Vous êtes sur la page 1sur 41

Institut des techniciens Spécialisés en Mécanique Agricole et Equipement Rural

1ère année HRI

Eléments de base de dimensionnement d’une


installation d’irrigation sous pression

2017-2018
BNIAICHE El Amine
Rappels de la structure d’une installation d’irrigation sous pression
Irrigation par aspersion

Irrigation localisée
Climat
• Température, humidité relative, vent Ressources en eau
• Rayonnement
• Précipitations • Débit horaire et pression
• Durée maximale d’utilisation
• Qualité de l’eau (physique,
biologique et chimique)

Culture

CONCEPTION • type et caractéristiques


• Ecartement s entre plants et lignes
D’UN PROJET • Besoins en eau

D’IRRIGATION Données
Terrain
• Plan de masse; Configuration
• Texture
• Topographie
Buts • Perméabilité
• Caractéristiques hydrodynamiques
Estimer les besoins en eau d’irrigation
probables des cultures prévues; Matériel
Comparer les ressources disponibles
aux besoins prévisionnels • Disponibilité
• Qualité
Dimensionner les équipements à prévoir
• Coût
en se basant sur le mois de pointe
Conduite d’arrosage

Suivre l ’évolution des


réserves en eau du sol
Déclencher l ’irrigation
dés que RFU s ’annule
Déterminer le volume
d ’arrosage
Evolution des réserves en
eau du sol au cours d ’une BILAN HYDRIQUE
période de végétation Estimer les besoins probables des
cultures envisagées à l ’irrigation
B= Dépenses – Recettes d’eau
Comparer les ressources disponibles
aux besoins prévisionnels
Dimensionner les équipements à prévoir
en se basant sur le mois de pointe

Préparation
de la campagne Projet de
d’irrigation dimensionnement
Analyse fréquentielle des données nécessaires (25 à 30 années) pour les cultures
prévisionnelles et pour la région considérée pour déterminer les besoins en eau d ’irrigation
mensuels et annuel. Adopter les besoins du mois de pointe pour l’exploitation .
EXIGENCES DU PROJET

• Eléments donnés non modifiables:


• Besoins en eau des cultures (ETc)
• Capacité utile de rétention du sol (RU) qui fixera la dose
• Vitesse d’infiltration du sol (k) qui déterminera la pluviométrie
d’arrosage

• Eléments laissant une certaine marge de choix :


• Surface à irriguer (S)
•Nombre d ’heures d ’arrosage par jour ( )
•Nombre de postes à réaliser par jour (Np/j)
• Disponibilité à respecter :

• Conditions techniques d ’alimentation en eau d ’irrigation, qui


fixeront souvent une valeur maximum pour :
- la pression disponible à la prise d ’irrigation (cas d ’une
borne d ’arrosage)
- le débit disponible à la source d ’eau (prise d ’irrigation ou
puits)

• Main d œuvre
ELEMENTS FONDAMENTAUX A DEFINIR

I- Détermination des paramètres d’irrigation:

 Besoins en eau d ’irrigation (Bbp) des plantes pour le mois plus déficitaire
(plantes et climat)
 Dose pratique d'arrosage: (Dp)
 Périodicité ou tour d'eau: (Tj)
 Nombre de postes pour un arrosage complet (Np)
 Unité parcellaire théorique (s) et réelle (sp) selon les écartements
d’implantation (er*el) adoptés qui définissent alors les caractéristiques de
l’arroseur.
 Nombre de distributeurs par poste (Na/p)
 Pluviométrie d ’arrosage ()
 Durée d’un poste d ’arrosage (t)
 Débit du poste d ’arrosage (Q)
II- Calculs hydrauliques:

 Définition des dispositifs de distribution de l'eau à la parcelle


afin de permettre l'implantation des postes d'arrosage.

 Calculs des débits dans les rampes, porte rampes et autres


canalisations.

 Calculs des diamètres des canalisations du réseau de


distribution et du réseau de transport.

 Calcul de la station de tête, station de pompage et bassin de


stockage d’eau
Dimensionnement agronomique
Calculs des Paramètres d’arrosage
Equation du bilan hydrique (variation des réserves en eau du sol)

B  ( ET  R  D)  ( P  I  Rc  RU i )
P : pluie ; I : irrigation ; Rc : remontée capillaire
RU i : réserve en eau au début de la période d' observation
ET : évapotranspiration ; R : ruisslleme nt ; D : drainage

si B  0  nécessité d' irriguer


si B  0  pas besoin d' irriguer

• Zones arides et semi arides Rc  0


• Pour les objectifs de
dimensionnement, on considère que le
sol est à sec RUi est négligeable 0
• On pose : Pe= P-(D+R)
ESTIMATION DES BESOINS EN EAU D’IRRIGATION DES CULTURES

 Expression des besoins en eau nets d’irrigation en systèmes conventionnels d’irrigation

Bn  ETC  Pe  ET0  Kc  Pe
ET0: Evapotranspiration de référence

ETc: Evapotranspiration maximum de culture: Intègre les quantités évaporées

et transpirées par le couvert végétal lorsque toute la surface est humidifiée par

les techniques classiques d’irrigation

Kc: Coefficient cultural

Pe: Pluie efficace


Détermination de ET0 :

Bn  ET0  K c  Pe

Pourcentage journalier moyen (p) du nombre annuel d'heures diurnes pour différentes latitudes (HEMISPHERE NORD)
Latit. Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juill Août Sept Oct Nov Déc
60° 0,15 0,2 0,26 0,32 0,38 0,41 0,4 0,34 0,28 0,22 0,17 0,13
55 0,17 0,21 0,26 0,32 0,36 0,39 0,38 0,33 0,28 0,23 0,18 0,16
50 0,19 0,23 0,27 0,31 0,34 0,36 0,35 0,32 0,28 0,24 0,2 0,18
45 0,2 0,23 0,27 0,3 0,34 0,35 0,34 0,32 0,28 0,24 0,21 0,2
40 0,22 0,24 0,27 0,3 0,32 0,34 0,33 0,31 0,28 0,25 0,22 0,21
Formules climatiques: 35
30
0,23 0,25 0,27 0,29 0,31 0,32 0,32
0,24 0,25 0,27 0,29 0,31 0,32 0,31
0,3 0,28 0,25 0,23 0,22
0,3 0,28 0,26 0,24 0,23
25 0,24 0,26 0,27 0,29 0,3 0,31 0,31 0,29 0,28 0,26 0,25 0,24
20 0,25 0,26 0,27 0,28 0,29 0,3 0,3 0,29 0,28 0,26 0,25 0,25
15 0,26 0,26 0,27 0,28 0,29 0,29 0,29 0,28 0,28 0,27 0,26 0,25
Formule de Blaney Criddle: 10
5
0,26 0,27 0,27 0,28 0,29 0,29 0,29 0,28 0,28 0,27 0,26 0,26
0,27 0,27 0,27 0,28 0,28 0,28 0,28 0,28 0,28 0,27 0,27 0,27
0 0,27 0,27 0,27 0,27 0,27 0,27 0,27 0,27 0,28 0,27 0,27 0,27
ET0 (mm / j )  a  b  f Heures maxima, moyenne journalière de forte insolation N (h/j) (HEMISPHERE NORD)
Latit. janv fév. mars Avr. mai juin juil août sep. oct. nov. déc.

 
50° 8,5 10,1 11,8 13,8 15,4 16,3 15,9 14,5 12,7 10,8 9,1 8,1
f  p (%)  0,46  t m (  c)  8,13 48
46
8,8
9,1
10,2 11,8
10,4 11,9
13,6
13,5
15,2
14,9
16,0
15,7
15,6 14,3 12,6
15,4 14,2 12,6
10,9
10,9
9,3
9,5
8,3
8,7
44 9,3 10,5 11,9 13,4 14,7 15,4 15,2 14,0 12,6 11,0 9,7 8,9
tm: température moyenne mensuelle 42 9,4 10,6 11,9 13,4 14,6 15,2 14,9 13,9 12,9 11,1 9,8 9,1
40 9,6 10,7 11,9 13,3 14,4 15,0 14,7 13,7 12,5 11,2 10,0 9,3
A et b coefficients dépendants de : 35 10,1 11,0 11,9 13,1 14,0 14,5 14,3 13,5 12,4 11,3 10,3 9,8
30 10,4 11,1 12,0 12,9 13,6 14,0 13,9 13,2 12,4 11,5 10,6 10,2
• l’insolation relative (n/N), 25 10,7 11,3 12,0 12,7 13,3 13,7 13,5 13,0 12,3 11,6 10,9 10,6
20 11,0 11,5 12,0 12,6 13,1 13,3 13,2 12,8 12,3 11,7 11,2 10,9
15 11,3 11,6 12,0 12,5 12,8 13,0 12,9 12,6 12,2 11,8 11,4 11,2
• de la vitesse diurne du vent (v) 10 11,6 11,8 12,0 12,3 12,6 12,7 12,6 12,4 12,1 11,8 11,6 11,5
5 11,8 11,9 12,0 12,2 12,3 12,4 12,3 12,3 12,1 12,0 11,9 11,8
• l’humidité relative minimale (Hrm) 0 12,1 12,1 12,1 12,1 12,1 12,1 12,1 12,1 12,1 12,1 12,1 12,1
HRmin < 20 Basse HRmin 20-50 % Moyenne HRmin > 50 % Haute

Détermination

graphique de ET0

par Blaney-Criddle

en fonction de

(Hrmin), l’insolation

relative (n/N) et la

vitesse du vent

diurne (V)

Vitesse du vent: 1- Basse 0-2; 2- Moyenne 2-5; 3- Haute > 5(m/s)


Détermination de ET0 :

Bn  ET0  K c  Pe
Bac classe «A»
ETb (mm / j )  K p  ET0

ET0: est l'évaporation du bac en mm/j


Kp: est le coefficient du bac qui dépend de
l'emplacement et qui reflète l'effet du climat sur l'ET0

Emplacement du en milieu verdoyant en milieu aride


Bac « Class A »
Humidité relative < 40 40-70 > 70 < 40 40-70 > 70
de l’air (%)
Parcours du vent Proximité du Proximité du
(km/j) brise-vent Kb brise-vent Kb
(m) (m)
1 .55 .65 .75 1 .70 .80 .85
10 .65 .75 .85 10 .60 .70 .80
< 175 100 .70 .80 .85 100 .55 .65 .75
Coefficient Kb du bac 1000 .75 .85 .85 1000 .50 .60 .70
1 .50 .60 .65 1 .65 .75 .80
Class A en fonction des 10 .60 .70 .75 10 .55 .65 .70
conditions environnantes 175-425 100 .65 .75 .80 100 .50 .60 .65
1000 .70 .80 .80 1000 .45 .55 .60
1 .45 .50 .60 1 .60 .65 .70
10 .55 .60 .65 10 .50 .55 .65
425-700 100 .60 .65 .80 100 .45 .50 .60
1000 .65 .70 .80 1000 .40 .45 .55
1 .40 .45 .50 1 .50 .60 .65
10 .45 .55 .60 10 .45 .50 .55
> 700 100 .50 .60 .65 100 .40 .45 .50
1000 .55 .60 .65 1000 .35 .40 .45
Détermination de Kc : lysimètre à drainage libre
Bn  ET0 * Kc  Pe

Kc : dépend de :
•l’espèce végétale, voire même le type variétal
•les dates de semis ou de plantation
•la longueur du cycle de la culture
•les stades de croissance de la plante
ETc = Arrosage – Drainage
Les valeurs de Kc varient généralement entre 0  Variation du stock en eau
et 1. Il arrive qu’elles dépassent la valeur
maximale pour atteindre 1.1 ou 1.2.
L’évolution-type du coefficient cultural est
comme suit :

•0.2 à 0.5 : période d’installation de la culture


•0.5 à 1.0 : période de croissance active
•1.0 à 1.2 : période de pleine récolte
•0.6 à 0.8 : fin de culture
Détermination de Pe :
Guide de calculs des pluies efficaces
Année A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 A10 A11 A12 A13 A14 A15 A16 A17 A18
n°rang
Pluie totale
(mm/an

P0 (%)
nrang
P  100  N : Nombre d' observations (Années)
0 N 1

J F M A M J J A S O N D
Pluie moyenne mensuelle (mm) P moy an
Pluie mensuelle relative à l’année
sèche (80 %) (mm) P sec 80%
Pluie efficace (mm)
Pi moy : Pluie moyenne mensuelle pour le mois i
Pi sec : Pluie mensuelle de l’année sèche pour le mois i
Psec Pmoy : Pluie moyenne annuelle
Pisec  Pimo y  Psec :Pluie annuelle à une probabilité de dépassement de 80 %
Pmoy
Pe= 0,6*Pisec -10 pour Pisec <70 mm
Pe= 0,8*Pisec -24 pour Pisec >70 mm
 Besoins nets assolés (Ba)
S B i ni Si: superficie correspondante à la culture i
Bn . a  i

S i
i
Bi: Besoins nets de la culture i
Bn.a.p : Besoins nets assolés de pointe ou du projet = Max (Bna)
 Besoins bruts (Bb)
Bn
Besoins bruts en tête de la parcelle: Bb. p  Ea: Efficience à la parcelle
Ea Gravit:50% ; Aspersion: 75 % ; I. Localisée :90%

Besoins bruts en tête du réseau: Bn


Bb.r  Er: Efficience du réseau
Ea * Er
Ces besoins sont à comparer au cas où il y’a nécessité de
 Dose d'arrosage (Dp) lessivage des sels du sol (voir cas de l’irrigation localisée).

D p  RU  e  ( H ccv  H pfv )  Z * e  ( H cc p  H pf p ) * Da  Z * e
Hccv et Hpfv: humidités volumétriques du sol à la capacité au champ et au point de
flétrissement exprimées mm/m
Hccp et Hpfp : humidités pondérales du sol à la capacité au champ et au point de
flétrissement exprimées mm/m
e : degré d'extraction de l'eau du sol souvent pris égal à 33 %
Z: profondeur d’enracinement (m)
Da: densité apparente du sol
Pour un sol à irriguer présentant des couches D p  e *  ( H cc pi  H pf p.i ) * Da i  Z i
ayant des caractéristiques différentes:
Valeurs approximatives de Z :
tomates (1-1,2 m); cultures maraîchères (0,3-0,6 m);
agrumes (1-1,2 m); arbres fruitiers (1-2 m); vigne (1-3m)
Caractéristiques hydrodynamiques de quelques sols
Humidité volumique (%)
Sol Texture Perméabilité k (mm/h) Réserve utile
A rétention flétrissement
(Hcc) (Hpf) (mm/m)
Argileux Fine 0,5 43,75 21 ,25 225
Argileux-limoneux Fine 2,5 40,3 19,5 208
Limoneux Moyenne 13 30,8 14 168
Sablo-limoneux Moyenne 25 21 9 120
Sableux rossière 50 14,85 6,63 82
 Périodicité d’arrosage (T)
Intervalle maximal en jours pour Dp * N j Nj: nombre de jours/mois
l’épuisement (utilisation) de la T 
réserve facilement utilisable
Bn . m Bn.m: besoins nets mensuels

 Tour d’eau (Te)


Durée en jours pour réaliser D p * N ji
la rotation du matériel sur la Te  Nji: nombre de jours d’irrigations/mois
surface à arroser
Bn . m
NB: Nombre de jours de repos (Njr) par périodicité T: Njr = T - Te ; Njr  0
 Pluviométrie d’arrosage ()
Vitesse à laquelle l’eau est projetée 2 K: perméabilité du sol (mm/h)
  K Des valeurs faibles de  conduisent à
sur le sol par le distributeur 3 une augmentation du temps d’arrosage
Temps d’arrosage (t)
Db
Temps nécessaire pour t Db: dose brute (mm)
apporter la dose d’arrosage 

 Débit unitaire d’un arroseur (q) q   * er * el 


er*el : Surface arrosée par un distributeur (aspersion) ou groupe de distributeurs (I. Localisée)

 Nombre de postes (unités/secteurs) à arroser (Np)

 Q
q S
Np 
requis / sup erficie totale
 
tr Q Q so u rce d 'ea u er * el
source d 'eau

tr: temps réel consacré à un poste d’arrosage: tr = t + temps de déplacement du matériel


(aspersion à couverture partielle). t = x(%) tr
 : durée journalière d’arrosage. Elle doit aussi grande pour minimiser le débit de
l’installation
S: surface totale de la parcelle S
 Nombre de positions de rampes (Np.r)
Longueur de la parcelle (L)
N p .r 
Ecartement des rampes (e l )

Nombre d’arroseurs par rampe (Na/r)

Largeur de la parcelle (Lr)


Na / r 
Ecartement des aroseurs sur la rampe (e r )
 Nombre de rampes par seccteur ou poste d’arrosage (Nr/p)
N p .r Longueur de la parcelle (L)
Nr / p  N p .r 
Np Ecartement des rampes (e l )

Débit fictif continu (dfc)


Débit qu’il faudrait fournir à chaque ha du périmètre irrigué, s’il est arrosé
sans interruption 24/24 h et tous les jours du mois

Bn.m. *10 4 Bb.m. *10 4


dfc (l / s / ha)  
N j * 24 * 3600 * Ea N j * 24 * 3600
Débit d’équipement (Q)
Débit qu’on peut apporter raisonnablement à un périmètre compte tenu
qu’on ne peut irriguer qu’une certaine durée  /24h (durée journalière
réelle jour effectuer l’irrigation) et un nombre possible de jours d’irrigation
par mois Nji/Nj (soustraire les jours de repos, etc)
N j 24 B bm * S Db * S
Q(l / s )  dfc * S Q( m3 / h )  10  10
N ji  N ji *  Te * 
Si Te=T & t=tr
B bj  S B bj * S B bj * S p B bj * N d * er * el
Qm3 / h  10  10  10  10 3
 10 6 N d * q d
 N p *t t t

Bbm : besoins en eau bruts mensuels (mm/mois) ; Bbj : besoins en eau bruts
journaliers (mm/j) ; Db: dose brute (mm) ; S: surface de l’exploitation (ha);
Sp : surface d’un poste ou unité d’arrosage (ha) ; : durée journalière
d’arrosage (h/j) ; Nd : nombre de distributeurs ou de groupes de distributeurs ;
er,el: espacements respectifs des distributeurs sur la rampe et entre les rampes
(mm*m); t: temps d’arrosage d’un poste (h) ; q: débit du distributeur (l/h)
Exemple 1
Besoins en eau du mois de pointe Bb= 240 mm
Nji = 30 jours ; Ө = 15 h ;  = 8 mm/h 180 m
Disposition 18 x 18 avec couverture partielle
Surface d’un poste d’arrosage ?
B bm * S B bm * S 240 *180 * 270

270 m
Q   * S p  Sp    3240 m 2
N ji *  N ji * *  30 *15 * 8
 Surface pouvant être arrosée par 10 asperseurs implantés en 18 x 18:
Sp 3240
Na/ p    10 arroseurs
er * el 18 *18
12
On peut donc adopter une rampe à 10 asperseurs
 Longueur rampe = 180 – 9 = 171 m
 Longueur porte-rampes = 270 – 9 = 261 m
Le matériel s’adapte parfaitement aux dimensions de la
parcelle et il n’y aura pas de pertes en bordure.
 La rampe occupera si elle est placée sur le côté
270/18 = 15 positions au cours d’un arrosage.
Exemple 2 72 m

Parcelle de dimensions 72 x 300 m


Bb= 260 mm ; Nji = 30 jours ; Ө = 20 h
 = 6,5 mm/h

300 m
12
Disposition 12 x 12 avec couverture 12
partielle

Surface d’un poste d’arrosage ?


B bm * S 260 * 72 * 300
Sp    1440 m 2
N ji *  *  30 * 20 * 6,5

 Ce qui correspond à une couverture de 10 asperseurs en 12 x 12


fonctionnant simultanément. Mais pour adapter le matériel aux dimensions
de la parcelle on adoptera deux rampes en fonctionnement simultanée portant
chacune 6 asperseurs.
La nouvelle surface de poste S’p sera : 12 x (1212) = 1728 m^2
 Le nombre de jours de d’irrigation sera alors :
B bm * S 260 * 72 * 300
N' ji    25 j
S ' p * *  1728 * 20 * 6,5
Exemple 3
216 m
Soit :

 une parcelle de 288 m x 216 m à irriguer en aspersion

 Les besoins en eau bruts mensuels sont de 150 mm

288 m
 La dose est de 50 mm

 Nombre de jours d'irrigation par mois est de 24 jours

 Nombre d'heures d'arrosage par jour est de 14 heures

 La perméabilité du sol est de 10.50 mm/h

 L'implantation adaptée à la largeur de la parcelle est de 18 x 18m

 Efficience d’irrigation Ea= 0,8

Déterminons les paramètres techniques de l’étude


SOLUTION 216 m
Bn . m
1. Nombre d’arrosage n  n
150
3
Dp 50

D p * 30 50 * 30

288 m
2. Périodicité : T  T  10 j
Bn . m 150

D p * N ji 50 * 24
3. Tour d’eau Te  Te  8j
Bn . m 150
Porte rampes au bord

2 2 216 m
4. Pluviométrie d’arrosage   k   *10.5  7mm/ h
3 3

Db 50
5. Temps d’arrosage t  t  7.14 h

288 m
0,8 * 7

 14
6. Nombre de postes par jour N p/ j  N p/ j   1.57  2
t 7.14
Porte rampes au milieu

L 288
7. Nombre de positions de rampes N p .r  N p.r   16 Porte rampes au bord
el 18
N p.r  16 * 2  32 Porte rampes au milieu
16
8. Nombre de rampes par poste N p .r Nr / p   1 Porte rampes au bord
Nr / p  16
Np
32
Nr / p  2 Porte rampes au milieu
16

9. Surface d’un poste d’arrosage : S  S * Bb.m 288  216  150


p
N ji *  *  Sp   3967 m 2
24  14  7

10. Nombre d’arroseurs par poste Sp 3967


na / p  Na/ p   12,24  12
er * el 18  18

7  18 2
11. Débit d’arroseur q   *e 2
q  2.27 m 3 / h
1000
216 m 216 m
288 m
288 m

Porte rampes au milieu Porte rampes au bord


Correction des paramètres en irrigation localisée
Bn IL  ETc  ET0  Kc  Kr
Valeurs de Kr selon " Keller et Karmeli "
TC Taux de couverture de sol (%)
TC (%) Kr selon
Kr: Coefficient de rationnement 10
20 0,24
30 0,35
40 0,47
50 0,59
60 0,7
70 0,82
80 0,94
90 1
100 1
Estimation : TC/0,85
D0 2 TC: Taux de couverture de plant (%)
TC  D0: diamètre ombré du plant au zénith (m)
4 (S r * S l )
Sr* Sl: Espacements des plants (m*m)
ALJIBURY : K r  1,34 TC
DECROIX : K r  0,1  TC Approche de détermination de Kr:
HOARE : K r  TC  0,5 (1  TC ) On élimine les valeurs extrêmes des 4
formules et on prend la moyenne des
KELLER : K r  TC  0,15 (1  TC )
2 formules restantes
Application :
Haricotes verts: 0,4*0,5m; D0=0,35m ; ET0= 3,75 mm/j; kc=0,8; S=1ha
D p  RU  e  p  ( Hccv  Hpf v )  Z  e  p
e : degré d'extraction de l'eau du sol souvent pris égal à 33 %
p : pourcentage du sol effectivement humidifié (rapport entre la surface humidifiée par
un goutteur ou groupe de goutteurs et la surface occupée par la plante

Bande mouillée Zone mouillée

Ordres de grandeur de P en cas de rampe simple:


* Arbres fruitiers à grand écartement (p= 25 à 35 %). Les valeurs maximales sont retenues
en cas de climat aride et de sols légers
* Cultures à écartement moyen : 2,5 * 2,5 m (p= 40 à 60 %)
* Cultures maraîchères : on prend p entre 60 et 90 % en fonction du climat et de type de sol.
Surface du sol à humidifier par le goutteur (Sh) .

Dm

Dm2
0,5
 q 
q  KS m  K  Dm   
4  0,785 K  Taille de bulbe humide en fonction du débit du
goutteur, de la texture du sol et du temps d’arrosage
Estimation du diamètre mouillé du bulbe .
Mesuré sur le terrain ; tables ou formules expérimentales

formules expérimentales Sol sableux : D m (m)  0,3  0,12 q(l / h)


Sol limoneux : D m (m)  0,7  0,11 q(l / h)
Sol argileux : D m (m)  1,2  0,1 q(l / h)
Application: Sol limon argileux ; q=2l/h
Nombre de goutteurs par plant.
S mouillée/ distributeur p(% du sol à humidifier) * S p ( surface occupée/ pl) Dm2
Ng   Sm / d 
S mouillée/ distributeur S mouillée/ goutteur 4

S m / pl
p(%) 
Sr * Sl

Espacement entre distributeurs .


Recouvrement entre 2 bulbes humides
rm: rayon mouillé
S: recouvrement entre 2 bulbes (min:10à15% ; max 50%)
s
Taux de recouvrement (Tr) Tr (%) 
rm
Espacement entre distributeurs (er) :

er  2rm  s  2rm  Tr rm  rm 2  Tr 
er  rm 2  Tr 

Quelques espacements commercialisés de goutteurs intégrés:


0,5m; 0,6m; 0,75m; 1m; 1,25m; 1,5m

Application :
Haricot vert; 0,4*0,5 m; sol de texture limono-argileuse ; p=80 % ; q=2l/h

On demande : Sm/d ; Ng/pl; er commercialisé (10%  s  50%) ?


Dm=0,9m
Cultures arboricoles: q=4 l/h
4m 2,5m

S m / pl
p(%) 
Sr * Sl
S m / pl  0,9 * 2,5  2,25 m 2
Cultures maraîchères: (surface mouillée par mètre linéaire)
Exemple:

Oignon; rampe perforée de 4l/h/m ; 2 rampes /rang

S m  0,8 *1  0,8 m 2
S m / pl 0,8
p (%)    66 %
Sr * Sl 1,2
Vl / m / j  7,6 * 0,8  6,1 l/m/j
Vl / m / j 6,1
t   0,76 h (45 mn)
q(l / h / m ) 4*2
Estimation de P en cas de rampe simple:
Guide d'estimation de P (J.KELLER & D.KARMELLI)
(P=pourcentage de sol humidifié pour divers débits de distributeurs et divers espacements entre
rampes et entre distributeurs -dans le cas d'une seule rampe, rectiligne, équipée de distributeurs
uniformément espacés)

Débit des distributeurs


Ecartement < ou = de 1,5 l/h 2 l/h 4 l/h 8 l/h > ou = de 12 l/h
entre Espacement recommandé des distributeurs sur la rampe, e r
rampes en m en sol de texture grossière (G), moyenne (M), fine (F)
el G M F G M F G M F G M F G M F
en m 0,2 0,5 0,9 0,3 0,7 1 0,6 1 1,3 1 1,3 1,7 1,3 1,6 2
Pourcentage en sol humidifié P (%)
0,8 38 88 100 50 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100
1 33 70 100 40 80 100 80 100 100 100 100 100 100 100 100
1,2 25 58 92 33 67 100 67 100 100 100 100 100 100 100 100
1,5 20 47 73 26 53 80 53 80 100 80 100 100 100 100 100
2 15 35 55 20 40 60 40 60 80 60 80 100 80 100 100
2,5 12 28 44 16 32 48 32 48 64 48 64 80 64 80 100
3 10 23 37 13 26 40 26 40 53 40 53 67 53 67 80
3,5 9 20 31 11 23 34 23 34 46 34 46 57 46 57 68
4 8 18 28 10 20 30 20 30 40 30 40 50 40 50 60
4,5 7 16 24 9 18 26 18 26 36 26 36 44 36 44 53
5 6 14 22 8 16 24 16 24 32 24 32 40 32 40 48
6 5 12 18 7 14 20 14 20 27 20 27 34 27 34 40
Une seule rampe par rang
Distributeur

Sl Sr er el

Arbre

Deux rampes par rang

e l1
Sl Sr er e l2

P1el1  P2 el 2
P 
Sl

Sl : écartement entre les rangs


Sr : écartement des plants sur le rang
el1 : petit écartement (entre les deux rampes d’un rang) qui doit être pris égal
à la valeur el du tableau donnant le pourcentage P= 100 %
el2 : grand écartement (el2 = Sl – el1)
P1 : est tiré du tableau 2 avec el1 = el
P2 : est tiré du tableau 2 pour el2= el
Exercice:

Culture fruitière 4*5 m ; Sol limoneux ; Bbj=2,83 mm/j ; T=1 j ;


p= 40% ; Qs= 3,6 m3/h.

A ‘laide d’un tableau, déterminer pour les débits 2 l/h; 4 l/h; 8 l/h:
 Le diamètre du goutteur et la surface mouillée (Dm et Sm)
 le nombre de goutteurs par plant (Ng)
 l’espacement entre goutteur (er) pour s min (10% et
smax(50%); en déduire l’espacement (er) commercialisé et
(s) corrigé !!!!,,,????
 le temps d’arrosage par jour (t) et le nombre de postes (Np)

Proposer parmi les débits proposés la solution optimale

Espacements commercialisés de goutteurs intégrés:


0,5m; 0,6m; 0,75m; 1m; 1,25m; 1,5m
Besoins bruts ou doses brutes en irrigation localisée:
Corriger les pertes inévitables pouvant provenir:

 pertes par percolation profonde


 les besoins de lavage des sels
 désuniformité d’arrosage

Caractéristiques des goutteurs


Qualité technologique des goutteurs (Keller-1983)

Qualité goutteur; diffuseur et microaspersion rampes perforées et gaines


excellent CVf < 0,04 < 0,1
moyenne 0,04 <CVf < 0,07 0,1 < CVf < 0,3
médiocre 0,07 < CVf < 0,11 0,2 < CVf < 0,3
faible 0,11 < CVf < 0,15 0,3 < CVf < 0,4
inacceptable CVf > 0,15 CVf > 0,4
L’irrigation localisée est un système d’arrosage à grande fréquence et à
faibles doses:  Risque d’accumulation des sels en cas d’absence de
lessivage naturel: (desséchement rapide du sol)
 concentration en sels dissous
 augmentation de la pression osmotique dans la solution
diminution de la disponibilité en eau et difficulté
d’absorption de l’eau par la plante
La réduction de la croissance ou perte de production peut être exprimée
par la fonction de production relative (y) suivante:
1 si CE  CE min CEmin: Seuil de tolérance de la culture à la salinité

 CEmax: Salinité au-delà de la quelle la production = 0
y  0 si CE  CE max
  (%): Chute de la production relative

1 -  CE - CE min  si CE min  CE  CE max

Si le problème de salinité se pose, la dose totale à appliquer à chaque arrosage,


doit non seulement compenser les pertes par évapotranspiration et percolation,
mais aussi les pertes d’eau nécessaires au lessivage du sol.
Potentiel de production des cultures selon leur tolérance à la
salinité de l'eau (ECe) et celle de l'extrait saturé du sol (ECs),
La fraction de lessivage (FL) est
expripmées en (dS/m) donnée par:
100% 90% 75% 50%
Cultures ECe ECs ECe ECs ECe ECs ECe ECs
Max(ECs)  Périodicité d’irrigation élevée (aspersion)
Extensives
orge 5,3 8,0 6,7 10,0 8,7 13,0 12,0 18,0 28,0
CE e
Haricot vert 0,7 1,0 1,0 1,5 1,5 2,3 2,4 3,6 7,0 FL 
Maîs 1,1 1,7 1,7 2,5 2,5 3,8 3,9 5,9 10,0 5CE s  CE e
Coton 5,1 1,7 6,4 9,6 8,4 13,0 12,0 17,0 27,0
Arachide 2,1 3,2 2,4 3,5 2,7 4,1 3,3 4,9 7,0  Périodicité d’irrigation faible (Irrigation localisée)
Sorgho 2,7 4,0 3,4 5,1 4,8 7,2 7,2 11,0 18,0
Soja 3,3 5,0 3,7 5,5 4,2 6,2 5,0 7,5 10,0
CE e
Betterave sucr. 4,7 7,0 5,8 8,7 7,5 11,0 10,0 15,0 24,0 FL 
Blé 4,0 6,0 4,9 7,4 6,4 9,5 8,7 3,0 20,0 2MaxEC s 
Mraîchage
Tomate 1,7 2,5 2,3 3,5 3,4 5 5,0 7,6 13,0
Poivron 1 1,5 1,5 2,2 2,2 2,3 3,4 5,1 9,0 FL : Fraction de lessivage (%)
Concombre 1,7 2,5 2,2 3,3 2,9 4,4 4,2 6,3 10,0
pomme de terre 1,1 1,7 1,7 2,5 2,5 3,8 3,9 5,9 10,0
CEs : Conductivité électrique de l’extrait
Laitue 0,9 1,3 1,4 2,1 2,1 3,2 3,4 5,2 9,0 saturé du sol que peut tolérer une culture
Oignon 0,8 1,2 1,2 1,8 1,8 2,8 2,9 4,3 8,0
pour produire à un certain niveau de
Fourrage
Luzerne 1,3 2 2,2 3,4 3,6 5,4 5,9 8,8 16,0 rendement (dS/m)
Raygras 3,7 5,6 4,6 6,9 5,9 8,9 8,1 12,2 19,0 CEe: Conductivité électrique de l’eau
Maîs fourrager
Arbres
1,2 1,8 2,1 3,2 3,5 5,2 5,7 8,6 16,0
d’irrigation (dS/m)
fruitiers MaxECs: conductivité électrique de
2,7 4,1 7,0
Amendier
Oranger
1
1,1
1,5
1,7
1,4 2 1,9 2,8
1,6 2,3 2,2 3,3 3,2 4,8 8,0
l’extrait saturé du sol à partir de laquelle
Abricot 1,1 1,6 1,3 2 1,8 2,6 2,5 1,7 6,0 la production est anéantié.
Pêche 1,1 1,7 1,4 2,2 1,9 2,9 2,7 4,1 7,0
Dp
Dbrute  La dose brute utilisée est souvent celle pour laquelle :
(1  k ) * CU k  Max 1  Ea ; FL
Ea: Efficience d’application de l’eau: quantité
d’eau bénéfique à la plante (eau absorbée par
la plante+eau percolée pour repousser la frange
Valeurs types de l'efficience d'application Ea
saline : lessivage)/quantité d’eau appliquée à la
Climat aride
parcelle. Profondeur Texture
 CV f  q min radiculaire (cm) Grossier Moyen Fin
Keller (1983) CU  100 1  1,27   
 n  q moy <75 0,9 0,95 0,95
n: nombre de goutteurs par plant 75 à 150 0,9 0,95 0,95

Certains auteurs proposent la formule suivante dans Climat humide


laquelle les pertes par percolation et besoins de Profondeur Texture
lessivage sont estimées à 10 %: radiculaire (cm) Grossier Moyen Fin
<75 0,75 0,85 0,9
Dp
Dbrute  1,1 75 à 150 0,8 0,9 0,95
CU >150 0,9 0,95 1

Types d’émetteurs Ecartement Topographie Pente CU


uniforme < 2% 90 – 95 %
Goutteurs sur cultures pérennes >4m
accidenté ou pente forte > 2% 85 – 90 %
Goutteurs sur cultures pérennes uniforme > 2% 85 – 90 %
<4m
ou cultures semi pérennes accidenté ou pente forte < 2% 80 – 90 %
Rampes perforées sur cultures uniforme > 2% 80 – 90 %
Tous
pérennes ou semi pérennes accidenté ou pente forte < 2% 70 – 85 %
Exemple: Besoins bruts ?

Climat sec; sol de texture argileuse; z= 80 cm CEe=0,75dS/m;


culture ayant Bnj= 2,36 mm/j ; 3*4 m2 ; on prend CU= 95 %

Vous aimerez peut-être aussi