Vous êtes sur la page 1sur 38

DIMANCHE 18 - LUNDI 19 AVRIL 2021

77E ANNÉE – NO 23725


3,00 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

L’ÉPOQUE – SUPPLÉMENT  APRÈS LE COVID, LA VIE SANS SAVEUR

Viol : le travail des soignants pour éviter la récidive
▶ A Neuilly­sur­Marne ▶ « Le Monde » raconte ▶ Ce centre accueille ▶ La violence sexuelle « est ▶ Au travers de longues
(Seine­Saint­Denis), une les échanges entre les quasi exclusivement des le fait criminel le plus mi­ discussions, l’équipe
équipe médicale tente soignants et ces patients hommes, qui n’ont pas, noré, le plus grave et le évalue et repère les profils
de soigner les auteurs de qui ont commis des viols pour les deux tiers plus coûteux pour la so­ « inquiétants » qui
violences sexuelles sous sur des personnes d’entre eux, de maladies ciété », estime le docteur risquent de récidiver
obligation thérapeutique mineures ou majeures psychiatriques Pinède, à la tête du service PAG E S 1 0 - 1 1

Epidémie A Lyon, l’hôpital Sud vit 
AU MOZAMBIQUE, LES RÊVES D’EMPIRE  au rythme des déprogrammations
GAZIER MENACÉS PAR LES CHABAB la nécessité d’ouvrir de nou­
veaux lits de réanimation pour
pour récupérer la denrée rare : les
infirmiers anesthésistes.
▶ Les attaques djihadistes absorber le choc de la troisième Chaque semaine, les chefs de
vague de Covid­19 se traduit dans service se réunissent pour déter­
meurtrières à Palma ont mis tous les hôpitaux de France par miner les interventions prioritai­
à l’arrêt le mégaprojet des de nombreuses déprogramma­ res et supprimer de l’agenda les
tions d’opérations chirurgicales. autres, avec pour ligne de crête le
géants mondiaux du gaz A l’hôpital Lyon Sud, les méde­ fait d’éviter les « pertes de chan­
▶ L’exploitation du site, cins estiment que, pour ouvrir ces », notamment pour les per­
cinq lits de réanimation, il faut sonnes atteintes de cancers.
géré en partie par Total, fermer quatre blocs opératoires, PAG E 6
est aujourd’hui impossible et
pourrait être remise en cause
GÉOPOLITIQUE – PAG E S 1 6 - 1 8
International Départementales
La relation entre  Des élections 
Kiev et Ankara  cruciales 
alarme la Russie pour les partis
Moscou a suspendu jeudi Moins médiatisées que
les liaisons aériennes avec les régionales, les départe­
la Turquie. La décision est mentales, qui se tiendront
justifiée par des exigences également les 20 et
sanitaires, alors que l’épi­ 27 juin, sont majeures
démie de Covid flambe pour les formations politi­
à nouveau, mais elle fait ques qui espèrent déve­
suite à un nouvel accord lopper leur ancrage terri­
sur une vente de drones torial et faire émerger
Le « Sapura­Diamante », navire de construction offshore, dans le port de Pemba (Mozambique), le 30 mars. ALFREDO ZUNIGA/AFP armés turcs à l’Ukraine une génération d’élus
PAG E 4 PAG E 8

1 Philippe Geluck « Enfant, j’étais  Israël 384 rue St-Honoré, Paris

É D I TO R IAL un pitre qui faisait rire les autres » Le suprémacisme 


ÉLECTIONS  juif de retour
RÉGIONALES ET 
RECOMPOSITION 
à la Knesset
NATIONALE Héritier du rabbin
PAGE 29 extrémiste Meir Kahane,
Otzma Yehudit est l’un
des partis de l’alliance
Covid­19 d’ultradroite qui a gagné
Ces entrepreneurs six sièges au Parlement
qui choisissent PAGE 2

de jeter l’éponge
PAG E 13
Loi « climat »
Inde Les menus 
Modi multiplie les
privatisations pour végétariens à la 
renflouer le pays cantine divisent
PAG E 15

L’article qui pérennise


Santé Devant une statue du Chat, exposée à Paris, le 24 mars . STÉPHANE DE SAKUTIN/AFP les menus hebdomadaires
Aurélien Rousseau, sans viande a été très
le créateur du chat se livre dont le père était dessinateur de débattu à l’Assemblée,
énarque atypique dans un entretien et raconte ses presse : « Si j’avais voulu être no­
et n’imposera finalement Paula’s Ibiza 2021 loewe.com
dans la tranchée premiers dessins, dès l’âge 10 ans.
« Je suis le fruit d’une culture fami­
taire ou avocat, mes parents
m’auraient tourné le dos. » aucune nouvelle obligation
PAG E 7 liale de l’humour », estime celui PAGE 25 PAGE 9
Algérie 220 DA, Allemagne 3,80 €, Andorre 3,80 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,30 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,60 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,20 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €,
Hongrie 1 460 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 3,30 €, Malte 3,20 €, Maroc 23 DH, Pays-Bas 4,00 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,50 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,50 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

En haut à gauche :
Michael Ben­Ari,
idéologue de
l’ancien parti
de Meir Kahane,
le 13 avril
à son domicile,
à Nov (plateau
du Golan), près
d’un portrait
de Baruch
Goldstein.
Au­dessus de
l’entrée de sa
maison (en haut,
à droite), figurent
le drapeau
israélien
et le symbole
du mouvement
anti­arabe Kach.
En bas à gauche :
de jeunes
Palestiniens dans
une rue d’Hébron,
le 12 avril.
En bas à droite :
devant le
cénotaphe
d’Abraham,
dans le Caveau
des Patriarches,
le 12 avril.
LAURENT VAN DER STOCKT
POUR « LE MONDE »

Israël : le retour des kahanistes à la Knesset
Héritier du rabbin extrémiste Meir Kahane, le parti suprémaciste Otzma Yehudit a eu le soutien de Nétanyahou

REPORTAGE élections législatives israéliennes,


au printemps, Itamar Ben­Gvir
juive, dans lequel les non­juifs
auraient un statut inférieur et
« C’est un parti lonies, et que convoitent les co­
lons établis juste au­dessus, à Tel
gouvernement, le premier minis­
tre, en procès pour corruption,
hébron (cisjordanie),
nov (golan) ­ envoyée spéciale
a décroché le portrait. Depuis le dont la majorité seraient finale­ fasciste et Rumeida, la vue embrasse toute ne voulait perdre aucune voix à
23 mars, l’avocat, ouvertement ment exclus. Il rêve d’un grand Is­ la vieille ville d’Hébron, divisée droite au scrutin de mars, le qua­
raciste, qui

L
ongtemps Itamar Ben­ raciste et homophobe, a fait son raël, aux frontières englobant « la entre la partie palestinienne et les trième depuis 2019. Itamar Ben­
Gvir, le chef de file du entrée à la Knesset. Jordanie, une partie de la Syrie et camoufle avec îlots de colonies israéliennes. Les Gvir a rejoint un bloc de 52 élus de
parti suprémaciste juif « Quand il a enlevé cette photo, de l’Arabie saoudite ». Une vision violences sont quasi quotidien­ droite qui appuient M. Nétanya­
Otzma Yehudit – « puis­ il a dit qu’elle n’était pas si impor­ aux forts accents messianiques,
intelligence nes, dit le militant palestinien, qui hou. Son parti pourrait exiger un
sance juive » en hébreu – a eu, ac­ tante à ses yeux », assure Noam nourrie par une haine viscérale sa nature » estime que la moitié des colons poste en retour. Au minimum,
croché dans son salon, un portrait Arnon, qui juge le massacre « terri­ envers ceux qu’il appelle « Ara­ adhèrent aux idées kahanistes. Il a il dispose d’une tribune à la Knes­
SIMON EPSTEIN
de Baruch Goldstein. Cet extré­ ble ». Barbe poivre et sel, épaules bes » ou « musulmans » ; une dé­ eu affaire à eux dans la rue, devant set pour invectiver ses ennemis :
historien israélien
miste juif qui, à l’aube du 25 fé­ un peu voûtées et kippa tricotée testation qu’il dit tenir de son en­ les tribunaux, et même chez lui les députés arabes.
vrier 1994, en plein mois de rama­ sur le crâne, il est le représentant fance dans le Caucase et des atta­ où, montre­t­il sur une vidéo, l’un Cette ascension est saluée par les
dan, a tiré sur des fidèles palesti­ des colons juifs à Hébron, une ques de musulmans contre sa fa­ des membres d’Otzma Yehudit kahanistes, qui ont toujours tenté
niens priant au caveau des Pa­ communauté réputée violente, mille. « Si je sais que des Arabes de terrorisme par la justice s’est introduit et l’a frappé. « Ita­ de revenir au Parlement après la
triarches à Hébron, là où reposent installée illégalement depuis 1968 veulent me tuer, je les tuerai en israélienne une spécialité. Il a ainsi mar Ben­Gvir voudrait me voir dissolution de Kach. « Je suis très
Abraham, Isaac et Jacob selon la au cœur de la ville palestinienne premier », jure­t­il. défendu deux adolescents accu­ expulsé d’Hébron. Il m’a déjà dit : fier de lui. Otzma Yehudit est la
tradition. Le carnage, arrêté par du sud de la Cisjordanie occupée. Ses yeux bleus plantés dans sés d’avoir participé à l’attaque “Un jour, tu vas te faire tuer, Issa”. » continuation de Kach », se félicite
des fidèles qui ont tabassé à mort Beaucoup ici ont donné leur ceux de ses interlocuteurs, David d’une maison à Douma, en Cisjor­ Michael Ben­Ari, idéologue de
l’assassin, avait fait 29 morts et voix à la liste Sionisme religieux, reprend nombre des idées du rab­ danie, où deux parents et leur Ne perdre aucune voix l’ancien parti de Meir Kahane, qui
125 blessés parmi les Palestiniens. qui regroupe les partis de l’ultra­ bin américano­israélien Meir Ka­ bébé de 8 mois ont été brûlés vifs, Le Palestinien en plaisantait par affirme qu’Itamar Ben­Gvir était
Peu avant de se présenter aux droite religieuse : Otzma Yehudit, hane, assassiné en 1990. Etat thé­ en 2015. En 2006, pour contester la le passé, plus depuis que son ad­ son étudiant. Ce religieux né en
le parti Noam, qui milite contre ocratique juif, expulsion des Ara­ tenue de la Gay Pride à Jérusalem, versaire est entré à la Knesset France, dont le père votait Le Pen,
l’octroi de droits pour la commu­ bes de la terre d’Israël, criminali­ il avait organisé, avec Bezalel Smo­ grâce à l’alliance forgée avec Beza­ reçoit, avec son épouse, dans sa
nauté LGBT, et le Parti sioniste sation des mariages avec des non­ trich, une « parade des animaux », lel Smotrich. C’est le premier mi­ maison de la colonie agricole de
LE CONTEXTE religieux de Bezalel Smotrich. juifs… : le rabbin extrémiste, à grand renfort d’ânes et de chè­ nistre, Benyamin Nétanyahou, Nov, au milieu des champs fleuris
Noam Arnon a voté pour eux, apologue de la violence, allait jus­ vres, clamant au micro : « Au lui­même qui a arrangé et poussé du sud du Golan, plateau syrien
mais il tempère le poids d’Itamar qu’à exiger que seuls les juifs puis­ moins, ces animaux­là n’ont pas à cette union. « Bezalel Smotrich annexé par Israël. Au­dessus de sa
Ben­Gvir dans la percée de la liste sent vivre à Jérusalem. Des idées péché. » En 2007, il a été condamné n’en voulait pas ! Sa liste ne fait pas terrasse, le symbole du parti Kach,
BLOC DE DROITE aux législatives, qui a remporté si controversées qu’à presque pour incitation au racisme et sou­ du racisme sa ligne principale », un poing serré dans une étoile de
Le 6 avril, le président israélien, six des 120 sièges de la Knesset. chacune de ses apparitions à la tien à un groupe terroriste ; lors explique l’historien Simon Eps­ David noire, accueille les visiteurs.
Réouven Rivlin, a confié au pre- Knesset, où il fut député de 1984 d’un rassemblement, il avait tein. Figure de l’ultranationa­ Lui n’a pas décroché les portraits
mier ministre, Benyamin Néta- « Des fanatiques » à 1988, tous les parlementaires brandi le fameux slogan de Meir lisme religieux, homophobe, de Baruch Goldstein dans son sa­
nyahou, la tâche de former A Hébron pourtant, si rares sont quittaient l’hémicycle. Son parti, Kahane : « Les Arabes dehors ! » M. Smotrich paraît aujourd’hui lon ; il a même édité un livre à la
un gouvernement. Ce dernier ceux qui acceptent d’en parler, Kach, a été interdit en 1994 en Is­ « C’est un parti fasciste et raciste moins sulfureux qu’Itamar Ben­ gloire du tueur et a été arrêté une
a le soutien de 52 députés de la Otzma Yehudit compte de nom­ raël pour terrorisme et racisme ; qui camoufle avec intelligence sa Gvir, mais ils partagent de nom­ dizaine de fois.
nouvelle Knesset élue le 23 mars, breux soutiens, notamment il a inspiré Baruch Goldstein, nature afin de ne pas tomber sous breux points communs. L’ex­mi­ Il suit, de loin, la percée
sur les 61 requis pour réunir parmi les colons franco­israé­ l’auteur du massacre d’Hébron. le couperet de la loi, résume Si­ nistre des transports prônait d’Otzma Yehudit. En revanche, il
une majorité gouvernementale. liens. Au restaurant qui jouxte le De nombreux mouvements mon Epstein, historien israélien ainsi en 2016 la séparation entre finance les groupes racistes ultra­
Parmi eux, se trouvent les dépu- caveau des Patriarches, le serveur sont nés dans son sillage, dont et auteur d’un livre sur le kaha­ Juives et Arabes dans les materni­ violents qui attaquent les Palesti­
tés de son parti, le Likoud, ceux de 33 ans a déjà voté plusieurs fois Otzma Yehudit, fondé en 2012. nisme, Les Chemises jaunes (Cal­ tés en Israël : « Il est naturel que niens en Cisjordanie occupée,
des partis ultraorthodoxes pour Itamar Ben­Gvir. « La pre­ La plupart de ses dirigeants sont mann­Lévy, 1994). Itamar Ben­ ma femme ne veuille pas s’allonger les « jeunes des collines ». Itamar
et de l’ultradroite religieuse. mière chose qu’il doit faire, c’est interdits d’élection, mais pas Ita­ Gvir, depuis longtemps déjà, est à côté de quelqu’un qui va donner Ben­Gvir les défend devant les
mettre dehors tous les partis ara­ mar Ben­Gvir, qui sait user de la totalement kahaniste, il prône des naissance à un bébé qui pourrait tribunaux. Désormais, il va pou­
bes. Leurs députés le disent ouver­ nuance dans ses déclarations pu­ actions violentes et une idéologie assassiner le sien dans vingt ans. » voir plaider leur cause à la Knes­
SIONISME RELIGIEUX tement : ils ne reconnaissent pas bliques. « Je pense que le rabbin antiarabe. Mais, alors que, dans le « Nétanyahou a aussi tout fait set. « La vraie guerre se joue entre
La formation de la liste électo- l’Etat juif, ils nous détestent, ils Kahane était un saint homme, un kahanisme initial, tout non­juif pour assurer que cette liste fusion­ juifs. Quel genre de pays veut­on ?
rale Sionisme religieux par le veulent nous détruire ! Israël n’est homme juste qui s’est battu pour le est mauvais, Itamar Ben­Gvir a née passe le seuil électoral des Un Etat juif ou un Etat athée – an­
parti suprémaciste juif Otzma pas un Etat arabe, alors pourquoi peuple juif, déclarait­il ainsi dans développé l’idée qu’il y a de bons 3,25 %, en invitant certains élec­ tisémite ? Je suis très optimiste.
Yehudit (Force juive) d’Itamar y aurait­il des députés arabes à la une interview au site Internet reli­ Arabes. » teurs à voter pour elle, poursuit Il y a quarante ans, j’étais vrai­
Ben-Gvir, le parti Noam et le Knesset ? », lâche David, barbe gieux de droite Srugim, mi­février. « Otzma Yehudit ! Ce sont des fa­ M. Epstein. Il a brisé l’une des ment un marginal et, maintenant,
parti sioniste religieux de Bezalel blonde et papillotes rangées der­ Malgré cela, non, je ne suis pas mot natiques. Pour eux, nous ne som­ règles fondamentales de la droite regarde comment tout cela a
Smotrich, encouragée par M. Né- rière les oreilles, kippa sur la tête. pour mot le rabbin Kahane. » mes rien », abonde Issa Amro, israélienne, qui disait : “Nous som­ changé ! », sourit Michael Ben­
tanyahou, a permis à ces partis Ce juif religieux, originaire de Ancien coordinateur jeunesse dans un soupir. De la maison qui mes nationalistes, mais nous ne Ari. A l’autre bout de la pièce, sa
de l’ultradroite de remporter Tchétchénie, revendique un « Etat de Kach, l’avocat a fait de la dé­ sert de quartier général à son sommes pas racistes.” » Fébrile femme acquiesce. 
six sièges au Parlement. halakhique », fondé sur la loi fense des extrémistes juifs accusés mouvement, Jeunes contre les co­ face à son incapacité à former un clothilde mraffko
PUBLICITÉ

Distribution
des autotests:
bienvenue
en Absurdie.
Il faudrait savoir ! L’autotest, comme son nom
l’indique, est fait pour que chacun puisse se
tester seul. C’est ce qui lui permet d’être diffusé
le plus largement possible. Ailleurs en Europe,
en Allemagne par exemple, il est disponible
dans de nombreux réseaux de distribution,
en pharmacies comme en hypermarchés.
C’est logique, pour qu’il soit largement diffusé,
il faut le trouver partout.
Mais en France, c’est différent. Tous les circuits
de distribution sont exclus à l’exception des
seules pharmacies, au prétexte que l’utilisation
trop complexe des autotests exige les conseils
d’un professionnel de santé. Mais alors, les
Français seraient-ils moins futés que leurs
voisins européens ? Absurde !
Face à l’urgence sanitaire, nous demandons
de pouvoir proposer dans les meilleures
conditions les autotests à tous les Français.
Car c’est en les distribuant massivement
que l’on pourra faire reculer l’épidémie.
GALEC – 26 Quai Marcel Boyer 94200 Ivry-sur-Seine, 642 007 991 RCS Créteil.

DÉFENDRE TOUT
CE QUI COMPTE POUR VOUS.
0123
4 | international DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

Moscou inquiet
qu’Ankara et Kiev
se rapprochent Volodymyr
Zelensky
et Recep
La Russie suspend ses liaisons Tayyip
Erdogan,
aériennes avec la Turquie, le 10 avril
à Istanbul
qui renforce sa coopération avec (photo
transmise
l’Ukraine sur les drones armés par le
service
de presse
présidentiel
turc). AFP
istanbul ­ correspondante
Par son soutien

U
n vent glacial souffle à Kiev, Erdogan
sur la relation particu­
lière qu’entretiennent
se range aux
les présidents russe, côtés de l’OTAN,
Vladimir Poutine, et turc, Recep
Tayyip Erdogan, jusqu’ici unis
qu’il avait déçue
dans une forme de coopération en achetant
hostile, tantôt alliés, tantôt adver­
saires. A la consternation d’An­
les systèmes
kara, la Russie a décidé de suspen­ de missiles
dre pour un mois et demi ses forces ukrainiennes a coûté la vie Dans une déclaration com­
liaisons aériennes vers la Turquie,
russes S-400 à près de 14 000 personnes. mune, publiée à l’issue de la vi­
officiellement pour raison sani­ Aujourd’hui, la guerre menace de site, MM. Erdogan et Zelensky se
taire, les contaminations au SARS­ repartir de plus belle. Les tensions Kiev sont engagés à favoriser « l’inté­
CoV­2 ayant atteint un niveau re­ décision de suspendre le trafic sont montées d’un cran depuis le grité territoriale de l’Ukraine à l’in­
cord parmi la population turque, aérien, vendredi 9 avril. Son coup déploiement ces derniers jours UKRAINE Louhansk térieur de ses frontières internatio­
avec plus de 60 000 cas enregis­ de fil à M. Erdogan est intervenu à par Moscou de milliers de soldats Donetsk nalement reconnues et la fin de
trés chaque jour. un moment symbolique, juste à et d’armement lourd le long de la Marioupol l’occupation de la Crimée et des ré­
Entrée en vigueur jeudi 15 avril, la veille de la visite en Turquie du frontière russo­ukrainienne. La Crimée Odessa RUSSIE gions de Donetsk et de Louhansk ».
Mer
la décision mine le moral des pro­ président ukrainien, Volodymyr Annexée par la Russie d’Azov Autre sujet tabou, M. Erdogan a
fessionnels turcs du tourisme, Zelensky, venu refaire provision Fabrication conjointe depuis 2014 Simferopol Détroit réaffirmé son soutien à la candi­
qui comptaient sur les arrivants de drones turcs. Dans ce contexte, l’acquisition Eaux revendiquées Sébastopol de Kertch dature de l’Ukraine à l’OTAN, ce
russes pour repeupler les plages Moscou s’inquiète du regain de par Kiev de drones turcs armés par la Russie qui revient à agiter un chiffon
et les hôtels d’Antalya. Le coup est coopération militaire entre inquiète tout particulièrement Mer rouge sous le nez de Vladimir
Le Donbass Noire
rude pour le gouvernement turc, l’Ukraine et la Turquie, craignant les militaires russes, convaincus Poutine, qui se sent encerclé par
qui, guetté par une crise moné­ pour son hégémonie dans la ré­ que ces armes seront bientôt Zone gouvernée l’OTAN en mer Noire. La Rouma­
par Kiev Limites
taire, compte sur le tourisme et gion. Les équilibres géopolitiques utilisées contre leurs protégés, les des ZEE nie, la Bulgarie, la Turquie sont
Zone contrôlée TURQUIE
ses revenus en devises pour ren­ ont été chamboulés en 2014 par sa séparatistes prorusses des ré­ dans l’Alliance, la Géorgie et
par les forces Détroit
flouer les caisses de l’Etat. décision d’annexer la Crimée, pé­ gions de Donetsk et de Louhansk, Ankara l’Ukraine rêvent d’en être.
Il n’est pas certain que Vladimir ninsule ukrainienne depuis 1957. dans l’est de l’Ukraine. séparatistes soutenues du Bosphore 200 km
Aucun pays ne devrait « nourrir
par la Russie Infographie Le Monde
Poutine ait eu seulement la Dans l’est de l’Ukraine, le conflit De son côté, le président ukrai­ les tendances militaristes de
pandémie à l’esprit quand il a fait déclenché par la Russie entre les nien, Volodymyr Zelensky, n’a l’Ukraine », a déclaré Sergueï
part à son homologue turc de sa séparatistes qu’elle soutient et les pas oublié que les drones turcs Lavrov, le chef de la diplomatie
ont donné à l’Azerbaïdjan un la fabrication du futur drone de systèmes de radar et de guidage. russe, deux jours après la visite du
avantage décisif dans la guerre combat Akinci, capable de porter En exportant les produits de son président ukrainien à Istanbul.
Expulsion de diplomates américains menée contre les Arméniens à
l’automne 2020 pour le contrôle
des armes, de voler plus haut,
d’être connecté à un réseau de
industrie de défense, M. Erdogan
renforce son poids dans la région.
Par ailleurs, Moscou ne désespère
pas de convaincre Ankara « du
La Russie a annoncé, vendredi 16 avril, qu’elle allait expulser dix de la région du Haut­Karabakh. données par satellite, disposant Par son soutien à l’Ukraine, il se caractère erroné de sa position sur
diplomates américains pour répondre aux sanctions prises la C’est pourquoi il veut en acquérir d’une autonomie de cinq heures. range aux côtés de ses alliés de la Crimée », a renchéri, vendredi,
veille par les Etats-Unis. « Dix diplomates ont été inclus à la liste plus et renforcer la coopération Pour la fabrication de ce drone, l’OTAN, qu’il avait déçus en ache­ Dmitri Peskov, le porte­parole du
qui nous a été remise avec la demande qu’ils quittent les Etats- militaire avec Ankara. l’Ukraine, qui a conservé quelques tant les systèmes de missiles Kremlin.
Unis. Nous allons répondre à cette mesure de manière réciproque En 2019 déjà, l’Ukraine avait beaux restes du vieux complexe russes S­400, incompatibles avec Si MM. Erdogan et Poutine sont
et demanderons à dix diplomates américains en Russie de quitter acheté à la Turquie six drones militaro­industriel soviétique, les défenses de l’Alliance. jusqu’ici parvenus à s’entendre
notre pays », a déclaré le ministre russe des affaires étrangères, Bayraktar TB2 et plusieurs sta­ fournit à Baykar, le fabricant turc Ses déclarations sur la Crimée sur des théâtres d’opérations
Sergueï Lavrov, au cours d’une conférence de presse. tions de contrôle. D’autres con­ de drones, un moteur à propul­ sont une autre source d’inquié­ lointains, notamment en Syrie,
Il a aussi dévoilé diverses restrictions qui compliqueront la vie trats ont, entre­temps, été signés, sion. Une société mixte, Black Sea tude pour Moscou. Recevant ils peinent à concilier leurs
des représentations et ONG américaines en Russie. Plusieurs notamment pour l’acquisition de Shield, a été créée entre Baykar et son homologue ukrainien sa­ intérêts en mer Noire, où la
membres du gouvernement de Joe Biden ne seront plus autori- 48 nouveaux drones turcs issus Ukrspetsexport, fleuron de l’in­ medi 10 avril à Istanbul, il a réi­ position turque semble plus
sés par la Russie à y séjourner, notamment les ministres de la d’une production conjointe. dustrie de défense ukrainienne. téré son attachement « à l’inté­ proche de celle de ses partenaires
justice et de la sécurité intérieure, la conseillère en politique Turcs et Ukrainiens mettent D’autres projets visent la fabrica­ grité territoriale et la souverai­ occidentaux. 
intérieure, le patron du FBI et la directrice du renseignement. actuellement la dernière main à tion conjointe de missiles, de neté de l’Ukraine ». marie jégo

Macron et Merkel demandent le retrait des troupes russes de Crimée


Moscou a suspendu la navigation près de la péninsule annexée, alors que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, déjeunait à l’Elysée

L a rencontre 2 + 1 s’est finale­


ment traduite par un cu­
rieux solde à 4. En marge
du déjeuner de travail organisé à
l’Elysée, vendredi 16 avril, entre le
tère russe de la défense, cité par
l’agence Ria­Novosti. Trois zones
sont concernées : la pointe occi­
dentale de la Crimée, une autre au
sud, dans la région de Sébastopol,
Et la Russie, qui a distribué des
milliers de passeports russes aux
habitants du Donbass, a déployé le
long de sa frontière avec l’Ukraine
des dizaines de milliers de soldats
éloigner de la frontière. Les trois
dirigeants partagent une même
préoccupation « quant à l’aug­
mentation [des effectifs] des trou­
pes russes à la frontière avec
L’OTAN
a déploré « un
comportement
Vendredi, l’OTAN a immédiate­
ment réagi en exprimant son
« inquiétude » sur les manœuvres
maritimes autour de la Crimée.
« Nous demandons à la Russie de
président français, Emmanuel et une troisième dans le détroit de dans le cadre d’ « exercices ». l’Ukraine » et réclament un retrait déstabilisateur garantir le libre accès aux ports
Macron, et son homologue ukrai­ Kertch, qui mène à la mer d’Azov, « Le nombre des violations enre­ de « ces renforts afin de parvenir à de la part de la ukrainiens de la mer d’Azov et de
nien, Volodymyr Zelensky, suivi essentiel au transport maritime gistrées au cours des deux derniè­ une désescalade », a résumé An­ permettre la liberté de naviga­
d’une séance commune en visio­ pour les villes ukrainiennes res semaines a atteint son plus gela Merkel dans un communi­ Russie » dans ses tion », a écrit, dans un communi­
conférence avec la chancelière comme Marioupol. haut niveau depuis le début de qué. Emmanuel Macron s’est con­ eaux territoriales qué, une porte­parole de l’Al­
allemande, Angela Merkel, Vladi­ l’année et était trois fois plus tenté d’un tweet : « Sur la situation liance atlantique. Restreindre
mir Poutine, absent, s’est invité à Négociations « bloquées » élevé » que les quinze jours précé­ au Donbass, avec l’Ukraine et l’Al­ l’accès à certaines zones de la
la table des échanges. A Paris, Volodmyr Zelensky était dents, a affirmé l’Organisation lemagne, nous restons mobilisés mer Noire et au détroit de Kertch
Alors que les trois premiers diri­ venu solliciter le soutien des prin­ pour la sécurité et la coopération et déterminés à faire émerger une prévue lundi. Mais rien, ou pres­ constituerait, selon l’OTAN, « une
geants débattaient de la situation cipaux médiateurs que sont la en Europe (OSCE) dans un com­ solution politique – la seule possi­ que, en revanche, n’a été dit à Pa­ action injustifiée » relevant d’« un
déjà très tendue à la frontière France et l’Allemagne, parrains des muniqué publié mercredi soir. La ble. » De son côté, Volodymyr ris comme à Berlin sur la volonté, comportement déstabilisateur de
russo­ukrainienne, le Kremlin a accords de Minsk signés en 2015, mission déployée dans la zone de Zelensky s’est dit prêt à poursui­ pourtant réitérée par Volodymyr la part de la Russie ».
ajouté un nouveau sujet de crispa­ puis relancés dans le « format conflit déplore également « une vre la discussion « à quatre », avec Zelensky, dès la sortie de ses en­ Des accrochages ont eu lieu par
tion : la suspension, pour six mois, Normandie » qui associe les deux augmentation significative des Vladimir Poutine. tretiens, de voir l’Ukraine intégrer le passé dans le détroit de Kertch,
de la navigation aux abords de la pays, l’Ukraine et la Russie. Ces restrictions et des obstacles à sa li­ « La désescalade a été au cœur l’Union européenne et l’OTAN. dont Moscou revendique le
Crimée, la péninsule ukrainienne accords, censés apporter une solu­ berté de mouvement », en notant des échanges », assure­t­on à « La question a bien été sur la ta­ contrôle depuis l’annexion de la
annexée par la Russie en 2014. tion de paix dans le conflit qui a que neuf vols sur dix de ses dro­ l’Elysée, en soulignant la « néces­ ble, affirme l’entourage du prési­ Crimée. En 2018, la Russie avait
« Du 24 avril, à 21 heures, jus­ engendré près de 14 000 morts et nes de longue portée ont été « af­ sité de s’assurer que la Russie par­ dent ukrainien. Macron soutient saisi trois navires militaires ukrai­
qu’au 31 octobre, 21 heures, le 1,5 million de déplacés dans l’est de fectés par des brouillages ». ticipe aux discussions de bonne et comprend l’aspiration de niens et capturé vingt­quatre ma­
passage à travers les eaux territo­ l’Ukraine, une région dominée par A l’issue de leurs discussions, les foi » alors que les négociations l’Ukraine, mais Zelensky veut du rins, détenus dans la prison Lefor­
riales de la Fédération de Russie, les séparatistes prorusses soute­ présidents français et ukrainien, sont « bloquées depuis des concret et que la position de tovo de Moscou pendant dix mois,
pour les navires militaires et nus par Moscou, sont aujourd’hui puis avec la chancelière alle­ mois par les séparatistes ». chaque pays soit clarifiée lors du avant de les échanger contre des
autres bâtiments étatiques, sera dans l’impasse. Les heurts entre mande, ont appelé Moscou à reti­ Une rencontre des conseillers prochain sommet de l’Alliance at­ prisonniers en septembre 2019. 
suspendu », a annoncé le minis­ Kiev et les insurgés se multiplient. rer ses troupes de Crimée et à les dans le « format Normandie » est lantique, prévu en juin. » isabelle mandraud
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 international | 5

A Washington, Biden et Suga A Hongkong, les « neuf


du 18 août » condamnés
affichent leur unité face à Pékin à des peines de prison
Le premier ministre japonais est resté prudent sur la question de Taïwan Des figures de la société civile ont reçu des
sentences fermes pour une marche pacifique
tokyo, washington ­ Jeux olympiques cet été à Tokyo, que, ni le Japon ni les Etats­Unis
correspondants malgré une quatrième vague de
La Chine n’a pas n’avaient de relations diplomati­ hongkong ­ correspondance
Covid­19 et une campagne de ménagé les ques avec Pékin. LE PROFIL

D U
émocratie », « climat »… vaccination au ralenti au Japon. Comme sur la question ne petite centaine de
Des mots boudés pen­ « Nous sommes résolus à tra­
mises en garde ouïgoure, Yoshihide Suga est Hongkongais ont at­
dant quatre ans ont fait vailler ensemble pour relever les dé­ adressées toutefois apparu prudent. Evitant tendu devant le tribunal
leur retour dans la rose­ fis représentés par la Chine et sur d’entrer « dans les détails » de de West Kowloon, certains de­
raie de la Maison Blanche, cadre des problématiques telles que celles
à Tokyo cette question, le premier minis­ puis la veille, avec l’espoir d’assis­
habituel, lorsque le temps le per­ de la mer de Chine orientale, de la à l’approche tre japonais s’est contenté de rap­ ter au verdict des « neuf du
met, de la conférence de presse qui mer de Chine méridionale, mais peler la convergence des deux 18 août », qui a été rendu en fin de
conclut traditionnellement les vi­ aussi de la Corée du Nord », a assuré
du sommet pays à propos de « l’importance de journée, vendredi 16 avril. Ceux
sites de responsables étrangers. Joe Biden avant de réitérer une la paix et de la stabilité du détroit qui n’ont pas pu entrer étaient
Pandémie oblige, le président conviction souvent affirmée de­ de Taïwan ». La réserve nippone restés dehors en signe de soutien
américain, Joe Biden, a dû patien­ puis son arrivée à la Maison Blan­ Un journaliste japonais a cepen­ – même si Japonais et Américains aux accusés, des personnalités Jimmy Lai
ter près de trois mois avant de re­ che : « Nous travaillons ensemble dant rappelé au détour d’une « vont globalement dans la même connues et largement respectées Très influent dans le camp
cevoir, vendredi 16 avril, un pre­ pour démontrer que les démocra­ question que le Japon était le seul direction », selon Michael Green, par une grande partie des Hong­ prodémocratie hongkongais,
mier visiteur, le premier ministre ties peuvent gagner les compéti­ pays du G7 à ne pas avoir adopté de vice­président du cercle de ré­ kongais, et ils n’ont pas pu retenir l’homme d’affaires Jimmy Lai,
japonais, Yoshihide Suga. tions du XXIe siècle en apportant sanctions à l’encontre de Pékin à flexion Center for Strategic and leur colère quand seuls quatre 72 ans, est un des opposants
Ce choix confirme la priorité des résultats pour leurs peuples. » propos de la situation de la mino­ International Studies (CSIS) – des neuf sont ressortis, certes que le Parti communiste chinois
donnée par la nouvelle adminis­ Le président des Etats­Unis a rité ouïgoure. Dans la roseraie, traduit le souci de ne pas froisser condamnés, mais avec sursis. veut faire taire en priorité. Ce
tration au raffermissement des al­ fait part d’une volonté commune Yoshihide Suga a par ailleurs le puissant voisin chinois, par Les autres prévenus ont été en­ charismatique patron d’un puis-
liances en Asie orientale face au de réinvestir le front de la techno­ évoqué un accord complet entre ailleurs premier partenaire voyés ou renvoyés en détention sant groupe de presse a lancé
défi de la nouvelle puissance chi­ logie pour qu’elle soit régie « par Tokyo et Washington pour s’oppo­ commercial. avec des peines allant de huit à des appels à l’aide aux Etats-
noise. Le secrétaire d’Etat, Tony des normes démocratiques parta­ ser à toute tentative de la Chine de Pékin n’a pas ménagé les mises dix­huit mois de prison ferme Unis, ce qui n’a fait qu’aggraver
Blinken, et le secrétaire à la dé­ gées (…), établies par des démocra­ « changer le statu quo par la force en garde adressées à Tokyo à pour leur implication dans l’im­ son cas aux yeux de Pékin.
fense, Lloyd Austin, avaient effec­ ties et non par des autocraties ». Il ou l’intimidation dans les mers de l’approche du sommet. La veille mense défilé du 18 août 2019,
tué, en mars, leur premier déplace­ a ainsi promis un investissement Chine méridionale et orientale ». de la rencontre, le porte­parole du auquel avaient également parti­
ment à l’étranger chez les alliés ja­ dans « les réseaux 5G sécurisés et Le propos fut moins tranché sur ministère chinois des affaires cipé plus d’un million et demi de
ponais et sud­coréens de Washing­ fiables », les semi­conducteurs ou la question taïwanaise. Taïwan re­ étrangères, Zhao Lijian, a exprimé personnes, sous une pluie torren­ prison ferme. Il est l’un des orga­
ton. Le président Moon Jae­in sera l’intelligence artificielle. présente un point de crispation sa préoccupation au sujet de la tielle. Trois des inculpés devaient nisateurs de la veillée annuelle
le second visiteur reçu en per­ entre les Etats­Unis et la Chine, « collusion » entre le Japon et les également répondre de leur parti­ du 4 juin, qui commémore, de­
sonne par le démocrate, au cours « Valeurs universelles » ravivé par l’envoi, cette semaine, Etats­Unis, et expliqué que les cipation à un autre rassemble­ puis 1990 à Hongkong, le massa­
de la première quinzaine de mai. En préambule à la réunion de tra­ d’une délégation non officielle deux pays devaient « prendre au ment illégal, le 31 août 2019. cre des étudiants chinois sur la
Pour leur conférence de presse vail qui avait précédé la confé­ américaine à Taipei à l’occasion de sérieux les préoccupations et les Les avocats des accusés avaient place Tiananmen en 1989. Or
commune, l’entente affichée par rence de presse, le premier minis­ l’anniversaire de la loi américaine demandes de la Chine ». suggéré des amendes plutôt que Pékin, qui subit cet affront cha­
MM. Suga et Biden a été quasi tre d’un Japon très attaché à qui a fondé en 1979 les relations Le même jour dans le Global des peines de prison, en insistant que année depuis trente et un
parfaite. Sur la question environ­ l’alliance de défense avec les entre l’île et les Etats­Unis, et par le Times, organe proche du pouvoir sur l’engagement souvent remar­ ans, n’a pas l’intention de le sup­
nementale, le président s’est féli­ Etats­Unis, considérée comme la déploiement le 12 avril de 25 avions chinois, Lü Xiang, spécialiste des quable de ces accusés au service porter plus longtemps.
cité de voir le premier ministre « pierre angulaire » de la sécurité de combat chinois dans la zone questions américaines à l’Acadé­ de la communauté et en souli­ Les cinq condamnés de ven­
de l’Archipel se joindre aux Etats­ régionale, avait parlé de la même d’exclusion aérienne taïwanaise. mie chinoise des sciences sociales, gnant le fait que la manifestation dredi vont ainsi rejoindre des di­
Unis pour dévoiler un nouvel ob­ voix que son hôte en rappelant Pour la première fois depuis le estimait qu’en tant que proche du 18 août était restée pacifique, zaines d’autres femmes et hom­
jectif de réduction des émissions l’importance de « la liberté, la sommet de 1969 entre le premier voisin de la Chine, « le Japon ne de­ au point que la police n’était abso­ mes politiques actuellement en
de gaz à effet de serre à l’horizon démocratie, les droits de l’homme ministre japonais Eisaku Sato et vrait pas surestimer sa capacité à lument pas intervenue. Des argu­ prison, en détention provisoire
2030, à une semaine de son et l’Etat de droit » qui « sont les le président américain Richard affronter Pékin, car cela aurait des ments seulement partiellement pour la plupart. Un autre procès,
grand sommet virtuel sur le cli­ valeurs universelles » et « le fonde­ Nixon, la déclaration commune conséquences, en matière sécuri­ retenus par la juge britannique dit « des 47 », cette fois sous la loi
mat. Joe Biden a apporté son sou­ ment même de la prospérité et de émise à l’issue de la rencontre taire, politique ou économique ».  Amanda Woodcock, 54 ans, qui a de sécurité nationale, vise tous
tien au chef du gouvernement la stabilité de la région » indo­pa­ entre MM. Biden et Suga inclut philippe mesmer toujours exercé à Hongkong. les participants (candidats et or­
nippon pour le maintien des cifique « et du monde ». une mention de Taïwan. A l’épo­ et gilles paris L’avocat des droits de l’homme ganisateurs) des « primaires » de
Albert Ho, condamné à un an de juillet 2020, un scrutin non offi­
prison avec sursis, a jugé les pei­ ciel organisé pour maximiser les
nes « d’une sévérité inconceva­ chances des opposants aux légis­
ble ». « L’attitude de la juge me c­ latives. Au point qu’il ne reste

Vif débat sur le couvre­feu en Allemagne hoque et me déçoit », a­t­il ajouté.


Le plus lourdement puni (dix­
huit mois de prison) est l’ancien
quasiment plus aucune person­
nalité de l’opposition en liberté à
Hongkong actuellement.
député LSD (Ligue sociale­démo­
Le projet de loi du gouvernement pour limiter la propagation de la pandémie de Covid­19 crate) Leung Kwok­hung, 65 ans. Des verdicts sans précédent
Souvent vêtu d’un tee­shirt à La juge a également condamné à
suscite les réserves de nombreux partis au Bundestag, y compris chez les alliés d’Angela Merkel l’effigie de Che Guevara, il est des peines de onze à douze mois
surnommé « Cheveux longs » à avec sursis trois poids lourds du
cause de son impressionnante barreau de Hongkong : l’avocat
berlin ­ correspondant Egalement membre de la intérieur et ne font qu’accroître ment plus consensuel et juridi­ tignasse, aussi légendaire que Martin Lee, 82 ans, fondateur du
« grande coalition » de Mme Merkel, l’envie de se soustraire encore quement plus solide. son indéfectible fidélité au Parti démocratique ayant parti­

I l aura fallu attendre un peu


plus d’un an après le début de
la pandémie pour qu’Angela
Merkel envisage d’instaurer un
couvre­feu en Allemagne. Mais la
le Parti social­démocrate (SPD) a
lui aussi exprimé ses réserves.
« Telles qu’elles sont prévues, les in­
terdictions de sortie sont trop géné­
rales. Il devrait par exemple être
davantage aux ordres de l’Etat. »
La mesure, enfin, suscite de vives
discussions parmi les juristes.
Auditionné par la commission de
la santé du Bundestag, vendredi,
Après l’épreuve du Bundestag,
c’est en effet devant la Cour consti­
tutionnelle fédérale de Karlsruhe
que pourrait se poursuivre la ba­
taille. D’ores et déjà, le Parti libéral­
combat démocratique.
Jimmy Lai, le célèbre magnat de
la presse d’opposition, a été sanc­
tionné par une peine de quatorze
mois de prison. Bien qu’il soit
cipé à l’élaboration de la Basic
Law, la mini­Constitution de
Hongkong, et proposé pour le
prix Nobel de la paix 2021, Mar­
garet Ng et Albert Ho. Défendant
mesure, qui figure dans un projet permis de sortir le soir pour se pro­ Christoph Möllers, professeur de démocrate (FDP) et l’Association de déjà en détention provisoire de­ sa participation à la marche non
de loi dont le Bundestag a com­ mener avec son ou sa partenaire ou droit public à l’université Hum­ défense des libertés civiles ont an­ puis plus de quatre mois (accusé autorisée du 31 août, l’ancien
mencé à débattre, vendredi pour faire du sport », a déclaré Jo­ boldt de Berlin, a estimé qu’un ins­ noncé qu’ils envisageaient de sai­ de complot en vue de subver­ président du Parti démocratique
16 avril, suscite de telles opposi­ hannes Fechner, l’un des porte­pa­ trument tel que le couvre­feu, sir les juges de Karlsruhe pour leur sion, sous la nouvelle loi draco­ Yeung Sum, 73 ans, a déclaré :
tions que l’on comprend pour­ role de la commission de la justice compte tenu de ce qu’il implique demander de statuer sur la compa­ nienne de sécurité nationale en­ « Votre honneur, je plaide coupa­
quoi la chancelière allemande ne du Bundestag. Le gouvernement, en termes d’atteinte aux libertés tibilité du couvre­feu avec le res­ trée en vigueur à Hongkong en ble, mais je n’ai commis aucun
l’a pas proposée plus tôt. lui, souhaite que seules les sorties fondamentales, ne peut se justi­ pect des droits fondamentaux. juin), cette condamnation va lui mal. J’ai participé à cette marche
La volonté du gouvernement nocturnes « pour raison valable » fier que « s’il représente un moyen Autre menace : Freie Wähler faire perdre les « privilèges » des en dépit de l’absence d’autorisa­
est d’imposer un couvre­feu de soient autorisées, autrement dit plus efficace que les autres mesures (Electeurs libres), un petit parti prévenus, notamment les droits tion de la police car je souhaitais
21 heures à 5 heures dans les s’il s’agit d’aller travailler ou de se de réduction de contact ». Or, selon conservateur qui participe au gou­ de visite quotidiens, qui devien­ confirmer que manifester est un
arrondissements (Landkreise) où rendre chez le médecin, mais pas lui, le projet de loi n’est pas suffi­ vernement régional de Bavière, a dront mensuels. droit fondamental de tout citoyen
le taux d’incidence est supérieur à pour se dégourdir les jambes. samment argumenté pour être fait savoir qu’il déposerait un re­ Jimmy Lai vient, en outre, d’être hongkongais et devrait être cons­
100 cas pour 100 000 habitants. Au sein de la communauté convaincant sur ce point. cours constitutionnel devant la inculpé pour « conspiration », titutionnellement protégé. »
Actuellement, près de 80 % d’en­ scientifique, la mesure est égale­ Cour de Karlsruhe, estimant que le également sous la loi de sécurité Ces verdicts sont sans précé­
tre eux sont dans ce cas. Mais au ment controversée. Dans une « Problème d’acceptabilité » projet de loi défendu par Mme Mer­ nationale, avec son ancien bras dent dans l’histoire de Hong­
rythme où progresse la « troi­ lettre ouverte adressée au gou­ Avant la troisième vague, seuls kel donne un pouvoir exorbitant à droit, l’Américain Mark Simon, et kong, où la liberté de manifester a
sième vague » en Allemagne, où le vernement fédéral et aux chefs une poignée de Länder – comme la l’Etat fédéral au détriment des le jeune militant Andy Li, qui avait toujours été au cœur de la société
taux d’incidence moyen est passé des Länder, publiée jeudi 15 avril, Bavière ou le Bade­Wurtemberg – Länder, et que seuls ces derniers tenté de fuir vers Taïwan par la civile. Les défilés du 1er juillet en
de 50 à 160 depuis mi­février, la l’Association allemande de re­ avaient imposé des couvre­feux, sont compétents pour imposer mer en août 2020. Ce nouveau particulier (date anniversaire de
quasi­totalité du territoire devrait cherche sur les aérosols – fondée dont la durée n’a pas dépassé quel­ des couvre­feux. dossier a été ajourné au 15 juin. la rétrocession de 1997) ont long­
bientôt dépasser le seuil au­delà en 1972 au sein de la prestigieuse ques semaines. Ces derniers jours, Dans cette affaire, la chancelière Le syndicaliste et ancien député temps eu un aspect presque folk­
duquel Mme Merkel souhaite im­ société Max­Planck – a insisté sur d’autres couvre­feux locaux ont joue gros. Si la Cour de Karlsruhe Lee Cheuk­yan a été condamné, lorique. Toutes les causes imagi­
poser un couvre­feu. le fait que « la transmission des vi­ été instaurés en Allemagne, mais invalide tout ou partie du projet de pour sa part, à douze mois de nables pouvaient y être revendi­
Encore faudrait­il que la mesure rus de type SARS­CoV­2 se fait pres­ quelques­uns – dont celui décidé loi, « cela créerait un problème quées en toute liberté, chacun
soit effectivement adoptée. Or la que exclusivement dans des espa­ par la ville de Mayence (Rhénanie­ considérable d’acceptabilité des rentrant ensuite chez soi avec
chancelière se heurte à des résis­ ces fermés » mais « très rarement » Palatinat) – ont été suspendus par mesures anti­Covid », a prévenu l’impression d’avoir participé à
tances, y compris au sein de sa ma­ à l’air libre. « Si nous voulons con­ la justice administrative à la suite Christoph Möllers, vendredi, lors
Il ne reste une grand­messe où tout Hong­
jorité. « Pour être efficace, le couvre­ trôler cette pandémie, nous de­ de plaintes en référé. de son audition au Bundestag. quasiment kong se retrouvait dans une cer­
feu doit être accepté par la popula­ vons faire prendre conscience aux Alors que le projet de loi, qui vise L’opinion publique, elle, est très taine fraternité citoyenne, sur le
tion », a ainsi déclaré le chef de file gens que le danger est à l’inté­ à compléter pour la quatrième fois divisée. Selon un sondage Infra­
plus aucune bitume souvent bouillant des
de l’Union chrétienne­sociale rieur », écrivent les chercheurs, en un an la loi sur « la protection test Dimap réalisé les 13 et 14 avril, personnalité grandes artères de la ville.
(CSU) bavaroise au Bundestag, qui ajoutent : « Nous partageons contre les maladies infectieuses », 51 % des personnes interrogées se Ces verdicts de plus en plus
Alexander Dobrindt, vendredi. l’objectif de réduire les contacts doit être soumis au vote des dépu­ disent favorables à l’instauration
de l’opposition lourds pour des actions qui
Pour cela, son parti a réclamé que qui peuvent poser problème. Mais tés, mercredi 21 avril, le gouverne­ d’un couvre­feu nocturne « quand en liberté étaient tolérées il y a un an ou
le projet de loi soit amendé afin les couvre­feux promettent plus ment de Mme Merkel pourrait se le taux d’incidence est élevé », con­ deux portent un message clair :
que le couvre­feu commence à qu’ils n’apportent. Ils n’empêchent voir contraindre d’amender son tre 46 % qui s’y opposent. 
à Hongkong Hongkong a changé. 
22 heures et non pas à 21 heures. pas les réunions clandestines en texte pour le rendre politique­ thomas wieder actuellement florence de changy
PLANÈTE
0123
6| DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

Des opérations déprogrammées dans la douleur
Pour soigner plus de patients atteints du Covid­19, l’hôpital Lyon Sud a stoppé 70 % à 80 % des activités de chirurgie

REPORTAGE « Cela fait un an


lyon ­ envoyée spéciale
que ça dure, on

A
quel moment on blo­
que pour dire qu’on ne
repart comme en
peut pas descendre en­ première vague,
core ? Parce qu’en des­
sous, on ne sait plus faire, il faut
mais la situation
faire passer le message ! » La ques­ est bien pire »
tion, qui n’en est pas vraiment
ALAIN RUFFION
une, est lâchée par le professeur
chef du service urologie
Alain Ruffion, chef de service
d’urologie. Le climat a beau être
convivial entre des praticiens qui
se connaissent bien, il n’en est pas Il va ainsi pouvoir opérer sa pa­
moins tendu ce mardi 13 avril, lors tiente d’un cancer du sein lundi,
du « conseil des sages » qui réunit au centre Léon­Bérard, mais il ne
chaque semaine la dizaine de chi­ pourra pas la suivre durant les
rurgiens représentant les diffé­ jours suivant l’opération. « On fait
rentes spécialités de l’hôpital confiance à nos collègues, évidem­
Lyon Sud, ainsi que des anesthé­ ment, dit­il. Mais ça me fait suer,
sistes et des cadres de santé. Leur ce n’est vraiment pas optimal. »
mission : prioriser les opérations Quelques heures plus tôt,
des patients des jours à venir et comme chaque matin désormais,
arbitrer entre les urgences. « Les en « cellule de crise » en visiocon­
chirurgiens sont des gens un peu férence, la directrice du groupe­
sanguins, reconnaît un médecin ment hospitalier Sud, Anne Decq
entre deux portes. Mais ici, per­ Garcia, fait le tour du nombre de
sonne ne se bat, tout le monde est lits occupés dans chaque recoin
très solidaire, même si chacun a de l’hôpital, afin d’activer le
ses impératifs. » « maximum de leviers » pour dimi­
Dans une région Auvergne­Rhô­ nuer la pression. « On a la chance
ne­Alpes frappée de plein fouet d’avoir 16 professionnels affectés
par la troisième vague épidémi­ [venant d’autres établissements],
que, avec une accélération de l’af­ c’est le plus gros soutien du privé,
flux de malades du Covid­19 la coopération joue bien », souli­
en réanimation depuis le début gne­t­elle, appelant les collègues
du mois d’avril (ils étaient 500 fin Des infirmiers du bloc opératoire ont été sollicités pour le service Covid. A l’hôpital Lyon Sud, le 13 avril. HUGO RIBES/ITEM POUR « LE MONDE » à chercher aussi de toutes parts
mars, ils sont 682 au 13 avril), les patients Covid transférables
l’équation devient de plus en plus La déprogrammation massive vers les hôpitaux partenaires qui
complexe. Dans le grand centre des opérations chirurgicales a été ont encore des places.
hospitalier ancré au sud de la mé­ décrétée par l’Agence régionale
tropole, l’un des principaux sites de santé Auvergne­Rhône­Alpes « Tactique quotidienne »
des Hospices civils de Lyon (HCL), le 7 avril, pour au moins deux se­ Les prochaines semaines vont
il faut se partager 5 blocs opératoi­ maines, dans l’ensemble des éta­ être difficiles, tout le monde le
res, contre 23 en temps normal, et blissements de la région. A Lyon sait. Outre la flambée épidémi­
deux blocs d’urgence. Soit quasi­ Sud, entre 70 % et 80 % de la chi­ que, la période est celle des vacan­
ment le niveau extrême où l’hôpi­ rurgie réglée et semi­urgente est ces scolaires, avec les congés des
tal, devenu « tout Covid », avait dû à l’arrêt. soignants qui ont été préservés.
descendre au printemps 2020. Alors les réactions fusent chez Ce sera de la « tactique quoti­
La mise en place de cette réunion les chirurgiens dans le brouhaha dienne » pour toujours « garder un
hebdomadaire du « conseil des sa­ lorsqu’il s’agit de défendre ses coup d’avance », « on va y arriver,
ges » date de cette première crise. dossiers urgents, face au planning comme d’habitude », encourage
Au troisième étage du « pavillon des opérations projeté sur un ta­ Anne Decq Garcia. Certains mé­
chirurgical » planté sur le campus bleau blanc, dont les cases chan­ decins ne manquent pas de souli­
hospitalo­universitaire de 80 hec­ gent de couleur au gré des places gner l’état de « fatigue générale »
tares, le professeur Ruffion ne mâ­ attribuées à telle ou telle spécia­ chez les personnels soignants,
che pas ses mots. « On doit appli­ lité. « Nous aussi c’est du cancer », de plus en plus réticents à repar­
quer des critères de sélection de « On n’a eu aucune salle la semaine tir vers des services « Covid ».
plus en plus sévères, nous prenons dernière », « C’est vraiment une ur­ Infirmier anesthésiste, en
du retard même sur les cancers, gence à la semaine près, ton opéra­ temps normal au bloc opératoire
souligne l’homme de 52 ans. Cette tion ? », « Ce n’est pas fissuré, ce n’est d’urgence, Julien (qui n’a pas sou­
semaine, j’ai dû décaler un cancer donc pas vraiment cassé ? », « Oui haité donner son nom) le dit d’en­
de la vessie, j’ai pris le moins grave, bien sûr que je peux passer mes trée : il a été « assigné » en réani­
ça va aller si c’est seulement pour quatre patients en trois heures et mation, il n’était pas volontaire,
une semaine, mais on n’est jamais demie »… « Tout le monde est servi et ne l’est toujours pas. C’est son
sûr pour la semaine d’après. » et satisfait », souffle le cadre supé­ premier jour dans le service éphé­
rieur de santé des blocs, qui con­ Réunion du « conseil des sages » pour déterminer les opérations qui auront lieu, mère monté quelques jours plus
« C’est la phase aiguë » naît sur le bout des doigts le nom­ à l’hôpital Lyon Sud. HUGO RIBES/ITEM POUR « LE MONDE » tôt dans un ancien bloc. Cinq lits
Lui comme d’autres chirurgiens bre de personnels nécessaires sont déjà occupés avec des pa­
le rappellent : « Cela fait un an que pour faire fonctionner chaque en réanimation est particulière­ un peu, avec une chimiothérapie d’urologie se déroule derrière les tients ventilés et intubés dans
ça dure, on repart comme en pre­ salle. « Non, mais on fait avec… », ment longue. Pour l’instant, il faut de plus, décrit la docteure Del­ vitres de la « salle de gynécologie ». l’ancienne salle de réveil, cinq
mière vague, mais la situation est glisse un médecin, le ton las. tenir, et ce sont les blocs opératoi­ phine Vaudoyer, en chirurgie di­ « Désespéré », le chef de service en autres vont suivre dans les salles
bien pire. » Depuis le début de Quand on évoque Cassiopée, le res qui subissent, car ils sont les gestive. Mais il y a toute la part gynécologie chirurgicale qui pia­ d’opération attenantes.
l’épidémie de Covid­19, l’activité prochain bâtiment à transformer principaux pourvoyeurs de cette psychologique, vous deviez “enle­ note derrière un ordinateur dans Si les soins eux­mêmes ne po­
chirurgicale n’a jamais pu repren­ avec de nouveaux lits de « réani­ « denrée rare » que sont les infir­ ver le cancer” à un patient, et vous le bureau d’à côté le dit sans dé­ sent pas de difficulté à l’homme de
dre à son rythme normal. Ces cinq mation Covid » d’ici au week­end, miers anesthésistes ou de bloc. Le reportez… » Pour la praticienne de tour, tout en gardant le sourire 46 ans, qui a exercé par le passé en
derniers mois, après la vague de des visages se braquent. Encore calcul est radical : cinq lits de réa­ 42 ans, qui coordonne le « conseil derrière son masque. « Tout est réanimation, « on est dans des con­
novembre 2020 particulièrement des soignants qui vont être pris nimation à ouvrir, ce sont quatre des sages » avec son collègue compliqué en ce moment », expli­ ditions dégradées, dit­il, en matière
virulente dans la région, les blocs au bloc, encore des salles de salles d’opération en moins, pour anesthésiste Pierre­Yves Carry, la que François Golfier, dont la spé­ de locaux, d’organisation, pour
de Lyon Sud ont tourné au maxi­ moins en perspective ? récupérer seize personnels soi­ feuille de route est claire : la prio­ cialité dispose de trois salles trouver les produits… on arrive avec
mum aux deux tiers de leur acti­ « On y arrive encore, mais on est gnants, résume le docteur Piriou. rité, ce sont les cancers et la chi­ par jour habituellement, mais des patients Covid qui peuvent bas­
vité habituelle, avant de devoir à dans la pire des périodes, recon­ « Une fois qu’on a compris ça, rurgie avec « perte de chances ». n’en a désormais plus qu’une, en culer à n’importe quel moment et
nouveau réduire la voilure. naît le professeur Vincent Piriou, ça devient très complexe pour la moyenne quatre jours sur cinq. on n’a pas l’habitude du service ».
Si les alertes des médecins pari­ chef de service d’anesthésie­réa­ chirurgie », pointe son collègue Diminuer la pression « On a la chance de pouvoir opé­ Le soignant vient désormais « la
siens sur ce « tri » des patients de nimation. C’est la phase aiguë, as­ Michel Fessy, chef du pôle de chi­ « Bien sûr, tout peut être “perte de rer nos urgences sur trois sites, boule au ventre » à l’hôpital. « On
chirurgie ont fait la « une » de la cendante, celle où l’on freine l’acti­ rurgie, et lui­même chirurgien chance”, car par définition on chez nos collègues d’autres établis­ ne voit pas le bout du tunnel, on a
presse, à Lyon, on a parfois le sen­ vité des blocs pour monter des lits orthopédique. Sa spécialité est n’opère pas pour rien, rappelle­t­ sements, décrit l’homme de aucune notion sur combien de
timent de s’enfoncer dans un cer­ de réanimation, c’est sûr que cela traditionnellement la première elle. Mais il y a une gradation, une 59 ans. C’est fondamental cette temps on va devoir rester comme
tain silence. Le chiffre extrême crée des tensions. » Soixante­ sacrifiée : ici comme ailleurs, la hiérarchisation qu’on effectue de collaboration, mais ce n’est pas fa­ ça. C’est ça le plus anxiogène. » 
des « 80 % » de déprogrammation deux lits de réanimation sont chirurgie dite « fonctionnelle » est manière habituelle, c’est le propre cile en matière d’organisation. » camille stromboni
qui menaçait la région franci­ ouverts dans l’hôpital au 13 avril, celle que l’on repousse le plus de notre métier d’identifier les si­
lienne, on y est pourtant déjà. contre 27 en temps normal. « Tout depuis le début de la crise. « On tuations les plus urgentes, et
est une question de temps, re­ arrive à faire l’urgence, la trauma­ aujourd’hui, on le fait de manière 5 914 personnes en réanimation
prend­il. On peut absorber une tologie, le risque infectieux… il n’y exacerbée. » « Un calcul à la vési­
déprogrammation très impor­ a pas de tri ou de pertes de chance cule biliaire, ça fait mal, mais s’il Vendredi 16 avril, 5 914 personnes étaient accueillies dans
Cinq lits tante mais de courte durée. » en ce sens, assure­t­il. Mais cela n’y a pas de risque de perforation, les services de soins critiques (réanimation, soins intensifs
de réanimation Si le professeur confie un petit n’a rien d’anodin pour autant, j’ai on peut refroidir la crise et atten­ et surveillance continus), soit plus de 463 nouvelles entrées
espoir – « on a l’impression que ça une centaine de patients en liste dre un peu, illustre Pierre­Yves dans les dernières vingt-quatre heures. Depuis le début
à ouvrir, ce sont se tasse un peu en ville », dit­il à d’attente », et parmi eux, « des pa­ Carry. Le cancer, lui, est évolutif. » de la semaine, ce chiffre semble s’être stabilisé au-dessus
quatre salles propos de la progression du taux tients qui souffrent ». Un niveau plus bas, au deuxième de 5 900, loin du pic de la première vague en avril 2020 (7 000).
d’incidence –, le bout du tunnel Lui comme d’autres confrères étage du bâtiment, toute l’activité La tension hospitalière reste néanmoins forte sur tout le terri-
d’opération ne viendra pas avant de longues en témoignent : demander à un chirurgicale a été rapatriée sur un toire national avec 2 044 nouvelles entrées de patients positifs
en moins, semaines pour l’hôpital. Outre le patient de repartir pour une cure seul plateau de blocs, contre qua­ au SARS-CoV-2, soit un total de 30 472 patients hospitalisés,
décalage entre les contamina­ de chimiothérapie en plus, « ça tre habituellement. Ici un chirur­ vendredi, contre 30 668 jeudi. Par ailleurs, 36 442 nouveaux cas
pour récupérer tions et l’hospitalisation, la durée peut être terrible ». « Il y a de la can­ gien opère un cancer du rectum ont été enregistrés lors des dernières vingt-quatre heures,
seize soignants de séjour des malades du Covid­19 cérologie qu’on peut faire attendre avec un robot, là, une opération contre 38 045 jeudi. L’épidémie a fait 100 433 morts.
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 planète | 7

Covid : les « tristes printemps » d’Aurélien Rousseau


A la tête de l’ARS Ile­de­France, cet énarque au parcours atypique est en première ligne dans la gestion de la crise

PORTRAIT de 1 200 lits de réa à 2 800, ce n’est


pas la main invisible », défend le

C
ette nuit du 31 mars au patron de l’agence, frappé par le
1er avril 2020 continue « caractère anachronique » de ces
de le hanter. Vers une procès. « On les formule avec
heure du matin, le direc­ aplomb, avec ce que l’on sait main­
teur de l’agence régionale de tenant, quand cette crise n’a été
santé (ARS) d’Ile­de­France, Auré­ qu’incertitude et contre­pieds », re­
lien Rousseau, reçoit un appel grette­t­il. « Il a un côté hypersensi­
du directeur général de l’Assis­ ble à la reconnaissance ou à l’ab­
tance publique­Hôpitaux de Pa­ sence de reconnaissance », note
ris, Martin Hirsch : il n’y a plus son ami de l’ENA Hugo Bevort, qui
une seule place de « réa » dans l’a vu aussi en pleurs en annon­
toute la région. Cette crainte irri­ çant le décès d’un de ses collabora­
gue la première vague de l’épidé­ teurs, probablement contaminé
mie : vivre un scénario « à l’ita­ lors d’une cellule de crise de l’ARS.
lienne », avec des hôpitaux sub­ C’est la deuxième fois qu’une
mergés, condamnés à pratiquer violente crise le rattrape alors
une médecine de guerre. qu’il vient tout juste de prendre
Jusqu’au petit matin, le haut un poste. En 2015, Aurélien Rous­
fonctionnaire cherche les seau est nommé directeur adjoint
derniers respirateurs, ainsi que du cabinet de Manuel Valls à Mati­
des soignants, pour ouvrir une gnon, un mois seulement avant
poignée de lits en urgence. « Cette les attentats du 13 novembre.
nuit­là, c’est passé à 2 ou 3 lits près, C’est la directrice de cabinet du
raconte­t­il. On pensait qu’on premier ministre, Véronique
n’allait pas y arriver. Avec Martin, Bédague­Hamilius, qui le fait
on en a pleuré. » La veille, Rous­ venir. Elle l’a croisé à la Mairie de
seau et Hirsch avaient fait une Paris quand il dirigeait le cabinet
tournée glaçante des hôpitaux de l’adjoint au maire chargé de
de Seine­Saint­Denis, une « hor­ Paris­Métropole, le communiste
reur », se souvient­il : pas assez de Pierre Mansat, dont il partage la
masques, pas assez de blouses, sensibilité ancrée à gauche.
des soignants qui vont et vien­ Quand, avec un brin de provoca­
nent, hagards, et surtout, « la tion, Mme Bédague­Hamilius an­
mort, partout ». nonce à Valls qu’elle a choisi « un
Depuis le début de l’épidémie, communiste » comme bras droit,
Aurélien Rousseau, 44 ans, se le premier ministre de François
trouve en première ligne dans la Hollande manque de s’étrangler.
gestion de cette crise historique : « Après tout, ce qui compte, c’est Aurélien Rousseau, le directeur de l’agence régionale de santé d’Ile­de­France, dans la salle de crise de l’agence,
des « centaines d’emmerdes par qu’il ait des valeurs de gauche », à Saint­Denis (Seine­Saint­Denis), le 9 avril. AGNÈS DHEBEYS/MYOP POUR « LE MONDE »
jour », résume­t­il. Nommé finit­il par concéder. A l’issue
en 2018 à la tête de l’ARS, il est le d’un tête­à­tête d’une heure avec
bras armé du ministère de la la future recrue, Valls est con­
santé en Ile­de­France. Et doit vaincu. Rousseau aussi, même si lui fait promettre de ne jamais Passage. De son séjour à l’hôpital, « C’est quelqu’un qui a une vraie
rendre compte. Le 21 mars 2020, rejoindre le théoricien des « deux devenir « un bourgeois ». « J’ai été Aurélien Rousseau garde aussi
A l’Elysée, profondeur et n’oublie pas d’où il
au cœur de ce « triste printemps », gauches irréconciliables », honni nourri de cette filiation, dit­il, élevé une « madeleine de Proust », on le qualifie vient », observe la préfète de la
il est invité au JT de Laurent Dela­ par l’aile gauche du Parti socia­ avec l’idée que le pouvoir corrompt l’arôme de pêche du Rivotril, un zone de défense et de sécurité de
housse, sur France 2. Son premier liste (PS), ne va pas de soi. « Pierre et que rien n’est dû. Après cela, puissant somnifère administré
d’« agile », Paris, Marie­Emmanuelle Assi­
duplex dans un « 20 heures ». Mansat m’a encouragé à dire oui, il n’est pas simple de s’autoriser en soins palliatifs pendant la l’onction don, qui l’a côtoyé au cabinet de
La mine blême et chiffonnée, raconte­t­il, et ma mère aussi. » ce que l’on désire, il faut faire mine première vague de Covid­19, pour Bernard Cazeneuve à Matignon et
engoncé dans une veste trop Une mère marxiste et profes­ de croire que cela arrive par soulager les personnes âgées
macronienne gère la crise sanitaire à ses côtés.
petite apportée en catastrophe seure de philosophie, ex­cadre di­ hasard… » De cette enfance à la n’ayant pu être hospitalisées. par excellence Lors de son pot de départ en 2017,
par son directeur de la communi­ rigeante du Parti socialiste unifié. fois choyée et inquiète, il a gardé De retour à l’ENA, celui qui sort quelques semaines avant la fin
cation, le haut fonctionnaire, L’enfance d’Aurélien Rousseau est aussi une forme d’intranquillité. dans la « botte » – en tête du clas­ crépusculaire du quinquennat so­
jusqu’ici toujours resté dans l’om­ habitée par la politique. Et par une En arrivant à Paris pour « cu­ sement –, annonce à la promo­ Sherlock Holmes, auteur de deux cialiste, Aurélien Rousseau a lancé
bre, doit faire le point sur l’épidé­ grand­mère très aimée, Jeanne ber » (redoubler) sa khâgne, Rous­ tion Willy­Brandt (2007­2009) pièces de théâtre. L’ancien secré­ devant l’assistance guindée : « Le
mie depuis le hall de la maternité Boyer, issue de la bourgeoisie seau se sent « un bouseux ». Il qu’il ira au Conseil d’Etat et pense taire général de l’Elysée, Jean­ Komintern m’avait envoyé détruire
des Bluets, à Paris, où sa compa­ protestante, passée au commu­ échoue à Normale Sup, passe une d’abord aux soignants de son ser­ Pierre Jouyet, qui appréciait sa la social­démocratie. Je ne pensais
gne Marguerite Cazeneuve – ex­ nisme avec la Résistance, élue maîtrise d’histoire médiévale, vice de réanimation. Mais il n’y re­ fantaisie, l’a même invité à passer pas réussir aussi vite et bien ! »
conseillère sociale à Matignon – « rouge » pendant trente­huit ans enseigne deux ans au lycée Jean­ tournera jamais. Depuis son arri­ un réveillon chez lui, quand il Conseiller municipal de Saint­
vient d’arriver pour la naissance à Alès (Gard), petite cité ouvrière Renoir de Bondy, en Seine­Saint­ vée à l’ARS, il doit prendre sur lui à était ambassadeur de France à Hilaire­de­Brethmas, près de sa
de leur fils, Abel. Aurélien Rous­ des Cévennes, où Aurélien et sa Denis, milite au Parti commu­ chaque fois qu’il visite une « réa ». Londres. Il se souvient d’une ville d’origine dans le Gard, Auré­
seau, qui a gardé un léger accent sœur aînée ont grandi. Enfants, niste. Son arrivée à la Mairie de A l’Elysée, on le qualifie danse débraillée avec le haut fonc­ lien Rousseau, qui confesse en
du Midi, adopte d’emblée un ton parents, grands­parents et arriè­ Paris, au cabinet de Pierre Mansat d’« agile », l’onction macronienne tionnaire, sous le regard vague­ souriant « n’être sorti que très
précis et direct, tranchant avec les re­grands­parents vivent joyeuse­ puis à celui de l’ex­maire Ber­ par excellence. « Ce n’est pas un ment réprobateur de François récemment de la IIIe République »,
réponses évasives, voire inexis­ ment sous le même toit du « Cha­ trand Delanoë, est « une révéla­ déconnecté, affirme un conseiller Hollande. Quand Rousseau lui a semble ne plus avoir la même
tantes, des autorités de santé. let », une maison de famille vaste tion ». « J’avais tellement fan­ d’Emmanuel Macron, il peut annoncé qu’il quittait la Monnaie « gourmandise » pour la politique.
Les heures passées à préparer et « déglinguée », noyée dans la tasmé la vie de cabinet que j’en secouer le cocotier. » de Paris – où il a été nommé La crise prend tout, désormais, jus­
ses auditions devant les commis­ verdure d’un parc immense et la avais acquis, sans le savoir, tous De son côté, le député PS des en 2012 – pour diriger l’ARS d’Ile­ qu’à « saturation ». Il n’y a plus la
sions d’enquête parlementaire ou nostalgie d’un passé fané. les codes », se souvient­il. Landes Boris Vallaud – qui fut son de­France, Jouyet lui a demandé, place pour rien. « Cela fait quatorze
la Cour de justice de la République A l’ombre de Bertrand Delanoë, alter ego à l’Elysée quand Rous­ surpris, pourquoi il délaissait ce mois que nous y sommes non­stop.
l’ont rendu « hypermnésique », Paradis perdu exigeante école du pouvoir et seau se trouvait à Matignon, et poste « si confortable et envié ». A l’heure où l’on se parle, je suis
selon ses termes, sur la chronolo­ Aurélien – qui tient son prénom pépinière de technocrates de eut autant de mal que lui à encais­ « Ecoute, Jean­Pierre, lui répond incapable de me projeter où que ce
gie d’une crise à rebondisse­ du roman d’Aragon – lit les arti­ gauche – qui alimentera, en 2012, ser la loi travail et la déchéance de l’intéressé, les médailles et les soit. » Et il faut tenir encore. 
ments. Après la bataille des mas­ cles sur le président de la Républi­ les cabinets du quinquennat nationalité pour lutter contre le monnaies, c’est bien joli, mais solenn de royer
ques et des tests, chaotique, voilà que ou la diplomatie française socialiste –, il rencontre Nicolas terrorisme – vante « un mec intel­ c’est le social qui m’intéresse ! » et chloé hecketsweiler
celle des vaccins. « Toutes les nuits, dans Lectures modernes (une re­ Revel, l’actuel directeur de cabi­ ligent, chaleureux, drôle ». Même
je me réveille en faisant de l’alloca­ vue illustrée prisée des familles net de Jean Castex à Matignon, si ce haut fonctionnaire atypique,
tion de doses », confie­t­il, en se bourgeoises de province), adore qui lui conseille de tenter l’ENA. qui suscite une rare unanimité,
disant à la fois « hyperconfiant et se déguiser, s’assoit cravaté à Lors de son grand oral, le Cévenol est sans doute « plus complexe
hyperinquiet » face à cette troi­ l’arrière de la voiture familiale en est questionné sur la vie d’une qu’il n’y paraît », comme le relève

DE CAUSE
sième vague. « On a le mode d’em­ lançant un tonitruant : « Chauf­ figure historique du Midi, Ernest un ancien de la Mairie de Paris,
ploi, mais c’est beaucoup plus dur. feur, à l’ambassade ! » Parfois, c’est Ferroul, surnommé le « docteur qui évoque, par exemple, son
On est englué dans la fatigue. » « à la Résistance » qu’il joue, avec des pauvres ». Au jury, qui cherche « goût pour les décorations ».

« Incertitude et contre-pieds »
Au début de cette « tempête », les
les faux papiers retrouvés dans la
maison, avant de rejoindre toute
la famille pour le thé, à 17 heures.
à le coincer, il lance tranquille­
ment : « Vous préférez que je vous
parle de quoi ? De son rôle dans
« Aurélien est un mystère, médite
un ex­conseiller de l’ère Hollande,
il est très attachant mais tissé de
À EFFETS.
ARS ont concentré les critiques, « On dirait que mon histoire fami­ la révolte des vignerons du Midi contradictions. »
se voyant reprocher par des élus liale a un siècle », admet­il. Pour­ [en 1907], ou de son action comme
Chaque mardi
© Radio France/Ch. Abramowitz

locaux ou des responsables hospi­ tant, point d’insouciance chez maire de Narbonne ? » « C’est le social qui m’intéresse » 14H - 15h
taliers d’avoir été aux abonnés celui qui a toujours vécu avec « le Sa scolarité à l’ENA est brutale­ Recevant Le Monde à Saint­Denis (rediffusion à 21h)
absents dans certaines régions.
Ça l’a affecté, voire blessé. « Passer
sentiment diffus que quelque
chose de tragique allait arriver ».
ment interrompue. Un syndrome
de Guillain­Barré, une maladie
(Seine­Saint­Denis), dans les
locaux de l’ARS, il semble tara­
Aurélie
Quand il a 14 ans, sa mère décide neurologique rare, le laisse entiè­ busté par l’exercice du portrait, Luneau
de s’installer à Montpellier, il faut rement paralysé pendant des à la fois flatté et inquiet, se livrant
quitter le Chalet. Un premier « dé­ mois, avec un long séjour en volontiers avant de regretter. Le magazine de
« Toutes les nuits, chirement ». Le second intervien­ réanimation, à l’hôpital de la Il envoie dans la foulée plusieurs
dra dix ans plus tard, quand la fa­ Pitié­Salpêtrière, à Paris. « Il longs mails pour préciser sa l’environnement
je me réveille mille est expropriée pour les be­ pouvait répondre aux questions à pensée, évoquer d’autres fils à
en faisant de soins d’une route, qui traverse condition d’avoir une ardoise et tirer… « Vous comprendrez qu’avec
désormais la propriété, défigurée. d’écrire avec la seule main qu’il ces quelques lignes, j’essaie de
l’allocation Et plus rien ne sera comme avant. pouvait encore bouger », se combler mon angoisse de l’exer­
de doses « La métaphore d’une enfance souvient son ami, l’historien Syl­ cice », justifie­t­il, soucieux de
de vaccins » qui s’effondre », raconte Aurélien vain Venayre. Il tire de cette expé­ contrôler sa légende. En partenariat
avec
L’esprit
Rousseau, qui rêve encore rience « violente et douloureuse », Ses amis louent l’humour rava­
AURÉLIEN ROUSSEAU aujourd’hui de ce paradis perdu qui a laissé des séquelles, un livre geur de ce père de trois enfants, d’ouver-
directeur avec une poignante mélancolie. autobiographique, Boucle d’or, « bon vivant », fou des séries ture.
de l’ARS Ile-de-France Sur son lit de mort, sa grand­mère publié en 2016 aux éditions du anglaises Downtown Abbey et
FRANCE
0123
8| DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

Départementales : les enjeux du scrutin
Les élections des 20 et 27 juin sont cruciales pour les territoires et pour les partis politiques, du RN au PCF

S
i l’on s’en tient aux infor­ Se maintenir ? Fusionner avec LRM
mations relatées par la [La République en marche] ? Il n’est La droite détient 62 présidences
plupart des médias écrits pas du tout sûr que les petits élus LR
et audiovisuels, la pro­ se sentent plus proches de LRM que de département et la gauche 28
chaine échéance électorale se li­ de nous », souligne M. Olivier.
mite aux régionales. Le débat qui Directeur national du RN pour
s’est tenu mardi 13 avril à l’Assem­ les élections départementales,
blée nationale et mercredi 14 au Gilles Pennelle affirme que « nous
Sénat l’a encore démontré. Beau­ aurons beaucoup plus d’élus que la
coup l’ignorent, l’ont oublié ou le dernière fois », en restant suffisam­
passent sous silence mais, les 20 et ment prudent pour ne pas donner
27 juin, devraient avoir lieu simul­ d’objectifs chiffrés et sans préten­
tanément les élections régionales, dre à remporter une présidence.
ainsi que celles des assemblées
de Corse, de Guyane et de Martini­
Néanmoins, citant le Gard, les Py­
rénées­Orientales, l’Hérault, le *
que, et les élections départemen­ Pas­de­Calais, le Tarn­et­Garonne,
tales. Il n’empêche, si l’attention ainsi que le Grand Est et la Bourgo­
se focalise sur les élections régio­ gne­Franche­Comté, il nourrit l’es­
nales et si les départements ont poir que le RN devienne « une force
perdu de leur lustre d’antan, le incontournable pour constituer Guadeloupe
scrutin départemental reste un une majorité départementale ».
véritable révélateur de la structu­
ration politique territoriale. Stratégie d’accord à gauche
A l’inverse des régionales, où les Du côté de LR, en position de force
Martinique*
investitures et les stratégies politi­ à l’orée de ce scrutin puisque la
ques sont généralement validées droite préside 62 départements
par les instances nationales, la plu­ – 36 LR, 8 Union des démocrates et
part des partis accordent à leurs indépendants (UDI) et 18 divers
fédérations départementales une droite –, son président, Christian Couleur politique des présidents Guyane*
large autonomie dans le choix des
candidatures et des alliances.
Jacob, se dit « plutôt confiant ». Il
envisage de nouvelles conquêtes,
des conseils départementaux
sortants
*
De l’extrême droite à la gauche de même si elles seront « limitées ».
PCF
l’échiquier politique – l’extrême « Il n’y aura pas d’accord avec le RN
gauche est peu représentée dans ni avec LRM », assure le député de PS La Réunion
ce scrutin –, les enjeux sont multi­ Seine­et­Marne. Il esquive le fait Divers gauche
ples et leurs déclinaisons diverses. qu’aujourd’hui un grand nombre
Le Rassemblement national (RN) de majorités départementales et Divers centre
sera probablement la formation de leur présidence s’appuient sur MoDem Mayotte
politique qui présentera le plus de des « divers droite », pour certains
candidats sous sa propre étiquette. en rupture de ban avec LR. « Le se­ LRM
En 2015, le Front national (FN) était cond tour, on le prépare le soir UDI
présent dans 93 % des cantons ; le du premier tour », évacue­t­il.
LR
RN a l’intention de faire « au moins La gauche, elle, a tiré les ensei­
aussi bien ». « Nous voulons être gnements du scrutin de 2015 où Divers droite
présents partout, y compris dans elle s’était présentée en ordre dis­
des coins où on est faibles, assure persé et où elle s’était pris « une
Philippe Olivier, conseiller politi­ bonne gamelle ». En sus du discré­
que de Marine Le Pen. Ces élections dit dont était alors l’objet la prési­
servent aussi à progresser et à faire dence de François Hollande, **
émerger et monter des cadres. Avec l’éparpillement des voix de gau­
* Pas de conseil départemental
les suppléants, on va avoir plus de che – compte tenu du mode de ** Pas de conseil départemental. La Corse est devenue
8 000 candidats. » scrutin qui requiert 12,5 % des élec­ la Collectivité de Corse le 1er janvier 2018
Il se dit persuadé que le second teurs inscrits pour se maintenir
tour sera « un accélérateur de re­ au second tour – conduisait à l’ac­ Source : Le Monde
composition ». En 2015, le FN s’était cident électoral : 29 départements
qualifié au second tour dans perdus au profit de la droite.
1 073 cantons (sur 2 054), dont 322 Cette fois, les formations de la chaque canton] permet de jouer « La stratégie adoptée est de ne Sur la pente du déclin électoral,
dans lesquels il était arrivé en tête. gauche et écologistes ont tenté de plus facilement le rassemble­ pas repartir éparpillés comme le PCF avait perdu l’Allier en 2015,
Les formations
Mais finalement, il n’en avait ga­ privilégier une stratégie d’accord, ment », note le conseiller départe­ en 2015, en associant le vote écolo un de ses deux derniers départe­ de la gauche
gné que 35, soit 70 élus puisque tout en laissant à leurs structures mental de la Drôme. et le vote de gauche », confirme ments ; il ne lui reste plus que le
chaque canton élit un binôme départementales le soin d’en né­ Hélène Hardy, déléguée nationale Val­de­Marne. Pierre Lacaze, res­
et écologistes
mixte composé d’une femme et gocier les contours. « Tout est en Dernier département PCF aux élections d’EELV. Sans négli­ ponsable national aux élections, ont tenté de
d’un homme. Le RN espère bien train de se boucler, les binômes et Le PS ne cache pas ses objectifs. ger, cependant, la volonté d’im­ est convaincu que « la gauche peut
renforcer sa présence au second les candidats à la présidence, indi­ D’abord, conserver les 26 départe­ plantation territoriale du mouve­ être en meilleure position aux dé­
privilégier une
tour en 2021. « Que vont faire les LR que le porte­parole du Parti socia­ ments qu’il préside et « en conqué­ ment écologiste, qui compte ac­ partementales qu’aux régiona­ stratégie d’accord
[Les Républicains] au second tour ? liste (PS), Pierre Jouvet. Il y a beau­ rir au moins 15 ». « On a vraiment tuellement 48 conseillers dépar­ les ». Son principal enjeu est de
coup plus de fluidité avec les parte­ fait de la reconquête territoriale un tementaux. « Nous n’avons pas conserver le Val­de­Marne, pré­
naires de gauche que pour les élément déterminant de la recons­ de prétention à présider un dépar­ sidé par Christian Favier. Reste la majorité présidentielle,
régionales. » Il envisage une possi­ truction du PS », appuie M. Jouvet. tement mais nous comptons mul­ Toutefois, alors que le PCF a toujours en butte avec sa faible im­
Le RN sera bilité d’accord dans « au moins L’objectif est néanmoins ambi­ tiplier par trois ou par quatre le joué autant qu’il le pouvait la plantation électorale avant les
probablement soixante départements » avec le tieux et, dans le détail, les possibi­ nombre de nos conseillers », es­ carte de l’union, contraint et élections présidentielle et législati­
Parti communiste français (PCF), lités de gain paraissent plus limi­ time la dirigeante écologiste, qui forcé compte tenu de son affai­ ves de 2017 et à sa difficulté à déter­
la formation Europe Ecologie­Les Verts (EELV), tées. Le PS cible particulièrement se félicite que les discussions sur blissement s’il ne voulait pas su­ miner une ligne claire d’alliances
politique Génération.s, le Parti radical de le Nord et les Bouches­du­Rhône, les départementales aient pu faire bir une nouvelle régression élec­ électorales. LRM entend se présen­
gauche (PRG), voire avec La France la Seine­Maritime – où l’absence évoluer le regard de ses partenai­ torale, l’accord a du mal à se réali­ ter aux départementales dans une
qui présentera insoumise (LFI) dans « une ving­ d’accord avec le PCF aux régiona­ res de la gauche. « La légende selon ser dans ce département. « Ce configuration de « majorité prési­
le plus de taine de départements ». « Le mode les risque toutefois de compro­ laquelle les écolos se préoccupe­ n’est pas acquis. Il y a des forma­ dentielle » (LRM, MoDem, Agir) en
de scrutin favorise les alliances et le mettre l’alliance au niveau dépar­ raient uniquement des questions tions qui font de la surenchère », y agrégeant des représentants de
candidats sous sa système de la “quadrette” [deux ti­ temental –, ainsi que le Vaucluse, environnementales est en train de lâche le responsable commu­ la « société civile ». Selon Marie
propre étiquette tulaires et deux suppléants dans la Drôme et les Côtes­d’Armor. fondre », assure­t­elle. niste. L’union est un combat. Guévenoux, députée de l’Essonne
et coordinatrice des élections, les
binômes de cette majorité prési­
Des élections qui sanctionnent l’éparpillement des candidatures dentielle devraient se présenter de
manière autonome dans « deux
tiers des départements », sans pré­
les 20 et 27 juin, si rien ne vient entra­ une assemblée départementale. Depuis, en avait fait la cruelle expérience national ? Le parti de Marine Le Pen, tendre à être présents dans tous
ver leur tenue, devraient avoir lieu les ce nombre est passé à 10 ; il reste encore en 2015. Alors qu’au premier tour, le total comme lors de la précédente élection, les cantons, et négocier des allian­
élections départementales, en même du chemin à parcourir. de ses scores était quasiment identique à entend « être présent partout ». ces dans les autres. Une équation
temps que les régionales. Si la gauche y a celui de la droite – 36,3 % contre 36,4 % –, En 2015, il était arrivé en tête dans toujours difficile à expliquer. Ma­
effectué une constante progression de Jouer la carte des alliances elle était absente au second tour dans 322 cantons au premier tour et s’était joritairement, cependant, ces stra­
1994 à 2008, elle a essuyé une cuisante Autre donnée majeure du scrutin dépar­ 506 cantons, soit près d’un quart. Aussi, maintenu dans 1 073 au second. Il n’a tégies d’alliance ou de « non­con­
déconvenue en 2015, en perdant 29 dé­ temental, il faut obtenir 12,5 % des ins­ cette fois, s’est­elle efforcée de jouer la cessé, depuis, de progresser au fil des currence » penchent plutôt vers la
partements au profit de la droite et en crits – et non des exprimés – pour se carte des alliances, non sans peine, alors échéances électorales nationales ou lo­ droite et le centre droit.
passant de 59 à 30 présidences. maintenir au second tour. Difficile, dans que dans la plupart des cas elle se pré­ cales. Si le nombre de ses élus dans les Dans ce paysage encore indécis,
Depuis 2015, le mode de scrutin pour cette période de crise sanitaire, d’antici­ sente en ordre dispersé aux élections ré­ conseils départementaux sortants reste il serait erroné de négliger le poids
les élections départementales – aupara­ per quel sera le niveau de participation gionales, mais avec quelques légitimes faible – à peine 70 –, il pourrait bien, non des élections départementales
vant dénommées élections cantonales – à ce scrutin. Peut­être le fait qu’il soit espoirs d’en tirer quelques gains. seulement en multiplier le nombre, dans la perspective des élections
a été profondément chamboulé. Le couplé avec les régionales invitera­t­il Aussi, si la droite entend conserver mais jouer un rôle charnière dans la présidentielle et législatives de
nombre de cantons a été ramené de les électeurs à se déplacer. Néanmoins, la majorité des départements qu’elle a constitution de majorités départemen­ 2022. D’ailleurs, le ministre de
4 035 à 2 054 et, dans chacun d’entre eux, si l’abstention se maintenait au niveau conquis en 2015, il semble difficile, a tales. C’est ainsi que la droite s’était frac­ l’intérieur, Gérald Darmanin, ne
ce n’est plus un seul conseiller qui y est de 2015 (50 %, un électeur sur deux), cela priori, qu’elle égale sa performance de turée après les élections régionales de s’y est pas trompé. Ne lui prête­
élu mais un binôme femme­homme. signifie tout simplement qu’il faut at­ 2015. Elle va de plus être confrontée à un 1998. A un an de l’élection présidentielle, t­on pas l’intention d’être candi­
Cela afin d’assurer la parité dans les teindre 25 % des inscrits pour disputer le problème politique majeur, qui avait les élections départementales constitue­ dat dans un canton de la ville de
conseils départementaux : avant le re­ second tour. A défaut, les deux candidats déjà été un sujet de démêlés internes lors ront à n’en pas douter un crash­test de Tourcoing et de briguer, sait­on ja­
nouvellement de 2015, la proportion de arrivés en tête sont qualifiés. des précédents scrutins et qui risque de la solidité des digues entre la droite et mais, la présidence du conseil dé­
femmes y siégeant s’établissait à peine à L’éparpillement des candidatures, se poser de manière accrue cette année : l’extrême droite.  partemental du Nord ? 
13,8 % et seules cinq femmes présidaient dans ce cas, est rédhibitoire. La gauche quelle attitude face au Rassemblement p. rr patrick roger
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 france | 9

Loi « climat » : les menus avait été rendue obligatoire,


aurait pu être l’une des plus effica­
ces du projet de loi, pour un coût
12 % des lycéens
affichent
cuisiniers ont été formés, c’est là
où ça marche le mieux et où il y a
le moins de gaspillage », relevait

végétariens divisent
et des investissements modestes. la rapporteuse, qui y voyait un ar­
D’autres, au contraire, ont tenté
une préférence gument pour ne pas imposer de
de s’opposer à la mise en œuvre de végétarienne, nouvelles contraintes aux collec­
cette obligation. Le député (LRM) tivités, mais plutôt « poser l’exem­
de la Creuse Jean­Baptiste Mo­
contre 5 % plarité de l’Etat ».
L’Assemblée nationale a voté la pérennisation des reau, qui a défendu un amende­
ment de suppression de l’article,
de la population Célia de Lavergne a ainsi obtenu
l’aval des députés pour son amen­
générale
menus sans viande hebdomadaires, sans toutefois s’est étonné de la volonté de la rap­
porteuse et du gouvernement de
dement prévoyant l’obligation
pour l’Etat, à partir de 2023, de
imposer de nouvelles obligations aux collectivités vouloir inscrire dans le texte une
mesure jugée symbolique alors sont aujourd’hui importées dans
mettre en place une offre végéta­
rienne quotidienne dans ses
que « les collectivités qui sont nos cantines », a rappelé M. De­ administrations, établissements
responsables de la restauration normandie. et entreprises publiques (hors

L’
article 59 du projet de celui­là. Bien souvent à tort temporaire – les produits carnés collective ou les entreprises peu­ Lors de l’examen du texte en collectivités locales), ainsi que
loi Climat et résilience, d’ailleurs », a affirmé, en début de seront réintroduits dans les canti­ vent déjà mettre en place des repas commission spéciale un mois dans les restaurants universitai­
qui faisait l’objet de séance, la ministre de la transi­ nes lyonnaises à partir du 26 avril. végétariens et l’ont déjà fait ». plus tôt, les députés avaient peu res. « Toutes ces structures repré­
quelque 500 amende­ tion écologique, Barbara Pompili, Mais elle a divisé les représen­ Surtout, l’élu s’est ému d’un débattu de l’article 59, attendant sentent 1 milliard de repas distri­
ments, promettait des débats en voulant se prémunir des « po­ tants politiques, jusqu’au sein du texte qu’il perçoit comme « anti­ les résultats d’une évaluation bués par an. C’est une vraie attente
enflammés à l’Assemblée natio­ lémiques infondées ». gouvernement, obligeant Mati­ viande » : « Ce symbole me pose de la loi EGalim, qui leur était sociétale », affirme la rapporteuse.
nale. Adopté à une écrasante majo­ gnon à recadrer ses troupes. problème car il va avec le fait de promise par le ministère de l’agri­ Au­delà de la question des
rité (82 pour, 8 contre), vendredi Matignon recadre ses troupes Cette fois, les représentants du dire que la viande n’est pas bonne culture. Ce « rapport provisoire » menus végétariens, l’enjeu de la
16 avril, il indique, dans sa version Le sujet des repas végétariens gouvernement ont pris soin d’af­ pour la santé et que la consomma­ a été transmis fin mars aux parle­ qualité des viandes et poissons
amendée, que l’expérimentation dans les cantines avait bénéficié ficher leur unité : « Certains ont tion de viande est mauvaise pour mentaires. Bien qu’il n’ait pu chif­ servis s’est également invité dans
prévue sur deux ans d’un menu d’une publicité inattendue quel­ voulu nous opposer, Julien Denor­ l’environnement. » frer intégralement l’impact du l’Hémicycle. En plus des objectifs
végétarien par semaine dans ques semaines plus tôt, lorsque mandie [ministre de l’agriculture] menu végétarien en matière de fixés par la loi EGalim de 50 % de
les cantines scolaires, issue de la la mairie écologiste de Lyon, et moi, sur ce sujet, et pourtant Formation du personnel fréquentation, de coût ou de produits « durables » servis dans
précédente loi Alimentation et contrainte par un nouveau proto­ je vous confirme que nous portons Les rapports du Groupe interna­ gaspillage, le rapport note que ces la restauration collective publi­
agriculture (EGalim), votée en cole sanitaire, avait opté tempo­ le même objectif, a défendu Bar­ tional d’experts sur le climat menus répondent à une attente que, dont 20 % de produits bio,
octobre 2018, sera pérennisée. rairement fin février pour des bara Pompili. Le choix pour toutes (GIEC), qui font l’objet d’un très forte des jeunes : 12 % des lycéens les députés ont voté qu’au moins
Il instaure par ailleurs une menus sans viande (mais avec et tous, d’une part, et le soutien fort niveau de consensus scienti­ affichent une préférence végéta­ 60 % des viandes et poissons
nouvelle expérimentation, sur la œufs et poissons) dans ses établis­ à nos éleveurs, d’autre part. » fique, s’accordent cependant sur rienne (contre 5 % de la popula­ consommés dans les cantines à
base du volontariat cette fois, sements. La mesure se voulait Certains députés, notamment le constat que la viande, en parti­ tion générale), et un nombre partir de 2024 soient issus de
d’options végétariennes quoti­ pragmatique – l’objectif était de de la majorité, ont tenté d’aller culier bovine, est de loin l’aliment croissant se dit « flexitarien ». produits sous signes de qualité.
diennes dans les collectivités simplifier les services et de plus loin, reprenant la proposi­ au plus fort impact climatique. « Ce que nous indique cette En revanche, un amendement
territoriales qui le souhaitent. raccourcir le temps passé à table tion de la convention citoyenne. Entre ces lignes souvent irré­ évaluation, c’est que l’expérimen­ cosigné par 60 députés, qui pré­
Cette disposition, bien en retrait par chaque groupe d’enfants – et « Si l’option végétarienne dans conciliables, la députée et tation des menus végétariens voyait d’exclure de la liste des pro­
par rapport à la mesure issue l’ensemble de la restauration rapporteuse Célia de Lavergne hebdomadaires est plutôt posi­ duits « durables » les volailles
des travaux de la convention collective est prise par 30 % des (LRM, Drôme) et Julien Denor­ tive, mais mitigée sur certains issues d’élevages en bâtiments
citoyenne pour le climat, qui pro­ convives, elle permettrait d’écono­ mandie ont tenté d’opposer « une points », résumait Célia de Laver­ fermés ou les œufs de poules
posait de généraliser ces options
« S’il est bien miser jusqu’à 1,3 million de tonnes position d’équilibre », rappelant gne au Monde, fin mars. En clair : en cage, a été rejeté. « Une aberra­
végétariennes dans l’ensemble un sujet qui de CO2 par an, presque autant que que les collectivités qui mettent un an et demi après son lance­ tion », selon l’association Com­
des cantines proposant un choix, les émissions de tous les transports en place des menus végétariens ment, la mesure « est bien accep­ passion in World Farming France,
a été critiquée par les associations
déchaîne à Paris pendant un an », a soutenu peuvent davantage s’approvi­ tée, mais il y a des conditions à qui avait révélé début mars que
comme manquant d’ambition. les passions, la députée (La République en sionner en viandes locales, grâce cette acceptation », et notam­ des élevages intensifs de volailles
De telles options sont déjà possi­ marche, LRM) des Français établis aux économies réalisées. « Le ment un point­clé : la formation pouvaient accéder au marché
bles dans les faits et adoptées par
c’est celui-là » hors de France Samantha Caze­ principal combat doit être celui de du personnel en cuisine et en des produits « de qualité » de la
des collectivités de toutes tailles. BARBARA POMPILI bonne, faisant référence à une la qualité, aucunement d’imposer salle pour proposer des plats restauration collective. 
« S’il est bien un sujet qui ministre de étude de l’ONG Greenpeace, qui un régime alimentaire à quicon­ équilibrés et qui plaisent aux mariama darame
déchaîne les passions, c’est la transition écologique avait calculé que la mesure, si elle que. C’est 53 % des viandes qui élèves. « Dans un tiers des cas, les et mathilde gérard

Tarifs 01/01/21

Bonnes Adresses
1 parution Professionnels Particuliers
Forfait 5 lignes 65€ HT 65€ TTC
Forfait 10 lignes 110€ HT 110€ TTC
Reproduction interdite marie-cecile.bernard@mpublicite.fr

MAISON CHARLES HEITZMANN ACHÈTE ANTIQUITÉS


Suite à mes prestations
FERS À DORER
télévisées sur le marché
de l’art, je vous propose
VASES GALLÉ,
DAUM, LALIQUE, ...
ACHÈTE FERS À DORER
UN RENDEZ-VOUS Palettes, roulettes, composteurs...
POUR VOS DEMANDES outils de relieur-doreur.
SACS À MAINS
ET FOULARDS D’ESTIMATIONS,
DE MARQUES
gainage.dorure@gmail.com
SCULPTURES EN PIANOS DROITS,
OU PIANOS À QUEUE,
MANTEAUX
DE FOURRURES Spécialisé successions
Tél. : 06 16 24 32 43
BRONZE, MARBRE,
RÉGULE,... SAXOPHONES,VIOLONS, ...

J’ACHETE
Meubles Tableaux Pendules
La Maison
Charles Heitzmann ACHAT AU DESSUS Objets d’art & curiosités LIVRES
RECHERCHE
ÉGALEMENT
MOBILIERS
DE TOUTE ÉPOQUE Argenterie Livres anciens
Toutes autres antiquités DE VOS ESTIMATIONS Violons & Archets anciens ACHÈTE LIVRES ANCIENS
et brocantes de la cave au grenier.
OBJETS ASIATIQUES :
VASES, ASSIETTES, JADES, BOUDDHAS, Vins, du 15e au 20e, bibliothèques d’érudits,
IVOIRES, TABLEAUX, …

ET EXPERTISES Art d’Afrique et d’Asie sciences, voyages, histoire, livres


ARMES ANCIENNES
ET OBJETS MILITAIRES Art décoratif du XXe s illustrés... Archives, gravures,
BIJOUX ANCIENS ET CONTEMPORAINS MONTRES
ROLEX,
« ART D’ASIE » : Art d’Islam et d’Orient dessins, manuscrits...
CARTIER,
PIÈCES
DE MONNAIE
OMEGA, LIP...
Photos anciennes et d’artistes hubert.hoppenot@orange.fr
TOUTES
ARGENTERIES CHINE, JAPON Sérieux et discrétion
Tél. : 06 80 06 54 24
assurés, déplacements
ET MOYEN-ORIENT
Paris et Province.
VINS, ALCOOLS LIVRES ANCIENS

06 07 55 42 30 PATRICK MORCOS
ET CHAMPAGNES
ART DE LA TABLE ANCIENS BRIQUETS ET CONTEMPORAINS HORLOGES PENDULES
RUBRIQUE
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération
EXPERT BONNES AFFAIRES
N’hésitez pas à nous contacter pour tous renseignements. P. MORCOS Affilié à la Compagnie POUR VENDRE,
Déplacements réguliers et gratuits sur toute la France. VOULEZ-VOUS
Nationale des Experts
06 19 89 55 28 EXPERT CNE LE BON PLAN
06.07.55.42.30 OU LE MEILLEUR ?
Offre “Tant qu’à rester chez soi...”
Ecoparticipation 10€ incluse

email : charlesheitzmann@free.fr / www.antiquaire-heitzmann.fr


✶ Porcelaines et Bronzes morcospatrick@orange.fr marie-cecile.bernard@mpublicite.fr

✶ Cristal de Roche
MATELAS TRECA 140x190 PLUIE D’ÉTÉ : 1 150 €
Fabrication française, épaisseur 27 cm, confort dynamique,
✶ Corail et Ivoires Anc. JAMES le couturier de l’homme
Le prêt-à-porter à votre mesure suspension Air Spring® à ressorts ensachés (720 en 160),
✶ Jade blanc et couleurs face hiver / face été thermorégulées, 4 aérateurs et 4 poignées.

✶ Cornes et Laques
Tailles Costumes ©

0123 RUBRIQUE IMMOBILIER


marie-cecile.bernard@mpublicite.fr
✶ Peintures et Tissus anc. du 44 au 70
CARDIN - DIGEL
Vestes
Pantalons
✶ Manuscrits et Estampes Pendant le confinement, commandez par mail ou par téléphone
ZINS - BERAC, etc. Parkas
Paris 12 : paris12@grandlitier.com
DEPLACEMENT
Vêtements de qualité pour homme Paris 15 : cde.grandlitier15@gmail.com
PARIS – PROVINCE Les mardis, mercredis et vendredis de 14 h 30 à 18 heures, : 01 45 77 80 40
les samedis de 10 h 30 à 13 heures et de 14 h 30 à 18 heures.
morcospatrick@orange.fr 53, rue d’Avron - 75020 PARIS - Tél. : 01.43.73.21.03.
Canapés, literie, mobilier : découvrez nos collections sur www.topper.fr

47, avenue Bosquet - 75007 Paris


Vente en Viager - Occupé ou libre - Avec ou sans rente 01 45 55 86 18
Estimation Gratuite 96, avenue Mozart - 75016 Paris
legasse@viager.fr • www.viager.fr 01 40 71 14 20
0123
10 | france DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

VIOLENCES  SEXUELLES

A l’hôpital psychiatrique 
de Ville­Evrard, 
les violeurs en thérapie
A Neuilly­sur­Marne, en Seine­Saint­
Denis, une équipe médicale tente
de soigner des auteurs de violences
sexuelles sous obligation thérapeutique,
afin d’éviter la récidive. « Le Monde »
a passé plusieurs jours dans ce centre

P
our l’atteindre, il faut d’abord pas cette double peine de la prison et du psy,
longer les pavillons clairsemés ils sont là seulement pour l’attestation de
et décrépis si emblématiques de suivi qu’il faut verser au service pénitentiaire
ces asiles du siècle précédent, d’insertion et de probation de Seine­Saint­
ces mêmes murs entre lesquels Denis. Parfois, des lueurs s’allument, et des
la sculptrice Camille Claudel ou phrases comme « je ne voudrais pas que ça re­
l’écrivain Antonin Artaud ont été internés. A commence » ou « il faut que je me soigne pour Au centre
Ville­Evrard, l’un des plus grands hôpitaux qu’il n’y ait plus de victimes » résonnent dans consacré à
psychiatriques de France, qui s’étend en li­ son petit bureau. la prise en charge
sière de Neuilly­sur­Marne (Seine­Saint­De­ Ce jeudi de février, Sandrine Thong­Coong des auteurs
nis), elle se découvre au détour d’une travée : évoque le cas de Gérard (les prénoms des de violences
la chapelle de l’établissement, devenue le auteurs ont été changés), la cinquantaine, sexuelles,
bâtiment de l’unité de psychiatrie et de psy­ condamné pour « agressions sexuelles sur à Ville­Evrard
chologie légales, qui accueille une grosse cen­ mineur ». Elle déroule ses addictions, ses trai­ (Seine­Saint­
taine d’auteurs de violences de la région tements et ses peurs. Elle le qualifie d’« inquié­ Denis),
condamnés à des soins. tant ». « Je vais bientôt passer à l’acte, j’ai besoin le 8 avril. CAMILLE
Depuis 2016, cette ancienne église de pier­ d’aide », a alerté Gérard au cours de son pre­ GHARBI POUR « LE MONDE »
res grises est le terminus de la chaîne pénale mier entretien. « C’est vrai qu’il clignote de
du traitement de la violence intime. Après le toutes les couleurs lui, ça pue au niveau des
jugement au tribunal et, dans un cas sur risques », examine Nicolas Estano, l’un des Gérard sort un tas de documents pliés de sa gâcher ma vie et celles des familles. » Gérard
deux, une peine de prison, l’obligation de psychologues, spécialisé justement dans sacoche qu’il n’a pas quittée. Dedans, une pense que le Salvacyl ne fonctionne plus. Il
soins thérapeutiques est la dernière étape l’étude de données permettant la prédictibi­ ordonnance de Salvacyl, une molécule qui n’y a pas longtemps, il s’est surpris à suivre un
pour ces personnes reconnues coupables de lité de la récidive. « Je vais faire son évalua­ permet une baisse majeure de la testosté­ enfant dans la rue.
viols, d’agressions sexuelles ou de violences tion », conclut Daniel Pinède, qui s’empare rone. Dans son sillage, la sexualité et la « fan­ Le stylo de Daniel Pinède court sur les
conjugales. parfois des cas les plus retors. « ÇA MONTE,  tasmatique pédophile » peuvent disparaître. feuilles blanches. « Et vos parents ? » L’héré­
« Ça ne s’invente pas, ils ont mis les auteurs Rendez­vous est pris dix jours plus tard avec ÇA MONTE, J’AI  Il est sous castration chimique depuis dix ans. dité de Gérard est fracassée par l’alcool : sa
de violences dans la chapelle », dit en souriant Gérard. Lunettes, veste noire, chaussures aux « Dans ma tête, c’était castration totale et com­ mère en meurt quand il est enfant. Il est en­
le docteur Daniel Pinède, 40 ans, sans blouse lacets jaunes, sac en bandoulière, Gérard a PEUR DE REFAIRE  plète, je ne voulais plus avoir de sexe », dit­il. suite placé en foyer, rentre parfois chez son
blanche et en baskets, présentant le service cette apparence sans particularité des anony­ oncle, qui le viole régulièrement jusqu’à ses
qu’il dirige depuis un an. Comme tous les mes que l’on croise sans jamais les remar­ DES VICTIMES,  « ÇA M’A FAIT DU BIEN DE PARLER » 16 ans. « Ça laisse des traces. Je suis en colère, ça
jeudis, le psychiatre passe en revue les nou­ quer. Daniel Pinède s’assoit en face de lui et L’homme a sollicité une consultation car il m’a tout gâché. » A 12 ans, des images sexuali­
veaux patients avec son équipe – une infir­ étale sur la table autant de feuilles blanches
DE GÂCHER MA VIE  est très angoissé : ses fantasmes reviennent. sées d’enfants apparaissent et colonisent son
mière, trois psychologues, deux étudiantes et que de critères qu’il analyse avec son patient. ET CELLES  « Dès que je suis dans un bus et qu’il y a un en­ cerveau. A 13 ans, il commence à boire, et
une secrétaire médicale – afin d’échanger sur « Je suis malade alcoolique depuis vingt ans, fant qui monte je suis obligé de descendre. Je ne passe à l’acte, en agressant sexuellement ses
leurs évaluations, leur dangerosité, et les commence Gérard timidement. Mais je n’ai DES FAMILLES » peux plus regarder la télévision, il y a trop de compagnons de foyer. Puis, à 20 ans, il s’en
techniques de soin à mettre en place. pas bu une goutte depuis le 24 décembre. » GÉRARD
films avec des enfants qui passent », décrit­il. prend à ses neveux. « Ça a commencé en 1986,
« Lui, il a enlevé une petite fille qu’il a tou­ « C’est bien, vous essayez de tenir », le félicite le patient au centre Gérard essaye de mettre en place des straté­ ça a eu lieu plusieurs fois avec chacun, et ça
chée », amorce le médecin en évoquant ce re­ médecin. « Hier, j’ai eu très envie de consom­ de Ville-Evrard gies d’évitement pour ne pas passer à l’acte. s’est terminé en 2000, quand Enzo a fait une
traité de la SNCF. « Il va s’agir de mettre en lien mer, parce que j’étais stressé de venir ici. J’avais Parfois il boit trop et se rend aux urgences de connerie, il a volé un truc, il s’est retrouvé
son passé de victime, car il a été violé deux fois peur d’aller loin dans mon enfance et dans ce l’hôpital Delafontaine à Saint­Denis pour se devant les gendarmes, et il a tout lâché. Tant
dans son enfance, et son parcours d’agresseur. que j’ai fait. » Le docteur passe de la prise de faire admettre pour alcoolisme. « Ça monte, mieux », se remémore Gérard. Tribunal,
Il commence seulement à intégrer l’idée qu’il toxiques aux traitements médicamenteux. ça monte, j’ai peur de refaire des victimes, de deux ans de condamnation, mais une seule
est victime, mais qu’il a surtout fait des victi­
mes », prévient­il.

« ÇA PUE AU NIVEAU DES RISQUES »


« Je sais que je ne suis pas un monstre, les monstres ça n’existe pas »
Tee­shirt à l’effigie d’un groupe de rock et
sweat à capuche, Sandrine Thong­Coong, il y a ceux qui viennent à l’hôpital psychiatri­ vidéos pédopornographiques. Sa culpabilité et son Brieuc cite l’ancien premier ministre Manuel
l’infirmière du centre, enchaîne avec ses que de Ville­Evrard, à Neuilly­sur­Marne (Seine­ anxiété d’avoir encore regardé des mineurs subir Valls face aux terroristes : « comprendre c’est excu­
comptes rendus d’accueil. Avec trente ans de Saint­Denis) contraints par la justice, et quelques­ de la torture sexuelle l’ont amené à consulter ser », assumant à l’inverse la nécessité de la compré­
psychiatrie à Ville­Evrard au compteur, elle uns, de plus en plus même, qui y arrivent de leur l’unité, en dehors de tout suivi judiciaire. hension qui n’exonère pas de la responsabilité de
est convaincue que pour qu’il y ait « moins de plein gré, à la recherche du soin spécialisé proposé à ses pratiques. « Il peut exister des numéros de sou­
victimes, il faut moins d’auteurs ». C’est la pre­ la chapelle de l’hôpital. Elle est devenue le bâtiment Ligne d’écoute tien pour les femmes battues, pourquoi est­ce que ça
mière personne que les condamnés au soin de l’unité de psychiatrie et de psychologie légales, Ses parents, sa copine, quelques­uns de ses amis ne marcherait pas pour la souffrance psychique des
rencontrent, la première à tenter d’établir qui accueille une bonne centaine d’auteurs de vio­ connaissent sa pathologie. Il suit depuis des années personnes qui peuvent faire du mal ? », se question­
« cette alliance thérapeutique sans laquelle lences de la région condamnés à des soins. Si tant toutes sortes de thérapies, bien conscient qu’il est ne­t­il en citant le numéro unique du dispositif
aucun progrès n’est possible ». « Je leur an­ est qu’il existe des clichés sur les consommateurs « pédophile ». « Je suis quelqu’un qui fantasme sur « STOP » (0806­23­10­63) que peuvent contacter les
nonce qu’on est des soignants, qu’ils ont déjà d’images pédopornographiques dans l’inconscient des enfants », pose­t­il. Très vite, la question de la auteurs potentiels.
été jugés, qu’on n’est pas là pour leur faire la collectif, Brieuc, trentenaire francilien, se situe à monstruosité, et sa négociation mentale avec cette Gérée par la fédération des centres de ressources
morale mais pour les accompagner. Qu’on ne leur exact opposé. Ce jour de consultation avec la idée, émergent. « Je sais que je ne suis pas un mons­ pour les intervenants auprès des auteurs de vio­
lèvera le secret médical que s’ils nous disent psychologue Gaëlle Saint­Jalmes de l’unité de psy­ tre, les monstres ça n’existe pas, il ne faut pas essen­ lences sexuelles, à laquelle l’unité de Ville­Evrard
qu’ils vont agresser quelqu’un », dit­elle. chiatrie et de psychologie légales, il porte un pull et tialiser les gens pour ce qu’ils font. Ce que vivent ces est rattachée, cette ligne d’écoute et d’orientation à
Sandrine Thong­Coong étudie l’intégralité des lunettes à la mode. Inséré socialement, il est en enfants sur les vidéos, oui ça c’est monstrueux », se destination des personnes pédophiles vient d’être
des vécus judiciaires et médicaux des couple. Il démarre : « Je sursaute à chaque fois que le justifie­t­il. Il s’accroche en pensant qu’il est loin du nationalisée. « 50 % des appelants de dispositifs
auteurs, leur demande de raconter les faits, facteur sonne à la maison, pensant que c’est la police, passage à l’acte, que la réalité de ce qu’il pourrait existants en Europe recherchent une aide faisant
mesure leur rapport aux femmes, les tutoie­ mais je n’ai jamais été interpellé. » faire est à mille lieues de la réalité de ce qui est fait suite à une crainte de passage à l’acte », explique de
ments trop rapides et la minoration de leurs A presque 30 ans, Brieuc consomme ces vidéos sur ces vidéos, que ce ne sont que des images. dossier de presse de STOP. La France, à la différence
agissements – « j’avais bu » ou « elle l’a bien illégales depuis l’adolescence. La dernière fois, Même s’il verbalise un malaise au contact des du Canada, de l’Angleterre ou de l’Allemagne, com­
cherché ». A la fin, elle les interroge sur leurs c’était à Noël, chez sa grand­mère au bord de la mer. enfants : « C’est sûr que donner un bain à un petit me mence seulement à mettre en place un réel sys­
attentes. « Je ne suis pas malade ni fou, je n’ai Après le dîner, il est sorti de table, a voulu envoyer fait peur. Mais l’autre jour j’ai fait un câlin à ma pe­ tème de prévention à destination des auteurs de
rien à faire dans un hôpital psychiatrique », en­ un film de fiction à sa compagne, puis à force d’écu­ tite voisine, et ce qui m’est venu en tête, c’est surtout violences sexuelles. 
tend­elle souvent. Certains ne comprennent mer Internet, il a « glissé » : il a consommé des “purée, elle est tellement petite”. » l. de f.
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 france | 11

LE CONTEXTE

PROFIL DES PATIENTS 
DE VILLE­ÉVRARD 16 ans pour entrer dans un magasin comme
Etat civil manutentionnaire.
240 hommes et 1 femme. « Il rejoint ensuite les “Loups gris”, un mouve­
Age moyen : 33 ans. ment nationaliste turc. Il n’aime pas les Kurdes,
67 % sont célibataires les homosexuels et les Arméniens, trouve
ou divorcés, 31 % en couple. qu’Erdogan est quand même un peu mou
parce que les homosexuels ont pu faire la Gay
Pathologies psychiatriques Pride. Il aime le cadre du mouvement radical,
Les deux tiers des auteurs de mais s’en est éloigné après avoir failli se faire
violences sexuelles suivis par couper la main dans une rixe. » Voilà pour la
l’unité de psychiatrie et de vision du monde de Mehmet. Le soignant en­
psychologie légales n’ont pas de chaîne sur ses comportements amoureux,
maladie psychiatrique. 5 % pré- raconte que son patient tombe « amoureux »
sentent une forme de perver- de toutes les filles qu’il rencontre, cumule les
sion. 13 % des symptômes de infidélités et souffre d’une addiction au sexe :
type dépressif. il dépenserait 5 000 euros par an pour avoir
des rapports avec des prostituées et louer des
Antécédents médicaux chambres d’hôtel.
4,5 % ont été hospitalisés pour
La chapelle de l’hôpital de Ville­Evrard, devenue le bâtiment du Centre ressources pour les intervenants auprès des tentatives de suicide. DEUX ÉCHELLES PRINCIPALES
des auteurs de violences sexuelles, à Neuilly­sur­Marne (Seine­Saint­Denis), le 8 avril. CAMILLE GHARBI POUR « LE MONDE » 30 % présentent des conduites « Sur les faits… alors on est en récidive. »
addictives. En 2012, Mehmet viole une jeune femme au
fond d’une rame de métro, mais n’a pas cons­
Données criminologiques cience de l’avoir violée, car selon lui elle
19 % ont des antécédents judi- n’aurait dit « non » qu’à la fin. Il s’en serait
ciaires pour des infractions vanté auprès de ses collègues et n’aurait pas
à caractère sexuel. 20 % pour compris la plainte du lendemain, qui lui a
des faits d’autre nature. valu un passage en détention. Libéré, il re­
prend son travail à la direction de la boutique
Circonstances des infractions et enferme une stagiaire dans son bureau. « Il
64 % des faits se sont déroulées l’a assise sur ses genoux et l’a forcée à le mas­
dans un lieu privé (domicile, turber », lit Nicolas Estano. « Il a clairement
bureau) contre 23 % dans une mauvaise compréhension du consente­
un lieu public ouvert (rue), ment », décrypte­t­il. Le psychologue se pas­
10 % dans un lieu public clos sionne pour les statistiques. Lorsqu’il fait ses
(métro, cave). 6 % des viols et évaluations, il aime à calculer les probabilités
agressions sexuelles sont com- de récidive de ses patients. Pour Mehmet, elle
mis à l’aide d’une arme. est élevée : « Il y a 15 % de chance sur un an qu’il
soit à nouveau incarcéré pour des faits de cette
Traitement judiciaire nature, s’il ne change pas de mode de vie ».
La moitié des patients de l’unité Car la violence sexuelle est un champ de re­
ont été incarcérés : 42 % pour cherche scientifique important. Il existe
des faits de viol, 40 % pour deux échelles principales qui permettent de
agressions sexuelles. mesurer la dangerosité d’un auteur. Il y a
d’abord l’échelle statique 99­R, élaborée par
Données issues d’une étude Karl Hanson, un chercheur canadien. « C’est
des soignants de l’unité de psy- de la data pure, actuarielle, comme pour les
chiatrie et de psychologie légales assurances », détaille Nicolas Estano. On y ap­
de Ville-Evrard réalisée après prend que, plus on est jeune, plus on a de ris­
six ans d’expérience au centre ques de récidiver ; que d’avoir cohabité en
Lors des séances de groupe au pôle de consultations, des outils sont utilisés comme support d’expression. Ici, de soins pour auteurs de violen- couple au moins deux ans fait baisser le ris­
le jeu « Qu’en dit­on ? », pour réfléchir sur l’acceptabilité de toutes sortes de situations. CAMILLE GHARBI POUR « LE MONDE » ces sexuelles. que. A l’inverse, lorsque l’auteur n’a aucun
lien avec sa victime et qu’au moins l’une
d’entre elles est de sexe masculin, la probabi­
année d’incarcération. Depuis sa libération n’y a jamais qu’une seule raison, mais il pourraient violer une femme s’ils étaient cer­ lité d’un nouveau passage à l’acte augmente.
en 2001, il fait des tentatives de suicide tous existe une définition, issue de la conférence tains qu’elle ne porterait pas plainte », relit­il. « Mais, en moyenne, les auteurs de violence
les ans. « Il va falloir construire un vrai grillage de consensus de 2001 établie par la Fédéra­ « C’est une des règles de base de la criminolo­ sexuelle récidivent peu, entre 5 % et 15 %, contre
autour de vous », préconise le psychiatre tion française de psychiatrie et intitulée gie, si on n’est pas attrapé, on continue à pas­ au moins 50 % pour les braqueurs et les trafi­
d’une voix douce. « On va s’arrêter là, ça fait « Psychopathologie et traitement des auteurs ser à l’acte, c’est un rapport coût­avantage, et quants de drogue », note le psychologue.
un petit moment que je vous torture. Mais d’infractions à caractère sexuel ». Elle con­ TROIS ÉTUDES  c’est en ça que la faiblesse de la judiciarisation Pour établir le score de Mehmet, Nicolas
vous êtes rassuré par cet entretien ? Vous cerne toutes les catégories d’auteurs, souvent INTERNATIONALES de la violence sexuelle est problématique », Estano a combiné une autre échelle, appelée
n’allez pas partir en courant pour picoler ? », classés en fonction de leurs faits. Il y a ceux diagnostique­t­il. Stable­2007, qui mesure des critères plus
conclut­il. « Non, non ça m’a fait du bien de condamnés pour inceste, « on n’a pas Fourni­ D’ÉPIDÉMIOLOGIE  Un autre jeudi, en mars cette fois­ci, Emilie évolutifs, comme le soutien de la famille,
parler », termine Gérard. La chapelle comme ret chez nous, plutôt des hommes qui ont une Bouvry, la troisième psychologue de l’équipe, l’identification émotive aux enfants, l’hosti­
sanctuaire. vie sexuelle adulte mais se rabattent sur les en­ MÉDICALE  attaque la réunion hebdomadaire de l’unité lité envers les femmes, le rejet social, les ges­
fants par opportunisme et qui mettent en avec le dossier de Lucien, condamné à tes impulsifs, la capacité à rebondir face aux
« IL FAUT DÉCONSTRUIRE LES MONSTRES » place une grosse emprise pour y arriver : c’est le
ESTIMENT  cinq ans d’emprisonnement et trois ans difficultés, la place de la vie sexuelle et la
Trois études internationales et reconnues type régressé », développe Nicolas Estano. QUE LE TROUBLE  d’obligation de soins pour « agression coopération avec les soignants. « On adapte
d’épidémiologie médicale (Briere et Runtz, Il y a ensuite ceux qui sont bloqués dans sexuelle sur mineur de moins de 15 ans en ainsi notre prise en charge à ces résultats »,
1989 ; Smiljanich et Briere, 1996 ; Becker­ l’enfance, atteints d’un trouble pédophilique PÉDOPHILIQUE  extra­familial ». « Il s’est fait attraper par des précise M. Estano.
Blease, Friend et Freyd, 2006) estiment que le comme Gérard : c’est le type « fixé ». Et les policiers municipaux qui ont vu un drap noir Comment alors soigner ces auteurs de vio­
trouble pédophilique – c’est­à­dire le fait auteurs de viols sur femmes adultes, « dont TOUCHE 5 %  accroché à la vitre d’une voiture sur un par­ lences sexuelles sur femmes adultes, comme
d’avoir une fantasmatique sexuelle sur des seulement 30 % d’entre eux sont des psycho­ À 20 % DE LA  king. » Lucien agressait sexuellement une Mehmet ? Il s’agit d’abord de comprendre un
mineurs prépubères qui dure plus de pathes au sens psychiatrique du terme », pour­ enfant, « transpirante et tremblante, recroque­ point important du fonctionnement du viol,
six mois, à ne pas confondre avec la pédocri­ suit le psychologue expert. « Ainsi, l’essentiel POPULATION villée à l’arrière », résume­t­elle. qui bat en brèche les clichés sociétaux sur ce
minalité qui appartient au langage pénal et des personnes qui violent des femmes adultes Emilie Bouvry a passé plusieurs heures crime. Une définition là encore scientifique
décrit la commission de faits sexuels sur des ne sont atteintes d’aucune pathologie. » avec Lucien et balayé toute son histoire per­ sur laquelle Nicolas Estano insiste : « La colère
enfants – touche de 5 % à 20 % de la popula­ Ces trois catégories recouvrent la majeure sonnelle. Elle s’alarme du fait qu’il reste ou la recherche de pouvoir est la composante
tion (5 % correspondant à une attirance sta­ partie de la file active des auteurs de violen­ convaincu qu’il avait une relation sentimen­ principale. Le viol, plutôt qu’être principale­
ble, 20 % à un fantasme sexuel transitoire). ces sexuelles de Ville­Evrard. La plupart de tale avec sa voisine de 12 ans avec laquelle il a ment l’expression d’un désir sexuel, est en fait
Par comparaison, une autre maladie psychia­ ces patients commettent leurs actes selon la été découvert. Lucien a 45 ans. « Ça va être l’utilisation de la sexualité afin d’exprimer ces
trique comme la schizophrénie concernerait, même explication, posée par le consensus costaud, annonce la psychologue. Il ne recon­ questions de la puissance ou de la colère. Il est
selon les statistiques, autour de 1 % des gens. de 2001 : « Le passage à l’acte sexuel est une naît rien, il n’a fait aucune introspection mal­ ainsi un acte pseudo­sexuel, un ensemble de
« La prévalence est énorme, la violence sexuelle tentative de solution défensive par rapport à gré la prison, il ne se remet pas en question. » comportements sexuels ayant plus à voir avec
casse du mineur à la pelle. C’est le fait criminel des angoisses majeures liées à des carences « Oui, il faut l’attaquer en thérapie indivi­ le statut, l’hostilité, le contrôle, la domination
le plus minoré, le plus grave et le plus coûteux fondamentales, pour prévenir le risque d’un duelle, à deux, pour essayer de le faire menta­ qu’avec la sensualité ou la satisfaction
pour la société », observe Daniel Pinède. effondrement dépressif. » Autrement dit, liser un peu ce qu’il a fait », poursuit Daniel sexuelle. » Cet axiome date de 1979 et a été
Lui­même l’admet : ses proches oscillent selon Gaëlle Saint­Jalmes, ancienne journa­ Pinède. « Il va falloir abattre plein de défenses posé par des chercheurs américains : la préda­
entre fascination et répulsion pour son tra­ liste scientifique reconvertie en psycholo­ pour le faire accéder à l’autre et à son exis­ tion sexuelle n’est pas tant liée au plaisir, ou
vail. Comme si la matière contaminait gue du centre, passionnée depuis toujours tence, il est très égocentré et ne supporte pas même à des attitudes équivoques de la vic­
directement ces soignants. « C’est sûr que nos par la question ontologique de la violence, le la frustration », rebondit Emilie. time, mais surtout au pouvoir.
patients ont une image de monstre, mais il viol est une « soupape psychique ». A la ques­ Pour son patient turc, le psychologue s’ap­
faut déconstruire les monstres. De 5 % à 20 %, tion de pourquoi les hommes plus que les ADDICTION AU SEXE prête à faire son métier, à savoir « entrer en re­
c’est tout le monde. Et la réalité fait moins peur femmes, et de la place de la domination mas­ Ensuite, Nicolas Estano présente son évalua­ lation ». « Et ça n’est pas simple de trouver l’ac­
quand on la regarde que quand on l’imagine », culine dans le passage à l’acte, « les hommes tion. Le psychologue aux yeux bleus a grandi croche thérapeutique avec des gens qui ne sont
souligne le psychiatre. L’installation même sont sociétalement plus autorisés à se préser­ dans une cité du Havre (Seine­Maritime) – il a pas là de leur plein gré. On n’est pas des béni­
du centre pour auteurs à l’hôpital de Ville­ ver grâce à la violence », souligne­t­elle. déjà croisé en prison des connaissances de oui­oui, on est là pour les aider à mieux se com­
Evrard ne s’est pas faite sans heurts : le loup Nicolas Estano est le seul soignant en cos­ son enfance. Aujourd’hui, il aborde le cas de prendre. » Ainsi, avec sa deuxième condam­
entrait dans la bergerie, selon leurs homolo­ tume du centre : il réalise aussi des experti­ Mehmet, 38 ans, turc d’origine qui dirige un nation, Mehmet a compris qu’il avait « un
gues de psychiatrie infantile. « Pourquoi tu es ses judiciaires pour les tribunaux. Il évalue commerce. Son profil hérite lui aussi de l’ad­ problème d’écoute avec les femmes ». Un dé­
partie là­bas ? Ces gens­là ne devraient pas être toute sorte de criminels, terroristes, bra­ jectif « inquiétant ». « Alors, lui, il est issu d’un but de questionnement du patient comme
soignés, ils coûtent cher à la “Sécu” », ont queurs, meurtriers, mais là encore la vio­ mariage qui semble forcé en Turquie, puis ses une première prise pour le soignant. « Enten­
répété ses collègues des services généraux à lence sexuelle l’interroge. Sur le poids de parents sont venus en France. Il passe son en­ dre la parole des auteurs, ce n’est pas les faire
Sandrine Thong­Coong, l’infirmière, quand l’inégalité de genre dans le viol, il commence fance dans un quartier populaire, dans un con­ gagner sur les victimes. Il ne faut pas les oppo­
elle a été transférée dans la chapelle. par citer la thèse réalisée par l’un de ses texte très précaire, car son père boit, joue, court ser, il faut attaquer la médaille par ses deux
Pourquoi Gérard a­t­il agressé autant de confrères en 2016, Massil Benbouriche, aux les jupons et humilie sa mère », attaque Nico­ côtés », assume Daniel Pinède. 
garçons ? Pourquoi les hommes violent­ils ? Il résultats vertigineux : « Un tiers des hommes las Estano. L’homme a arrêté sa scolarité à lorraine de foucher
0123
12 | france DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

Les grands­parents à la rescousse Enlèvement de Mia dans


les Vosges : les ravisseurs
pour garder les enfants désignent la mère
Certains ont dû récupérer leurs petits­enfants à cause des vacances avancées Quatre hommes de la mouvance survivaliste
ont été placés en garde à vue à la suite du rapt

J
e reviens te chercher, je savais neca, ainsi que son mari de 73 ans. de pression scolaire », fait valoir
« Le reste
que tu m’attendais. » Avec Gil­
bert Bécaud en fond sonore,
la campagne télévisée du
gouvernement en faveur de
la vaccination contre le Covid­19
de l’année,
j’ai 25 élèves
de 4 ans dans
« On se sent plus rassurés. »
Il faudra continuer à « faire at­
tention », comme le rappelle An­
ne­Lise, partie de Dijon jusqu’à
Capbreton, dans les Landes, pour
Morgan Kitzmann. « J’ai l’habitude
de faire les devoirs avec eux le mer­
credi après­midi, mais là, c’est très
différent », rapporte Claire, qui
s’est occupée de ses deux petits­
Q uelques jours après le
rapt, mardi 13 avril, de
Mia Montemaggi, 8 ans,
dans un village des Vos­
ges, les circonstances de son enlè­
La mère
partageait
sur Facebook
met en scène une grand­mère,
ma classe. s’occuper de sa petite­fille de enfants, en CE1 et CM1, pendant les vement s’éclaircissent. Mais pour des articles
seringue dans le bras, ravie à l’idée 3 ans. « Cela faisait un an que je quelques jours d’enseignement à l’heure, la fillette et sa mère res­
de revoir enfin ses petits­enfants. Mes vacances, n’avais pas tenu ma petite­fille distance qui ont précédé les vacan­ tent introuvables. « Il n’est pas à
complotistes
Pour beaucoup de grands­parents,
j’en ai besoin » dans mes bras », raconte­t­elle, ces. Cette grand­mère de 64 ans, exclure qu’elles aient pu quitter dénonçant
ces retrouvailles ont eu lieu plus très émue. « Je fais attention à ne qui a reçu sa première dose de vac­ le territoire national », a déclaré
tôt que prévu. Les écoles ont fermé HÉLÈNE pas tenir mon visage trop près du cin AstraZeneca, a vu revenir les le procureur de la République
« le nouvel ordre
le 6 avril pour trois semaines, grand-mère et enseignante sien, je l’embrasse dans les cheveux mêmes problèmes que l’année d’Epinal, Nicolas Heitz, lors d’une mondial
avec, pour nombre de parents, la et pas sur les joues. » dernière, où elle avait déjà joué le conférence de presse, vendredi
même question : qui va garder les Dans certaines familles, « dé­ rôle de l’enseignante. « Les maî­ 16 avril, sa deuxième prise de pa­
sataniste »
enfants ? Réponse toute trouvée : « que » ses deux petites­filles de panner » les parents en télétravail tresses ont envoyé le programme role médiatique après une pre­
papi et mamie. 4 ans et 5 ans pendant ces vacances a beau être un plaisir, s’occuper minuté de la journée, rapporte­t­ mière organisée mercredi en mi­
On est bien loin des directives avancées qu’elle passe dans la des enfants reste un job à plein elle. A 17 heures, on n’avait toujours lieu de journée. gen sur un parking aux côtés
du premier confinement, il y a un Marne. « Elles s’entendent à mer­ temps. « Honnêtement, je ne suis pas fini. J’ai voulu faire l’école buis­ Dans le cadre de cette affaire, d’une Citroën C15, mardi, quel­
an. La vaccination, désormais élar­ veille, et ça me fait plaisir de les gar­ pas sûre de tenir les trois semai­ sonnière le lendemain, mais ça n’a qui a entraîné la mise en place du ques heures après le rapt. L’un
gie aux plus de 55 ans, a en partie der », tient­elle à préciser. Pour­ nes », s’inquiète Hélène, ensei­ pas été possible, on a reçu un pro­ dispositif « Alerte enlèvement », d’entre eux a pu fournir la plaque
rebattu les cartes – de même que tant, elle n’a reçu qu’une seule gnante en école maternelle de gramme tout aussi drastique. » mardi, rapidement levé par le par­ d’immatriculation de la Citroën.
les directives gouvernementales dose du vaccin AstraZeneca, qui l’a 58 ans, qui vit dans le nord de Pa­ Pour les grands­parents, les rôles quet d’Epinal, trois hommes ont Des informations cruciales puis­
pour ces vacances, qui ont auto­ d’ailleurs « rendue bien malade ». ris. « Il y a encore des grands­pa­ d’enseignant et de baby­sitter se été interpellés mercredi soir et que la Direction générale de la sé­
risé les Français à déposer leurs « J’ai des amis qui se sont enfermés rents qui travaillent ! On ferme les cumulent aussi avec leurs charges jeudi matin, en région parisienne. curité intérieure (DGSI) a pu faire
enfants chez les grands­parents. à double tour et ne voient personne, crèches comme si tout le monde de parents – plusieurs des person­ Un quatrième l’a été en Meurthe­ le rapprochement entre cette pla­
Une façon d’encourager cette mais moi, je ne peux pas », raconte allait miraculeusement trouver nes interrogées ont d’autres en­ et­Moselle, jeudi après­midi. Les que d’immatriculation et un véhi­
solution, qui permet aux actifs de Sylvie, qui ira « un peu à reculons » une solution. » Sa fille et son gen­ fants plus jeunes, parfois encore trois premiers sont considérés par cule déjà repéré dans le cadre
continuer à travailler. recevoir sa deuxième dose. dre, tous deux commerciaux, étudiants, voire lycéens. « J’ai laissé la justice comme les ravisseurs de d’une de ses enquêtes.
En France, en temps normal, Pour d’autres grands­parents, ne peuvent pas télétravailler, et mon mari et mon fils de 18 ans à Di­ Mia. Placés en garde à vue, ils ont Dès mercredi soir, deux suspects
le recours à cette solution de garde c’est toute une entreprise, et un lui déposent leur petit garçon de jon pour venir à Capbreton, rap­ expliqué, selon M. Heitz, que Lola ont été interpellés à leurs domici­
de loisirs – pendant les vacances et sacré budget en essence ou en 19 mois tous les matins. « Le reste porte ainsi Anne­Lise. Mon fils Montemaggi, la mère de l’enfant, les respectifs. Le premier, un
les week­ends – est largement ré­ billets de train, quand il s’agit de se de l’année, j’ai 25 élèves de 4 ans passe le bac et le Covid pèse énor­ les a sollicités sur Internet « pour homme âgé de 58 ans, vit dans le
pandu : 64 % des enfants de moins déplacer ou de faire venir les en­ dans ma classe, s’agace­t­elle. Mes mément sur sa santé. » Cette jeune récupérer Mia, dont elle s’estimait nord de Paris. Chez lui a été re­
de 6 ans sont gardés, au moins fants pour les garder. « Ce mode de vacances, j’en ai besoin. » grand­mère s’inquiète aussi pour injustement séparée ». trouvé le script d’un discours à te­
occasionnellement, par leurs garde, où l’on envoie les enfants sa propre mère, malade d’Alzhei­ Depuis le 11 janvier et la décision nir pour se faire passer pour un
grands­parents, selon des chiffres loin, suppose une certaine disponi­ Une « norme grand-parentale » mer dans un Ehpad près de chez d’un juge des enfants, la mère ne éducateur. Se présentant comme
diffusés en juin 2018 par la direc­ bilité financière, qui fait qu’il est Anne­Lise, à Capbreton, n’a pas elle, en Côte­d’Or. « Venir m’occu­ disposait que de deux droits de un résistant « à la barbarie de ce
tion de la recherche, des études, de plutôt investi par les familles favo­ pu poser de vacances pour garder per de ma petite­fille signifie aussi visite par mois, en présence d’un système », il s’est dit « fier » de ce
l’évaluation et des statistiques. risées », relève Morgan Kitzmann. sa petite­fille. Cette intermittente que je ne vais pas voir ma mère pen­ tiers. Mercredi, le procureur qu’il qualifie d’« exfiltration » de
A temps plein, seuls 2 % des très Annie, une ancienne ensei­ de 60 ans travaille en parallèle sur dant trois semaines », précise celle d’Epinal avait précisé que la mère la fillette, « à la manière d’Arsène
jeunes enfants sont gardés en gnante de 70 ans qui vit à la cam­ un projet de spectacle et réalise qui souhaite alerter sur les grands­ avait tenu des « propos suicidai­ Lupin », a indiqué le procureur. Au
priorité par les grands­parents, par pagne près de Poitiers, est allée des séances de musicothérapie parents ayant la double casquette res » devant sa fille. Lors de son domicile du deuxième homme,
opposition aux modes de garde chercher une première fratrie de à distance. Faute de solution, elle « d’aidant » de personne âgée. audition devant le juge des en­ âgé de 23 ans et interpellé en Sei­
collectifs ou aux assistantes deux garçons à Bordeaux pour a dû « caler des visios » sur les heu­ Par un double mouvement dé­ fants, début janvier, a indiqué ne­et­Marne, les enquêteurs ont
maternelles. « Dans la vie quoti­ qu’ils passent la semaine chez res de sieste. « Il existe une norme mographique de recul de l’âge de M. Heitz, elle avançait avoir « pour découvert des « éléments pouvant
dienne, les grands­parents repré­ elle. « Les parents sont en télétra­ grand­parentale, analyse Morgan la retraite et d’allongement de l’es­ projet de partir en camping­car servir à la constitution d’explosifs »,
sentent surtout une solution de dé­ vail, et il y a encore un nou­ Kitzmann, qui veut qu’être un bon pérance de vie, les grands­parents avec sa fille, dans le but de passer, mais le magistrat s’est voulu pru­
pannage en cas d’imprévu, par veau­né », explique­t­elle. Ses pe­ grand­parent, c’est être aimant et comme Anne­Lise forment une je la cite, “en dessous des radars dent à ce stade, tout en précisant
exemple quand l’école ferme », tits­fils, de 6 ans et 10 ans, seront disponible. » génération pivot, ou « génération de la société” ». Agée de 28 ans, la que ce volet de l’affaire, sur lequel
précise Morgan Kitzmann, pos­ ramenés à Bordeaux, toujours Les séjours sont d’autant éprou­ sandwich ». « Ce sont des grands­ jeune femme partageait sur son enquêtait la DGSI, est géré par le
tdoctorant à l’INED et auteur par les grands­parents… qui en­ vants quand les grands­parents parents pris entre deux injonctions, compte Facebook des vidéos et parquet national antiterroriste.
d’une thèse sur la garde des en­ chaîneront avec la deuxième se­ ont eu à gérer la semaine d’école aider leurs enfants à s’occuper des des articles complotistes dénon­ Une source judiciaire ajoute au
fants par les grands­parents. maine de vacances, en Norman­ à la maison avec leurs petits­en­ petits, et prendre en charge leurs çant « le nouvel ordre mondial sa­ Monde qu’aucun explosif n’a été
Sylvie, une Parisienne de 68 ans, die, pour garder l’autre fratrie de fants, du 6 au 9 avril. Le contexte propres parents dépendants », con­ taniste » ou le « coronacircus ». La trouvé : seulement de la poudre,
n’a pas hésité à proposer son aide. deux enfants, du même âge que pandémique vient une nouvelle clut Morgan Kitzmann. Une dou­ fillette était hébergée chez sa sans plus de précision, et une re­
« Me protéger dans mon petit coin, les deux premiers. « Avoir reçu la fois ébrécher l’image du « grand­ ble charge mentale que la joie de grand­mère, dans un petit village cette, dont il reste à déterminer si
ce n’est pas ma priorité. Je préfère première dose crée un vrai souf­ parent gâteau », permissif, « une se retrouver ne suffit pas toujours des Vosges, Les Poulières. elles avaient pour but de servir à la
être là quand on a besoin de moi ! » fle », témoigne cette grand­mère, construction plutôt liée à un con­ à alléger.  confection d’explosifs. Selon cette
Grand­mère huit fois, elle ne garde qui a reçu une injection d’AstraZe­ texte de vacances, donc à l’absence violaine morin Pas d’antécedents judiciaires même source, le profil des indivi­
Mardi en fin de matinée, la grand­ dus s’apparente à un mélange de
mère voit débarquer deux hom­ survivalisme et de complotisme.
mes, se présentant comme des Deux autres hommes ont égale­
professionnels du Service territo­ ment été interpellés jeudi. Les

Fadettes : Castex essuie un revers auprès rial éducatif de milieu ouvert


(Stemo). Ils lui montrent des docu­
ments à en­tête du ministère de la
quatre personnes gardées à vue
n’ont pas d’antécédents judiciai­
res. Aucun n’a donné d’éléments
justice. Lui expliquent qu’ils veu­ sur l’endroit où se trouveraient la

du Conseil supérieur de la magistrature lent conduire la fillette pour un


rendez­vous avec sa mère. Dans
un véhicule Volkswagen, un chauf­
mère et sa fille, a indiqué le procu­
reur d’Epinal. Les investigations
sont désormais confiées à la juri­
feur attend devant le domicile. diction interrégionale spécialisée
Le premier ministre avait demandé au CSM d’enquêter sur un magistrat du Parquet financier Une fois sa petite­fille partie, (JIRS) de Nancy. Une information
la grand­mère, intriguée, appelle judiciaire pour « enlèvement de
le Stemo, et découvre qu’on lui a mineur de moins de 15 ans en

M ois après mois, le


scandale autour du
Parquet national fi­
nancier (PNF) et de sa gestion des
enquêtes politiquement sensi­
en 2014 une enquête pour recher­
cher une taupe qui aurait prévenu
Nicolas Sarkozy que son télé­
phone était sur écoute dans le
cadre de l’affaire Bettencourt. Les
le rapport d’enquête de l’inspec­
tion générale de la justice de­
mandé par le garde des sceaux
conclut qu’aucun manquement
disciplinaire ne pouvait être re­
qui saisisse le CSM et non le minis­
tre de la justice est sans incidence,
cela a été prévu par un décret du
23 octobre confiant au premier
ministre les dossiers dans les­
menti. Elle avertit immédiate­
ment la gendarmerie. Le dispositif
« Alerte enlèvement » permet
alors de faire remonter des dizai­
nes de témoignages très rapide­
bande organisée » doit être
ouverte « ce week­end », indique­
t­on à la JIRS, et un juge d’instruc­
tion devrait être désigné. Les
auteurs encourent la réclusion
bles se dégonfle. Dernier épisode factures détaillées de téléphone tenu contre lui. M. Castex avait quels Eric Dupond­Moretti est en ment. Au moins deux témoins criminelle à perpétuité. 
en date, le Conseil supérieur de (fadettes) de dizaines d’avocats, justifié sa décision en affirmant conflit d’intérêts. ont ainsi vu le véhicule Volkswa­ yann bouchez
la magistrature (CSM) a adressé, dont Eric Dupond­Moretti, avaient dans un communiqué avoir « re­ En revanche, la procédure suit
vendredi 16 avril, un désaveu au été épluchées, en vain, et des géo­ levé, dans les documents portés normalement son cours à l’égard
premier ministre à ce sujet. localisations avaient même été à sa connaissance, différents élé­ de Mme Houlette à qui sont repro­
Trois semaines après avoir été requises dans le cadre de cette ments susceptibles de faire naître chés un management ayant « gé­
saisi par Jean Castex d’une procé­ enquête laissée ouverte pendant un doute sérieux quant au respect néré des situations de souffrance SOCIAL JUSTICE
dure disciplinaire à l’égard de Pa­ six ans avant d’être classée. de ses obligations déontologiques au travail », un conflit d’intérêts La CGT reste en tête Logement social :
trice Amar, premier vice­procu­ par M. Amar ». non déclaré en raison de l’emploi dans les très petites une ex-vice-présidente
reur au sein du PNF, l’autorité Liste de questions Jugeant sous le manteau que de sa fille et un manque d’impar­ entreprises de région condamnée
indépendante, statuant en forma­ Au sujet de M. Amar, le CSM a af­ cette enquête de l’inspection avait tialité en raison de ses échanges La CGT conserve sa première L’ancienne vice­présidente PS
tion disciplinaire, a tout simple­ firmé vendredi par un communi­ été à décharge, les services de Ma­ avec un avocat sur une affaire en place, à l’issue des élections de la région Ile­de­France,
ment rejeté cette saisine, sans qué qu’il n’avait pas été saisi tignon avaient transmis au CSM cours. Griefs sur lesquels elle n’a professionnelles dans les Michèle Sabban, a été con­
même examiner les éventuels re­ « par la dénonciation de faits mo­ ces documents ainsi qu’une liste pas pu se défendre à ce jour, ayant très petites entreprises (TPE), damnée, vendredi, à un an
proches à l’égard de ce magistrat. tivant des poursuites disciplinaires de questions. Mais la loi organi­ refusé de répondre aux questions dont les résultats ont été de prison avec sursis, trois ans
Il ne reste donc au CSM qu’à ins­ contre M. Patrice Amar (…) mais que de 1958 sur la magistrature est de l’inspection. publiés vendredi 16 avril. d’inéligibilité et 100 000 euros
truire le cas d’Eliane Houlette, d’une demande tendant à réaliser limpide. Selon son article 63 orga­ Du côté de Matignon, la ques­ La centrale syndicale recueille d’amende pour s’être vu attri­
l’ex­patronne du PNF, dont il a été des investigations, en amont de nisant le régime disciplinaire des tion est désormais de savoir si on 26,3 % des voix, soit 1,2 point buer indûment un logement
saisi pour des manquements qui cette saisine, afin de déterminer si magistrats, « le Conseil supérieur jette l’éponge ou si on poursuit, de plus par rapport au précé­ social. Le tribunal judiciaire
n’ont plus rien à voir avec « l’af­ ce magistrat est passible de suites de la magistrature est saisi par la au risque de donner l’impression dent scrutin, la CFDT restant a estimé qu’il s’agissait d’une
faire des fadettes ». disciplinaires, ce qui n’entre pas dénonciation des faits motivant les de s’acharner. L’hypothèse d’une deuxième (16,4 %), tandis prise illégale d’intérêt. Son
Ce scandale est né de la décou­ dans ses attributions ». poursuites disciplinaires que lui nouvelle saisine du CSM était exa­ que l’UNSA (15,9 %) chasse FO avocat, Me Romain Boulet,
verte en juin 2020 des conditions Le premier ministre avait choisi adresse le garde des sceaux, minis­ minée vendredi soir et devait être du podium. La participation a annoncé qu’il allait faire ap­
dans lesquelles le Parquet finan­ de saisir l’instance disciplinaire tre de la justice. » Ce qui n’était pas tranchée durant le week­end.  atteint un niveau historique­ pel de cette décision « profon­
cier, tout juste créé, avait lancé du cas de ce magistrat alors que le cas. Le fait que ce soit M. Castex jean­baptiste jacquin ment faible : 5,44 %. dément injuste ». – (AFP.)
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 | 13

Entrepreneurs : la tentation de l’abandon
Des dirigeants affectés par la crise liée au Covid­19 s’interrogent sur une reconversion professionnelle

P
ersonnellement et psy­
chologiquement, c’est un
« Dans notre
poids en moins. Je ne culture,
passe plus mes journées
devant mon ordinateur, en me de­
quelqu’un qui a
mandant comment je vais payer échoué n’est pas
mes factures. C’était un métier pas­
sion, je l’ai exercé pendant vingt­
quelqu’un de
cinq ans, mais, pour moi, désor­ recommandable »
mais, l’événementiel, c’est ter­
GUY DELORME
miné. » Martial Berger fait partie
président du CIP de Roanne
de ces entrepreneurs à bout de
souffle qui ont préféré, après un
an de crise, poser les crayons et
passer à autre chose. voulu jouer le jeu. » Après avoir
Ce passionné de musique et « vraiment tout mûri », il décide
d’image, qui travaillait autant de fermer la boutique en mars.
pour des réceptions privées que Malgré son amertume, il refuse
pour des événements comme le le terme d’ « échec ». « Je suis allé
Tour de France, gagne désormais au plus loin de ce que je pouvais
sa vie comme manutentionnaire faire, dit­il. Mais les banques
en intérim. Un soulagement, n’étaient pas là, les assureurs
paradoxalement. Sa société, MB n’étaient pas là… J’ai bien de­
Prod, est en sommeil. Il s’apprête mandé une médiation à la Ban­
à licencier ses deux salariés et que de France, mais je n’ai eu
l’entreprise sera liquidée en juin, aucun retour après mes démar­
« s’il ne se passe toujours rien » sur ches : pas de son, pas d’image… Il
le front des concerts, spectacles et ne faut pas confondre persévé­
autres festivals, ajoute­t­il, avec rance et acharnement. »
une vague nuance d’espoir. Aujourd’hui devenu consultant,
Le choix de Martial Berger, Olivier Roubin se dit surpris des
d’autres l’ont fait, dans un con­ réactions de son entourage.
texte parfois moins douloureux. « Beaucoup d’autres entrepreneurs
Laetitia Tarabelli, à la tête de qui galèrent m’ont dit : “C’est une
Bubbly Event, organisait des évé­ décision courageuse. Nous aussi
nements culturels ou des exposi­ on y pense, mais on n’ose pas le
tions temporaires, souvent pour faire”. » Ils sont effectivement
le compte d’entreprises. Entre les nombreux, « ceux qui y ont pensé »
salles fermées, les rassemble­ mais n’ont pas trouvé suffisam­
ments interdits et les budgets de ment d’énergie ou de perspectives
« communication corporate » pour rebondir, confirme Jean­Luc
(promotion de l’image d’une Douillard, cofondateur du dispo­
entreprise en interne) revus à la sitif Aide psychologique aux en­
baisse, elle a vite compris qu’elle trepreneurs en souffrance aiguë
avait mangé son pain blanc. « Cet (Apesa), un réseau bénévole.
hiver, je me suis dit : cela fait huit Sans compter qu’il ne suffit pas
mois que je me bats, à un moment, d’oser. Certains aimeraient bien
je vais m’épuiser physiquement et pouvoir tourner la page d’une
mentalement. Il a fallu dire stop entreprise qui périclite, mais se
pour mon bien­être. » à avoir décidé de jeter l’éponge, faire pour s’en sortir. » Mais pren­ l’aventure entrepreneuriale en retrouvent dans une impasse fi­
« Il ne faut pas comme en attestent les chiffres dre la décision d’arrêter les frais 2017, après une première vie pro­ nancière. Karine Boschat exploite
Soutien de l’Etat confondre publiés par les tribunaux de n’est pas aisé dans un pays où le fessionnelle de salarié. Il a monté une salle de sport dans l’Essonne,
Le hasard faisant – parfois – bien commerce. Environ 7 000 dos­ dépôt de bilan reste synonyme Mon panier bleu, un site de vente fermée depuis mars 2020, à
les choses, Mme Tarabelli reçoit, le
persévérance siers ont été ouverts au premier d’échec et s’accompagne souvent de produits gastronomiques en l’exception du répit lors de l’été.
jour de son 50e anniversaire, un et acharnement » trimestre, deux fois moins que d’une interdiction bancaire ou provenance de la Côte d’Azur. « Dans l’absolu, j’en ai ras le bol,
coup de fil providentiel : une sur la même période de 2019, une d’une autre forme de sanction. Rapidement, il a travaillé pour concède la jeune femme. Mais j’ai
OLIVIER ROUBIN
amie lui parle du projet de année précrise. Le soutien étati­ des entreprises ravies de pouvoir encore six ans et demi de crédits à
fondateur de Mon panier bleu
start­up de son frère, un nouveau que, au travers du fonds de solida­ « Liquidation inenvisageable » offrir, lors de leurs repas ou récep­ rembourser, et je suis caution per­
concept de salons virtuels pour rité et des prêts garantis par l’Etat « Pour un patron, se poser la ques­ tions, vins et spécialités du cru, sonnelle dessus. Dans les faits,
rapprocher viticulteurs, négo­ (PGE), permet aux plus solides tion de jeter l’éponge, c’est terri­ ou pour des collectivités locales, c’est inenvisageable de liquider
ciants et cavistes, en l’absence dans ma nouvelle entreprise, on – ou aux plus obstinés – de subsis­ ble », reconnaît Guy Delorme, qui lors d’événements. Si bien que la l’entreprise. »
des traditionnels événements. Il forme une belle équipe…, confie­t­ ter en attendant la reprise. sait de quoi il parle. Ancien chef crise liée au Covid­19 s’est tra­ Julien Baillard, patron d’une so­
y a une place à prendre pour s’as­ elle. Je crois que j’ai maintenant « Nous voyons passer des entre­ d’entreprise, il a également été duite par une chute de 60 % de ciété de sonorisation qu’il a créée
socier dans le projet. Tentant… fait le deuil de mon ancienne preneurs, mais ils se documentent, juge, puis président du tribunal son chiffre d’affaires. il y a quinze ans, est dans la même
« [Mais] il m’a fallu un mois pour société. Voir au jour le jour, c’est ils attendent », témoigne Guy De­ de commerce de Roanne. « Cela « J’ai bien tenté de lancer une impasse. « Après un an de crise,
me décider à les rejoindre », con­ au moins une chose que le Covid lorme, président du Centre d’in­ touche à son statut social. Dans campagne de levée de fonds au sans activité, j’ai un trou dans la
cède la quinquagénaire. Finale­ m’aura apprise. » formation sur la prévention des notre culture, quelqu’un qui a moment du deuxième confine­ trésorerie. Si je dépose le bilan,
ment, elle saute le pas. Désormais Malgré la violence de la crise difficultés des entreprises (CIP) de échoué n’est pas quelqu’un de re­ ment, raconte M. Roubin. Mais la comme je suis caution sur mes
chargée d’aider les clients de dans les secteurs de la restaura­ Roanne (Loire). « Ils ont envie de commandable, et c’est très, très rentabilité n’était pas au rendez­ biens personnels, on viendra to­
VinoVirtual à organiser leurs tion, du tourisme et de l’événe­ parler, ça c’est sûr, et on est là pour difficile à vivre. » vous, et les banques autant que les quer à ma porte pour me prendre
événements, elle a mis Bubbly en mentiel, notamment, ils sont en­ les écouter. Beaucoup se deman­ Un état d’esprit que combat Oli­ business angels [investisseurs ma voiture ou ma télévision. » 
sommeil. « Nous sommes quatre core relativement peu nombreux dent comment ils vont pouvoir vier Roubin, qui s’est lancé dans providentiels] locaux n’ont pas béatrice madeline

Intermarché et Casino font de nouveau achats communs


Les deux enseignes ont annoncé, jeudi 15 avril, leur alliance dans le domaine des achats de produits de grandes marques et du numérique

I ls se sont tant aimés qu’ils se


sont remariés. Le groupe Ca­
sino a annoncé, jeudi 15 avril,
la conclusion d’un partenariat
avec Intermarché (Groupement
Destinée à durer cinq ans, la
nouvelle alliance concernera
cette fois­ci la France comme
l’étranger avec la mise en place de
deux centrales d’achats commu­
nationale élaborés par des PME ou
des entreprises de taille intermé­
diaire », a détaillé la nouvelle
équipe dans un communiqué.
Dans ce nouveau contrat de ma­
crise, selon l’institut Kantar, le
groupement Les Mousquetaires
(Intermarché, Netto) est celui qui
a gagné le plus de parts de marché
(+ 0,7 point en 2020), en tirant bé­
marché, alliés alors depuis no­
vembre 2014, pour avoir « for­
mulé des demandes financières
additionnelles » à leurs fournis­
seurs sans qu’elles soient justi­
avec qui ils avaient signé des con­
ditions moins avantageuses. »
Aux dires des fournisseurs, les
nouvelles alliances sont toujours
déflationnistes. « A chaque re­
Les Mousquetaires) « dans le do­ nes. L’une sera consacrée aux riage, bien plus complet que le néfice de l’engouement des Fran­ fiées. Ceux qui n’ont pas accepté composition, il y a alignement des
maine des achats de produits de achats alimentaires, pilotée par précédent, les usines du groupe çais pour le local et la proximité. ces demandes « ont subi des me­ conditions sur le moins­disant »,
grandes marques et du digital ». Intermarché, et l’autre, aux pro­ des Mousquetaires pourront fa­ sures de rétorsion ». note ce professionnel.
Une annonce intervenue quel­ duits non­alimentaire (en France briquer des produits à marque « Mesures de rétorsion » Da fait, pour les fournisseurs, la Ils craignent surtout de voir
ques minutes après communica­ seulement et pour les biens tech­ propre de Casino, une fois les ap­ Ces regroupements d’enseignes, recomposition des alliances est leurs produits évincés des rayons
tion de son divorce : Auchan niques, papeterie, textile), ani­ pels d’offres remportés. Ils parta­ destinés à obtenir des conditions source de préoccupations. Ils de certains magasins. « Il faudra
Retail, Groupe Casino, DIA, Metro mée par Casino. La mission de la geront également leurs compé­ plus avantageuses en assemblant craignent qu’à la longue, à force que les enseignes fournissent des
et Schiever ont fait part de leur in­ première entité « sera de négocier, tences en matière de données. les volumes d’achats, inquiètent de « mariages », les enseignes fi­ volumes à la centrale pour qu’elle
tention de « ne pas renouveler pour le compte des deux partenai­ Galvanisé par son insolente depuis quelques années les auto­ nissent par être au courant des ta­ garantisse des quantités d’achats
en 2022 leurs coopérations ». res en France, les conditions prise de parts de marchés ces der­ rités. Surtout leurs ramifications rifs qu’ils négocient chaque an­ importantes. Les magasins qui
Intermarché et Casino ont déjà d’achats des produits de grandes niers mois, Intermarché avait an­ à l’international où ils échappent née avec les distributeurs. « Les avaient trois ou quatre fournis­
travaillé ensemble au sein de la marques internationales de pro­ noncé fin mars quitter Agecore, à la loi française. En 2017, la direc­ conditions tarifaires sont rendues seurs sur un même produit ris­
centrale d’achats dénommée duits de grande consommation – à l’alliance à laquelle il appartenait tion générale de la concurrence, transparentes auprès de toutes les quent d’en enlever un ». Un phéno­
INCA Achats durant trois ans l’exclusion des produits vendus jusqu’alors avec ses partenaires de la consommation et de la ré­ alliances, relève un observateur. mène qui, d’après les entreprises,
avant de se séparer en avril 2018. sous marque propre, des produits européens, déclenchant la recom­ pression des fraudes (DGCCRF) Les fournisseurs ont de plus en serait déjà en cours à l’initiative
Dans cette structure, ils étaient à frais traditionnels issus de la pro­ position des alliances. Parmi les avait demandé une amende d’un plus de mal à négocier car ils ne sa­ des distributeurs sous prétexte de
l’époque liés en France mais pas à duction agricole ou de la pêche, enseignes de distribution alimen­ montant de 2 millions d’euros à vent pas si leur contrat ne sera pas la crise sanitaire. 
l’international. ainsi que des produits de marque taire ayant profité du contexte de l’encontre de Casino et d’Inter­ divulgué à une autre enseigne cécile prudhomme
0123
14 | économie & entreprise DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

MATIÈRES PREMIÈRES
PAR LAURENCE GIRARD Pour le PDG d’Ericsson, « l’Europe
L’abricot joue est très en retard sur la 5G »
au yoyo avec la météo Börje Ekholm, patron du géant suédois des télécoms, estime qu’il faudrait
Les nuits donnent des sueurs
froides aux arboriculteurs. Une
Ce plongeon attendu de 60 %
se fonde sur un potentiel de pro­
deux ans au Vieux Continent pour atteindre le niveau actuel de la Chine
semaine après l’épisode de lan­ duction de 150 000 tonnes. Un
gue polaire glissant sur la France, niveau atteint, au mieux, une an­
la tension n’est pas retombée.
Alors que bougies et bottes
née sur deux. L’abricot joue au
yoyo avec la météo. Il y a un an
ENTRETIEN « Il faut que On peut imaginer un programme
de financement où l’opérateur
Les gouvernements nationaux
ont le droit de prendre les déci­
malmö (suède) ­
de paille étaient encore prêtes déjà, le petit fruit à noyau se fai­ correspondante régionale
les opérateurs recevrait des subventions en pro­ sions qui s’imposent pour préser­
à s’embraser pour lutter contre sait rare. « En 2020, la production portion de ce qu’il a investi. ver la sécurité nationale. Je pense
puissent

A
le gel, les agriculteurs allumaient française était passée sous la la tête d’Ericsson de­ qu’il est possible de le faire, tout
déjà les feux de détresse, appe­ barre des 100 000 tonnes, en re­ puis 2017, le Suédois bénéficier Vous vivez aux Etats­Unis, en maintenant le libre­échange.
lant le gouvernement à venir trait de 45 % », précise M. Dar­ Börje Ekholm, installé où des sommes gigantesques Nous sommes une compagnie
au chevet des souffrants. naud. Le gel avait coupé net les aux Etats­Unis, a remis
de meilleurs ont été mobilisées pour relan­ suédoise, domiciliée en Suède.
L’abricotier était en première espoirs fructifères, sans oublier d’aplomb le géant des télécom­ retours sur cer l’économie. L’Europe n’est­ Mais nous n’y réalisons qu’envi­
ligne pour secouer le cocotier. un printemps peu propice à une munications. En quatre ans, le elle pas, là aussi, à la traîne ? ron 1 % de nos ventes. Le reste
Mais est­il possible de tirer un bi­ complète floraison. groupe s’est imposé comme un
investissement » Il est dur de le savoir. Aux Etats­ dépend du marché international
lan de ce sombre épisode météo­ Pour autant, 2020 ne restera des leaders de la 5G, aux côtés Unis, la vaccination avance assez et du libre­échange.
rologique ? L’exercice est ardu. pas dans les annales comme un du chinois Huawei, et devant le vite. Je pense que cela permettra Il était donc de notre devoir
Les agriculteurs sont les pre­ mauvais millésime. La météo finlandais Nokia. En 2020, ses Pourquoi une telle lenteur ? au pays de se rouvrir plus rapide­ d’exprimer notre inquiétude, car
miers à le répéter : tant que la avait aussi joué des tours aux Es­ ventes ont dépassé 22 milliards Il y a plusieurs raisons. D’abord, ment. Des deux côtés de l’Atlanti­ une telle décision peut affecter
récolte n’est pas faite, les prévi­ pagnols et aux Italiens. Résultat, d’euros, dont plus de 70 % dans la les opérateurs ne bénéficient pas que, la souffrance humaine est notre activité. L’UE et le commis­
sions restent approximatives. les abricots ibères ont passé la fourniture d’équipements de ré­ d’un retour sur investissement la même. Beaucoup de gens ont saire Thierry Breton [chargé du
L’abricot, toutefois, a un coup frontière au compte­gouttes et seaux de nouvelle génération. suffisamment important. En Eu­ perdu leur travail. La question est marché intérieur] ont mis au
d’avance sur les pêches, nectari­ n’ont pas réduit les prix des abri­ rope comme aux Etats­Unis, le de savoir comment rebondir. point une boîte à outils euro­
nes, raisins, pommes et poires. cots en compote. Effet de rareté, Comment le déploiement de spectre est très cher. Mais si les Les Etats­Unis sont en meilleure péenne qui peut être utilisée pour
D’autant qu’avec le coup de cha­ le cours du fruit a crû de plus de la 5G progresse­t­il en Europe ? opérateurs américains sont pro­ position que l’Union européenne combiner les intérêts en matière
leur de début avril, les fruits 40 % sur un an, selon le minis­ L’Europe est très en retard. priétaires des bandes de fréquen­ (UE), grâce au vaccin. de sécurité nationale et le libre­
orangés étaient déjà formés. tère de l’agriculture. Le consom­ C’était déjà le cas pour la 4G, ce qui ces qu’ils achètent, en Europe, échange. Je suis déçu que la Suède
Même si les arrivages d’abricots mateur devait débourser peut expliquer pourquoi nous elles ne sont attribuées que pour En Europe, la pandémie a ré­ ait décidé de ne pas l’utiliser et
sur les étals ne sont pas attendus 4,50 euros pour son kilo d’abri­ n’avons pas de champion euro­ une durée limitée. Cela n’incite vélé l’importance du concept d’aller bien plus loin.
avant juin, un premier état des cots dont 2 euros à 2,20 euros péen du numérique. Les grandes pas les opérateurs à investir dans d’autonomie stratégique. Quel
lieux a donc été dressé, mardi atterrissaient dans la poche de plates­formes sont presque toutes les dernières technologies. est le rôle de votre compagnie ? Quels impacts redoutez­vous ?
13 avril. « Nous espérons avoir l’agriculteur. De quoi compenser américaines ou chinoises, deux Ensuite, les processus d’autori­ Quand on évoque l’autonomie Nous pourrions, bien sûr, faire
40 % de récolte d’abricots au ni­ les moindres volumes. régions où la 4G a été déployée sation sont très compliqués et stratégique, on parle d’indépen­ face à des représailles de la part
veau national. Mais les situations Cette année, la question du en premier. Je crains que cela ne lents. Enfin, il y a l’inquiétude de dance. Attention, il ne faut pas de la Chine. Pour le moment, cela
sont très hétérogènes selon les soutien aux agriculteurs lourde­ se répète avec la 5G. l’opinion publique. On le voit sur que cela nuise au libre­échange ! reste purement hypothétique,
régions, Auvergne­Rhône­Alpes ment affectés se pose avec en­ Aujourd’hui, les leaders sont la le vaccin [contre le Covid­19], où le Si c’est le cas et si cela limite la mais ce serait possible. Au­delà,
étant la plus touchée, suivie par core plus d’acuité. La filière s’in­ Chine, mais aussi l’Australie, la scepticisme est plus important concurrence, ce ne sera bon pour et c’est plus grave encore, d’autres
PACA [Provence­Alpes­Côte terroge, elle, sur le potentiel es­ Corée du Sud et les Etats­Unis. qu’ailleurs. C’est pareil pour la 5G. personne. Cela étant dit, je suis pays pourraient, pour d’autres
d’Azur]. L’Occitanie est, quant à pagnol. Mais elle sait que le prix Même le Moyen­Orient est en Pourtant, les études scientifiques parfois surpris par l’Europe, où raisons, prendre des décisions si­
elle, relativement épargnée », es­ des fruits, comme les arbres, avance sur l’Europe. Parmi les indépendantes n’ont pas montré l’un des seuls secteurs technolo­ milaires, en nous visant. Si l’argu­
time Bruno Darnaud, président ne monte pas jusqu’au ciel…  220 millions d’abonnés à l’échelle qu’elle avait un impact néfaste giques dans lequel nous avons ment de la sécurité nationale était
de Pêches et abricots de France. laurence girard mondiale, 80 % sont chinois. La sur la santé. Certaines régulations justement une autonomie straté­ utilisé pour mettre en place des
Chine a transféré 11 % de ses abon­ européennes, dans ce domaine, gique est celui des télécoms [avec barrières commerciales, alors le
nés vers la 5G, l’Amérique du font obstacle à son déploiement. Ericsson, mais aussi Nokia]. Et ce monde pourrait être très diffé­
Nord, 4 %. En Europe, c’est 1 %. Les sujet n’est presque jamais abordé. rent. On le voit un peu dans les
Chinois la considèrent comme la Quelles sont les solutions ? Est­ce parce qu’il s’agit de compa­ discussions sur le vaccin.
MÉDIAS cats au sein de la Radio­Télévi­ pierre angulaire de la compétiti­ Sur le long terme, il faut que les gnies implantées dans des petits
Affaire de harcèlement : sion suisse (RTS) pour des vité industrielle sur le long terme. opérateurs puissent bénéficier de pays, à la périphérie de l’Europe ? Pourtant, les déboires essuyés
le présentateur Darius « faits de harcèlement sexuel, meilleurs retours sur investisse­ J’ai du mal à le comprendre. Le par Huawei sont une aubaine
Rochebin hors de cause de harcèlement psychologique Ce retard peut­il être rattrapé ? ment. Les politiques d’attribution gouvernement français, lui, a une pour Ericsson…
Le journaliste suisse Darius ou d’atteinte à la personna­ Au rythme actuel, il faudrait du spectre devraient aussi être re­ position claire et positive. C’est la C’est ce que j’entends en perma­
Rochebin devrait retrouver lité ». Le 31 octobre 2020, deux ans à l’Europe pour attein­ nouvelées. A brève échéance, si raison pour laquelle nous som­ nence. La réalité est que nous
l’antenne de LCI, qu’il avait une enquête du quotidien dre le niveau de la Chine. Le risque nous sommes déterminés à accé­ mes en train d’installer un centre sommes meilleurs quand nous
rejointe à la fin de l’été 2020. helvétique Le Temps l’avait est de passer à côté de nouveaux lérer le déploiement de la 5G, de R&D [recherche et développe­ devons faire face à la concurrence.
Il a été mis hors de cause, ven­ en partie incriminé à propos emplois. Si nos infrastructures alors utilisons le plan de relance ment] à Massy [Essonne], concen­ Etre un leader technologique
dredi 16 avril, par une enquête des violences sexistes et numériques ne sont pas au même européen pour construire des in­ tré sur la 5G et la sécurité. n’est possible que lorsque vous
menée par un cabinet d’avo­ sexuelles à la RTS. niveau que celles des autres pays, frastructures numériques et met­ êtes en compétition. C’est là que
nous ne pourrons pas créer ces tre en place cette colonne verté­ La Suède a décidé de bannir vous repoussez vos limites. 
nouvelles compagnies qui géné­ brale qui va générer de l’innova­ Huawei de son réseau 5G. propos recueillis par
reront l’emploi du futur. tion, de nouvelles compagnies… Pourquoi vous y être opposé ? anne­françoise hivert

Televisa et Univision s’unissent pour créer


un concurrent latino puissant à Netflix
AVEC
En fusionnant, les deux groupes nord­américains veulent capter l’audience hispanophone
LE MAGAZINE DE L’ORIENTATION

mexico ­ correspondance Unis (61 millions de personnes). les confinements provoqués par tient les trois quarts des 11,6 mil­
La nouvelle entreprise, Televisa­ la pandémie de Covid­19, le sec­ lions d’usagers mexicains de pla­

C’ est la naissance d’un


nouveau géant du
streaming. Le mexicain
Televisa et l’américain Univision
ont annoncé, mardi 13 avril, leur
Univision, détiendra le plus
grand catalogue hispanophone
au monde (trois cent mille heures
de programmation), anticipant,
à terme, des ventes de plus de
teur a accumulé, en 2020, 72 mil­
liards de dollars de revenus, selon
Global X ETF, dont le tiers a été
capté par le seul Netflix.
« La pénétration du streaming
tes­formes. Ce dernier va même
investir, cette année, plus de
300 millions de dollars pour une
cinquantaine de productions ori­
ginales locales. L’américain vient
fusion pour créer le plus grand 4 milliards de dollars (3,3 mil­ est d’à peine 10 % en Amérique la­ même d’ouvrir à Mexico son
groupe mondial de médias en es­ liards d’euros) par an. tine, comparée aux plus de 70 % en siège latino­américain.
pagnol. Objectif : lancer une plate­ Europe ou en Asie », indique, dans Pour affronter ce mastodonte,
forme de vidéos à la demande ci­ Baisse des revenus publicitaires les médias mexicains, Emilio Televisa mise sur son lien histori­
DÈS LE 23 AVRIL blant les 600 millions d’hispano­ Le deal prévoit que « Televisa rece­ Azcarraga, président du conseil que avec Univision. Le père de
SUR WEOTV ET LEMONDE.FR phones pour concurrencer la do­ vra 4,8 milliards de dollars, deve­ d’administration de Televisa, qui M. Azcarraga avait créé cette
mination de Netflix, qui investit nant l’actionnaire majoritaire de fait face à la baisse des audiences chaîne en 1962, au Texas, avant de
gros sur le marché latino. la nouvelle compagnie, avec 45 % télévisuelles et des revenus publi­ la céder en 1987 à des actionnaires
La fusion doit encore être vali­ des actions », précise le communi­ citaires au bénéfice des plates­for­ américains. Leur union concerne
dée par les instances de régula­ qué publié mardi. De son côté, mes. « Nous voulons faire connaî­ exclusivement la production et la
tion mexicaine et américaine. Univision accepte de verser cette tre les talents mexicains d’abord diffusion de contenus.
Cependant, les fiançailles sont somme en cash et en actions à Te­ aux Etats­Unis puis dans le reste Le président mexicain, Andres
scellées. Le mariage devrait être levisa, dont la dot représente du monde », insiste l’héritier d’un Manuel Lopez Obrador (« AMLO »)
officialisé avant la fin de 2021. plusieurs milliards de dollars de groupe dont la capitalisation a applaudi cette initiative qui « fait
Avec ses 31 chaînes (quatre en clair droits sportifs et de productions boursière s’élève à plus de 7 mil­ prévaloir les investissements mexi­
RETROUVEZ CHAQUE MOIS LA NOUVELLE ÉMISSION LE MONDE CAMPUS - LE MAG’.
REPORTAGES, TÉMOIGNAGES ET CONSEILS POUR REPENSER L’ORIENTATION ET PERMETTRE et 27 payantes) et sa plate­forme originales. Le mariage est par­ liards de dollars. cains ». Les députés de son parti
À CHACUN DE TROUVER SEREINEMENT SA VOIE DANS UN MONDE EN PLEINE MUTATION. de streaming, Blim, le groupe rainé par Google, la banque d’af­ Le Mexique (128 millions d’habi­ (Morena, gauche) viennent par
mexicain est déjà le premier pro­ faires américaine The Raine tants) est le premier marché his­ ailleurs de déposer un projet de
ducteur au monde de contenus Group et les fonds Softbank et panophone du streaming, évalué loi visant la création d’une taxe
audiovisuels dans la langue de Forgelight, qui prévoient d’inves­ à 881 millions de dollars en 2020, de 7 % sur les tarifs des plates­for­
Cervantes. Son homologue amé­ tir un milliard de dollars. d’après la Chambre mexicaine mes digitales étrangères. Un coup
ricain (60 stations locales de télé­ De quoi créer un nouveau poids des députés, qui anticipe 1,4 mil­ de pouce pour le nouveau groupe
vision et le service digital Prende lourd sur le marché du streaming, liard de dollars en 2024. Le cabinet dans son futur bras de fer avec
TV) est, lui, leader auprès de la dominé par Netflix, Amazon The Competitive Intelligence Netflix. 
communauté latina aux Etats­ Prime Video et Disney+. Dopé par Unit (CIU) estime que Netflix dé­ frédéric saliba
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 économie & entreprise | 15

bombay ­ correspondance

U
n « saut quan­
tique ». C’est l’ex­
pression qu’a em­
ployée Ajay Bhus­
han Pandey, di­
recteur du budget
au ministère des finances de
l’Inde, pour donner une idée de
l’ampleur des privatisations que
son pays a décidé d’entreprendre
dans les mois à venir. Ce haut fonc­
tionnaire de New Delhi, 60 ans
tout rond, sait de quoi il retourne.
Directeur des impôts jusqu’en
mars 2020, il avait eu le triste pri­
vilège d’assister, mois après mois,
à la baisse des recettes de l’Etat
consécutive au ralentissement du
géant d’Asie du Sud (1,38 milliard
d’habitants), bien avant que sur­
gisse le virus SARS­CoV­2. Manifestation contre le projet de privatisation des banques du secteur public, à Amritsar (nord­ouest de l’Inde), le 15 mars. SAMEER SEHGAL/HINDUSTAN TIMES VIA GETTY IMAGES
Pour remettre le sous­continent
sur pied, alors qu’une deuxième
vague de Covid­19 déferle à une
vitesse folle depuis la mi­février,
M. Pandey sait qu’il va falloir fi­
nancer la relance en raclant les
PLEIN CADRE
fonds de tiroir. En 2020, avec la
multiplication des faillites d’en­
treprises, l’envolée du chômage
et la baisse dramatique de la
consommation des ménages, les
rentrées fiscales ont fondu de
Minée par la pandémie, Parlement, le parti au pouvoir, le
BJP, est certain que le Comptrol­
ler and Auditor General, la Cour
des comptes indienne, n’ira pas
moitié par rapport aux prévi­
sions. Plus question de poursui­
vre la politique de gestion des ac­
tifs publics de ces dernières an­
nées, avec des objectifs de recettes
l’Inde mise à l’encan fouiller en profondeur dans
les comptes des entreprises pu­
bliques à vendre.
Au sein de la mouvance natio­
naliste hindoue dont est issu Na­
de privatisations jamais atteints.
Non, cette fois, le gouvernement
En difficulté du fait de la crise liée au Covid­19, le gouvernement rendra Modi, toutefois, le syndi­
cat de salariés Bharatiya Mazdoor
nationaliste dirigé par l’autori­
taire Narendra Modi veut vendre
nationaliste de Narendra Modi veut accélérer les privatisations. Sangh et l’association Swadeshi
Jagran Manch grincent des dents.
tout ce qu’il peut.
Ajay Bhushan Pandey, qui a été
Il espère en retirer près de 20 milliards d’euros d’ici à 2022 Ils soulignent le paradoxe qu’il y a
à vendre des entreprises publi­
le principal artisan du projet de loi ques « au moment précis où le
de finances pour l’année fiscale gouvernement décide de placer sa
2021­2022, présenté en conseil des politique économique sous le slo­
ministres le 1er février, pense qu’il Autre difficulté : trouver des in­ Vient ensuite Air India, avec ses au printemps, a balayé tous ces gan de l’Inde autonome : “Atma­
convient de faire de nécessité vestisseurs étrangers pour éviter 3,2 milliards d’euros de chiffre pronostics. Selon les derniers
Au chapitre des nirbhar Bharat” », pour répondre
vertu. Dans la colonne recettes, il une trop grande concentration d’affaires avant la pandémie de calculs de North Block, l’austère dépenses, rien aux problèmes d’approvisionne­
a inscrit, avec l’aval de la ministre du marché indien, alors que la Covid­19, et mise en vente une ensemble de bâtiments en grès ment soulevés par le Covid­19,
des finances, Nirmala Sithara­ fiscalité y est toujours réputée première fois en juin 2017. Faute rouge qui abrite la direction du
que pour payer dans le secteur médical, la phar­
man, la somme de 1 750 milliards rédhibitoire, quand elle n’est pas de candidats, la compagnie aé­ budget, à New Delhi, le déficit a les intérêts de la macie, les transports, l’énergie…
de roupies (19,5 milliards d’euros) rétroactive. « L’Etat a en outre la rienne était finalement restée atteint 9,5 % du PIB l’an passé.
sous l’intitulé « désinvestisse­ prétention de vendre très cher, dans l’escarcelle de l’Etat, après En 2021, il devrait s’élever à 10,8 %.
dette publique, « CAPITALISME DE CONNIVENCE »
ments, privatisations et monéti­ tout en interdisant aux repre­ quoi il avait fallu attendre les élec­ Au chapitre des dépenses, rien l’Etat va devoir Ces organismes rejettent en outre
sation des actifs ». neurs de changer les marques et tions générales et la reconduc­ que pour payer les intérêts de la l’idée qu’une fois passées dans
de licencier, ce qui obère les es­ tion au pouvoir triomphale de dette publique, l’Etat va devoir dé­
débourser le giron privé, les entreprises pu­
TROUVER DES INVESTISSEURS poirs de rentabilité des sociétés », Narendra Modi, en mai 2019, bourser 9,2 milliards d’euros, 9,2 milliards bliques seront mieux gérées.
Parmi les bijoux de famille à cé­ ajoute M. Devadiga. pour qu’un deuxième tour de l’équivalent de ce qu’il consacrera En effet, sur les cinq banques in­
der au cours des douze prochains Preuve que le chemin est semé piste soit organisé, en vain, juste au système de garantie de l’em­
d’euros en 2021 diennes qui ont fait faillite depuis
mois figurent deux banques pu­ d’embûches, trois actifs majeurs avant l’irruption du nouveau co­ ploi en milieu rural. 2017, trois n’étaient­elles pas
bliques – l’IDBI de Bangalore et, – dont le gouvernement jure qu’il ronavirus. La revoilà en vente, en privées : DHFL, Yes Bank et Laks­
sans doute, la Bank of Maha­ les cédera d’ici à mars 2022 – ne pleine crise historique du trans­ PRESSION SUR LE DÉFICIT seur d’économie à l’école d’admi­ hmi Vilas Bank ?
rashtra, dont le siège se trouve à trouvent pas preneurs, après plu­ port aérien mondial. Il faut dire que le PIB est tombé en nistration d’Hyderabad. Il y a bien Dans l’opposition, le Parti du
Pune –, ainsi que toute une batte­ sieurs tentatives de privatisation A ces deux entreprises s’ajoute chute libre (– 23,9 % au deuxième quelques domaines destinés à de­ Congrès dénonce le risque de voir
rie de sociétés de l’industrie et des avortées. Il y a d’abord Bharat Pe­ enfin Life Insurance Corporation trimestre 2020), avant de se res­ meurer majoritairement dans la un petit nombre d’hommes d’af­
services : la compagnie maritime troleum Corporation Limited, la of India (LIC), la compagnie ges­ saisir. Sur l’année fiscale 2020­ sphère publique : le nucléaire, le faires proches du pouvoir s’em­
Shipping Corporation of India ; le compagnie pétrolière aux 38 mil­ tionnaire des fonds de l’assuran­ 2021, qui a pris fin le 31 mars, la charbon, la défense, le spatial… parer des fleurons de l’industrie
transporteur de fret Container liards d’euros de chiffre d’affaires, ce­vie, deuxième plus grande so­ récession économique s’est tra­ Pour le reste, tout est ouvert, nationale, à l’exemple des ports
Corporation of India, filiale des valorisée à près de 9 milliards ciété financière derrière le groupe duite par une baisse de 8 %. Mardi comme à l’époque du gouverne­ et des aéroports tombés dans
chemins de fer nationaux, Indian d’euros et mise en vente sans suc­ bancaire public State Bank of In­ 6 avril, le Fonds monétaire in­ ment de droite d’Atal Bihari Vaj­ l’escarcelle du milliardaire Gau­
Railways, également à vendre ; le cès en 2019, puis en 2020, malgré dia, avec près de 360 milliards ternational a redonné de l’espoir payee, qui s’était doté d’un mi­ tam Adani. « L’Inde est sous la
constructeur d’engins de chantier les manifestations d’intérêt de d’euros d’actifs en portefeuille. LIC à New Delhi, en prédisant un nistre des privatisations à la toute coupe d’un capitalisme de conni­
Bharat Earth Movers ; l’entreprise géants mondiaux comme le russe est promise depuis un an à une in­ rebond de 12,5 % du PIB indien fin des années 1990 pour céder vence, et ces privatisations ne vi­
de transport par hélicoptère Rosneft, le britannique BP ou troduction en Bourse tonitruante, en 2021. l’opérateur télécoms VSNL au sent qu’à séduire les agences de
Pawan Hans ou encore l’exploi­ l’américain ExxonMobil. la plus importante opération La pression sur le déficit reste conglomérat indien Tata, le cons­ notation actuellement très pessi­
tant de minerais Neelachal Ispat du genre de la décennie. Sauf que énorme et le Department of In­ tructeur automobile Maruti au ja­ mistes sur l’état de santé du
Nigam. L’Inde est à l’encan. le Covid­19 a eu raison d’elle, là en­ vestment and Public Asset Ma­ ponais Suzuki, et le métallurgiste pays », assure Praveen Chakra­
« La volonté de se séparer d’un core. Cette privatisation partielle nagement, équivalent local de Hindustan Zinc au groupe minier varty, un économiste proche de
très grand nombre d’entreprises Parmi les bijoux est supposée rapporter à elle seule l’Agence des participations de Vedanta, sis à Goa. la famille Nehru­Gandhi.
publiques ne résulte pas d’une « plus de 11 milliards d’euros », a af­ l’Etat, considère que l’Inde « n’est « Jusqu’à présent, le gouverne­ Un élu du BJP au pouvoir confie
idéologie politique, mais d’une
de famille firmé, samedi 27 mars, Krishna­ plus en position d’être sentimen­ ment Modi n’a pas été très agressif lui­même ses inquiétudes, sous le
conjoncture préoccupante. Pour à céder figurent murthy Venkata Subramanian, tale » avec les privatisations. sur le front des cessions. Cepen­ couvert de l’anonymat : « Les pri­
que ça marche, le premier ministre conseiller économique en chef « On pourrait augmenter les im­ dant, il pourrait être en mesure vatisations telles qu’on nous les
va devoir lutter contre certains
deux banques du premier ministre. pôts, mais ce n’est pas dans le logi­ cette fois­ci de réaliser ses plans, annonce peuvent faire naître un
membres de son gouvernement et publiques, ainsi La cession de LIC aurait dû per­ ciel du gouvernement actuel, qui car il a déjà mené les préparatifs discours négatif qui tendrait à
certains fonctionnaires, qui vont mettre à la ministre Nirmala Si­ préfère faire tourner la planche à de plusieurs dossiers », observe faire croire que l’Inde est à ven­
forcément chercher à saboter le
qu’une batterie tharaman de contenir le déficit billets, emprunter sur les marchés Dharmakirti Joshi, économiste dre. » Pas terrible en matière
processus, au nom de la défense de sociétés public à 3,5 % du produit intérieur et désinvestir, y compris dans le en chef à l’agence de notation Cri­ d’image pour un pays qui prétend
des salariés concernés par les brut (PIB) en 2020. Cependant, secteur des assurances, pourtant sil Research, filiale de Standard accéder au rang des grandes puis­
privatisations », prédit l’écono­
de l’industrie l’arrêt total de l’Inde, avec un encore très immature en Inde », & Poor’s. Compte tenu de la très sances du XXIe siècle. 
miste Jairaj Devadiga. et des services confinement extrêmement dur analyse Amir Ullah Khan, profes­ forte majorité dont il dispose au guillaume delacroix
GÉOPOLITIQUE
0123
16 | DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

johannesburg ­ correspondant régional

I
ls ont réussi leur coup : remporter une
bataille à valeur opérationnelle mo­
deste, mais à grand retentissement
symbolique et, à présent, leur guerre
continue. Jusqu’où ? Quel est le pro­
chain objectif des Chabab (« les jeu­
nes »), affiliés à l’organisation Etat islamique et
à nouveau insaisissables dans les forêts et les
villages désertés du nord du Mozambique ?
Après l’offensive surprise du groupe djiha­ Ci­contre, des civils
diste sur la ville de Palma, le 24 mars, à la fron­ ayant fui l’offensive
tière tanzanienne, et la débandade qui en des djihadistes
avait découlé du côté des forces de sécurité, le contre Palma,
gouvernement mozambicain avait déclaré, dans le nord
quelques jours plus tard, avoir repris la cité. du Mozambique,
Mais les Chabab sont parvenus à réinfiltrer arrivent à l’aéroport
Palma début avril et ont tué des habitants re­ de Pemba, le 9 avril.
venus sur les lieux. Cela ne s’est su que lorsque Au­dessous, des
les têtes des malheureux ont été retrouvées… soldats de l’armée
C’est ce genre de signature, la capacité des mozambicaine
insurgés à défier les services de sécurité, qui circulent dans les
conduit aujourd’hui l’industrie gazière tout rues de Palma,
entière à douter : et si le mégaprojet gazier en qu’ils déclarent
développement dans la péninsule d’Afungi avoir reprises aux
était en danger ? Palma ne se trouve qu’à insurgés, le 12 avril.
quelques kilomètres des installations terres­ A droite, le port de
tres de ce projet international. Le groupe Pemba, le 30 mars.
français Total, dont la participation se monte Il sert de base
à 26,5 %, est l’opérateur de l’une des trois enti­ logistique à la
tés destinées à produire du gaz naturel liqué­ construction des
fié (GNL). Le consortium aurait dû commen­ infrastructures
cer ses activités d’exportation en provenance gazières offshore.
du site en 2024. Mais, depuis les attaques, JOAO RELVAS/EPA/MAXPPP
tout est à l’arrêt. ET ALFREDO ZUNIGA/AFP
D’autres groupes pétroliers, venus de toute
l’Asie, comme la China National Petroleum
Corporation (CNPC) et l’Oil India Limited (OIL),
sont aussi impliqués, tant les découvertes,
en 2010, des grandes réserves de gaz au large
du Mozambique sont entrées dans les plans
d’accès à l’énergie de ce continent qui consi­
dère l’océan Indien comme l’un de ses rivages.
En juin 2019, Total a monté un tour de table
qui en dit long sur l’importance du projet. Y
participent les Etats­Unis (à hauteur de 5 mil­
liards de dollars [4,2 milliards d’euros] d’ar­
gent public), le Japon (3 milliards de dollars), le
Royaume­Uni, l’Italie, les Pays­Bas, l’Afrique
du Sud et la Thaïlande, la Banque africaine de
développement et quatorze banques com­
merciales. UKEF, l’organisme public britanni­

Mozambique
que qui garantit les opérations à l’export, a dé­
gagé plus de 300 millions de dollars pour
aider ses entreprises nationales à investir
dans le projet, et a garanti plus de 800 mil­
lions de dollars de prêts.

ANCIEN PETIT COIN DE PARADIS


La ruée vers le gaz mozambicain a commencé

Le gaz au défi
en 2010, avec les découvertes de réserves
sous­marines dont la taille (5 000 milliards de
mètres cubes, selon le Trésor français) pou­
vait faire du pays l’un des dix premiers expor­
tateurs mondiaux en quelques années. Trois
projets ont été développés sur ces champs,
dont celui du consortium opéré par Total,

des Chabab
Mozambique LNG. Le deuxième, Rovuma
LNG, dirigé par l’américain ExxonMobil, n’a
pas démarré. Le troisième, Coral­Sul FLNG,
mené par l’italien ENI et le chinois CNPC, pa­
rie sur un système de barges offshore.
Les activités terrestres gazières, dont la
construction de trains de liquéfaction (les
unités qui transforment le gaz extrait offs­
hore en GNL, pour permettre son trans­
port), ont été implantées dans le périmètre
Les attaques djihadistes à Palma, aux portes du futur site de Total,
d’un camp protégé, sur la péninsule
d’Afungi. Juste à côté, Palma est une petite
mettent en danger ce mégaprojet, victime aussi des contradictions
ville au bord de l’océan Indien, qui attirait il
y a dix ans encore les routards se passant le
du parti au pouvoir à Maputo et de l’essor du trafic d’héroïne. Une
nom de ce petit coin de paradis.
Dans l’intervalle, la plage idyllique s’est
situation qui bouscule les plans des géants mondiaux de l’énergie
mise à héberger beaucoup de monde : à la
communauté de pêcheurs se sont adjoints
des sous­traitants plus ou moins directs de
l’industrie gazière, des migrants venus de
divers pays et les acteurs discrets du trafic choses, ils vont s’en prendre une, ça leur pend sion finale d’investissement n’est pas prise et, Mais l’argument en cache d’autres : le pou­
d’héroïne par la grande route du Sud, qui au nez », analyse, sans fioritures, une source LE CHANTIER  si elle a lieu, cela ne sera sans doute pas avant voir est monopolisé par un ancien mouve­
part d’Afghanistan pour rejoindre le mar­ bien informée. Le site gazier pourrait ainsi GAZIER INTÉRESSE  2022. La perspective de voir l’installation de ment de libération, qui préfère recourir à des
ché européen. La province de Cabo Delgado, être l’objet d’une attaque dite « complexe », dix trains de liquéfaction semble s’éloigner. sociétés de sécurité privées sud­africaines,
à la fois pauvre et peuplée, compte égale­ consistant à forcer l’entrée d’une zone proté­ POTENTIELLEMENT  Ne restent donc en lice, pour l’instant, que les hautes en couleur, mais aux capacités limi­
ment les plus grosses réserves de rubis au gée à l’aide d’un véhicule­suicide, ou de tirs deux trains de Total. A condition que les cir­ tées sur le terrain, plutôt que de donner sa
monde, une mine de graphite exploitée par d’obus de mortier (les djihadistes avaient en­ LES INSURGÉS  constances le permettent. chance d’opérer à l’armée nationale, son état
l’industrie des véhicules électriques, des ré­ terré ce type d’armes à Palma, sans doute lamentable semblant être une garantie anti­
serves de bois précieux et d’or. dans l’idée de les utiliser plus tard), avant que
POUR DES  FORCES DE SÉCURITÉ DÉPLORABLES coup d’Etat et le moyen de continuer à margi­
Avant de s’inviter dans la géopolitique ga­ ne s’y infiltrent des combattants. PILLAGES. LES  Si le grand projet gazier mozambicain est en naliser les ex­rebelles intégrés dans ses rangs
zière de Cabo Delgado, les Chabab (qui ré­ Le chantier gazier intéresse potentielle­ danger, ce n’est cependant pas seulement la après la fin de la guerre civile, en 1992.
pondent également aux noms d’Ahlu Sunna ment les insurgés pour des pillages : installa­ INFRASTRUCTURES  faute des Chabab, peut­être les premiers sur­ L’offensive contre Palma a mis en évidence
wal Jamaa ou Ansar Al­Sunna) ont d’abord tions, machines, équipements divers dont pris de faire trembler l’industrie gazière les carences des forces gouvernementales,
fait le plein à Palma : des tonnes de vivres, un hôpital et des installations portuaires FLAMBANT NEUVES  mondiale avec une attaque menée par une dont certains éléments ont fui la ville avec la
des munitions, 1 million de dollars en li­ construits par des sous­traitants de Total. Les D’AFUNGI SONT  centaine d’hommes armés de kalachnikovs population, lors des attaques. Un connais­
quide. Ils avaient amené des camions pour infrastructures flambant neuves d’Afungi et quelques camions. Les autres responsables seur du projet gazier qualifie la situation sé­
transporter leur butin. Total ayant évacué ses sont supposées être les meilleures de la ré­ SUPPOSÉES ÊTRE  se trouvent à plus de 2 000 kilomètres au curitaire de « catastrophique » et dit être par­
employés et ses sous­traitants, il ne reste à gion. On y trouve même une piste d’atterris­ sud, à Maputo, la capitale. Les dirigeants du venu à la conclusion que les Chabab « ont fait
présent, sur le site, que les membres des for­ sage de 2 000 mètres. LES MEILLEURES  parti au pouvoir, le Frelimo, sont pris dans un la démonstration qu’ils étaient plus forts que
ces de sécurité mozambicaines, théorique­ Groupes pétroliers et investisseurs jouent DE LA RÉGION réseau de priorités contradictoires : ils se l’armée ». Ces quelques milliers d’insurgés
ment déployées pour protéger la zone des at­ gros : ces derniers ont déjà débloqué 15 mil­ sont jusqu’ici refusés à toute forme d’inter­ ont fait la preuve qu’ils pouvaient organiser
taques djihadistes, et des Sud­Africains de liards de dollars sur les 20 milliards que coû­ vention extérieure pour mettre fin au péril des attaques avec minutie, même si toutes ne
compagnies de sécurité privées. tera le projet Mozambique LNG. Le projet chabab, avançant que la souveraineté d’un réussissent pas. « Ils sont encore prenables,
Une nouvelle attaque n’est pas à exclure, vi­ d’ExxonMobil, lui, devait nécessiter 30 mil­ pays est toujours endommagée lorsque s’y mais le temps presse », ajoute la même source.
sant cette fois Afungi. « Au rythme où vont les liards de dollars pour être développé ; la déci­ déploient des armées étrangères. Le chantier de Total avait déjà été la cible d’at­
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 géopolitique | 17

pour eux. Il est idéalement situé géographi­


quement, sur l’océan Indien, et il a, de plus, ac­
cueilli à bras ouverts des sociétés indiennes
(privées et publiques), japonaise (privée), chi­
noise (publique) et thaïlandaise (publique) sur
les blocs. Depuis une décennie, toutes ces fir­
mes financent l’exploration et, désormais, le
développement. Il est logique que certaines
achètent le gaz qui sera produit dans le futur.
Les autres acheteurs se trouvent très large­
ment en Asie, zone où la croissance de con­
sommation du GNL est la plus forte au monde,
avec des pays qui abandonnent graduelle­
ment d’autres types d’énergie, comme avec le
nucléaire au Japon, après Fukushima. Si des
sociétés occidentales ont acheté du gaz du pro­
jet de Total, cela ne veut pas dire qu’elles le ven­
dront forcément en Occident, elles pourront
aussi le placer en Asie. »
Plusieurs facteurs se sont récemment con­
jugués pour doucher cet enthousiasme.
D’abord les organismes de défense de l’envi­
ronnement incluent le gaz liquéfié dans la
liste des énergies polluantes. Et établissent
une équivalence entre effets sur l’environne­
ment et effet sur les populations. Depuis
2017, les attaques des Chabab ont fait quelque
2 600 morts et 670 000 déplacés. « La vio­
lence qui sévit dans le nord du Mozambique
depuis trois ans est terrible. Mais il ne s’agit
pas seulement d’un problème régional afri­
cain, ni d’une simple lutte contre les “islamis­
tes mondiaux”, comme le prétend le gouverne­
ment mozambicain, avance Daniel Ribeiro, de
l’ONG Les Amis de la Terre­Mozambique/Jus­
tiça Ambiental. C’est un conflit complexe exa­
cerbé par le développement gazier, et notam­
ment par les activités de Total et des banques
françaises », dénonce­t­il. Les ONG environ­
nementales estiment que la nature même du
projet gazier peut entraîner le pays dans
l’abîme. Pour les défenseurs de l’environne­
ment, le gaz exporté contribuera activement
au réchauffement planétaire, alors que le Mo­
zambique est considéré comme l’un des pays
les plus exposés au risque climatique.

PLAQUE TOURNANTE DE L’HÉROÏNE


A l’inverse, Total affirme que le gaz est une
« énergie de transition », nécessaire pour se dé­
barrasser du charbon, notamment en Asie. Le
GNL est au cœur de la stratégie du groupe fran­
çais, qui prévoit de se rebaptiser « TotalEner­
taques courant 2020, alertaient, il y a déjà plu­ zambicaine en matière de sécurité. » « Nous Les acteurs du gaz plaident en conséquence gies », en mai. Derrière cette nouvelle identité
sieurs mois, des sources sud­africaines. Cer­ n’attendons pas de production avant la se­ pour une autre solution, celle d’une interven­ se cache l’idée d’un basculement de plus en
tains postes avancés autour du site d’Afungi conde moitié de 2025. De toute évidence, ce ca­ tion militaire à composante régionale. Cel­ plus important du pétrole vers le gaz et l’élec­
avaient ainsi été abandonnés par l’armée. lendrier pourrait être repoussé. En bonne logi­ le­ci ne pourrait être constituée qu’à l’appel tricité. Numéro deux mondial du GNL, le
A la suite d’attaques et de tirs atteignant que, la compagnie ne devrait redémarrer ses du gouvernement de Maputo, et s’inscrire groupe entend consolider sa position grâce à
l’intérieur du périmètre, Total avait signé, en activités sur le projet que si le gouvernement dans les organismes régionaux, puis dans ses projets d’ampleur dans l’Arctique russe et
août 2020, un mémorandum d’entente avec peut effectivement sécuriser une zone d’un l’Union africaine. Cette hypothèse rencontre au Mozambique.
l’Etat mozambicain, qui se poursuit par des rayon de 25 kilomètres autour du site. Mais, déjà quelques soutiens, car le dossier in­ Mais certains experts disent voir se profiler
réunions mensuelles au plus haut niveau. Un alors que le gouvernement affirme que Palma quiète au plus haut point sur le continent. Le un possible retournement de tendance, avec
contingent d’environ sept cents hommes dé­ a été reprise [par les forces de sécurité], il est président du Malawi, Lazarus Chakwera, sait un développement plus rapide que prévu des
fend désormais les abords du chantier, mais impossible de déterminer si les assaillants ne que son pays est aux premières loges, avec énergies renouvelables, couplées à un inflé­
ces efforts se révèlent insuffisants. « Les chefs sont pas en train de se regrouper pour un nou­ une zone d’influence chabab qui s’étend sur chissement de la politique aux Etats­Unis, où
ne commandent pas, les soldats ont peur et ne vel assaut », avertit Gerrit Van Rooyen, du ca­ son territoire. Son homologue botswanais, l’administration Biden est en rupture avec la
sont pas formés, les troupes n’ont aucune ca­ binet d’analyse de risque NKC African Econo­ Mokgweetsi Masisi, pragmatique, estime politique de son prédécesseur, fervent parti­
pacité de renseignement, aucune remontée mics, en Afrique du Sud. aussi qu’une action régionale est inévitable. san du GNL. D’autant que certains pays pro­
d’info ne vient du terrain », résume, lapidaire, « ON S’ACHEMINE  Dans la foulée de l’attaque de Palma, des ar­ La création d’une force continentale ad hoc, ducteurs de gaz à bon marché, dont la Russie,
un interlocuteur au fait du projet. VERS UN PROJET  mes automatiques démontées avaient été sur le modèle de la Mission de l’Union afri­ envisagent d’augmenter leur production
trouvées dans les bagages des habitants en caine en Somalie, l’Amisom, avec des finance­ pour combler, d’ores et déjà, ce que le Mo­
DES RETARDS DIFFICILES À PRÉVOIR BUNKÉRISÉ AU SEIN  fuite, dans le périmètre d’Afungi (dont Total ments européens et une participation améri­ zambique ne sera pas capable d’exporter. Le
Dans ces conditions, Total ne reprendra pas avait ouvert les portes) ou dans le port de caine, et au sein de laquelle on trouverait Qatar, par exemple, devrait ainsi passer de
d’activités avant que la situation sécuritaire D’UNE ENCEINTE,  Pemba (qu’ils avaient rejoint en bateau), l’ac­ aussi des contingents d’Afrique centrale ou 77 millions de tonnes par an à 110 millions.
ait changé de façon radicale. Or, l’armée mo­ tuel point nodal de la logistique gazière. orientale, est en discussion, mais dispose de « Le gaz qatari étant très peu cher à produire, il
zambicaine n’est pas réformable à court
À QUOI S’AJOUTERA  Etait­ce des infiltrés chabab ? Dans la confu­ peu de temps pour émerger. est très compétitif et pourrait empêcher, à
terme. Les formations des forces spéciales, LA PRÉSENCE  sion, rien n’a été établi. Des mouvements de moyen terme, le rythme d’accroissement de la
assurées par des militaires américains, et cel­ panique agitent à présent Pemba, reconnue « TOO BIG TO FAIL » production du Mozambique, qui, théorique­
les des policiers, par des militaires portugais, DE MILITAIRES  comme vulnérable par plusieurs sources Le risque à court terme est de voir des jeunes ment, devait arriver à produire 60 millions à
ne donneront pas de résultats rapidement. bien informées, avec des infiltrations de de la région rejoindre le maquis de Cabo Del­ 80 millions de tonnes de gaz avec une dizaine
Pour le Frelimo, qui règne sans partage sur le LOGÉS ET NOURRIS  Chabab, des complicités locales et des mili­ gado, comme l’ont fait récemment des Sud­ de trains de liquéfaction », explique M. Augé.
Mozambique, la police est la véritable co­ PAR TOTAL,  taires capables de vendre une information Africains, partis de la ville portuaire de Dur­ L’eldorado gazier mozambicain est­il com­
lonne vertébrale des forces de défense et de cruciale pour l’équivalent d’un an de salaire ban, reconnus ensuite sur des photos circu­ promis ? En plus de la menace djihadiste,
sécurité, dont l’occupation, en temps normal, COMPLÉTÉE PAR  (600 euros), le tarif en vigueur. lant sur les réseaux sociaux. « Ils ont pu quasi­ d’autres facteurs, jusqu’ici sous­estimés, con­
consiste davantage à étouffer toute contesta­ Total peut­il invoquer une situation de ment gagner un terrain de djihad en voiture tribuent à saper la confiance des pétroliers en
tion qu’à défendre les frontières du pays. DES SOCIÉTÉS DE  force majeure et se retirer du projet ? La pos­ avec deux pleins d’essence. C’est autrement la possibilité d’un retournement rapide et dé­
Les pétroliers s’en étaient accommodés jus­ SÉCURITÉ PRIVÉES » sibilité existe, mais elle n’est pas encore en­ plus simple que d’aller en Syrie ou en Irak », cisif de la situation. Le passage de grosses
qu’ici. Début février, le PDG de Total, Patrick visagée. « Le régime Frelimo est humilié par s’inquiète une source sécuritaire régionale. quantités de drogues embarquées à bord de
Pouyanné, se disait même confiant. « Le projet BENJAMIN AUGÉ cette situation, il ne va clairement pas ergoter Le temps presse aussi pour le projet gazier. boutres au Pakistan et arrivant sur les côtes
est sur les rails, et la partie ingénierie est en chercheur associé à l’IFRI sur des principes juridiques d’arrêt des tra­ Les promoteurs, le gouvernement mozambi­ du Mozambique révèle le contexte politique
avance », expliquait­il. Puis est survenue la dé­ vaux. Pour ce qui est de la réponse sécuritaire, cain, les sociétés pétrolières et les investis­ réel du pays, devenu une plaque tournante de
monstration des Chabab à Palma. Le groupe la restructuration de l’armée et celle de l’appa­ seurs le croyaient too big to fail (« trop gros l’héroïne mondiale.
français est habitué à opérer dans les zones à reil de renseignement, indispensable dans la pour échouer »). Or, Mozambique LNG Selon les rapports de Global Initiative, un
risque, mais il n’est nulle part confronté ainsi lutte contre ce type de nébuleuse, vont pren­ (13,1 millions de tonnes de gaz par an) est tem­ consortium d’ONG basé à Genève et dont les
à la possibilité de se retrouver la cible d’un dre du temps, c’est­à­dire des années. Total ne porairement dans les limbes ; Rovuma LNG premières enquêtes ont été publiées en 2018,
groupe djihadiste dominant le terrain. va pas attendre aussi longtemps. On s’ache­ (15,2 millions de tonnes par an) demeure vir­ « 10 à 40 tonnes d’héroïne » passent chaque an­
Le retard que va prendre le projet est encore mine donc selon toute vraisemblance vers un tuel. Et Coral­Sul FLNG est nettement plus pe­ née par ce corridor, à destination de l’Afrique
difficile à prévoir. Le calendrier, selon Benja­ projet bunkérisé au sein d’une enceinte, à tit. Il ne devrait produire que 3 millions de du Sud et de ses ports depuis lesquels la mar­
min Augé, rédacteur en chef de la lettre Africa quoi s’ajoutera la présence de militaires logés tonnes de gaz liquide par an, grâce à des bar­ chandise est ensuite acheminée vers l’Europe.
Energy InteIligence et chercheur associé à et nourris par Total, complétée par des socié­ ges de liquéfaction flottantes ne nécessitant Les acteurs de ce marché sont connus, leurs
l’Institut français des recherches internatio­ tés de sécurité privées, comme cela se fait qu’un minimum de logistique terrestre. Si la noms figurent dans les rapports précis et in­
nales (IFRI), « glissera fortement, car tous les dans d’autres zones difficiles, au Nigeria ou en situation ne s’améliore pas, même Total formés de Global Initiative. Il est établi qu’ils
sous­traitants du groupe français sont non Irak », anticipe M. Augé. pourrait envisager de changer de projet pour ne peuvent continuer à opérer qu’en bénéfi­
seulement partis de la zone de construction Par ailleurs, opérer dans un milieu djiha­ passer au tout­offshore. ciant de protections au plus haut de l’appareil
d’Afungi, mais certains autres stationnés à diste présente un autre type de risque : celui En dépit des difficultés sécuritaires, ce pro­ politique au Mozambique. Après la chute de
Pemba, à plusieurs centaines de kilomètres au d’être confronté à la suspicion d’avoir dû jet a été développé dans un contexte de forte Palma, précédée par celle d’un point d’entrée
sud, ont également été sommés d’en partir dé­ acheter sa tranquillité, ce qu’un patron fran­ demande en GNL. « La quasi­totalité des Etats encore plus important, Mocimboa da Praia, en
but avril. Il est cependant difficile d’envisager çais du secteur énergétique appelle le « risque asiatiques sont en déficit énergétique, rappelle août, et les menaces sur Pemba, les trafiquants
un départ pur et simple de la major au vu des Lafarge », faisant allusion aux démêlés judi­ M. Augé. Ceux qui en ont les moyens signent ont pris une mesure simple : ils débarquent
réserves en jeu : les plus importantes du conti­ ciaires du groupe cimentier accusé d’avoir des contrats de gaz à long terme, afin de s’as­ leurs cargaisons un peu plus au sud. Le pays
nent après celles du Nigeria. Le gel des travaux payé des groupes liés à l’organisation Etat is­ surer d’un approvisionnement stable et ga­ compte plus de 2 000 kilomètres de côtes. 
peut aller de quelques mois à plus d’un an, lamique, avant d’ajouter : « Plus personne ne ranti pendant les deux prochaines décennies. jean­philippe rémy
mais la décision dépendra de la réponse mo­ veut prendre le moindre risque de ce type. » Le Mozambique présente plusieurs avantages et nabil wakim (à paris)
0123
18 | géopolitique DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

Le Mozambique, entre ambitions


gazières et pression djihadiste Les intérêts français liés
Dzaoudzi au projet gazier à Mayotte
Ce pays baigné par l’océan Indien possède
Mamoudzou Aéroport de Dzaoudzi
les deuxièmes réserves de gaz d’Afrique point d’atterrissage potentiel
pour les gros-porteurs
Longoni
Hôpital de Mamoudzou
potentiel lieu d’évacuation
Mayot te
sanitaire des employés
(FRANC E)
Les Chabab gagnent Port de Longoni
du terrain autour base possible
du mégaprojet gazier pour les navires d’exploration
et de construction

Nd zo uan i
Moutsamoudou (An jo uan)
Cabo Afungi,
2 avril 2021 Zone de concession
en construction Le Mozambique,
sur la route de l’héroïne
Maganja Zone industrielle ARCHIPEL DES
de GNL
Installations COMOR ES
portuaires
Nsemo Fomboni
N ORD

Sens de la vue
Péninsule Camps pionniers de la grande
d ’Afu n g i et extension Mo ili carte
Baie Monjane,
(Mo héli) TA N Z A N I E
Quitupo, C O M O RES
de Palma 2 janv. 2021 Moroni
1er janv. 2021
Namanengo,
15 nov. 2019 Cabo Pemba
Quitunda Delgado M AYOT T E
Piste Nga zidja M A L AW I ( Fr a n ce )
2 avril 2021 2 avril 2021 d’atterrissage Nampula
(Gra nde Comore ) ZAMBIE
Angoche
Palma
Route m e
Palma-Afungi 5k M A DAG A S CA R

IEN u
MOZ AMBIQUE

iq
mb
oza
IND
Village de Quitunda construit par Total pour

Canal du M
Z I M BA BW E

OCÉAN
reloger les habitants de la péninsule d'Afungi.
Environ 23 000 habitants de Palma s'y sont Canal du
réfugiés après l'attaque de leur ville, fin mars. Mozambique
Certains ont depuis été évacués par bateau
vers le port de Pemba. OCÉAN INDIEN ESWAT I N I Maputo
500 km
NORD

L ES OT H O
Durban
A FRI Q U E
DU SUD

1 LES AMBITIONS GAZIÈRES Le Cap


DU MOZAMBIQUE...
Bloc 4
Mozambique LNG, piloté (ExxonMobil,
par Total, est un mégaprojet gazier ENI)
encore en chantier
Gisement gazier
Bloc d’exploration sous-marine

2 ... REMISES EN QUESTION Bloc 1 (Total)


1 350 personnes
PAR LA MONTÉE DES CHABAB évacuée
s par b
ateau
Leur origine Quirimbas
Iles
Mocímboa da Praia, Pemba
Les Chabab sont majoritairement (port important
Voir zoom (prise en août 2020
issus de la communauté mwani...
Palma et déclarée capitale par les Chabab) pour la logistique gazière)
... et de la communauté makua on
Quitunda par avi
es évacuées
560 personn
La communauté makonde est accusée
par les Mwani et les Makua d’accaparer Macomia
Route nationale 380
les ressources de cette province isolée 5 200 (enjeu sécuritaire crucial)
1 900
Port de Mtwara Namapa
Leurs actions (les autorités tanzaniennes Parc national
redoutent l’arrivée des Chabab, des Quirimbas
Attaques entre le 1er janvier 2018 et dont une partie des combattants
le 3 juin 2019 (première revendication viennent de Tanzanie) MOZAMB IQUE
de l’organisation Etat islamique)
6 550 Mueda
Entre le 4 juin 2019 et fin 2020 50
(importante ville régionale
En 2021 où se trouve une grosse garnison
et des stocks d’armes) Province de
500
Assaut du 24 mars sur la ville C abo D elgado 300
stratégique de Palma
Cible éventuelle des Chabab Flux de déplacés
internes 50
TAN ZAN IE
Flux de déplacés internes
Pla

Montepuez
3 300 (plus grosse réserve Namuno
te

de rubis au monde)
Leurs potentielles sources de revenus
au

Masasi
de

Circuit du trafic d’héroïne 100


qui alimenterait en partie
M
u

les revenus du groupe


e

a
d

Mine de rubis ou d’or


Réserve de graphite
(20 % à 40 % des réserves mondiales)
50 km
Sources : The Armed Conflict Location and Event Project (Acled) ; Vers la réserve
IOM ; Stratfor ; UNODC ; communauté OpenStreetMap ; Le Monde d’or de Niassa Cartographie Le Monde : Flavie Holzinger et Xemartin Laborde
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 géopolitique | 19

Inquiète des
atteintes au droit
à l’avortement en
Europe, la politiste
Bérangère
Marques­Pereira
dénonce la
« colonisation
éthico­politique »
de l’Eglise
catholique

« My Body, My Soul »
(2019), de Ritu
Sinha. GALLERY 1202

Bérangère Marques­Pereira ticien. Nous étions dans une autre époque,


dans les années 1960­1970, quand, un peu
partout, des médecins s’engageaient jusqu’à
défier les autorités politiques et judiciaires.
Ritu Sinha
Née en 1976 au
Rajashtan, dans le nord

« Empêcher une femme


Il n’y a par ailleurs pas de formation médi­ de l’Inde, cette artiste
cale systématique en ce domaine. Même dans peintre vit depuis 2002 à
mon université, les techniques pour prati­ New Delhi. Le triptyque
quer l’avortement sont un cours à option. présenté ci-dessus, dans
lequel elle mélange

de recourir à l’avortement met Va­t­on, en Europe, vers une carence


en médecins pouvant pratiquer l’IVG ?
Ce n’est pas invraisemblable. Ceux qui pra­
tiquent les IVG aujourd’hui sont peu nom­
acrylique, aquarelle,
feuille d’or et crochet,
est un hommage à la
dentiste indienne Savita

en cause le droit à la santé » breux et approchent souvent de l’âge de la


retraite. Au­delà de ça, le problème des dé­
serts médicaux se pose déjà dans plusieurs
pays, dont la France.
Halappanavar, morte
à la suite d’une fausse
couche dans un hôpital
irlandais après que
des médecins ont refusé
La lutte pour l’IVG reste­t­elle d’interrompre sa
déterminante pour le mouvement grossesse. « Mon travail
féministe, mobilisé sur beaucoup porte sur les histoires
ENTRETIEN lement en amont la question de l’accès à la
contraception. Alors que les contraceptifs
réversibilité des lois, sur laquelle tablent
par exemple les « pro­life » américains…
d’autres fronts actuellement ?
Oui, sans nul doute. Le mouvement fémi­
des oubliés et traite
des questions politiques
bruxelles ­ correspondant
modernes sont considérés comme des « mé­ C’est possible. Avec la montée des conserva­ niste est très actif sur l’enjeu de l’avortement du passé et du présent.

P
olitiste et professeure à l’Univer­ dicaments essentiels » par l’Organisation tismes, des pays comme le Salvador et le parce que le fait de ne pas pouvoir y recourir Je ne représente pas
sité libre de Bruxelles, Béren­ mondiale de la santé, de nombreux Etats Honduras ne se contentent plus d’interdire est considéré comme une violence à l’égard mes propres histoires,
gère Marques­Pereira publie européens ne les remboursent pas et sou­ totalement l’IVG, mais ils considèrent désor­ des femmes. Il a fallu attendre la Conférence mais je crée des liens
aux éditions du Centre de re­ mettent leur accès aux mineures à une auto­ mais qu’une femme victime d’une fausse de Vienne, en 1993, pour acter que les droits entre celles de millions
cherche et d’information socio­ risation parentale. couche a, en fait, voulu avorter… humains s’appliquent aussi intégralement… d’autres personnes »,
politiques (Crisp) L’Avortement Quand on reconnaît le droit d’accès à aux femmes. A partir de là, on a dû considérer explique l’artiste.
dans l’Union européenne. Acteurs, enjeux En revanche, quels sont les progrès l’avortement, on ne reconnaît pas pour qu’empêcher une femme d’avorter mettait
et discours. Un vaste panorama d’une ques­ récents qui peuvent être notés ? autant la libre disposition de soi et la liberté en cause le droit à la santé et pouvait repré­
tion controversée au moment où des tenta­ Ceux accomplis par la France et le grand­ reproductive. Seul un pays comme la Suède senter une forme de coercition reproductive.
tives de restriction mettent en lumière, duché de Luxembourg, qui ont sorti l’avorte­ s’en approche. Comprenons bien que la légis­ Permettre de pouvoir renoncer à une gros­
comme aux Etats­Unis, l’éventuelle réversi­ ment du code pénal pour l’intégrer dans le lation actuelle est fondée sur le droit à la sesse reste d’autant plus d’actualité que les
bilité du droit à l’interruption volontaire de code de la santé. La Belgique a fait de même, santé, et vue comme un moyen de lutte effi­ opposants à l’avortement sont beaucoup
grossesse (IVG). mais a maintenu le principe de sanctions pé­ cace contre le recours à l’avortement clan­ plus actifs qu’ils ne l’étaient dans les années
nales à l’égard des médecins et des femmes destin. Elle ne provient pas du droit à la vie 1970 et qu’ils ont des relais, au niveau de
Les débats sur les restrictions à l’IVG [en cas de non­respect des conditions dans les­ privée et de la libre disposition de soi. l’Union européenne notamment.
sont vifs dans plusieurs pays américains. quelles l’avortement doit être pratiqué]. Le combat pour le droit à l’IVG n’est pas
L’Europe se dirige­t­elle aussi vers une ré­ terminé et les militants restent vigilants. Qu’en est­il de l’Eglise catholique ?
gression, telle qu’elle se manifeste en Polo­ Vous évoquez dans votre livre quelques En 2013, quand le gouvernement conserva­ Restera­t­elle définitivement inflexible
gne ou telle qu’elle a été évoquée en Italie ? cas particuliers, et généralement teur de Mariano Rajoy a voulu réformer la loi sur ce sujet ?
L’Europe, où est globalement reconnu le méconnus, de la situation en Europe. espagnole, assez libérale, il s’est heurté à une Sans doute, même si les Eglises nationales
droit d’accès à l’IVG, connaît l’un des taux Dont celui de l’Allemagne… telle mobilisation, dans son pays et à l’étran­ ne sont, elles, pas monolithiques. La position
d’avortement les plus faibles au monde. On La Constitution allemande met en avant le ger, qu’il a dû faire marche arrière. Le texte actuelle du Vatican peut sembler plus moder­
assiste à quelques libéralisations timides, droit à la vie, ce qui suppose, en théorie, une adopté en 2015 réintroduit uniquement la niste, mais j’ai étudié les discours officiels du
mais également à d’importantes régressions. interdiction de l’avortement, mais l’accès y nécessité d’une autorisation parentale pour Saint­Siège sur l’éthique, au niveau de la doc­
En Pologne, on a affaire à une quasi­interdic­ est en fait permis, avec quelques variations les mineures souhaitant avorter. trine et au niveau séculier – qui se recoupent
tion [désormais proscrit en cas de malforma­ selon les Länder. En revanche, toute publi­ d’ailleurs totalement –, et j’ai constaté qu’ils
tion grave du fœtus, l’avortement ne reste pos­ cité ou campagne pour l’IVG est prohibée. Vous plaidez pour le droit des femmes à sont restés les mêmes depuis le concile
sible qu’en cas de menace pour la vie de la Une gynécologue qui avait mentionné les disposer d’elles­mêmes en matière de re­ Vatican II (1962­1965). Sauf, peut­être, pour la
femme enceinte et si la grossesse est le résultat possibilités de se faire avorter sur son site a production. Voyez­vous ce but s’éloigner ? prise en compte de certaines questions
d’un viol ou d’un inceste]. A Malte, l’interdic­ été poursuivie. Elle a persévéré pour faire Sur le terrain, force est de constater que comme les féminicides. Pour le reste, l’idéal
tion est totale. éclater le problème. [Sa condamnation à l’enjeu principal reste la reconnaissance, réaffirmé est celui du couple mère­enfant, du
Dans les pays dotés de lois libérales, l’accès 6 000 euros d’amende, en 2017, a entraîné un pour les femmes, d’un droit à la santé. La li­ « maternalisme marianiste », comme disent
à l’IVG est entravé par le recours abusif à l’ob­ débat dans le pays et conduit à un assouplis­ bre disposition de soi et le droit d’accès à les Latino­Américains, avec les idées de com­
jection de conscience de la part des méde­ sement de la loi.] Il faut aussi relever que, l’IVG fondé sur un droit à la santé ne sont pas passion, de souffrance, de soin aux autres.
cins. C’est fréquent en Europe centrale, mais dans certains pays dotés d’une législation contradictoires : il ne s’agit pas de revenir à
aussi en Italie, où le ministère de la santé in­ sur l’IVG, comme l’Autriche par exemple, les des situations non médicalisées, non sûres. Les mouvements religieux ultraconserva­
dique que 70 % des médecins recourent à la interventions ne se font quasiment que Il est sans doute utopique d’imaginer que teurs, voire violents, contestant le droit
clause de conscience. Elle est en quelque dans les grandes villes. le droit à l’IVG soit intégré à la Charte des à l’IVG connaissent un regain. Ont­ils
sorte institutionnalisée quand des chefs de droits fondamentaux de l’Union euro­ le soutien direct de Rome ?
service imposent par exemple à leur person­ En Europe centrale, c’est l’argument péenne. Mais les militants légitiment cette Il est difficile de répondre à cette question.
nel de refuser tout soin post ou pré­avorte­ du déclin démographique qui est invoqué revendication sur la base de résolutions du L’initiative citoyenne européenne One of
ment. Dès lors, le droit d’avorter est rendu pour créer un frein supplémentaire… Parlement européen, du Conseil de l’Europe Us lancée par des associations antiavorte­
inaccessible sur 80 % du territoire italien. Les ex­pays de l’Est sont objectivement ou de grandes conférences internationales ment a été officiellement soutenue par dif­
Il faut également souligner les obstacles confrontés à un problème démographique, des Nations unies sur les droits des femmes férents papes. [Cette pétition, qui réclamait
administratifs et légaux qui, en s’accumu­ mais, depuis la Conférence internationale et les droits humains. Les textes émis par les l’arrêt du financement par l’Union euro­
lant, compliquent l’accès à l’IVG : délais lé­ sur la population et le développement comités de suivi des différents traités liés péenne de la recherche impliquant la des­
gaux restreints, délais de réflexion obliga­ organisée par les Nations unies, au Caire, aux droits des femmes et aux droits hu­ truction d’embryons humains, a recueilli
toires et infantilisants [en France, le délai de en 1994, la question de la reproduction n’est mains permettent aussi cette légitimation. 1,7 million de signatures en 2014. Elle a été re­
réflexion de sept jours a été supprimé en plus considérée comme un problème de po­ Cela n’aboutira peut­être pas de mon vivant, jetée par la Commission européenne.] Rome,
2016], obligation de s’assurer du consente­ litique démographique mais comme une cela ne résoudra pas tout, mais les bases par l’entremise de la Commission des épis­
ment de la femme – c’est important, mais question relevant du droit des individus. pour avancer existent. copats de l’Union européenne, pèse sur les
pourquoi davantage que pour une autre Cela change le paradigme et laisse de côté questions éthiques. Et, au sein des instances
opération médicale ? la question de la démographie, et donc de Vous indiquez également dans votre livre internationales, le Saint­Siège se livre à une
Enfin se dressent des barrières financières. l’instrumentalisation du corps des femmes que de plus en plus de jeunes médecins sorte de colonisation de la parole éthico­po­
Le délai légal pour avorter variant d’un Etat à au profit d’une politique publique. invoquent leur clause de conscience pour litique : il estime que ce qu’il considère
l’autre (jusqu’à la 12e semaine de grossesse ne pas appliquer la loi. Cela peut étonner… comme la loi naturelle devrait s’inscrire
dans la plupart, mais 22 aux Pays­Bas), les Vous estimez que la montée des populis­ C’est pourtant la réalité. Cela peut être dû à dans le droit positif, tant pour les non­
femmes qui le dépassent dans leur pays n’ont mes conservateurs, conjuguée à celle de la montée des idées conservatrices, mais croyants que les croyants. 
pas toutes les moyens de financer un voyage l’antiféminisme, représente une menace. aussi au fait qu’une IVG n’est, a priori, pas propos recueillis par
et une intervention à l’étranger. Se pose éga­ De quoi redouter une éventuelle l’acte médical le plus valorisant pour un pra­ jean­pierre stroobants MARC RAYET
CULTURE
0123
20 | DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

Le groupe
Magenta, des
trentenaires
qui tiennent
à préserver
leur
anonymat.
P&M STUDIO

Les batailles de Magenta
A l’individualisme ambiant, le groupe, d’ex­membres de Fauve, oppose une électro chaleureuse et généreuse

MUSIQUE Tout faux. Tout faux. » Derrière ce


Faux furieux se cachent quatre
che pas les bonnes cases, on a foiré
notre QCM, plaisantent­ils dans
une musique entre deux eaux,
joyeuse, positive, mais avec un
« On a Mustang et La Femme, dont les
Magenta sont proches, ces en­

L
ongtemps, la France a pris anciens membres de Fauve, l’un leur studio d’enregistrement, à fond de fragilité, de mélancolie. redécouvert fants des années 1990 font même
les groupes en grippe. Les des groupes français phares de deux pas de Pigalle. Après, peut­ Chez les Daft Punk, mine de rien, il l’actualité discographique de ce
rares formations qui ces dix dernières années. De 2013 être que, une fois la pandémie y a pas mal de mélodies en mineur,
la French touch printemps. « On sent que, dans les
avaient l’heur de plaire au à 2015, leur chanter­parler à fleur passée, les gens se retrouveront d’accords de septième… » sur le tard, un médias comme sur les réseaux so­
public – Bijou, Téléphone, Indo­ de peau a guéri bien des plaies, et autour de ces chansons, qu’on es­ Avant eux, d’autres groupes ont ciaux, il y a une prime aux projets
chine… – ne rencontraient guère hérissé quelques poils : un EP, un père libératrices… » Malgré la pluie associé électro et chant en fran­
monde fascinant individuels dont l’image et le sto­
les faveurs de la critique : au pays double album, une trentaine de de disques d’or et de platine qui çais. Mais, à rebours de la légèreté et intimidant », rytelling sont finement élaborés,
d’Et moi et moi et moi et des Bataclan, dont un dernier, le leur est tombée dessus, leur re­ de Paradis, Polo & Pan ou L’Impé­ parfois même en amont de la mu­
chansonniers rois, les « rock’n’roll 26 septembre 2015, quelques se­ gard a gardé l’étincelle des petits ratrice, Magenta assume la pesan­
explique sique. Nous, on a grandi avec IAM,
bands » étaient perçus comme un maines avant les attentats. débutants, tout de maladresses teur de ses alliages : « Pour les tex­ le groupe NTM, le Wu­Tang, Oasis… Au lycée,
truc d’Anglo­Saxons. Pas de ça ici, Face au risque de la routine, et de rêves XXL. tes, on a rouvert les portes du pro­ on était 15 avec une guitare, 12 avec
pas de « nous » chez nous. Il fau­ les garçons ont fauché le félin. jet précédent, il y a toujours ce be­ une basse… Aujourd’hui, la tech­
dra attendre les années 1990 pour Le quintette est devenu quar­ « Besoin cathartique » soin cathartique. » Cependant, absolue, c’est toujours Aimé Jac­ nologie favorise les démarches en
que les collectifs deviennent cool, tette, Fauve s’est rebaptisé S’ils ont mis tant de temps à gra­ à l’ivresse de mots et de notes de quet. Refuser la facilité, jouer en autarcie : il suffit d’un ordi, et
dopés par l’émergence des musi­ « Autrans », puis « Magenta ». ver ce Monogramme, c’est qu’ils Fauve, Magenta oppose une équipe… » L’un des hymnes de la basta. Cela dit, on continue de pen­
ques dites « urbaines et électroni­ Dans une vie antérieure, celle ont abordé les musiques électro­ épure salutaire : « Avant, on empi­ victoire de l’équipe de France, lors ser que, lorsqu’un groupe monte
ques » – le rap français et la French d’avant le succès, les mêmes se niques comme une terra inco­ lait les sons, pour conjurer la peur de la Coupe du Monde de football, sur scène, les énergies sont mieux
touch, ainsi qu’on désignait ces faisaient appeler autrement gnita, avec humilité : « On a redé­ du vide. On a appris la soustrac­ en 1998, était Music Sounds Better réparties, la dynamique est diffé­
genres respectifs. encore – The Fleets, par exemple. couvert la French touch sur le tard, tion, le “cut”. L’utilisation de la voix With You, du groupe Stardust. rente que pour un projet solo,
Or, voilà que, dans un article sé­ A l’époque, ils jouaient du rock en un monde fascinant et intimidant. comme instrument, aussi. La plas­ Magenta l’a adapté en français. même quand on est aussi doué
pulcral, paru en mars, The Guar­ anglais ; aujourd’hui, ils se font On ne se sentait pas légitimes, tique des textes est plus musicale et La reprise, qui s’intitule Avec toi, a qu’un Eddy de Pretto. »
dian sonne la fin des groupes : trop les chantres d’une French touch alors on s’est plongés dans les tu­ anglo­saxonne, moins gauloise. » été adoubée par Thomas Bangal­ La vie en groupe protège autant
lents, trop chers, trop compliqués en français. tos, dans les machines d’époque… Là où la barque de Fauve était ter, tiers de Stardust et moitié des qu’elle abîme. Les entrelacs de
à gérer, pas assez incarnés, insuffi­ D’avatars en avatars, un prin­ On a eu envie d’apprendre les ba­ menée en solitaire, ou presque, Daft Punk : « Sans trop claquer des Monogramme sont le fruit d’ater­
samment « instagrammables », cipe est resté immuable : pas ses, avant de faire évoluer le projet les quatre garçons sont cette fois bretelles, on était hyper­touchés moiements parfois violents : « On
cramponnés à des musiques et à question de mettre en avant les vers quelque chose de plus accompagnés par Because, l’un par sa bienveillance. Cinq jours n’était pas forcément d’accord sur
des pratiques d’un autre temps, individualités. Le collectif prime, contemporain. Ça a été très la­ des principaux labels indépen­ après que Bangalter valide notre la direction à emprunter. On ba­
décrète en substance le quotidien et parle d’une seule voix : « On a borieux. » Dans le local exigu, sa­ dants français. « Livrer les entre­ reprise, on a appris la séparation lançait, pour simplifier, entre les
britannique. Jadis symboles des commencé à faire de la musique turé d’écrans, de câbles et de cla­ pôts de la Fnac et mettre des tee­ des Daft… Passé le moment de deux premiers albums des Daft : il y
solidarités prolétaires, les bands se ensemble il y a dix­quinze ans, à viers, l’affiche d’Interstellar trône shirts dans des enveloppes, on l’a deuil, on a basculé dans la gra­ avait l’école Homework (1997), très
trouvent relégués sur le banc des l’âge où c’est décisif, disent les en bonne place : « Ses films futuris­ fait par le passé, c’était super. Mais titude. La musique, en général, club et rugueuse, et l’école Disco­
remplaçants, ringardisés par une trentenaires, qui insistent pour tes, Christopher Nolan les tourne on avait envie de vivre une autre leur doit tant. » very (2001), plus mélodique. Fina­
ère qui n’a de numérique que le préserver leur anonymat. Ça nous en péloche. C’est hyper­inspirant ! aventure, de mettre toute notre La séparation du duo casqué lement, l’écriture du morceau So­
nom : sur les plates­formes et les tient, et nous cimente. » Sortir un On tient à ce que l’assise de nos énergie dans l’artistique. Et puis, survient après d’autres mises lide a joué un rôle de déclic. Tout a
réseaux, les pop stars sont indivi­ disque qui appelle à faire corps, morceaux soit analogique, organi­ l’expérience de Because dans les entre parenthèses : Thérapie Taxi, été plus facile, après. » En matière
duelles, ou ne sont plus. sur des rythmiques dansantes, que, sensuelle. » musiques électroniques nous a Air, Justice… « Nekfeu, c’est super, de virage artistique aussi, leurs
au moment où les boîtes de nuit Ainsi de leurs clips, qui mettent rassurés. On écoute leurs conseils, mais il est passé où, son crew modèles sont nichés dans un ima­
D’avatars en avatars sonnent creux et où la valeur en valeur la vulnérabilité de jeu­ même si notre liberté est totale. » 1.9.9.5. ?, s’interroge Magenta. ginaire nineties et pluriel : Radio­
Ce requiem résonne, de ce côté­ci groupe se démonétise à petit feu : nes visages du cinéma français – Bande Organisée aurait­il tant de head qui bascule du rock d’OK
de la Manche, avec une drôle les Parisiens ont conscience Vincent Rottiers, Sigrid Bouaziz… Projet éminemment familial succès s’il n’était pas porté par les Computer (1997) à l’électro de Kid
d’apostrophe, façon Brel, enrou­ d’être à côté, sinon de la plaque, Ainsi du nom du groupe, qui fait Les garçons ne se sont pas défaits poids lourds du rap que sont Jul et A (2000), Damon Albarn qui passe
lée dans des boucles électroni­ du moins de l’époque. « On ne co­ référence à un boulevard parisien de tous leurs fantômes, loin s’en SCH ? Il y a quelques années, on des guitares de Blur aux beats de
ques. Il s’agit du septième mor­ grouillant de vie. « C’est un endroit faut. Fauve avait baptisé son dou­ avait été marqués par une inter­ Gorillaz… « On n’est pas des gros
ceau de Monogramme, l’embal­ auquel on est très attachés, où se ble album Vieux Frères ? Magenta view des Phoenix, où ils estimaient teufeurs, mais ce qui nous a ras­
lant premier album du groupe cristallisent les contrastes qu’on reste, de même, un projet émi­ que la notion de groupe était mal­ semblés autour de l’électro, c’est sa
Magenta, paru le 9 avril : « Dis
Malgré la pluie voulait aller chercher : des mélan­ nemment familial, au propre menée. Cela se vérifie, hélas. Messi, générosité. Ce que tu perds lors de
vieux, dis tu t’souviens. A une de disques d’or ges très vivants et vibrants d’une comme au figuré. L’un des mem­ Neymar et Ronaldo sont plus puis­ la création, en termes de partage,
époque, on f’sait les beaux. On part ; et quelque chose d’urbain, de bres est issu d’une fratrie comp­ sants que leurs clubs. » tu le retrouves ailleurs, dans la cha­
s’disait : faut faire les choses bien.
et de platine qui bétonné, de bordélique, d’un peu tant deux paires de jumeaux ; un Pour les premières parties de leur des textures, le groove qui fé­
On s’disait : faut pas jouer perso. » leur est tombée lourd et agressif de l’autre. Et puis, autre est père de jumelles ; un ses concerts, au Bataclan et dère… » Une boucle techno dé­
Arrive le refrain, comme un toc­ avant d’être un boulevard, Ma­ troisième élève, pareillement, ailleurs, Fauve avait pris l’habi­ boule à l’improviste dans le stu­
sin : « Les anciens maint’nant,
dessus, leur genta est une bataille. Cette idée de deux jeunes enfants… Tous sont tude d’inviter des collectifs pro­ dio. Il est midi, tous les crânes do­
c’est nous, poteau. Mais nous on regard a gardé défi nous plaisait. » Cinq ans du­ restés fidèles à leurs amitiés ly­ metteurs : Feu ! Chatterton, Ba­ delinent, synchrones : « Ce côté
fait les types, style on est encore rant, le quatuor s’est mis en quête céennes et estudiantines, forgées garre, Grand Blanc, The Pirouet­ fraternel, rien ne pourra l’altérer.
chauds, comme si on savait quoi,
l’étincelle des du parfait équilibre entre groove de repas au McDo en « répètes » tes… Beaucoup sont encore en On est câblés comme ça. » 
mais on va pas t’mytho. On a faux. petits débutants et gravité. « La French touch, c’est dans des caves… « Notre référence activité. Avec d’autres, comme aureliano tonet
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 culture | 21

« The Who Sell Out »,

S É L E C T I O N   A L B U M S
LE STAGIONI
Officina Romana
Œuvres du début du XVIIIe siècle par
Carlo Vistoli (contre­ténor), Le Stagioni et

indémodable chef­d’œuvre pop


Paolo Zanzu (clavecin, orgue, pianoforte,
direction).
Claviériste et chef d’orchestre jamais à
court d’idées pour servir sur un plateau
engageant quelques morceaux du passé, Paolo Zanzu nous
Le troisième album du groupe (1967) ressort dans une édition de luxe convie ici à un véritable festin musical en composant le menu
imaginaire d’une soirée chez un cardinal romain aux environs
de 1710. D’une brève « sinfonia » d’Antonio Caldara à une can­
tate de chambre très ciblée d’Alessandro Scarlatti, le régal est
permanent. Grâce aux multiples saveurs des Stagioni, l’ensem­
ble à géométrie variable fondé par le jeune Sarde, que le contre­
ténor Carlo Vistoli vient parfois épicer. Illusion de castrat mais
réalité de vestale vouée à l’entretien du feu lyrique, le chanteur
enflamme les arias de l’inconnu Cesarini et du célèbre Haendel
avec un égal bonheur. A ses côtés, Paolo Zanzu multiplie les
numéros de jonglage, avec les répertoires, les instruments
et les notes. En particulier lors d’une hallucinante sonate
de Domenico Scarlatti interprétée sur une copie du premier
pianoforte de l’histoire.  pierre gervasoni
1 CD Arcana/Outhere Music.

JIHYE LEE ORCHESTRA


Daring Mind
Les Américaines Mary Lou Williams,
Carla Bley, Maria Schneider, la Japonaise
Toshiko Akiyoshi et, plus récemment,
l’Allemande Monika Roscher et la
Danoise Kathrine Windfeld sont quel­
ques­unes des compositrices – la plupart
instrumentistes – et chefs d’orchestre dont la musique passe
par la forme du big band jazz. On y ajoutera la découverte,
pour nous avec son deuxième album, Daring Mind, de Jihye
Lee, née à Séoul, passée par la pop avant de s’installer aux Etats­
Unis, où elle a étudié le jazz. En neuf compositions, elle enthou­
siasme par une écriture inventive, foisonnante en surprises de
la section de vents, imbrications rythmiques, en rapport érudit
avec l’histoire du jazz en grande formation. On entendra ici et
là l’impressionnisme de Gil Evans (Unshakable Mind), le swing
de Count Basie (Struggle Gives You Strength, Why Is That), les
déploiements de Duke Ellington (GB), des traces des musiques
de films policiers de Lalo Schifrin (Dissatisfied Mind). Ou dans
Revived Mind, des citations orientales. Et surtout, au­delà de ces
possibles références, une identité affirmée.  sylvain siclier
1 CD Motéma/PIAS.

GODSPEED YOU ! BL ACK EMPEROR


G_d’s Pee AT STATE’S END !
Un an après le début de la pandémie, la
sortie d’un nouvel album des pontes du
post­rock Godspeed You ! Black Emperor
laisse entendre une note d’espoir – on
se souvient du grandiose Yanqui U.X.O.,
Roger Daltrey, Pete Townshend, John Entwistle et Keith Moon, en 1966, à Londres. TONY CALE/PICTORIAL/DALLE APRF sorti après le 11 septembre 2001. Car, si
les épopées instrumentales du collectif engagé montréalais ex­
halent une vision apocalyptique du monde, elles tendent géné­
ralement aussi, après les ténèbres, vers une aube, une éclaircie.
MUSIQUE faste d’abord destiné aux fans,
mais justifié par le feu d’artifice vi­
Leur inspiration prouvant que ce quatuor souvent
sous tension savait aussi s’amu­
Ecrit principalement sur la route avant la crise sanitaire, puis
enregistré avec des masques en octobre 2020, leur septième

C
omme beaucoup de suel et musical du disque originel. est aiguillonnée ser. Pete Townshend y démontre album, G_d’s Pee AT STATE’S END !, a été produit par leur
leurs confrères et amis Au croisement du pop art et des également la progression de son compatriote Jace Lasek, autre orfèvre de l’emphase avec son
des années 1960 (Beat­ Monty Python, la pochette de
par les visions savoir­faire pop, en exprimant, à groupe The Besnard Lakes. L’album est constitué de deux piè­
les, Rolling Stones, The Who Sell Out (« les Who sont hallucinogènes la guitare acoustique, une délicate ces d’une vingtaine de minutes chacune (les plus impression­
Kinks…), les Who ont d’abord été des vendus ») demeure une des vulnérabilité dans Sunrise, ou une nantes), et de deux autres titres de six minutes. Combinaison
remarqués pour leurs singles plus marquantes et drôles des six­
du rock complexité harmonique sous in­ de classique et de rock expérimental, leur musique cathartique
avant de gagner leurs lettres de ties. On y voit recto verso une psychédélique fluence Brian Wilson dans I Can’t installe une tension dramatique qui explose rarement avant
noblesse grâce au format album. photo de chaque musicien paro­ Reach You. Son sens de l’observa­ d’atteindre dix minutes. Mais, lorsque le collectif déploie alors
Lancé, à partir de 1965, par des diant une publicité (Townshend
californien tion des névroses adolescentes toute son intensité – l’apothéose finale de Government Came
titres électrisant les frustrations vantant les mérites d’un déodo­ pouvant aussi concilier drôlerie sublimé par les violons de Sophie Trudeau –, le vertige émo­
des baby­boomers (My Genera­ rant avec un stick géant sous l’ais­ et émotion dans Tattoo, chanté tionnel est toujours au rendez­vous.  franck colombani
tion, I Can’t Explain, Anyway, selle, Daltrey plongé dans un bain pairs à l’époque, l’inspiration des avec une délicieuse ambiguïté par 1 CD Constellation Records.
Anyhow, Anywhere, Substitute…), de Heinz Baked Beans…), pour an­ Who est aiguillonnée par les Roger Daltrey.
le quatuor londonien, formé noncer l’improbable parti pris visions hallucinogènes du rock La profusion des morceaux pro­ STR4TA
par le chanteur Roger Daltrey, le de l’album. Entrecoupé de jingles psychédélique californien. Censé posés dans ce coffret (et dans une Aspects
bassiste John Entwistle, le batteur et pastiches de réclames, celui­ci « ouvrir les portes de la percep­ moindre mesure dans la réédi­ Voilà un disque qui sied à merveille avec
Keith Moon et l’auteur­composi­ imite en effet le déroulé d’une tion », le mouvement élargit en tion double CD et double album l’ouverture des pubs en Angleterre, et qui
teur­guitariste­chanteur Pete émission de radio pirate. tout cas le champ des expériences vinyle) témoigne d’une efferves­ fera danser dans leur salon les Français
Townshend, s’est imposé grâce à musicales. cence créative typique de l’épo­ encore confinés. L’album de STR4TA
des monuments discographi­ Idée loufoque Plusieurs des meilleurs mor­ que et du « work in progress » Aspects rend hommage au mouvement
ques tel Tommy (1969), Who’s Dans un des textes du livret, Pete ceaux de l’album se colorent ainsi d’un audacieux auteur­composi­ anglais Brit funk de la fin des années
Next (1971) ou Quadrophenia Townshend rappelle la genèse de de riffs et effets tournoyants, rap­ teur d’à peine 22 ans. Qu’il s’agisse 1970 et 1980, une fusion jazz­funk et dance qui a influencé
(1973), souvent riches d’ambi­ cette idée loufoque. Pris de court pelant que le songwriter, porte­ de versions alternatives de aussi bien les groupes de new wave que ceux du punk rock.
tions conceptuelles. par son manageur, Chris Stamp, parole des mods britanniques, chansons de The Who Sell Out, de Jean­Paul « Bluey » Maunick, le guitariste d’un des groupes les
Si les deux premiers albums le pressant de sortir un nouvel avait gobé, en 1967, son premier singles parus à l’époque (comme plus importants de ce courant, Light of the World, s’est associé
des Who – My Generation (1965), album, l’ancien étudiant en art, acide. Qu’il s’agisse des boucles deux titres des Rolling Stones, avec son vieil ami de quarante ans, le DJ et patron de label
A Quick One (1966) – contiennent design et publicité, peu satisfait inversées d’Armenia City in the The Last Time et Under My Thumb, Gilles Peterson, pour convoquer les meilleurs musiciens de
chacun son lot de pépites, c’est des maquettes de ses récents Sky (une composition de John enregistrés en soutien à Keith Londres et retrouver cette énergie que seuls les Britanniques
leur troisième opus, The Who Sell morceaux, essaie d’imaginer un « Speedy » Keen, futur fondateur Richards et à Mick Jagger, alors étaient capables de créer. Ici Rhythm in Your Mind avec le bas­
Out (1967), qui dessinera pour la concept d’emballage permettant de Thunderclap Newman, ami emprisonnés pour une histoire siste Francis Hylton est irrésistible, ainsi que Dance Desire,
première fois la cohérence d’un de mieux vendre le futur objet d’enfance et chauffeur occasion­ de stupéfiants), d’inédits ou de qui fait s’entrechoquer quelques notes de piano et un entêtant
chef­d’œuvre pop. Plusieurs fois auprès de son public. nel de Townshend), de l’orgue maquettes que Townshend – ar­ breakbeat. Steppers Crusade a des accents brésiliens, tandis que
réédité et augmenté de titres Inspiré par les émissions de entêtant de Relax (joué par Al chiviste­analyste hors pair de sa Kinshasa FC s’échappe vers le Congo. Une Brit funk réjouissante
bonus, ce disque trop méconnu radios clandestines, telles Radio Kooper) et surtout du sommet propre œuvre – peaufinait en pré­ et épanouie hors de ses frontières.  stéphanie binet
reçoit aujourd’hui les honneurs London ou Radio Caroline, qui explosif de I Can See For Miles. In­ curseur du home studio. 1 CD Brownswood Recordings.
d’une Super Deluxe Edition. Soit avaient grandement contribué à troduit par un accord foudroyant Une évolution haletante palpa­
cinq CD (pour 107 morceaux) en­ l’émergence du rock britannique, mouliné par le guitariste et une ble, en particulier, dans les 5 mi­ PIERS FACCINI
châssés dans un riche livret de le guitariste choisit de simuler salve pétaradante de Keith Moon, nutes 52 de Rael (1 and 2), le trei­ Shapes of the Fall
82 pages au format 33­tours, l’une d’elles, entre hommage et avant que le chant de Daltrey zième et dernier morceau de The Délicat, aérien, d’une irrésistible douceur,
complété d’un coffret contenant satire. Lui et Stamp pensèrent résonne d’un écho halluciné, ce Who Sell Out. Un an après A Quick même lorsque sa guitare s’électrise et
deux 45­tours vinyle et quantité même pouvoir marchander ces titre deviendra l’un des hymnes One While He’s Away, longue les percussions cavalent, le nouvel album
de reproduction de photos, publicités auprès de vraies les plus populaires du groupe, chanson en six mouvements qui du chanteur anglo­italien oscille entre
contrats et affiches d’époque. Un marques. « J’étais sûr que Coca­ permettant, entre autres, de terminait le deuxième album folksong (chanté en anglais), drapé par
Cola et les autres seraient heureux booster sa carrière aux Etats­Unis. des Who, Townshend démontrait les cordes d’un quatuor, et groove gnawa
de payer pour atteindre nos fans. Une des forces de ce troisième à nouveau son goût des construc­ avec le luth guembri et les karkabous, joués par les frères Malik
Ce ne fut pas le cas », note opus est de conjuguer cette puis­ tions scénarisées avec ce mini­ et Karim Ziad, le chant du maalem Abdelkebir Merchane, inté­
Ce troisième Townshend avec autodérision. sance électrique – que le groupe opéra dont plusieurs lignes mélo­ gré dans le titre All Aboard, l’un des sommets de cet opus,
Loin des angoisses existentiel­ poussait à son paroxysme lors de diques allaient bientôt se retrou­ avec l’Américain Ben Harper. Né dans la banlieue londonienne,
opus conjugue les qui façonneront plus tard des concerts autodestructeurs – avec ver dans Tommy.  exilé volontaire dans les Cévennes gardoises depuis plus
puissance « rock­opéras » comme Tommy un humour décalé et une finesse stéphane davet de quinze ans, Piers Faccini chante ce que lui souffle la terre
ou Quadrophenia, le concept de mélodique en pleine expansion. amère, « la complainte des animaux, des oiseaux, des insectes,
électrique, The Who Sell Out cimente une Rythmé par les déconnades radio­ The Who Sell Out, Super Deluxe des arbres, des fleuves et des océans ». Il explique aussi, « pour
humour décalé mosaïque d’autant plus enthou­ phoniques, le disque s’aère d’une Edition, de The Who, 5 CD, ne pas sombrer dans les eaux sombres du lamento, appeler par
siasmante qu’elle est sans préten­ fantaisie débridée (les espagnola­ 2 singles, 1 livret et objets divers, ces chansons à la guérison, en évoquant des traditions de transe
et finesse tion. Mais pas sans imagination. des de Mary Anne With the Shaky Universal. Disponible aussi en méditerranéennes ».  patrick labesse
mélodique Comme pour beaucoup de leurs Hands, le swing d’Odonoro…) version 2 CD ou 2 LP, Universal. 1 CD No Format ! Beating Drum/L’Autre Distribution.
0123
22 | culture DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

La colère des artistes­auteurs ne faiblit pas


Les suites données au rapport Racine suscitent davantage de déception que d’adhésion chez les intéressés

L
a scène illustre le peu de artistes­auteurs, dont les condi­ polie de souligner que le dossier qu’un ministre s’empare enfin de toriels coabondés par les organis­
cas accordé aux auteurs tions économiques et sociales se n’est que partiellement traité.
C’est la mise leur sort. Un problème d’autant mes de gestion collective, aux­
depuis fort longtemps. dégradent, se situent dans « un Autre piste importante laissée en place d’une plus complexe que la notion d’ar­ quels s’ajoutent le fonds de solida­
Dans son ouvrage Fou­ angle mort » des politiques publi­ de côté : la création d’un taux mi­ tiste­auteur regroupe des métiers rité et des réductions de cotisa­
cault en Californie (Zones, 144 pa­ ques. Ses suggestions, saluées par nimal de droits d’auteur, corres­
réforme et des statuts fort différents. Des tions sociales. C’est la mise en
ges, 16 euros), Simeon Wade rap­ les créateurs, sont restées sans ef­ pondant à 10 % du prix de vente en profondeur négociations ont déjà commencé place d’une réforme en profon­
porte que le philosophe Michel fet pendant plus d’un an. Dans la d’un livre. Cette revendication de dans le cinéma et l’audiovisuel deur qui pose problème. D’abord,
Foucault expliquait, en 1975, avoir même veine, le rapport des dépu­ partage de la valeur demandée
qui pose pour définir des minima sala­ la résolution de difficultés récur­
envoyé son manuscrit d’Histoire tés Pascal Bois (LRM) et Cons­ depuis des années semble tout problème riaux ; le prix de la page est fixé rentes, comme les graves failles de
de la folie à cinq éditeurs parisiens tance Le Grip (LR) sur le statut des sauf révolutionnaire. Elle est pour les traducteurs, mais les l’Agessa, l’organisme de sécurité
avant d’en trouver un qui le pu­ auteurs a aussi souligné, en oubliée, à la grande satisfaction contrats d’édition sont au point sociale des auteurs, qui ont per­
blie (en 1961). « Et encore, on ne l’a juillet 2020, la paupérisation des éditeurs. D’ailleurs, Arnaud (auteurs, photographes, critiques mort. Là, le ministère assure que duré pendant quarante ans. Et,
accepté que parce qu’un de mes croissante de ces derniers et le dé­ Nourry estimait, juste avant son d’art, peintres illustrateurs, BD, il­ des négociations vont démarrer surtout, la mise en place toujours
amis l’a défendu devant le comité séquilibre de leurs relations avec éviction de la présidence d’Ha­ lustrateurs, plasticiens…) – inter­ sous la houlette de Pierre Sirinelli. chaotique de la branche Urssaf,
de lecture de Plon, qui l’a publié les producteurs, éditeurs ou dif­ chette Livre, que « ce qui avait été pellent Mme Bachelot dans une Quant aux plasticiens, la loi qui créée en janvier 2020 pour recou­
sans prendre la peine de le lire. fuseurs. En décembre 2020, un repris du rapport Racine » par la tribune publiée samedi 17 avril prévoit une rémunération lors vrer les cotisations sociales des ar­
Tous les autres éditeurs ont dé­ troisième rapport, signé par Rue de Valois constituait « un dans Le Monde, estimant que ses d’expositions dans les musées est tistes en lieu et place de l’Agessa et
claré que c’était un livre aberrant, Pierre Sirinelli, professeur de compromis qui [lui] allait ». dernières annonces « sonnent le fort peu appliquée. Mais la Rue de de la Maison des artistes. Le minis­
incompréhensible, verbeux et in­ droit privé à Paris­I, a, en revan­ glas des espoirs qu’a fait naître » le Valois se contente, au lieu de la tère botte en touche en expliquant
vendable. Je n’ai reçu que quelques che, suggéré l’abandon du contrat Incompréhension rapport Racine. A leurs yeux, « les faire respecter, de « vouloir faire que ces dysfonctionnements ne
milliers de francs de droits de commande – une proposition Si une vingtaine d’associations artistes­auteurs sont exclus du aboutir les travaux en cours »… relèvent pas de sa compétence
d’auteur. Le contrat n’était pas de Bruno Racine – au profit de né­ professionnelles, comme la So­ droit commun. Et le ministère en Les aides financières accordées mais de celle du ministre de la
exactement équitable. » Peu de gociations d’accords collectifs. ciété des gens de lettres (SGDL) ou est complice ». aux artistes­auteurs depuis le dé­ santé, Olivier Véran, à qui Mme Ba­
choses ont changé. Finalement, l’actuelle ministre le Conseil permanent des écri­ Au même titre que le prix uni­ but de la pandémie de Covid­19 chelot a écrit en janvier. Et assure
En janvier 2020, le rapport de de la culture, Roselyne Bachelot, vains (CPE) – fort peu va­t­en­ que du livre a laissé son nom à la sont unanimement saluées qu’un bilan de ce transfert est en
Bruno Racine intitulé L’Auteur et n’a repris, mi­mars, qu’une petite guerre –, jugent encourageantes loi Lang, les auteurs attendent – 13 millions d’euros de fonds sec­ cours de réalisation par l’Urssaf.
l’acte de création, remis au minis­ partie du rapport Racine, en les premières mesures de Mme Ba­ La réforme du conseil d’adminis­
tre de la culture de l’époque, omettant une préconisation­ chelot, l’incompréhension de­ tration de l’organisme de gestion
Franck Riester, déplorait que les phare : la création d’un statut pro­ meure entre auteurs et pouvoirs Les vingt-trois propositions « Racine » de sécurité sociale des auteurs doit
fessionnel, qui devait être suivie publics. « Le plan annoncé par la enfin, comme ils le souhaitaient,
par l’organisation d’élections pro­ ministre porte un coup de grâce au Dans un rapport réalisé par Bruno Racine à la demande du leur permettre de piloter ce ré­
Remis en fessionnelles. Bruno Racine a pré­ rapport Racine. Si la détresse des ministère de la culture, remis le 22 janvier 2020, 23 propositions gime – 16 sièges sur 24 leur étant
cisé au Monde : « L’ouverture de artistes­auteurs est amplement étaient avancées pour améliorer les conditions de travail réservés. Mais rien n’est résolu sur
janvier 2020, négociations annoncée par la mi­ connue et documentée, il n’est pas des artistes-auteurs. Constatant une fragilisation grandissante le choix et la représentativité des
le rapport nistre de la culture secteur par sec­ à l’ordre du jour d’y remédier », dé­ de celles-ci, malgré l’essor global de l’industrie culturelle, le futurs administrateurs.
teur sous l’égide de l’Etat doit être plore la Charte, qui compte les rapport insiste sur la nécessité de développer un statut précis La ministre a créé une délégation
déplorait que les saluée si elle permet d’obtenir rapi­ plus militants. La Guilde fran­ de l’artiste-auteur, prenant en compte le temps passé à créer dévolue aux questions des au­
artistes-auteurs dement des avancées significati­ çaise des scénaristes a aussi ap­ une œuvre. Il recommande notamment d’accroître la teurs et compte, dans les prochai­
ves au profit des artistes et des pelé « à aller beaucoup plus loin ». représentativité des organisations syndicales par la tenue nes semaines, abaisser le seuil
se situent dans auteurs, mais la question de la dé­ Benoît Peeters et Samantha Bailly d’élections professionnelles dans chacun des secteurs de la d’accès des artistes­auteurs aux
« un angle mort » finition de ce qu’est un artiste­ – la plus lobbyiste parmi les signa­ création, la détermination d’un taux de référence de rémunéra- indemnités journalières maladie
auteur professionnel et de sa re­ taires des quinze artistes­auteurs tion proportionnelle par secteur et l’augmentation de la part et maternité. Pas sûr que cela suf­
des politiques présentation devra trouver, tôt ou représentant les organisations des aides accordées directement aux artistes-auteurs dans fise à calmer leur colère. 
publiques tard, une solution durable. » Façon professionnelles ou syndicales l’ensemble des aides publiques allouées à la culture. nicole vulser

Des négociations possibles sur


un calendrier des sorties de films
AU CŒUR DE LA MYTHOLOGIE
L’Autorité de la concurrence donne, sous conditions,
son feu vert à une concertation temporaire des distributeurs
La grande encyclopédie de référence

U ne première hypothèque
est levée », affirme Isa­
belle de Silva, présidente
de l’Autorité de la concurrence,
pour éviter les méfaits du pire
depuis 2016, quatorze films iné­
dits sortent en moyenne en salle
chaque semaine.
A la suite d’une lettre commune
de l’Agence pour le développe­
d’accéder à une offre diversifiée et
à tous types de films », précisant
« qu’ils ne pourront jamais aller
au cinéma quatre fois par jour ».
De plus, les signataires devront
embouteillage de films qu’on ait ment régional du cinéma (ADRC), justifier de leur contribution au
jamais connu, qui se profile à la l’Association française des ciné­ progrès économique. Un précé­
réouverture des salles. Vendredi mas d’art et essai (Afcae) et le dent avis rendu en 2009 devrait
16 avril, le gendarme de la concur­ Bureau de liaison des organisa­ leur donner un coup de pouce
rence a rendu un avis favorable, tions du cinéma (BLOC), à la mé­ puisque les objectifs culturels peu­
mais sous conditions, « sur un diatrice du cinéma, Laurence vent être admis comme « source
projet de concertation des distri­ Franceschini, cette dernière a sai­ de progrès économique ». L’accord
buteurs de films portant sur un ca­ si en février l’Autorité de la devra aussi « être au moins neutre
lendrier de sortie » des longs­mé­ concurrence. La question était de du point de vue des exploitants de
Le n°2 trages dès que les cinémas pour­ savoir si les distributeurs pou­ salles ». Et prouver que les autres

9€
ront à nouveau accueillir du pu­ vaient ou non engager des négo­ solutions de diffusion de films
Une collection ,99 blic. « Les discussions pour ce ciations pour autoréguler leurs – directement par les plates­for­
présentée par
seulement projet d’accord – qui n’existe pas sorties et donner une chance aux mes de vidéo à la demande ou les
Barbara Cassin, encore – vont pouvoir démarrer films plus fragiles d’exister face à chaînes de télévision – sont insuf­
helléniste et philosophe,
membre de l’Académie
entre les professionnels du ci­ une marée de blockbusters. fisantes pour faire baisser le stock.
française néma », explique Mme de Silva. En l’état du droit, l’Autorité de Enfin, et c’est là que l’affaire
La pandémie ayant obligé les la concurrence considère « qu’un pourrait se corser, cet accord
salles à rester fermées pendant accord temporaire de ce type est devra être limité dans le temps
« Dieux et héros de la mythologie de longs mois en 2020 et 2021, le susceptible de constituer une en­ et pourrait porter uniquement
© Edouard Caupeil

nous apprennent que la mesure nombre de films inédits produits, tente prohibée par le droit natio­ sur la date de sortie des films.
de l’homme c’est d’être à sa place en attente d’une date de program­ nal et européen » mais pourrait en D’autres paramètres essentiels
et de ne jamais y rester. » mation en salle et stockés sur revanche, « dans un cadre conten­ de concurrence pourraient sub­
les étagères des distributeurs a tieux, bénéficier d’une exemption sister comme « le nombre d’éta­
atteint un niveau jamais égalé individuelle à condition de remplir blissements dans lesquels les films
(Le Monde du 31 mars). D’autant un certain nombre de critères ». seraient diffusés, le nombre de
que les tournages ont repris à Isabelle de Silva souligne que le copies de films, les horaires des
peu près normalement depuis futur accord devra démontrer séances » ou « la durée d’exposi­
Le numéro 2 mai 2020. Si bien que 400 longs­ « qu’il ne sera pas préjudiciable aux tion des films ».
HERCULE - Champion des demi-dieux métrages français et internatio­ spectateurs, en leur permettant Les négociations professionnel­
naux, laissés au milieu du gué, les entre distributeurs et exploi­
Dans chaque volume, rédigé par des spécialistes, les aventures étaient répertoriés mi­mars. Sans tants peuvent désormais démar­
compter ceux qui ont fait une car­ rer pour affiner un calendrier des
mouvementées des grands personnages de la mythologie expliquées
rière éclair de deux jours en salle
Quatre cents sorties de films. Les distributeurs
et illustrées avec plus de 80 documents iconographiques.
Revivez le spectacle fascinant des héros et des dieux !
en octobre 2020. Un casse­tête longs-métrages indépendants, qui ont le plus à
qui ressemble à « un tapis roulant perdre, ne cachent pas leur satis­
bloqué qui reçoit sans fin des vali­
français et faction. « Cet avis a une portée
ses dans un aéroport », illustre internationaux, symbolique très forte », se réjouit
Isabelle de Silva. Selon le Bureau Etienne Ollagnier, coprésident du
de liaison des organisations du
laissés au milieu Syndicat des distributeurs indé­
Pour découvrir un extrait gratuit, rendez-vous sur www.mythologiegeohistoire.fr
cinéma (BLOC), il faudrait mettre du gué, étaient pendants (SDI). Il espère que « des
Toutes les 2 semaines chez votre marchand de journaux à l’affiche 50 à 60 films par se­ garde­fous pourront être trouvés
maine pour écouler ce stock dans
répertoriés pour réguler enfin le marché ». 
des délais raisonnables, alors que, mi-mars n. v.
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 télévision | 23
Netflix met la formule 1 en pole position NOTRE
SÉLECTION
La troisième saison de « Drive to Survive » séduit un public qui a l’âge des pilotes, friand de découvrir les coulisses de la F1 DIMANCHE 18 AVRIL

Arte
Bonnie and Clyde
NETFLIX Fisch, directeur de la communica­ 20.55 Mythique. En 1967, Arthur Penn
À LA DEMANDE tion de la Fédération internatio­ réunissait Faye Dunaway et Warren
SÉRIE DOCUMENTAIRE nale de l’automobile (FIA). Beatty. Cette cavale de deux amants
Côté français, où l’on attend magnifiques a été sélectionnée

C
omment ne pas y avoir depuis vingt­huit ans le succes­ en 1992 pour être conservée à la
pensé plus tôt ? Il est seur d’Alain Prost, dernier cham­ bibliothèque du Congrès des Etats-
flagrant que le milieu de pion du monde tricolore (1993), Unis pour son « importance culturelle,
la formule 1 réunit tous 2020 a été faste : en septembre, à historique ou esthétique ».
les ingrédients d’une fiction réus­ Monza (Italie), Pierre Gasly a rem­
sie : l’argent, le pouvoir, les secrets, porté le premier Grand Prix d’un France 5
l’espionnage industriel… Et vingt pilote français depuis 1996 (épi­ Elizabeth II : les derniers
jeunes pilotes héroïques – du fils sode 6) ; en décembre, Esteban combats d’une reine
de millionnaire (Lance Stroll) au Ocon (24 ans) décrochait son 20.50 Elle a régné plus longtemps
fils de garagiste (Esteban Ocon) –, premier podium au Grand Prix de que son aïeule Victoria, et comme
prêts à risquer leur vie à chaque vi­ Sakhir (Bahreïn), qui plus est sur elle, elle vient de perdre l’homme
rage. Le tout dans des cadres para­ une Renault, rebaptisée « Alpine » de sa vie. Le réalisateur Pierre Hurel
disiaques, du désert de Bahreïn au cette saison. Le point d’orgue fut brosse le portrait de cette souveraine
port de Melbourne en passant par l’accident spectaculaire, le 29 no­ éternelle sur laquelle le soleil semble
la Côte d’Azur… Formula 1. Drive to vembre, de Romain Grosjean au avoir renoncé à se coucher. Avec la
Survive (mal traduit en français par Grand Prix de Bahreïn (épisode 9). voix off de Denis Podalydès, un regard
Pilotes de leur destin) en fait la dé­ Rose, 20 ans, en 2e année de li­ respectueusement… républicain.
monstration vrombissante. Alors cence de droit à Paris, affiche la foi
que se court dimanche 18 avril le du converti : « Ce n’est pas qu’une
Grand Prix d’Emilie­Romagne à course ! On côtoie les pilotes, les LUNDI 19 AVRIL
Imola (Italie), les dix épisodes de la équipes, on parle politique, écono­
saison 3 sont disponibles sur Les vingt pilotes, héros de la saison 3 de la série « Formula 1. Drive to Survive ». NETFLIX mie… On voit que tout a une rai­ France 5
Netflix depuis vendredi 19 mars. son ! » Depuis l’été 2020, avec ses Rouge baiser
La plate­forme américaine a dû copines, elle ne rate plus un Grand 20.50 Réalisé en 1985 par Véra
se montrer patiente. Les diffu­ velopper la discipline sur le Web et dollars, un droit d’accès inédit Résultat, la série enthousiasme ; Prix. De quoi faire des envieux. Le Belmont, ce film aura fait couler
seurs restaient persuadés que seul les réseaux sociaux. Au risque de aux coulisses des Grands Prix et et fait venir dans les tribunes championnat du monde de moto des larmes et provoqué beaucoup
le direct pouvait captiver le télés­ faire fuir les jeunes générations. aux acteurs du milieu – sous ré­ virtuelles de nouvelles généra­ GP a annoncé qu’il devrait pro­ d’émois devant le couple Charlotte
pectateur. Confortés en cela par serve de respecter un délai de six à tions de tifosis. « S’il y a un an on chainement disposer de son Drive Valandrey et Lambert Wilson.
Bernie Ecclestone, grand patron de Caméras embarquées huit mois entre le tournage et la m’avait dit (…) que je serais à fond to Survive, produit par Mediapro et
Formula One Management (FOM) Il aura fallu attendre que le diffusion. Techniquement, la sé­ sur une série qui parle de F1, alors diffusé sur Amazon Prime.  LCP
pendant trente ans. L’homme qui groupe américain Liberty Media rie se distingue par ses plans spec­ ça mes enfants… », s’étonne dans catherine pacary Face à face pour l’Elysée
a fait de la F1 l’événement sportif le lui rachète la FOM, en 2017, pour taculaires, des caméras embar­ un tweet la dessinatrice de BD 20.30 Les sept grands débats
plus médiatique derrière les Jeux que la roue tourne. Netflix a pu quées à bord des bolides, un dé­ Pénélope Bagieu. « Les pilotes sont Formula 1 : Drive to Survive, présidentiels depuis 1974 racontés
olympiques et la Coupe du monde acheter, pour un montant estimé coupage thématique strict de cha­ de la génération de ceux qui regar­ saison 3, réalisé par Sophie Todd par le menu, en coulisses, avec de
de football, a toujours refusé de dé­ entre 5 millions et 10 millions de que épisode. dent Netflix », observe Olivier (EU, 2021, 10 × 38­51 min). l’ironie et des anecdotes à foison.

Kate Winslet mène l’enquête sous le ciel gris de Pennsylvanie


Après « Mildred Pierce », la Britannique revient au petit écran dans « Mare of Easttown », un polar efficace situé dans la Rust Belt américaine

OCS CITY ans, des choix particulièrement ju­ par la drogue et une maladie men­ autre jeune femme un an plus tôt aux autres et accordent plus d’at­ nement intérieur de Mare, son
LUNDI 19 – 21 H 55 dicieux. Et la réussite de Mare of tale qui semble se transmettre de et reprend l’enquête. tention aux costumes qu’à la di­ sens de l’humour et son implaca­
MINISÉRIE Easttown, polar déprimé sur fond génération en génération dans la En passant le crime au crible du rection d’acteurs ou au rythme. ble sang­froid, sa détermination
de Rust Belt, doit beaucoup à son famille. Sa mère (Jean Smart, im­ déterminisme social, Mare of East­ En cela, Mare of Easttown est le aveugle, mais aussi l’élan vital qui

P our sa deuxième participa­


tion à une série après
l’inoubliable Mildred Pierce,
de Todd Haynes, Kate Winslet s’of­
fre un de ces rôles comme elle les
interprétation du personnage
principal, qui parvient à faire
oublier le cadre très balisé dans le­
quel il évolue.
Inspectrice de police à Easttown,
payable), sa brillante ado (Angou­
rie Rice) et son petit­fils sont les
seules lumières d’un quotidien
morose, rythmé par des accidents
de la vie qui ressemblent, dans ces
town n’échappe pas au recyclage
de thèmes – féminicides, pédocri­
minalité, rôle trouble de l’Eglise…
La série de Brad Ingelsby fait toute­
fois l’économie du misérabilisme,
négatif réussi de The Undoing,
autre minisérie policière estam­
pillée HBO, sortie en octobre, do­
tée d’un budget et d’un casting
5 étoiles. Réflexion vaine et en­
la pousse à accepter les avances
d’un intellectuel à belle gueule de
passage dans la région. Deux sal­
les, deux ambiances. Inutile de
préciser celle dans laquelle on
aime, un peu pataud, compact et petite ville désindustrialisée de coins­là des Etats­Unis, à un des­ notamment grâce à des seconds nuyeuse sur le pouvoir des appa­ s’amuse le plus. 
cérébral, de préférence sans ma­ Pennsylvanie dans laquelle elle tin. Etre grand­mère à moins de rôles finement écrits. Il n’est, en rences et de l’argent, The Undoing audrey fournier
quillage ni brushing, et surtout à connaît tout le monde, Mare est 50 ans en est un. Mourir tôt égale­ outre, pas interdit d’accorder une s’appuyait essentiellement sur le
mille lieues de la Rose de Titanic. une ancienne star de basket du ly­ ment. Quand la jeune Erin (Cailee prime à l’efficacité du scénario et vide intérieur traîné par le per­ Mare of Easttown, série créée par
Ce systématisme pourrait lasser, cée qui n’a pas déjoué tous les pro­ Spaeny) est retrouvée morte dans de la mise en scène, à l’heure où sonnage de Nicole Kidman, riche Brad Ingelsby. Avec Kate Winslet,
il conduit au contraire la Britanni­ nostics. Divorcée, elle peine à faire la forêt, Mare fait le rapproche­ tant de miniséries se contentent héritière à la garde­robe bien four­ Julianne Nicholson, Jean Smart,
que à faire, depuis plus de vingt le deuil de son fils aîné, emporté ment avec la disparition d’une d’accoler les séquences les unes nie. A ce creux répond le bouillon­ Guy Pearce (EU, 2021, 7 × 60 min).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :
I. A elle les petits flots et le grand SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 21 - 091
PAR PHILIPPE DUPUIS
large. II. Hauts porteurs de faines. Pa-
tron en région. Fait circuler la ru-
N°21­091 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
meur. III. A déjà un long parcours 75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
9 8 7 4 3 1 6 2 5

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 derrière elle. Parti, mais où ? Ni clerc 3 2 4 7 6 5 1 9 8 Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71


ni religieux. IV. Exprime l’accéléra- 5 1 6 2 9 8 3 7 4 (prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
I
tion de la pesanteur. Les verts sont 6 3 6 7 8 9 4 2 5 1 3 Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
Par courrier électronique :
4 5 1 3 8 7 2 6 9
persistants. V. En saillie sur le coude. 8 1 4 2 3 9 5 1 6 8 4 7 abojournalpapier@lemonde.fr.
II Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
Evite les dérapages. VI. Taillée à 8 4 2 1 5 9 7 3 6

grands coups de lame. Dans la partie. 7 9 5 6 2 3 4 8 1 Courrier des lecteurs


III 4 7 1 6 3 8 7 4 9 5 2 Par courrier électronique :
VII. Englouti dans les flots bretons. courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
IV Bûches, tartes et autres beignes 1 Expert Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
sortent de chez lui. VIII. Protection Emploi : www.talents.fr/
V sous-marine. Préposition. Sous le sa- 2 7 9 Complétez toute la
grille avec des chiffres Collection : Le Monde sur CD-ROM :
bot d’un cheval. IX. La première sur le allant de 1 à 9. CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VI
tapis. Possessif. Aux bouts de l’ave-
3 5 4 8 Chaque chiffre ne doit Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
nue. X. Réveillent les nostalgiques du être utilisé qu’une
VII 9 2 5 seule fois par ligne, La reproduction de tout article est interdite
programme commun. sans l’accord de l’administration. Commission
par colonne et par
VIII VERTICALEMENT 6 2 3 7 carré de neuf cases.
paritaire des publications et agences de presse
n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
1. Absorbée et neutralisée. 2. Authen- Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget)
IX
tifient et authentiquent. 3. Font les
singes en Amérique du Sud. Un peu
X
de stabilité. 4. Grogne du cruciver-
biste. Saisît au passage. 5. Personnel. HORS-SÉRIE
NOUVEAU Présidente :
Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
Se fit entendre. Sur la portée. 6. Re-
SOLUTION DE LA GRILLE N° 21 - 090
couvertes et protégées comme de
HORS-SÉRIE 67-69, avenue
Pierre-Mendès-France

Le guide santé
75013 PARIS
grandes voies. 7. Arrondissement de

ventre
HORIZONTALEMENT I. Permissivité. II. Adaptée. Yuan. III. Sic. Erte. Lut. Tél : 01-57-28-39-00
l’Oise. 8. Le chlore. Arrivées parmi Fax : 01-57-28-39-26
IV. Stop. Iodée. V. Eoliennes. Fe. VI. Preste. Notât. VII. Aï. Tâtât. Roi.
nous. Patron du calendrier. 9. Rem- MENUS BIEN-ÊTRE
L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
VIII. Salé. Tsarine. IX. Sua. Pet. Ta. X. Exclusivités. portée d’un bon trait. En tube ou sur
ET PROGRAMMES FORME

93290 Tremblay-en-France
ALIMENTS CHAMPION

VERTICALEMENT 1. Passe-passe. 2. Editoriaux. 3. Racole. Lac. 4. Mp. Piste. le terrain. 10. Roi de Juda. Belle en sa- TOUT SUR LES FODMAPS

HYPERSENSIBILITÉ
En vente chez votre marchand de journaux Montpellier (« Midi Libre »)

5. Ite. Eta. Pu. 6. Serinettes. 7. Séton. Asti. 8. Edenta. 9. Vy. ESO. Rti (tir).
bots. 11. Se meurt au théâtre. Trois
ET INTOLÉR ANCE

QUOI DE NEUF
?
et sur boutique.lavie.fr Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
SUR LE MICROBIOTE
Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
cartes semblables sur le tapis.
10. Iule. Triât. 11. Tau. Faon. 12. Entretiens. 228 pages - 14 € durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
12. Bien logées pour ne pas dépasser. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
24 | carnet 0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

Mia Latrille, Saint-Félix-de-Pallières. Lasalle.

Jovan Divjak Le Carnet


son épouse,

Anne-Claire, Carole, Adeline, Henri,


Pierre et Hélène,
Claire Serra-Wittling,
Hélène Coviaux-Wittling,
ses filles
et leurs familles,
Communications diverses

Cette Église qui vide les églises.

Figure de Sarajevo
ses enfants,

Adam, Louis, Elie, Anna et Line, ont la tristesse de faire part du décès Un livre qui ouvre de nombreuses
ses petits-enfants de pistes de réflexion pour les humains
Vous pouvez nous faire Mme Marcelle WITTLING, en quête de sens à leur vie et à la vie.
Et toute sa famille,
parvenir vos textes née LAURET, Enfin un chrétien de la base qui ose
ont la tristesse de faire part du décès aborder tous les thèmes des choses
survenu à l’âge de quatre-vingt-
soit par e-mail : de
douze ans. de la foi d’une manière
carnet@mpublicite.fr Jean LATRILLE, Les obsèques auront lieu le jeudi
contemporaine, loin d’un certain
(en précisant impérativement avocat au barreau de Paris, obscurantisme entretenu par une
22 avril 2021, à 15 heures, au cimetière
de Saint-Félix-de-Pallières, suivies certaine hiérarchie.
votre numéro de téléphone survenu le 7 avril 2021, à Paris. d’un culte d’actions de grâce au C’est un livre qui donne de l’espoir et
et votre éventuel numéro temple.
pousse à oser contempler la création
Les obsèques ont eu lieu dans la
d’abonné ou de membre plus stricte intimité en l’église de Famille Wittling, et son Créateur dans le contexte qui
de la SDL) Saint-Mathieu (Haute-Vienne). Mas de Valleraube, est le nôtre au XXIe siècle.
30140 Saint-Félix-de-Pallières.
1, rue de Chazelles, Une véritable révolution dans la
soit sur le site : 75017 Paris. pensée théologique.
latrille.famille@gmail.com Anniversaires de décès
https://carnet.lemonde.fr Auteur : I.-B. Lieve.
Voilà un an, le 17 avril 2020, que Éditions Baudelaire.
Véronique, Jean-Philippe, Daphné
L’équipe du Carnet et Cédric,
notre bien-aimé

reviendra vers vous ses enfants, Gabriel FAIVRE


Margaux, Hugo, Théotime,
dans les meilleurs délais Guillaume, Héloïse et Bartimée, s’en est allé.
ses petits-enfants,
pour vous confirmer Sa présence douce et aimante
la parution. ont la profonde tristesse de faire part nous manque tant. La vie à ses
du décès de côtés fut un tel bonheur. Nous le
chérissons et nous le pleurons.
carnet@mpublicite.fr Jean-Paul LE ROUX,
Que ceux qui l’ont connu aient
https://carnet.lemonde.fr survenu le 9 avril 2021, une pensée pour lui. Envie d’être utile ? Rejoignez-nous !
à l’âge de soixante-dix-sept ans.
Jamila,
sa femme, Les bénévoles de SOS Amitié
AU CARNET DU «MONDE» Tous les messages peuvent être
A Sarajevo, envoyés à l’adresse suivante : Ses enfants, écoutent
en 2011. famillearruz@gmail.com Sa famille. par téléphone et/ou par internet
DANILO KRSTANOVIC/ Décès ceux qui souffrent de solitude,
La famille remercie avec beaucoup Il y a dix-neuf ans,
REUTERS de mal-être et peuvent avoir
Christophe Broncard, d’émotion le personnel soignant de
son époux, l’Institut Gustave-Roussy. Bernard HAILLANT des pensées suicidaires.
Nastasia, Héloïse et Aurélien, auteur, compositeur, interprète,
ses enfants, Héliane Brichler,
nous quittait le 17 avril 2002. Nous recherchons des écoutants
Marie-Josée Guilloux, sa compagne,

D
sa maman, Marina Meloua, bénévoles
e toutes les marches 11 MARS 1937 Naissance « L’Homme en couleur » est
effectuées en trente à Belgrade Toute sa famille sa fille, sur toute la France.
Hélène Meloua, toujours dans notre cœur…
Et tous ses amis, L’écoute peut sauver des vies
ans d’un bout à l’autre 1966 Militaire yougoslave, sa sœur,
de la rue piétonne il est envoyé à Sarajevo M. et Mme Olivier-Ahmadi www.bernardhaillant.com et enrichir la vôtre !
ont l’immense chagrin de faire part
centrale de Sarajevo, les plus lon­ 1992 Fait le choix de du décès de et leurs enfants, Choix des heures d’écoute,
gues étaient inévitablement les défendre Sarajevo contre ses enfants de cœur Il y a cinq ans, formation assurée.
Valérie BRONCARD, Ainsi que toute la famille,
déambulations aux côtés de les forces serbes Pierre VANDEVOORDE
« Jovo » Divjak. La durée de la pro­ 8 AVRIL 2021 Mort née GUILLOUX,
ont la douleur de faire part du décès
menade tenait au fait que rares à Sarajevo de nous quittait. En IdF RDV sur
survenu le samedi 3 avril 2021,
étaient les passants qui n’arrê­ le jour de son cinquante-quatrième www.sosamitieidf.asso.fr
taient pas l’homme pour le saluer, M. Mirian MELOUA, Que tous ceux qui l’ont connu
anniversaire et samedi Saint. aient une pensée pour lui. En région RDV sur
l’honorer, lui proposer de s’arrê­ survenu le jeudi 8 avril 2021, www.sos-amitie.com
ter boire un café. Sans parler des La cérémonie de crémation aura à l’âge de soixante-dix-huit ans. Aliette, Mathilde, Marie-Adélaïde.
femmes, qui savaient qu’elles ses généraux sont des moments lieu le mardi 20 avril, à 10 heures,
auraient droit à un baisemain et d’anthologie. Eux ne supportent au crématorium du cimetière du Une cérémonie civile aura lieu le
Père-Lachaise, 71, rue des Rondeaux, mercredi 21 avril, à 10 h 30, au Société éditrice du « Monde » SA
à son compliment le plus habile. pas qu’un Serbe, qu’ils qualifient Paris 20e. crématorium d’Avrainville (Essonne), Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
La guerre révèle le meilleur et de « traître », défende Sarajevo et route d’Arpajon, lieu-dit la Voie- Directrice de la rédaction Caroline Monnot
le pire en l’homme, dit­on. Dans ses citoyens. Lui leur rappelle Creuse, suivie de l’inhumation de Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Maryline Baumard, Hélène Bekmézian, Philippe Broussard, Nicolas
L’inhumation aura lieu à une date Chapuis, Emmanuelle Chevallereau, Emmanuel Davidenkoff (Evénements), Alexis Delcambre,
une ville assiégée qui résista près sans cesse que ce sont eux qui, en ultérieure. l’urne le même jour, à 15 h 30, au Marie-Pierre Lannelongue, Harold Thibault
cimetière de Leuville-sur-Orge. Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
de quatre années aux attaques tournant leurs canons contre la Directrice déléguée au développement des services abonnés Françoise Tovo
de l’armée serbe et y survécut, population, ont trahi l’esprit you­ « Vous êtes nés ensemble Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
et ensemble Les éditions P.O.L. Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
les assiégés offrirent l’une des ra­ goslave. Il les appelle « les Rédaction en chef Laurent Borredon, Laetitia Clavreul, Michel Guerrin, Christian Massol, Franck Nouchi (Débats et Idées)
vous resterez pour toujours. » Chef d’édition Sabine Ledoux
res leçons de dignité dans une ex­ ploucs ». « Quand on ne sait pas se Khalil Gibran. ont la grande tristesse de faire part Directrice du design Mélina Zerbib
Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
Yougoslavie ravagée par des con­ comporter en ville, lance­t­il un de la mort de Photographie Nicolas Jimenez
flits nationalistes, identitaires et jour à ces officiers qui tentent de M. Christophe Broncard et ses Infographie Delphine Papin
religieux, et dominée par des cri­ conquérir Sarajevo, on reste dans enfants, Bernard NOËL, Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
Secrétaire général de la rédaction Sébastien Carganico
27, rue d’Amsterdam, poète, romancier, éditeur, Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
minels de guerre. Et si ce courage la montagne ! » essayiste, historien, reporter,
et cette humanité devaient porter Après la guerre, tandis que Mla­ 75008 Paris.
critique d’art,
un nom, ce serait celui de Jovan dic sera condamné par la justice
Divjak. internationale pour « génocide » Les familles Causse, Guillon, Néré à Laon (Aisne), le 13 avril 2021,
et Dupont à l’âge de quatre-vingt-dix ans.
Mort, jeudi 8 avril, à 84 ans, et « crimes contre l’humanité »,
dans sa maison de la rue Loga­ Belgrade tentera de faire accuser ont la tristesse de faire part du décès « L’infini est la fin de tout ».
vina, Jovan Divjak n’était pas des­ Divjak de « crimes de guerre », ce du (Le Monde du 17 avril).
tiné à incarner ce que Sarajevo qui lui vaudra une incarcération Le Carnet
a symbolisé durant la guerre de lors d’un passage à Vienne. Il sera docteur Mme Michel Pourcelet,
Bosnie­Herzégovine (1992­1995). innocenté et rentrera à Sarajevo. Philippe CAUSSE. son épouse,

Un heureux événement
Né le 11 mars 1937 à Belgrade de Une fois la ville sauvée, Divjak Véronique Pourcelet (Martin Szpiro),
Il a été inhumé le 7 avril 2021, dans Nicolas Pourcelet,
parents bosno­serbes, il a étudié fait le même choix antinationa­ l’intimité familiale à Saint-Pierre- ses enfants,
à l’académie militaire puis, au gré
des affectations, il est envoyé
liste. Considérant que le pouvoir
bosnien est pris en otage par le
d’Oléron. Jérémy Szpiro,
Arielle Szpiro, doit être partagé !
en 1966 à Sarajevo, une ville qu’il clan bosniaque musulman du ses petits-enfants,
ne quittera plus. Lorsque la You­ président Alija Izetbegovic, qui Jacques DUPIN ont la tristesse de faire part du décès
goslavie éclate et que la guerre avait d’ailleurs tenté de l’écarter 24 mai 1932 - 13 avril 2021, de
surprend Sarajevo, en avril 1992, durant le conflit, il lui renvoie ses
Divjak est colonel de la défense galons de général. Fustigeant infatigable passionné et lumineux M. Michel POURCELET,
territoriale. les nationalistes et les mafieux défenseur de la montagne, a rejoint avocat,
les étoiles qu’il aimait tant. docteur en droit,
au pouvoir, il choisit son indé­ ancien fonctionnaire international
Idéal multiethnique pendance. En faisant de lui le pre­ (OACI),
La Serbie expulse alors tous les mier citoyen bosnien à recevoir la Josette Leselbaum, directeur des services juridiques
sa sœur, (OACI),
non­Serbes de l’institution mili­ Légion d’honneur, la France salue Charles Leselbaum, chevalier
taire et nomme le général bosno­ cette résistance à tous les com­ son beau-frère, de la Légion d’honneur,
serbe Ratko Mladic à la tête de ses munautarismes identitaires. Anne Leselbaum, chevalier
forces en Bosnie. Les officiers is­ C’est cet homme qui, par deux sa nièce de l’ordre national du Mérite,
sus de la communauté serbe doi­ fois, eut le courage de rompre et ses enfants, médaille de l’Aéronautique,
vent rejoindre Mladic et le projet avec ses chefs que les Sarajéviens Hélène Elkaim,
sa nièce, survenu le 9 avril 2021.
de « Grande Serbie ». Jovan Di­ saluent aujourd’hui avec émo­
son mari, Thierry
vjak est le seul colonel serbe à tion. Sa popularité tient aussi à la et leurs enfants, Le présent avis tient lieu de faire-
faire le choix inverse, celui de dé­ nature de l’« oncle Jovo », à son part.
fendre Sarajevo assiégé, une ville humour, à sa bienveillance. Du­ ont la tristesse de faire part du décès
où Bosniaques musulmans, Ser­ rant le siège, il parcourait les li­ de Mme d’Albronn,
bes, Croates, juifs et Roms luttent gnes de front pour veiller au mo­ Ses enfants,
Georges Joseph GABIZON, Sa famille
ensemble. ral des troupes puis, portant son Et ses amis,
HEC 55,
Le pouvoir de la Bosnie nouvel­ attention sur les civils, se prome­
lement indépendante le nomme nait dans la ville bombardée. survenu le 14 avril 2021, ont la grande tristesse d’annoncer le
décès du
général et commandant adjoint
de l’embryonnaire armée. Divjak
Depuis la fin de la guerre,
avec son association L’Education
à son domicile,
à l’âge de quatre-vingt-onze ans.
Pour toute information :
colonel
participe à la planification de la
défense de la ville. Si « Jovo » est si
construit la Bosnie­Herzégovine,
il se consacrait aux orphelins de Les obsèques ont eu lieu le
Claude RIVET, carnet@mpublicite.fr
vendredi 16 avril, à 10 h 30, au survenu le 6 mars 2021, à Paris.
populaire à Sarajevo, c’est d’abord guerre. Avec la mort de Divjak,
cimetière parisien de Bagneux.
pour avoir choisi l’idéal multieth­ les Sarajéviens perdent l’un des
nique contre ceux qui souhai­ plus flamboyants défenseurs de Josette et Charles Leselbaum,
Une messe de requiem sera
célébrée le 3 mai, à 10 h 30, en l’église
Tarif : 20 € TTC
taient le détruire. Ses rencontres ce qu’ils ont baptisé l’« esprit de 13, rue Soufflot, Saint-Séverin, Paris 5e. Prix à la ligne
sous l’égide de l’ONU, à l’aéroport Sarajevo ».  75005 Paris.
de Sarajevo, avec Ratko Mladic et rémy ourdan charles.leselbaum1@free.fr Ce message tient lieu de faire-part.
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 rencontre | 25

Philippe Geluck 
« Si j’avais voulu être notaire 
ou avocat, mes parents 
m’auraient tourné le dos »
JE NE SERAIS PAS ARRIVÉ LÀ SI… L’artiste belge, créateur du célèbre
personnage de bande dessinée le Chat, se définit
comme « le fruit d’une culture familiale de l’humour »

D essinateur de presse, peintre, hom­


me de télé et de radio, le Belge Phi­
lippe Geluck, 66 ans, expose actuel­
lement à Paris, sur les Champs­Elysées,
vingt sculptures monumentales de son ani­
père n’a pas pensé à me prendre en photo avec
eux – quand je vois, aujourd’hui, qu’on fait un
selfie avec son poissonnier dans la rue ! Je me
souviens d’avoir passé une journée entière
avec Michel Simon au Musée de l’Ermitage, à
mal fétiche, le Chat. Léningrad [aujourd’hui Saint­Pétersbourg].

Je ne serais pas arrivé là si… Vos parents ont certainement


… Si la méthode d’accouchement sans dou­ encouragé votre souhait d’embrasser
leur n’avait pas été inventée. Ma mère avait une carrière artistique, non ?
souffert le martyre avec la naissance de mon En effet. Si j’avais voulu être notaire ou avo­
frère, six ans avant moi. « Plus jamais ça ! », cat, ils m’auraient tourné le dos. Pendant ses Philippe Geluck
avait­elle juré. Des amis médecins de mes pa­ deux grossesses, ma mère écoutait Mozart et à Paris, le 25 mars.
rents leur avaient alors parlé de cette méthode se massait le ventre en lançant des incanta­ AURORE MARECHALL/ABACA
qu’ils avaient étudiée auprès de collègues tions : « Je voudrais que mon fils soit artiste »
français. Ils étaient en vacances sur la côte − je vous jure que c’est vrai. Mon frère est de­
belge, ils sont partis faire une sieste crapu­ venu graphiste. Aujourd’hui, il peint. Nous Comment cultive­t­on ce « don » ? pas devenir un devoir de blasphème. Je pré­
leuse. Neuf mois plus tard, je devenais le pre­ avons partagé deux expositions, dans des ga­ C’est une sorte de yoga mental. Je vis avec fère être en complicité avec 95 % des musul­
mier bébé à naître ainsi en Belgique. Cela m’a leries de Namur et de Liège. ma femme depuis bientôt quarante­cinq ans : mans, de France ou d’ailleurs, et avoir un en­
valu une photo dans le journal de la mutuelle. je pense l’avoir fait rire chaque matin avec des nemi commun, les extrémistes, plutôt que de
Curieusement, vous avez débuté conneries renouvelées, et quelques gags ré­ donner l’impression d’insulter des braves
Naître de cette façon a­t­il eu un impact professionnellement dans le théâtre. currents. Je me lève et je suis joyeux. Parfois, gens. Et, dans la rue, mais ce n’est comptabi­
sur votre personnalité, votre caractère ? Aviez­vous abandonné le dessin ? ce n’est pas très bon, et mon épouse ne man­ lisé nulle part, on me dit merci d’avoir eu le
J’en ai conçu de l’apaisement au regard de J’étais, à l’époque, persuadé d’avoir envie de que pas de me le faire remarquer : « Là, il faut courage de défendre ce point de vue…
mon pauvre frère, qui porte encore aujour­ devenir comédien. Je faisais du théâtre un te chauffer un peu, car tu n’as pas le niveau. »
d’hui comme une croix la responsabilité métier, alors que le dessin n’était qu’une acti­ Votre image d’humoriste consensuel
d’avoir fait souffrir ma mère. Nos caractères vité parmi d’autres. Je me suis lancé dans des Savez­vous pourquoi vous aimez faire rire ? et familial, façonnée dans les émissions
différents sont sans doute une résultante de études théâtrales, je jouais beaucoup : Mackie Les humoristes font probablement rire pour de Michel Drucker et de Laurent Ruquier,
nos débuts dans la vie. Mais n’en tirons pas le surineur dans L’Opéra de quat’sous, Méphis­ compenser des qualités qu’ils n’ont pas, n’a sans doute pas aidé à votre reconnais­
davantage de conclusions, sauf à penser que tophélès dans La Tragique Histoire du docteur comme un physique de tombeur ou une sance dans le milieu…
ceux qui sont nés par insémination artifi­ Faust, Benvolio dans Roméo et Juliette, Plume, grande culture générale. Faire rire les autres Chez Drucker, il fallait souvent lire entre les
cielle porteraient le poids d’avoir des pères d’Henri Michaux… Plutôt des beaux rôles, est aussi un moyen d’être apprécié, d’avoir un lignes de mes interventions. Et puis, j’ai réussi
qui sont… des branleurs. mais, à un moment, je me suis dit qu’il fau­ pouvoir sur eux, c’est très valorisant, il y a sû­ à parler de gens inattendus dans ce genre
drait arrêter un jour : je voulais élever mes en­ rement de l’ego là­dedans. Demandez à ceux d’émission, comme [l’auteur de BD] Lefred­
A partir de quand avez­vous pris conscience fants sans être absent tous les soirs ou en qui pratiquent le stand­up : jouer devant une Thouron, Siné ou la maison d’édition indé­
que l’humour pouvait être une arme ? tournée. Quelques années plus tard, je me salle de mille personnes qui explosent de rire pendante Les Requins Marteaux. Un jour, j’ai
C’est venu très tôt. Enfant, j’étais un pitre qui suis avoué la vérité : je ne me trouvais pas à est particulièrement jouissif. Je me dis aussi fait un dessin du Chat qui dit : « Un artiste qui
faisait rire les autres − mes camarades et les ma place. C’est là le grand paradoxe du métier que j’ai la capacité d’apporter du bonheur aux plaît à tout le monde, bizarrement, ça déplaît à
adultes. Mon premier gag conscient est arrivé de comédien au théâtre : vous ne pouvez pas autres. Il y a là un devoir humain, tout simple­ certains. » Cela résume bien la situation.
à l’âge de 4 ans. Ma tante, de nationalité norvé­ voir comment vous voient les spectateurs. Il ment. Plus je produirai de blagues rigolotes,
gienne, discutait avec une compatriote dans en va autrement avec le dessin : vous pouvez plus cela fera du bien à mes contemporains. Est­il exact que le Chat, qui s’est d’abord
sa langue maternelle. Je me suis tourné vers vous détacher de ce que vous avez fait, le ju­ épanoui dans les pages du quotidien
mes parents en leur demandant : « Est­ce ger, dire si cela fonctionne ou non. Rire oui, mais sans dessiner le prophète belge « Le Soir », puis dans celles
qu’elles comprennent ce qu’elles se disent ? » Mahomet, comme vous l’avez revendiqué du mensuel « (A Suivre) », a failli
Cela les a fait rire. Probablement se sont­ils dit On commence alors également à vous aper­ ¶ avant et après l’attentat contre « Charlie ne jamais sortir en album ?
que c’était un joli mot d’enfant. Pour moi, il cevoir à la télévision, comme animateur Exposition « Le Chat Hebdo », ce qui vous a valu des critiques… Oui. Il a été refusé par trois éditeurs successi­
s’agissait d’un gag parfaitement construit. d’émissions pour enfants ou de program­ déambule » avenue Oui, et cela ne m’a pas fait plaisir. Cette his­ vement, en particulier Casterman, auprès de
mes humoristiques. Quel éclectisme ! des Champs-Elysées, toire est assez paradoxale, à l’aune de la liberté qui je suis revenu à la charge, après avoir dé­
Quand le dessin humoristique est­il arrivé ? J’ai toujours eu besoin de faire au moins Paris, jusqu’au 9 juin d’expression : j’ai exprimé un point de vue qui cidé de l’éditer à compte d’auteur. « Attends,
Un peu plus tard, vers 9 ou 10 ans. Pour le ca­ trois métiers en même temps. L’idée, au dé­ n’était pas dans la ligne de ce qu’il faut penser, laisse­moi 24 heures », m’a dit Didier Platteau,
talogue de l’exposition « Le Chat déambule », but, était qu’il y en aurait au moins un qui et on m’a reproché de le faire ! Bien sûr qu’il le patron de Casterman de l’époque. Il n’a pas
j’ai retrouvé un strip [une bande dessinée de marcherait. C’était la bohème à la maison, on faut publier des dessins qui dénoncent les in­ eu tort de le publier : chaque nouvel album se
quelques cases sur une ligne] de cette époque n’avait pas le chauffage, on se partageait un tégristes et l’islam politique violent. Mais il vend entre 250 000 et 300 000 exemplaires.
où un type offre un pistolet à son enfant pour plat du jour au restaurant portugais du coin, n’est pas nécessaire de heurter des gens,
son anniversaire. Le gosse ne trouve rien de ma femme et moi. Ce fut aussi l’époque où j’ai ouverts d’esprit et pacifiques, qui vont se sen­ Comment expliquez­vous son succès ?
mieux que de lui tirer dessus et de le tuer. commencé à me passionner pour la radio. tir blessés par les coups qu’on veut porter aux Je crois que le personnage s’est inséré chez
ultras. J’ai beaucoup dialogué avec des musul­ les gens comme le font les chats, en se frottant
Votre père a été dessinateur de presse avant Faut­il voir un phénomène de dispersion mans qui me disent se retrouver coincés entre contre vos jambes, en ronronnant, en se fai­
de devenir distributeur de films des pays ou une simple curiosité dans ces choix ces salopards d’extrémistes et ces caricatures sant adopter… Par ailleurs, il est doté d’un vi­
de l’Est. L’humour est­il transmissible ? artistiques tous azimuts ? qui les blessent. Cela m’a interpellé. Avons­ sage qui n’exprime rien, comme les masques
Je pense que oui. Mon grand­père était égale­ De l’appétit plutôt. Je ne suis pas un boulimi­ nous, d’office, le droit de dire que notre pensée neutres qu’on nous faisait porter, à l’école de
ment très drôle et son oncle était devenu co­ que, mais un gourmand. Quand un truc me éclaire le monde, cela au nom de la liberté théâtre, pour travailler l’expression corpo­
médien à Broadway, où il a fait fortune. Il écri­ plaît, je suis « aspiré ». Et comme j’ai la chance d’expression, une valeur magnifique, mais relle. Au lecteur, du coup, de se projeter sur lui,
vait des lettres hilarantes à son neveu. Il est d’être « inspiré » – jeu de mots – je produis. très occidentale ? N’y a­t­il pas là comme un re­ de s’y identifier.
évident que je suis le fruit d’une culture fami­ lent de sentiment de supériorité de la part de
liale de l’humour. Les amis de mes parents D’où vient cette facilité pour la saillie l’Europe ? Je pose la question simplement, Vous souvenez­vous de sa création ?
étaient, pour beaucoup, des juifs rescapés des verbale et la rhétorique ? sans y apporter de réponse péremptoire. Un jour de 1983, le journaliste Luc Honorez
camps de concentration qui militaient à gau­ Je suis moi­même étonné de garder autant m’apprend que Le Soir cherche un dessina­
che, dans la mouvance laïque progressiste. de fraîcheur en la matière. Je ne suis pas le Reste que le blasphème est un droit, permis teur. Il me conseille d’envoyer un projet le ma­
L’humour juif s’est mêlé, chez moi, à l’humour mieux placé pour en juger, mais, en même par la loi. N’est­ce pas lui donner un coup tin du vendredi 4 mars, jour où la décision
belge, très porté lui aussi sur l’autodérision. temps, je sais très bien quand je ponds un truc de canif que de défendre cette position ? sera prise. Je m’y colle la veille au soir, en re­
S’y sont ensuite agrégés l’humour anglais, dé­ drôle, et si ça marche ou pas. Mon dernier al­ Je ne crois pas. Je blasphème beaucoup dans prenant au débotté ce personnage de chat que
couvert avec les Monty Python, et cet humour bum a recueilli un enthousiasme aussi grand mes dessins, mais j’évoque des « divinités » en j’avais dessiné sur le carton d’invitation de
français incarné par la bande de Hara­Kiri, pre­ que bien d’autres avant lui – même si on me général. Vous pouvez parler de Dieu avec les mon mariage, trois ans plus tôt. Il est 22 h 30 à
nant le contre­pied de la tradition fran­ dit que j’y parle beaucoup de la mort, preuve musulmans, mais ils ont un problème avec la Bousval, j’invente le Chat. Au même moment,
chouillarde. Tout cela a créé un cocktail inédit. qu’il y a des sujets que je traite de manière su­ représentation du Prophète. Qu’on trouve ça Hergé meurt dans un hôpital bruxellois.
bliminale avant de me rendre compte de leur con ou pas, c’est un fait. J’ai dit que je me pas­ Quelle synchronicité ! Le plus drôle dans cette
Tout le monde, par ailleurs, n’a pas eu la récurrence après coup. Cette capacité, ce don, sais de dessiner le Prophète. En tout cas, je n’ai histoire est que Le Soir aurait préféré embau­
« chance » d’avoir un papa communiste… appelons cela comme on veut, je l’entretiens, pas envie de mourir pour ça. Je ne l’ai jamais cher Frédéric Jannin [dessinateur de BD belge],
Grâce à lui, j’ai pu assister à un festival de et je m’émerveille de trouver des idées qui me dessiné avant [l’attentat contre Charlie Hebdo] mais que celui­ci n’en a jamais été informé, car
cinéma à Moscou pendant deux semaines. font d’abord poiler moi­même, avant de faire je ne l’ai jamais dessiné après. L’équipe de Siné son répondeur téléphonique à cassette était
Tous les jours, nous déjeunions à côté de la ta­ poiler les autres. Je me sens comme une éo­ Hebdo [pour qui Geluck dessine] ne l’a jamais en panne. Dix ans après, Jannin me l’a offert
ble de la délégation française. Il y avait là Jac­ lienne qui peut produire de l’électricité : pour­ fait non plus, et Dieu sait si Siné a fait des des­ en me disant : « Voilà l’objet qui a sans doute
ques Tati, Jean­Louis Trintignant, Marina quoi s’en priver ? Il y a du vent, allons­y ! Un sins blasphématoires. Je suis plutôt de ceux changé le cours de ta vie. » 
Vlady… J’avais 15 ou 16 ans, et ce couillon de jour, il n’y en aura peut­être plus. qui pensent que le droit au blasphème ne doit propos recueillis par frédéric potet
IDÉES
0123
26 | DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

DES MILLIARDS POUR L’HÔPITAL


La crise due au Covid-19 a changé les paramètres du débat
sur les dépenses de santé. Aux plans d’économies ont succédé
les plans d’investissements. Mais pour quels objectifs ?

Bruno Palier Où va l’argent de la santé ?


Le politiste passe en revue autorités publiques rémunèrent La comparaison entre les per­ gne, 2,7 en Italie, 2,8 en Grande fuient les territoires ruraux ou
les idées reçues sur l’insuffisance directement les professionnels formances de ces différents systè­ Bretagne et en Allemagne, 4,8 aux pauvres). Surtout, ces médecins
sous forme salariale ou en pro­ mes en matière de santé de la po­ Etats­Unis). En outre, la France est pratiquent beaucoup d’actes :
ou, à l’inverse, sur le gaspillage portion de la taille de leur patien­ pulation et d’égalité d’accès aux l’un des pays développés où les consultations, examens souvent
qui caractériseraient les budgets tèle, contrôlent de façon étroite soins montre que ce n’est pas là inégalités sociales de santé sont redoublés, nombreuses prescrip­
leur installation et leurs prati­ où les dépenses sont les plus éle­ les plus élevées. A 35 ans, un di­ tions de traitements parfois re­
de la santé en France ques ainsi que celles des patients. vées que les résultats sont les plômé du supérieur a 7,5 ans d’es­ dondants ou contradictoires. La
Les dépenses y sont moins éle­ meilleurs. En Europe, si la France pérance de vie de plus qu’un non­ France est ainsi championne de

D
vées que dans les systèmes d’as­ est souvent championne des dé­ diplômé (4 années pour les fem­ consommation de médicaments,
surance­maladie (privée aux penses, elle ne l’est pas en ma­ mes). Notre niveau plus élevé de notamment d’antibiotiques.
epuis trente ans, la Etats­Unis ou en Suisse, collective tière de résultats. L’espérance de dépenses de santé ne se traduit Cette coûteuse multiplication
France se situe dans le et obligatoire en Allemagne, au vie y est certes parmi les plus éle­ donc pas en une meilleure santé des actes s’explique par la volonté
Le contexte peloton de tête des Japon et en France), où les profes­ vées du monde, mais pas plus de la population. de satisfaire les patients pour évi­
Le premier ministre, quatre pays les plus sionnels sont payés à l’acte et qu’au Japon ou en Suède, qui Mais alors, où va l’argent ? Envi­ ter qu’ils aillent voir ailleurs,
Jean Castex, a
dépensiers en matière gardent une large autonomie dépensent moins que nous. ron 70 % des dépenses de santé mais aussi par la volonté des pro­
de santé (avec les d’installation, de tarification et En outre, l’espérance de vie en servent à rémunérer les person­ fessions médicales d’accroître
annoncé, le 9 mars, Etats­Unis, l’Allemagne et la de prescription par rapport aux bonne santé y est très inférieure à nels. Les rémunérations des soi­ leurs revenus. Face à cette infla­
19 milliards d’euros Suisse), où l’on dépense un à autorités publiques, de même celle des pays nordiques (plus des gnants, hors professions médica­ tion, les autorités ont limité la re­
d’investissements deux points de PIB de plus que la que les patients gardent une deux tiers de la vie après 65 ans les, sont particulièrement basses, valorisation du tarif des actes,
moyenne des pays de l’OCDE. grande liberté de choix des mé­ pour eux, moins d’un tiers pour pour des conditions de travail dif­ mais les médecins ont répondu
sur dix ans dans Au cours des années 2010, avant decins ou des hôpitaux. nous). Avec un taux de 3,8 pour ficiles. Si les rémunérations des en multipliant encore ceux­ci, se
les établissements la crise du Covid­19, la part de 1000 en 2018, la mortalité infan­ médecins sont plus élevées, elles lançant ainsi dans une course
hospitaliers et médico- notre richesse nationale consa­ La championne des dépenses tile (nombre de décès d’enfants sont en revanche le plus souvent épuisante à la suractivité.
crée à l’ensemble des dépenses Qui paye ces dépenses ? La part au cours de leur première année inférieures en France à celles pra­ La concurrence induite par la li­
sociaux. Les ratés
de santé (publique et privées) a de la dépense privée est plus im­ de vie) nous classe plutôt dans la tiquées dans les systèmes natio­ berté de choix des médecins et
du système de santé toujours dépassé 11 % du PIB, portante dans les systèmes d’as­ mauvaise partie du tableau (1,7 au naux de santé. Les médecins gé­ par les pratiques libérales de la
français face à la loin derrière les Etats­Unis (17 % surances­maladie (entre 25 % et Japon, 2,3 en Suède ou en Espa­ néralistes français gagnent en médecine conduit à un surcroît de
pandémie ont été
du PIB), mais au coude­à­coude 35 % des dépenses totales en Eu­ moyenne deux fois moins que dépenses qui ne se traduit pas par
avec l’Allemagne et la Suisse, de­ rope, 50 % aux Etats­Unis) que leurs confrères britanniques, tan­ un surcroît de santé. Cette concen­
perçus comme l’effet vant le Japon et la Suède, puis les dans les systèmes nationaux de dis que les spécialistes touchent tration sur les actes de soins a peu
d’un manque de autres pays nordiques, les pays santé (moins de 20 % en Grande­ environ 30 % de moins que leurs à peu éloigné le système français
moyens financiers, d’Europe du Sud et Grande­Bre­ Bretagne et moins de 15 % dans confrères suédois ou britanni­ de la prévention et des objectifs de
tagne (qui se situent entre 9 et les pays nordiques). En France, la ques. En revanche, on trouve en santé publique. Ce qui explique en
en particulier du côté
des rémunérations.
10 % du PIB selon les années).
Contrairement aux idées re­
prise en charge par la Sécurité
sociale s’est récemment amélio­
LA MULTIPLICATION France des écarts de rémunéra­
tion (pouvant aller de 1 à 4) au
partie nos difficultés actuelles
face au Covid­19. 
Pourtant, la France çues, la concurrence entre assu­ rée pour avoisiner 78 % des dé­ COÛTEUSE DES sein d’une même spécialité médi­
rances et entre professionnels de penses. La Sécurité sociale as­ cale, écart que l’on ne trouve pas
est l’un des pays
santé, loin de faire baisser les sume les coûts des soins hospi­ ACTES S’EXPLIQUE dans les autres pays…
développés qui coûts, a, au contraire, tendance à taliers, des maladies de longue Le surcroît de dépenses est sur­
consacrent la plus les faire augmenter. Les dépenses durée, mais beaucoup moins
PAR LA VOLONTÉ tout lié à des facteurs quantita­
grande part de leur
de santé sont plus élevées là où bien les soins courants, laissant DE SATISFAIRE tifs. Il y a plus de médecins géné­ Bruno Palier est politiste,
la concurrence entre médecins aux mutuelles 21,5 % du coût de ralistes et de spécialistes en directeur de recherche du
richesse nationale et entre assurances est la plus la médecine de ville et 12,4 % du LES PATIENTS POUR France que dans les pays anglo­ CNRS au Centre d’études euro-
aux dépenses de grande. Dans les pays où les sys­ prix des médicaments ; les pa­ saxons ou nordiques, avec une péennes de Sciences Po. Il a
tèmes nationaux de santé fonc­ tients eux­mêmes doivent pren­ ÉVITER QU’ILS forte inégalité de répartition sur notamment écrit « La Réforme
santé, publiques et
privées (11,3 % du PIB
tionnent comme un service dre en charge respectivement N’AILLENT VOIR le territoire (les médecins sont des systèmes de santé » (PUF
public (Grande­Bretagne, pays 10,3 % et 11,8 % de ces coûts (don­ nombreux là où vivent des per­ « Que sais-je ?, » nouvelle édi-
en 2019). nordiques, Europe du Sud), les nées pour 2019). AILLEURS sonnes âgées plutôt aisées, et tion à paraître en mai 2021)

Samantha Jérusalmy moyenne des humains occidentaux était


passée à environ 65 ans. Les enfants ne
mouraient presque plus et les pays indus­
aggravé à la fois. La nature dynamique du
virus SARS­CoV­2 rend l’évolution des dé­
penses de santé impossible à prévoir à
détecter un foyer d’arythmie qu’un car­
diologue ne peut pas deviner, ce qui
écourte la durée des interventions et ren­

et Jean-David Zeitoun
triels se retrouvaient avec des adultes court terme, mais la nécessité de retrou­ force leur efficacité. Elle augmente le
susceptibles de tomber malades. On a ver du rendement demeure. Viser le ren­ nombre de polypes détectés en colosco­
commencé à atténuer les maladies car­ dement ne veut pas pour autant dire faire pie. L’IA est une arme nouvelle pour limi­
diovasculaires, dont la mortalité a baissé des économies. Les dépenses de santé ne ter la dispersion médicale, qui reste un

Pourquoi les dépenses


de façon inattendue dès les années 1960. baisseront nulle part, il n’y a pas d’illu­ source importante de gaspillage.
La moitié de l’amélioration venait de la sion à se faire. Retrouver le rendement La troisième priorité est, précisément,
prévention et de l’éducation, l’autre moi­ perdu doit en revanche permettre d’obte­ de lutter contre le gaspillage. Les systè­
tié, du traitement des infarctus. Les coûts nir une meilleure santé pour un même mes de santé sont connus pour leur inef­

ne baisseront pas
avaient augmenté mais restaient abor­ niveau de solidarité nationale. ficience. La plupart des pays ayant cher­
dables et absorbables. La technologie ne résoudra pas tout, ché à quantifier ces gaspillages ont es­
mais il en faudra. Au moins trois appro­ timé qu’environ un quart des dépenses
Influencer les comportements ches vont devenir ultra­prioritaires pour de santé étaient perdues. En France, cela
Aujourd’hui, nous dépensons plus d’ar­ les Etats, qui reposent toutes sur l’intel­ signifie 775 euros gâchés par personne et
L’investisseuse et le médecin observent gent contre les cancers, et encore plus (en ligence artificielle (IA). par an. Pour l’Assurance­maladie, cela
valeur relative) contre les maladies rares. Premièrement, les systèmes de santé voudrait dire des dizaines de milliards
qu’augmenter l’espérance de vie en bonne santé Cet argent n’est pas perdu, car, là aussi, ont besoin de technologies de santé publi­ qu’elle pourrait non pas économiser,
sera de plus en plus coûteux ; les technologies nous progressons. Mais le rendement des que, celles qui permettent d’influencer mais utiliser différemment en étant sûre
dépenses devient médiocre. les comportements – encourager l’acti­ d’avoir un impact. Au sein de cette caté­
permettront cependant d’améliorer le rendement Deux phénomènes expliquent cette vité physique, décourager l’alimentation gorie, c’est au gaspillage administratif
baisse de rendement. Premièrement, l’es­ nocive – en informant le public et en dé­ qu’il faut s’en prendre avant tout. Elimi­
pérance de vie est élevée et la marge tectant précocement les signes de mala­ ner les mauvaises dépenses administrati­

L
d’amélioration se réduit. Les gains les plus die. Leur intérêt vient de leur effet ves n’affecte pas les soins.
es dépenses de santé suivent une loi faciles ont déjà été faits. On parle d’entro­ d’échelle. Elles réduisent l’émergence des Ces solutions ne résoudront pas tous nos
des rendements décroissants. Les pie de la table de mortalité. L’entropie est pathologies chroniques ou de leurs com­ problèmes – nous en aurons toujours –,
Etats dépensent toujours plus d’ar­ une fonction qui explique que plus un plications. Il s’agit surtout des maladies mais elles peuvent les atténuer. Elles sont
gent pour des gains de longévité de système évolue moins il est capable d’évo­ métaboliques et de leurs conséquences capables d’inverser la baisse du rendement
moins en moins perceptibles. La tendance luer, car l’énergie se disperse. Gagner un cardiovasculaires, mais aussi des troubles des soins. Mais l’exécution sera cruciale.
historique est nette. C’est vers 1750 que la an d’espérance de vie est plus difficile à mentaux. L’urgence est de connaître leurs Renouer avec l’efficacité des dépenses de
LA NATURE santé humaine a commencé à s’améliorer, 83 ans qu’à 80 ans. conditions de financement, car, dans l’in­ santé est possible. Il faudra y arriver. 
alors que l’espérance de vie en France se Deuxièmement, les technologies médi­ dustrie médicale, c’est surtout l’Etat qui
DYNAMIQUE situait entre 25 et 30 ans. Les progrès repo­ cales coûtent de plus en plus cher à déve­ définit les modèles économiques.
saient sur le traitement public de la ges­ lopper, ce qui augmente leurs prix. La
DU SARS-COV-2 tion des villes, la désinfection de l’environ­ croissance économique nous avait à peu L’IA, une arme nouvelle
REND L’ÉVOLUTION nement, l’amélioration de la nutrition et près permis de supporter ces conditions, Deuxièmement, il y a les technologies cli­
la vaccination. Ce sont les petits humains et ce d’autant que d’autres industries niques. L’IA est plus mature dans ce Samantha Jérusalmy est associée
DES DÉPENSES DE qui en ont surtout profité, puisque la mor­ fonctionnent à rendement croissant. En domaine. En améliorant la reconnais­ de la société de capital-risque Elaia.
talité infantile a massivement baissé. schématisant, nous payons moins cher sance ou la prédiction, elle précise les pri­ Jean-David Zeitoun est médecin
SANTÉ IMPOSSIBLE La rentabilité de ces mesures de santé nos ordinateurs, ce qui nous autorise à ses en charge et évite les soins inutiles. et docteur en épidémiologie clinique,
À PRÉVOIR publique était majeure. Elles ont poussé investir plus pour notre santé. L’IA sait déjà nous prévenir qu’une chi­ auteur de « La Grande Extension,
l’espérance de vie pendant deux siècles. Mais cette équation n’est plus tenable. rurgie n’est pas indiquée ou qu’une chi­ histoire de la santé humaine »
À COURT TERME Au début des années 1950, la longévité La pandémie de Covid­19 l’a rappelé et miothérapie sera inefficace. Elle sait aussi (à paraître le 5 mai chez Denoël)
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 idées | 27

LA CHRONIQUE DE  JÉZABEL 

Fanny Vincent toutefois : leur activité dans les


cliniques privées où se font soi­
gner les classes supérieures les
populaires, dont une importante
proportion est racisée.
Une autre réalité se cache der­
COUPPEY­SOUBEYRAN

L’engagement La foire aux « prêts


rémunère. L’hôpital joue cepen­ rière ces rapports de domination.
dant un rôle crucial : il leur four­ Les travailleurs hospitaliers expé­
nit le « matériau humain » (les rimentent tous la dégradation
pauvres, auxquels l’hôpital est des termes de l’échange salarial
non performants »
sans la rétribution
réservé jusqu’aux années 1940), et sont de plus en plus nombreux
vivant ou mort, à partir duquel ils à quitter l’hôpital. Les années

E
constituent le savoir médical, 1960­1970 ont marqué l’émer­
enseignent et forment les futurs gence de principes issus du sec­ n Europe comme ailleurs, les
médecins. Mais les progrès de la teur privé et la volonté d’en finir faillites d’entreprises ont été plus
médecine, la technicisation des avec la « bureaucratie profession­ faibles qu’attendu en 2020, car les Jézabel Coup-
La chercheuse explique les origines de la soins et la volonté réformatrice nelle » de l’hôpital, dominée par mesures d’aide les ont contenues pey-Soubeyran
de jeunes médecins engagés en le corps médical. La domination ou différées. Selon les prévisions, elles est maîtresse
faiblesse des rémunérations des personnels politique aboutissent à une gestionnaire a ainsi progressive­ devraient augmenter en 2021 et lester de conférences à
soignants, ancrées dans une hiérarchie grande réforme en 1958 : l’hôpital ment placé côte à côte aides­soi­ les bilans des banques d’une masse de l’université Paris-I-
devient le centre du système de gnantes et médecins, dominées prêts qui ne seront pas remboursés. La Panthéon-Sor-
de valeurs et de représentations sociales santé et d’une médecine scientifi­ de toujours et nouveaux domi­ Commission européenne a tout prévu : bonne et conseil-
que cherchant à rivaliser avec la nés, en quelque sorte. transformer ces « prêts non perfor­ lère scientifique
biomédecine américaine. Leurs départs ne sont pas seule­ mants » en produits revendables sur un à l’Institut Veblen

E
ment une question de rémunéra­ marché. La foire est ouverte !
st­il possible de parler des nuit), les débordements quoti­ Rapports de domination tions. Certes, celles des médecins Comme l’explique le Fonds monétaire
rémunérations du person­ diens le sont aussi (il leur arrive de Avec la création des centres hos­ dans les cliniques privées sont international dans ses Perspectives de l’économie mondiale d’avril,
nel hospitalier en dépas­ travailler 24 heures d’affilée ou pitaliers universitaires (CHU), bien plus élevées. Il en est de contrairement à ce qui s’est passé pendant la crise financière ou
sant le discours bien d’être rappelées au milieu de la l’hôpital est à la fois un lieu d’en­ même pour les infirmières, et de d’autres récessions, les faillites d’entreprises ont diminué dans les
connu de l’indécente faiblesse nuit), les dimanches existent rare­ seignement, de soins et de recher­ plus en plus les aides­soignantes, économies avancées pendant la crise sanitaire. Cela est dû notam­
des salaires des aides­soignantes ment, les vacances scolaires sont che. Les médecins y deviennent qui préfèrent l’intérim. Mais ces ment aux moratoires sur les remboursements de prêts bancaires.
et des infirmières, et sans cher­ difficiles à obtenir, et les salaires des salariés à plein temps. C’est départs sont à analyser comme Ce sont les petites entreprises qui en ont particulièrement profité.
cher qui, du radiologue ou du chi­ sont peu élevés. Le « dévouement que le développement d’un hôpi­ les conséquences du dépeçage de Les plus grandes ont plutôt accès aux marchés obligataires, où le
rurgien, gagne le plus ? La situa­ féminin » doit compenser l’ex­ tal de pointe exige aussi que cer­ l’hôpital, de l’érosion de la po­ FMI observe parallèlement, dans son rapport sur la stabilité finan­
tion actuelle est le fruit de l’évo­ ploitation des travailleuses… taines spécialités (chirurgie, réa­ ssibilité d’un travail de qualité, cière globale, un taux de défaillance des émetteurs de titres mal
lution de multiples rapports L’historienne Yvonne Knibiehler nimation, anesthésie…) répon­ du déséquilibre croissant entre notés à son plus haut depuis la crise financière.
sociaux de domination. rappelle pourtant que, dans les dent aux besoins nouveaux et contribution et rétribution. Les En substance, le FMI craint qu’une horde d’entreprises « zom­
Qui dit salaire dit généralement années 1960, la durée de vie pro­ aux urgences en continu. Mais le semaines de 50 à 80 heures de bies », petites et grandes, maintenues artificiellement en vie
travail. Or les professions soi­ fessionnelle moyenne d’une infir­ statut de salarié oblige les méde­ travail, voire plus pour les méde­ par les aides généralisées, vienne plomber la reprise. S’ils veu­
gnantes de l’hôpital se caractéri­ mière n’est que de cinq ans (His­ cins à renier une partie de l’iden­ cins, l’injonction à la disponibi­ lent moins d’entreprises « zombies », qui feront faillite demain
sent historiquement par la non­ toire des infirmières en France au tité libérale de leur profession, ce lité permanente pour les soi­ tout en accaparant des ressources qui seraient plus utiles à
reconnaissance de leur travail XXe siècle, Hachette, 2008). à quoi certains s’opposent farou­ gnantes, au prix de leur santé et d’autres, les pouvoirs publics doivent se résoudre à accepter
comme tel. Longtemps réalisé par A cette même époque, les mé­ chement. La réforme se négocie de leur vie de famille pour tous plus de faillites aujourd’hui.
le personnel de congrégations re­ decins sont présents à l’hôpital alors au prix du maintien du sec­ ne trouvent plus leur rétribution Cela rejoint les prévisions des instituts de conjoncture et des
ligieuses « dévoué », vivant sur seulement le matin. Tout comme teur privé à l’hôpital, où ils en termes de prestige social, de professionnels du secteur financier, qui s’attendent à une
place, très peu, voire pas rému­ les religieuses, ils ne tirent de ce conservent une part d’activité collectif de travail et d’intérêt du remontée des faillites d’entreprises en 2021, à un niveau qui
néré, le travail de soin aux mala­ travail presque aucun revenu. libérale permettant aussi de travail lui­même. Vouloir être dépasserait celui de 2019 (l’assureur­crédit Atradius prévoit
des est associé à l’idée qu’il n’en Pour une raison bien différente gonfler les rémunérations. mieux payé apparaît alors une augmentation de 26 % dans le monde en 2021, et de 80 % en
est pas vraiment un et qu’il ne Les rétributions des soignantes comme le dernier gage de la res­ France). Au bilan des banques de la zone euro, qui sont entrées
coûte pas grand­chose. L’heure et des médecins matérialisent pectabilité qu’exigent les soi­ dans la crise sanitaire mieux capitalisées et plus résistantes
d’une infirmière, femme, à l’hô­ ainsi des définitions et des valeurs gnantes et les médecins.  qu’elles ne l’étaient avant la crise financière de 2008, le taux de
pital ne « vaut » pas celle d’un socialement différenciées de ce prêts non performants, resté en dessous de 3 % en 2020 (contre
ouvrier, homme, à l’usine. Ce sont qui est du travail et de ce qu’est 7 % fin 2015), pourrait remonter et causer des pertes. Le préju­
pourtant elles, les religieuses puis le travail. De fait, celui d’un méde­ dice ne sera pas seulement pour la profitabilité des banques
les infirmières, les « filles de cin ne semble pas « valoir » celui mais aussi, suivant leur capacité à absorber les pertes, pour la
salle » puis les aides­soignantes,
VOULOIR ÊTRE d’une infirmière, qui ne « vaut » stabilité globale du secteur. En 2008, la crise financière avait
qui assurent la continuité de la MIEUX PAYÉ pas celui d’une aide­soignante, Fanny Vincent est maîtresse débouché sur la crise économique. En situation de pandémie,
présence et des soins auprès des qui ne « vaut » pas celui d’une de conférences en science poli- la crise bancaire et financière pourrait venir à la suite de la crise
malades, au prix d’une discipline APPARAÎT agente de service. Les hiérarchies tique à l’université de Saint- économique et en redoubler les effets.
stricte et d’horaires harassants du prestige associé aux métiers Etienne et chercheuse au labo-
aux dépens de la vie privée : jus­ COMME LE DERNIER recoupent des rapports de classe, ratoire Triangle. Elle a coécrit « Bad banks »
qu’aux années 1960­1970, les GAGE DE LA de genre, et de race. A l’hôpital, les « La Casse du siècle. A propos La Banque centrale européenne (BCE) s’en inquiète. Dans le scé­
dix heures de travail par jour sont moins bien payées sont massive­ des réformes de l’hôpital nario sévère mais plausible qu’il envisage, le superviseur euro­
fréquentes (et plus encore de RESPECTABILITÉ ment des femmes, des catégories public » (Raisons d’agir, 2019) péen estime que le stock de prêts non performants pourrait at­
teindre jusqu’à 1 400 milliards d’euros. Lors d’une conférence, le
18 mars, à Athènes, Elizabeth McCaul, membre du Conseil de sur­
veillance prudentielle de la BCE, y voit un défi à « relever de

Carine Milcent Du curatif au préventif


manière efficace » : « Les banques doivent s’assurer qu’elles ont la
capacité opérationnelle de traiter rapidement et en profondeur les
prêts non performants à un stade pré­
CES PRÊTS VONT  coce. Et parallèlement aux solutions
fondées sur le marché, d’autres solu­
POUVOIR ÊTRE  tions plus systémiques, potentielle­
ment soutenues par le secteur public,
EMPAQUETÉS  doivent être explorées plus avant. »
L’économiste plaide pour soins dépend de notre perception du besoin de La crise sanitaire nous a pourtant amenés à ET REVENDUS À QUI  Des solutions publiques ont, par le
la cohérence entre politiques soins. Cette perception est le fruit de l’état de remettre en cause le fait que nous puissions passé, été proposées. En 2017, la
santé, mais également de facteurs socio­éco­ totalement contrôler notre environnement. VOUDRA BIEN  Commission européenne avait envi­
sanitaire, économique nomiques. Définir un modèle sanitaire repo­ Elle nous conduit à tenir compte de la rela­ sagé un mécanisme européen de
sant principalement sur l’offre de soins est, tion entre la consommation et la santé : il y a LES RACHETER. sociétés nationales de gestion d’ac­
et environnementale, en quelque sorte, laisser les individus attendre ce que nous mangeons, mais aussi nos choix tifs consacré aux prêts non perfor­
seule susceptible de prévenir d’être malades pour y avoir recours. C’est donc d’achats qui affectent notre écosystème.
EST­CE LA MÊME  mants pour que les banques se
les inégalités de santé un modèle qui tient insuffisamment compte Le plan de relance met certes en avant l’im­ TITRISATION  défassent de leurs créances douteu­
de l’imbrication du social et du médical. portance de la transition écologique. Mais il ses (par­delà la pudeur sémantique
La crise sanitaire a rendu visible le besoin de omet de dessiner un pont entre l’environne­ QUE POUR  de la Commission européenne, c’est

L
prévention. La première vague de contamina­ ment et la prévention sanitaire. La relation généralement par l’expression « bad
e Ségur de la santé a abouti à des inves­ tion par le Covid­19 a conduit au confinement est pourtant évidente. Malgré les bonnes in­
LES SUBPRIMES ? banks » qu’on désigne ce genre de
tissements rendus indispensables par de la population. Cette mesure a été nécessaire tentions affichées, la réalité, lue par le déficit structure). A supposer que le net­
la crise sanitaire, comme la revalorisa­ pour éviter l’explosion du système hospitalier. commercial qui continue de se creuser, est toyage de bilan soit soumis à des conditions strictes d’accès, on
tion des métiers des établissements de Le nombre de patients à soigner en urgence de­ tout autre : nous consommons toujours plus disposerait là d’un instrument puissant pour réorienter l’acti­
santé et médico­sociaux, mais il a manqué venait trop important au regard des capacités de produits dont nous ne contrôlons pas le vité des banques comme on en a besoin, vers le crédit à l’investis­
l’opportunité d’un remodelage du système. de prise en charge. Ainsi, pour gérer la pénurie mode de production. sement des entreprises plutôt que vers l’immobilier ou la
De même, la relance de production locale de de l’offre, des mesures de préventions strictes De plus, la période qui se prépare peut nous consommation, et vers le respect de critères environnementaux.
principes actifs pour les médicaments est en­ ont été adoptées. Cette chaîne d’action­réac­ faire basculer dans un cercle vicieux, avec On en est loin. Faute d’accord autour de solutions publiques re­
visagée sans s’inscrire dans une refonte plus tion met en évidence le lien étroit entre le cura­ une crise économique susceptible d’accroître quérant une mise en commun des ressources et des pertes, des
large de la politique de santé. L’épidémie de tif et le préventif : pour éviter de soigner, il faut les inégalités. Malgré le volet social du plan de solutions nationales et privées sont aujourd’hui privilégiées. Le
Covid­19, qui a pourtant mis la santé au cœur agir en amont, par la prévention. relance, les ménages, face à des contraintes niveau européen ayant manifestement du mal à passer, le prési­
des préoccupations depuis plus d’un an, n’a budgétaires de plus en plus fortes, risquent de dent du conseil de surveillance prudentielle de la BCE, Andrea
pas donné lieu à une vraie prise de conscience Cercle vicieux consommer plus encore au plus bas prix, loin Enria, partisan des dispositifs de défaisance, a fait une dernière
de l’importance d’une transformation du sys­ Ces dernières semaines, l’urgence de l’admi­ des préoccupations de prévention de la santé. tentative, à l’automne 2020, pour plaider l’installation non pas
tème de soins en système de santé, c’est­à­dire nistration des vaccins aux plus fragiles met en­ La construction d’un système de santé exige de d’une structure européenne mais d’un réseau européen de
d’un système alliant le curatif au préventif. core davantage en évidence ce lien. Le vaccin tisser des liens entre une politique environne­ sociétés de défaisance, à travers des mécanismes de finance­
Les soins s’imposent lorsque survient un est la solution pour prévenir la contamination mentale et une politique économique. ment communs et une tarification harmonisée, afin de pouvoir
problème de santé. L’individu devient alors et donc prévenir la nécessité de soigner. Le Et cela dépasse nos frontières. Comme l’a affronter l’augmentation attendue des prêts non performants.
un « patient », en attente d’une prise en gouvernement est aujourd’hui pressé par la montré la gestion coopérative, certes chaoti­ Le plan d’action présenté par la Commission européenne, le
charge : c’est le curatif. En revanche, la préven­ population de lui fournir un moyen de préven­ que, du vaccin, la crise sanitaire offre une 15 décembre 2020, n’a pas retenu cette solution et s’en remet à la
tion concerne les personnes qui ne sont pas tion, un vaccin. Ne peut­on penser qu’il y a là chance unique pour une Europe de la santé de titrisation des prêts non performants. Ces prêts vont ainsi pou­
malades : il s’agit de couvrir un risque, une l’occasion d’engager une politique plus vaste définir un panier de biens publics de santé, voir être empaquetés et revendus à qui voudra bien les racheter.
potentialité de demande de soins futurs. C’est intégrant véritablement la prévention pour préventifs comme curatifs, échappant au En ces temps de taux d’intérêt négatifs, leur taux positif attirera
notre peur, notre aversion à tomber malade une santé plus équitable pour tous ? Retarder marché soumis aux lois de la concurrence.  le chaland. Est­ce la même titrisation que pour les subprimes ?
ou à nous blesser qui nous conduit à agir. les dépenses de soins par une politique active Pensez donc, la titrisation est devenue « simple, transparente,
Or, notre éducation, notre travail, notre loge­ de prévention permet mécaniquement de ra­ standardisée » et permet aux banques de faire de la place à leur
ment, notre environnement de vie ou encore lentir les dépenses de santé. bilan pour soutenir davantage l’économie… Si bien que le Parle­
notre histoire médicale affectent notre com­ Mais la prévention va bien au­delà de la ment européen a voté, fin mars, une révision des règles en la
portement de prévention. De ce fait, un sys­ transformation de notre politique ou de notre matière, pour favoriser les titrisations d’expositions non perfor­
tème sanitaire qui n’intègre pas suffisamment système de santé ; elle implique aussi notre Carine Milcent est chercheuse au CNRS, mantes et alléger les exigences prudentielles qui s’y rapportent.
la prévention ne peut pas lutter contre les modèle économique. Or elle est aussi absente professeure d’économie associée à l’Ecole La finance punk ne dit pas son nom, sa crête est bien taillée et les
inégalités de santé. De plus, la demande de du plan de relance du gouvernement. d’économie de Paris institutions européennes s’occupent de la laquer. 
0123
28 | idées DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021

Les artistes-auteurs
sont exclus du droit commun
Un collectif d’auteurs, de compositeurs, de plasticiens gouffre… il aurait probablement du suc­ artistes­auteurs et autrices dure depuis
cès. Dans les dernières annonces du mi­ des décennies, mais aucun gouverne­
et de représentants d’organisations professionnelles, nistère de la culture, nous lisons la vic­ ment n’a su aussi bien le mettre en lu­
dénonce les « bricolages » de la politique culturelle toire des organismes et institutions qui mière que celui­ci. A quoi bon ce travail
souhaitent ardemment que rien ne d’analyse et de reconnaissance de ce qui Samantha Bailly, autrice et prési-
du gouvernement à l’égard des artistes­auteurs change, pour conserver leur pré carré, dysfonctionne, si c’est ensuite pour recu­ dente de la Ligue des auteurs profes-
leur pouvoir. Des organismes qui usur­ ler ? De cette mise en lumière, nous som­ sionnels ; Jean-Marc Bourgeois,
pent nos voix, tandis que l’on nous re­ mes finalement reconnaissants. plasticien-scénographe, secrétaire gé-

C
fuse d’organiser un dialogue social con­ néral SMdA-CFDT (syndicat Solidarité
omme un mauvais roman qui nent le glas des espoirs qu’a fait naître le forme à la Convention européenne des Inégalités et incohérences Maison des artistes) ; Romain Bour-
nous tombe des mains, comme rapport Racine. Rien ne change. Malgré droits de l’homme. Ces dernières années, en effet, nous reau, photographe et président du
une série qu’on abandonne à un diagnostic sans appel, le ministère Le ministère a choisi d’écouter celles et avons beaucoup appris. Nous avons SNP (Syndicat national des photogra-
force de banalités, de répétitions poursuit aveuglément une politique cul­ ceux qui prétendent représenter « l’inté­ creusé les textes de loi, traqué les inégali­ phes) ; Stéphanie Collonvillé, cose-
et d’incohérences, la politique du gou­ turelle qui continue de nier que nous tra­ rêt des auteurs » parce qu’ils défendent tés et les incohérences, appris à les rap­ crétaire générale du SNAP-CGT (Syndi-
vernement en matière d’art et de culture vaillons. Que nous sommes, nous aussi, les intérêts financiers tantôt des exploi­ peler à nos interlocuteurs. Nos bénévo­ cat national des artistes plasticiens) ;
semble régie par un seul principe : susci­ des professionnels de la culture. tants des œuvres, tantôt de certaines ca­ les sont allés porter nos voix de réu­ Jérôme Cotinet-Alphaize, président
ter de grands espoirs pour les décevoir Les bricolages se poursuivent, ces mê­ tégories d’auteurs, tantôt d’auteurs nions ministérielles en convocations à la du CEA (Association française des com-
presque immédiatement. mes bricolages qui font que durant qua­ morts ! De notre point de vue, le minis­ sauvette, de « concertations » en « pré­ missaires d’exposition) ; Elisabeth
En 2020, le rapport signé Bruno Racine rante ans, notre organisme de sécurité tère a simplement acté une situation sentation ». Nous avons été témoins, et Couturier, présidente de l’AICA-
[ancien président de la Bibliothèque na­ sociale dédié a failli à la mission que lui a inacceptable – comme si on nous de­ parfois victimes, de l’incroyable cy­ France (Association internationale des
tionale] soulignait avec lucidité la préca­ déléguée l’Etat. La nouvelle branche de mandait de confier à nos banquiers ou à nisme, du sexisme et de la brutalité qui critiques d’art) ; Pierre Denieuil,
rité et la dégradation des rémunérations l’Urssaf, créée pour les artistes­auteurs, nos assureurs notre carte d’électeur, sous sanctionnent la moindre volonté de peintre et illustrateur, président de
des artistes­auteurs. Un audit sans appel n’est toujours pas opérationnelle plus de prétexte que « c’est plus simple comme faire évoluer des choses. Et nous n’en l’UNPI (Union nationale des peintres il-
et guère reluisant pour un ministère de quinze mois après son lancement ? « Le ça » et qu’ils « savent mieux que nous ce sommes que plus déterminés. lustrateurs) ; Nathalie Ferlut, autrice
la culture qui a, durant des décennies, gouvernement va s’en occuper », nous ré­ qu’il nous faut ». Le scandale du statut des Grâce à tout cela, nous avons tissé des de BD, fondatrice et déléguée aux rela-
tout simplement « oublié » les 270 000 pète­t­on une fois encore. liens entre les différents professionnels tions extérieures de l’ADABD (Associa-
individus pourtant à l’origine des de la création littéraire et artistique, fait tion des auteurs de bande dessinée) ;
œuvres qui font sa vitalité et son patri­ Mesurettes naître des convergences, mis en évidence Aurélie Gerlach, autrice et coprési-
moine. Les créateurs et créatrices eux­ Les dessinateurs et dessinatrices de BD des objectifs communs. Nous avons su dente de la Charte des auteurs et illus-
mêmes, bien vivants et en activité pro­ font du bruit dans les médias ? Alors ils mettre clairement en évidence la façon trateurs jeunesse ; Philippe Hurel,
fessionnelle. seront peut­être payés, à l’essai, pour les dont les intérêts contraires aux nôtres pa­ compositeur, président du SMC (Syndi-
Ce rapport proposait des solutions clai­ dédicaces qu’ils effectuent dans certains rasitent les canaux de communication cat français des compositrices et com-
res pour remédier à une situation sociale festivals. Les fonds sectoriels seront re­ NOUS AVONS avec l’Etat et usurpent notre droit. positeurs de musique contemporaine) ;
indigne : identification de la profession, conduits ? Quand on voit la difficulté d’y Désormais, nous avons compris le Mireille Lépine, plasticienne, secré-
accès effectif aux droits sociaux, créa­ accéder et les multiples critères, décon­
ÉTÉ TÉMOINS, fond du problème : les artistes­auteurs taire générale du SNAA-FO (Syndicat
tion d’une instance de négociation col­ nectés de la réalité professionnelle, qui ET PARFOIS VICTIMES, sont exclus du droit commun. Et le mi­ national des artistes-auteurs) ; Kate-
lective contraignante pour les exploi­ font barrière, n’aurait­il pas fallu recti­ nistère de la culture en est complice, esti­ rine Louineau, plasticienne et écri-
tants d’œuvres, élections professionnel­ fier le tir ? Des délégations ministérielles DE L’INCROYABLE mant qu’il est normal que lui­même vaine, chargée des relations extérieu-
les, valorisation du travail de création, se déploient, des enquêtes sont en cours, choisisse ses interlocuteurs, ou encore res du CAAP (Comité pluridisciplinaire
objectifs de minimums de rémunéra­ des spécialistes seront missionnés, par CYNISME, DU SEXISME que des sociétés privées sous sa tutelle des artistes-auteurs·trices) ; Benoît
tions, etc. Surtout, il envisageait les artis­ secteurs de diffusion, pour répondre à ET DE LA BRUTALITÉ représentent nos intérêts profession­ Peeters, auteur et président des
tes­auteurs comme une catégorie à part des questions qui contournent le cœur nels. Peut­être aurions­nous préféré, EGBD (Etats généraux de la bande
entière, des professionnels aux intérêts du problème. Notre statut, c’est­à­dire QUI SANCTIONNENT comme dans un bon roman ou une série dessinée) ; Thierry Secretan, photo-
communs, dont le statut nécessitait une l’ensemble des règles qui régissent notre passionnante, que cette mutation essen­ graphe, président du syndicat PAJ
refonte pour sortir enfin de l’angle mort profession. LA MOINDRE VOLONTÉ tielle du statut des artistes­auteurs soit (Photographes, auteurs, journalistes) ;
des politiques culturelles.
Un peu plus d’un an plus tard, les an­
A toutes ces mesurettes, il ne manque
plus que la mise en place d’un numéro
DE FAIRE ÉVOLUER portée par l’actuel gouvernement. Visi­
blement, sous ce mandat, cette réforme
Harut Yekmalyan, secrétaire géné-
ral du SNSP (Syndicat national des
nonces du ministère de la culture son­ vert pour les artistes­auteurs au bord du LES CHOSES essentielle ne se fera pas.  sculpteurs et plasticiens)

Robin Renucci Les Centres dramatiques nationaux sont prêts


à assurer la relance d’un service public de la culture
Le comédien et metteur en scène propose la mise en place, dès la mi­mai, d’un service minimum pour donner corps
à la promesse d’Emmanuel Macron de rouvrir progressivement les lieux de spectacle vivant

P
our les Français, au­delà cessité de perspective, en annon­ les entreprises du secteur de se pondre à leur attente, à leur be­ la scène et en coulisses, particu­ pas cessé de poursuivre pendant
des débats sur la taille des çant une ouverture très progres­ projeter vers des réouvertures soin vital de partage et d’éléva­ lièrement exposés à la contami­ cette année de gestes barrières.
vagues de contamination, sive des lieux de culture et l’éta­ hypothétiques et de reprogram­ tion par la symbolicité de l’art. nation. Sur le terrain de la santé, Dans les écoles, avec des jauges
sur les horaires de couvre­ blissement, « entre la mi­mai et le mer des spectacles sans certi­ Ce service minimum, qui est aussi, les centres dramatiques se très réduites, mais aussi dans les
feu et sur la géométrie des confi­ début de l’été », d’un « calendrier tude de ne pas avoir, une nou­ une mission de service public, doivent d’assumer leur mission cours, sur les places, les parvis.
nements successifs, ce qui do­ de réouverture » pour « la culture, velle fois, à les annuler. doit s’appuyer sur les outils du de service public en expérimen­ Et, pour certains d’entre nous,
mine l’année de crise sanitaire le sport, le loisir, l’événementiel et Dans ce contexte d’attentisme service public. En premier lieu tant de nouveaux dispositifs de dans les Ehpad, les prisons…
que nous venons de vivre, c’est nos cafés et restaurants ». sceptique, il appartient au gou­ sur les centres dramatiques na­ protection des spectateurs et des Acteurs de première ligne, les
un sentiment d’usure, de trop Les réactions des profession­ vernement d’aller plus loin que tionaux (CDN), qui sont, selon professionnels. CDN sont prêts à assurer la re­
de fatigue accumulée, une per­ nels concernés, et notamment la simple annonce d’un calen­ leur cahier des missions et des Au passage, l’argument sani­ lance d’un service public de la
te de repères et de confiance des responsables du théâtre drier et de présider aux premiè­ charges, « des lieux privilégiés taire, qui a si drastiquement culture qui permettra d’envoyer
dans la gestion de la crise qui privé, ont été très mesurées. res ouvertures dans le cadre du d’accès des publics au théâtre ». Il présidé à la glaciation des espa­ un message fort à l’ensemble des
touche tout le monde, et particu­ Echaudés, ils gardent en tête les service public. leur revient, en tant qu’instru­ ces de culture, doit être sérieuse­ théâtres comme au public : un
lièrement les plus jeunes et les promesses de réouverture faites Posée comme une première ments de la politique publique, ment réexaminé au vu de la réa­ horizon existe et nous nous met­
étudiants. par le gouvernement en décem­ pierre, la mise en place d’un ser­ « d’expérimenter des voies et for­ lité et des études qui concluent tons collectivement en action.
Les fêtes sauvages sur les quais bre 2020, restées lettre morte. Il vice minimum de la culture, mats nouveaux » notamment « en que les théâtres et les cinémas Prudemment et par paliers, mais
de différentes villes ne sont pas est difficile, aujourd’hui, pour dès la mi­mai, permettrait de faveur des publics prioritaires ». ne sont pas des lieux de surcon­ résolument. Sur ce chemin, les
de simples signes du retour du donner corps à la promesse de tamination. responsables politiques peu­
printemps, elles sont des symp­ commencer la réouverture de Sur les places, les parvis… Publiée en mars, l’étude de vent s’appuyer sans réserve sur
tômes, des signaux d’alerte sur toutes les scènes de France, pu­ Les centres dramatiques se trou­ l’Institut Pasteur a montré que les CDN – et les autres labels na­
le niveau de saturation des Fran­ bliques et privées. vent, par nature, en première li­ les espaces culturels ouverts en tionaux − qui sont prêts à pren­
çais trop longtemps maintenus En décembre 2020, le premier gne dans cette action d’intérêt octobre n’étaient pas des lieux dre toute leur part dans l’ouver­
sous pression, sans aucune pers­ ministre se disait favorable à la général. Il appartient à la minis­ de surrisque. Et l’étude de l’Insti­ ture des lieux de culture à tous
pective de retour à la vie en com­ UNE ÉTUDE DE construction d’un « modèle rési­ tre de la culture de s’appuyer sur tut Hermann­Rietschel de Ber­ les publics. 
mun aux terrasses des cafés, aux lient » en définissant « les moda­ eux pour porter le projet lin, pour l’Allemagne, est allée
concerts, dans les lieux d’exposi­ L’INSTITUT PASTEUR lités d’ouverture graduée » des d’ouverture progressive de lieux plus loin en affirmant qu’il était
tion d’œuvres et devant les spec­ structures, « en fonction de l’évo­ de spectacles vivants. En expéri­ moins risqué d’aller au théâtre
tacles vivants. L’occupation des
A MONTRÉ QUE LES lution de la situation sanitaire ». mentant des jauges à dimen­ qu’au supermarché ou dans les
théâtres peut être comprise, ESPACES CULTURELS En finalisant ce modèle resté jus­ sions variables, en mettant en open spaces.
aussi, comme le refus d’une par­ qu’à aujourd’hui en friche, le œuvre des formes de rencontres Alors expérimentons, multi­ Robin Renucci est comédien,
tie des professionnels de la cul­ OUVERTS EN gouvernement peut se donner déjà testées avec les publics des plions les façons de rencontrer, metteur en scène, directeur
ture de continuer à attendre en les moyens de mettre en place ce CDN. Cela dans le respect des dès la mi­mai, les premiers pu­ du centre dramatique national
aveugle, sans horizon. OCTOBRE N’ÉTAIENT service minimum de la culture. protocoles sanitaires. Pour pré­ blics autour de spectacles vi­ itinérant Tréteaux de France
Dans son adresse aux Français PAS DES LIEUX C’est l’occasion, pour nos diri­ server avant tout la santé des vants, en nous appuyant sur no­ et président de l’ACDN
du 31 mars, le président Macron geants, de marquer leur volonté spectateurs, mais aussi celle de tre savoir­faire, sur les expéri­ (Association des centres
a intégré cette donne, cette né­ DE SURRISQUE d’entendre les citoyens et de ré­ celles et ceux qui travaillent sur mentations que nous n’avons dramatiques nationaux)
0123
DIMANCHE 18 ­ LUNDI 19 AVRIL 2021 0123 | 29

HUMANITÉS  | CHRONIQUE ÉLECTIONS 


par p h i l i p p e b e r nar d
RÉGIONALES ET 
cennies, l’occasion de signifier son opposi­ tent à ces élections locales sous de multi­
RECOMPOSITION 
Les leçons de NATIONALE
tion à la majorité présidentielle en place.
François Mitterrand, Jacques Chirac, Nico­
las Sarkozy, François Hollande en ont suc­
ples configurations, plus souvent alliées
aux départementales, compte tenu du
mode de scrutin, qu’aux régionales. Ces
Biden à la gauche française cessivement fait les frais. Emmanuel Ma­
cron ne devrait pas échapper à la règle,
élections sauront­elles faire la preuve par
l’union ? Ou, au contraire, constitueront­el­
d’autant plus que, avant son élection à l’Ely­ les un nouveau test pour s’étalonner ?
sée, le courant qui le soutient n’avait La deuxième hypothèse semble devoir
qu’une implantation territoriale margi­ l’emporter. A droite, ces élections pour­

L
ikée » plus de 60 000 fois LES ANNÉES DE  nale. Il ne risque donc pas d’essuyer de raient avoir un effet déflagrateur. En 2015,
sur Twitter, cette vidéo­là grandes pertes, mais il ne peut guère envi­ le parti Les Républicains avait récupéré la
de Joe Biden est passée « MOINS D’ÉTAT »  sager de nouvelles conquêtes. majorité des régions et des départements –
inaperçue en Europe et Deuxième différence : la distorsion entre en bénéficiant dans deux régions, les
c’est dommage. Aussi serein que ET DE FISCALITÉ  une élection présidentielle dont tous les Hauts­de­France et Provence­Alpes­Côte
Donald Trump pouvait paraître sondages prédisent un second tour entre le d’Azur, du retrait de la gauche au second
MINIMALE ONT NOURRI 
violent, le président américain a
lancé, le 1er mars, un encourage­
ment aux travailleurs à « mieux se
faire entendre » en se syndiquant.
Un « tract » de deux minutes et
LA DÉSESPÉRANCE 
SOCIALE, LE POPULISME 
D ernier scrutin avant l’élection
présidentielle de 2022, les élec­
tions régionales et départementa­
les seront finalement organisées, sauf re­
bond intempestif de la pandémie, les 20 et
président sortant et Marine Le Pen, la prési­
dente du Rassemblement national, et des
élections territoriales qui reproduisent ma­
joritairement, comme on l’a vu lors des
élections municipales de 2020, une bipola­
tour pour empêcher une possible victoire
de ce qui s’appelait encore le Front national.
La pression de l’extrême droite risque de
se faire encore plus fortement sentir, au
point, peut­être, d’être en mesure de rem­
vingt secondes très explicite : « Il ET L’EXTRÊME DROITE 27 juin. Elles se tiendront dans un contexte risation droite­gauche, du moins en ce qui porter un exécutif régional, ou de peser de
ne doit y avoir ni intimidation, ni exceptionnel, celui d’une crise sanitaire qui concerne les exécutifs locaux. manière déterminante pour la formation
contrainte, ni menace (…). Chaque a très lourdement pesé sur la dynamique Mais s’ils se tiennent, comme on l’espère, d’une majorité départementale. Quelle at­
travailleur doit être libre d’adhérer du Parti démocrate) et de ses am­ politique depuis un peu plus d’un an. à un moment où la sortie de la crise sani­ titude la droite républicaine adoptera­t­elle
à un syndicat. C’est votre droit, pas biguïtés (Jay Carney, lobbyiste Ces élections n’en seront pas moins de vé­ taire est en vue, ces derniers scrutins avant alors ? Les digues paraissent de plus en plus
celui de votre employeur. Aucun en chef d’Amazon, a été directeur ritables révélateurs de la physionomie poli­ la présidentielle pourraient aussi jouer un fragiles. En 1998, la droite s’était fracturée
employeur ne peut vous le retirer. » de la communication de Biden tique du pays « réel ». Elles ne préfigurent rôle d’accélérateur de recompositions de sous l’effet des pactes noués par certains
Sans nommer Amazon, mais sous Obama), peut être lu, en pa­ pas nécessairement le match à venir, mais l’échiquier politique. Du côté de la gauche, de ses élus régionaux avec l’extrême droite.
dans une référence limpide à la rallèle de sa proposition d’impôt peuvent en donner les clés, si l’on tient le paysage est fragmenté. Enferrés dans A l’orée de la campagne pour l’élection pré­
bataille alors en cours pour la créa­ minimal mondial sur les sociétés, compte de quelques spécificités prévisi­ leurs divisions, ses diverses composantes sidentielle, l’enjeu national d’une recom­
tion d’un syndicat dans l’entre­ comme une tentative de tourner bles. La première est que les élections terri­ et leurs porte­drapeaux ne cessent d’appe­ position politique risque donc bien de dé­
pôt géant de la firme à Bessemer la page de décennies de mondia­ toriales intermédiaires sont bien souvent, ler à l’union sans être capables de s’accor­ passer la portée locale de ces élections dé­
(Alabama), M. Biden délivrait un lisation fondée sur le dumping et même systématiquement depuis des dé­ der. Ses formations politiques se présen­ partementales et régionales. 
message percutant qu’on imagine fiscal et social.
mal un président français, fût­il de Ces années de « moins d’Etat »
gauche, articuler ainsi : « Le choix et de fiscalité minimale qui, en
d’adhérer à un syndicat appartient pressurant salaires et conditions
aux travailleurs. Point final. » de travail, en isolant les salariés,
L’enjeu était immense. Ama­ en généralisant la précarité, en or­
zon, fondé par Jeff Bezos, ganisant, grâce aux algorithmes,
l’homme le plus riche du monde, aux téléphones portables et aux
ne tolère aucun syndicat dans robots, le retour à des conditions
ses 800 entrepôts américains. d’embauche et de limogeage di­
Ses 500 000 salariés en font le gnes du XIXe siècle, ont nourri
deuxième plus gros employeur la désespérance sociale, le popu­
des Etats­Unis. L’« intimidation » lisme et l’extrême droite. HORSSÉRIE
et les « menaces », ceux qui ont Au même moment, en France,
cherché à s’organiser contre les les représentants des partis de
« cadences infernales » chez Ama­ gauche, qui plafonnent ensemble
zon y ont goûté. A Bessemer, à 25 % des intentions de vote pour
la firme a déployé les grands la présidentielle, consacrent l’es­
moyens pour influencer le vote sentiel de leur énergie à faire
sur la création d’un syndicat. semblant de rechercher un candi­
Menace de licenciements en cas dat commun et à s’agiter dans
de syndicalisation, pluie de SMS des débats piégés et stériles sur
et de mails exhortant à voter non, l’« islamo­gauchisme », la « non­
affichettes de propagande jusque mixité racisée » ou la viande dans

L’HISTOIRE
dans les toilettes, feux de circula­ les cantines scolaires, alors qu’ils
tion modifiés à la sortie du par­ sont censés porter des valeurs
king pour empêcher le contact d’émancipation universelle.
avec les militants, etc. Le message d’Amazon Alabama
Pour l’heure, Amazon a gagné la (où 85 % des employés sont noirs)
partie. Ni les efforts du syndicat ne conduit certainement pas à
du commerce RWDSU ni les for­
tes paroles de Joe Biden n’ont
ignorer la dimension raciale des
relations sociales, mais à combi­ DE
L’OCCIDENT
suffi à convaincre les 5 800 sala­ ner les facteurs de classe et de
riés d’Amazon Alabama. Ils n’ont race. Les raisons pour lesquelles
été que 738 (contre 1 798) à plébis­ la première grande mobilisation
citer le projet de création d’un en faveur d’un syndicat chez
syndicat. Perdue, la bataille de Amazon a émergé dans cette ville

Chocs et métamorphoses
Bessemer n’en a pas moins pris pauvre du sud des Etats­Unis sont
une dimension de symbole, aux probablement liées au lien histo­
Etats­Unis et bien au­delà. rique entre lutte pour les droits
civiques et luttes sociales.
Volonté de tourner la page En France, des syndicats sont
Le Covid­19 a fait exploser les acti­ implantés chez Amazon et la lutte
vités et les profits d’Amazon. contre les discriminations est in­
La firme emploie 1,2 million de dissociable de celle contre les in­
personnes dans le monde, avec justices économiques et sociales,
une progression de 50 % en un an. sauf à tout « racialiser » et à ali­
Le confinement a renforcé sa po­ menter la rhétorique identitaire.
pularité aux Etats­Unis. Mais la « Dans une démocratie qui s’orga­
pandémie a en même temps pesé nise sur des lignes classistes, il y a
sur les conditions de travail et fait du grain à moudre, il y a un débou­
prendre conscience aux salariés ché politique possible, rappelle
du caractère crucial de leur acti­ l’économiste Thomas Piketty

ÉDITION
vité et de leur force collective. dans L’Obs. Dans une démocratie
Tandis qu’Amazon, prétendu­ qui s’organise sur des axes identi­
ment entreprise du futur, cham­ taires, en revanche, le seul débou­
pion de l’évitement fiscal, utilise ché est qu’un camp finisse par ter­
des méthodes très « lutte des rasser l’autre. »
classes » pour entraver l’exercice La gauche française n’a­t­elle
Qu’est-ce que l’Occident ? À cette question simple, ce numéro spécial offre une réponse
d’un droit censé différencier le rien de concret à proposer, en de­
« monde libre » de la Chine, Biden hors de la dénonciation rituelle de complexe et passionnante. Depuis la Grèce antique, la notion d’Occident a changé de
rappelle que « l’Amérique n’a pas « la précarité » et des appels à une contours pour s’identifier tour à tour à l’Empire romain, à la Chrétienté médiévale, à l’Europe
été construite par Wall Street » juste taxation d’Amazon, aux mil­ coloniale, au monde libre... Sa civilisation, ses valeurs universelles, sa toute-puissance, ses
mais « par la classe moyenne », et lions d’employés des plates­for­
que ce sont « les syndicats [qui] mes logistiques, d’abonnés aux faiblesses... expliquent pourquoi l’Occident suscite toujours à la fois fascination et répulsion.
ont construit la classe moyenne ». « contrats courts » et d’assignés à Cette histoire est racontée par les meilleurs experts, cartes à l’appui.
Le message de Joe Biden, au­ la « gig economy », cette écono­ Sur la scène mondiale, l’Occident a-t-il désormais de sérieux concurrents ? À découvrir dans
delà de ses arrière­pensées politi­ mie des plates­formes sur Inter­
ciennes (ménager l’aile gauche net que la pandémie conforte ? cet ouvrage indispensable pour comprendre les enjeux du monde contemporain.
Que le Rassemblement national
soit devenu le premier parti de
la génération des 25­34 ans, parti­
LA GAUCHE FRANÇAISE, 
QUI S’AGITE DANS 
culièrement concernée par ce
type d’emploi, interroge.
L’HISTOIRE DE L’OCCIDENT
Certes, l’Amérique n’est pas la
DES DÉBATS PIÉGÉS,  France. Mais le message de l’« On­
Un hors-série
cle Joe », qui sait ce que quatre ans 188 pages - 14 €
N’A­T­ELLE RIEN  de Trump ont coûté à son pays, Chez votre marchand de journaux
DE CONCRET  devrait être entendu par tous
et sur Lemonde.fr/boutique
ceux qui veulent éviter à la France
À PROPOSER ? de passer par la case Le Pen. 
4
CO M M ENT JE ME SUIS
DISPUTÉ

Entre deux feux


A 13 ans, Léa s’est retrouvée
impliquée dans la séparation
de ses parents, sommée de prendre
parti par une famille déchirée

5 L’O B J E T

Génial bocal
Le germoir trône dans toute cuisine où
l’on raccourcit le circuit d’approvision­
nement au point de produire soi­même
ses indispensables graines

8 U N A P ÉRO AVEC …

Bernard de
La Villardière
Le présentateur d’« Enquête
exclusive », sur M6, concède être accro
aux sujets sur la drogue et défend
son droit d’afficher sa couleur politique

2 ENQUÊTE

La vie sans saveur Après un Covid-19,


durant des
semaines, parfois
des mois, ils sont
privés du goût
et de l’odorat.
Désemparés,
ils doivent
ALEXIS JAMET POUR « LE MONDE »

se réapproprier
leurs sens

D I M A N C H E 1 8 - L U N D I 1 9 AV R I L 202 1 C A H I E R D U « M O N D E » N O 2372 5 - N E P E U T Ê T R E V E N D U S É PA R É M E N T
2 0123
DIMANC H E 1 8 - L U N D I 1 9 AV R I L 202 1

Par Camille Bordenet

ENQUÊTE
et Eric Collier

C’
est arrivé sans pré­
venir. Alexandre,
22 ans, était à table.
Il se souvient du
jour, le 26 septem­

Sens dessus dessous


bre, presque de
l’heure. Pas besoin de jeter un œil à un
dictionnaire médical, le jeune étudiant
en médecine qui « adore manger » a vite
fait le lien avec deux des symptômes fré­

L’impression d’avaler
quents du Covid­19 : la perte de goût
(agueusie) et d’odorat (anosmie). Après
trois mois d’inquiétude, sa mère a pris les
choses en main. Elle lui a offert un Loto
des odeurs, un jeu pour enfants : des peti­

des trucs en carton, qui


tes boîtes avec différentes senteurs à de­
viner, pour « entraîner le cerveau à refaire
les connexions ». Alexandre s’est appliqué.
« J’ai pu progresser un peu. » Il lui arrive
aujourd’hui de ressentir « le sucré ou le
salé », mais, dans l’ensemble, « ça stagne ».
Pas pour tout le monde : ses parents ont
plus d’une fois profité de la situation pour
fumer dans leur cuisine parisienne : « Il ne
nous fait plus la guerre. »
fait de chaque repas
Plus qu’avec les courbatures et la
fièvre ressenties deux jours plus tôt,
Henri s’est, lui, rendu à l’évidence cet
automne, en croquant dans un sandwich
jambon­truffe et un Kit Kat : « Aucun
un supplice ; un odorat
goût. » Depuis, l’impression d’avaler des
« trucs en carton », poursuit le trentenaire
parisien. Sur les conseils de son généra­
liste, il s’est acheté des fioles de sept hui­
chamboulé, qui perturbe
même les relations
les essentielles à renifler tous les jours en
prononçant le nom à voix haute. « Je me
retrouve seul dans ma cuisine à dire “can­
nelle” devant mon petit pot… » Il connaît
parfois de « petites satisfactions », en res­

amoureuses… Les effets


sentant, par exemple, « l’iode et la tex­
ture » des huîtres ou l’acidité d’une tarte
au citron. Mais, dans l’ensemble, il es­
time avoir récupéré 0,5 % de son odorat,
« pareil pour le goût ».

pas si secondaires
« Une semaine, deux semaines, un
mois… Un an de néant, un an sans aucune
saveur, si ce n’est le sucré ou le pimenté »,
égrène à son tour Marion, 35 ans, profes­
seure d’allemand à Saint­Dizier (Haute­

du Covid-19
Marne). Si son odorat s’est légèrement
amélioré, il demeure « complètement
chamboulé ». Pour cette mère célibataire
qui adorait cuisiner, manger est devenu
« un supplice », accompli « uniquement
pour se nourrir », pour elle et pour ses
filles. Son alimentation s’est réduite à ALEXIS JAMET POUR « LE MONDE »
une dizaine de produits « qui s’avalent et
calent vite ou croustillent : ouf, une sensa­ gue », explique Moustafa Bensafi, direc­ national de recherche pour l’agriculture, raissant des semaines ou revenant com­
tion ! » Conséquence : 10 kilos de moins et teur de recherche au CNRS à Lyon, spécia­ l’alimentation et l’environnement. « Les plètement déformés. Les bananes avaient
« moins d’énergie » face à ses élèves. Elle liste de l’odorat et coauteur de Cerveau et neurones olfactifs sont les seuls à se renou­ un goût de poisson pourri terriblement
n’a pas trouvé de réponse auprès de son odorat. Comment (ré) éduquer son nez veler tout au long de la vie », rassure­t­il. astringent, le pain un goût de métal et de
généraliste, « sûrement dépassé par la si­ (EDP Sciences, 2020). Pour les uns, cela va Au cours de ses recherches, Roland sang, l’eau me paraissait sucrée ». Ou en­
tuation, à l’époque ». Elle vient de décider, se traduire par une « perte de l’odorat et du Salesse a toujours entendu « des histoires core Marguerite, 46 ans, directrice cultu­
tardivement, d’entamer une rééducation goût qui ne durera que quelques semaines. extraordinaires », lui laissant penser relle, dont les sens sont devenus « des ter­
et de consulter un ORL : « Je ne veux pas Reste qu’un tiers des personnes touchées qu’une émotion « peut modifier une per­ res plates habitées par des odeurs fantô­
manger des compotes toute ma vie ! » rapporte des pertes persistantes de plus ception sensorielle ». De fait, les troubles mes ». Ainsi de ces « mauvaises odeurs
Symptôme fréquent du Covid­19, d’un mois et allant jusqu’à au moins dix dus au Covid­19 donnent lieu à des récits métalliques qui perdurent sans être ratta­
l’anosmie, souvent associée à l’agueusie, mois ». Des symptômes dits de Covid déroutants. Comme celui de Sylvette, chées à une réalité, ou celle de la peau rô­
guérit relativement vite chez de nom­ long, aussi persistants qu’inexplicables. retraitée dans le Sud, qui dit avoir re­ tie d’un poulet ». D’autres décrivent un
breux sujets. « Pour se développer, le virus Le Covid aura en tout cas relancé trouvé goût et odorat à son réveil après « feu de cheminée », le « tabac froid en
va utiliser certaines cellules du système l’intérêt pour ces deux sens, observe une anesthésie générale, en janvier. Ou ouvrant le frigo, la soupe sous la douche »,
olfactif, présentes dans la cavité nasale, ou Roland Salesse, ancien directeur de l’unité comme Camille, journaliste culinaire de ou ce goût « d’oignon brûlé » ou « de
du système gustatif, au niveau de la lan­ de neurologie de l’olfaction à l’Institut 37 ans, dont les sens ont fluctué, « dispa­ terre » qui nielle leurs papilles…
« Les conséquences sociales et
psychologiques peuvent être lourdes »,
souligne M. Bensafi. D’après une étude
en cours qu’il a conduite auprès de

Un podcast pour retrouver le goût des odeurs 6 000 malades français du Covid­19, 60 %
des interrogés déclarent que cette perte
sensorielle est « invalidante », avec des ef­
fets conséquents sur leur qualité de vie.
« Vous sentez ? » C’est par cette question senteur « joyeuse » qui la ressource ? Celle Saint-Lazare et ses chocs d’individualités ». « Et des études antérieures au Covid mon­
que Géraldine de Friberg lance chacun des algues avec lesquelles la jeune psycho- Hadrien aime « l’odeur du matin à la cam- trent que 30 % des personnes qui perdent
l’odorat peuvent développer une dépres­
des épisodes de son podcast, « Nez logue jouait à la dînette et qui la ramène pagne » mais le jeune boxeur parisien sion. » Car les trois fonctions essentielles
à nez » (Nez-a-nez-podcast.com), à la plage de Saint-Malo où elle a grandi. déguerpit aussitôt lorsqu’il sent le parfum de l’odorat (alerte du danger ; plaisir ; ac­
une « invitation par les oreilles à ressentir L’émotion saisit Meryem, créatrice de de son ex. A l’inverse, lorsqu’elle ne le sent ceptabilité sociale) se retrouvent mises à
mal : « Cela perturbe l’équilibre entre corps
l’intime et l’universel des odeurs, au détour soins pour cheveux bouclés, lorsqu’elle plus sur sa peau, Laurence remet de ce et environnement et peut générer des si­
d’une émotion, d’un souvenir, d’un lieu ou évoque le jardin marocain de ses grands- parfum poudré qu’elle garde toujours sous tuations anxiogènes, parce qu’on ne sent
d’une rencontre ». Lors de tête-à-tête avec parents, dont les senteurs de fleur la main. « Mon parfum me rassure. C’est un plus sa propre odeur, par exemple. »
Combien sont­ils à prendre deux
des enfants, des femmes, des hommes de d’oranger, de jasmin, de citron et de figue peu mon doudou », convient cette profes- ou trois douches par jour ou à s’asperger
6 à 95 ans, elle évoque ce que les odeurs lui ont inspiré ses créations. « J’adore seure d’éloquence, tout comme Capucine, de parfum de peur d’empester « le curry »
leur suggèrent : aimée ou détestée, redou- le jasmin mais cela peut être écœurant. 6 ans, attachée à l’odeur « magique » ou « la soupe aux poireaux » ? « Mieux vaut
tée, rêvée, odeur qui manque ou inspire. C’est une odeur un peu dangereuse, qui a de sa souricette qu’elle met devant son nez en rire », dit Marion, qui demande sou­
vent à ses filles de lui décrire sa réelle
« Le cortex olfactif est localisé dans un imaginaire très fort, très orientalisant, pour s’endormir. « Le cœur empli d’odeurs », odeur. Il y a aussi toutes ces « catastrophes
le cerveau limbique qui contrôle les émotions avec lequel il faut savoir jouer », confie la Christian, 81 ans, a aussi son doudou en cuisine » : plats brûlés, alarme incendie
et les souvenirs. Donc forcément, c’est quadra franco-marocaine qui déteste olfactif, « l’odeur de ma femme et celle de mes déclenchée, aliments périmés avalés…
Sabine, juriste parisienne de
la boîte de Pandore », prévient-elle. l’odeur de la station de métro parisienne enfants ». Si ce pédiatre à la retraite devait 46 ans, rit encore en se remémorant sa fa­
Les odeurs sont une fabuleuse machine transmettre une odeur, ce serait celle mille reniflant tour à tour au­dessus
à remonter le temps. « Quand je sens les d’un bébé, « cette odeur si particulière, une d’une marmite de légumes moisis : pesti­
lentiel pour son mari et l’un de ses fils qui
piments, cela me ramène au Pays basque odeur de vie qui débute, pleine de promesses ont retrouvé l’odorat ; totalement ino­
de mon enfance, aux odeurs de friture, de et d’une vie qu’on aimerait heureuse ». dore pour ses deux autres enfants et elle,
jambon à la poêle, et aux petits pois frais Marlène Duretz qui en sont privés depuis cinq mois.
qu’on ramassait dans le jardin », se souvient Trompé un peu plus tôt par une halluci­
nation olfactive, son mari s’était lui rendu
Claude, épicurienne de 80 ans, qui n’a chez son concessionnaire, persuadé que
rien perdu du parfum « d’un amoureux » sa voiture avait un problème.
d’antan. Agathe adore l’odeur de l’herbe Plus délicat de confier l’état de
« tristesse générale » et cette impression
coupée, elle ferme les yeux « pour mieux la de « vide à l’intérieur » dans lequel beau­
sentir » et en retire un grand bien-être. Une coup se retrouvent plongés depuis des
0123
D I M A N C H E 1 8 - L U N D I 1 9 AV R I L 202 1 3

Rééduquer
Que faire si les pertes ou alté-
rations olfactives et gustatives
durent ? Il existe des techniques
de rééducation permettant
d’entretenir le lien entre les
neurones olfactifs endomma-
gés et les fonctions cognitives.
« Mettre en route le plus rapi-
dement la rééducation est
primordial car cela reste pour
le moment le seul traitement
ayant prouvé son efficacité lors
de prise en charge d’anosmie
post-virale », souligne la Haute
Autorité de santé, qui a mis
en ligne une fiche pratique
pour la prise en charge
des symptômes prolongés.

En cas de persistance à quinze


jours, sont préconisés des
lavages de nez au sérum phy-
siologique, associés à une
rééducation réalisable chez soi,
à base d’épices et d’huiles es-
sentielles diluées, à sentir deux
fois par jour. S’ils subsistent
au-delà de deux mois, il est
recommandé au généraliste
d’orienter vers un spécialiste
ORL, voire de réaliser une IRM.

L’association Anosmie.org
relaie aussi des protocoles sur
son site. Plusieurs services ORL
spécialisés d’hôpitaux (à Paris,
Nantes, Lyon…) poursuivent
des recherches pour tester
l’efficacité de différentes va-
riantes. Si « l’entraînement ne
garantit pas une récupération
totale de l’odorat chez 100 %
des personnes, il multiplie par
deux ou trois les chances, souli-
gne Moustafa Bensafi, spécia-
liste de l’odorat. Il est d’autant
plus efficace qu’il est long ».
Ca. B.

mois. Impossible pour Marion d’appré­ de brûlé écœurant » lui valant de confon­ RETROUVER LE SENS PERDU
cier les bons repas que son amoureux lui dre « l’odeur d’un bon plat et celle d’un
concocte, de même que son parfum, qui
lui donne des « haut­le­cœur ». Difficile,
aussi, de faire comprendre aux autres ce
égout », Anne­Claire, étudiante de 21 ans,
a pris conscience de l’« importance de
l’odorat pour la santé mentale ». D’autres
Les ateliers du « réveil olfactif »
que l’on traverse, d’autant plus quand s’inquiètent de voir leur mémoire olfac­

D
odorat et goût sont relativisés par rapport tive s’effacer. « Je commence à oublier les e longues structures bleues zèbrent depuis janvier la A Labanque, dans les casques audio proposés aux visi­
à la vue. « Les proches ne semblent pas réa­ odeurs de mon enfance : le parfum polo­ façade en briques rouges de l’ancien siège de la Banque teurs, elle distille commentaires et questionnaires, distribue
liser l’impact psychologique. Et on n’ose nais de ma mère, la pâte viennoise des gâ­ de France, à Béthune (Pas­de­Calais). Elles signalent ici et là des mouillettes, parfumées par les soins de Laurence
pas se plaindre par rapport à ceux qui ont teaux pascaux de ma grand­mère », dé­ l’ouverture prochaine d’une exposition de l’artiste Nicolas Fanuel, manière d’inviter ses spectateurs à visiter mentale­
des symptômes graves », dit Marion, qui a plore Tatiana, 57 ans, chargée de mission. Guiet dans ce bâtiment transformé en centre d’art visuel ment leur « odorothèque » personnelle. « Cette odeur est­elle
l’impression d’être isolée du monde, Alors, cette Parisienne « gourmande » en 2007. Un jour, bientôt, mais certainement pas en avril agréable ou désagréable ? Attractive ou répulsive ? », « évoque­t­
« comme sous une cloche ». s’astreint à cuisiner, « tous les jours, avec comme prévu, le musée Labanque sera en mesure de propo­ elle un lieu, une personne ? », « à quelle œuvre présente dans la
« On se sent en retrait de notre beaucoup d’herbes et d’épices, à goûter, ser au public l’installation du plasticien, combinée à une « vi­ pièce l’associez­vous ? », interroge la voix dans le casque entre
propre existence, désincarnés », abonde mâcher », espérant finir par percevoir à site olfactive » des lieux. « Une œuvre de commande », précise deux épisodes narratifs déclamés par Violaine de Carné, alias
Sabine. Plus que l’odeur du pain chaud nouveau « tous les arômes qui arrivent en Violaine de Carné, la créatrice de ce parcours multisensoriel. Iris Dupistil, et son ingénieur du son Baptiste Marty, nom de
rétro­nasal ». Autant de mécanismes de Une expérience dans laquelle « la vue, les couleurs et les formes scène Romarin Leblase.
compensation. « Heureusement, la vue pourraient être traduites par le biais d’odeurs, comme elles Au sein du petit groupe qui teste, fin mars, une pre­
des bons plats et des fleurs prend le relais pourraient l’être en musique en les transcrivant en notes ». mière ébauche du parcours, ressentis et impressions sont pé­
« LA VOIE EST sur l’atrophie de l’odorat », dit Marguerite. Quand la vue est le sens dominant de tous les êtres hu­ niblement verbalisés, dans des termes imprécis, hésitants :
Cette quête des « madeleines » mains, la comédienne et metteuse en scène, née en Nouvelle­ « Chez nous, l’odorat, qui renvoie à l’animalité, est un sens
MOINS AISÉE perdues reste teintée par la crainte de ne Calédonie et qui a grandi au Togo, revendique une perception méprisé. Et le langage olfactif est pauvre », souligne Violaine
pas regagner ses sens dans leur intégra­ du monde « très olfactive ». « Je ne suis pas un nez, prévient de Carné. Pour autant, ce vocabulaire chiche n’empêche pas
POUR ACCÉDER lité. De devoir « apprendre à vivre avec ce Violaine de Carné, mais j’aborde le monde par les odeurs. On une grande variété de réactions. Rien de surprenant pour
handicap invisible » et ces « subterfuges », voyage par les odeurs, on est spirituellement élevé par les l’instigatrice du parcours. Lors des ateliers olfactifs qu’elle
AU PLAISIR. CELA comme avec « ce nouveau moi qui n’a pas odeurs, on est ramené à l’état animal par les odeurs. » Depuis propose par ailleurs, elle a constaté combien « des gens s’en­
la même odeur », « sans jamais se retrou­ une quinzaine d’années, la fondatrice de la compagnie TIR et gueulent » au moment d’apprécier, ou pas, telle ou telle fra­
EFFACE CE QUI ver complètement ». Mais aucun ne se ré­ la lyre propose ainsi des spectacles « olfactifs » (La Belle et la grance. Elle a aussi développé, dit­elle, « un côté Madame
signe. « Il y a un avant et un après, on Bête, L’Encens et le Goudron) dans des lieux de théâtre tradi­ Irma » : « Je sais beaucoup de choses sur les gens ! » Elle a éga­
REND LE CORPS passe dans une autre dimension, mais on tionnels ou hors les murs, dans des hôpitaux, jardins, prisons lement compris que seules les mauvaises odeurs font l’una­
s’adapte à tout », dit Stefana, rédactrice ou institutions culturelles, comme à Béthune. nimité, contre elles : « Là, tout le monde est d’accord pour re­
DE L’AUTRE de 44 ans, qui estime avoir recouvré 50 % connaître qu’elles sont désagréables. C’est notre éducation qui
de capacités après un an de rééducation, nous apprend à les détester. »
UNIQUE » suivie par le service ORL de l’hôpital Lari­ Roland Salesse, ancien directeur de l’unité de neuro­
boisière. Elle n’a pas ressenti le besoin logie de l’olfaction à l’Institut national de recherche pour
SABINE, 46 ANS
d’un psy, mais elle partage des conseils l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), a
sur Facebook avec d’autres naufragés du participé à certains de ces ateliers, où il explique comment
nez et des papilles. « l’odorat peut déclencher des émotions et réveiller des souve­
ou des sous­bois, c’est celle de ses en­ En attendant, tous s’accrochent nirs ». « Les gens se racontent et c’est parfois très émouvant »,
fants endormis et les fragrances qui lui aux quelques avantages offerts par leur relève­t­il. Surpris par les résultats « quelquefois tellement
font désirer son mari qui lui manquent aveuglement nasal : fini les relents féti­ spectaculaires » auxquels il a pu assister, il a contribué, avec
le plus. « La voie est moins aisée pour des de la station d’épuration, des pets du Violaine de Carné, à l’élaboration de nouveaux ateliers, cette
accéder au plaisir : je me remémore les chien, du métro… Un an après, l’impres­ Mots à maux fois destinés aux patients atteints d’anosmie après avoir
sensations olfactives plus que je ne les sion d’avoir « assisté à la destruction en contracté le Covid­19. « Nous ambitionnons de faire du réveil
perçois. Ça a instauré une sorte de neu­ direct de [s]on cerveau par le Covid » et la > Goût olfactif, pas de la rééducation, on n’est pas des kinés ! », pré­
tralité dans les ébats, qu’il faut éveiller peur de ne plus pouvoir exercer son tra­ Agueusie : perte totale vient Violaine de Carné, qui veut aider les anosmiques à re­
autrement, avec le toucher et la chaleur », vail, Camille, journaliste culinaire, com­ Dysgueusie : perception trouver leur sens perdu en empruntant « un chemin qui
confie­t­elle. L’amour lui semble ainsi mence « tout juste » à regoûter et à hu­ altérée passe par les émotions plutôt que par la connaissance ».
« plus mécanique que sensuel », « presque mer normalement : « C’est presque bou­ > Odorat E. C.
étranger » à ce qu’elle vivait. « Cela efface leversant, comme passer d’un univers en Anosmie : perte totale
ce qui rend le corps de l’autre unique. » « Je 2D à la 3D », raconte celle qui s’était habi­ Hyposmie : diminution
lutte contre cette baisse de libido en condi­ tuée à ses sens déboussolés. « On verra partielle
tionnant mon cerveau et mon corps. Mais demain, j’ai appris à vivre au jour le Phantosmie : hallucination
combien de temps vais­je pouvoir ? », jour. » Belle sagesse que n’a pas encore olfactive
s’interroge, elle aussi, Stéphanie, 45 ans, atteinte Henri. Le trentenaire se de­ Parosmie : perception
conseillère RH à La Roche­sur­Foron, en mande, comme tout un chacun depuis erronée, en présence
Haute­Savoie. un an, mais avec plus de craintes, com­ d’une odeur
Ses narines vampirisées depuis bien de mois encore durera cette vie qui Cacosmie : ressenti
six mois par un « mélange de noisette et « n’a littéralement plus de saveur ». de mauvaise odeur
4 0123
DIMANC H E 1 8 - L U N D I 1 9 AV R I L 202 1

COMMENT JE ME SUIS DISPUTÉ

Une querelle d’amour ou d’amitié, un déchirement familial ou une engueulade professionnelle ont marqué leurs vies.
Ils le racontent à Clara Georges. Cette semaine, Léa, 19 ans, étudiante, à Strasbourg

« J’ai tué le peu qu’il restait de ma famille »

XAVIER LISSILLOUR

Je devais avoir 13 ans quand mes parents nous ont réunis, mon gure imposante –, et là, je me sers de cette frayeur pour oser
frère jumeau et moi, pour nous annoncer qu’ils divorçaient. « Je me suis crier plus fort. Je me réfugie dans la salle de bains. Il ouvre la
porte et avec ma grand­mère, ils me tirent dans le couloir
C’était un véritable coup de tonnerre. Nous formions tous
les quatre la famille idéale, nous vivions à la campagne, retrouvée jusqu’à ma valise vide, ouverte par terre. J’ai mal, et cette
douleur m’indigne encore plus. Ils disent qu’ils me traîne­
dans le Gard, dans notre bulle de classe moyenne supé­
rieure, faite de voyages et de bons résultats scolaires. Malgré impliquée ront jusqu’à la voiture s’il le faut. Je me débats. Dans ma
chambre, je cherche à attraper mon téléphone, mais mon
le choc, je me souviens, sur le moment, avoir veillé à ne pas
prendre parti. J’ai toujours été réfléchie, c’est ma manière dans le conflit grand­père me le prend des mains. Comme je suis accoudée
à la fenêtre, en larmes, il me dit : « Si tu sautais, je ne ferais
d’être. J’imagine que c’est cette attitude qui les a amenés à
considérer qu’ils pouvaient me parler comme à une adulte. entre mes pas un geste pour te rattraper. »
Eux retournent dans le salon pour prévenir mon
Je me suis retrouvée impliquée dans leur conflit, actrice
d’un déchirement qui ne me concernait pas, prise à partie parents, oncle qu’on aura un peu de retard. Pas un mot sur ce qui est
en train de se passer : je trouve cette façade ridicule. J’en pro­
d’un côté et de l’autre.
Après le départ de mon père avec une autre femme, actrice fite pour demander son téléphone à mon frère, qui est
pétrifié. Il comprend plus vite que moi les conséquences de
ma mère tombe en dépression. Mon frère et moi sommes
livrés à nous­mêmes. Mes grands­parents maternels vien­ de leur mon acte. Je cours jusqu’au jardin de la résidence pour ap­
peler mon père. J’ai du mal à parler, je suis en larmes, je
nent s’installer à la maison et prennent possession des
lieux : ils nous font à manger, nous emmènent à l’école. déchirement » tremble. Je lui dis que j’ai provoqué la situation en refusant
de partir, mais maintenant, j’ai peur, tout a dérapé, je ne sais
Mais ce n’est pas tout. Ils sont les acteurs principaux de ce
jeu malsain. Pendant ces quelques mois que j’ai haïs, ils font plus quoi faire. Il me dit qu’il vient me chercher. Avec tout ce
tout pour décrédibiliser notre père, pour nous rallier à la tout. Mon père m’envoie des documents d’avocat par mail. qu’il me reste de courage, je remonte. Mes grands­parents
cause maternelle. Ils veulent à tout prix me faire admettre J’ai 14 ans, je suis perdue dans ma propre adolescence qui ne m’ignorent. Je prends deux pulls et des affaires de cours. Je
que c’est lui, le « méchant » de l’histoire. m’intéresse pas, je me sens adulte. Pour me rallier, on me demande à ce qu’on me rende mon portable, je fais un der­
Parfois, mon grand­père déboule dans le salon, raconte les histoires de famille sordides, des tromperies et nier câlin à mon frère.
m’observe pianoter sur mon ordinateur, et me rappelle cal­ des querelles. On raille ceux qui ont « moins d’éducation »
mement que mon père est « un énorme connard ». Il ne fait dans ma famille, d’insupportables moqueries de classe. On Je suis sur le pas de la porte, ma grand­
pas la distinction entre le mari et le géniteur, il l’appelle « ton insulte mon père, on balaye la souffrance de ma mère, sans mère m’arrête. « Donne­moi les clés », ordonne­t­elle.
salopard de père ». Je suis une gamine loyale, je le défends, se soucier des risques pour moi. Aveugle à ça, je ne vois que D’abord, je ne comprends pas. Quelles clés ? « Donne­moi les
j’essaie de couper court à la discussion. Mon grand­père s’en la toute­puissance que me donne cette omniscience, je clés d’ici », répète­t­elle. Les clés de chez moi. Je ne suis plus
moque, il crache son fiel. Parfois, ma grand­mère me récu­ veux être celle qui tranche. la bienvenue. En larmes, je tourne les talons. Je suis dans la
père en voiture après mes activités extra­scolaires. Mais Un week­end, alors que c’est la semaine de ma mère, rue, seule, à 15 ans, avec le bruit des roues de ma valise sur
avant de rentrer, elle s’arrête sur le bas­côté et me sermonne elle doit s’absenter. Mes grands­parents ont prévu de nous l’asphalte. Qu’est­ce que j’ai fait ? Mon père arrive, je m’ef­
pendant une heure : je dois faire « le bon choix », et je ne dois emmener chez un oncle et une tante maternels. Moi, j’ai fondre dans ses bras. Evidemment, il veut se servir de ça
pas « pardonner à mon père après avoir vu à quel point il fait envie d’aller chez mon père. J’en ai assez de me laisser brin­ pour le règlement juridique du divorce. Il m’emmène au
souffrir ma mère », cette mère qui, « tu te rends compte ? », guebaler. Le vendredi matin, je leur dis que je n’irai pas avec commissariat tout de suite, il veut déposer plainte, ou au
« prend des antidépresseurs à cause de lui ». Cette pression eux. Ils me rient au nez, ils ne m’en pensent pas capable. Je moins une main­courante. Je le suis comme une automate,
constante, ce lobbying, ma mère ne le voit pas : elle ne sort ne fais pas ma valise, et je pars passer la journée avec un hagarde. J’ai l’impression d’avoir tué le peu qu’il restait de
plus de son lit, et je ne la vois plus que quand j’entre dans sa ami. Je rentre délibérément tard. Mon grand­père m’attend ma famille, et je pense à mon frère que j’ai laissé seul là­bas.
chambre plongée dans le noir le matin, pour l’embrasser en bas, très énervé, il m’attrape brutalement par le bras Je m’endors dans un drôle d’état.
avant de partir à l’école. Moi, ces grands­parents, je les pour me faire rentrer à l’intérieur. Quand je rentre chez ma mère, après le départ de
déteste. Je ne cherche pas à les comprendre, je ne peux que Je n’ai jamais été une vraie rebelle, j’ai du mal à assu­ mes grands­parents, elle prend leur défense. « Tu te rends
subir leur jugement, eux qui refusent de voir notre détresse mer mon comportement, mais je me dis qu’il faut que je compte de la peine que tu leur as faite ? » Et moi, on s’en fout ?
à mon frère et moi, considérant uniquement celle de leur m’impose, pour arrêter d’être ballottée comme une ga­ Elle n’a jamais reconnu leurs torts, et eux non plus.
fille. A leurs yeux, je suis à moitié déjà gâchée, ternie par mine. Je refuse toujours de partir. Mon frère jumeau reste Longtemps, je les ai à peine revus. Le temps a passé.
mon appartenance à « l’autre famille ». Ils n’ont ni indul­ muet, il a peur. Le ton monte avec mes grands­parents. Ils J’ai rétabli une relation de respect avec eux. Ils vieillissent, je
gence ni bienveillance à mon égard. me reprochent de faire des caprices, de vouloir faire du mal n’ai pas envie de rester fâchée jusqu’à leur mort. J’ai presque
Mes parents parviennent à s’entendre sur une garde à ma mère. Je fonds en larmes et vide mon sac : la pression, 20 ans. J’ai déménagé à Strasbourg, je suis loin de tout le
alternée à la demande de mon frère et moi. Nous déména­ mon incapacité à choisir un camp, ma lassitude d’être trim­ monde et ce n’est pas plus mal. Mon frère est parti à Aix.
geons à Montpellier, et nous restons quinze jours chez l’un, ballée comme un objet encombrant. « Ce n’est pas à moi de Cette dispute a modifié ma place dans la famille.
quinze jours chez l’autre. Ma mère va mieux, elle se venge subir l’éclatement de cette famille ! » Leur vision de moi a changé, ils me respectent davantage.
de mon père en menant une âpre bataille juridique. Ils se Mon grand­père tonne, hurle. Quand j’étais petite, il Du côté de ma mère, on n’a plus jamais fait de remarque de­
déchirent sur la maison, la pension alimentaire, tout. Dans m’a toujours fait peur – il n’est pas violent, mais c’est une fi­ vant moi, c’est comme si je n’avais pas de père. Des consi­
chacun des deux camps, on ne cherche qu’à plaider sa cause gnes ont dû être données. Mes grands­parents font comme
auprès de moi, pour que je renie l’autre bord. J’ai auprès si ce moment n’existait pas. Et je fais pareil. Mais depuis, ils
d’eux cette image de « la fille qui peut encaisser ». Les comp­ ne m’ont jamais plus rien imposé. Je crois qu’ils ont honte
tes rendus de jugement, les textos dans les téléphones, je lis de cette soirée. Moi aussi, parfois. J’ai déjà dit à ma mère que
je leur pardonnais, mais je n’ai jamais pu oublier.

POUR
OU
CONTRE

L’architecte optimiste
En japonais, le mot tsundoku désigne cette manie d’empiler les livres
sans jamais les lire. Pratiquer cet « art », c’est avant tout soutenir
le secteur de l’édition et la création littéraire sans compter, mais
c’est aussi cultiver ses talents d’architecte. Eriger des piles de livres
ne s’improvise pas. Cela implique un sens de l’équilibre pour disposer,
moins négligemment qu’il n’y paraît, ces « briques » à prémunir de LE Un TOC tape-à-l’œil
la chute, ainsi qu’un goût certain pour les dégradés harmonieux Le penchant pour le tsundoku relève davantage de la syllogomanie
ou les classements alphabétiques verticaux. Ces tours témoignent
d’un flagrant manque de temps ou d’un optimisme indécrottable.
Puisqu’on en est là, pourquoi ne pas bâtir une arche de livres
TSUNDOKU – l’accumulation compulsive d’objets inutilisés – que de la bibliomanie.
A ce compte-là, un jeu de construction Kapla fera l’affaire.
D’autant que cette file d’attente verticale de nos hypothétiques
ou un fauteuil avec ceux qui encombrent la bibliothèque ? Marlène Duretz lectures contrevient à toute logique : elle cantonne le premier livre,
et base de l’édifice, au rang d’éternel petit dernier de notre « to-do list »
ainsi matérialisée. Plus le temps passe, moins il est probable
que l’on vienne à bout de ce géant de papier. Avant son inéluctable
chute, troquer plutôt ce gratte-ciel tape-à-l’œil pour une bâtisse
sans démesure, et mieux adaptée.
0123
D I M A N C H E 1 8 - L U N D I 1 9 AV R I L 202 1 5

AKATRE POUR « LE MONDE »


Graine de brocoli, d’alfalfa, de tournesol, de
fenugrec, de sarrasin, de lentille, de blé : chacune de

V
ous vivez dans 20 mètres carrés au­ ces variétés, une fois trempée et germée, possède
dessus du périphérique et pourtant des vertus bien particulières, s’avérant bénéfique
vous avez une âme de fermier ? Pas pour lutter contre des maux divers et variés, tels le
de panique. Grâce au germoir, en diabète, le cholestérol, ou l’excès de sucre… Au­delà
verre, terre cuite ou plastique, vous de sa fonction concrète de produire des mets déli­
pourrez concilier votre passion nais­ cats à la valeur nutritive démultipliée, le germoir
sante pour une agriculture raisonnée et votre vie loin génère également un contre­discours en actes. A lui
de toute terre fertile (dans le secteur, les rares arpents seul, il figure une sorte d’antidote aux ravages de la
L’OBJET

cultivables servent de dépotoirs à canettes). Véritable société moderne, dont les modes de production
star des cuisines depuis une décennie, le germoir, industriels ont fini par faire peser le soupçon sur
jamais très loin du pot à kéfir, illustre un fantasme tout ce qui atterrit dans notre assiette.
en vogue : celui de la reprise en main de sa propre ali­ Face à la crainte que notre alimentation ne
mentation avec la relocalisation de la production. nous apporte plus de quantités suffisantes de nutri­
Ici, on est dans le circuit ultracourt, puisque ments essentiels, voire qu’elle nous empoisonne, le

Prenez-en
du producteur à l’assiette, il n’y a littéralement germoir revisite le mythe de Popeye. Alors que le ma­
qu’un pas, celui qui sépare votre bocal empli de pe­ rin à pipe puisait sa force dans les épinards en boîte,
tits filaments entrelacés de votre poke bowl (allez, on est là aussi en présence d’un « superaliment »,
deux pas si vous avez un grand appart). Remises au mais auquel on accède sans conditionnement. Sou­
goût du jour par la vogue de l’alimentation biologi­ vent qualifiées de « bombes », les graines germées
que, les graines germées, consommées en réalité emplissent votre organisme d’une énergie explosive

de la graine
depuis l’Antiquité, font partie de ce que l’on nomme et permettent d’accéder aux composés essentiels à la
la « nourriture vivante », laquelle, absorbée fraîche vie en éliminant le packaging et les étapes intermé­
et sans cuisson, distille une grande quantité de vita­ diaires, vous ensemençant à leur manière pour vous
mines, minéraux, protéines végétales, acides gras et réinscrire au cœur du grand tout cosmique.
aminés, excellents pour la santé. En gros, l’exact op­ Néanmoins, comme n’importe quel objet
posé des lasagnes à la viande de cheval. qui cristallise un fantasme, le germoir risque de per­
dre vite de son attrait une fois que votre désir aura
été comblé, tel que ce fut le cas pour les machines à
pain lorsque nous nous sommes lassés de nous
Le germoir relocalise la production rêver boulanger. Pour cette raison, il pourrait venir
allonger la longue liste des gadgets placardisés, aux

de nourriture dans… votre cuisine côtés de la yaourtière et de la scie à rôti électrique.


Mais peut­être qu’entre­temps – et ce n’est pas rien –
il aura aidé à faire germer dans votre esprit la possi­
Nicolas Santolaria bilité d’un autre monde.
6 0123
DIMANC H E 1 8 - L U N D I 1 9 AV R I L 202 1

Le plus perché
Vers l’infini, et Aude-là
Confinement, télétravail et couvre-
feu… on est loin de mener la vie
de château. Alors on ferme les yeux et
on part en pays cathare, dans l’Aude,
pour des visites de châteaux et des
balades augmentées. On rejoint la cité
médiévale de Fanjeaux depuis
laquelle Simon de Montfort et saint
Dominique ont mené la lutte contre
les Albigeois au XIIIe siècle : de la
maison supposée du chanoine espa-
gnol à la Machine de guerre, que Loïc
Le plus sylvestre

Tellier a sculptée dans un radiateur


industriel, le bourg occitan dévoile
« Promenons-nous ses dessous historiques et artistiques.
dans les bois… » L’auditeur poursuit son périple,
de l’éperon abrupt du château de
A l’aide de l’appli Balade branchée,
Peyrepertuse, « citadelle du vertige »
conçue par l’Office national
culminant à 800 mètres au-dessus
des forêts (ONF), nos charentaises
du village de Duilhac, à l’abbatiale-
(ou nos chaussures de marche, si on
cathédrale d’Alet-les-Bains, l’une
est à moins de 10 kilomètres) filent
des plus importantes du Languedoc,
droit dans les sous-bois des forêts
sans oublier la cité médiévale de
franciliennes, sur un circuit des arbres
Carcassonne, inscrite au Patrimoine
remarquables en forêt de Sénart ou
mondial de l’Unesco. Vingt visites
pour une balade allant de l’Œil des

10 KILOMÈTRES
au total, idéales pour prendre
nations – une plaque au sol posée par
de la hauteur lorsqu’on est confiné
l’Union internationale pour la conser-
au ras des pâquerettes.
vation de la nature – au chêne George
Pays cathare, le guide, appli
Sand, en forêt de Fontainebleau. Plus
de cinquante promenades forestières gratuite sur iOS et Android.
à travers six des huit départements Payscathare.org/les-applis
franciliens sont proposées : comprises
entre 2 et 19 kilomètres, elles feront
travailler nos mollets et/ou notre

Déconfinez vos oreilles…


imagination, grâce aux contenus
audio, photo et vidéo que l’appli
renferme : images de frondaisons,
d’empreintes d’animaux, etc.

et plus si possibilités
Balade branchée, appli gratuite
sous iOS et Android et ses applis
associées. Onf.fr

Grâce à ces audioguides, on s’évade dans le périmètre


autorisé ou en version voyage immobile
Marlène Duretz
Le plus cultivé

Musées sur canapé


Running, or not
Fermés depuis octobre 2020, les lieux culturels
Les semaines de confinement et les
Le plus sportif

multiplient les initiatives pour garder le lien


Le plus citadin

couvre-feux ont encouragé nos excès


avec le public. Plusieurs musées ont ainsi entrou-
de table. Envie de bouger vos cellules
vert virtuellement leurs portes, rendant accessible
adipeuses ? L’appli de running
une partie de leur
touristique Runnin’City propose Flâneries urbaines
collection. Certains des
1 200 parcours de 5 à 20 kilomètres,
audioguides à disposi-
dans 70 villes en France, parmi On commence à bien le connaître, notre quartier…
tion pour aiguiller
lesquelles Brest, Saint-Tropez ou Mais sans doute recèle-t-il encore des secrets.
les visiteurs le sont
Metz, et 200 dans le monde. Pour L’appli CityGem propose plus de 60 parcours
aussi, gratuitement,
oser le tourisme urbain en courant… thématiques dans 11 villes françaises, et 700 lieux
sur l’appli izi.Travel, à
ou en marchant. Vous vivez à l’est déjà référencés par cette nouveau-née. On sélec-
l’initiative des musées
de Paris ? Tentez les 3,1 kilomètres tionne la ville de son choix et le thème de sa visite,
eux-mêmes. Alliant
de la visite de Nogent-sur-Marne architecture, green ou insolite, par exemple. Ainsi,
l’image au son, ces par-
(Val-de-Marne). On part de l’église « L’insolite du Père-Lachaise » offre une balade
cours sont une aubaine
Saint-Saturnin, autour de laquelle instructive dans le cimetière parisien, ponctuée
pour ceux et celles
s’est organisé le « village » au d’anecdotes, de la sépulture d’Edith Piaf à celle
qui veulent « aller » au musée. Pour accéder aux
XIIe siècle, avant de rejoindre d’Adélaïde Morris. « L’escapade dans le Vieux-
seuls audioguides concernant les musées, saisir
les bords de Marne et la promenade Lille » fait un détour par la « maison penchée »,
« musée » ou « museum » dans la barre de recher-
de l’île de Beauté, le pavillon Baltard une ancienne filature à la façade malmenée, avant
che. Dès lors, vous voilà au cœur des collections du
(photo), pour finir sa « course » de passer par la rue Pharaon-de-Winter et ses
Musée parisien de la poupée, du Musée royal de
dans le jardin d’agronomie tropicale maisons anciennes en brique rouge. Pour ceux
Mariemont à Morlanwelz (Belgique) et du Musée
du bois de Vincennes. Le plan du qui préfèrent rester sur leur canapé, n’activez pas
Einstein de Berne (Suisse). Et que dire de cet inat-
parcours est sous nos yeux, ainsi que le « go », qui enclenche la visite géolocalisée, mais
tendu tête-à-tête avec Odyssée, vache normande
chacune des escales, commentées par ouvrez la fiche de description pour découvrir
qui nous accueille à l’entrée virtuelle du Musée
une voix toutefois bien synthétique. les points d’intérêt associés à leurs audios respectifs.
du camembert (Orne). A chacun son odyssée…
Runnin’City, appli gratuite sous iOS CityGem, appli gratuite sur iOS et Android.
Appli izi.Travel, appli gratuite sur iOS et
et Android. Fr.runnincity.world/ Citygem.app/
Android. Version sans publicité, 1,49 euro/mois,
10,90 euros/an. Izi.travel/fr
0123
D I M A N C H E 1 8 - L U N D I 1 9 AV R I L 202 1 7
FACE
À
FACE

DAVID ADRIEN

Un vin sec, mais pas trop Gras, juste ce qu’il faut


Cette partie démarre mal, puisque le titre n’est pas correct. En Dans l’assiette, chacun sait distinguer le gras du sucre.
réalité, cette catégorie devrait s’appeler « vin blanc vif ». En anglais, Une côtelette d’agneau, c’est gras, ce n’est pas sucré.
on ne se poserait même pas la question, tant le qualificatif light Dans le verre, la frontière est plus floue, car un vin sucré est toujours
bodied wine, vin léger, relève du vocabulaire courant pour en gras (à moins qu’il ne soit particulièrement loupé). En revanche,
qualifier l’allure. Mais voilà, même si « sec », dans le langage des il en existe de nombreux gras mais secs (des vins côtelettes
pros, signifie basiquement « sans sucre », au restaurant (du temps d’agneau, en quelque sorte). Le gras d’un vin peut être défini
où il y avait des restaurants) ou chez le caviste, des clients par une ribambelle de qualificatifs. On dit que ce type de vin
demandent souvent « un vin sec, mais alors bien sec » pour a du volume (full bodied en anglais), de l’ampleur, de l’épaisseur.
désigner un vin vif, ou tonique. Abdiquons donc sur le « blanc sec ». Les professionnels aiment parler de gras, car la texture du vin se
En fait, quelle que soit la façon dont on le nomme, on parle ici rapproche de celle de l’huile, elle tapisse la bouche davantage
d’un vin qui affiche une dominante acide. qu’elle ne coule. Cela se sent sur la langue et l’intérieur
Acidité est un mot utilisé avec mille précautions dans des joues. Selon la caresse qu’il dépose, on dira que
la communication sur le vin auprès du grand public. le vin est « beurré », « crémeux », voire « onctueux ».
Elle aurait une connotation négative. Pourtant, elle On peut également le percevoir comme « corsé »
est souvent recherchée en cuisine. Et bichonnée ou « charpenté ». Mais en réalité, si la notion
par les vignerons et les œnologues, car gage de gras correspond si bien, c’est parce que
d’une belle colonne vertébrale. Quand elle est
bien dosée, l’acidité vient apporter de
la fraîcheur, un aspect désaltérant.
L’examen la perception du glycérol domine sur l’acidité.
Dans le verre, déjà, il laisse des traces marquées,
les fameuses jambes ou larmes du vin. A noter
Les vins vifs ont une texture proche de l’eau, ils
laissent peu de traces dans le verre, les larmes
sont discrètes. De même que, dans la bouche,
blancs qu’on peut confondre un vin gras avec un vin
très aromatique, aux notes fruitées exacerbées.
Les deux vont parfois de pair, mais ce n’est pas
Ophélie Neiman
ils ont peu de viscosité, d’épaisseur. L’un des toujours le cas.
risques, néanmoins, est que l’acidité soit trop Ce type de vin possède des atouts indéniables.
agressive. Là, évidemment, c’est raté. Ou, autre écueil Il a la puissance nécessaire pour se mesurer aux
déplorable, que le vin soit trop léger et devienne fade, grands plats, la richesse qui sied aux grandes occasions.
sans longueur, « sans queue » (pour citer Jacques Puisais, Avec du poulet rôti, du veau à la crème, une oie, une perdrix,
œnologue et grand pédagogue du goût), bref, petit. un faisan, une pintade, un risotto, des langoustes, des poissons
Mais, s’il est réussi, il éveille les papilles et l’appétit, donne de la avec une sauce au beurre blanc… il est à la hauteur. Le seul risque ?
tenue à un plat sans jamais être envahissant. Il se boit facilement, Qu’il manque d’acidité et devienne lourd, pâteux, peu digeste,
sans fatiguer le palais. De ce portrait, on peut distinguer plusieurs écœurant. On en boit peu, ce qui, pour le porte-monnaie, est
styles aromatiques qui permettront des accords multiples. Un vin une bonne chose : ces vins valent souvent cher. Car ils viennent
vif peut être fleuri, fruité, citronné ou iodé. Selon son profil, on d’appellations prestigieuses, sont souvent passés par un élevage
le choisit pour les fruits de mer, les abats, les quiches, la charcuterie, en barriques. On les retrouve en Bourgogne, sur des appellations
les légumes verts, les poissons blancs, les fromages frais ou un comme meursault ou chassagne-montrachet, dans le Rhône
simple apéritif. On peut même bâtir tout un menu autour, en avec les condrieux, hermitages blancs ou châteauneuf-du-pape,
utilisant son arôme le plus marqué comme ligne directrice. à Bordeaux dans les graves et pessac-léognan de garde.
Où le trouver ? C’est l’essentiel, en fin de compte ! Il est fréquent Mais, si votre palais est particulièrement friand de ce type de vins,
dans la Loire (la petite part des vins sucrés mise à part), de Sancerre vous pouvez aussi en trouver de plus abordables, pourvu qu’ils
au Muscadet en passant par la Touraine. Les blancs de Provence, aient assez d’acidité, sur une grande partie du Rhône : saint-joseph
les entre-deux-mers bordelais, les rieslings alsaciens, la plupart ou crozes-hermitage blancs, côtes-du-rhône-villages, dans
des chablis sont de bons représentants de ce style. le Sud-Ouest (avec un cépage comme le mauzac par exemple) et
le Languedoc (surtout quand le cépage principal est le grenache
blanc). Enfin, pour ceux qui aiment voyager, les chardonnays
de Californie sont l’archétype des blancs gras.

SIFFLER EN NETTOYANT…

Trois pistes pour faire bon ménage en famille


Marlène Duretz

> Tâches ménagères à la carte > Une amitié bien rangée > Plus verte ma maison
« Eh hop ! les corvées deviennent des jeux d’enfant », selon Kiki accumule tout ce qu’elle trouve dans un joyeux caphar- Partager ses préoccupations pour l’avenir de la planète et
la formule qui figure sur le jeu de cartes « Qui s’y colle ? » des édi- naüm tandis que Jax n’a pas son pareil pour que tout soit rangé et adopter les bonnes pratiques quotidiennes au sein de sa famille,
tions Minus. Une fois par semaine, chaque membre de la famille, à la bonne place. Kiki aime sans compter, tandis que Jax préfère avec ce kit de survie de 54 cartes pour les 4-120 ans. Oui, 120 ans.
dès 4 ans, est invité à piocher une carte « tâche » et une carte compter ce qu’il aime. Malgré leurs différences, ils sont les meilleurs Quitte à être vert, autant le rester longtemps. Pas de gagnant ou
« défi », qui donnent lieu à d’amusantes associations. Au rang des amis du monde jusqu’à ce qu’un obstacle de taille se dresse sur le de perdant avec ce jeu de société. On pioche une carte qui corres-
tâches, on décroche un « tu trieras les chaussettes pour qu’elles re- chemin de leur amitié : à force d’entasser ses pommes de pin sous pond à une action à réaliser, et qui donnera souvent lieu à des
trouvent leur binôme », « tu feras de ta chambre un palais de la son lit et ses vêtements dans la baignoire, Kiki ne remet la main ni conversations autour du gaspillage, du réchauffement climatique,
propreté » ou « tu arroseras les plantes ». Elles sont à associer à un sur le ballon de Jax ni sur son maillot de bain. Fini, les parties de de la pollution et des alternatives à adopter. « Attention, pas le
« défi » qui spécifie les conditions dans lesquelles les exécuter : en ballon et les baignades avec son ami. Marie Kondo est l’auteure de droit de tricher, sauf si personne ne s’en rend compte », conclut la
accéléré, en chantant, avec une seule main ou bien en criant cet ouvrage pour enfants à partir de 3 ans, succédané de son best- courte notice qui tient elle-même sur une carte. Mais il est des défis
« cocorico ! » au début et à la fin. Rien ne garantit que ce sera de seller La Magie du rangement (First Editions, 2015). Mettant à profit qu’on aimera relever sans piper les dés, comme battre le record de
tout repos, sans compter ces « en faisant tenir un objet sur ta tête », ses préceptes, Jax va apporter de l’ordre chez Kiki, faisant une la douche la plus courte – sans oublier de se laver, bien sûr ! – ou
« en sautillant comme si tu marchais sur des braises » ou bien place de choix à leur grande amitié. citer cinq choses qu’on pourrait moins gaspiller à la maison.
« comme si tu étais un commentateur sportif ». On revient au bon « Kiki et Jax. La magie de l’amitié », de Marie Kondo, illustré par « Kit de survie, Green Attitude », édité par le site Parent épuisé,
vieux tableau de répartition des tâches en semaine 3 ? Salina Yoon (Gründ, 2021, 12,95 euros) « communauté décalée de parents qui ont décidé de rire de leur
« Qui s’y colle ? », 2 × 30 cartes (Minus éditions, 2021, 12,90 euros) condition ». (7,99 euros)
8 0123
DIMANC H E 1 8 - L U N D I 1 9 AV R I L 202 1

UN APÉRO AVEC…
BERNARD DE LA VILLARDIÈRE
Chaque semaine, « L’Epoque » paie son coup. Le journaliste présentateur d’« Enquête exclusive », sur M6, se défend
des accusations de sensationnalisme et vient de lancer la plate-forme digitale Néo, « le média de la bienveillance »

Bernard de La Villardière
dans les bureaux de sa
société de production
Ligne de Front, à Neuilly-
sur-Seine, le 5 février.
ÉLISA HABERER POUR « LE MONDE »

« On fait souvent des sujets sur la drogue,


mais sur la prostitution, très, très rarement »
Laurent Telo

E
n jetant un coup d’œil à son bureau sur lequel étaient posés Très sympa. » Tout cela étant dit, dans un Neuilly bien ger », lui a asséné son père. Et ressasse au moins deux
deux ouvrages, Relocaliser en décarbonant grâce à l’éner­ trop paisible en cet hiver 2021, BDLV est élégant comme frustrations : « Devenir ambassadeur de France à Bey­
gie nucléaire et Le Billet de banque face aux nouvelles à la télé, avec la chemise, la veste, la raie et tout. Pour routh. Et je fus sur les rangs pour remplacer PPDA au
monnaies, on s’est dit qu’on n’avait pas du tout atterri là l’apéro, il sirote un verre de maté, la boisson amère des “20 heures” de TF1. Mais ils ont pris Laurence Ferrari. C’est
où on croyait. Il y avait bien ce pied de lampe tape­à­l’œil gauchos, un truc d’aventurier. « J’ai la double nationalité drôle parce qu’au début, quand je me voyais à la télé, je
en forme de pistolet en or, mais c’était maigre. Parce que franco­argentine par ma mère. » me trouvais fils de famille… Un peu tête à claques. »
la planque de Bernard de La Villardière (« BDLV »), le pré­ De façon tout aussi contre­intuitive, BDLV a une Comme quand, en 2016, il fait la couverture de Society,
sentateur de l’émission – on ose – culte « Enquête exclu­ actualité éloignée de son ronron habituel. Fin 2020, il a avec un gros cigare dans la bouche : « Enquête exclusive
sive » (500 numéros depuis 2005) et de « Dossier tabou » lancé Neo, un média digital d’info de proximité, entre sur le présentateur réac’!» « Pfff, ils avaient raconté que je
sur M6, on l’imaginait plutôt entre la cabine de routier Brut et Jean­Pierre Pernaut. « Euh… On est plus Pernaut voyageais en business alors que mes équipes étaient en
avec posters olé olé et un « bureau des légendes » croulant que Brut. Neo est le média de la bienveillance. On met en éco. N’importe quoi… »
sous des fiches top secret répertoriant les pires criminels avant le savoir­faire français, ces gens qui, malgré la crise, En tout cas, BDLV a le courage de s’assumer « plu­
de la planète, ou sous des grenades goupillées ramenées enclenchent des initiatives positives. On veut montrer tôt de droite, à la fois très anticommuniste, très tiers­mon­
de toutes les « lignes de front », du nom de sa boîte de pro­ qu’il y a de quoi être fier d’être français. » diste et très libéral » et ajoute : « Je suis allé en fac à Nan­
duction où il nous reçoit, à Neuilly­sur­Seine. Mais surtout, à 63 ans, BDLV frétille encore. Il terre, pas à Assas, c’était la fac des fachos. » Même s’il ne
Bref, quelque chose de raccord avec cette réputa­ revient du Somaliland pour « Apocalypse Mogadiscio ». voit pas trop le problème d’afficher ses couleurs quand
tion de Gérard de Villiers de la carte de presse. Car, bien « Pour lancer le sujet, j’ai interviewé des chameliers à on est journaliste : « Dire qu’il faut reconquérir ces territoi­
malgré lui, visiblement, BDLV incarne une forme de Hargeisa, la capitale d’un pays qui a proclamé en 1991 res perdus de la République, c’est pas de l’opinion, c’est un
journalisme. Un journalisme trop enclin à se vendre au son indépendance envers la Somalie… » Et il se lance constat que j’ai fait. A l’âge et avec l’expérience que j’ai. On a
diable de l’Audimat pour être tout à fait de qualité. Pour dans une exhaustive description géopolitique de cette fait les premiers sujets sur la montée de l’islamisme en
le meilleur : plus d’un million de téléspectateurs en contrée minée par les milices islamistes… En fait, pour France. Ça me préoccupait et ça m’inquiète encore plus
PLAYLIST moyenne pour des documentaires d’investigation qui interviewer BDLV, il vaut mieux venir avec une carte du aujourd’hui. Mais non, non, même s’il y a des constats de
valent mieux que leur caricature et font voyager dans monde à jour, ou alors avec Hubert Védrine, l’ancien Zemmour qui méritent d’être posés, je ne suis pas sur la
> DERNIER ALBUM des zones très interdites. Et pour le moins bien, à cause conseiller diplomatique du président Mitterrand. Mais, ligne du grand remplacement. Je ne suis pas du tout isla­
ÉCOUTÉ de sujets camouflés sous des titres tapageurs : « Terreur commenté par BDLV, c’est beaucoup plus palpitant, mophobe ! Au contraire, je pense être un des rares journa­
« Frenchy », au Salvador, au cœur de la guerre des gangs », « Cartel de parce que, quand il parle de ses excursions, il y a tou­ listes qui sont allés le plus au chevet des victimes musulma­
de Thomas Dutronc Sinaloa, l’empire international de la drogue », « SDF : jours un dictateur sanguinaire ou un cartel à proximité : nes des guerres civiles, des trafics… Tiens, je vous donne un
dans les bas­fonds de Paris »… « Le maire de Mogadiscio a été tué quelques semaines scoop : je viens de faire condamner Gilles Verdez [chroni­
> DERNIER LIVRE LU Alors déjà, BDLV tient à préciser : « Les titres, c’est après le tournage, dans un attentat­suicide, par une de queur dans l’émission “Touche pas à mon poste !”] pour
« Les Trésors pas moi qui les écris. » Ensuite, il voudrait qu’on arrête un ses collaboratrices, une infiltrée. » Ou encore « J’étais diffamation. Il m’a traité d’islamophobe chez Hanouna.
de la mer Rouge », peu avec ces préjugés obsolètes : « On disait qu’“Enquête parti en mission en Afghanistan pour une ONG pour re­ A chaque fois qu’il peut se payer “Enquête exclusive”… Il
de Romain Gary exclusive” ne faisait que le sexe et la drogue. Mais c’était il y faire la moitié de l’électricité de Kaboul. (…) Et c’est là m’accuse de ne pas faire mon travail de journaliste. »
a longtemps, et c’était déjà d’une injustice totale ! » Là, il qu’on a découvert que c’était un champ de pavot !… » A ce propos, connaît­il son surnom ? « Non. Je n’en
> DERNIER FILM VU s’est arrêté pour réfléchir… Ce qui nous laisse le temps de BDLV aime bien le dépaysement. Enfant, il a ai pas… Enfin, je ne vois pas. » Mais si ! « Bernard de la Vitre­
« Max et les ferrailleurs », vous dire que BDLV exhale une sorte de sincérité sans fil­ vécu à Gênes et à Beyrouth. A subi deux redoublements arrière ». « Ah oui ! Quand je présentais le journal sur RTL
de Claude Sautet tre fort sympathique qui n’est pas sans rappeler la can­ à l’école et un bannissement familial, quand il a officia­ pendant la première guerre du Golfe, en 1991, Francis Zégut
(« Je suis un fan de Romy deur touchante d’un Jean Dujardin en OSS. Par exemple : lisé sa vocation : « Journaliste ? En fait, tu veux juste voya­ avait trouvé ce jeu de mots un peu pourri. » Ouf ! Parce
Schneider ») « Je ne sais pas s’il faut que je dise dans Le Monde que je qu’on pensait que « de la Vitre­arrière », c’était à cause de
joue au polo à Chantilly… » Puis, il reprend : « Bon… C’est sa réputation, encore une, d’être un reporter du diman­
> DERNIÈRE SÉRIE VUE vrai qu’on fait souvent des sujets sur la drogue, mais sur la « AU DÉBUT, che qui reste dans la voiture quand ça commence à chauf­
« Patria » (« Une très prostitution, très, très rarement. D’ailleurs, j’avais vu arri­ fer dans les parages. BDLV a paru aussi incrédule que de­
bonne mini-série ver le moment où on risquait d’être montrés du doigt parce QUAND JE ME vant une mosquée salafiste clandestine des bas­fonds du
sur l’ETA ») qu’on avait diffusé en prime time un sujet sur les escort­ VOYAIS À LA TÉLÉ, 9­3 : « Non, franchement… Vous n’avez pas pensé ça, quand
girls et un autre sur les maisons de passe à Kaboul. J’avais même ? Depuis quinze ans, je fais semblant ? Je suis une
> DERNIÈRE APPLI dit à la chaîne : “Méfions­nous, on va finir par être caricatu­ JE ME TROUVAIS sorte de BHL de série B qui plastronne sur la ligne de front
ACHETÉE rés.” La chaîne ne m’avait pas écouté et on a eu droit à une FILS DE FAMILLE… tout en restant planqué à l’hôtel ? Mais c’est dégueulasse ce
« Ethiopian Airlines » campagne de presse lamentable. » UN PEU TÊTE que vous dites… Non. On me reproche plutôt de ne pas faire
Il rappelle enfin, pour preuve éclatante de sa assez attention ! » Mais ça l’a fait rire quand même, parce
réhabilitation, qu’il a été reçu à « Quotidien », de Yann À CLAQUES » qu’un doux souvenir s’est subitement rappelé à lui : « Hé
Barthès : « [L’émission] me parodiait beaucoup. Là, ils hé… Vous en voulez un autre de surnom ? Au collège, c’était
avaient loué deux tapis de course pour l’interview : “Com­ “Bernard de la Couille­en­bandoulière” ! » Il était temps de
ment vous faites pour lancer un sujet tout en marchant ?” se plonger dans Relocaliser en décarbonant…