Vous êtes sur la page 1sur 9

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/311143035

Etude énergétique et exergétique d'un procédé de valorisation des déchets


agricoles tunisiens : production d'électricité

Conference Paper · October 2013

CITATIONS READS

0 1,026

6 authors, including:

Zouhour Khila Noureddine Hajjaji


National Engineering School of Gabes National Engineering School of Gabes
19 PUBLICATIONS   124 CITATIONS    50 PUBLICATIONS   346 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Anthony Dufour
French National Centre for Scientific Research
106 PUBLICATIONS   2,705 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

ASTARTE View project

Pyrolysis of solids View project

All content following this page was uploaded by Noureddine Hajjaji on 30 November 2016.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Récents Progrès en Génie des Procédés, Numéro 104 - 2013
ISSN: 1775-335X ; ISBN: 978-2-910239-78-7, Ed. SFGP, Paris, France

Etude énergétique et exergétique d’un procédé de valorisation des


déchets agricoles tunisiens : production d’électricité
Zouhour KHILAa, b, Noureddine HAJJAJIb, Jessica Françoisa, Anthony Dufoura,
Marie-Noëlle Ponsa, Ammar HOUASb

a
LRGP, Laboratoire Réactions et Génie des Procédés – CNRS, Université de Lorraine, 1, rue Grandville,
BP 20451, 54001 Nancy cedex, France.
b
UR Catalyse et Matériaux pour l'Environnement et les Procédés URCMEP (UR11ES85) Faculté des
Sciences de Gabès Campus Universitaire - Cité Erriadh- 6072 Gabès Tunisie

Résumé
Compte tenu de l’augmentation de la demande en électricité, nécessaire au développement économique,
et de l’aggravation des impacts de sa production sur l’environnement, la biomasse revêt une importance
croissante en substitution des énergies fossiles. Outre son abondance sur la planète, la biomasse contribue
à une meilleure indépendance énergétique des pays.
La principale application de la gazéification de la biomasse est la cogénération d'électricité et de chaleur
grâce à un couplage avec un moteur à gaz, une turbine à gaz ou un cycle combiné (IGCC). Ce dernier
procédé attire depuis quelques décennies beaucoup d’attention pour la valorisation de biomasse grâce à
son meilleur rendement qu’une centrale classique. Le procédé Texaco est l’un parmi plusieurs procédés
IGCC qui ont été développés dans ce but. C’est une technique propre bien maitrisée et couramment
utilisé.
Le palmier dattier est la principale richesse de sud tunisien. Actuellement ses déchets sont délaissés. De
ce fait, l’objectif de ce travail est d’étudier un procédé de valorisation énergétique de déchets de palmiers
tunisiens en vue de la production d’électricité. Le travail comporte, en particulier, une simulation d’un
procédé Texaco par Aspen Plus et une étude énergétique et exergétique pour qualifier les performances
du procédé et localiser les zones d’imperfection thermodynamiques.
Les résultats obtenus montrent qu’une tonne de déchet de palmier traitée produit 1905 kWh d’électricité.
Les rendements thermique et exergétique du procédé sont respectivement 35% et 34%. Le gazéifieur et le
four de combustion sont les principales sources d’imperfection thermodynamique. Ils participent
respectivement à 51% et 23% de l’exergie détruite du procédé. Ceci est dû essentiellement aux
irréversibilités des réactions chimiques et aux grands écarts de températures entre les flux d’entrée et de
sortie.

Mots-clés : gazéification de biomasse, cycle combiné, simulation, analyse exergétique.

1. Introduction
L’utilisation des énergies renouvelables prendra une importance de plus en plus grande pour des raisons
de sauvegarde de l’environnement en diminuant l’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. En
dépit du potentiel de ces nouvelles énergies, leurs contributions à la demande énergétique globale restent
modestes si on les compare à l’utilisation des énergies fossiles.
Parmi les énergies renouvelables, la biomasse est considérée comme la source d’énergie ayant le meilleur
potentiel pour contribuer aux besoins énergétiques, à la fois dans les pays développés et dans ceux en
développement. Selon l’agence internationale de l’énergie la biomasse représente 10% de la production
mondiale d’énergie en 2010 (International Energy Agency, 2012).
La biomasse est incontestablement une source d’énergie renouvelable des plus prometteuses, de par son
potentiel important. En effet son utilisation à des fins énergétiques permet de diversifier les sources

sfgp2013120327-1
Récents Progrès en Génie des Procédés, Numéro 104 - 2013
ISSN: 1775-335X ; ISBN: 978-2-910239-78-7, Ed. SFGP, Paris, France

d’énergie, de favoriser l'indépendance énergétique vis-à-vis des énergies fossiles et de contribuer à


développer une filière énergétique présentant un bilan CO2 neutre pour lutter contre l'effet de serre et le
changement climatique.
Les procédés thermochimiques permettent de transformer la biomasse solide et hétérogène en
combustibles gazeux ou liquides plus faciles à manipuler et à transformer. La gazéification est le
processus de valorisation de la biomasse qui a suscité le plus d’intérêt parmi les trois types de conversions
thermochimiques. Ce processus thermochimique se déroule à température élevée (800-900°C) entre la
biomasse et un réactif gazeux (air, oxygène, vapeur d’eau) pour produire un gaz riche en CO et H2. La
principale application de la gazéification concerne la cogénération d'électricité et de chaleur grâce à un
couplage avec un moteur à gaz, une turbine à gaz ou un cycle combiné (IGCC). Depuis quelques années,
ce dernier procédé attire beaucoup d’attention pour la valorisation de biomasse grâce à son meilleur
rendement qu’une centrale classique. Les systèmes de production d’électricité par gazéification intégrée à
un cycle combiné promettent de meilleures performances environnementales. Leurs perspectives de
développement en feraient une filière propre pour la production d’électricité à partir de biomasse. Ainsi la
conception des IGCC permet la réduction des émissions de composés soufrés et d’oxydes d’azote NOx, et
la réduction des volumes de déchets. Leur rendement électrique est plus élevé grâce au haut rendement du
cycle combiné et au niveau élevé d’intégration avec ce dernier. Leurs besoins en eau sont plus faibles que
les centrales conventionnelles.
Le procédé Texaco est l’un parmi plusieurs procédés IGCC qui ont été développés dans ce but. C’est une
technique propre, bien maitrisée et couramment utilisée. C’est un procédé de gazeification à lit entrainé
qui assure un bon contact gaz solide et mélange d’où un taux de conversion élevé. Le gaz de synthèse
produit est propre par rapport aux goudrons. Le gazéifieur du procédé Texaco peut admettre une large
variété de matières premières y compris le charbon, les huiles lourdes, le coke et les résidus de pétrole
(EPA, April 1995 et July 1995).
De ce fait, l’objectif de ce travail est d’étudier un procédé de valorisation énergétique de déchets de
palmiers tunisiens en vue de la production d’électricité. Le palmier dattier est un arbre très abondant en
Tunisie (Oasis de Jrid, Oasis Gabes,…). Ainsi, on recense plus 40.000 ha de surface couverte contenant
plus 5 millions de palmiers dattiers en Tunisie. La valorisation énergétique des déchets de palmier dattier
donnera ainsi une seconde vie à un déchet à faible valeur ajoutée.
Le travail comporte, en particulier, une simulation d’un procédé existant (procédé Texaco) par un logiciel
de simulation (Aspen Plus™) et une étude énergétique et exergétique pour mesurer les performances du
procédé et localiser les zones d’imperfection thermodynamiques. En effet, associer l’énergie à l’éxergie
dans les analyses des procédés revient à associer la quantité et la qualité de l’énergie sous ses diverses
formes. Ainsi l’analyse éxergétique permet d’évaluer le potentiel de récupérer les énergies nobles et le
niveau des irréversibilités des différents appareils du procédé et de proposer des recommandations pour
améliorer le système.

2. Simulation du procédé TEXACO


2.1 Description du procédé
Le procédé TEXACO de production d’électricité à partir de la gazéification de la biomasse présenté sur la
figure 1 comporte essentiellement trois sections (gazéification, refroidissement et traitement de gaz) et le
cycle combiné (Frey et al, 2001)
2.1.1 Gazéification
Les déchets de palmier sont utilisés comme matière première principale. La boue constituée de ces
déchets finement broyés (contenant environ 66,5% massique en matière solide) est introduite avec le flux
de gaz oxydant, contenant 95% d’oxygène, dans le gazéifieur à lit entrainé à haute pression. Les déchets
de palmier sont partiellement oxydés à pression et température élevées (supérieure à 1260°C). Le gaz de
synthèse ainsi produit est composé principalement de dioxyde de carbone, monoxyde de carbone,
d’hydrogène et de vapeur d’eau et de faibles quantités de méthane mais il est exempt de goudrons et
d’autres hydrocarbures.

sfgp2013120327-2
Récents Progrès en Génie des Procédés, Numéro 104 - 2013
ISSN: 1775-335X ; ISBN: 978-2-910239-78-7, Ed. SFGP, Paris, France

2.1.2 Refroidissement et traitement de gaz


Le gaz chaud issu du gazéifieur est refroidi dans une série d’échangeurs tout en générant une vapeur à
haute pression. Le gaz de synthèse quitte le refroidisseur à une température de 343°C, et passe à l'unité de
lavage des gaz. Le gaz chaud est refroidi dans une tour de pulvérisation d'eau où il est lavé pour éliminer
les particules fines, les gaz acides et l’ammoniac. Sa température baisse à 222°C. Le gaz de synthèse
refroidi passe à travers une autre série d’échangeurs à basse température. La chaleur récupérée du gaz de
synthèse est utilisée pour produire de la vapeur à basse pression.
21.3 Cycle combiné
Afin de réduire l’émission de NOx, le gaz purifié subit une saturation par de la vapeur d’eau avant d’être
introduit dans la chambre de combustion des gaz. La température de la vapeur est de 193°C, tandis que
celle du gaz de synthèse est de 29°C avant saturation. Le gaz saturé est chauffé à une température de
176°C. La chaleur nécessaire pour chauffer l'eau est transférée à partir des unités de refroidissement à
basses températures et des générateurs de récupération de chaleur. Le gaz propre est brûlé dans la
chambre de combustion. Les compresseurs fournissent de l'air nécessaire à la chambre de combustion.
Les gaz sortant de la chambre de combustion sont à la température d'entrée de la turbine. Les gaz chauds
d'échappement de la turbine à gaz entrent dans la section de récupération de chaleur. Ce système présente
des échangeurs de chaleur gaz-gaz qui permettent de récupérer la chaleur sensible des gaz chauds
d'échappement en produisant de la vapeur surchauffée à haute pression et de la vapeur saturée à basse
pression. En effet il se compose d'un système de surchauffe, avec des réchauffeurs, des évaporateurs à
haute pression et la chaudière basse pression. Le système surchauffe également la vapeur saturée à haute
pression produite dans l'unité de refroidissement de gaz de synthèse. La majeure partie de la vapeur
produite est envoyée aux turbines à vapeur, où elle est détendue ce qui permet de générer plus de
puissance électrique. Une partie de la vapeur est envoyée à l'unité de saturation de gaz combustible.

Figure 1. Schéma en bloc du procédé TEXACO

2.2 Données opératoires


L’analyse immédiate et ultime des déchets des palmiers sont données dans le tableau 1.

sfgp2013120327-3
Récents Progrès en Génie des Procédés, Numéro 104 - 2013
ISSN: 1775-335X ; ISBN: 978-2-910239-78-7, Ed. SFGP, Paris, France
Table 1. Analyse immédiate et ultime des déchets de palmier (Abed et al 2012).

Analyse immédiate Analyse ultime


% mass Elément % mass
Humidité 5,8 C 44,52
Carbone fixe 44,52 H 5,73
Matière volatiles 48,18 N 0,17
Cendre 1,5 Cl 0
S 0

La simulation par Aspen Plus exige la saisie d’un certain nombre de paramètres opératoires. Le tableau 2
regroupe les données nécessaires aux calculs de simulation du procédé (Frey et al 2001)
Table 2. Caractéristiques opératoires des équipements du procédé.

Appareil T (°C) P (atm) Autres spécifications


GASIFIER - 41,85 -
REF-RAD - - Tsortie fluide chaud=815,6°C
REF-CONV - - Tsortie fluide chaud=343,3°C
REF-GG - - Tsortie fluide chaud=206,1°C
REF-SEP 323 38,92 -
REF1 - - Tsortie fluide chaud=127,8°C
CONDENS1 262 38,58 -
REF2 - - Tsortie fluide chaud=54,4°C
CONDENS2 130 38,24 -
REF3 - - Tsortie fluide chaud=38,3°C
CONDENS3 101 37,90 -
REF-SEP1 85 29,19 -
CHAU-SAT - - Tsortie fluide froid=175°C
CHA-COND 323 38,92
ECON1 - - Tsortie fluide chaud=132,8°C
LP - - Tsortie fluide chaud=185,6°C
ECON2 - - Tsortie fluide chaud=205°C
HP - - Tsortie fluide chaud=338,3°C
COMB - 14,88 Adiabatique
TURB1 - - Psortie=5,65 atm
TURB2 - - Psortie=2,37 atm
TURB3 - - Psortie=1,03 atm
COMP1 - - Psortie=2,37 atm
COMP2 - - Psortie=5,65 atm
COMP3 - - Psortie=15,5 atm
TUR-VAP - - Psortie=23,82 atm
TUR-VAP1 - - Psortie=7,83 atm
TUR-VAP2 - - Psortie=4,76 atm
TUR-VAP3 - - Psortie=0,07 atm
POMP-BIO - - Psortie=44,23 atm
POMP-H - - Psortie=121,46 atm
POMP-B - - Psortie=4,42 atm
POMP-M - - Psortie=29,19 atm

Le rendement isentropique des turbines à gaz et des compresseurs sont respectivement 0,9 et 0,8. Le
modèle thermodynamique choisi pour prédire et calculer les propriétés thermodynamiques des différents
composés est l’équation d’état cubique de Redlich-Kwong-Soave (R-K-S).

3. Analyse exergétique
La méthodologie de l’analyse exergétique est basée essentiellement sur le second principe de la
thermodynamique, pour évaluer les performances des opérations unitaires et des procédés complets.

sfgp2013120327-4
Récents Progrès en Génie des Procédés, Numéro 104 - 2013
ISSN: 1775-335X ; ISBN: 978-2-910239-78-7, Ed. SFGP, Paris, France

L’analyse exergétique permet d’évaluer les efficacités d’appareils, qui sont des mesures de l’écart à
l’idéalité et d’identifier et localiser les étapes d’un procédé ayant les plus grandes pertes d’exergie, c'est-
à-dire le plus grand potentiel d’amélioration. L’analyse exergétique conduit donc à une meilleure
compréhension de l’influence des phénomènes thermodynamiques sur l’efficacité du procédé, à la
comparaison de l’importance des différents facteurs thermodynamiques et à la détermination des moyens
les plus efficaces pour améliorer un système considéré (Szargut et al,1988).
On distingue trois formes d’exergie : exergie associée à la matière, exergie associée à un travail
mécanique et exergie associée à une quantité d’énergie
En absence d'interactions nucléaires, électromagnétiques, ou de tension superficielle, l’exergie associée à
la matière peut être décomposée en quatre termes (Hinderink et al, 1996 et Kotas et al, 1995) :
ExM= Exphy+Exchim+Exmél+Excin+Expot (1)
Exphy: Exergie physique. ; Ecchim: Exergie chimique ; Exmél : Exergie de mélange ; Excin : Exergie
cinétique ; Expot : Exergie potentielle.
La méthode proposée par Hinderink et al. (1996) pour le calcul de trois premières formes d’exergie
considére que tous les mélanges sont des mélanges réels, aucune hypothèse simplificatrice n’étant
considérée. Elle tient compte de la non idéalité de tout type de mélange. Ainsi des termes de variations
d’enthalpie et d’entropie de mélange seront pris en considération. Elle tient compte, également, des
transitions de phase au cours du passage d’un état thermodynamique à un autre.

• Exergie physique : C’est la quantité maximale de travail qui peut être récupérée lorsqu’un flux de
matière est porté de son état initial (T,P) à l’état de l’environnement défini par (T0,P0) par un
processus ne faisant intervenir qu’une interaction thermique avec l’environnement (Kotas et al, 1995
et Szargut et al, 1988). Cette composante est donnée par l’équation 2 (Hinderik et al, 1996).
∆ é   é     éé D x ∑ xH T ∑ xS x ∑ yH T ∑ yS   (2)

Exergie chimique : C’est le travail maximal qui peut être récupéré lorsque un flux est porté de l’état de
l’environnement (T0,P0) l’état ‘mort’ par un processus faisant intervenir seulement un transfert thermique
et un échange de matière avec l’environnement (Kotas et al, 1995 et Szargut et al, 1988). Elle est calculée
par l’équation 3 (Hinderik et al, 1996) :
, ∑ , .  , , ∑ , . , (3)
• Exergie de mélange d’un flux de matière est donnée par l’équation 4 (Hinderink et al, 1996) :
é ∆ é ∆ é (4)
Avec
∆ é ∑ ∑ à (T,P) (5)
∆ é ∑ ∑ à (T,P) (6)
Le bilan éxergétique sur un procédé s’écrit sous la forme suivante
∑ ∑ ∑ ∑ 0 (7)
Pour caractériser les performances exergétiques d’un équipement ou plus généralement d’un procédé, on
utilise le plus souvent le (Simpson et al, 2007) le rendement exergétique (ηexergétique). Il est définit comme
étant le rapport entre l’exergie utile (Exutile) et l’exergie entrante (Exentrante)
  é
η exergétique = ∑
= 1– (8)
 

4. Résultats
L’exergie physique de la biomasse est nulle (Szargut et al, 1988) donc :
ExBIOMASS = Exchim(BIOMASS) (9)
Exchim(BIOMASS) = DBIOMASS * β * PCIBIOMASS (10)

sfgp2013120327-5
Récents Progrès en Génie
G des Procéédés, Numéro 104 - 2013
ISSN: 1775-335X ; ISSBN: 978-2-9100239-78-7, Ed. SFGP, Paris, France
F

, , , , ,
Avec β= (11)
,

Zi est la fraction maassique du connstituant « i » déduite d’aprrès l’analyse ultime.


u
La vaaleur du PCI de
d la biomasse traitée est de 19660 kJ/kg (Abed et al, 2012).
Les taableaux 3 et 4 regroupentt les principaaux résultats de d simulationn et de l’anallyse exergétiq
que du
procédé TEXACO..
Table 3.
3 Différentes formes
f d’éxergiie du procédé TEXACO
T

Formee d’exergie Valeur (kkW)


Extotalee entrante 6800,442
Exsortaante 3805,003
Exdétruuite 2995,338
Exentraante 5637,888
WNET 1904,886

Table 3.
3 Différentes formes
f d’éxergiie du procédé TEXACO
T

Grandeurr Valeur
Electricitté kW 1904,86
Rendemeent thermique 34,88
Rendemeent exergétique % 34,78
Emissionn de CO2 9,63
Consomm mation spécifiqque d’eau mol/s 32,23

Pour se rendre com mpte de la conntribution de chaque


c appareeil à l’exergie détruite, la m
méthode détailllée est
emplooyée. Dans cette méthode on o applique dees bilans d’exeergie pour chaaque équipem ment du procéd
dé. Les
résultats de ces bilaans sont présenntés dans la fiigure suivantee :

COMP3; 1,49 S
SH; 2,29 1 EC1; 1,21 TUR V
EC2; 2,11 VAP 3; 1,28
91
TURB2; 0,9
COMP2; 1,32
COMP1; 1,31

GAZEIF; 51,,44
COMB; 23,62

REF1; 0,99
REF RAD; 2,74 REF CONV; 2,21

Figuure 2. Répartitiion de l’exergiee détruite entre les appareils de procédé TEXA


XACO

Le renndement therm mique de l’unnité TEXACO O est de 34,88% ce qui reeflète la consoommation d’éénergie
pour lal production d’une quantiité bien déterm minée d’électrricité. La valeeur de ce renddement indiquue que
34,88% de l’énerggie entrante dans
d l’unité a été récupéréee au niveau dees turbines. L
La partie restaante de
l’énerrgie, représenntant 65,12%, (contenue daans le déchett de palmier),, a été rejetée (non exploitée et
contennue dans les effluents gazzeux). Le renddement exerg gétique de l’uunité en questtion est de 33 3,78%,
inférieeur au rendem ment thermiqque, car il coomporte, en plus
p d’un termme d’exergiee associé aux rejets

sfggp2013120327-6
Récents Progrès en Génie des Procédés, Numéro 104 - 2013
ISSN: 1775-335X ; ISBN: 978-2-910239-78-7, Ed. SFGP, Paris, France

thermiques (chiffrable par le premier principe à travers le rendement thermique), un terme d’exergie
détruite (identifiable et quantifiable uniquement par le second principe). La répartition de l’exergie
détruite, présentée par la Figure 2, montre que le gazéifieur constitue la principale zone d’imperfections
thermodynamiques de l’unité TEXACO. En effet, il est responsable d’environ 51,44% de l’exergie
détruite du procédé. Ceci est imputé aux irréversibilités des réactions chimiques et aux différences des
températures des flux entrants et sortants dans cet appareil (une différence de température d’environ 1306
K).

5. Conclusion

Dans ce papier une étude énergétique et exergétique d’un procédé de valorisation des déchets agricoles
tunisiens en vue de la production d’électricité est effectuée. Ce travail comporte, en particulier, une
simulation d’un procédé existant (procédé Texaco) par un logiciel de simulation (Aspen Plus™) et une
étude énergétique et exergétique pour mesurer les performances du procédé et localiser les zones
d’imperfection thermodynamiques. Les résultats obtenus montrent qu’une tonne de déchet de palmier
traitée produit 1905 kWh d’électricité. Les rendements thermique et exergétique du procédé sont
respectivement 35% et 34%. Le gazéifieur et le four de combustion sont les principales sources
d’imperfection thermodynamique. Ils participent respectivement à 51% et 23% de l’exergie détruite du
procédé. Ceci est dû essentiellement aux irréversibilités des réactions chimiques et aux grands écarts de
températures entre les flux d’entrée et de sortie. Finalement, pour améliorer les performances
énergétiques du procédé, on propose d’appliquer la méthode de pincement thermique pour une gestion
optimale de l’énergie au sein du système. Ceci en déterminant, par exemple, un réseau d’échangeurs de
chaleur optimal avec des pincements finis. La méthode préconise, pour ce fait, de reprendre le problème à
la base en essayant tout d’abord de déterminer une solution à consommation d’énergie minimale
physiquement (et économiquement) réaliste.
Références

International ENERGY Agency IAE, 2012, Key World Energy Statistics.


Hinderink. AP, Kerkhof. F, Lie A et Arson JS, 1996 (51), Chem Eng sci, 4693-4700.
Kotas. T. J, 1995, Edition Bull Worth, London, The exergy method of the thermal plant analysis. Angleterre.
Simpson. AP, et Lutz. AE, 2007 (32), In.J Hydrogen Energy, 4811-4820.
Szargut, J, Morris. DR, et Steward. FR, 1988, Hemisphere Publishing Corporation, Exergy Analysis of Thermal,
Chemical, and Metallurgical Processes, New York.
Abed. I, Parascvich. M, Loubar. K, Zagrouba. F, et Tazerout M, 2012 (1), Bioresources, 1200-1220.
Frey. H. C, Akunuri. N, 2001, Probabilistic Modeling and Evaluation of the Performance, Emissions, and Cost of
Texaco Gasifier-Based Integrated Gasification Combined Cycle Systems Using ASPEN.
United States Environmental Protection Agency (EPA), April 1995, Texaco Gasification Process.
United States Environmental Protection Agency (EPA), July 1995 Texaco gasification process innovative technology
evaluation report.

sfgp2013120327-7
Récents Progrès en Génie des Procédés, Numéro 104 - 2013
ISSN: 1775-335X ; ISBN: 978-2-910239-78-7, Ed. SFGP, Paris, France

Energy and exergy analysis of electricity generation from Tunisian


agricultural waste
KHILA Zouhour a, b, HAJJAJI Noureddine b, François Jessica a, Dufour Anthony a,
Pons Marie-Noëlle a, HOUAS Ammar b

a
LRGP, Laboratoire Réactions et Génie des Procédés – CNRS, Université de Lorraine, 1, rue Grandville,
BP 20451, 54001 Nancy cedex, France.
b
UR Catalyse et Matériaux pour l'Environnement et les Procédés URCMEP (UR11ES85) Faculté des
Sciences de Gabès Campus Universitaire - Cité Erriadh- 6072 Gabès Tunisie

Abstract
The increasing demand for electricity which is essential in economic development has aggravation impact
on the environment. Therefore, biomass is becoming more and more important as a substitute for fossil
fuels. Besides its abundance, biomass contributes in improving energy independence of the country.
Indeed the main application of biomass gasification is the cogeneration of power and heat. This is
possible via coupling with a gas engine, gas turbine or combined cycle (IGCC). In fact, for decades IGCC
has attracted attention thanks to its performance. Texaco process is an IGCC’s process which is clean,
well controlled and largely used technique.
Date palms represent the main richness of the Tunisian south. However, their wastes are neglected.
Hence, the objective of this work is to investigate a power generation process through energy valorisation
of waste palm. This work studies a simulation of a Texaco process by Aspen Plus and energetic and
exergetic analysises in order to characterize the performance of the process and locate areas of
thermodynamic imperfection.
The results show that a ton of palm waste produces 1905 kWh of electricity. The thermal and exergetic
efficiencies of the process are 35% and 34%. The gasifier and the combustion furnace are the main
sources of imperfection thermodynamics. They contribute to 51% and 23% of the destroyed exergy of the
process. This is due mainly to irreversible chemical reactions and large temperature differences between
the inlets and outlets.

Keywords : biomass gasification, combined cycle, simulation, exergy analysis

sfgp2013120327-8

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi