Vous êtes sur la page 1sur 11

POLITIQUE ENVIRONNEMENT

- La compétitivité et l'attractivité de l'industrie


- L’e-commerce permet aux consommateurs de
bancaire
limiter les déplacements (imitation des
- Un système bancaire puissant et efficace qui émissions de gaz à effet de serre des
bénéficie pleinement à la croissance. consommateurs).

- L'Etat français défend son industrie bancaire - Achat en ligne possible grâce à PayGreen
(versement à des œuvres caritatives)
- Réorientation de l’épargne abondante vers les
entreprises et l'économie - Les banques promeuvent la parité, via le pacte
de responsabilité de février 2015, (+ 47% de
- Politique visant à diminuer le nombre de
femmes cadres à fin 2017).
dossiers de surendettement (-10,6% en 2016
- La dématérialisation permet aux banques de
- Développement des missions du Comité de
faire des économies et d'augmenter leur
Bâle : le renforcement de la sécurité et de la
rentabilité
fiabilité du système financier ; l’établissement de
standards minimaux en matière de contrôle - La protection de l'environnement encourage
prudentiel ; la diffusion et la promotion des les consommateurs à limiter leurs
meilleures pratiques bancaires et de déplacements, donc une diminution des visites
surveillance ; la promotion de la coopération en agence à terme.
internationale en matière de contrôle prudentiel.

- Création en janvier 2010 de l'Autorité de


contrôle prudentiel : chargé de contrôler le
respect par les établissements de crédit des
dispositions législatives et réglementaires qui
leur sont applicables et de sanctionner les
manquements constatés ; examine les conditions
de leur exploitation et veille à la qualité de leur
situation financière ; veille au respect des règles
de bonne conduite de la profession ; propose et
demande la mise en œuvre du fonds de garantie
des dépôts.

-L’AMF (Autorité des marchés financiers) veille à


la protection des épargnants dans le cadre des
entreprises faisant appel public à l'épargne ou
dans le cadre d'introduction d'instruments
financiers sur les marchés financiers.

- Le CCLRF (Comité consultatif de la législation


et de la réglementation financière) se doit de
donner un avis sur l’ensemble des projets de
textes normatifs à portée générale touchant au
domaine bancaire, financier et des assurances,
sur saisine du ministre de l'économie.

- Les États ont durci les règles de la finance


mondiale. Les ratios de fonds propres exigés au
sein des banques ont été renforcés, de même
que les moyens alloués aux autorités de
supervision, résultat diminution de la dette des
banques.

- Objectif de ces nouvelles règles, dites de Bâle


3, est de faire maigrir les banques “too big to fail”
(« trop grosses pour faire faillite »), que les États
ont été contraints de sauver durant la crise.

SOCIO-CULTUREL TECHNOLOGIQUE

- Les comportements et les attentes des clients - Modernisation des infrastructures des
ont été modifiés par la digitalisation du système banques, elles utilisent les canaux numériques.
bancaire
- Pression accrue des géants de la technologie
- Les clients gèrent leurs comptes en ligne
- en 2015, Apple a lancé son service de
(consultation, virements, placements)
paiement mobile Apple Pay, d'autres, comme
- 99 % des français ont un compte bancaire Samsung, sont prêts à entrer sur ce marché
avec le même style d'offre.
- 20 % des français fréquentent leur agence au
moins une fois par mois - Les banques sont préoccupées par l’arrivée de
gros écosystèmes comme Google, Facebook,
- Tendance de consommation vers des produits
innovants Apple, Amazon.

- Paiement avec le mobile de plus en plus - Le secteur de la finance va profiter des atouts

courant de l'Internet des objets

- Développement du paiement par carte bancaire - 96 % des professionnels pensent que la


sans contact technologie portable aura un impact sur leur
industrie, mais seulement 15 % ont commencé
- Démocratisation des services financiers pour leurs propres déploiements.
les clients
- Les banques sont devenues la cible
- 55% de la vie numérique des utilisateurs passe
privilégiée des hackers 
(Augmentation de la
par le GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon)
digitalisation)

- Augmentation de la popularité du e-commerce


- Développement des technologies de

- Nombre d’achats et donc de paiement en ligne paiement en ligne (e-numéro de carte,

augmente virement)

- Attirance pour les paiements dématérialisés - Le mobile sera l'instrument de paiement de


demain,

- Un internet plus rapide et de meilleure


qualité, le développement d'internet a favorisé
le développement de banques alternatives et
modifier le métier de la banque
ECONOMIQUE LEGISLATION

- Les grandes banques européennes réduisent - Epargne réglementée (Livret A et livret de


leurs effectifs, mènent une politique d'économie développement durable, taux à 0,75 % à partir
de février 2016
-37 567 agences bancaires en 2015, 60 490
distributeurs - Taux de rémunération des PEL à 1,5 %

- 1 100 milliards d'euros de crédits aux ménages - En 30 ans, plusieurs lois fondamentales ont
déterminé l'organisation et l'évolution du
-903 milliards d'euros d'encours des prêts
système bancaire français.
immobiliers
- La loi du 24 janvier 1984, dite « loi bancaire »
-1,38 % de taux des prêts immobiliers
- La loi du 2 juillet 1996 de modernisation des
- 917 milliards d'euros de crédits aux entreprises
activités financières transpose en droit français
- + 2,9 % de crédit aux TPE/PME sur 12 mois la directive du 10 mai 1993 concernant les
services d'investissement (DSI).
- Le taux d'épargne des ménages est 14,6 %
- La loi du 25 juin 1999 sur l'épargne et la
- L'encours du livret A est 263,8 milliards en
sécurité financière
février, il est en hausse de 3,6 %, l'encours du
LDD est de 102 milliards d'euros et celui du PEL - La loi du 1er août 2003 sur la sécurité
de 251 milliards, celui des assurances vie de financière
1636 milliards d'euros
- L'ordonnance du 12 avril 2007 (marchés
- 19 milliards d’opérations de paiement d'instruments financiers (MIF)).

- 49,78% des paiements s’effectuent en carte - L'ordonnance du 19 avril 2007 (régime


bancaire européen relatif à la solvabilité des
établissements de crédit et des entreprises
- 81 millions de cartes de paiement en France
d'investissement (directive CRD)).
- 765,6 millions de cartes de paiement en Europe
- La loi du 4 août 2008 de modernisation de
- 67% des internautes en France utilisent leur l'économie (compétitivité de la place financière
carte bancaire pour payer en ligne française).

- 371.600 salariés - L'ordonnance du 30 janvier 2009 (lutte contre


le blanchiment de capitaux et le financement
- 39.000 recrutements
du terrorisme).
- La part des femmes parmi les cadres est de
- L'ordonnance du 15 juillet 2009 (services de
46,6%, soit une augmentation de 7 points depuis
paiement (DSP)).
2007
- L'ordonnance du 21 janvier 2010 (Autorité de
-56% des nouveaux entrants sont des femmes,
contrôle prudentiel (ACP)).
-98,5% des embauches se font en CDI.
- La loi du 1er juillet 2010 (crédit responsable).
- Nouvel éco-système du paiement avec
- La loi du 22 octobre 2010 de régulation
l'apparition d'acteurs non bancaire
bancaire et financière
- Les principaux acteurs du marché du paiement
- L'ordonnance du 27 juin 2013 (réforme les
sont les banques classiques : BNP Paribas, le
catégories d'établissements financiers en
Groupe BPCE, le Groupe Crédit Agricole, Crédit
France).
Mutuel-CIC, La Banque Postale, La Société
Générale, etc. - La loi du 26 juillet 2013 de séparation et de
régulation des activités bancaires
- Les banques en ligne qui émanent des banques
classiques : BforBank (Groupe Crédit Agricole), - L'Ordonnance du 20 février 2014 (transposer
Boursorama Banque (Société Générale), en droit français la directive CRD4).
Fortuneo Banque (Crédit Mutuel Arkéa), Hello
- Depuis 15 ans, la majorité des règles
Bank (BNP Paribas), etc.
bancaires sont d'origine européenne, avec une
- Apparition des structures telles que PayTop, accélération importante depuis la crise de
Rentabiliweb ou SlimPay. 2008. Tous les métiers et toutes les activités de

- Les GAFA (Google, Apple, Facebook et la banque sont concernés.


Amazon), géants du web, sont la véritable - A la suite de la crise de 2008, nombreuses
menace pour les banques initiatives de la commission européenne
(réglementer les activités de marché mettre en
- Les grands e-commerçants et marketplaces
sont acteurs de plus en plus significatifs sur le place de nouvelles autorités de supervision
marché du paiement (rôle d'agrégateurs de flux). (EBA, ESMA, EIOPA).

- Les e-commerçants développent leur propre - l'Union européenne a lancé un projet global
wallet du type paiement « one-click » d'Union bancaire qui repose sur 3 piliers : le
Mécanisme de supervision bancaire unique
- En 2016, les achats réalisés par les Français sur (MSU) qui place 128 banques européennes
Internet ont atteint 72 milliards, (65 milliards en sous la supervision de la BCE à compter de
2015 et 57 milliards en 2014), selon la Fevad, la novembre 2014, le mécanisme de résolution
Fédération de l'e-commerce et de la vente à unique (MRU) des défaillances bancaires, et un
distance. système unifié de garantie des dépôts.

- L'autorisation d'ouverture de livret A dans les


banques ouvrent le marché
- Les données bancaires sont aujourd'hui
largement utilisées dans les transactions à
distance et spécialement dans le commerce
électronique.

- La création, la mise en place de fichiers, et le


traitement de données à caractère personnel
sont strictement encadrés par la Commission
nationale de l'informatique et des libertés
(CNIL).

Vous aimerez peut-être aussi