Vous êtes sur la page 1sur 2

La problématisation : pourquoi et comment transformer vos enjeux

stratégiques en problématique de recherche ?

La formulation d’une problématique marque le point de départ de toute recherche


scientifique. En quoi consiste cette démarche intellectuelle ? Quels sont les différents
types de problèmes dans l’état des connaissances, notamment en matière de recherche
action ? Dans le cadre de la recherche collaborative telle que pensée par Conseil & Recherche,
comment transforme-t-on vos enjeux stratégiques en problématique de recherche, et à quelles fins ?

« Il n'y a pas de problèmes de recherche en soi : un problème n'émerge


que si quelqu'un, quelque part, accepte de voir une situation comme un
problème et choisit de prendre le risque d'en proposer une solution »
André Gosselin (1994)

Problématiser désigne un « processus intellectuel par lequel on en arrive à la formulation des


lacunes ou des déficiences dans l'état de nos connaissances sur un sujet ou un domaine donné »1.
Cela revient à rechercher ce qui n’a pas été traité, ou que partiellement, sur un sujet. Pour ce faire,
le chercheur réalise un état des connaissances sur le sujet : quels travaux scientifiques
(voire d’expertise) existent à son propos ? Quelles sont les dernières avancées scientifiques en
la matière ? Cet état de la connaissance lui permet de déterminer ce qui manque, ou ce qui fait
problème sur ce sujet. Problématiser, c’est aussi « déplacer les problèmes, les reconstruire autrement,
ou les dénoncer comme faux problèmes » et « articuler données et conditions du problème, dans un
cadre déterminé »2, pour parvenir à l’énoncé d’une problématique.
La problématique est le résultat, ou l’aboutissement, du travail de problématisation : un construit
composé de plusieurs questions circonstancielles, auxquelles répondent généralement un ensemble
d’hypothèses, que le chercheur va aller confronter à la réalité du terrain, afin de produire des
connaissances nouvelles. La problématique mobilise des ressources multiples : théoriques,
méthodologiques, logiques, observationnelles, psychologiques, politiques, etc. Elle permet de situer
la contribution du chercheur dans l’état de la connaissance.

Les problèmes dans l'état des connaissances peuvent être de différents types. Dans le domaine de la
recherche partenariale, ou recherche-action, ils sont d’ordre praxéologiques, au sens étymologique
de théorie de la pratique. Les problématiques praxéologiques concernent la théorie-en-usage,
la mise en application des connaissances. Elles cherchent à répondre aux questions « que faire ? » et
« comment faire ? » Les problèmes de recherche affiliés rejoignent directement des enjeux de société.

1
Gosselin André (1994). « La notion de problématique en sciences sociales » In Communication. Information Médias Théories,
Vol. 15, n°2, pp. 118-143.
2
Charbonnier Sébastien (2017). « Qu’est-ce que problématiser ? » In Recherches & éducations [En ligne]. URL : http://journals.
openedition.org/rechercheseducations/5165
Dans le cadre de la recherche collaborative, nous construisons la problématique en fonction
des enjeux des entreprises partenaires, dont nous avons discuté lors des kick-off
individuels. Nous écoutons vos réalités, vos questions, vos attentes, la manière dont elles sont
pensées et adressées au sein de vos organisations. Ensuite, nous réfléchissons à ces enjeux en les
contextualisant et en les situant : quelles grandes thématiques s’illustrent, quelles grandes
questions se posent ? Pourquoi et comment se posent-elles ? Comment s’inscrivent-elles dans
un contexte historique, géographique, politique et organisationnel ? Nous réalisons un état
de la connaissance sur le sujet en lisant des ouvrages et articles scientifiques et d’expertise,
rédigés par des auteurs issus de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales ; en nous
rendant à des conférences, colloques et évènements divers ; en discutant avec le chercheur
partenaire de la recherche, expert du sujet. Nous énonçons des questions de recherche qui
tiennent compte de vos réalités et de la manière dont la science peut les éclairer.

Transformer vos enjeux stratégiques en problématique de recherche, c’est, ensemble, prendre une
respiration au cœur des urgences quotidiennes, prendre de la hauteur, enrichir vos
questionnements de théories et d’expériences d’autres acteurs. Nous pensons qu’avant de construire
des solutions, nous avons tout intérêt à nous poser les bonnes questions, de la bonne manière.
C’est notamment à cela que sert la recherche !

« Problématiser, c’est inventer et donner à penser » Sébastien Charbonnier (2017)

Problématiser, c’est mettre au jour une énigme, réagencer des questions, regarder des réalités
sous un angle nouveau. C’est une démarche heuristique, dans le sens où elle sert et permet
la découverte, la construction de savoirs nouveaux, qui, dans le cadre d’une recherche-action,
viennent nourrir des actions nouvelles, ou anciennes mais pensées un peu différemment.

Problématiser est, par essence, un geste philosophique, à portée épistémologique, éthique,


politique. Car « pratiquer ce geste, modeste et quotidien, de problématiser est une voie
privilégiée pour se construire comme sujet émancipé et capable de penser « par soi-même » parce
qu’il construit avec les autres notre monde commun comme un problème intéressant »3.

3
Charbonnier Sébastien (2017). « Qu’est-ce que problématiser ? » In Recherches & éducations [En ligne].
URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/5165

Vous aimerez peut-être aussi