur le site; les sections de mesure, ou sections de référence,
doivent être choisies en accord avec les normes internationales publiées par la Commission
électrotechnique internationale (CEI).

2.7.3 Pertes énergétiques:

La dissipation dans les circuits hydrauliques est une des causes de pertes en énergie
massique. Pour de l'eau s'écoulant d'une section II à une section I d'une conduite hydraulique, ces
dernières sont définies comme suit:
• gHr I ÷ II pertes d'énergie massique entre les sections (1) et (2) aussi appelées: pertes de
charge ou pertes énergétiques avec:

gHr I ÷ II = gHI -gH II

On distingue deux type de circuits: circuit ouvert et circuit fermé

Circuit ouvert

Un circuit ouvert se présente la façon suivante

Figure 2-7 Schéma d'un circuit ouvert)

Il s'agit d'un écoulement gravitaire, soit:

p B = p B + p atm.

Si les sections suivantes définissent les limites d’une turbomachine


• AI pour la section haute pression

• AI pour la section haute pression

Machines hydrauliques I Page 43


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 2-8 - Caractéristique d'un circuit ouvert (pompe)

L'énergie disponible E pour cette turbomachine est donnée par:

E = gH I − gH I

soit encore si on considère un écoulement en mode pompe

gH B = gH I + gH rB÷ I
gH I = gH B + gH rI ÷B

D'où l'égalité suivante:

gH I − gH I = ( gH B + gH rI ÷ B ) − ( gH B − gH rB ÷I )

ou:

gH I − gH I = gH B − gH B − ( gH rI ÷B + gH rB÷ I )

En faisant apparaître les différents composantes de l’énergie cinétique massique totale écrite ici
pour la section I:

pi C2
gHi = +gZ i + i
ρ 2

On obtient l'énergie hydraulique disponible aux limites de la machine:

gH I − gH I = g ( Z B − Z B ) + ∑ gHr

Dans ce type de circuit des problèmes se rencontrent à l'amorçage ou à l’arrêt, il faut une vanne
d’arrêt.

Circuit fermé

Un circuit fermé se présente la façon suivante (Figure 2-9):


On n’a pas de condition de réservoir à surface libre ou pression constante à respecter

gH I = gH I + gH rI ÷ I

Donc:

gZ B − gZ B = 0

Dans ce cas ci, n'importe quelle pompe peut être utilisée, il n'y a pas de colonne d'eau à vaincre
au démarrage.

Machines hydrauliques I Page 44


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 2-9- Schéma d'un circuit fermé

Figure 2-10 - Carctéristique d'un circuit fermé (pompe)

2.7.4 Pertes énergétiques dans un circuit de turbine:

L'évolution de l'énergie hydraulique massique et les pertes sont représentées pour une
installation comportant une turbine (Figure 2-11)

Figure 2-11 - Evolution de l'énergie massique dans un circuit turbine

Machines hydrauliques I Page 45


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Les pertes dans les circuits amont et aval se comportent de la manière suivante, en suivant le
sens de l'écoulement:

gHr B÷ I > 0 (circuit passif)


gHr I ÷ I > 0 (pertes dans la turbine, élement actif)
gHr I ÷ B > 0 (circuit passif)

En fonction des grandeurs d'implantation et des pertes énergétiques du bassin amont à la


section HP de la turbine, et de la section BP de la turbine au bassin aval, l'énergie hydraulique
disponible pour cette dernière est:

gH I − gH I = E
= ( gH B − gH B ) − ( gH B÷ I + gHI ÷ B )
1442443
∑ gHr > 0
Soit en tenant compte que les deux réservoirs sont à la même pression et si l’on néglige leur
énergie cinétique massique respective on a

patm C2 p
gH B = + gZ B + B ≈ atm + gZ B
ρ 2 ρ
patm C2 p
gH B = + gZ B + B ≈ atm + gZ B
ρ 2 ρ

d’où finalement

gH I − gH I = E
= g ( Z B − Z B ) − ∑ gH r

2.7.5 Pertes énergétiques dans un circuit de pompe:

L'évolution de l'énergie hydraulique massique et les pertes sont représentées pour une
installation comportant une pompe, Figure 2-12.
Les pertes dans les circuits amont et aval se comportent de la manière suivante, en suivant le
sens de l'écoulement:

gHr B ÷ I > 0 (circuit passif)


gHr I ÷ I > 0 (pertes dans la pompe, élément actif)
gHr I ÷ B > 0 (circuit passif)

En fonction des grandeurs d'implantation et des pertes énergétiques du bassin amont à la


section HP de la pompe, et de la section BP de la pompe au bassin aval, l'énergie hydraulique de la
cette dernière est:

gH I − gH I = E
= ( gH B − gH B ) + ( gH B÷ I + gHI ÷ B )
1442443
∑ gHr > 0
De même en tenant compte que les deux réservoirs sont à la même pression et si l’on néglige
leur énergie cinétique massique respective on a

patm C2 p
gH B = + gZ B + B ≈ atm + gZ B
ρ 2 ρ

Machines hydrauliques I Page 46


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

et

patm C2 p
gH B = + gZ B + B ≈ atm + gZ B
ρ 2 ρ

d’où finalement

gH I − gH I = E
= g ( Z B − Z B ) + ∑ gHr

pour une pompe l'énergie massique à fournir est plus grande que celle de la turbine.

Figure 2-12 - Evolution de l'énergie massique dans un circuit pompe

Machines hydrauliques I Page 47


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Machines hydrauliques I Page 48


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

3 Classification des machines hydrauliques

3.1 Définitions

3.1.1 Puissance hydraulique

La puissance hydraulique Ph d’une machine correspond à la puissance disponible entre sa


section haute pression AI et celle à basse pression AI , voir Figure 3-1.
Elle est déterminée par :

Ph = rQ ´ ( gH I - gH I )
= rQE

Figure 3-1 - Schéma d’une installation hydraulique

3.1.2 Convention sur le sens de la transformation

Une machine hydraulique transforme une énergie (une puissance) hydraulique en énergie (en
puissance) mécanique ou inversement. La variété des domaines d'utilisation, l'étendue des plages
d'énergie hydraulique massique et de débit à couvrir ainsi que la nécessité de travailler dans chaque cas
avec des performances optimales justifient l'existence de types de machines hydrauliques différents
quant à leur géométrie, à leur principe de fonctionnement et à leurs formes. La classification présentée
ici sera complétée ultérieurement en considérant des critères spécifiques.
La fonction d'une machine hydraulique est définie par le sens de la transformation :
• une turbine transforme en énergie mécanique sur son arbre l'énergie hydraulique du liquide,
généralement de l'eau, qui la traverse; dans le domaine technique particulier des systèmes
oléo hydrauliques, un moteur hydraulique accomplit la même fonction; Dans le cas d’une
turbine la puissance hydraulique de l’écoulement est diminuée, la puissance est transmise à
la roue puis vers la machine génératrice par l’arbre de la machine ; une turbine est une
machine motrice. On convient dans le cas d’une turbine que la puissance hydraulique
transformée par la machine est positive

Machines hydrauliques I Page 49


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Turbine Ph > 0

• une pompe transforme l'énergie mécanique qu'on lui fournit sur son arbre pour accroître
l'énergie hydraulique du liquide qui la traverse. A l’inverse, dans ce cas, le transfert de
puissance s’effectue de la roue vers l’écoulement, la puissance hydraulique de l’écoulement
est augmentée par la machine, on est en présence d’un transfert de puissance du moteur
d’entraînement vers la roue par l’intermédiaire de l’accouplement, une pompe est une
machine réceptrice. On convient alors dans le cas d’une pompe que la puissance hydraulique
communiquée au fluide par la machine est négative

Pompe Ph < 0

Certaines machines dites pompes-turbines ou machines réversibles sont spécialement


conçues pour effectuer la transformation d'énergie aussi bien dans un sens que dans l'autre.

3.1.3 Signe du débit

La puissance hydraulique Ph étant donnée par

Ph = ρ QE

et sachant que pas définition E l’énergie massique d’une machine est un terme toujours positif
il résulte de la convention du sens de la transformation que :

Turbine

Dans le cas d’une turbine, machine motrice, le débit est positif.

Ph = ρ QE > 0 

= ρ Q ( gH I − gH I )  ⇒ Q > 0
14 4244 3
>0 

Pompe

Dans le cas d’ une pompe, machine réceptrice, le débit est négatif.

Ph = ρ QE < 0 

= ρ Q ( gH I − gH I )  ⇒ Q < 0
14 4244 3
>0 

3.1.4 Puissance transformée dans la roue

La puissance transformée Pt d’une machine correspond à la puissance effectivement


r
transformée à l’intérieur de l’aubage de la roue sans tenir compte des couples de frottements des
labyrinthes. Si Tt désigne le moment résultant de l’écoulement sur l’aubage cette puissance se calcule
suivant
r r r
Pt = Tt × w où w désigne la vitesse angulaire de rotation de la roue.

3.1.5 Puissance mécanique de la roue et puissance mécanique interne

La puissance mécanique d’une roue Pm est définie à l’accouplement de la roue avec l’arbre de
la machine, voir Figure 3-2. Elle comprend la puissance transformée Pt ainsi que Prm la puissance
dissipée par les frottements internes dans les labyrinthes et les disques tournants ou éventuellement
dans les garnitures d’étanchéité. Suivant le sens de la transformation on a les formules données dans le
Tableau 2.

Machines hydrauliques I Page 50


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Tableau 2 - Transformation de puissance mécanique dans une turbine et une pompe

Turbine Pompe
Pt = Pm + Prm Pm = Pt + Prm
Pm = P + PLm P = Pm + PLm

3.1.6 Puissance d’une machine

La puissance mécanique d’une machine P est par définition la puissance au plateau


d’accouplement de la machine, elle comprend la puissance transformée Pt ainsi que les puissances
dissipées par frottement de disques et des labyrinthes dus à la roue, Prm voire aux garnitures
d’étanchéité de l’arbre de roue et les frottements de palier Pr , voir Figure 3-2.

Figure 3-2- Bilans de puissance mécanique dans une roue de turbime et de pompe.

3.1.7 Energie massique transformée et débit traversant

De manière analogue à la définition de la puissance transformée on introduit l’énergie massique


transformée Et et le débit traversant l’aubage Qt par la relation suivante :
r
Pt = rQt Et où wt désigne la vitesse angulaire de rotation de la roue.

3.1.8 Rendements

Rendement de la machine

C’est le rapport de la transformation globale de puissance mécanique soit


• Pour une turbine

P
η=
Ph

• Pour une pompe

Ph
η=
P

Rendement énergétique

C’est le rapport de la transformation globale d’énergie soit en considérant ∑Er la totalité des
pertes énergétiques dans la machine il vient :

Machines hydrauliques I Page 51


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

• pour une turbine ;

Et
ηe =
E
E − ∑ Er ∑ Er
= = 1−
E E
• pour une pompe ;

E
ηe =
Et

=
E
=
1
≈ 1−
∑E r

E + ∑ Er ∑E E
1+
r

Rendement volumétrique

La totalité du débit ne participe pas à la transformation dans la roue de la machine. En effet une
partie qr correspond au débit de fuite au travers des entrefers entre les pièces mobiles et les pièces
stationnaires. Le rendement volumétrique est ainsi défini par
• pour une turbine ;

Qt
ηq =
Q
Q − qr Q
= = 1− r
Q Q

• pour une pompe ;

Q
ηq =
Qt
Q 1 Q
= = ≈1− r
Q + Qr Qr Q
1+
Q

3.2 Machines volumétriques et turbomachines

Et L’énergie hydraulique massique transformée par la partie mobile de la machine est donnée
par la différence d'énergie

Et = gH1 − gH 1 − E rb

Machines hydrauliques I Page 52


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

où Erb représente les pertes énergétiques dans la partie mobile de la machine .


qui s'écrit aussi

 p C2   p C2 
Et =  gZ1 + 1 + 1  − gZ 1 + 1 + 1  − ε Erb
ρ  ρ
 2   2 
où Erb représente les pertes énergétiques dans l'aubage, et ε = ± 1 indique le sens de la
transformation, positif pour une machine motrice et négatif pour une machine réceptrice .
On peut alors regrouper les différents termes de cette différence selon la variation d’énergie
potentielle de position, de pression ou d’énergie cinétique massique :

p p   C2 C2 
Et = ( gZ 1 − gZ 1 ) +  1 − 1  − 1 + 1  − ε E rb
 2 
ρ ρ   2

Cette expression permet alors de distinguer les différents types de machines selon le terme
d’énergie massique qui est impliqué dans la transformation.

3.2.1 Machines élévatrices et roues à eau

Les machines élévatrices ou les roues à eau qui ont été les précurseurs des machines
hydrauliques avec déjà des exemples dans les civilisations antiques exploitent simplement la variation
d’altitude entre l’entrée et la sortie de la machine sans modifier ni la pression ni la vitesse du fluide.

Et = ( gZ 1 − gZ 1 ) − ε Erb

Figure 3-3 : Machines élévatrices: Elévateur à godets

Figure 3-4 : Machines élévatrices: Vis d'Archimède

C’est la roue à eau à arbre horizontal dite roue vitruvienne, du nom de Marcus Vitruvius Pollio,
ingénieur et architecte romain du 1er siècle avant J.-C., qui s’est développée dans le monde occidental et

Machines hydrauliques I Page 53


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

qui a été la principale force vive de la révolution industrielle au XVIIIième et au XIXième. Cette roue a évolué
pour donné 3 types classiques :
La roue « au dessus » ou à augets, qui recevait l’eau à sa partie supérieure ;
La roue « de poitrine » ou de côté de type intermédiaire ;
La roue « par le dessous » ou roue à aubes.
C’est bien entendu la conception roue « en dessus » qui exploitait effectivement toute la
différence d’altitude entre le point haut et le point bas de la roue alors que la roue « par le dessous »
exploitait plutôt la variation d’énergie cinétique. Il faut cependant attendre le XVIIIième siècle pour que
l’ingénieur anglais John Smeaton (1724-1792) démontre que la roue « en dessus » présente le meilleur
rendement, au moins 60% !

3.2.2 Machines volumétriques

Le transfert d'énergie consécutif à une variation de pression dans une machine est induit par une
variation du volume de l'organe moteur, obtenue par un mouvement alternatif ou rotatif (Figure 3-6) de ce
dernier; utilisées aussi bien comme machines motrices (moteurs hydrauliques) que comme machines
génératrices (pompes volumétriques), les machines volumétriques équipent les systèmes de
commande oléohydraulique.

Travail d’un piston

On considère un piston se déplaçant à l’intérieur de la chambre d’un cylindre. Ce piston est


soumis à la force résultante F de l’action du fluide de part et d’autre du piston qui est donnée par

b
F = p - pa × A g
= Dp × A
où p désigne la pression de fluide dans le volume intérieur la chambre d’un cylindre limité par le
piston et p a celle du fluide à l’extérieur

Piston-cylindre

Dans son déplacement dL durant l’intervalle de temps dt le travail échangé entre le piston et le
fluide est donné par F × dL auquel correspond la puissance:

dl
Pt = F ×
dt
En substituant l’expression de la force résultante et en notant par dV le volume balayé au cours
du déplacement on obtient l’expression suivante de la puissance mécanique transférée entre le fluide et
le piston

F = A × Dp UV dl dV
Þ Pt = A × Dp × = × Dp
dV = A × d l W dt Dt

Soit encore en introduisant le débit Q définit par

δV
Qt =
δt
On obtient l’expression de la puissance échangée entre le fluide et le piston

Pt = Q × Dp

Machines hydrauliques I Page 54


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Si le mouvement du piston est un mouvement alternatif correspondant à n cycles par seconde


on définit la cylindrée par le volume balayé sur une demi-période. Le volume débit moyen est donné par

Vcyl . N w
Q= = n ×Vcyl . = × Vcyl . = ×Vcyl.
Dt 60 2p

Puissance mécanique et couple d’un moteur

Convention moteur

P =T ×w > 0
Rendement global d’un moteur

P T ×w
hmot . = =
Ph Ph

Conséquence sur le signe du débit (convention)

P = T × w = hmot . × Ph > 0

1
P > 0 Þ Q × Dp > 0 Þ Q > 0
>0

Expression du couple moteur

ω
T ⋅ ω = ηmot. ⋅ VCyl . ⋅ ∆p

Soit finalement

1
T= ηmot. ⋅VCyl. ⋅ ∆p

Puissance mécanique et couple d’un récepteur

Convention pour un récepteur

P =T ×w < 0

Rendement global d’un récepteur

Ph P
hrécept. = = h
P T ×w
Conséquence sur le signe du débit (convention)

1
P = T ×w = × Ph < 0
h récept.

1
P < 0 Þ Q × Dp < 0 Þ Q < 0
>0

Expression du couple récepteur

−1 ω
T ⋅ω = ⋅ V ⋅ ∆p
ηrécept. 2π Cyl .

Machines hydrauliques I Page 55


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Soit encore

1 −1
T= ⋅ ⋅V ⋅ ∆p
2π ηrécept. Cyl .
Au rendement prés, le couple ne dépend que de la pression de service et de la cylindrée de la
machine volumétrique. Plus la pression de service est élevée plus la cylindrée est faible, il en résulte un
avantage de légèreté, de faible inertie et de coût.

Influence de la compressibilité, rendement volumétrique d’un compresseur

Si on suppose une transformation polytropique dans le cas d’un compresseur

pV k = cste

Diagramme P-V d’un compresseur

Le rendement volumétrique est déterminé en comparant le volume effectivement aspiré à la


cylindrée.

Veff .
hV =
Vcyl .

Pression absolue de ligne et pression de service

p{
pression de ligne absolue
= patm . + 1
Dp
pression d e service

Au point mort bas, PMB, le gaz à la pression atmosphérique occupe le volume total ;

V = Vcyl. + Vmort

Au point mort haut, PMH, le gaz à la pression de ligne occupe le volume résiduel correspondant
au volume mort. Ce volume résiduel correspond à la pression atmosphérique au volume suivant:

pVmort = p atm V
k k
. 0

D’où l’expression du volume effectif balayé par le cylindre

Veff . = V - V0 = Vcyl. + Vmort - V0

LM p OP
1
k
= Vcyl. + Vmort - Vmort
Np Q
atm .

soit encore

L Dp OP
1

- V M1 +
k
Veff . = Vcyl. + Vmort mort
N p Q atm .

F L Dp O I 1

= Vcyl. + Vmort GG 1- M1 + p P JJ k

H N QKatm .

Ainsi le rendement volumétrique est donné par :

Machines hydrauliques I Page 56


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

LM F Dp I 1
OP V
= 1+ 1- G 1+
MM H p JK
k
hV
PP V
mort

N atm .
Q cyl .

On doit donc avoir le volume mort le plus faible possible, en pratique 5% de la cylindrée ce qui
pour une pression de 6 bar correspond à un rendement volumétrique de 85%. Il est naturellement
possible d’augmenter la pression avec plusieurs étages.

Rendement volumétrique d’un compresseur

Rendement volumétrique d’une pompe ou d’un moteur hydraulique

Dans le cas d’une machine à fluide faiblement compressible on peut écrire :

dV dp
=-
V B
avec B qui représente la constante de compressibilité dont la valeur est supérieure à 10'000 bars
Le volume mort à la pression de ligne correspond alors à un volume à la pression atmosphérique
donnée par

V0 Dp
Ln =
Vmort B

soit encore

V0 = Vmort exp
LM Dp OP
NBQ
d’où le rendement volumétrique d’une machine à fluide incompressible

LM
hV = 1 + 1 - exp
FG Dp IJ OP V
H B KQ V
mort

N cyl .

Pour une forte pression de ligne de 400 bars, et en supposant un volume mort identique à la
cylindrée ce qui est certainement sur évalué, on obtient avec une huile très compressible (B = 12'000
bars), un rendement volumétrique qui est encore de 0.966 %. La pression de service n’est limitée que
par la résistance des composants mécaniques aux efforts engendrés par une telle pression de servi ce.
Actuellement la limite de pression est de l’ordre de 450 bars.

Voiture légère à 4 roues motrices

On considère le couple délivré par un moteur à explosion de 1'100 cm3 sur chacune des 4 roues.
Quand la boîte de vitesse est sur le premier rapport, le couple engendré est environ de 1'150 Nm.
On retient une pression de service de 175 bars et un rendement de 85%, cela correspond alors à
une cylindrée de 485 cm3.

Moteur hydraulique adapté à l’entraînement d’une roue de voiture légère

Il existe un moteur hydraulique disponible délivrant ce couple avec une vitesse de rotation de
375 t/min. (puissance de 45 kW) qui pourrait être accouplé directement à l’arbre de roue. Ces
dimensions sont les suivantes : diamètre extérieur 147 mm, longueur 228 mm.

Machines hydrauliques I Page 57


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Un moteur électrique tournant à cette vitesse aurait des dimensions plus importantes. Il serait
possible d’envisager un moteur tournant plus rapidement mais il faudrait envisager un réducteur de
vitesse.

Comparaison moteur électrique et moteur hydraulique

Utilisation des machines hydrauliques volumétriques

La pression de service élevée permet des couples ou efforts importants avec les avantages
suivants :
• entraînement avec faibles bras de leviers ;
• entraînement des mécanismes à grandes inerties ;
• faible encombrement ;
• légèreté ;
L’incompressibilité permet de plus des réglages précis de vitesse et de déplacement ce qui est
précieux dans le domaine des asservissements de position (robotique).
La transmission du mouvement qui permet à partir d’une seule source d’énergie de multiplier les
entraînements (machines agricoles, engins de chantier).
Enfin, par construction les mécanismes hydrauliques sont étanches ce qui les prédisposent à
être utiliser dans des atmosphères déflagrantes ou agressives (travaux sous-marins)
En conséquence on retrouve les machines volumétriques dans les domaines suivants :
• Presses ;
• Engins de travaux publics ;
• Aéronautique, gouvernes de vol ;
• Engins de levage et de manutention ;
• Entraînement d’inertie importantes, tourelle de char, pièces d’artillerie, radar;
• Machine d’injection de plastique ;
• Commande de cylindres de laminoirs ;
• Industrie minière ;
• Travaux de recherche pétrolière ;
• Marine, ouverture de portes de cales, relevage de filet, winches, travaux sous-marins ;
• Robotique ;
• Machinisme agricole ;

Moteur et pompe à pistons

Simples
Multiples radiaux
Multiples axiaux
Exemples :

Machines hydrauliques I Page 58


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-5 : Schéma d'une pompe à piston

Moteurs et pompes à engrenage

Figure 3-6 : Pompe à engrenages, à double effet, à denture extérieure

Du fait de leur faible coût les pompes à engrenage se trouvent souvent comme pompe à huile
destinée à la lubrification des moteurs à combustion interne.

3.2.3 Turbo machines

Lorsque le transfert d’énergie implique à la fois une variation d’énergie potentielle de pression et
d’énergie cinétique massique on parle alors de turbomachines, où le transfert d'énergie est assuré par
une roue munie d'aubes constituant des tronçons de conduites, solidaire de l'arbre, animée d'un
mouvement rotatif continu; à cette catégorie appartiennent les turbines (Figure 3-7) et les turbopompes
(Figure 3-8), utilisées dans les installations de puissance.

Machines hydrauliques I Page 59


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-7 : Roue d'une turbine Kaplan

Figure 3-8 : Coupe d'une pompe centrifuge, P=900 kW

Machines à action ou réaction. Degré de réaction

Ce critère est relatif à la part d’énergie cinétique massique exploitée par l'aubage.

Figure 3-9 : Frontières d'un aubage de machine à réaction

Ainsi si on introduit l’énergie potentielle massique transformée

 p   p 
Etp =  gZ1 + 1  −  gZ1 + 1 
 ρ   ρ 

et d'énergie cinétique massique


2
C12 C1
Etc = =
2 2
de sorte que

Machines hydrauliques I Page 60


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

E t = E t p + E tc - E rb

On appelle degré de réaction le rapport

 p1   p1 
 gZ1 +  −  gZ 1 + 
ρ ρ 
=   
Ebp
ep =
E gH 1 − gH 1

Dans les roues où l'espace entre deux aubes consécutives est entièrement rempli de liquide en
écoulement, on a de toute évidence

p1 > p 1

donc

Etp > 0 et 0 < ep < 1

Ces roues, qui exploitent l'énergie hydraulique à la fois sous forme potentielle et cinétique, sont
appelées par convention roues à réaction. C'est le cas de toutes les turbopompes et de toutes les
turbines à l'exception de la turbine Pelton. Cette propriété de l'aubage est étendue, dans le langage
courant, à l'ensemble de la machine qu'on appelle dès lors machine à réaction.
Dans une turbine Pelton, dès la sortie de l'injecteur, l'écoulement est à la pression
atmosphérique, dans le jet comme dans les augets. On a

p1 = p1 et e p = 0

La roue d'une turbine Pelton n'exploite ainsi que de l'énergie cinétique; elle est appelée par
convention roue à action, la turbine Pelton étant de ce fait une turbine à action.

3.2.4 Types de turbomachines hydrauliques

Quoique se présentant à première vue sous une diversité relativement grande de formes et de
dimensions, les turbomachines hydrauliques construites et exploitées de nos jours se regroupent en un
nombre réduit de types. Selon la nature du problème à résoudre, chacun de ces types peut, de cas en
cas, être désigné par des appellations différentes. Celles-ci dépassent le cadre de la simple terminologie
car elles fournissent des informations sur la forme de la machine, sur son domaine d'emploi, sur son
mode d'exploitation de l'énergie hydraulique ou encore sur la géométrie de l'écoulement dans sa roue.
Les critères de classification qui définissent les appellations des divers types actuels de
turbomachines sont examinés en fin de chapitre. On y trouve la justification des dénominations
équivalentes:

Turbines

• Pelton: à action - tangentielles - à énergie élevée - de vitesse spécifique faible (lentes);


• Francis: à réaction - radiales et radiales-axiales - à énergie moyenne - de vitesse spécifique
moyenne;
• Dériaz: à réaction - diagonales - à énergie moyenne - de vitesse spécifique moyenne;
• Hélice, Kaplan et bulbe: à réaction - axiales - à énergie faible - de vitesse spécifique élevée
(rapides).

Pompes

Les pompes sont désignées par la géométrie de l'écoulement. On rencontre ainsi les types
suivants:

Machines hydrauliques I Page 61


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

• Radiale: radiale et radiale axiale - énergie fournie élevée - vitesse spécifique faible;
• Diagonale: diagonale - énergie fournie moyenne - vitesse spécifique moyenne;
• Axiale: axiale - énergie fournie faible - vitesse spécifique élevée.
En outre, pour tous ces types de machines, on distingue 3 grandes familles:
• machines fixes (distributeur et roue fixes)
• machine à simple réglage, distributeur ou roue réglable
• machines à double réglage, distributeur et roue réglable

3.2.5 Critères de classification

L'ensemble des turbomachines hydrauliques présente une variété relativement grande de types
et de formes. Afin que chaque machine puisse être identifiée avec précision, on la classifie au moyen de
critères qui définissent précisément, entre autres, son type, sa forme et son mode d'exploitation de
l'énergie hydraulique. On utilise un de ces critères de préférence à un autre en fonction des questions
auxquelles il faut répondre dans chaque problème particulier.
Dans le paragraphe 3.2.4, qui présente un catalogue des types actuels de turbomachines
hydrauliques, les critères de classification de chaque type sont mentionnés.

Direction de l'écoulement dans un plan méridien de la roue

Ce critère définit la trajectoire des particules liquides dans un plan méridien de l'aubage.
L'écoulement dans un aubage est toujours tridimensionnel. Par simplification on considère
l'écoulement dans un plan méridien et dans l’aubage à réaction on distingue selon la direction de
l’écoulement l'aubage radial, radial-axial, diagonal et axial (Fig. 4.8), dont on a déjà dit qu'ils
correspondent respectivement aux pompes radiales ou centrifuges, aux turbines et pompes-turbines
Francis, aux turbines et pompes- turbines Dériaz et aux turbines et pompes hélices et Kaplan.
Par analogie, l'aubage d'une turbine Pelton est dit tangentiel.

Mode d'injection des turbines

Ce critère est d'importance relativement mineure. Si on désigne par mode d'injection la façon
dont une roue de turbine est alimentée par le distributeur, on distingue
• l'injection totale: l'entrée de l'eau s'effectue de manière uniforme sur toute la périphérie de la
roue; c'est le cas de toutes les turbines à réaction;
• l'injection partielle: c'est le cas particulier de la turbine Pelton, dans laquelle le jet atteint la
roue en un ou en plusieurs points localisés.

Vitesse spécifique ν

Ce critère, qui caractérise à la fois le type et la géométrie du profil hydraulique d'une roue est le
plus important de tous les critères définis ici. Il joue en effet un rôle déterminant dans le choix du type de
machine qui doit équiper une installation donnée; c'est un critère de référence.
Les lois de la similitude appliquées aux turbomachines hydrauliques permettent de définir un
coefficient adimensionnel appelé vitesse spécifique ν qui est caractéristique de la forme de la machine.
1/2
Q
ω 
π
ν =  3 / 4
( )
2 E

Machines hydrauliques I Page 62


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Ce coefficient de vitesse est tel que toutes les roues géométriquement semblables sont
caractérisées par une même valeur de ν. La vitesse spécifique est ainsi un facteur de forme du profil
hydraulique et par conséquent du type de machine considérée.
Le domaine d'utilisation d'un type de machine correspond à une plage de valeurs de ν:
• turbines Pelton de 1 à 6 injecteurs 0,01 < ν < 0,11
• roues radiales et radiales-axiales 0,15 < ν < 0,70
• roues diagonales 0,40 < ν < 0,80
• roues axiales 0,50 < ν < 2,00
On montre plus loin que cette correspondance entre le domaine d'utilisation d'un type de
machine et une plage de valeurs de ν est lié au rendement de la roue; plus on s'écarte, dans un sens ou
dans l'autre, de la valeur médiane de ν dans une plage donnée, plus le rendement de la roue diminue. De
plus, des roues tracées pour des valeurs supérieures ou inférieures aux limites de la plage
présenteraient des difficultés techniques de réalisation.
Dans le langage courant des hydrauliciens, une roue est dite lente lorsque sa valeur de ν est
petite, rapide dans le cas contraire.
Il existe en outre d'autres définitions de la vitesse spécifique; les plus répandues sont:
• pour les turbines:

N P
ns =
H5 / 4
avec N : vitesse de rotation t/min
et P: puissance en général exprimée en kW mais parfois aussi en CV !
• pour les pompes et parfois les turbines

N Q
nq =
H3/4
avec N: vitesse de rotation t/min
On a la relation suivante entre les vitesses spécifiques

ν = 0,00634 n q n q = 157,8 ν

En outre, les normes CEI 60193 d’essais sur modèle réduit introduisent une vitesse spécifique
adimensionnelle

n Q
nEQ =
E3 / 4
avec n : nombre de tours par seconde
La Figure 3-10 montre l'évolution de la forme du canal de la roue Francis avec la vitesse
spécifique nq alors que la Figure 3-11 montre l'évolution du canal et de la forme de la roue pour les
pompes.

Machines hydrauliques I Page 63


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-10 : Forme indicative du canal de la roue Francis en fonction de la vitesse


spécifique n q

On a vu précédemment que la différence d'énergie E dépend directement de , δ Z chute brute ou


hauteur géodésique de refoulement. On déduit que le coefficient de vitesse ν varie en sens inverse de
E : les roues lentes équipent les chutes ou hauteurs de refoulement élevées et des roues de plus en
plus rapides doivent être utilisées lorsque E diminue.

3.2.6 Types actuels de turbomachines hydrauliques

Une brève description des types de machines modernes est donnée dans les paragraphes
suivants. Les machines sont classées en turbine et en pompe par vitesse spécifique croissante, on
trouvera de nombreux exemples de machines modernes dans "Turbomachines hydrauliques, choix
illustré de réalisations marquantes", P. Henry, PPUR, 1992.

Machines hydrauliques I Page 64


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-11 : Forme indicative de canaux de pompes en fonction de la vitesse


spécifique n q

Pelton

La turbine Pelton doit son nom à Lester Allen PELTON (1829-1908), ingénieur américain. Cette
machine se compose d'une roue à augets doubles (Figure 3-12) mis en rotation par des jets de 1 à 6.
Les jets sont créés et mis en forme par des injecteurs comportant une buse et un pointeau dont la
position variable permet de régler la dimension du jet et donc le débit (Figure 3-13).

Figure 3-12 : Injecteur et roue Pelton

Machines hydrauliques I Page 65


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-13 : Coupe d'un injecteur de la centrale de Veytaux (Doc. Hydro


Vevey)

La Figure 3-14 montre le domaine des énergies (chutes) sous lesquelles les turbines Pelton sont
utilisées.

Figure 3-14 : Domaine des chutes des turbines Pelton

Francis

La turbine Francis, qui doit son nom à l'ingénieur anglais J.B. FRANCIS (1815-1892), est une
turbine à réaction dont le canal de la roue est radial axial. C'est la machine la plus répandue dans le
monde du fait de sa relativement grande gamme de chute (~ 20 m à 700 m).

Machines hydrauliques I Page 66


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

La Figure 3-15 illustre le domaine des chutes des Francis.


Les Francis les plus puissantes actuellement en service sont celles de Itaipu, Brésil, voir page
147 "Turbomachines hydrauliques", dont la puissance maximale peut atteindre 800 MW.

Figure 3-15 : Domaine des chutes des turbines Francis

Les Francis dont le diamètre de roue est le plus grand actuellement sont celles de Grand Coulee
(USA) avec un diamètre D1 e = 9.160 m ().

Figure 3-16 : Coupe de la turbine de Grand Coule H = 86,9 m n = 87,5 t/min P =


700 MW

Dériaz

La turbine Dériaz a été développée par l'ingénieur suisse P. DERIAZ, alors qu'il travaillait dans
l'entreprise English Electric à Rugby. Les éléments principaux de cette machine sont similaires à ceux
de la turbine Francis. La roue, par contre, est très différente. Il s'agit d'une roue dont l'écoulement est

Machines hydrauliques I Page 67


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

diagonal et dont les aubes sont orientables, grâce à un système relativement compliqué composé d'un
servomoteur rotatif à palettes et de rotules (Figure 3-17 et Figure 3-18).

Figure 3-17 : Coupe d'une pompe-turbine Dériaz de la centrale de Sir Adam-


Beck H= 25 m n = 92,3 t/min P = 33 MW

Figure 3-18 : Vue d'une roue Dériaz. de la centrale d'Ajaure (Suède) H =


51,5 m n = 166,7 t/min P = 71 MW

La turbine Dériaz, du fait de ses aubes mobiles (double réglage) a une caractéristique de
rendement très plate. Toutefois, sa relative complexité et son prix élevé font que cette machine est
relativement peu utilisée.

Turbines axiales

Il existe un grand nombre de types de turbines axiales. Les roues à pales mobiles sont
désignées par le nom de leur inventeur, Victor KAPLAN (1876-1934), alors que les roues à pales fixes
sont désignées par le terme hélices.
Il existe deux grandes familles de turbines axiales:

Machines hydrauliques I Page 68


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

• les turbines classiques avec bâche spirale ou semi-spirale, avant-distributeur, distributeur


roue et diffuseur, généralement à axe vertical
• les turbines bulbes dont la machine électrique est située à l'intérieur d'une enceinte étanche
située dans l'écoulement. Il existe également des variantes dans les turbines bulbes:
• bulbe classique avec la génératrice entièrement immergée (Figure 3-19)

Figure 3-19 - Coupe d'un bulbe de la centrale de Anjala (Finlande) H = 11 m


n = 100 t/min P = 22,7 MW (Tampella)

• Bulbe en puits; la génératrice est située dans un puits (Figure 3-20)

Figure 3-20 : Vue d'un bulbe en puits de la centrale de Avesta -Lillfors H = 5,3 m
n = 68,2 t/min P = 14,3 MW (Kvaerner)

Machines hydrauliques I Page 69


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

• Bulbe en S; la génératrice est située à l'extérieur, l'arbre étant traversant (Figure 3-21)

Figure 3-21 : Coupe d'une turbine en S de la centrale de West End Dam


(USA) H = 6,00 m n = 120 t/min P = 3,0 MW

• Bulbe type STRAFLO. Les pales de la roue font office de rayons pour le rotor de la machine
électrique (Figure 3-22)

Figure 3-22 : Vue d'une turbine STRAFLO de la centrale de Laufenburg


(Suisse) H = 9,5 m n = 107,14 t/min P = 11 MW (Sulzer Escher
Wyss)

Crossflow, flux traversant

Cette machine a été développée par A.G.M. MICHELL en 1903, puis améliorée par A. BANKI,
vers 1917. Dans ce type de machine, l'eau traverse 2 fois la roue voir Figure 3-23.
Cette machine est à roue dénoyée donc, comme pour la Pelton, une partie de la chute est
perdue. Toutefois, pour la turbine Crossflow, ce handicap est beaucoup plus important puisque la gamme

Machines hydrauliques I Page 70


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

de chute de ce type de machine est relativement basse, H = 5 à 100 m. En outre, son rendement assez
faible, n η ≈ 70% limite l'utilisation de cette machine à des petits aménagements, Pmax ≅ 500 kW.

Figure 3-23 : Coupe d'une turbine Crossflow

Domaine d'utilisation des turbines

Le diagramme de la Figure 3-24 montre le domaine d'utilisation des divers types de turbines
dans un diagramme log H - log Q où les courbes à puissance hydraulique constante deviennent des
droites. Toutefois ces domaines sont indicatifs et les progrès de la technique tendent à modifier l'étendue
des diverses plages.

Figure 3-24 : Domaine d'utilisation des turbines (Doc. Escher-Wyss)

Pompes radiales

La désignation "radiale" décrit la géométrie de l'écoulement dans la roue de la pompe. Les roues
de pompes purement radiales n'existent que pour des machines de faible puissance et très haute

Machines hydrauliques I Page 71


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

énergie, en général multiétages (vitesse spécifique faible) comme le montre la Figure 3-25. Pour des
puissances élevées on préfère des roues radiales-axiales dont le rendement est bien meilleur.

Figure 3-25 : Coupe d'une pompe radiale Rütschi

Ce type de pompe est le plus répandu. Il s'applique à un large domaine d'énergie hydraulique. La
géométrie de la roue est du axiale radiale.
La Figure 3-26 montre une pompe radiale à 2 étages et double flux. Dans ce cas, l'énergie
fournie par la pompe est le double de celle donnée par 1 étage et le débit est également double.

Figure 3-26 : Pompe de Reisach-Rabenleite (VOITH) H = 180 m Q= 13 m 3/s


n = 333,3 t/min

Machines hydrauliques I Page 72


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Pompes diagonales

Les pompes diagonales ont un canal de roue dont l'entrée est à peu près axiale et la sortie a un
angle de 45° environ par rapport à l'axe, Figure 3-27. Ce type de pompe est adapté aux énergies
massiques moyennes.

Figure 3-27 : Pompe diagonale de redroidissement de centrale nucléaire


(RIVA) H = 11 m Q = 6,3 m3/s n = 264 t/min

Pompes axiales

Les pompes axiales ont un canal de roue avec un écoulement purement axial. Ce type de
pompe de haute vitesse spécifique est destiné aux basses énergies (Figure 3-28).

Machines hydrauliques I Page 73


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-28 : Pompe axiale à 2 étages (KSB)

3.2.7 Types anciens de turbines

Les types anciens de turbines décrits dans les paragraphes suivants ont disparu. Il est toutefois
intéressant de les connaître, d'une part pour comprendre l'évolution de la technique moderne, et d'autre
part pour d'éventuelles applications dans le domaine de la mini hydraulique où leurs formes relativement
simples permettent souvent une fabrication adaptée aux faibles puissances.

Turbines à action

Les types anciens de turbines à action ou à degré de réaction très faible sont les suivants:
• Girard. La turbine de Girard apparaît en 1851. La roue est axiale et l'injection est partielle ou
totale (Figure 3-29).

Machines hydrauliques I Page 74


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-29 : Turbine axiale Girard

• Schwamkrug. Turbine à action centrifuge à injection partielle. Cette turbine avait 1 ou


plusieurs jets, Figure 3-30. On trouve aussi des variantes à injection partielle avec des aubes
de distributeur et un réglage par vanne rotative, Figure 3-31.

Figure 3-30 : Turbine Schwamkrug à 1 jet

Machines hydrauliques I Page 75


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-31 : Turbine Schwamkrug à injection partielle

• Zuppinger (vers 1840). Turbine à action et jet rectangulaire. La puissance est réglée en
faisant varier l'épaisseur du jet. Cette machine est l'ancêtre de la Pelton (Figure 3-32 et
Figure 3-33).

Figure 3-32 : Turbine Zuppinger (Escher-Wyss)

Machines hydrauliques I Page 76


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-33 : Turbine tangentielle (Escher-Wyss)

• Pelton. La Figure 3-34montre une des premières versions, vers 1880 de la turbine de Pelton.
On remarquera la forme des augets encore assez primitive.

Figure 3-34 : Turbine Pelton originale vers 1880

Turbines à réaction

Il existe des anciens types de machines à réaction axiales, diagonales et radiales centrifuges.

Machines hydrauliques I Page 77


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

• Jonval. Turbine axiale ou diagonale à réaction et roue noyée. La Figure 3-35 montre
l'exemple des turbines diagonales de Chèvres (Genève) et d'une turbine purement axiale.

Figure 3-35 : Turbine Janval diagonale de Chèvres

• Fourneyron. Turbine centrifuge à injection totale. La Figure 3-36 montre la coupe d'une
turbine Fourneyron. Le réglage du débit se fait par une vanne fourreau placée à la sortie de la
roue.

Figure 3-36 : Turbine Fourneyron

Machines hydrauliques I Page 78


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

La Figure 3-37 montre une turbine Fourneyron fabriquée par Piccard-Pictet pour une centrale aux
chutes du Niagara.

Figure 3-37 : Turbine Fourneyron aux chutes du Niagara

• Francis (1815-1892). Ce type de turbine a été considérablement perfectionné au cours du


20e siècle. La Figure 3-38 montre une ancienne exécution, vers 1890 de Voith. La machine
est en chambre d'eau ouverte.

Figure 3-38 : Turbine Francis ancienne

Machines hydrauliques I Page 79


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

3.2.8 Organes principaux d'une turbomachine

L'organe essentiel de toute turbomachine hydraulique est la roue, dans laquelle s'effectue le
transfert d'énergie entre le liquide et l'arbre de la machine. D'autres organes sont nécessaires pour relier
la roue aux côtés amont et aval de l'installation, pour alimenter correctement la roue d'une turbine et pour
recueillir le liquide sortant de la roue d'une pompe, et encore pour imposer au débit la valeur requise par
le régime de fonctionnement de la machine à un instant donné.
Dans le cas des machines à réaction, le plus général car il comprend toutes les turbomachines
à la seule exception des turbines Pelton, on retrouve dans une turbine et dans une turbopompe les
mêmes organes, dans la même disposition par rapport à la roue, avec des formes relativement peu
différentes d'un type de machine à un autre. En raison de l'inversion du sens de l'écoulement, la fonction
de certains de ces organes est toutefois différente dans une turbine et dans une pompe. Sur la Figure
3-41, qui représente la coupe d'une pompe-turbine, ces organes sont désignés par le nom qu'ils portent
dans une turbine (au dessus de la ligne) et dans une pompe (au dessous de la ligne).
Dans une turbine à réaction, on trouve en suivant le sens de l'écoulement, de la section I
(amont ou haute pression) à la section I (aval ou basse pression):
• la bâche spirale: organe de liaison de la roue avec la conduite forcée d'alimentation, elle
assure la répartition uniforme du débit sur toute la périphérie du distributeur et, par
conséquent, de la roue; elle comporte une série d'entretoises ou avant-directrices dont
l'ensemble constitue l'avant-distributeur ou cercle d'entretoises; tout en participant à la
résistance mécanique de la bâche, les entretoises contribuent, conjointement avec le
distributeur, à la création d'un moment cinétique à l'entrée de l'aubage de la roue;

Figure 3-39 : Plan d'un avant-distributeur (entretoises) et d'un distributeur

• le distributeur (Figure 3-39): constitué d'éléments pivotants, les aubes directrices, il


assume deux fonctions; en conjugaison avec l'avant-distributeur, il crée un moment
cinétique à l'entrée de l'aubage de la roue en donnant à la vitesse d'écoulement une
composante tangentielle et il permet d'ajuster le débit absorbé par la turbine à la valeur
prescrite par le régime de fonctionnement de celle-ci à un instant donné; cette opération est
communément appelée réglage du débit;
• la roue (Figure 3-40): c'est l'organe de transformation de l'énergie hydraulique en énergie
mécanique; dans ses configurations radiale et radiale-axiale elle est constituée de deux
surfaces de révolution coaxiales, le moyeu et la ceinture ou couronne, qui délimitent un

Machines hydrauliques I Page 80


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

espace de révolution dans lequel sont placées les aubes, éléments de surface généralement
à double courbure, dont l'ensemble est appelé aubage; les roues diagonales et axiales,
dont les aubes sont parfois appelées pales, ne comportent pas de ceinture et l'écoulement
est limité à l'extérieur par un manteau fixe;

Figure 3-40 : Dimensions principales des roues radiale-axiale et axiale

• le diffuseur appelé parfois aspirateur: il relie la sortie de la roue au niveau aval de


l'installation; constitué par une conduite divergente, il conditionne la valeur de la pression à la
sortie de l'aubage et diminue la perte due à l'énergie cinétique à cet endroit; pour cette
raison, il est souvent considéré comme un organe de récupération.
Dans une turbopompe on trouve, en suivant le sens d'écoulement à travers la machine, de la
section I (aval ou basse pression) à la section I (amont ou haute pression) (Figure 3-41):
• l'aspirateur: homologue du diffuseur de la turbine, c'est une conduite convergente qui relie le
niveau aval de l'installation à l'entrée de la roue et assure l'alimentation uniforme de celle-ci;
• la roue ; les définitions relatives à la roue d'une turbine s'appliquent à celle d'une pompe;
• le distributeur : dans les pompes-turbines, il remplit une fonction identique à celle du
distributeur d'une turbine, à savoir le réglage du débit délivré par la pompe; dans le cas le plus
général toutefois, les turbopompes de disposent pas d'un distributeur réglable, mais d'un
aubage fixe qui remplit la fonction d'un diffuseur en transformant de l'énergie cinétique en
énergie potentielle de pression;
• la bâche spirale, parfois appelée volute : organe de liaison de la roue avec la conduite
forcée de refoulement; les entretoises sont profilées pour jouer le rôle d'un diffuseur.

Machines hydrauliques I Page 81


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-41 : Pompe-turbine à double réglage de la centrale du Truel (Aveyron,


France) 33 MW en pompe; 36 MW en turbine Conception et fabrication:
ALSTOM, Ht = 429 m Hp = 440 n = 750 t/min

La turbine Pelton (Figure 3-42 et Figure 3-43) est une turbine à action (§ 4.4.2). Elle ne
comporte de ce fait ni bâche spirale ni diffuseur. Son distributeur est appelé injecteur. Le débit est réglé
par le déplacement axial d'un pointeau. Un organe pivotant appelé déflecteur permet de dévier le jet en
un temps très court lors de décharges de l'alternateur. La roue est constituée d'un nombre déterminé de
cas en cas d'augets placés à la périphérie d'un disque; elle tourne à l'intérieur d'un bâti. Une turbine
Pelton peut comporter de un à six injecteurs.

Figure 3-42 : Dimensions principales de la turbine Pelton

Machines hydrauliques I Page 82


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 3-43 : Centrale de Bieudron (Cleuson Dixence) H = 1633÷1869


P = 400 MW n = 428 t/min

Machines hydrauliques I Page 83


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

4 Energie massique extraite ou fournie par une machine

4.1.1 Intégrale première de la quantité de mouvement de l’écoulement relatif

Vitesse rapportée à un repère mobile

Un échange de puissance mécanique ne peut se réaliser sans mouvement, dans une machine
de transformation de puissance il y aura toujours un ensemble de composants en rotation ou en
translation. C’est pourquoi il est intéressant d’introduire un repère mobile attaché au mobile.
r
D’une manière générale on se donne ainsi un repère d’origine O’ et de base e′i en rotation autour
r
du point O’ qui est lui même en mouvement d’accélération a0 par rapport à un repère galiléen.
r
L’accélération absolue d’un élément de l’espace est alors défini par a
r r r
a = a0 + a1
r
où a1 est l’accélération d’un élément relatif au point O’ que l’on cherche à déterminer.
r r
Si X est un vecteur quelconque, il admet pour composantes X i′ dans la base e′i .
r r
X = X i′ei′
r
La variation avec le temps de X résulte à la fois de la variation de ses composantes X i′ dans la
base en rotation et des vecteurs de cette dernière. Pour un observateur situé en O’ cette variation est
donnée par
r r
D Xi′ei′ DX i′ r De′
= e′i + X ′ i
Dt Dt i Dt

Si on introduit la matrice P de changement de base, les vecteurs de cette dernière se


transforment selon
r r r r
e′i = Pij e j et e j = PjkT ek

La dérivée de ces expressions donne


r
D Xi′ei′ DX i′ r DPij r DX i′ r DPij T r
= e′i + X i′ ej = e′i + X i′ Pjk ek
dt Dt Dt Dt Dt
Où l’on reconnait l’expression du tenseur antisymétrique de rotation de composantes ω ij
r
associé au vecteur axial de rotation ω de composantes ω k par la relation

dPjk
ω ij = εijkω k = PkiT
dt
Il vient ainsi
r
D Xi′ei′ DX i′ r DPjk T r DX i′ r r DX i′ r r
= ei′ + X j′ Pki ei′ = ei′ + ωij X ′j ei′ = ei′ + εijkω k X ′j ei′
Dt Dt Dt Dt Dt
r
Soit encore en identifiant la variation relative de X vue par un observateur situé en O’ et tournant
r
avec la base des e′i , on est en mesure de calculer la variation temporelle absolue d’un vecteur
quelconque en fonction de ses variations dans un repère en mouvement

Machines hydrauliques I Page 84


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

r r
DX DX  r r
=  +ω × X
Dt Dt R el .
r
En particulier si l’on choisit de prendre le vecteur X coïncidant avec le vecteur position d’un
point M par rapport à O’, on obtient l’expression de la vitesse relative du point M par rapport au repère en
translation attaché à O’
r r
r r DX DX  r r
CM − CO ′ = =  + ω { ×X
{ Dt Dt  Rel. Rotation
=0
1
424 r
3 angulaire
142r43
si l'origine est fixe
=W de la roue

=U

Dans le cas des turbomachines on considère fixe l’origine du repère tournant et en adoptant les
notations suivantes :
r
• C Vitesse absolue
r
• W Vitesse relative
r r r
• U =ω × X Vitesse d’entraînement

Avec ces notations la relation de composition des vitesses s’écrit simplement:


r r r
C =W +U
r r r
=W+ ω× X
r
ω est le vecteur rotation angulaire de la roue.

Triangle des vitesses

La relation de composition vectorielle des vitesses définit géométriquement un triangle


r r r
C =W +U
r
r
Pour lequel il est intéressant de considérer la projection de C selon la direction de la vitesse
d’entraînement U . Cette projection correspond à la composante périphérique Cu de la vitesse.
r r
C ⋅ U = CuU
r r
Cela permet en outre d’introduire l’angle de l’écoulement absolu α que fait C avec U .
r r
C ⋅U
= cosα
CU

Cu
= cosα
C
r
rDe manière symétrique, on définit l’angle de l’écoulement relatif β que fait le vecteur W
avec −U .
r r
W ⋅U
= − cos β
WU
En effectuant ler produit scalaire de la relation de composition des vitesses avec le vecteur
vitesse d’entraînement U cela permet alors d’écrire :

Machines hydrauliques I Page 85


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

r r r r r
−C ⋅ U = −W ⋅U −U 2
−UCu = UW cos β − U 2

W cos β = U − Cu

Par ailleurs, on a vu qu’une ligne de courant permet de définir un repère local intrinsèque : le
repère de Frénet. Dans le cas des turbomachines, l’axe de rotation rde la roue définit un repère naturel.
r
En effet pour un point donné de l’écoulement de vecteur position X , la vitesse d’entraînement U est
définie par :
r r r
U =ω × X
r
Ce vecteur définit la direction de la normale du plan passant par X et par l’axe de rotation
r
portant le vecteur de vitesse de rotation angulaire ωr . Ce plan est défini comme le plan méridien. La
composante méridienne Cm du vecteur vitesse C est alors définie par la projection r de ce dernier sur
ce plan, par construction cette composante est portée par la direction orthogonale à U .
r r
C × U = Cm U

Soit encore en fonction de α l’angle de l’écoulement absolu


r r
C ×U
= sinα
CU

Cm
= sinα
C
En introduisant la composante périphérique Cu , on a alors la relation suivante :

Cm
= tan α
Cu

En effectuant ler produit vectoriel de la relation de composition des vitesses avec le vecteur
vitesse d’entraînement U cela permet alors d’écrire :
r r r r r r
C × U =W × U + U{
×U
r r r r
≡0

C × U =W ×U

r r r r
C ×U = W × U
r r
Il est remarquable de noter que la composante périphérique de W est identique à celle de C .

Cm = Wm

Or par construction

Wm
= sin β
W
Or l’on a vu que

U − Cu
= cos β
W

Machines hydrauliques I Page 86


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

D’où la relation reliant l’angle β de l’écoulement relatif aux composantes de la vitesse absolue :

}
Cm

Wm W 1
= sin β
W U − Cu cos β

Soit finalement

Cm
= tan β
U − Cu

Accélération rapportée à un repère mobile

En appliquant de nouveau la formule de changement de repère au vecteur vitesse lui-même, on


r
obtient l’accélération a1 d’un élément par rapport au repère en translation attaché à O’
r r r
D2 X D  DX  r r  r DX  r r r
Dt 2
=  
Dt  Dt R el.
+ ω × X 

 + ω × 
Dt  R el .
+ω× ω× X ( )
  R el .
r r r r
D2 X  Dω  r r DX  r DX  r r r
= 2 
+ 
Dt  R el . Dt R el .
× X + ω × 
Dt R el.
+ ω ×  +ω × ω × X
Dt R el.
( )
Soit encore en regroupant les différents termes
r r r r
D2 X D2 X  Dω  r r DX  r r r
Dt 2
= 2 
+  × X +2ω ×
Dt R el . Dt R el .
 +ω × ω × X
Dt R el .
( )
En identifiant l’accélération relative au repère en rotation et en translation attaché à O’
r
r D2 X 
a) = 
R el .
Dt 2  R el .

et la vitesse d’un point relative à ce repère,


r
r DX 
W= 
Dt  R el .
r
l’accélération absolue a s’exprime selon
r
r r r r Dω r r r r r r r
a = a0 + a1 = a )
Re l .
+
Dt
(
× X + 2ω × W + ω × ω × X + a0 )
Soit encore
r r
r DW  r r r r r Dω r r
a=
Dt 
 + 2ω × W + ω × ω × X +
Dt
(
× X + a0 )
Re l .

Ou encore en représentation en variables d’Euler


r r r
r r r r r dΩ r r
DC
=
DW
+ 21
4Ω2 ×43W + Ω × Ω× X +
14243
(× X + a0
{ )
{Dt { Dt Accélération
Accélération
1
424
dt 3 Accélération
Accélération Accélération Coriolis Accélération origine
absolue relative centrifuge
rotation

Dans le cas des turbomachines on ne considère que le seul mouvement de rotation stationnaire,
alors la formule précédente se simplifie selon.

Machines hydrauliques I Page 87


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

r r r r
=
(
DC D W + ω × X  )
r r
+ω ×C
Dt Dt 
 rel.
r r
DW r DX  r r r r
=
Dt
+ω ×  +ω × W +ω × X
Dt rel.
( )
142r4 3
r
=W

r r r r r
=
DW
Dt
+ 2ω × W + ω × ω × X ( )
A l’accélération relative on doit ajouter:
r r
• l’accélération de Coriolis 2ω × C
r r r
• l’accélération centrifuge ω × ω × X ( )
Equation de Reynolds dans un repère tournant

• Composition des vitesses et accélérations rapportées dans un repère tournant


r r
On a vu que le champ de vitesse absolu C est relié au champ de vitesse relatif W par la
relation de composition des vitesses
r r r
C =W +U
r r r r
C =W+ ω× X
r
où ω est le vecteur rotation angulaire de la roue.
A cette relation lui correspond l'expression de composition des accélérations
r r
r r r r r
DC DW
Dt
=
Dt
+ 2ω × W + ω × ω × X ( )
r r
ω × W et celle de l’accélération
r r r
où l’on reconnaît l’expression de l’accélération de Coriolis 2
(
centrifuge ω × ω × X . )
Il est important de remarquer que l'accélération de Coriolis r ne contribue pas à un échange de
travail car elle est orthogonale à la direction de la vitesse relative W .
• Potentiel des accélérations centrifuges

r peut s’exprimer sous la forme d’un gradient d’un potentiel. En effet, en


L’accélération centrifuge
introduisant le rayon vecteur R , le terme d’accélération centrifuge s’écrit
r r r r
(
ω × ω × X = −ω 2 R)
r  ω2 R2 
= ∇ − 
 2 
r  U2 
= ∇ − 
 2 
Ainsi l’accélération centrifuge peut-être exprimée sous la forme d’un gradient d’énergie
potentielle massique

U2

2
et l’équation de Reynolds écrite dans le repère relatif devient :

Machines hydrauliques I Page 88


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

r
DW r r r U2 r p r  τ 
+ 2ω× W − ∇ = − ∇( + gZ ) + ∇ ⋅  2ν D + t 
Dt 2 ρ  ρ
 
⇓ [ ms −2 ]
r
DW r r r p U2 r  τ 
+ 2ω × W = − ∇( + gZ − ) + ∇ ⋅  2ν D + t 
Dt ρ 2  ρ 

Intégrale première

On utilise l'expression de Lamb mais appliquée cette fois à l’accélération relative


r r r
DW ∂ W v W 2 r r
= +∇ −W × Ω
Dt ∂t 2
En substituant cette dernière expression de l’accélération relative, l'équation de conservation de
quantité de mouvement s’exprime dans le repère relatif sous la forme suivante :
r
DW r r r p U2 r  τ 
+ 2ω× W = − ∇ ( + gZ − ) + ∇ ⋅  2ν D + t 
Dt ρ 2  ρ 

r r [ ms −2 ]
∂W v W 2 r r r r r p U2 r  τ 
+∇ − W × Ω + 2ω × W =−∇ ( + gZ − ) + ∇ ⋅  2ν D + t 
∂t 2 ρ 2  ρ
 
Soit en regroupant les gradients:
r r
∂W v  p U2 W 2  r r r r r  τt 
+ ∇  + gZ − +  = +W × Ω − 2ω × W + ∇ ⋅  2ν D + 
∂t ρ 2 2   ρ

En supposant l'écoulement relatif stationnaire en moyenne, la projection de cette équation


suivant la direction de la vitesse relative donne :
r
d p U2 W 2  r r r r r r r  τ t  r

dL  ρ
+ gZ −
2
+ ( )
2  14243 14243  
( )
 = W × Ω ⋅t − 2ω × W ⋅ t +  ∇ ⋅  2ν D +   ⋅ t
ρ 
⊥=0 ⊥= 0  
r  τ  r
=  ∇ ⋅  2ν D + t   ⋅ t
  ρ  
  
L'intégrale première de cette équation exprimée entre deux points M1 et M 2 situés sur une
même ligne de courant moyenne relative est alors
r r
 p2 U 22 W22   p1 U12 W12 
⌠ r  τ  r
 ∇ ⋅  2ν D + t   ⋅ tdL ( J ⋅ kg −1 )

 + gZ 2 − +  −  + gZ 1 − + = 
 
 ρ 2 2  ρ 2 2  
 ρ 
⌡   
M 2M 1

On définit er (1→2) la perte d’énergie massique relative entre ces deux points définie comme
r r
 p1 U12 W12   p2 
 + gZ − + =
  + gZ −
U22 W22
+  + er(1→2) ( J ⋅ kg )
−1

ρ 2  ρ
1 2
2 2 2 

ce qui permet d’écrire

Machines hydrauliques I Page 89


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

⌠ r  τ  r
er( 1→2) = −



 ∇ ⋅  2ν D + t   ⋅ tdL
  ρ 
( J ⋅ kg )
−1


⌡   
M 2M 1

L’intégrale première de l’équation du mouvement relatif exprime la conservation de l'énergie


mécanique relative pour un fluide réel. Dans un repère attaché à une roue de turbomachine il n’y a aucun
travail échangé.

Triangles des vitesses d’une turbine Pelton

4.1.2 Equation d’Euler

Energie massique transformée dans une roue

On définit l’énergie massique Eb de la roue d’une turbomachine par la variation d’énergie


massique entre les sections fluide basse pression, section A1 , et haute pression, section A1 , qui
limitent la roue. On a ainsi pour deux points appartenant à ces deux sections et correspondants à une
même ligne de courant moyenne de l’écoulement relatif

Eb = gH 1 − gH 1 [J.kg-1]

Soit encore

   
p C 2  p C 2 
Eb =  1 + gZ1 + 1  −  1 + gZ1 + 1 
ρ
 144244 ρ
3   1442443 
2 2
 gH 1   gH 1 

Mais les deux points étant situés sur la même ligne de courant moyenne de l’écoulement relatif
traversant la roue, la conservation de l'énergie mécanique relative permet d’écrire

p1 U2 W 2 p U 2 C2
+gZ1 − 1 + 1 = 1 + gZ 1 − 1 + 1 + ε Erb
ρ 2 2 ρ 2 2

avec Erb qui représente la perte énergétique entre ces deux points
• ε = 1 dans le cas d’un écoulement s’effectuant de la section haute pression vers la section
basse pression (sens turbine)
• ε = −1 dans le cas inverse (sens pompe)
La différence de pression s’écrit alors

p1 p   U 2 W 2  U 2 C2
+gZ1 −  1 + gZ 1  = −  − 1 + 1  − 1 + 1 + ε Erb
ρ  ρ   2 2  2 2

Soit en reportant cette expression dans la définition de l’énergie massique transformée

C12 C1  U12 W12  U 1 C1


2 2 2

Eb = − −− + − + + ε Erb
2 2  2 2  2 2
 C2 U 2 W 2   C2 U 2 W 2 
=  1 + 1 − 1  −  1 + 1 − 1  + ε Erb
 2 2 2   2 2 2 

Mais compte tenu de la relation de composition des vitesses, on a

Machines hydrauliques I Page 90


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

r r r
W =C −U

r r
W = C 2 − 2 C ⋅U + U 2
2

Soit en substituant cette expression de W 2 dans l’équation de transformation d’énergie


massique dans la roue on obtient.

 C2 U 2 C 2 U 2 r r   C2 U 2 C 2 U 2 r r 
Eb =  1 + 1 − 1 − 1 + C1 ⋅ U1  −  1 + 1 − 1 − 1 + C1 ⋅ U 1  + ε Erb
 2 2 2 2   2 2 2 2 

D’où finalement
r r r r
Eb = C1 ⋅U1 −C1 ⋅U 1 +ε Erb [J.kg-1]

Si l’on déduit les pertes énergétiques de l’écoulement dans la roue, on obtient l’expression de
l’énergie massique transformée dans la roue qui est l’énergie massique effectivement échangée avec
la roue, notée Et :

Et = Eb − ε Erb
r r r r [J.kg-1]
= C1 ⋅ U1 − C1 ⋅U 1

Il s’agit là de l’expression locale de l’équation d’Euler qui exprime le bilan de moment de


quantité de mouvement le long d’une ligne de courant moyenne
r r r r
Et = C1 ⋅ U1 − C1 ⋅U 1 [J.kg-1]

4.1.3 Caractéristique d’Euler d’une roue

L’équation d’Euler associe l’énergie massique transformée dans la roue à la variation de la


composante périphérique de la vitesse absolue.

Et = U 1Cu1 − U 1 C1 [J.kg-1]

On peut alors introduire les relations correspondantes au triangle de composition des vitesses
en remarquant qu’à l’entrée de la roue c’est la direction de l’écoulement absolue qui est donnée par les
conditions d’alimentation de la roue tandis qu’à la sortie l’aubage en rotation impose la direction de
l’écoulement relatif.

Cas d’une roue motrice (turbine, éolienne)

Dans le cas d’une roue motrice la section d’entrée correspond à A1 , la section haute pression
tandis que la section de sortie correspond à A1 , la section basse pression. On a donc l’angle α 1 imposé
par les conditions d’alimentation de la roue, tandis que l’aubage impose l’angle β 1 . Cela conduit à écrire
l’équation d’Euler en faisant apparaître la composante méridienne des vitesses absolues d’écoulement :

Cm 1
Cu 1 =
tanα 1

et

Cm 1
Cu 1 = U 1 −
tan β 1

Machines hydrauliques I Page 91


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Figure 4-1- Triangles de vitesse en fonction du type de turbine

d’où

U1Cm 1 UC
Et = − U 12 + 1 m 1
tan α1 tan β 1
 1 U1 Cm1 1 Cm 1 
= −U12 + U12  + 
 tan α1 U 1 U1 tan β 1 U 1 
 1 R1 Cm 1 1 Cm 1 
= U 12 − 1 + + 
 tan α1 R1
U 1
tan β 1 U 1 

La conservation du débit permet d’écrire

Qt A
Cm 1 = et Cm1 = 1 Cm 1
A1 A1

Dans ces conditions l’équation d’Euler se ramène simplement à une simple relation linéaire en
fonction du débit traversant effectivement la roue :

  1 R1 A1 1  Cm 1 
Et = U 12 −1 +  +  
  tan α 1
R1
A1
tan β1  U 1 
  1 R1 A1 1  Qt 
= U 12 −1 +  +  
  tan α 1 R1
A1 tan β1  U 1 A1 

A débit nul Et = −U12


L’énergie massique transformée est nulle pour :

Machines hydrauliques I Page 92


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Et = 0
 1 R1 A1 1  Qt
0 = − 1+  + 
 tan α 1 R1
A1 tan β1  U 1 A1

Soit

Qt 1
=
U 1 A1 1 R1 A1 1
+
tanα 1 R1 A1 tan β 1

Figure 4-2- Caractéristique hydraulique théorique d’une turbine

Cas d’une roue réceptrice (pompe, propulseur)

Inversement dans le cas d’une roue réceptrice la section d’entrée est la section basse pression.
Les conditions d’alimentation de la roue impose alors l’angle α 1 tandis que l’aubage de roue impose β1 .
Par conséquent l’équation d’Euler s’écrit
Avec

Cm 1
Cu 1 =
tanα 1

et

Cm 1
Cu 1 = U 1 −
tan β1

d’où

Machines hydrauliques I Page 93


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

U1Cm1 U1 Cm 1
Et = U 12 − −
tan β1 tanα 1
 1 Cm1 1 U 1 Cm 1 
= U12 − U12  + 
 tan β1 U1 tanα 1 U1 U1 
 1 Cm 1 1 R1 Cm 1 
= U12 + 1 − − 
 tan β1 U1 tanα 1 R1 U 1 

Figure 3 - Triangles de vitesse en fonction du type de pompe

Soit encore en fonction du débit traversant la roue :

  1 1 R1 A1  Qt 
Et = U 12 1 −  + + 
  tan β 1 tanα 1 R1 A1  U1 A1 
De nouveau on trouve une relation linéaire entre l’énergie massique transformée dans la roue et
le débit qui la traverse.
A débit nul Et = U 12
L’énergie massique transformée est nulle pour :

Et = 0
 1 1 R1 A1  Qt
0 =1− + 
 tan β1 tanα 1 R1 A1  U 1 A1

Soit

Machines hydrauliques I Page 94


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Qt 1
=
U1 A1 1 1 R1 A1
+
tan β 1 tan α 1 R1 A1

Dans le cas d’un écoulement axial à l’entrée de la roue, on a simplement

ïì 1 Q t ïüï
E t =U21 ïí 1 - ý [J.kg-1]
ïîï tg b1e AU
1 1e ïþï
Ainsi comme dans le cas d’une turbine, l’équation qui lie le débit à l’énergie transférée entre la
roue et l’écoulement est celle d’une droite. L’absence d’organe de réglage conduit alors à n’avoir qu’une
seule caractéristique, Figure 9-2.9.

Figure 4 - Caractéristique hydraulique d’une pompe

4.1.4 Puissance mécanique transférée

Roue motrice

La puissance mécanique transférée Pt est simplement le produit ρ Qt Et , soit la relation

 1 R1 A1 1  ρU 1 Qt2
Pt = − ρU12 Qt +  + 
 tan α1 R1
A1 tan β1  A1
On constate qu’il s’agit de l’équation d’une parabole en fonction de la vitesse périphérique qui
s’annule pour

U1 = 0

et pour

 1 R1 A1 1  Qt
U1 =  + 
 tanα1 R1 A1 tan β 1  A1
En outre elle passe par un maximum pour

1  1 R1 A1 1  Qt
U1 =  + 
2  tanα1 R1 A1 tan β 1  A1

Machines hydrauliques I Page 95


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

auquel correspond la valeur :

A1U 1 1  1 R1 A1 1 
=  + 
Qt 2  tanα 1 R1 A1 tan β 1 

A1U1 ρU 1 Qt2
Pt = − ρU12Qt + 2
Qt A1
= ρU 12Qt

A1U 1 1  1 R1 A1 1 
=  + 
Qt 2  tanα 1 R1 A1 tan β 1 

Pt max = ρU 12Qt

On peut en effet écrire que la puissance Pt mise en rœuvre au cours de cet échange d’énergie
massique correspond à la puissance mécanique du couple Tt résultant de l’action de l’écoulement sur
l’aube.
On a donc

Pt = ρ Qt Et
r r
= Tt ⋅ ω

Soit à l’aide de la relation d’Euler


r r r r
ρ C1 ⋅ U1 − C1 ⋅ U1  Qt
Tt =
ω
Cu1U1 − Cu 1U 1 
= ρQt
ω [ Nm]
Cu1ω R1 − Cu 1ω R1 
= ρQt 
ω
= ρQt C u1R1 − Cu 1 R1 

On obtient ainsi une expression du couple résultant de l’action de l’écoulement sur la roue.
Si l’on exprime la composante périphérique des vitesses absolues en fonction de la composante
méridienne et des angles des triangles de vitesse on a les relations :

Cm Cm
= tan α et = tan β
Cu U − Cu

Soit encore

R C RC 
Tt = ρ Qt  1 m1 − R1U 1 + 1 m 1 
 tan α1 tan β 1 
  R1 R1  
= ρ Qt  −ω R12 +  +  Qt 
  A1 tanα 1 A1 tan β 1  

Le couple est une fonction linéaire décroissante de la vitesse. La vitesse pour laquelle il s’annule
correspond à la vitesse d’emballement ω r .

Machines hydrauliques I Page 96


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm
Turbomachines hydrauliques Introduction

Tt = 0
  R1 R1  
= ρ Qt  −ω R12 +  +  Qt 
  A1 tanα 1 A1 tan β 1  

soit encore

1  R1 R1 
ωr = 2 
+  Qt
R1  A1 tan α1 A1 tan β 1 

La puissance s’écrit elle

  R1 R1  
Pt = ρ Qt  −ω R12 +  +  Qt  ⋅ ω
 A
 1 tan α 1
A1
tan β 1  

Il s’agit de l’équation d’une parabole qui passe par un maximum pour

ωr 1  R1 R1 
= 2  +  Qt
2 2 R1  A1 tan α1 A1 tan β 1 
1 R A 1 1  Qt
ω opt. =  1 1 + 
2  R1 A1 tanα 1 tan β 1  R1 A1
Soit encore

Qt 2
=
ω opt. R1 A1 R1 A1 1 1
+
R1 A1 tan α1 tan β 1

Machines hydrauliques I Page 97


29/05/01 EPFL-IMHEF – Laboratoire de machines hydrauliques Avf/Anm

Vous aimerez peut-être aussi