Vous êtes sur la page 1sur 2

Ce mercredi 28 avril 2021

𝐋𝐞𝐭𝐭𝐫𝐞 𝐎𝐮𝐯𝐞𝐫𝐭𝐞 𝐚̀ 𝐥𝐚 𝐦𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐥’𝐞́𝐝𝐮𝐜𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧

Un système éducatif damné, des institutions stériles, une précarité perpétuelle ; bref un chaos total.
Voici l’héritage que vous laisserez Madame la Ministre.

Cynique ! Me trouverez-vous ? Mais inspiré de votre chef d’œuvre à la tête du Ministère, c’est le
tableau le plus joyeux que je puisse peindre… et cela, je le fais avec un cœur lourd et meurtri.

Durant cette semaine, les enfants se sont retrouvés dans un bouleversement inégalé. Ils ont dû
braver le déluge pour se rendre aux examens et pour ce mercredi les examens ont dû être renvoyés.
J’acquiesce pour faire une parenthèse et de vous féliciter, du moins pour cette décision de renvoyer
les examens.

Mais, cela n’éclipse en aucun cas vos bourdes. Les évènements de cette semaine ne seront
malheureusement pas des cas isolés, qu’on oublierait au prochain beau temps. Vous avez
condamné les enfants mauriciens, les parents et le pays à une incertitude éternelle.

Le changement du calendrier scolaire était et reste un acte irréfléchi aux conséquences lourdes ; Des
conséquences qui pèsent malencontreusement sur les épaules de nos enfants. Hors le stress
habituel des examens, vous leur infligez un stress additionnel qui pèse lourd sur leur santé mentale
et qui pourrait occasionner des troubles psychiques ; impuissants, ils doivent se plier aux caprices de
la nature pendant la période des examens.

Plusieurs instances vous ont écrit, vous ont étalé l’enchainement qu’auraient vos décisions, vous
implorant tantôt de faire preuve de bon sens et vous proposant tantôt des solutions que toute
personne ayant un minimum de jugeote aurait considérées.

Je vous ai également écrit le 8 juin 2020, pour non seulement vous faire part de mes craintes,
déplorer le manque de consultation, souligner l’approche fragmentaire et désordonnée du
Ministère, marteler que ce calendrier est inadapté pour le système mauricien mais aussi pour vous
proposer des solutions afin de ne pas chambouler le calendrier scolaire. Aujourd’hui j’aurais
souhaité ne pas avoir eu raison. Permettez-moi de vous proposer un extrait de ma réflexion de ma
précédente correspondance ;

𝐶𝑎𝑙𝑒𝑛𝑑𝑟𝑖𝑒𝑟 𝑠𝑐𝑜𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒: 𝐼𝑛𝑎𝑑𝑎𝑝𝑡𝑒́ 𝑒𝑡 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑟𝑎𝑖𝑡 𝑎𝑓𝑓𝑒𝑐𝑡𝑒𝑟 𝑙𝑎 𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒́ 𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑒́𝑡𝑢𝑑𝑖𝑎𝑛𝑡𝑠!

𝑃𝑂𝑈𝑅𝑄𝑈𝑂𝐼 𝑐𝑒 𝑐𝑎𝑙𝑒𝑛𝑑𝑟𝑖𝑒𝑟 𝑛’𝑒𝑠𝑡-𝑖𝑙 𝑝𝑎𝑠 𝑎𝑑𝑎𝑝𝑡𝑒́ ?

𝑃𝑟𝑖𝑚𝑜 : 𝐿𝑒𝑠 𝑒́𝑡𝑢𝑑𝑖𝑎𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑜𝑢ℎ𝑎𝑖𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑠𝑢𝑖𝑣𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑒́𝑡𝑢𝑑𝑒𝑠 𝑡𝑒𝑟𝑡𝑖𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑎̀ 𝑙’𝑒𝑥𝑡𝑒́𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 𝑝𝑒𝑟𝑑𝑟𝑜𝑛𝑡
𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑑’𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑛𝑛𝑒́𝑒.

𝑃𝑟𝑒𝑛𝑑𝑟𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑒𝑥𝑎𝑚𝑒𝑛𝑠 𝑒𝑛 𝑜𝑐𝑡𝑜𝑏𝑟𝑒/𝑛𝑜𝑣𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑎𝑣𝑜𝑖𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑟𝑒́𝑠𝑢𝑙𝑡𝑎𝑡𝑠 𝑓𝑖𝑛 𝑗𝑎𝑛𝑣𝑖𝑒𝑟/ 𝑑𝑒́𝑏𝑢𝑡 𝑓𝑒́𝑣𝑟𝑖𝑒𝑟
𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒 𝑢𝑛𝑒 𝑚𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑑𝑒 𝑚𝑎𝑛œ𝑢𝑣𝑟𝑒 𝑟𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛𝑛𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑎̀ 𝑙’𝑒́𝑡𝑢𝑑𝑖𝑎𝑛𝑡 𝑎𝑓𝑖𝑛 𝑑𝑒 𝑐ℎ𝑜𝑖𝑠𝑖𝑟 𝑠𝑜𝑛 𝑢𝑛𝑖𝑣𝑒𝑟𝑠𝑖𝑡𝑒́ 𝑒𝑡
𝑑’𝑒𝑛𝑡𝑎𝑚𝑒𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑒́𝑚𝑎𝑟𝑐ℎ𝑒𝑠 𝑎𝑑𝑒́𝑞𝑢𝑎𝑡𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑎 𝑟𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒́𝑒 𝑑𝑒 𝑠𝑒𝑝𝑡𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒.

𝑂𝑟, 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙𝑒𝑠 𝑒𝑥𝑎𝑚𝑒𝑛𝑠 𝑑𝑒 𝑚𝑎𝑖/𝑗𝑢𝑖𝑛 𝑙𝑒𝑠 𝑟𝑒́𝑠𝑢𝑙𝑡𝑎𝑡𝑠 𝑠𝑒𝑟𝑜𝑛𝑡 𝑎𝑓𝑓𝑖𝑐ℎ𝑒́𝑠 𝑒𝑛 𝑎𝑜𝑢̂𝑡/ 𝑠𝑒𝑝𝑡𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑖𝑙
𝑠𝑒𝑟𝑎𝑖𝑡 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑖𝑚𝑝𝑜𝑠𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 𝑎𝑢𝑥 𝑒́𝑡𝑢𝑑𝑖𝑎𝑛𝑡𝑠 𝑑𝑒 𝑏𝑟𝑖𝑔𝑢𝑒𝑟 𝑙𝑎 𝑟𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒́𝑒 𝑢𝑛𝑖𝑣𝑒𝑟𝑠𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑠𝑒𝑝𝑡𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒
𝑙𝑎 𝑚𝑒̂𝑚𝑒 𝑎𝑛𝑛𝑒́𝑒.

𝑆𝑒𝑐𝑢𝑛𝑑𝑜 : 𝑈𝑛 𝑡𝑟𝑜𝑝 𝑙𝑜𝑛𝑔 𝑑𝑒𝑢𝑥𝑖𝑒̀𝑚𝑒 𝑡𝑟𝑖𝑚𝑒𝑠𝑡𝑟𝑒 (𝑜𝑢 𝑞𝑢𝑎𝑑𝑟𝑖𝑚𝑒𝑠𝑡𝑟𝑒 ? 𝑞𝑢𝑖𝑛𝑞𝑢𝑒𝑚𝑒𝑠𝑡𝑟𝑒 ? 𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒 𝑙’𝑎
𝑒́𝑙𝑒́𝑔𝑎𝑚𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑓𝑎𝑖𝑡 𝑟𝑒𝑠𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑟 𝑢𝑛 𝑐𝑜𝑙𝑙𝑒̀𝑔𝑢𝑒).
𝐼𝑙 𝑛𝑒 𝑓𝑎𝑢𝑡 𝑝𝑎𝑠 𝑐𝑜𝑛𝑓𝑜𝑛𝑑𝑟𝑒 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑙𝑎 𝑞𝑢𝑎𝑙𝑖𝑡𝑒́ 𝑒𝑡 𝑙𝑎 𝑞𝑢𝑎𝑛𝑡𝑖𝑡𝑒́ ! 𝑈𝑛 𝑙𝑜𝑛𝑔 𝑡𝑟𝑖𝑚𝑒𝑠𝑡𝑟𝑒 (𝑜𝑛 𝑙’𝑎𝑝𝑝𝑒𝑙𝑙𝑒𝑟𝑎
𝑡𝑟𝑖𝑚𝑒𝑠𝑡𝑟𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑛𝑒 𝑝𝑎𝑠 𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑒𝑟 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑓𝑢𝑠𝑖𝑜𝑛), 𝑛’𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑒 𝑝𝑎𝑠 𝑛𝑒́𝑐𝑒𝑠𝑠𝑎𝑖𝑟𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑎
𝑝𝑟𝑜𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑣𝑖𝑡𝑒́. 𝐿𝑎 𝑓𝑎𝑡𝑖𝑔𝑢𝑒 𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑠’𝑖𝑛𝑠𝑡𝑎𝑙𝑙𝑒 𝑒𝑡 𝑎𝑝𝑟𝑒̀𝑠 𝑠𝑒𝑝𝑡 𝑠𝑒𝑚𝑎𝑖𝑛𝑒𝑠 𝑠𝑒𝑙𝑜𝑛 𝑐𝑒𝑟𝑡𝑎𝑖𝑛𝑠
𝑝𝑒́𝑑𝑎𝑔𝑜𝑔𝑢𝑒𝑠 𝑒𝑡 𝑝𝑠𝑦𝑐ℎ𝑜𝑙𝑜𝑔𝑢𝑒𝑠, 𝑑’𝑜𝑢̀ 𝑐𝑒𝑟𝑡𝑎𝑖𝑛𝑠 𝑠𝑦𝑠𝑡𝑒̀𝑚𝑒𝑠 𝑒́𝑑𝑢𝑐𝑎𝑡𝑖𝑓𝑠 𝑝𝑟𝑜𝑝𝑜𝑠𝑒𝑛𝑡 2 𝑠𝑒𝑚𝑎𝑖𝑛𝑒𝑠
𝑑’𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑟𝑢𝑝𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑎𝑝𝑟𝑒̀𝑠 7 𝑠𝑒𝑚𝑎𝑖𝑛𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑖𝑙.

𝐿𝑒 𝑐𝑎𝑙𝑒𝑛𝑑𝑟𝑖𝑒𝑟 𝑝𝑟𝑜𝑝𝑜𝑠𝑒́ 𝑎𝑣𝑒𝑐 20 𝑠𝑒𝑚𝑎𝑖𝑛𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑖𝑙, 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑟𝑎𝑖𝑡 𝑛𝑢𝑖𝑟𝑒 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒́ 𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑒𝑠
𝑒́𝑡𝑢𝑑𝑖𝑎𝑛𝑡𝑠 𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑎𝑖𝑛𝑠𝑖 𝑙𝑒𝑠 𝑟𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑑𝑒́𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛. 𝐽𝑒 𝑣𝑜𝑢𝑠 𝑖𝑛𝑣𝑖𝑡𝑒 𝑎̀ 𝑙𝑖𝑟𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑝𝑢𝑏𝑙𝑖𝑐𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠
𝑑𝑒 𝑁𝑖𝑐𝑜𝑙𝑒 𝐷𝑒𝑙𝑣𝑜𝑙𝑣𝑒́ 𝑑𝑒 𝑙'𝑈𝑛𝑖𝑣𝑒𝑟𝑠𝑖𝑡𝑒́ 𝑑𝑒 𝑇𝑜𝑢𝑙𝑜𝑢𝑠𝑒 𝑒𝑡 𝑑’𝐻𝑒𝑛𝑟𝑖 𝐵𝑜𝑖𝑟𝑎𝑢𝑑 𝑑𝑒 𝑙'𝑈𝑛𝑖𝑣𝑒𝑟𝑠𝑖𝑡𝑒́ 𝑑𝑒
𝐵𝑜𝑟𝑑𝑒𝑎𝑢𝑥 𝑎̀ 𝑐𝑒 𝑠𝑢𝑗𝑒𝑡.

𝐉𝐞 𝐭𝐢𝐞𝐧𝐬 𝐚̀ 𝐩𝐫𝐞́𝐜𝐢𝐬𝐞𝐫 𝐢𝐜𝐢 𝐪𝐮𝐞 𝐜𝐞𝐭𝐭𝐞 𝐩𝐫𝐞́𝐝𝐢𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐬’𝐞𝐬𝐭 𝐚𝐯𝐞́𝐫𝐞́𝐞 𝐣𝐮𝐬𝐭𝐞. 𝐋𝐞𝐬 𝐫𝐞́𝐬𝐮𝐥𝐭𝐚𝐭𝐬 𝐝𝐮 𝐝𝐞𝐮𝐱𝐢𝐞̀𝐦𝐞
𝐭𝐫𝐢𝐦𝐞𝐬𝐭𝐫𝐞 𝐨𝐧𝐭 𝐞́𝐭𝐞́ 𝐜𝐚𝐭𝐚𝐬𝐭𝐫𝐨𝐩𝐡𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬. 𝐋𝐚 𝐟𝐚𝐭𝐢𝐠𝐮𝐞 𝐬’𝐞𝐬𝐭 𝐛𝐢𝐞𝐧 𝐟𝐚𝐢𝐭 𝐬𝐞𝐧𝐭𝐢𝐫 𝐞𝐭 𝐢𝐥 𝐲 𝐚 𝐞𝐮 𝐮𝐧
𝐫𝐞𝐥𝐚̂𝐜𝐡𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐠𝐞́𝐧𝐞́𝐫𝐚𝐥.

𝑇𝑒𝑟𝑡𝑖𝑜 : 𝑇𝑟𝑜𝑖𝑠𝑖𝑒̀𝑚𝑒 𝑡𝑟𝑖𝑚𝑒𝑠𝑡𝑟𝑒 𝑝𝑒𝑛𝑑𝑎𝑛𝑡 𝑙𝑎 𝑝𝑒́𝑟𝑖𝑜𝑑𝑒 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑜𝑛𝑖𝑞𝑢𝑒

𝑃𝑒𝑛𝑑𝑎𝑛𝑡 𝑙𝑎 𝑝𝑒́𝑟𝑖𝑜𝑑𝑒 𝑗𝑎𝑛𝑣𝑖𝑒𝑟 𝑎̀ 𝑎𝑣𝑟𝑖𝑙, 𝑖𝑙 𝑦 𝑎 𝑠𝑜𝑢𝑣𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑓𝑜𝑟𝑡𝑒𝑠 𝑝𝑙𝑢𝑖𝑒𝑠 𝑒𝑡 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑠𝑜𝑚𝑚𝑒𝑠


𝑟𝑒́𝑔𝑢𝑙𝑖𝑒̀𝑟𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑣𝑖𝑠𝑖𝑡𝑒́𝑠 𝑝𝑎𝑟 𝑑𝑒𝑠 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑜𝑛𝑒𝑠. 𝐿𝑒 𝑡𝑟𝑜𝑖𝑠𝑖𝑒̀𝑚𝑒 𝑡𝑟𝑖𝑚𝑒𝑠𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑐𝑟𝑢𝑐𝑖𝑎𝑙. 𝑇𝑟𝑜𝑝 𝑑𝑒
𝑝𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑏𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑝𝑒𝑛𝑑𝑎𝑛𝑡 𝑐𝑒𝑡𝑡𝑒 𝑝𝑒́𝑟𝑖𝑜𝑑𝑒 𝑎𝑢𝑟𝑎 𝑢𝑛 𝑖𝑚𝑝𝑎𝑐𝑡 𝑛𝑒́𝑔𝑎𝑡𝑖𝑓 𝑠𝑢𝑟 𝑙’𝑎𝑝𝑝𝑟𝑒𝑛𝑡𝑖𝑠𝑠𝑎𝑔𝑒.

𝗡𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝗺𝗺𝗲𝘀 𝗮𝘂𝗷𝗼𝘂𝗿𝗱’𝗵𝘂𝗶 𝘁𝗲́𝗺𝗼𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝗹𝗮.

𝑄𝑢𝑎𝑟𝑡𝑜 : 𝐹𝑙𝑢𝑖𝑑𝑖𝑓𝑖𝑒𝑟 𝑙𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑓𝑖𝑐 𝑟𝑜𝑢𝑡𝑖𝑒𝑟.

𝑁𝑜𝑣𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑑𝑒́𝑐𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑒𝑢𝑥 𝑚𝑜𝑖𝑠 𝑡𝑟𝑒̀𝑠 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑛𝑠𝑒𝑠 𝑒𝑛 𝑎𝑐𝑡𝑖𝑣𝑖𝑡𝑒́𝑠 𝑒́𝑐𝑜𝑛𝑜𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠. 𝐿𝑒𝑠
𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒𝑟𝑐𝑒𝑠 𝑒𝑡 𝑙’𝑖𝑛𝑑𝑢𝑠𝑡𝑟𝑖𝑒 𝑡𝑜𝑢𝑟𝑖𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑡𝑜𝑢𝑟𝑛𝑒𝑛𝑡 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑐ℎ𝑎𝑝𝑒𝑎𝑢𝑥 𝑑𝑒 𝑟𝑜𝑢𝑒𝑠 ; 𝑐𝑒 𝑞𝑢𝑖 𝑖𝑚𝑝𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒
𝑢𝑛 𝑓𝑙𝑜𝑡 𝑑𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑓𝑖𝑐 𝑏𝑖𝑒𝑛 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑛𝑠𝑒. 𝐿𝑒𝑠 𝑣𝑎𝑐𝑎𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑠𝑐𝑜𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑝𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑡𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑖𝑓𝑖𝑒𝑟 𝑐𝑒
𝑡𝑟𝑎𝑓𝑖𝑐.

𝐸́𝑔𝑎𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑣𝑎𝑐𝑎𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑠𝑐𝑜𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑛𝑜𝑣𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒/𝑑𝑒́𝑐𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑝𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑡𝑒𝑛𝑡 𝑎𝑢𝑥 𝑝𝑒𝑡𝑖𝑡𝑠


𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒𝑟𝑐𝑒𝑠 𝑑’𝑒𝑚𝑝𝑙𝑜𝑦𝑒𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑒́𝑡𝑢𝑑𝑖𝑎𝑛𝑡𝑠. 𝐶𝑒𝑙𝑎 𝑎 𝑎𝑖𝑑𝑒́ 𝑝𝑙𝑢𝑠𝑖𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑓𝑎𝑚𝑖𝑙𝑙𝑒𝑠 𝑎̀ 𝑎𝑟𝑟𝑜𝑛𝑑𝑖𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑓𝑖𝑛𝑠 𝑑𝑒
𝑚𝑜𝑖𝑠.

𝑄𝑢𝑖𝑛𝑡𝑜 : 𝐿𝑎 𝐶𝑢𝑙𝑡𝑢𝑟𝑒, 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑠𝑢𝑏𝑡𝑖𝑙𝑒 𝑡𝑜𝑢𝑡 𝑎𝑢𝑠𝑠𝑖 𝑖𝑚𝑝𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒.

𝐿𝑎 𝑐𝑢𝑙𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑚𝑎𝑢𝑟𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑛𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑡𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑔𝑟𝑎𝑛𝑑𝑒𝑠 𝑣𝑎𝑐𝑎𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑑’𝑒́𝑡𝑒́ 𝑑𝑒 𝑛𝑜𝑣𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒/𝑑𝑒́𝑐𝑒𝑚𝑏𝑟𝑒,
𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑒́𝑞𝑢𝑖𝑣𝑎𝑙𝑒𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑔𝑟𝑎𝑛𝑑𝑒𝑠 𝑣𝑎𝑐𝑎𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑑’𝑒́𝑡𝑒́ 𝑑𝑒 𝑗𝑢𝑖𝑙𝑙𝑒𝑡/𝑎𝑜𝑢̂𝑡 𝑒𝑛 𝐸𝑢𝑟𝑜𝑝𝑒. 𝐴𝑛𝑐𝑟𝑒́ 𝑑𝑒𝑝𝑢𝑖𝑠
𝑑𝑒𝑠 𝑠𝑖𝑒̀𝑐𝑙𝑒𝑠, 𝑐𝑒𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑟𝑎𝑖𝑡 𝑎𝑢𝑗𝑜𝑢𝑟𝑑’ℎ𝑢𝑖 𝑛𝑜𝑡𝑟𝑒 𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡𝑖𝑡𝑒́.

𝐌𝐚𝐝𝐚𝐦𝐞 𝐥𝐚 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞, 𝐩𝐚𝐫 𝐞́𝐠𝐚𝐫𝐝 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐥𝐚 𝐟𝐨𝐧𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐪𝐮𝐞 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐨𝐜𝐜𝐮𝐩𝐞𝐳, 𝐣𝐞 𝐧𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐬𝐞𝐧𝐭𝐢𝐫𝐚𝐢 𝐩𝐚𝐬
𝐚̀ 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐭𝐫𝐚𝐢𝐭𝐞𝐫 𝐝’𝐢𝐧𝐜𝐨𝐦𝐩𝐞́𝐭𝐞𝐧𝐭𝐞, 𝐦𝐚𝐢𝐬 𝐩𝐞𝐫𝐦𝐞𝐭𝐭𝐞𝐳-𝐦𝐨𝐢 𝐝𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐬𝐭𝐚𝐭𝐞𝐫 𝐌𝐚𝐝𝐚𝐦𝐞, 𝐪𝐮𝐞 𝐥𝐚
𝐜𝐨𝐦𝐩𝐞́𝐭𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐧’𝐚 𝐩𝐮 𝐬𝐞 𝐟𝐫𝐚𝐲𝐞𝐫 𝐮𝐧 𝐜𝐡𝐞𝐦𝐢𝐧 𝐚𝐟𝐢𝐧 𝐝𝐞 𝐭𝐫𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫 𝐠𝐫𝐚̂𝐜𝐞 𝐚̀ 𝐯𝐨𝐬 𝐲𝐞𝐮𝐱. 𝐃𝐚𝐧𝐬 𝐥’𝐢𝐧𝐭𝐞́𝐫𝐞̂𝐭
𝐝𝐮 𝐬𝐲𝐬𝐭𝐞̀𝐦𝐞 𝐞́𝐝𝐮𝐜𝐚𝐭𝐢𝐟 𝐌𝐚𝐝𝐚𝐦𝐞, 𝐣𝐞 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐩𝐫𝐢𝐞 𝐝’𝐚𝐛𝐝𝐢𝐪𝐮𝐞𝐫, 𝐚𝐟𝐢𝐧 𝐪𝐮’𝐨𝐧 𝐩𝐮𝐢𝐬𝐬𝐞 𝐚𝐮 𝐦𝐨𝐢𝐧𝐬
𝐬𝐚𝐮𝐯𝐞𝐫 𝐥𝐞𝐬 𝐦𝐞𝐮𝐛𝐥𝐞𝐬 𝐚𝐩𝐫𝐞̀𝐬 𝐥’𝐢𝐧𝐜𝐞𝐧𝐝𝐢𝐞.

𝐁𝐢𝐞𝐧 𝐚̀ 𝐯𝐨𝐮𝐬,

𝐍𝐢𝐬𝐡𝐚𝐥 𝐉𝐨𝐲𝐫𝐚𝐦