Vous êtes sur la page 1sur 3

III.

Le calcul d’un rendement


Le but d’une synthèse est de transformer un réactif organique A en une molécule cible P avec
le meilleur rendement possible.

 Comment définit-on et calcule-t-on le rendement ?

Tout d’abord, la quantité de matière initiale de A (masse molaire MA) que l’on introduit dans
le montage, notée n0, est précisément déterminée, en général par la pesée d’une masse m0 de
A sur une balance de précision si A est un solide :
m0
n0 =
MA
Si A est un liquide, on peut aussi réaliser une pesée, mais il est souvent plus commode de
prélever un volume V0, par exemple avec une pipette graduée. Si A Aest la masse volumique
de A, alors
𝜌𝐴 . V0
n0 =
MA

La quantité de P obtenue après réaction, séparation, purification, est déterminée de la même


manière et notée nP.

On écrit alors l’équation chimique de la réaction de synthèse, par exemple :

A B 2P Q.

La quantité maximale théorique de P nmax correspond à la quantité de P que l’on peut


espérer obtenir si la réaction de synthèse atteint son avancement maximal.

Si le réactif limitant est A, alors la quantité maximale de P est nmax 2max 2n0.

Mais on ne récupère jamais en fait cette quantité maximale !

A cela, il y a de nombreuses raisons :

lors de la réaction de synthèse :

 raison thermodynamique : si la réaction conduit à un équilibre (citons par exemple la


réaction d’estérification), on ne peut espérer atteindre max ;

 raison cinétique : max s’obtient souvent en théorie au bout d’un temps infini… or il
faut bien arrêter à un moment la réaction ;

 possibilité de réactions jumelles parasites, consommant A pour produire des


impuretés ;
lors de l’isolement et de la purification : chaque étape (extraction, filtration…) conduit
inévitablement à des pertes.

On appelle rendement de la synthèse le rapport, exprimé en %, entre la quantité de P


effectivement obtenue nP et la quantité maximale théorique nmax :

nP
r = 100
nmax

Ainsi, dans l’exemple ci-dessus (A B 2P Q) :


nP
r = 100
2n0

Remarque : synthèse multi-étapes


Le plus souvent, il faut plusieurs réactions chimiques à réaliser successivement pour obtenir la
transformation de A en P que l’on souhaite. Chacune des réactions est caractérisée par une
équation chimique. Par exemple, une synthèse en trois étapes pourrait correspondre au
schéma suivant :
A+B=C+D
2C+E= F
F+3G= P

B, E et G sont des réactifs organiques ou inorganiques généralement introduits en excès ; D


est un sous-produit que l’on élimine.

Remarquons que les trois réactions peuvent être menées dans le même réacteur : on introduit
d’abord B, puis quand on pense la réaction terminée, on ajoute E, puis ultérieurement G.
Mais s’il y a des incompatibilités, il peut être nécessaire de procéder à l’isolement
intermédiaire de C et/ou de F…

On peut schématiser le passage par plusieurs réactions de synthèses, éventuellement avec


séparations intermédiaires :
Le rendement global de la synthèse se calcule alors de la même façon que précédemment, en
définissant la quantité maximale théorique de P comme la quantité que l’on obtiendrait si
chaque réaction de synthèse atteignait son avancement maximal.

Ainsi, dans l’exemple de la page précédente, la quantité maximale de C est n0 d’après la


stoechiométrie de la réaction 1.
Donc, d’après 2, la quantité maximale de F est n0/2
Enfin, d’après 3, on trouve la quantité maximale théorique de P : n0/2

Finalement, le rendement est

nP 2nP
r = 100 n0 r = 100
n0
2

Bien sûr, si on a isolé C (quantité nC ) et F (quantité nF ), on peut déterminer les rendements


de chaque étape intermédiaire :
nC 2nF nP
r1 = 100 r2 = 100 r3 = 100
n0 nC nF

r1 r2 r3
r = 100( )( )( )
100 100 100

Le rendement global d’une synthèse est le produit des rendements intermédiaires.