Vous êtes sur la page 1sur 24

Ruxandra Enache Analyse desstructures

Cours 2
Chapitre 2: MODÉLISATION DES STRUCTURES.
INVARIABILITÉ GÉOMÉTRIQUE, DÉTERMINATION
STATIQUE (Cas plan)
Objectifs
Compostion correcte de la structure portante
Contenu
• Liaisons : -Liaisons exterieurs- appuis
-Liaisons interieurs
• Détermination / indétermination statique
(Isostaticité/ Hyperstaticité)
• Invariabilité géométrique
• Systèmes composés des unités structurales
• Systèmes critiques
INVARIABILITÉ GÉOMÉTRIQUE
La condition d’invariabilité géométrique se réfère à le nombre
minimum de liaisons nécessaires pour assembler
invariablement les éléments et pour fixer l’ensemble en plan.
Pour déterminer cette condition, les éléments doivent être
considérés solides rigides.
Pour assembler invariablement deux éléments sont nécessaires
trois liaisons intérieurs simples, non-parallèles et non-
concourantes (trois bieles), ou une articulation intérieure et
une bièle (laquelle direction ne passe pas par l’articulation) ou
un encastrement intérieur.

a b c
Figura 2.18
Donc, pour assembler invariablement c éléments (solides
rigides), on a besoin de
l=3(c-1)
L’ensemble ainsi formé (similaire avec un solid rigide) a besoin de
minimum trois liaisons simples extérieurs pour être fixé en
plan. Ces trois liaisons peuvent être représentées par trois
appuis simples, non-parallèles et non-concourantes ou une
rotule et un appui simple, lequel direction ne passe pas dans
la rotule ou un encastrement.

a c
b
Figura 2.19
En notant avec r le nombre de liaisons extérieurs simples, pour
fixer en plan on doit avoir minimum
r=3
Si on fait la somme membre par membre, on obtient la
condition pour invariabilité géométrique :
l+r=3c
Donc, un système est invariable géométrique si :

l+r  3c
Observations:
1. Du point de vue strictement formel, la relation d’isostaticité
et la relation d’invariabilité géométrique sont identiques,
mais leur signifiance et totalement différente : la relation
d’isostaticité se réfère à forces (regarde l’aspect statique)
mais la relation d’invariabilité géométrique se réfère à
liaisons, a déplacements (regarde l’aspect géométrique).
2. Une structure isostatique a le nombre minimum de liaisons
nécessaires pour invariabilité géométrique. Une structure
hyperstatique a aussi invariabilité géométrique. Un
mécanisme n’a pas d’invariabilité géométrique.
On utilise seulement les systèmes avec invariabilité géométrique
(les structures isostatiques et hyperstatiques) comme
structures portantes.
Observations:
2. Le nombre de liasons extérieurs simples peut être plus que
3 en compensant avec les liaisons intérieurs. Ces systèmes
n’ont pas d’invariabilité géométrique propre; elles deviennent
invariabile géométrique par la fixation en plan.

l=4
l+r=3c
r=5

c=3 sistem invariabil geometric

Figura 2.20
Observations:

3. Le nombre de liaisons extérieurs r ne peut être pas moins


de 3 en compensant avec des liaisons intérieurs, parce que
l’ensemble n’est pas fixé en plan.

l=4
l+r=3c dar r3
r=2

c=2
sistemul nu are invariabilitate geometrică

Figura 2.21
Observations:

4. La relation d’invariabilité géométrique doit être vérifiée par
la structure en ensemble mais aussi par ses parties
composantes.

l=6
l+r3c l+r=3c
l+r3c r=6 dar
static
c=4 nedeterminat+mecanism

sistemul nu are invariabilitate geometrică

Figura 2.22
Observations:

5. La relation d’invariabilité géométrique, ainsi que la relation
d’isostaticite, a un caractère quantitatif; les liaisons doivent
respecter aussi une condition qualitative, d’être correctement
placées pour avoir un ensemble invariable géométrique et
fixé en plan (vois Systèmes critiques).
Lesquelles structures ci-dessous sont invariables géométrique :

B C
A
Structures isostatiques obtenues par
unités structurales

Structures simples
Structures composées
(Unités structurales)

US US
US
simple triple Parties Parties
encastrée principales secondaires
appuyée articulée
E
SA TA
Structures isostatiques obtenues par
unités structurales
Structures composées
Les structures composées sont assemblées par des parties principales et des
parties secondaires qui sont unités structurales.
Une partie principale (PP) a suffisantes liaisons pour lui assurer
l’invariabilité géométrique propre et pour la fixation en plan. La partie
principale prend les charges qui existent sur elle et aussi des charges par
les parties qui appuient sur elle et les transmet au terrain par ses appuis.
• Une partie secondaire (PS) a besoin d’être appuyée par autres parties de
la structure pour avoir invariabilité géométrique. Elle prend les charges
qui lui actionne directement et aussi des charges par les parties qui
appuient sur elle et les transmet a les parties sur laquelles est appuyée.
Structures isostatiques obtenues par
unités structurales
Structures composées
Systèmes critiques

Les systèmes critiques (ou les formes critiques) respectent la condition


quantitative d’isostaticité (l+r=3c) mais ils n’ont pas d’invariabilité
géométrique à cause du position incorrecte des liaisons. Pour une charge
generale, les systèmes critiques ont des déplacements cinématiques (un
comportement de mécanisme) pour une période limitée ( jusqu’a ils
sortent de la forme critique).
Systèmes critiques

Systèmes critiques simples


Systèmes critiques

• Comportement des systèmes au voisinage des formes


critiques

Conclusion
Systèmes critiques
Méthodes d’identification des systèmes critiques

– Méhtode de réduction à formes critiques simples


– Méhtode cinématique
– Méhtode algébrique
– Méhtode de structure non-chargée
Systèmes critiques
Méthodes d’identification des systèmes critiques

– Méhtode de réduction à formes critiques simples


Systèmes critiques
Méthodes d’identification des systèmes critiques
– Méhtode de réduction à formes critiques simples
Systèmes critiques
Méthodes d’identification des systèmes critiques
– Méhtode de réduction à formes critiques simples
Systèmes critiques
Méthodes d’identification des systèmes critiques
– Méhtode de réduction à formes critiques simples
Systèmes critiques
Méthodes d’identification des systèmes critiques
– Méhtode cinématique
Systèmes critiques
Méthodes d’identification des systèmes critiques
– Méhtode cinématique
Test pour auto-évaluation