Vous êtes sur la page 1sur 14

TECHNOLOGIE LARGE

BANDE
ITT3 ALT-RT
TECHNOLOGIE SOFTWARE
DEFINED NETWORK (SDN)

MEMBRE DU GROUPE 2

DOMTCHEU DJOUELA MARY


ORNELLA
CHETCHA SOREL WILLY
ESSAME ESSAME REGIAL
BATJOM A DONG YANN

SUPERVISEE PAR MR OSSOUBITA

ANNEE ACADEMIQUE
2020-2021
Contents
INTRODUCTION ET DEFINITION.......................................................................2
I. PRESENTATION DE LA TECHNOLOGIE SDN................................................3
1. PRESENTATION.....................................................................................................................3

a) Un contrôle centralisé des infrastructures réseau...............................3


b) Une orchestration centralisée.............................................................4
c) Une virtualisation des ressources physiques.......................................4
2. PLAN DE TRAVAIL ET DIAGRAMME DE L’ARCHITECTURE SDN...............................................4

a) LE PLAN DE DONNEE...........................................................................4
b) PLAN CONTROLE.................................................................................5
c) DIAGRAMME.......................................................................................5
II. FONCTIONNEMENT ET PRINCIPE DE LA TECHNOLOGIE SDN......................7
1. fonctionnement....................................................................................................................7
2. principes...............................................................................................................................7

III. MODELES DE LA TECHNOLOGIE SDN AVEC LEUR AVANTAGES ET


INCONVENIENTS ET PROTOCOLE OPENFLOW..................................................8
1. Symétrique et asymétrique SDN...........................................................................................8
2. SDN Flood-based (proactif) et floodless (réactif)...................................................................8
3. PROTOCOLE Openflow..........................................................................................................9

a) PRESENTATION.................................................................................10
b) ARCHITECTURE..................................................................................10
IV. APPLICATION DE LA TECHNOLOGIE SDN..................................................11
V. Les différences entre le SDN et le réseautage traditionnel......................12
Tableau recapitulatif.....................................................................................12
CONCLUSION.................................................................................................13
INTRODUCTION ET DEFINITION

L'appellation réseau à définition logicielle, ou SDN (Software-Defined


Networking), désigne un ensemble de technologies innovantes visant à
permettre un contrôle centralisé des ressources réseau, une
meilleure programmabilité et une orchestration de ces ressources, ainsi que la
virtualisation de ces ressources en les dissociant des éléments physiques du
réseau.
I. PRESENTATION DE LA TECHNOLOGIE SDN

1. PRESENTATION

Le software-defined networking (SDN) est un modèle d’architecture réseau qui


permet aux administrateurs de réseaux de gérer les services de réseaux
par abstraction de fonctionnalités.SDN C'est un ensemble de technologies
ayant comme points communs :

 un contrôle centralisé des ressources réseau ;


 une orchestration centralisée ;
 une virtualisation des ressources physiques.
Le SDN vise une plus grande agilité dans le déploiement et le fonctionnement
des infrastructures réseau en s'inspirant des technologies du Cloud Computing.
Par exemple, en synchronisant la création de réseaux locaux virtuels
(VLAN) avec le lancement de machines virtuelles dans un centre de données ou
en permettant un routage basé, non plus sur la seule adresse IP de destination,
mais sur le type d'application véhiculée ainsi que sur les performances du
réseau dans un réseau étendu (WAN ou SD-WAN).
Initialement, les recherches dans le domaine du SDN visaient à remplacer
le plan de contrôle des équipements réseau en ne leur laissant que le plan de
commutation (voir le protocole Openflow). L'orientation actuelle tend plutôt à
rajouter un plan de contrôle centralisé qui coopère avec le plan de
commutation des équipements.

a) Un contrôle centralisé des infrastructures réseau

Jusqu'à présent, la plupart des équipements réseau se configurent de manière


individuelle en se connectant sur ceux-ci. D'une part, cette approche est
coûteuse en temps pour des grands réseaux et d'autre part sujette à des
erreurs humaines. Le SDN définit des normes (netconf, REST, BGP-LS...) pour
lire les états du réseau et agir sur sa configuration depuis des serveurs.
b) Une orchestration centralisée

Ces protocoles autorisent une reconfiguration du réseau de manière centralisé


par des transactions. Une transaction est une opération élémentaire qui agit
sur un ou plusieurs équipements. En général, les transactions sont
implémentées sous forme d'API pour être utilisées par des programmes tiers et
sur des composants logiciels séparés de l'orchestrateur appelé contrôleurs
pour plus de modularité.

Schema orchestreur

c) Une virtualisation des ressources physiques

À partir du point de management, en général via une interface web, on peut


alors agir sur la configuration d'un réseau local ou le routage indépendamment
des équipements physiquement installés sur les sites (par exemple avec ou
sans redondance) détachant ainsi la nature de l'opération de son mode
d'opération (abstraction).

2. PLAN DE TRAVAIL ET DIAGRAMME DE L’ARCHITECTURE SDN

a) LE PLAN DE DONNEE
Le plan de données, en revanche, reste une partie des périphériques réseau
individuels (c'est-à-dire tous les routeurs, commutateurs et pare-feu intégrés
dans le réseau). Cependant, sa tâche avec le SDN est exclusivement
de transmettre les paquets, c’est pourquoi il nécessite peu de puissance de
calcul. Cela présente l’avantage, entre autres, que les appareils n’ont pas
besoin d’un micro logiciel élaboré et qu’ils sont généralement beaucoup moins
chers que d’autres concepts de réseau.

b) PLAN CONTROLE

Le champ de tâche du plan de contrôle abstrait, qui est responsable du bon


trafic de données dans l'architecture SDN et doit donc effectuer toutes les
analyses pertinentes, est considérablement plus complexe. Cependant,
détaché du matériel et implémenté dans un logiciel centralisé, il est hautement
programmable dans un réseau défini par logiciel et donc beaucoup plus flexible
en termes d'administration réseau que les autres architectures.

c) DIAGRAMME

Avec les SDN, on établit une séparation claire entre le plan de contrôle (qui
définit comment un équipement forwarde le trafic) et le plan de données (la
partie des commutateurs et routeurs qui assure effectivement le mouvement
des données). Dans les SDN, le plan de contrôle est placé dans un contrôleur
centralisé qui a une visibilité sur l’ensemble du réseau, y compris les hôtes qui
s’y connectent et a une vision complète de la topologie du réseau.
II. FONCTIONNEMENT ET PRINCIPE DE LA TECHNOLOGIE SDN

1. fonctionnement

Une interface de communication spécifique entre le plan de contrôle et le plan


de données est nécessaire pour que le logiciel SDN, fonctionnant sur la couche
de contrôle, puisse envoyer les instructions pour un trafic de paquets
approprié aux composants du réseau intégré. La solution la plus connue pour
cela est OpenFlow. Géré par la Open Networking Foundation (ONF), le
protocole de communication est la première interface standardisée entre les
niveaux de contrôle et de données d'une architecture réseau définie par
logiciel. Dans de nombreux réseaux SDN, il remplace les interfaces individuelles
des périphériques réseau, ce qui réduit également la dépendance vis-à-vis des
fabricants de matériel

2. principes

Le principe du SDN est simple :

 séparer le plan de contrôle du plan de transmission


 centraliser et mutualiser le plan de contrôle entre tous les
équipements
 réduire les équipements à leur fonction la plus élémentaire :
transmettre (ou ne pas transmettre) des données sur le réseau
 les serveurs chargés de fournir le plan de contrôle de la solution
SDN sont généralement appelés contrôleurs SDN
Les contrôleurs disposent donc d’une maîtrise globale de l’infrastructure et
sont capables de s’informer en temps réel sur l’état et l’activité des
équipements (physiques ou virtuels) qu’ils pilotent. Les actions entreprises
peuvent alors affecter l’ensemble de l’infrastructure, ce qui ouvre le champ
des possibles en termes de scalabilité pour l’allocation de ressources de
calcul/mémoire/stockage et permet un très grande souplesse dans les
services proposés aux clients.
III. MODELES DE LA TECHNOLOGIE SDN AVEC LEUR AVANTAGES ET
INCONVENIENTS ET PROTOCOLE OPENFLOW

1. Symétrique et asymétrique SDN

Bien que le principe basé sur un logiciel offre fondamentalement la


meilleure centralisation possible de l’intelligence des périphériques réseau, il
existe des approches SDN où la portée du plan de contrôle est répartie
sur plusieurs unités de contrôle. Dans un tel modèle asymétrique, les systèmes
individuels disposent en général des informations minimales nécessaires pour
un fonctionnement immédiat, de sorte qu’ils fonctionnent même en cas
de défaillance de l’unité de commande centrale. Par rapport au modèle
symétrique traditionnel, cependant, cela crée également des redondances
inutiles d'informations.

  Principe de base Avantages Inconvénients

Approche Centralisation maximale Évitement des La disponibilité et la stabilité


symétrique de l'intelligence redondances ; du réseau sont assurées par
du SDN exemption des l’unité centrale de contrôle
composants
individuels

Approche Diffusion de Les différents SDN basé sur l’hôte et SDN


asymétrique l‘intelligence systèmes fonctionnent basé sur
du SDN même en cas de
défaillance de la le réseau
logique de commande

2. SDN Flood-based (proactif) et floodless (réactif)


Un troisième modèle de réseautage défini par logiciel se concentre sur la façon
dont l'information est transmise entre le plan de contrôle et le plan de
données. D’une part, l’instance de contrôle a la possibilité d'envoyer les
nouvelles informations et les modifications à tous les nœuds de réseau
participant de manière proactive via la technique du routage multicast. Ce
concept de SDN dit inondation ou proactif est avantageux lorsque la
centralisation du renseignement ne joue aucun rôle, par exemple parce qu’une
approche symétrique est poursuivie.

Cependant, plus un réseau compte de nœuds, plus la charge du réseau sera


élevée avec un tel concept de transmission de messages, ce qui se traduit par
une évolutivité limitée. Dans les grands réseaux, le modèle SDN proactif ou
réactif est donc une alternative populaire : le plan de contrôle assure le bon
fonctionnement de tous les composants dans ce cas par un transfert
d'informationcontrôlé et réactif dans lequel seuls les dispositifs affectés sont
serrés. Les informations pertinentes sont généralement obtenues à partir
d’articles spéciaux, les tables de correspondance, en utilisant des techniques
distribuées de hachage et de mise en cache.

  Transmission Avantages Inconvénients


de messages

flood-based SDN Diffusion, Facile à déplacer ; les La charge du réseau augment


multi-diffusion colis sont expédiés le automatiquement à chaqu
plus rapidement nouveau nœud
possible

floodless SDN Tables de Tous les appareils Les problèmes de livraison d


consultation reçoivent des l'information entraînen
informations qui ne automatiquement des retards
concernent qu'eux

3. PROTOCOLE Openflow
a) PRESENTATION

L’histoire d’OpenFlow a commencé à l’Université de Stanford, par un


groupe de chercheurs appelé le Clean Slate Program dont l’objectif était
d’explorer comment onconcevrait internet si on faisait table rase et qu’on
avait 20 à 30 ans de recul. En 2008 l’Open Networking Foundation (ONF) a
publié Openflow qui est un protocole réseau permettant la réalisation des
architectures Software Defined Networking. Il permet d’accéder
directement au plan de données des périphériques réseau (routeurs,
switch), il s’agit d’une façon dynamique, centralisé et programmable
d’interagir avec les différents équipements de l’infrastructure (Coker &
Azodolmolky, 2017 ; Pujolle, 2014).Ce protocole prend en compte les
fonctions communes supportées par les différentes tables des switchs
Ethernet et routeurs conçus par les constructeurs, ce qui permet
l’utilisation des tables de flux par tous les dispositifs réseau. Openflow est
utilisé comme une interface sud dans les réseaux définies par architectures
SDN (Canceres, 2016).

b) ARCHITECTURE

Le protocole Openflow définit la connexion entre un switch Openflow et un


contrôleur. L’essence de ce protocole consiste d’un set de messages qui
transitent entre le contrôleur et le switch dans les deux sens. Ce sont ces
messages qui permettent au contrôleur de garder un contrôle sur les
switchs et sur le trafic des utilisateurs (Noble, 2017 ; Kingston Smiler, 2013).
Quant à l’architecture du switch Openflow, comme nous en avons parlé
dans la section précédente, celui-ci est régit par les principes des tables de
flux.
IV. APPLICATION DE LA TECHNOLOGIE SDN

Grâce à ses nombreux avantages par rapport au concept de réseau classique,


le SDN est intéressant pour un grand nombre d'applications. Le modèle de
réseau défini par logiciel convient, entre autres, pour les applications suivantes
:

 Qualité de service : la vue d'ensemble centrale de tous les nœuds du


réseau permet à l'administrateur de suivre plus facilement la fréquence
à laquelle une seule connexion est utilisée. Il peut réagir en temps réel
aux connaissances acquises et réguler le trafic de données en
conséquence afin d'être en mesure de fournir à tout moment la bande
passante promise à tous les participants.
 Gestion des appareils indépendante du fabricant : l’accent mis sur un
protocole uniforme tel qu'OpenFlow fait du SDN une excellente solution
lorsque des appareils de différents fabricants doivent être combinés et
gérés dans un réseau.
 Extension fonctionnelle du réseau indépendante du fabricant : la
liberté de la technologie SDN est également une bonne solution pour les
scénarios dans lesquels les réseaux doivent être facilement extensibles
avec de nouvelles fonctions à tout moment et l'indépendance des
fabricants d'appareils joue également un rôle dans les cartes des
utilisateurs.
 Application-Driven Packet Routing : le SDN crée la base permettant aux
applications tierces d'intervenir dans le routage de paquets, c'est-à-dire
de modifier et d'ajuster les routes sur le réseau. La condition préalable
est que l'unité de commande dispose d'une interface appropriée.
 Définition et diffusion centralisées des politiques de sécurité : les
politiques de sécurité peuvent être transmises simplement et
efficacement aux différents commutateurs réseau via l'unité de contrôle
centrale.

V. Les différences entre le SDN et le réseautage traditionnel

Dans les sections précédentes, les différences fondamentales entre un réseau


basé sur l'approche SDN et un réseau classique sont apparues clairement. Le
point décisif ici est sans aucun doute la séparation du matériel et du logiciel,
qui était impensable il y a des années. Ce n’est que depuis 2013 qu’il existe des
dispositifs capables de mettre en œuvre cet aspect élémentaire de la mise en
réseau définie par logiciel. Il n’est donc pas surprenant que la technologie
d’avenir n’ait pas encore été un problème dans de nombreuses entreprises.

Les sections suivantes résument donc les principales différences entre le SDN


et le réseautage traditionnel avant de conclure avec les objectifs et les
avantages ainsi que les scénarios d'application concrets du SDN.

Tableau recapitulatif

Réseaux définis par logiciel (SDN) Réseautage traditionnel

Autorité de contrôle centralisée Instances de contrôle spécifiques à l'appareil

Séparation claire entre le matériel et le Le contrôle du matériel est intégré dans le


niveau de contrôle matériel
Réseaux définis par logiciel (SDN) Réseautage traditionnel

Plan de commande librement Plan de commande spécifique à l'appareil


programmable

Protocoles standardisés (par ex. via Protocoles spécifiques au fabricant


OpenFlow)

Accès logiciel à la couche de données L'accès à la couche de données doit se faire


possible directement sur le matériel

Architecture flexible et facilement Statique, architecture difficile à adapter


évolutive

CONCLUSION
L’étude bibliographique du paradigme SDN, nous a démontré la nécessité du
déploiement de celui-ci. Les avantages apportés par ce dernier transcendent
les règles qui régissent les réseaux traditionnels et permettent d’anticiper les
progrès du domaine informatique et autres percées dans le multimédia qui
deviennent de plus en plus fréquentes et gourmande en ressources.

Vous aimerez peut-être aussi