Vous êtes sur la page 1sur 7

Athlètisme : Triathlon

Rendez-vous avec Benoit Blondeau

Notre Triathlète Ferrièrois s’entraine pour le 6e IRONMAN France


Nice Triathlon

Tout le monde le sait : Participer à un triathlon n’est déjà pas à la portée du


premier sportif venu mais quand il s’agit du mythique Ironman de Nice, cela
relève plus de l’exploit que de la compétition sportive.
Imaginez-vous entrer dans l’eau pour y parcourir 3800m de natation, en sortir et
enfourcher votre vélo pour une ballade de 180km dans l’arrière pays Niçois où le
dénivelé total atteint 1800m puis, pour clôturer cette promenade agréable, vous
descendez de votre vélo, chaussez vos baskets pour vous élancer sur un marathon de
42,2km. Mais ne vous inquiétez pas, dès que vous serez arrivés.. (Si vous terminez
l’épreuve bien sûr) vous aurez enfin le droit de vous reposer.
Benoit Blondeau, Ferrièrois de souche, s’est lancé ce défi. Mais rassurez-vous ! Il n’en
est plus à sa période de découverte puisqu’il avait déjà participé à son premier Ironman
en 2009 à Nice.
J’ai voulu le rencontrer afin de vous le faire connaître et en savoir un peu plus sur les
raisons qui l’ont amené à participer à un Ironman, que l’on peut considérer comme
étant l’épreuve la plus difficile pour un triathlète après le plus prestigieux et convoité
Ironman d’Hawaï, considéré comme la référence dans le monde du triathlon.

Benoit, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Benoit Blondeau, j’ai 38 ans étant né le 11 Mai 1973 à Maubeuge.


J’habite Ferrière-la-Grande avec mon épouse Nathalie, nous avons 4 enfants dont 2
jumeaux derniers nés. Ils se prénomment : Morgane, Lauryn, Loïc et Sulyvan, âgés
respectivement de 16, 9 et 6 ans pour les jumeaux. Je suis Sapeur-Pompier
professionnel depuis 1995 et je travaille au centre de secours de Maubeuge depuis
2003.
Comment es-tu venu à choisir cette discipline très exigeante ?

Je crois que c’est venu un peu à la fois, c’est une longue histoire. Dès l’âge de 2 ans je
côtoyais les stades avec mon père, Bernard Blondeau, il était très connu dans le milieu
de l’athlétisme puisqu’il a été entraineur du Club d’athlétisme de Ferrière-la-Grande
(ASFA) pendant plus de 25 ans.
J’avais 8 ans quand j’ai pris le départ de ma première course. A cette époque je faisais
déjà de la route, du cross-country et de la piste.
J’ai donc passé toute ma jeunesse ainsi jusqu’au service militaire. Celui-ci fut très
traumatisant pour moi dans le sens où je n’avais plus les mêmes avantages pour
m’entrainer, ayant perdu le rythme et la forme, je perdis mon niveau. Je quittais l’armée
en surpoids et quand j’ai voulu reprendre la compétition, je n’admettais plus de me voir
dépassé par les autres coureurs, aussi je décidais de changer carrément de discipline. Je
suis ainsi venu au Triathlon.

Avais-tu des champions comme modèle à cette époque ?

Oui, bien-sûr, j’admirais beaucoup Marc Allen et Dave Scott les champions de la
spécialité à cette époque.

Es-tu inscrit actuellement dans un club pour le triathlon ?

En 2010 je me suis inscrit au Club de triathlon d’Houdain-lez-Bavay. Nous y sommes


actuellement 6 licenciés avec Cédric Delescluse, Vincent Mazes, Vincent Liénard et les
deux régionaux : Judicael Dirson et Romain Lerquet et notre Président : Gérard Wyart.
Je suis également inscrit au CSC. Ferrièrois de cyclisme car je me suis rendu compte
que j‘y apprend beaucoup de choses et que la partie qualité de mon entrainement se
passe essentiellement sur mon vélo. J’y suis inscrit dans la catégorie « Pass-Cyclisme ».
J’en profite d’ailleurs pour remercier vivement les coureurs Didier Rousseau et Didier
Colinet pour leur aide et leurs précieux conseils.
Peux-tu nous décrire brièvement la chronologie de ton évolution sportive ?

1989 : j’obtins ma première qualification au Championnat de France de cross-country


1990 : Une autre qualification aux Chpt. De France Cross-country et une 1ere
qualification au Chpt. De France de Semi-marathon où je me classais 37e Junior
1993 à 1994 : Service militaire à Melun dans la gendarmerie.
1994 : j’intègre le club Valenciennois de Triathlon et je passe le concours pour être
pompier.
1995 à 1997: je suis affecté à la compagnie de sapeurs-pompiers de Versailles et je
cesse mes activités sportives par manque de temps pour m’entrainer et surtout à
cause du temps perdu dans les trajets pour rentrer dans le Nord chaque semaine.
1997 à 2001 : Je suis affecté à Laon pour mon travail et je reprends progressivement
mes entrainements de course à pied, je participe aux Jeux Mondiaux des sapeurs-
pompiers à Paris. Je termine 17e de mon semi-marathon en 1h14’.
2001 à 2003 : Je suis affecté à La Rochelle et je participe au 1er marathon de La
rochelle en 2004. Je le termine en 2h53’. Ensuite tout va se gâter..Je me blesse au
tendon d’Achille, cela me vaut 6 mois d’interruption sportive. Je suis muté au
centre de secours de Maubeuge. J’ai passé ces 6 mois « la tête dans le sac ».
Ensuite j’ai vécu une période assez difficile au niveau du moral.
Il y eut la naissance de mes jumeaux et je n’étais plus en mesure de faire face à
mes entrainements.
2008 : Je décide de participer au 1er Ironman de Nice. Ce fut alors 12 mois de
préparation dont 6 mois de préparation pour récupérer un niveau, disons,
convenable et les 6 mois suivant pour vraiment se mettre en condition pour
l’épreuve.
2009 : Mon 1er Ironman de Nice en 11h50’42’’. Je me classe 964e sur 2800 au départ.
Peux-tu-nous confier quelques-unes de tes performances ?

35’10’’ sur un 10km en 2008 et 2009


1h14’57’’ sur semi-marathon en 2008-2009
1h16’ et 58e sur les 20km de Maroilles en 2009
2h53’ sur marathon
9 participations au championnat de France de cross-country
Classé parmi les meilleurs locaux dans les courses départementales
3 saisons de triathlon au sein de l’équipe de Valenciennes-Triathlon plusieurs fois
classé dans les 10 premiers.

Benoit à l’arrivée de son 1er Ironman en 2009

Lors de ton 1er Ironman, quels ont été tes temps « scratch » ?

Je termine les 3800m de natation en 1h21’, les 180km de vélo en 5h50’ et le marathon
en 4h23’. Je voudrais pouvoir faire un peu mieux cette fois-ci.
Es-tu aidé financièrement pour palier à tes déplacements, tes équipements, tes
inscriptions etc. ?
Hé non !! J’avoue que si c était le cas, cela me dépannerai un sacré coup. Mais je ne me
vois pas aller toquer à la porte des gens pour leur demander de l’aide. Je sais que je
n’aurai jamais rien en ne le faisant pas mais je n’aimerai pas que cela vienne de moi. Je
préférerai me faire remarquer par une entreprise, un patron de magasin ou un industriel
mais bon. C’est vrai que c’est dur parfois d’assumer tout. Quand on voit que pour cet
Ironman seul, ça me coute 450 euros rien que pour l’inscription, presque autant pour
l’hébergement, environ 400 euros pour les frais de route, l’équipement… ça fait peur
parfois.. C’est un sacré sacrifice, rien que pour assouvir simplement une passion.

Quels sont tes principaux atouts pour affronter ce genre d’épreuve ?

Je suis assez bon en vélo et en course à pied. Côté natation je suis perfectible, mais je
m’entraine ferme.
Sinon je suis assez têtu, obstiné et j’aime bien aller au bout des choses.
D’un autre côté, je reconnais être assez gourmand et je crains un peu le froid surtout
lors des entrainements.

As-tu un bon souvenir en particulier dont tu voudrais nous parler ? E le plus


mauvais ?

Mon plus émouvant souvenir c’est sans aucun doute ma 1ere qualification au
Championnat de France, quand j’ai vu mon père pleurer.
Et aussi quand j’ai franchis la ligne d’arrivée de mon 1er Ironman.. Géant !!
Pour le plus mauvais, sans doute ma période noire quand je fus blessé au tendon
d’Achille et les mois qui s’ensuivirent.

Benoit en tête
As-tu d’autres projets pour la saison 2011 mis à part cet Ironman ?

Je ferai très certainement les 20km de Maroilles comme chaque année le 1er Mai.
Ensuite fin Mai, je compte me présenter au triathlon « courte distance » du barrage de
l’eau d’Eure en Belgique, pour me tester avant le grand rendez-vous de Nice. Dans
cette catégorie de triathlon on enchaine : 1500m de natation, 40km de vélo et 10km de
course-a-pied.
Le 26 Juin, il y aura bien sûr mon Ironman à Nice.
Ensuite, je m’accorderai certainement 1 bon mois de récupération, je reprendrai le
physique un peu au feeling à partir de début août et si tout va comme je l’espère, fin
Août, je devrais participer au « Half de Cambrai » : 2000m natation, 90km vélo et
20km course-à-pied.

Peux-tu nous expliquer comment tu fais ta préparation pour cet Ironman ?

J’en suis actuellement à près de 20h d’entrainement par semaine. A raison de 3 séances
par discipline et par semaine ;
Pour le vélo : travail essentiellement en endurance pendant des séances de 3h à 6 heures
avec des phases en aérobie et anaérobie.
Pour la natation : surtout du foncier sur des séances de 1h à 1h30’.
Pour la course-à-pied : 20km par séance et 3 fois par semaine.
Pour terminer, si tu nous parlais de tes préférences ?

Ta couleur préférée : le Bleu


Ton genre de film : les films d’action
Ton acteur préféré ; Bruce Willis
Ta musique préférée : le Rock
Ton chanteur préféré : Jean-Louis Aubert
Ta chanteuse préférée : Izia
Es-tu sucré ou salé : les deux je crois !
Ton plat préféré : Mon Américain du mois !!
As-tu des activités autres ? : J’aime bien jouer de la guitare et m’occuper de mes
enfants.

Benoit, j’ai passé un très bon moment avec toi et je te remercie de m’avoir permis
de vivre ces instants privilégiés. Je te souhaite bien entendu de réussir dans ton
entreprise et surtout de pouvoir continuer à vivre très longtemps ta passion.

René Harbonnier