Vous êtes sur la page 1sur 12

Soletanche Bachy France - Lettre n°32 - Août 2017

LA LETTRE
D’INFORMATION

ÉDITO
A la une de cette nouvelle lettre, le chantier de la tour Alto à La Défense.

Dans une emprise extrêmement réduite, il faut faire évoluer 3 grues (Hydrofraise®, benne
hydraulique KS et manutention) pour forer les 29 panneaux qui serviront de fondations à cette
nouvelle tour.

Dans le chapitre « Notre expertise », je vous engage à lire un article sur deux aspects particuliers
de la paroi moulée : la maîtrise de la fissuration, et la distance entre les cages.

Excellente lecture,

Daniel Viargues - Président de Soletanche Bachy France

À LA UNE
TOUR ALTO
Soletanche Bachy France a acquis le chantier des fondations de la tour Alto en tant que sous-
traitant de Bouygues Bâtiment IDF. Ce dernier a acquis ce chantier en conception/réalisation.
Le projet de l’architecte prévoit une tour de 150 m de haut de forme évasée, ce qui permet
d’optimiser la surface malgré une emprise au sol très réduite. Un parking doit être créé sous le
parvis au pied de la tour.
Les fondations du parking avaient déjà été réalisées par C’est donc un très important travail de dimensionnement,
SBF avec des micropieux en fin d’année 2016. Ce marché réalisé par le bureau d’études en phase d’appel d’offres et en
constitue donc la poursuite du partenariat déjà engagé. phase d’exécution, qui a permis de justifier la résistance des
fondations de cette tour tout en minimisant les aciers prévus.
Soletanche Bachy a été choisi par Bouygues pour
l’accompagner dans sa conception avec une solution de Par sa forme, la tour repose sur un triangle de parois moulées
fondations peu profondes, restant dans les Sables Supérieurs, rempli de barrettes, ainsi que sur quelques barrettes isolées.
au-dessus des Fausses Glaises. C’est la même solution qui Les 29 panneaux sont d’épaisseur 800, 1200 et 1500 mm et
avait été retenue pour les fondations de la tour D2, située à descendent tous à la même profondeur : 22 m. Environ 30 %
quelques centaines de mètres du chantier. des panneaux sont impactés par les anciens tirants détendus
de la paroi voisine de la tour First.
La solution repose sur un préalable et deux principes :
Il y a un travail de découpe des tirants rencontrés entre 11
- L’évolution des contraintes sous le radier de la tour FIRST, et 17 m de profondeur. Par ailleurs, avant de réaliser les
tout proche, reste acceptable murettes guides, 4 pieux de l’ancien immeuble des Saisons,
- La possibilité de rester dans les sables au-dessus des qui étaient sur le tracé de la paroi moulée, ont été arrachés.
couches argileuses nécessite de faire travailler la pointe plus Une des difficultés du panneautage tient aux longueurs
que ne le prévoit la norme. Ceci a été rendu possible grâce à imposées par les calculs, jusqu’à 8,63 m sur une barrette
un essai de chargement de pieu foré boue réalisé par SBP et avec 3 cages liaisonnées.
injecté en pied par SBF l’été dernier.
La tour ayant très peu de surface au sol (700 m²), il en va de
- Il est nécessaire de faire en sorte que la structure puisse même de l’emprise de chantier. Il faut y faire évoluer 3 grues
s’accommoder des tassements différentiels. (Hydrofraise®, KS, manutention), rendant chaque journée
Ces vérifications passent notamment par un calcul aux différente. Le seul endroit qui pouvait accueillir la centrale
éléments finis en 3D, mené conjointement avec Fugro. Ce est le futur parvis, situé au-dessus du parking réalisé l’hiver
calcul itératif a permis de calculer la cuvette de tassement dernier. Bouygues a donc dimensionné sa dalle de 60 cm
générée par la tour ainsi que la répartition des charges qui d’épaisseur en fonction des charges de la centrale et des silos.
en résulte. C’est donc une deuxième emprise séparée par une marche
de 4 m de hauteur, reliée par un escalier à la première, avec
Après plusieurs itérations du modèle et la convergence du sa propre entrée et sortie pour les camions.
comportement des fondations et de la superstructure, le
calcul prévoit un tassement final (à 40 ans) entre 4 et 9 cm Les travaux de paroi moulée seront suivis par l’injection
suivant la zone de la tour. systématique de tous les pieds de parois moulées et barrettes
à partir des tubes de réservation mis en place dans les cages
La structure de plusieurs dizaines de milliers de tonnes doit d’armatures.
pouvoir s’adapter à ces forts tassements différentiels.
Il conviendra ensuite de réaliser les puits pompage et l’essai
Cela passe notamment par un ferraillage très détaillé des de pompage de réception de la fouille.
panneaux.
Enfin, le recépage était prévu majoritairement à l’éclateur
En effet, au-delà de la gestion habituelle des efforts de hydraulique et sur quelques panneaux ciblés (contre les
soutènement et des efforts verticaux de la structure de la mitoyens) à l’aspiratrice sur béton frais. Dans un souci
tour, il a fallu intégrer les besoins spécifiques du projet qui d’optimisation, le recépage sur béton frais a été retenu sur
se traduisent par des efforts horizontaux très importants et tous les panneaux en arase haute. Cela permet à Bouygues
l’intégration de cartes d’armatures fournies par « BE.ST » le de gagner un peu de temps sur un planning tendu et cela
BE STructures de Bouygues. nous permet de minimiser au maximum la co-activité entre
Cet exercice déjà inhabituel fut rendu encore plus complexe les équipes.
par la nature de ces cartes, issues directement de la Pour terminer, il conviendra d’effectuer sous le groupe
modélisation 3D. électrogène de la tour FIRST, totalement enclavé et
fondé superficiellement, plusieurs phases d’injections
de compensation, au fur et à mesure de l’évolution des
tassements induits par la construction de la tour Alto.
• reconstruction des escaliers,
NOS • réalisation de la dalle portée (500 m2).

CHANTIERS Travaux 2018 (mai à juillet 2018) :


• remplacement du réseau EP,
• réfection de la cour.

Avenue Gambetta
Le groupement MCCF / Soletanche Bachy France est en
charge de la reprise en sous-œuvre de l’école élémentaire
située 103 avenue Gambetta, dans le XXe arrondissement Gare de Vert de Maisons
de Paris. Les travaux sont réalisés pour le compte de la
Direction du Patrimoine et de l’Architecture de la Ville de La SNCF a confié, en avril 2017, au groupement GTM TP
Paris. IDF / Soletanche Bachy France, la construction du nouveau
passage souterrain de la gare de Vert de Maisons, gare
L’école élémentaire comprend deux bâtiments d'époques existante en interconnexion avec la future gare de la ligne
et de structures très différentes : 15. Pour ce PASO, SBF réalisera des micropieux et des
• un premier bâtiment de type R+3 sans sous-sol consti- colonnes de jet grouting armées. L’intervention se
tuant la partie ancienne de l’école (achevée en 1897), déroulera en 3 phases.
• et un bâtiment de type R+2 avec un niveau de sous-sol qui A partir de septembre 2017 (phase 1), il s’agira de forer les
constitue la partie récente de l’école (1963). micropieux des camarteaux des tabliers auxiliaires et des
quais provisoires : 24 micropieux à 21 m de profondeur, à
La transformation du bâti à l’angle de la rue Gambetta et de faire de nuit et sur les voies, sous ITC de 4,5 h de
la rue de Chine a conduit à réaliser de nouvelles fondations travail effectif. Simultanément, deux ateliers de jet grouting
à proximité des anciennes : il existe donc des hétérogénéi- seront mobilisés sur le quai existant et de nuit, pour
tés dans le mode de fondation entre les deux constructions réaliser la première partie de l’enceinte étanche, à l’intérieur
d’époques très différentes. Ainsi, sur le bâtiment récent, de laquelle le gros œuvre viendra terrasser, puis construire
certaines fondations reposent sur les vestiges de la partie la première partie du PASO. Cette première phase
ancienne démolie. Quant au bâtiment ancien, il est fondé comprend 87 colonnes en diamètre 115 cm. Le dimension-
sur des puits circulaires de 2,5 m de haut, constitués de nement de l’écran prévoit d’armer la moitié des colonnes
gros béton et de meulières. avec un tube métallique.
Les désordres les plus importants sont apparus au droit du En décembre 2017 (phase 2), une fois que le gros œuvre
joint de construction entre les deux bâtiments : des fissures aura posé les tabliers auxiliaires et les tabliers de quai, un
verticales sont apparues jusqu’au troisième étage. atelier de jet grouting viendra réaliser, sous les TA, la fin du
On note aussi des fissures isolées sur chaque bâtiment : rideau étanche. Cette seconde phase comprend 34
fissures en façade sur le bâtiment ancien, fissures en sous- colonnes de mêmes caractéristiques.
sol sur le bâtiment récent …
L’origine est probablement due à un phénomène de retrait/ Enfin, la dernière phase prévoit la réalisation d’une paroi
gonflement et à une capacité portante insuffisante. armée au coulis (180 m²).
Le principe de confortement consiste à effectuer la reprise Les premières phases de production débutent en
en sous-œuvre des fondations du bâtiment ancien à l’aide septembre 2017, mais les essais de jet grouting sont
de colonnes de jet grouting (diamètre 1000 mm). programmés dès le mois d’août après un petit amuse-
bouche en juin-juillet (micropieux d’un massif caténaire et
Douze mois de travaux seront nécessaires, afin de micropieux d’essais).
permettre la rentrée des classes de septembre 2018.

Travaux 2017 (août à novembre 2017) :


• démolition des escaliers intérieurs,
• purge totale des cloisons,
• depuis l’intérieur du bâtiment, réalisation d’environ
60 colonnes de jet grouting,
Les travaux doivent impérativement être terminés avant la
fin du mois d’avril 2018 pour permettre le démarrage du
chantier M10, dernier projet de couverture de voies dans
la zone.

Déviation de la station de
traitement Watt et de son
ovoïde Ligne 15 Sud T3A
L’aménagement de la ZAC Paris Rive Gauche sur l’îlot M10
(XIIIe arrondissement de Paris) prévoit la couverture de C’est du parc écologique et nautique de l’île de Monsieur,
l’ensemble des voies ferrées. La création de cette situé en face du parc de Saint-Cloud, que démarreront les
couverture nécessite la réalisation de barrettes de travaux du lot T3A de la ligne 15 Sud que la Société du
fondation réparties sur plusieurs files d’appui. Grand Paris vient de confier au groupement Horizon
(Bouygues TP / Soletanche Bachy).
Une des files d’appui se situe sur l’axe du réseau existant
constitué d’un ovoïde et d’une station de relevage. Pour De là, le tunnel franchira la Seine une première fois pour
assurer la continuité du réseau existant, il est nécessaire de rejoindre la gare du Pont de Sèvres construite le long des
prévoir le dévoiement de ce réseau. berges en face du bâtiment de la Seine Musicale récem-
ment inauguré sur l’île Seguin. Il longera ensuite les quais
Le dévoiement du réseau consiste à mettre en place un et le quartier du Trapèze construit sur les anciens terrains
fourreau en Polyester Renforcé de fibre de Verre (PRV), de Renault de Boulogne-Billancourt pour traverser à nouveau
diamètre intérieur 856 mm, sous les voies ferrées circulées la Seine, passer sous l’île Saint-Germain, remonter vers
par la méthode du microtunnelage. Ce fourreau ainsi mis la gare d’Issy RER et terminer sa course sur les hauteurs
en place remplacera l’ovoïde existant. Le dévoiement reliera d’Issy-les-Moulineaux, à la gare de Fort d’Issy - Vanves -
l’ovoïde existant côté Petite Ceinture au collecteur sous la Clamart.
rue Watt.
Il ne faut toutefois pas se fier au cadre agréable de l’ouest
Soletanche Bachy a déjà travaillé dans la zone à plusieurs parisien. En effet, de nombreux obstacles devront être
reprises, à la fois pour la SNCF et pour la SEMAPA (chantiers surmontés pour mener à bien ce projet considéré comme
A2/A9/A11, T7, file A’, …). potentiellement le plus difficile de la ligne 15 Sud.
La SNCF Réseau a confié au groupement Soletanche Bachy
France (mandataire) / BESSAC / SAT la réalisation des En premier lieu, il faudra maîtriser les arrivées d’eau dans
travaux suivants : la craie souvent très fracturée de cette zone de la plaine
• création d’une station de pompage (ouvrage FAPC) en alluviale de la Seine. Il conviendra également de contrôler
parois moulées, les déformations des ouvrages situés à proximité d’avoisi-
• traversée sous la plate-forme ferroviaire par un tir de nants très sensibles, tels que le viaduc RER d’Issy, le tout en
microtunnelier d’une longueur de 42 m (TSV1), respectant bien entendu les objectifs de délais fixés par la
• traversée sous voie par un tir de microtunnelier d’une Société du Grand Paris.
longueur de 116 m (TSV2),
• raccordement au collecteur, situé dans la rue Watt d’une
longueur de 5,3 m, réalisé à la tarière mécanique,
• construction de deux puits en parois moulées (FD et FAW)
qui serviront, en phase travaux, aux tirs du microtunne-
lier, et à terme seront remblayés pour créer deux regards
d’accès au futur réseau.
Les parois moulées du projet exécutées sous l’avenue de
France et au milieu des voies SNCF seront réalisées à
l’Hydrofraise® HC05 pendant des coupures ferroviaires
prévues en novembre et décembre 2017.

La période de préparation de ce chantier minutieux a com-


mencé au mois de juin 2017.
Ces travaux consistent pour Soletanche Bachy en la
réalisation de 73 micropieux de type II, répartis sur 3 zones
de la station en interconnexion. La longueur des micropieux
varie entre 10 et 25 mètres.

A partir d’octobre 2017, après les essais de micropieux, les


25 premiers micropieux seront forés, de nuit et sous
hauteur limitée, dans la salle des billets existante. Ces
micropieux permettront le réaménagement de la station
existante (démolition et construction de poteaux).
Les équipes seront ensuite mobilisées pour 10 micropieux
supportant l’allongement du quai n°1.

Enfin, en 2018, après mise en place du cadre du Passage


Souterrain (PASO) sous les voies existantes (après un grand
Le BUS., une nouvelle tranchée week-end d’interruption de 5 jours), les 38 micropieux de
fondation de cet ouvrage seront forés sous hauteur
couverte pour l’agence France limitée : une fois n’est pas coutume, les fondations sont
réalisées après l’ouvrage.
Sud
La direction des infrastructures de la métropole Aix-Mar-
seille Provence vient d’attribuer à Soletanche Bachy France
– au sein d’un groupement Vinci Construction France – la
construction du Boulevard Urbain Sud (BUS).

Le BUS est un boulevard (pensé dans les années 70) qui


permettra de relier le sud de Marseille, la Pointe Rouge, à
la rocade L2 en cours de livraison ; le but ultime étant de
faciliter les échanges Nord-Sud dans Marseille.

Il s’agit d’une 2x2 voies de 8 km, dont 1 km est en


tranchée couverte, objet de cette attribution. La structure
est composée de 3 voiles en paroi moulée : les deux murs
périphériques et le voile central, avec un ancrage dans le
fameux Stampien marseillais pour lequel une
Hydrofraise® sera mobilisée.
Villejuif Grand Parc
La tranchée couverte est interrompue par 2 fois sur son
linéaire par des paralumes lui permettant ainsi d’échapper
La SADEV 94 a confié à Soletanche Bachy France la
à la dénomination « tunnel » : il s’agit de sections ouvertes
consolidation des carrières situées sous le premier lot de la
surplombées par des butons triangulaires en BFUP limitant
ZAC Campus Grand Parc, le lot A1a-A1b. L’opération
l’éblouissement des conducteurs par le soleil marseillais.
Campus Grand Parc est un projet d’aménagement centré
sur la future station Villejuif Institut Gustave Roussy : il vise
Le phasage à imaginer entre les réseaux et la circulation
à développer un campus international de recherche et
dans le centre de Marseille rend ce chantier complexe.
d’innovation dans les domaines de la santé et des
biotechnologies.
Les équipes travaux sont déjà à pied d’œuvre pour faire de
ce chantier un succès !
Les travaux de consolidation de carrières concernent le
niveau d’exploitation supérieur du Calcaire Grossier, situé
entre 45 et 50 m de profondeur.

Ils comprennent plus de 13 000 m de forage, environ


2 900 m3 de remplissage gravitaire, et plus de 200 m3
d’injections de traitement. Trois foreuses sont mobilisées
depuis
mi-juin, afin de tenir le délai du chantier : les travaux doivent
être terminés fin septembre 2017 !
Créteil l’Echat Le futur bâtiment sera ensuite fondé sur des pieux arrêtés
au-dessus du toit de la carrière.
La RATP a confié, en mai 2017, au groupement Sogea TPI
/ Soletanche Bachy France / Soletanche Bachy Pieux, les
travaux de gros œuvre et de second œuvre de l’intercon-
nexion Créteil l’Echat entre la ligne 15 et la ligne 8.
La méthode du Trenchmix® voie sèche a été retenue pour
cet écran dont la profondeur varie entre 5 et 8,1 m, et qui
représente une surface proche de 14 900 m2.

Afin d’assurer la continuité de l’étanchéité entre la prise


d’eau principale et l’écran étanche, une vingtaine de
colonnes de jet grouting seront mises en œuvre à 4
emplacements différents.

Les travaux ont démarré début mai 2017 et doivent se


terminer en août.

Tunnel de Tavannes
C’est en bordure de la commune d’Eix, dans le département
de la Meuse, que se dérouleront cet été les travaux de régé-
nération du tunnel de Tavannes, situé sur la ligne ferroviaire
Saint-Hilaire-au-Temple - Hagondange.

Ce tunnel de 1200 m, dont la construction s’est achevée


en 1874, a été utilisé durant la première guerre mondiale
comme hébergement, dépôt de matériel et dépôt de
munitions pour l'armée.

Il est constitué d’une galerie de circulation ferroviaire et Bagneux Nautile


d’une galerie de circulation pour véhicules de services de
la SNCF. Bagneux Nautile est un chantier de comblement de
carrières qui présente la particularité d’utiliser 3 mailles
Les travaux de régénération comprendront forage et pose différentes de forages (7 m x 7 m ; 5 m x 5 m ; 4 m x 4 m)
de boulons, chemisage en béton projeté, et mise en œuvre pour un total de 380 unités. Une partie des forages a été
de barbacanes. Ils seront assurés par un groupement effectuée depuis le sous-sol d’un bâtiment existant avec
Freyssinet Grand Est (mandataire) / Soletanche Bachy 2 foreuses T43, et le reste depuis la surface avec 2 foreuses
France, avec une large participation de la Sotem pour les DCH114.
boulons et les barbacanes.
La phase de comblement gravitaire a commencé le 12
juillet 2017. Elle sera suivie du clavage et de l’injection
de traitement. Durant les différentes phases successives
d’injection, une surveillance étroite est mise en place dans
la galerie périphérique qui est à conserver, car elle est
située sous l’aqueduc de la vanne appartenant à Eau de
Paris.

Le futur projet comprend un immeuble de bureaux et un


immeuble de logements, le tout à proximité de la future
gare de la ligne 15 de Bagneux. Le défi principal de ce
chantier est un planning très serré qui impose une co-
activité avec les opérations de curage et de désamiantage,
ainsi qu’un phasage précis permettant de libérer progres-
sivement des zones pour effectuer les sondages de contrôle.
La démolition lourde démarre début octobre, ce qui impose,
avec les 28 jours de séchage, de finir le chantier début
septembre.

Digue du Rhin
Dans le cadre du renforcement des digues en rive gauche
du Rhin, dont EDF-CIH est l’exploitant, Soletanche Bachy
s’est vu confier la réalisation d’un écran étanche de 2700 m
de long en crête de digue au niveau du polder d’Erstein. Le
but des travaux consiste à rehausser et à conforter le noyau
étanche de la digue.
Travaux à suivre en 2017 :
- microberlinoise zone Nord en août,
- voûtes « parapluie » en octobre,
- boulons zone Nord et micropieux en novembre.

Mairie des Lilas


Les travaux s’inscrivent dans le cadre du prolongement
de la ligne 11 à l’Est. Avec l'accroissement du trafic qui en
découle, il sera indispensable d’utiliser des rames de
5 voitures au lieu de 4.
Sur la station Mairie des Lilas, 3 accès supplémentaires Plan Loire grandeur nature –
seront donc nécessaires, afin d’assurer la conformité
règlementaire en terme d’évacuation des usagers : digues d’Orléans
• accès principal Nord,
• accès principal Sud, L'opération de renforcement de la levée d’Orléans a été
• accès secondaire. programmée dans le plan Loire IV avec un cofinancement
Etat / Département du Loiret / Orléans Métropole /
Soletanche Bachy intervient en groupement avec TPI sur Communauté de Communes des Loges / Communauté de
une période de deux ans et est en charge : Communes du Val de Sully.
- des injections de fissuration dans le calcaire de Brie, La maîtrise d’ouvrage, à savoir la direction départe-
- des microberlinoises, mentale des territoires du Loiret (DDT 45), a confié au
- des voûtes « parapluie », groupement VINCI Construction Terrassement (mandataire)
- des boulons en fibre de verre, / Soletanche Bachy France les travaux d’écrans étanches
- des micropieux. continus visant à assurer la sécurité des digues vis-à-vis du
phénomène d’érosion interne en limitant les écoulements
Les travaux liés aux accès principaux ont déjà démarré, en cas de crue.
l’accès secondaire étant prévu pour 2018. Les travaux d’écrans étanches seront réalisés au moyen du
procédé Trenchmix® en voie sèche.
Les travaux actuellement en cours sont les injections dans L’opération est scindée en quatre tranches de travaux :
le calcaire de Brie. • Tranche ferme : écrans étanches et traitement de
L’objectif des injections est d’éviter les venues d’eau et canalisations hautes sur des secteurs situés à Guilly
d’améliorer les caractéristiques mécaniques du calcaire, (800 m d'écrans à une profondeur moyenne de 5,20 m),
afin de permettre le creusement d’une galerie de 9 m de Saint-Denis-en-Val (2 350 m d'écrans à une profondeur
large en pleine section. Un maillage de forages de 2 m par moyenne de 6,10 m) et Sigloy (partie aval - 1 650 m d'écrans
2 m a donc été retenu, ainsi qu’un phasage d’injections à une profondeur moyenne de 6,30 m).
primaires / secondaires.
• Tranche optionnelle 1 : retrait de canalisations profondes à
Des essais préalables et de contrôle (carottages, essais Saint-Pryvé-Saint-Mesmin.
pressiométriques et essais de perméabilité) permettent de
contrôler la qualité du traitement. • Tranche optionnelle 2 : écrans étanches à Saint-Pryvé-
Saint-Mesmin (850 m d'écrans à une profondeur moyenne
La présence de réseaux et d’ouvrages enterrés de la RATP de 6,20 m).
ont nécessité des pré-fouilles minutieuses et une implan-
tation précise, avec l’aide éventuelle d’un géomètre. • Tranche optionnelle 3 : écrans étanches à Sigloy (partie
Une surveillance des ouvrages RATP est également néces- amont – 1 620 m d'écrans à une profondeur moyenne de
saire, aussi bien en cours de perforation que d’injection. 6,50 m).

Le secteur très passant (sortie de métro, mairie, …) a Au total, un linéaire d’écrans de 7,3 km pour une surface de
imposé aux équipes une propreté rigoureuse du site et une 44 690 m2 !
information des riverains.
Les travaux démarrent à la fin du mois de juillet 2017, et se
Principales quantités pour l’injection : termineront à la fin de l’année 2018, avec la notification de
• 2700 m de forages la dernière tranche optionnelle.
• 600 m3 de coulis
chantier, puits de décompression et piézomètre, traitement
préalable des terrains, pieux de soutènement provisoire,
installation de la centrale à boue.

Place est faite pour accueillir la nouvelle Hydrofraise®


HC05, qui bien que compacte, doit se faufiler au milieu
d’une plate-forme particulièrement exiguë.

Au programme : 7 panneaux de 30 m de profondeur, en


épaisseur 0,63 m, excavés dans des marnes calcaires, au
rythme d’un bétonnage tous les deux jours. Les 1 500 m²
de parois moulées constitueront l’enveloppe du bassin de
15 m de diamètre intérieur.

Tunnel de la Chalière
Il s’agit pour ce groupement composé d’entités de VINCI
Construction (Soletanche Bachy France / Freyssinet France
/ VCF TP Lyon) de conforter un tunnel SNCF situé près
de Champagney (Haute-Saône). Les tâches principales
consistent à mettre en œuvre des reprises localisées du
parement, des chemisages et des enduits d’étanchéité en
béton projeté après ferraillage.

Les travaux ont débuté fin mars 2017 pour une durée
d’environ 5 mois. Plus de 2 700 m² de parements vont ainsi
être traités dans un tunnel de 1 250 m de long.

Le principal défi de ce chantier concerne sa logistique :


Prolongement de la ligne 14 au
chaque nuit, les équipes travaillent sous interception des
voies, avec des engins rail-route. On retrouve les contraintes
Nord
ferroviaires habituelles d’un chantier en tunnel : travail de
Après sa sortie dans l’ouvrage Cachin, le tunnelier Solenne
nuit, espace restreint, temps d’intervention limité, gestion
a été entièrement démonté pour être transféré jusqu’au
des évacuations de matériaux, ventilation ...
puit de départ Glarner.
En pointe, une vingtaine de personnes sont mobilisées.
La reconfiguration terminée, il s’est élancé le 23 mai dernier
sur le deuxième tronçon en direction de l’ouvrage Pierre qui
est désormais prêt à l’accueillir suite à la réalisation de la
galerie de raccordement au SMR.

Soletanche Bachy se tient prêt à mettre en œuvre, à la fin de


l’été, les injections de compensation qui pourraient
s’avérer nécessaires lors du passage du tunnelier sous le
RER C. Cette intervention marquera la dernière activité
significative pour les travaux spéciaux.

Sur la station Mairie de Saint-Ouen, que le tunnelier avait


traversée avant excavation, le terrassement est maintenant
terminé. Les phases de démolition du tunnel et de décou-
verte des interfaces voussoirs / paroi moulée ont demandé
beaucoup de minutie aux équipes de génie civil.

Bassin Nansouty Les travaux d’étanchéité et de ferraillage du radier battent


maintenant leur plein et vont se poursuivre tout au long de
l’été.
Les travaux du bassin de stockage Nansouty à Bordeaux du-
reront 10 mois, jusqu’en mars 2018. En tant qu’entreprise Bien que le tunnelier débute seulement son deuxième
générale, Soletanche Bachy France a organisé l’ensemble tronçon, le troisième est déjà prêt : les équipes de travaux
des installations générales, une fois les réseaux déviés et le spéciaux ont réalisé, au cours du printemps dernier, le
premier coup de pioche donné par Alain Juppé. bouchon de sortie en jet grouting au niveau de la station du
lot 3 (Clichy Saint-Ouen). Au total, 55 colonnes de 12,5 m de
Un mois et demi a ainsi été nécessaire avant le démarrage longueur ont été réalisées en préparation de la sortie sous
de la paroi moulée : dévoiements de chaussée, abattage cloche du tunnelier au début de l’année 2018.
des arbres, démontage du mobilier urbain, plate-forme de
de compression du béton se substitue à l’abattement sur
NOTRE les dimensions nominales des pieux prévu par l’Eurocode 2.
• La norme 1538 donne de nombreuses prescriptions
EXPERTISE découlant de la spécificité de l’exécution de la paroi
moulée, et des tolérances associées.

Parois moulées, maîtrise de la Elles se traduisent par des distances minimales entre
aciers, et non maximales ; en effet, une densité d’armatures
fissuration, et inter-cages trop importance est préjudiciable à la mise en œuvre et au
bétonnage correct des parois moulées.
La technologie de mise en œuvre de la paroi moulée impose
Dans le même esprit, la distance entre cages ne doit pas
certains aménagements aux normes de justifications
être inférieure à 400 mm . Des distances trop faibles entre
structurelles. Nous nous penchons ici sur deux aspects
cages sont très préjudiciables à la qualité de la paroi
particuliers de béton armé : la maîtrise de la fissuration, et la
moulée ; en effet, du fait des tolérances inhérentes au
distance entre les cages.
procédé, on se retrouve rapidement dans l’impossibilité
de descendre la cage dans la tranchée, car elle vient buter
1 Contexte
contre la cage voisine, trop proche.
Dès lors qu’on évoque le béton armé, le premier réflexe est
2 Maîtrise de la fissuration
de se plonger dans l’Eurocode 2, ce qui serait une grave
erreur. En effet, il ne faut jamais perdre de vue que c’est
Lors du passage aux Eurocodes, l’Administration française a
bien la technologie et ses contraintes qui gouvernent les
donné fort logiquement la consigne impérative suivante aux
justifications structurelles, et non l’inverse. Ainsi, dans
rédacteurs des documents les accompagnant : le passage
notre cas, le concepteur doit successivement appliquer les
aux Eurocodes devait se faire à coût d’ouvrage constant.
textes suivants, qui constituent un ensemble cohérent :
• La norme NF EN 1538 relative à la mise en œuvre
Dans le même esprit de ce qui a été indiqué plus haut,
des parois moulées ;
l’annexe nationale de l’Eurocode 2 précise :
• L’Eurocode 7, son annexe nationale et sa norme
- « Les éléments de fondations profondes et les écrans
d’application 94-282 relative aux écrans, ainsi que
de soutènement peuvent faire l’objet de dispositions particulières
l’amendement A1 de cette dernière ;
dans les normes correspondantes ».
• L’Eurocode 2-1 et son annexe nationale.
- « Pour les voiles et dalles de plus de 0,80 m
d’épaisseur et pour les poutres en béton armé de plus de 2 m de
Il convient de rappeler la spécificité du procédé de mise
haut, la maîtrise de la fissuration est définie par la norme NF EN
en œuvre de la paroi moulée par rapport au béton armé
1992-2 ».
« classique » : coffrage constitué par le sol, bétonnage sous
• L’annexe nationale de NF EN 1992-2 indique quant à elle
boue, au tube plongeur sur de grandes hauteurs, présence
que la maîtrise de la fissuration est assurée moyennant :
de joints entre panneaux, etc.
- Une limitation de la contrainte de traction dans
les aciers, égale à 1000Wk dans le cas des sections partiel-
lement tendues, Wk étant l’ouverture de fissure prescrite.
- Un espacement maximal entre aciers égale à
5(c+Φ/2) où «Φ» est le diamètre des aciers verticaux et
« c » leur enrobage.

La formule de calcul d’ouverture de fissures a été calée


sur des poutres de faible épaisseur, avec des enrobages
classiques de bâtiment.

Elle s’avère inadaptée aux poutres de grande hauteur


(c’est ce qui a motivé la rédaction de l’annexe nationale de
NF EN1992-2) avec de forts enrobages, ce qui est le cas
de toutes les parois moulées. Son application aux parois
Figure 1 : exécution d'une paroi moulée moulées aurait eu pour conséquence :
- Une augmentation des taux d’aciers dans les
parois moulées, en contravention avec la feuille de route de
Toutes ces particularités ont conduit à des prescriptions
l’Administration ;
pour le ferraillage propres aux parois moulées ; on les
- Une augmentation des pathologies, la technique
trouve à la fois dans la norme NF EN 1538, pour les aspects
de la paroi moulée exigeant un espace assez important
de travaux ayant trait à la conception, et dans la norme
entre les armatures.
94-282 concernant la justification des écrans :
• L’annexe nationale française de l’Eurocode 2 renvoie
C’est pourquoi la norme 94-262 (fondations profondes)
systématiquement à la norme 94-282 ; ainsi, par exemple ;
et la norme 94-282 (écrans de soutènement) et son
- Les coefficients d’abattement sur la résistance
amendement A1 ont reconduit les dispositions que la
du béton de paroi moulée, issus des pratiques françaises,
France permet pour la maîtrise de la fissuration :
demandé par la norme 94-282 se substituent à ceux de
« Il convient de vérifier que l'espacement des armatures est
l’Eurocode 2 partie 1, et à l’abattement sur la hauteur de
inférieur à 5 fois (c+Φ/2) (c étant l'épaisseur d'enrobage et Φ le
calcul de la section que celui–ci prévoit pour les fondations.
diamètre des armatures) et que la contrainte de traction à l'ELS
- De même, la limitation de la contrainte moyenne
quasi-permanent dans les aciers passifs ne dépasse pas les
valeurs suivantes sous la combinaison d'action considérée :

— σs < 1 000 wmax pour des éléments ou parties


d'éléments fléchis (c'est-à-dire ayant une face tendue et une face
comprimée) ;

— σs < 600 wmax pour des éléments ou parties d'éléments


entièrement tendus ;
σs (MPa) étant la valeur absolue de la contrainte maximale
admise dans l'armature immédiatement après la formation de la
fissure, et Wmax (mm) étant la valeur définie par la norme NF EN
1992 et ses Annexes Nationales. »

3 Distance entre cages


3.1 Aspects pratiques et retours d’expérience Les espaces entre cages doivent
avoir une dimension minimale
On trouve dans les parois moulées deux types d’inter-cage pour permettre la mise en œuvre
du joint dans de bonnes condi-
• Ceux au sein d’un panneau, entre cages béton- tions, 20 cm entre la cage et le
nées dans une même opération, sans reprise de bétonnage. joint selon la norme NF EN 1538.

• Ceux entre panneaux, qui constituent une reprise Il convient de noter que le retour
de bétonnage, d’expérience de plusieurs
dizaines d’années de paroi
Les joints entre panneaux peuvent être exécutés selon l’un moulée montre que :
des procédés suivants, le choix étant gouverné par l’hydro- • Les inter-cages au sein
géologie, le type d’ouvrage et la technologie pouvant être d’un même panneau ne Figure 4 : séquence de travail
mise en œuvre : présentent aucune pathologie de avec joint CWS® ; joint en cours
fissuration ; d’équipement
a. Technique du « tube-joint », non développée ici. • Les inter-cages entre
C’est la première à avoir été utilisée. panneaux, donc au droit des joints, peuvent présenter
b. Joints « remordus » lorsque la paroi est forée à des suintements, qui sont traités le cas échéant par des
l’aide d’une hydrofraise®. techniques éprouvées.

L’inter-cage entre 2 cages d’un même panneau dépend en


outre :
• De la taille des cages et des conditions de
transport ;
• Du lieu d’assemblage des cages ;
• De la profondeur du panneau.

Le tableau ci-dessous rassemble quelques références


récentes :

Figure 2 : carottage d’un joint "remordu" à l'hydrofraise®

c. Joints équipés d’un coffrage CWS®, qui permet


d’insérer une bande d’étanchéité.

4 Fonctionnement de la paroi entre deux cages

Les parois moulées se comportent, et sont calculées,


comme une juxtaposition de poutres verticales indépen-
Figure 3 : principe du CWS® dantes ; sauf cas très particuliers, aucun effort ne transite
d’une cage à l’autre.
Le joint d’étanchéité n’est pas nécessairement descendu Il est important de noter ici que, par construction, un
à la base de la paroi, mais à une profondeur qui dépend panneau de paroi moulée est constitué de plusieurs
de l’hydrogéologie du site. Notre maîtrise du procédé nous éléments :
permet d’équiper des CWS® jusqu’à 70 m de profondeur. • Du béton non armé entre les cages, qui leur
transmet par effet voûte (ou par mobilisation de bielles) la
poussée des terres et de l’eau qu’il reçoit ;
• Du béton armé constitué par les cages elles-
mêmes, qui se comportent donc chacune comme une
poutre verticale, soumise à la totalité de la poussée des
terres et de l’eau.

Cela est rappelé dans la norme EN 1538 §7.1.5 : « La concep-


tion de la paroi doit prendre en compte l’interruption des
Exemple d’application numérique :
armatures aux joints entre panneaux ou entre cages dans
Soit une paroi moulée d’1,2 m d’épaisseur, équipée de
un même panneau » et §7.5.2.1 « La conception des cages
cages jusqu’à 39 m de profondeur.
d’armatures doit être conforme à l’EN 1992 ».
L’encombrement du joint, y compris la bande d’étanchéité,
est de 33 cm.
Avec une tolérance de verticalité de 0.5%, on arrive aux
distances entre cages suivantes :

Inter-cage entre deux panneaux (au droit d’un joint) :


e = = min[( 2 x 0,2 + (0,33) + (39)*0,5%) ; 1,20 m]
Soit e = 0,93 m

Inter-cage au sein d’un même panneau :


e =min[( 2 x 0,2 + (39)*0,5%) ; 1,20 m]
Soit e = 0,60 m

Figure 5 : fonctionnement entre deux cages 5 Conclusion

Le développement de ces voûtes ou bielles, qui se produit


au droit des joints comme entre deux cages d’un même
panneau, est validé par le retour d’expérience qui ne montre
aucune pathologie. Il permet à chaque cage d’équilibrer les
sollicitations qui s’exercent sur la largeur de la cage, et sur
les demi-intercages de part et d’autre.

4.1 Finalement, quelle valeur d’inter-cage retenir ?

La norme 1538 ne limite pas la distance maximale entre


deux cages : elle donne uniquement un inter-cage mini-
mal de 400 mm (article 7.5.5.2) afin de garantir la bonne Figure 6 : exemple de paroi moulée
exécution. Même si l’on pourrait montrer par le calcul que
La spécificité du procédé de paroi moulée impose de
des inter-cages dépassant largement l’épaisseur de la paroi
disposer des inter-cages, d’une largeur pouvant aller jusqu’à
ne poseraient aucun problème, il parait raisonnable de fixer
l’épaisseur de la paroi. Ces inter-cages sont des éléments
une borne supérieure.
de béton non armé travaillant en voûte, les considérations
de distance entre aciers sont sans objet entre cages.
C’est l’objet de la récente démarche de la Commission
Technique du SOFFONS (*) auprès de la CNETG (**), qui
Chaque cage équilibre la totalité des efforts qui lui sont
aboutit aux préconisations suivantes, adoptées par
associés. La maîtrise de la fissuration par limitation de
l’ensemble de la profession :
contrainte est pleinement justifiée, le calcul d’ouverture
de fissure étant inadapté aux sections importantes à fort
L’espacement maximal « e » des cages de part et d’autre du
enrobage. On vérifie que les entraxes des aciers d’une
joint peut être défini comme suit :
même cage soient inférieurs à la valeur requise 5.(c+φ/2),
e= Min [(2 x distance minimum de la cage au joint +
en disposant en outre au moins 3 aciers verticaux par mètre.
épaisseur du joint +Hxd); D]

avec :
• H : profondeur totale de la paroi moulée depuis la plate-
forme de travail ;
(*) : Syndicat national des entrepreneurs de sondages, forages et
• d : tolérance de verticalité en % ;
fondations spéciales ;
• D : épaisseur de la paroi moulée.
(**) : Commission de normalisation d’exécution des travaux géotechniques,
instance française rédactrice de la norme 1538.
La norme 1538 demande une déviation inférieure à 1%. Des
déviations plus faibles peuvent être obtenues moyennant
l’utilisation de matériel performant, le recours à l’électro-
nique embarquée et le respect de procédures extrême-
ment rigoureuses par du personnel expérimenté. Ainsi, par
exemple, des déviations de 0,15% ont été obtenues à 98 m
de profondeur sur le chantier de Lee Tunnel.

Le tableau suivant donne les valeurs en cm de déviations en


fonction de la profondeur, et de la tolérance de verticalité.
NOS
Retrouvez nos agences et nos filiales en france
IMPLANTATIONS

AGENCES Tél. Fax

NORD. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : Hubert GRUNEWALD Rueil 01 47 76 56 10 01 40 90 02 97


• IdF service confortements. . . . . . . . . : Guillaume DOUHERET Rueil 01 47 76 56 10 01 40 90 02 97
• Antenne Est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : Guillaume CATEL Strasbourg 03 88 38 87 39 03 88 38 84 25
• Normandie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : Stéphane GALY Rueil 01 47 76 56 40 01 40 90 02 88
• Bretagne - Pays de la Loire . . . . . . . .: Mehdi BENHABBARI Rueil 01 47 76 55 72 01 40 90 02 97
• Hauts-de -Seine . . . . . . . .. . . . . . . . .. : Guillaume CATEL Lille 03 20 50 92 92 03 20 50 93 83

SUD. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : Tony CHIGNARD Aix-en-Pce 04 42 99 03 50 04 42 21 25 64


• Rhône-Alpes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : Laurent AUBERT Lyon 04 78 31 51 71 04 72 02 79 91
• Côte d’Azur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: Pierre-Yves MAURY Sophia Antipolis 04 93 00 12 42 04 93 00 12 43
• Bordeaux . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . : David COUSIN St Médard 05 56 05 25 25 05 56 05 77 13
• Toulouse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : David COUSIN Toulouse 05 61 35 84 55 05 62 79 13 20

LA RÉUNION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : Tony DEL GIUDICE Rueil 01 47 76 55 33 01 40 90 02 97

FILIALES
SOLETANCHE BACHY PIEUX
• Siège
Direction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: Emmanuel OLLIER Wissous 01 56 70 42 00 01 56 34 03 88
Antoine D’HALLUIN Wissous 01 56 70 42 00 01 56 34 03 88
• Antennes
Région parisienne & Normandie . . . .: Xavier BARTHE Wissous 01 56 70 42 00 01 56 34 03 88
Est . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .: Guillaume CATEL Strasbourg 03 88 38 87 39 03 88 38 84 25
Nord - Luxembourg . . . . . . . . . . . . . . .: Anthony RE Lille 03 20 50 92 92 03 20 50 93 83
Ouest Bretagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: Frédéric TALOTTE Nantes 02 40 92 26 36 02 40 92 26 30
Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: Elric COMTE Aix-en-Pce 04 42 99 03 50 04 42 21 54 93
Rhone Alpes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: Regis LEBEAUD Lyon 04 72 76 82 82 04 78 61 10 88

SB TUNNELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: Patrick ROLANDETTI La Garde 04 94 21 70 42 04 94 21 71 55


MCCF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : Emmanuel OLLIER Wissous 01 56 70 27 60 01 56 70 27 61
Philippe DALPRA Wissous 01 56 70 27 60 01 56 70 27 61

BESSAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . : Bernard THERON Toulouse 05 61 37 63 63 05 61 09 26 29


BACHY FONDACO . . . . . . . . . . . . . . . . : Frédéric KISSLING Fort de France 05 96 71 44 01 05 96 72 42 41
(Antilles - Guyane)
BALINEAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .: Hervé DUPLAINE Pessac 05 57 89 16 78 05 56 07 34 78

www.soletanche-bachy.com

© 2017 Soletanche Bachy France - Les textes, photos et autres informations contenus dans ce document sont la propriété du groupe Soletanche Bachy France.
Toute reproduction, représentation ou autre usage sans le consentement préalable Soletanche Bachy France est illicite.