Vous êtes sur la page 1sur 3

EL FATIN Abdelfettah

ENSEMBLE 1-2
SECTION FRANCAISE
THEORIE GENERALE DU DROIT CONSTITUTIONNEL
Chapitre VIII
droits et libertés

1- Liberté individuelle
- Démocratie: « Egalité des conditions »; Alexis de Tocqueville
- Liberticide: trop de liberté tue la liberté
- Etat de droit: corps de lois fondé sur l’égalité des droits et devoirs des citoyens et des
Institutions de l’Etat
- Face à la diversité des opinions; le régime démocratique se fond sur le principe
majoritaire
- Liberté individuelle protégée dans sa substance/ existence d’un seuil de
constitutionnalité infranchissable par le législateur/ principes essentiels
- La sauvegarde constitutionnelle passe par la garantie judiciaire consacrée à la liberté
individuelle
- DC , le garant ultime de l’Etat de droit
- Réserves d’interprétation : outil de resserrement de la contrainte de constitutionnalité

2- pluralisme politique
Article 7: «  Les partis politiques œuvrent à l’encadrement et à la formation politique
des citoyennes et citoyens, à la promotion de leur participation à la vie nationale et à la
gestion des affaires publiques. Ils concourent à l’expression de la volonté des électeurs
et participent à l’exercice du pouvoir, sur la base du pluralisme et de l’alternance par
les moyens démocratiques, dans le cadre des institutions constitutionnelles. »
Constitution marocaine

Limites:
1- Ils ne peuvent avoir pour but de porter atteinte à la religion musulmane, au régime
monarchique, aux principes constitutionnels, aux fondements démocratiques ou à
l’unité nationale et l’intégrité territoriale du Royaume
2- L’organisation et le fonctionnement des partis politiques doivent être conformes
aux principes démocratiques. Une loi organique détermine, dans le cadre des principes
énoncés au présent article, les règles relatives notamment à la constitution et aux
activités des partis politiques, aux critères d’octroi du soutien financier de l’État, ainsi
qu’aux modalités de contrôle de leur financement.
Les partis politiques : «enfants du suffrage universel et de la démocratie » Max
Weber »
L'existence des parties politique est le fruit de deux phénomènes :
- L'élargissement de la communauté des électeurs : 1848 avènements du suffrage
universel, 1944 votes des femmes cela a pour conséquence d'amener une grande masse
d'électeurs nouveaux («irruption des masses sur la scène politique »).
- La «fin des notables » résultat du développement de la démocratie: les partis
politiques ouvrent la porte à des hommes nouveaux. Ils rendent possible l'accès au
pouvoir à ceux qui ne disposent pas d'un prestige personnel lié à la naissance, à la
notoriété ou à la puissance économique. Les partis politiques offrent à tous la
possibilité de se faire connaître par les détenteurs du pouvoir de désignation (les
électeurs). En cela ils sont les enfants de la démocratie, «un des facteurs de
modernisation du système politique et de liberté des citoyens »

1- déclaration des droits :


- (parfois des devoirs) du citoyen énonce et proclame les principes régissant les rapports
de l’individu et de l’Etat.
- C’est une solide tradition depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen
dont l’objet était de « exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels
inaliénables et sacrés de l’homme ».
Préambule de la constitution marocaine , Article 6 , Titre II (libertés et droits
fondamentaux), art 19- 40

Limites aux droits fondamentaux:


1- L’intérêt général / loi, expression de la volonté générale et de la souveraineté
nationale n’est pas toujours protectrice des libertés et a pu s’avérer oppressive
Soit,
La constitution prévoit un moyen de résister à l’oppression
Le texte fondateur organise un contrôle de constitutionnalité
2- La préservation de l’ordre public:
Le DC opère une conciliation entre l’ordre public et les droits et libertés
Déploiement d’un régime légal de pouvoirs exceptionnels peu respectueux des
principes essentiels de la liberté individuelle/ Etat d’exception permanent
3- Recherche des auteurs d’infractions de crimes
4- Limites de la responsabilité : «  Tout fait quelconque de l’homme qui cause à autrui
un dommage oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer »

Evolution de l’encadrement du DC de la démocratie ( régime politique)

1- Régir les libertés publiques et les droits de l’homme


2- Elargi aux individus ordinaires/ Rapports public-public/ public-privé/privé-privé/
pas seulement les professionnels de la politique

- Courant: les néo-constitutionnalistes positivistes cherchent à se faire les portes paroles


de l’ordre juridique
- La cour constitutionnelle est le garant de la souveraineté populaire, un représentant
égal des représentants politiques

Exigences constitutionnelles
- Un concept jurisprudentiel:
Répond à la question: quelle norme juridique est applicable à tel fait?
Correspondance au concept doctrinal de « droits fondamentaux »
1- principe d’égalité: devant les charges publiques/ accès aux fonctions / devant la
justice
2- Libertés d’inspiration sociale: droit de grève/ liberté syndicale/ droit d’asile/ pp de
légalité de l’impôt
2- droits et libertés classiques: liberté de mariage/ liberté de communication/ respect
de la vie privée/ liberté contractuelle

Nature des exigences constitutionnelles


A- des interdictions ( il est interdit que ):
permettent d’agir au profit des individus à l’encontre du législateur ( droits
fondamentaux)
B- des permissions ( il est permis que ):
Pour le législateur, il s’agira de la spécification de l’intérêt général ou « objectifs de
valeur constitutionnelle »
C- des obligations (il est obligatoire que ):
Pour les individus ( devoirs fondamentaux)

→ Cela permet de dégager la modalité déontique dominante