Vous êtes sur la page 1sur 3

Les produits dérivés

Définition

Pour définir de la manière la plus simple possible un produit ou instrument dérivé on dira qu'il
s'agit d'un instrument dont la valorisation dépend (dérive) de la valeur d'un autre instrument
qu'on appelle alors le « sous-jacent ».

La parties qui échangent un instrument dérivé négocient en fait les termes d'un contrat qui vont
permettre de déterminer les flux financiers issus de la négociation en fonction, principalement,
de l'évolution de la valeur du ou des sous-jacents. L'instrument sous-jacent n'est pas
physiquement échangé au moment de la négociation. Cet échange peut être optionnel (cas des
options), différé (futures ou contrats à terme) voire ne jamais avoir lieu (swap de taux).

Il existe des produits dérivés pour toutes les classes d'actifs négociables au comptant et donc
de risques associés: risque de taux, de change, de capital, de matières premières, de crédit.

Un instrument dérivé correspondant à un engagement de la banque, il est comptabilisé à sa


valeur nominale au hors-bilan. Toutefois, les profits ou pertes résultant des variations de la
valeur du contrat sur les marchés sont comptabilisés au bilan, ainsi que naturellement les flux
financiers générés par le contrat lorsqu'ils sont devenus effectifs.

Utilisation

Tous les instruments dérivés peuvent être utilisés dans l'un des trois contextes suivants :
couverture, spéculation et arbitrage.

Couverture (hedging) : un acteur qui détient ou prévoit d'acquérir l'instrument sous-jacent peut
prendre position sur un produit dérivé afin de se protéger contre les fluctuations du prix du sous-
jacent. Cette stratégie permet de limiter les pertes encourues en cas de fluctuation défavorable
du prix, mais en contrepartie implique généralement de renoncer à une partie des gains
potentiels liés à la détention du sous-jacent, un peu sur le même principe qu'une assurance.
 
Spéculation : un acteur qui anticipe une variation du prix du sous-jacent peut prendre position
sur un instrument dérivé. Les produits dérivés permettent en effet généralement de prendre
position sur un montant notionnel important, mais avec une mise de fonds initiale relativement
faible. C'est ce qu'on appelle l'effet de levier. Dans ce cas, les perspectives de gain sont
importantes si la stratégie s'avère gagnante, mais les pertes peuvent l'être tout autant.
Arbitrage : un acteur détecte une incohérence entre la valeur de marché d'un instrument dérivé
et celle de sous-jacent. Il prend alors position en sens inverse simultanément sur le marché au
comptant du sous-jacent et sur l'instrument dérivé. Ce type de stratégie permet des gains
minimes sur chaque transaction, mais sans risque. Elle doit être mise en œuvre de manière
systématique pour générer des profits importants.

L'arbitrage exerce un effet bénéfique sur les marchés en éliminant les incohérences ce qui
fiabilise le processus de formation des prix. La spéculation apporte de la liquidité aux marchés
et permet donc aux « hedgers » de trouver plus facilement une contrepartie pour se couvrir.

Dérivés OTC / dérivés listés

Les produits dérivés peuvent être négociés soit sur des marchés organisés (dérivés listés) soit
de gré à gré (OTC, Over The Counter). De plus en plus, sous la pression des régulateurs, les
acteurs ont également la possibilité – voire l'obligation comme la prévoit la directive EMIR – de
passer par une chambre de compensation pour le règlement de leurs transactions sur dérivés
OTC. Le tableau ci-après résume les caractéristiques des différents marchés.

Dérivé listé Dérivé OTC compensé Dérivé OTC

Standardisé Standardisé Adapté au besoin du client

Négocié sur un marché Négocié bilatéralement Négocié bilatéralement


organisé

Les parties ne se Les parties se connaissent lors de Les parties se connaissent et assument le
connaissent pas ; c'est la négociation mais ensuite la risque de contrepartie. Le contrat cadre
la chambre de chambre de compensation se (master agreement) inclut souvent une annexe
compensation qui substitue à elles pour assumer le définissant les échanges de collatéral (CSA,
assume le risque de risque de contrepartie. Credit Support Annex).
contrepartie.

Produits « vanille » et produits complexes

Le terme « vanille » vient de l'anglais « plain vanilla », improprement traduit en « vanille ». il


désigne les instruments dérivés basiques, négociés sur des marchés organisés ou OTC, mais
dont les caractéristiques n'incluent aucune variante par rapport à la définition du produit. Par
opposition les produits complexes ou exotiques sont adaptés à la demande spécifique d'un
client.
Remarque : l'expression « plain vanilla » s'applique aussi en dehors du contexte des dérivés. Par
exemple une obligation « vanille » par opposition à une obligation convertible.

Typologie des instruments dérivés

D'après J. Hull, qui fait autorité en la matière (voir plus bas), on peut classer les instruments
dérivés en quatre grandes familles en fonction des termes du contrat.

Un contrat « forward » signifie que l'échange du sous-jacent est décalé dans le temps. C'est le
cas des changes à terme ou des FRA, Forward Rate Agreement. Les contrats forward se
négocient de gré à gré (OTC).

Un contrat future implique aussi un échange décalé dans le temps, mais cette fois le contrat est
standardisé et négocié sur un marché organisé. Il peut alors facilement être revendu avant
l'échéance, évitant ainsi d'avoir à livrer ou recevoir le sous-jacent.

Un contrat d'option donne à l'acheteur le droit, mais non l'obligation, d'acheter ou de vendre le
sous-jacent à une date future à un prix convenu. Les options peuvent être négociées de gré à gré
ou sur des marchés organisés.

Enfin les contrats de swap impliquent l'échange de deux sous-jacents, comme dans le swap de
change, ou des revenus associés à deux sous-jacents, comme dans le swap de taux ou les
asset swaps.

Ailleurs sur le Web

L'ouvrage qui fait référence : « Options futures et autres actifs dérivés », par John Hull. Pour les
moins courageux, car c'est un pavé, les slides des cours de John Hull à l'université de Toronto
peuvent être téléchargés ici.

Auteur: Françoise Caclin, fondatrice de Fimarkets, consultante et formatrice.

Vous aimerez peut-être aussi