Vous êtes sur la page 1sur 22

UNIVERSITE CATHOLIQUE D’AFRIQUE CENTRALE

_______________
FACULTE DES SCIENCES SOCIALES ET DE GESTION
___________
MASTER II EN GOUVERNANCE ET EN POLITIQUES PUBLIQUES

MONTAGE DES PROJETS

PROJET DE CREATION D’UNE FERME D’ELEVAGE D’OIES ET CANARDS

A Ondogo (quartier de Libreville)

Monté par :

MVE ESSONO SAMY EDGARD

Année : 2009-20I0
I. ETUDE DE MARCHE

Ondogo est un quartier situé dans le 6eme arrondissement de la ville de Libreville, Capitale politique
du Gabon. Sa population avoisine 15000 personnes et on peut estimer sa densité à 10,8 habitants au
kilomètre carré.

- Activités :

Administration publique :
- Tous les services publics déconcentrés de l’Administration centrale sont présentes
Secteur privé :
- Seules les Boulangeries, les Epiceries, et les menuiseries représentent le secteur privé et
emploient pas mal de jeunes déscolarisés dans ce quartier de Libreville
Secteur Social :
- 01 hôpital catholique employant 15 personnes qui reçoit du fait de la proximité reçoit des
dizaines de malades par jour.
- 01 centre de santé publique employant 50 personnes
- L’exode rural dans cette partie de la capitale est du fait du manque d’emplois dans les zones
rurales du Gabon.
Secteur primaire :
- Les populations de ce quartier sont très souvent plongées dans les services et dans
l’administration centrale.

- Offre des produits d’exploitation avicole.


En 2009 près de 6.5 milliards d’habitants composent la population mondiale. Si 30 reçoivent une
alimentation suffisante ou même en excès, en revanche les ¾ restant sont en état de malnutrition du
moins en qualité (la carence en protéines notamment).

Afin d’augmenter sa production en protéine animale, l’aviculture représente l’une des voies sur
lesquelles s’est engagé l’Afrique.

Tout éleveur désireux de se lancer dans la production avicole doit envisager des débouchés
commerciaux éventuels de ses produits et tenir compte des habitudes alimentaires des consommateurs
potentiels : par exemple dans une région donnée, la préférence du consommateur va aux poulets vivant
ayant un plumage coloré.

D’une façon générale, il faut souligner que le marché des produits avicole est loin d’être saturé en
Afrique en générale et au Gabon en particulier et surtout que l’autosuffisance alimentaire reste une
préoccupation majeur pour l’Etat. A titre indicatif notons que la consommation par an et par habitant
est de 6 canards et de 3 houas au Gabon.

2
En ce qui concerne les axes de communication routiers, l’on peut dire que qu’ils seront profitables
pour le projet car en bon état pour l’approvisionnement en instruments, l’évacuation en produits de
premières nécessités. Comme autre moyen de communication, il existe un bureau de poste à Nzeng
Ayong à quelques encablures du quartier Ondogo, un réseau téléphonique.

- Confrontation offre/demande

Il ressort des analyses que l’offre quoique existante ne donne pas satisfaction à la demande effective et
importante des produits avicoles (irrégularité des produits, qualité approximative, cherté du produit du
fait du transport).

D’autre part l’ouverture d’une structure avicole à Ondogo apparaît comme la solution au problème de
chômage dans ce quartier. En effet, nous avons constaté que les nouvelles méthodes d’élevage
n’étaient pas encore bien appliquées et que l’élevage des oies et de Canards n’est pas tout à fait
développé au Gabon comme le poulet et autres volaille. Mais, ce projet nécessite d’énormes moyens
pour produire sur de grandes surfaces et en quantité considérable de manière à satisfaire l’ensemble des
populations.

Compte tenue de la rareté du produit, nous avons choisis de travailler de la manière suivante :

- Il s’agit de l’élevage de 2000 houas dans un centre spécialisé.


- 4500 Canards par an à partir des canetons d’un jour acquis dans une couveuse spécialisée
Le taux de croissance prévisionnel est de 3%
Le prix d’une oie et d’un canard est de 5000
Tableau N°1 : Programme prévisionnel de Production.

Désignation A1 A2 A3

1. taux de croissance 3% 3%

2. production 2000 et 5150 5305


4500

3. chiffre d’affaires 25000000 25750000 26525000

4. taux de perte 150 155 160

Total 5150000 5305000 5665000

- Stratégie et Politique commerciales


3
Politique de produit :
Les produits de cette ferme seront vendus dans la Ville de Libreville et dans les villes et villages
périphériques de la ville de Libreville. Et au fur et à mesure que les productions s’accroissent, ces
produits pourront être écoulés à l’intérieur du Pays où il ya un manque criard en produits avicoles.

Politique de prix :
Les prix des produits seront fixés en fonction de la mercuriale pratiquée par les textes et lois en
vigueur dans l’Etat Gabonais

Politique de distribution :
Les produits seront distribués dans plusieurs moyens de locomotion : à l’intérieur du quartier Ondogo
Point de production, nous utiliseront les brouettes à moteurs, et en dehors du quartier où se trouve
l’entreprise, nous utiliserons les voitures pour rallier un quartier à un autre. Et pour l’intérieur du pays,
le tout dépendra des différentes voies de communication existantes dans le pays.

Politique de communication

Pour les politiques de communication, nous procéderons par les publicités radiotélévisées, par
l’affichage de prospectus et par une campagne de sensibilisation dans le quartier et dans le quartier
environnant.

4
II. ETUDE TECHNIQUE
II.1 Localisation de l’unité.
A Ondogo, la parcelle de terre devant accueillir l’investissement est dans le quartier, mais à la lisière de
4 quartiers environnants. Ici, l’octroie du terrain s’obtient à partir d’un titre foncier et d’une taxe
d’exploitation pour des hommes d’affaires.
Tout citoyens gabonais est libre d’acquérir le terrain partout où il veut à condition d’obtenir
l’autorisation des autorités administratives compétentes pour promouvoir les «  projets de création,
d’exploitation de moyenne importance ».
II.2 Aménagements/Construction des locaux
En ce qui concernes les aménagements à faire, outre les bâtiments et les équipements( éleveuses,
mangeoires, abreuvoirs et réservoirs d’eau), il faut prévoir les moyens de transports pour les
approvisionnement et les ventes ainsi que le petit matériel divers tel que les brouettes, les pelles, le
matériel vétérinaire.
BATIMENTS D’ELEVAGE
Les moyens concernant aussi bien les pistes d’accès et les bâtiments. Dans ce cas précis, l’exploitation
sera établie au bout de la piste qui elle-même subira des aménagements négligeables du point de vue
financier. Les poussins sont entretenus dans un local nommé poussinière, équipé d’une éleveuse, des
mangeoires et d’abreuvoirs.
 Un bâtiment aéré est un bâtiment simple de 2 m de hauteur, large ouverture des deux
cotés pour l’aération, sol cimenté, toit à pente. Répartis selon qu’il suit :
- Bâtiments pour canetons 100 m2 et 30 m2
- Bâtiments pour houas 125 m2 et 60 m2
- Bâtiments pour matériel de 60 m2
 La litière absorbable constitué de copeaux de bois, feuilles de mais hachées. Coques
d’arachides écrasées, 10 à 15 cm d’épaisseur pour éviter la pluie.
Il faut 5 hangars dont 2 à 3 pondeuses et cinq canetons au m2 litière.
 Eleveuses
Eleveuse-cloches à gaz de diamètre 1,50 m pour 2000 sujets ou éleveuse à gaz radian
diamètre 92 pour 100 sujets.
Pour le chauffage : - 1 éleveuse à gaz pour 100 sujets
- 2 éleveuses à gaz pour 500 sujets
 Mangeoires
De préférence en métal galvanisé remplis au 1/3

Age canetons Longueur Largeur en Profondeur


total en centimètres en
mètres centimètres

0-15 jours 10 10 5

15-30 jours 15 10 5

30-45 jours 15 15 10

5
Les mangeoires seront reparties ainsi qu’il suit :
- 28 mangeoires oies 1er âge
- 40 mangeoires canards 1er âge
- 14 mangeoires pour oies 2ème âge
- 18 mangeoires pour canards 2ème âges
- 15 mangeoires pour oies pour 3ème âge
- 18 mangeoires pour canard 3ème âge

 Les abreuvoirs

28 abreuvoirs de 5 litres pour oies et canards

Les autres moyens nécessaires à l’élevage


- 16 pondoirs galvanisés à 2O nids chacune
- 120 m de perchoir à fabriquer dans la ferme
- 1 pulvérisateur
- 2 seringues automatiques
- 1 deberqueuse électrique

II.3 Processus d’élevage


Planification Le processus classique d’élevage est représenté par le schéma ci-dessous :
Pour les pondeuses
Dans les abreuvoirs, il faut de l’eau propre, un nettoyage régulier, deux à quatre fois plus d’eau que
d’éléments selon le climat et la saison. En pratique, fournir à volonté, les besoins sont estimés à
20 litres par jour, 140 litres en deux semaines. 590 litres en un mois.
En général la norme est de 300 ml par jour et par sujet ; les besoins sont pour 650 bêtes.
Alimentation

Aliments premier âge seront distribués jusqu’à 5 ou 6 semaines, devra être la provende achetée au
commerce selon les formules dont voici quelques unes :
Formule1 : Mais 70%, tourteau d’arachide 15% composé asile minéral, vitamines 15%
Formule2 : Farine de maïs 55%, farine de manioc 15%, tourteau d’arachide 10%, composé 20%
Tous ces aliments seront achetés au commerce. En plus de ceux-ci, il faudra acheter : Antibiotiques 20-
30 g par tonne, anticoccidiens, antioxydants.
La norme d’alimentation est la suivante : 0,5 kg à leur 1er âge

Pour les oies


Les bâtiments en dure contiennent des charges de 10 oies au m2.

6
Les activités sont les suivantes dans l’exploitation :
- Démarrage avec l’arrivée des Canetons.
A cette phase il faut réceptionner les Canetons c’est dire que l’éleveur doit contrôler le nombre
effectivement livrés, leur poids et leur état. Ensuite, il prend des mesures prophylactiques pour
prévenir les maladies
Alimenter et abreuver les animaux pour ensuite mettre en marche le chauffage (radiant de
préférence quant-ils sont encore tout petit).
-La période d’élevage et de production
Le suivi de l’Etat d’emplument permet d’apprécier l’état de croissance. Ensuite, il importe de
veiller à un éclairement naturel de préférence, contrôler la croissance, pour les camards de
production l’entrée en ponte. De la naissance à l’abattage, il faut nettoyer, désinfecter
sérieusement après chaque bande, puis laisser vide pendant 15 jours. Le schéma suivant
représente de manière ramassé les différentes activités qui doivent être menées

Matières premières
(Tourteaux, Eau, maïs écrasé)

chauffage

Alimentation et eau

Vaccination

Débectage

Nettoyage et désinfection

Pesage et vente

7
Description du processus d’élevage
Les principales opérations peuvent être regroupées en 3 étapes : (1) l’alimentation et eau, (2)
thérapeutique, (3) prophylaxie

1- Alimentation
Par provenderie selon les normes suivantes :
5kg/ par oie et par canard (aliments de croissance y compris)
Poids de l’oie et du canard à la mise en marche 2kg
Nombre de hangars : 1 par mois
Durée de l’élevage est de 12 semaines avec vide sanitaire soit trois bande par an
Nombre de canards et de oie par an 65000
Programme prophylactique : vaccination, vitamine, antibiotiques et anticoccidiens
 Pour chaque bande, des soins journaliers doivent être apporté :
Les canards et les oies de premier âge, il faut insister sur un chauffage régulier, une bonne
alimentation (voir ci haut les informations indiqués), la vaccination.
Les canards et les oies de 2ème âge ont droit à un chauffage moins intensif, un nettoyage journalier une
bonne alimentation, des soins médicaux, débectage.
Les canards et les oies du 3ème âge ont droit au même traitement et vente puis nettoyage complet vide
sanitaire et désinfection du hangar
Il faut définir les besoins nutritionnel, en eau, en énergie en protéines, en minéraux, en oligaux
éléments en vitamines pour se faire nous avons opté pour la formule 1
Ensuite, il faut veiller au stockage et à la conservation des aliments
Le processus de fabrication suit les étapes suivantes 

Matières premières

stockage

Contrôle

Pesée séparé

Broyage

Mélange

8
Ensachage
(1) Thérapeutique
La mise en œuvre d’une thérapeutique peut répondre à plusieurs objectifs différents :
- Thérapeutique étiologique qui vise à supprimer la cause de la maladie : exemple du
traitement antiparasitaire lorsque la présence de gale est détecté dans l’élevage.
- Thérapeutique symptomatique qui vise à limiter les conséquences néfastes d’une affection et
la thérapeutique préventive qui vise comme son nom l’indique à prévenir ou limiter les
effets d’un risque imminent.
- Ceux-ci peuvent être administrés dans l’eau, les aliments, l’injection, en aérosol
- Nous avons opté pour le vaccin et par introduction dans les aliments, c’est ainsi qu’en plus
des matières premières nous avons prévu des vitamines, des anticoccidiens des
antibiotiques.
(2) Prophylaxie
Cette méthode préconise la désinfection et le vide sanitaire. Elle permet d’éliminer les
microbes avant ou après le passage de chaque bande

Pour le matériel

Vider le bâtiment

Prévoir des aires de lavage

Tremper dans un bac

Laisser agir 15 mn

Brosser et rincer

Désinfecter dans un bac

9
Désinsectisation et
vidange

Pour le bâtiment
Dépoussiérer et nettoyer

Retirer les litières

Vide 4à5
Tremper sanitaire 15 j et
h et rabotage
seconde désinfection 3j

Désinfection et
dératisation

II.4 Choix des équipements de production


Facteurs déterminants le choix des équipements
Pour ses activités d’élevage, l’exploitation aura à acquérir le matériel suivant :
Tableau N°2 : Besoins en équipements

Quantité Désignation Coût Unitaire Coût Total


(Prix d’achat + Droits de
Douane + Transports)

1 Eleveuse radian 55 000 55 000

2 Eleveuse à gaz 21 000 42000

28 Mangeoires canards 1er âge 2 500 70 000


Mangeoires houas 1er âge 2 500 70 000

20 Mangeoires canards 2ème âge 3 700 74 000


Mangeoires houas 2ème âge 3 700 74 000

14 Mangeoires canards 3ème âge 7 600 106 000


Mangeoires houas 3eme âge 7 600 106 000

8 Pondoirs galvanisés 80 000 640 000

10
28 Abreuvoirs de 5 litres 2 000 56 000

30 Abreuvoirs de 10 litres 4 000 120 000

1 Pulvérisateur de 101 de 10 litres 45 000 45 000

1 seringue 16 000 16 000

1 Forage d’un puit de 10 m 60 000 60 000

1 Moto pompe 450 000 450 000

1 Tuyaux d’aspiration et de refoulement 120 000 120 000

4 bâtiments 4000000 16 000 000

4 Perchoirs 8 000 32 000

1 Débusqueuse électrique 8 000 8 000

1 Lot de divers petits matériels 88 000 88 000

1 Véhicule léger 7 000 000 7 000 000

total 24 982 000

II.5 Besoins en Matériel roulant


Matériel roulant nécessaire et justification du choix

Il faut tout d’abord un véhicule léger qui ne consomme pas beaucoup en termes de carburant et autres
pour faire les courses nécessaires à la bonne marche de l’exploitation.

Tableau N°3 : Matériel roulant à acquérir

Quantité Désignation Coût Unitaire Coût Total


(Prix d’achat + Droits de
Douane + Transports)

1 Véhicule léger 7 000 000 7 000 000

1 forage 60 000 60 000

1 Moto pompe 435 000 435 000

1 Tuyau d’aspiration et de refoulement 120 000 120 000

total 7 615 000

11
II.6 Besoins en Mobilier et équipement d’exploitation
Mobilier et équipement de bureau nécessaires et justification du choix

Tableau N°4 : mobilier et petit outillage à acquérir

Quantité Désignation Coût Unitaire Coût Total


(Prix d’achat + Droits de
Douane + Transports)

4 bâtiments 4 000 000 16 000 000

1 brouette 17 000 17 000

4 machettes 2000 8 000

2 pelles 2 000 4 000

2 râteaux 2 000 4 000

4 paires joints 5 000 20 000,

1 pèse volaille 30 000 30 000

total 16 080 000

II.7 Estimation des besoins en facteurs de production

Les pertes. Dans un hangar, les pertes sont inévitables. Seules la longue pratique et l’expérience
contribuent à les diminuer. Elles sont dues aux maladies des animaux, au mauvais entretien, aux autres
dangers comme les serpents et autres animaux nuisibles qui peuvent s’approcher du hangar.
Nous retiendrons les pourcentages ci-dessous :

Tableau N°5 : Pertes de production

Désignation A1 A2 A3

Pertes (3%) 100c et 115c et 120c et


115 h 120 h 125 h

c-canard
h-houa

II.7.1 Besoins en matières premières


Canards et oies d’un jour, 2000 canards à raison de 250 f/ canetons pour un cout total de 500000 et
4500 canards de 350f/pondeuses pour un coût total de 1575 000f
La provende sera achetée dans le commerce et considéré dans les travaux ci après représenté

12
Données techniques : Alimentation
L’alimentation des poulets sera exclusivement constituée de provende selon les compositions ci-après
Pour la formule 1
- Farine de mais : 70%
- Tourteaux d’arachide : 15%
- Composé d’azile minéral et vitamine : 15%

pourcentag Désignation provende/ kg


e

70% Farine de maïs 16 800

15% Tourteaux d’arachide 3 600

15% Composé d’azile minéral vitamine 3 600

provende 24 000

Données techniques 
Pour une alimentation de
4500 canards dont la consommation est de 5kg de provende par canards
2000 oies dont la consommation est de 3kg de provende par houa
Le prix de la provende en kg est de 300 frc

Quantité Désignation Coût Unitaire de Coût Total


provende/ canards et
houas

4500 canards 1500 6 750 000

2000 oies 900 450 000

total 7200 000

Il faut en plus de la provende, effectuer un programme soin


- Antibiotique 500 g
- anticoccidiens 500g
- antioxydant 300g
Coût total de 500 000

13
Dépenses en carburant
Les engins qui nécessitent la consommation du carburant sont la petite voiture et la motopompe
Pour la voiture, type diesel, la consommation est de 14 l au km
La distance annuel parcourue est estimé à 20 000 km soit 2800 l/an.
Pour la motopompe
La consommation 0.250 l/ h
Total 8l/j dont 2944/an
Tableau N°7 : Besoins en essence
Les engins qui nécessitent la consommation sont la camionnette et la motopompe.
- Pour la camionnette type diesel, 141 au 100 km la distance annuelle à parcourir 20 000km
soit 2800 l/an
- Pour la motopompe consommation 0,250l/h, total 8 l/j par jour soit 2880 l/an
Prix de l’essence 650 f/l
Taux d’augmentation des besoins 3%

désignation A1 A2 A3

camionnette 1 872 000 1 928 160 1 986 005

motopompe 1 820 000 1 874 000 1 930 220

total 3 692 000 3 802 160 3 916 225

II.7.3 Besoins en personnel


Le chef d’exploitation, outre son salaire (300 000) sera logé à 150 000f dans le même quartier que la
structure qu’il est chargé d’exploiter. Ce qui porte son salaire net à 450 000 f.
Les frais sociaux sur main d’œuvre permanente s’élèvent 85 500 d’où le tableau suivant :

Qualification Cout Cout annuel Charge Total


mensuel

1 Chef d’exploitation 450000 5400 000 1 026 000 6426 000

2 manœuvres 150 000 1800 000 200 000 2 000000

2 gardiens 150 000 180 000 200000 2 000000

total 750 000 8000 000 1 426 000 15 426000

2) Définition des postes

14
Le chef d’exploitation a pour mission de coordonner l’élevage des poulets, commander les intrants de
production ‘ définir les besoins de l’exploitation. Il a à sa charge un manœuvre et un gardien
Les manœuvres. Ou encore chefs des unités de production est un exécutant ayant le niveau de
techniciens d’élevage charge la propreté le contrôle et le suivi de l’élevage, c’est lui donne la
nourriture aux poulets, administres les soins prophylaxie. Il est assisté dans sa tache par un comité de
gestion temporaire composé d’un vétérinaire,

Les gardiens
Les gardien sont chargés de surveiller l’entreprise de jour comme de nuit

3) Organigramme

DIRECTEUR GENERAL

DIRETEUR ADJOINT

Directeur Chargé de la Directeur Logistique


administratif publicité financier

Comptable
Chargé du Intendant
matériel

Chauffeur Gardien
Chargé de
maintenance

4) Evolution des effectifs et charges salariales


Tableau N° 7 : Evolution du personnel

15
II.8 Planning d’exécution du Projet

  Mois
  1 2 3 4
                 
1. Aménagements du Bâtiment                        
                 
2. Commande et livraison d’équipements                    
                 
3. Installation des Equipements                    
                 
3. Recrutement et Formation du Personnel                        

III. ETUDE FINANCIERE

III.1 Estimation du montant total des investissements


Tableau N° : Echéancier des investissements et des renouvellements

Désignation A1

1. Frais de premier établissement 750 000

2. Terrain ---------

3. Constructions et Aménagement 16 000 000

4. Equipement de d’élevage 7500 000

5. Matériel Roulant 7 615 000

6. Petit outillage 80 000

7. Besoin en Fonds de Roulement 1 000 000

8. Imprévus 500 000

TOTAL 33 445 000

Les frais de premier établissement représentent toutes les dépenses effectuées avant la phase
d’exploitation effective. Ils concernent :
- Les dépenses de constitution de l’entreprise
- Les études d’ingénierie

16
- Le recrutement et la formation du personnel
- La publicité de lancement

III.2 Financement de l’investissement

Schéma de financement.
Les fonds propres correspondent à 61% du total
L’emprunt correspond à 31%
Tableau N° : Schéma de financement

Désignation A1 Fonds propres Emprunts

1. Frais de premier établissement 750 000 750 000 --------

2. Terrain --------- --------- ---------

3. Constructions et Aménagement 16 000 000 10 000 000 6 000 000

4. Equipement de Production 7500 000 6 132 050 1 367 950

5. Matériel Roulant 7 615 000 4 615 000 3 000 000

6. Matériel et Mobilier de Bureau 80 000 80 000 ---------

7. Besoin en Fonds de Roulement 1 000 000 1 000 000 ---------

8. Imprévus 500 000 500 000 ---------

TOTAL 33 445 000 20 401 450 10 367 950

Pourcentage par rapport au total --------- 61% 39%

Amortissement de l’emprunt
- Montant de l’emprunt : 10 307 950
- Taux d’intérêt : 18%
- Durée : 3ans
- Pas de différé : non

Tableau N° : Amortissement de l’emprunt

Années Somme due en début de Intérêts Principal à Annuités

17
période rembourser

A1 10 400 000 1 872 000 3 467 000 5 339 000

A2 6 933 000 1 247 940 3 467 000 4714940

A3 3 466 000 623880 3 466 000 4089880

III.3 Amortissement des immobilisations


Tableau N° : Amortissement des immobilisations

Désignation A1 Taux A2 A3 A4

1. Frais de premier établissement 750 000 30% 525000 300000 75000

2. Terrain --------- ----- --------- ---------- --------

3. Constructions et Aménagement 16000000 5% 15 200 000 14 400 000 13 600 000

4. Equipement d’élevage 7500 000 10% 6 750 000 6 000 000 5 250 000

5. Matériel Roulant 7 615 000 15% 7503 000 6 360 500 5 218 000

6. petit outillage 80 000 25% 60 000 40 000 20 000

7. Besoin en Fonds de Roulement 1 000 000 1 000 000 1 000 000 1 000 000

8. Imprévus 500 000 ----- 500 000 500 000 500 000

TOTAL 33445000 31 538 000 28 600 000 25 663 000

III.4 Exploitation prévisionnelle


1) Estimation des coûts d’exploitation
- Les coûts des matières premières
Les prix moyens unitaires des matières et fournitures sont les suivants :

Désignation Prix total A1 A 2 A3

poussins 2 300 0000 2 369 000 2 440 100

Provende 7 200 000 7 416 000 7 638 500

Produit de prophylaxie 500 000 515 000 531 000

total 10 000 000 10 300 000 10 609 600

- Fournitures

Désignation Prix total A1 A2 A3

18
Essence 3 692 000 3 802 160 3 916 225

Eau -------- -------- --------

Electricité 400 000 400 000 400 000


4 092 000 4 202 160 4316225
Total Fournitures

- Services consommés
- Téléphone 100 000/an

-Honoraires consultants 300 000/an

- Maintenance 100 000/an

- Total 500 000

2) Calcul du Besoin en Fonds de Roulement

Tableau N° : Estimation du BFR


Pour ce qui concerne les besoins en fond de roulement un taux fixe de 1 000 000 les premières années
variable selon les ansa été déterminé sur trois années. Il s’agit de la différence entre les actifs et les
dettes à court terme c'est-à-dire les dettes à moins d’un an. Etant donné que durant les premières années
du projet, les actifs circulant sont négligeables
Les dettes sont représentées par la somme des intérêts à payer et les remboursements à effectuer avant
la fin de l’exercice.
A0
ACTIF
Immobilisations nettes 33 445 000
Stocks des intrants 10 000 000
Clients 500 000
Caisse+Banque 500 000
Total Actif 44 445 000
PASSIF
Fonds Propres 20 401 450
Report à Nouveau -------
Emprunt MLT 10 367 950
Découverts bancaires -------
Fournisseurs --------
Total Passif 30769400

3) Chiffre d’affaires prévisionnels


19
Hypothèses :
Taux de perte 3% :
Prix du Canard et de l’houa 5000

Désignation A1 A2 A3

Chiffre d’affaire d’élevage 25 000 000 25 750 000 26 525 000

invendu 150 155 160

perte 750 000 775 000 800 000

Total Chiffre d’affaires 24 250 000 24 975 000 25 725 000

III.4.1 Bilan initial


Tableau N° : Bilan de départ
A0
ACTIF
Immobilisations nettes 33 445 000
Stocks des intrants 10 000 000
Clients 500 000
Caisse+Banque 500 000
Total Actif 44 445 000
PASSIF
Fonds Propres 20 401 450
Report à Nouveau -------
Emprunt MLT 10 367 950
Découverts bancaires -------
Fournisseurs --------
Total Passif 30769400

III.4.2 Comptes prévisionnels d’exploitation


Tableau N° : Comptes de résultat prévisionnels

III.4.3 Bilans prévisionnels


Tableau N° : Bilans prévisionnels

A1 A2 A3
ACTIF
Immobilisations nettes 33 445 000 20 401 450 10 367 900
Stocks 10 000 000 10 300 000 10 609 000

20
Clients 500 000 500 000 500 000
Caisse+Banque 500 000 500 000 500 000
Total Actif 44 445 000

PASSIF
Fonds Propres 20 401 450 21 013 500 21 644 000
Report à Nouveau ------- ------ ------
Emprunt MLT 10 367 950 10 679 000 10 999 500
Découverts bancaires ------
Fournisseurs ------
Total Passif 30 769 400 31 692 500 32 643 500

III.4.4 Plan de Trésorerie


III.4.5 Tableau Ressources / Emplois

Tableau N° : Tableaux Ressources / Emplois

  A1 A2 A3
RESSOURCES
Résultat net 24 250 000 24 975 000 25 725 000
Amortissements 33 450 000 31 567 000 28 600 000
Emprunt 10 367 950 10 679 000 10 999 000
Fonds propres 20 401 450 21 013 350 21 643750
Subvention ----- ------ -------
 
Total Ressources 97469 300 96234 350 95907 750
 
EMPLOIS
Investissements 55 345 000
Variation BFR 1000000
Remboursement 5 390 000 4 714 940 4 089 880
Paiements dividendes 1 872 000 1 247 940 623 900
 
Total Emplois 41 707 000 5 962 880 4 713 780
 
Trésorerie dégagée 46 762 300 82 271 470 82 193 970
Trésorerie cumulée 130 176 300 94 197 230 91 621 530
Capacité
d’autofinancement 565 700 000 56 542 000 54 325 000

III.5 Rentabilité
III.5.1 Valeur Actuelle Nette (VAN)
i est de 10%
V = - 33 445 000 + 51 930 000 + 55 977 000 + 48 892 500
V= 123 354 500

21
III.5.2 Taux de Rentabilité Interne (TRI)
i pour lequel VAN =0 est de
III.5.3 Délai de Récupération des investissements

CONCLUSION
En conclusion, le projet que nous venons de réaliser présente d’énormes difficultés dans son
montage du fait de l’envergure qu’il présente. Il présente à lors un intérêt tout à fait particulier
pour le responsable et pour le pays car il permettra la politique du plein emploi et pourra
résoudre les problèmes du déficit alimentaire au Gabon

22

Vous aimerez peut-être aussi