Vous êtes sur la page 1sur 5

Error!

Use the Home tab to apply


Titre to the text that you want to
appear here.

LIBERTÉ D’EXPRESSION : ON A LE DROIT DE Date du cours : 12 / 02 /

TOUT DIRE ? 2021

Activité 1  Complétez le tableau en justifiant oralement vos choix.

Je peux… Je ne peux pas…


Ne pas être d’accord avec les dirigeants de mon pays. 
Dire ou écrire des choses fausses. 
Ne pas croire en l’existence de Dieu. 
Réinventer l’Histoire. 
Approuver le terrorisme. 
Critiquer la façon de vivre de mon voisin. 
Me moquer de quelqu’un à cause de sa différence. 

Activité 2  Complétez la grille de mots croisés pour reconstituer l’article 19 de


la Déclaration universelle des droits de l’homme.
bb

1. Nom fém. Possibilité, pouvoir


d’agir sans contrainte.
2. Nom fém. Manière de penser, de
juger.
3. Nom fém. Action ou manière de
s’exprimer.
4. Verbe. Entrer en possession de
quelque chose. Contraire : donner.
5. Verbe. Diffuser au plus grand
nombre.
6. Nom fém. pl. Limites d’un
territoire, d’un pays.
7. Nom fém. pl. Renseignements
portés à la connaissance de
quelqu’un.

Tout individu a droit à la ______liberté___ (1) d'____opinion______ (2) et


d'___expression_______ (3),
ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher,
de ___recevoir_______ (4) et de ___répander_______ (5), sans considérations de

___frontieres_______ (6),
les ___informations_______ (7) et les idées par quelque moyen d'expression que ce
soit.

Page 1 sur 5
Frédérique Treffandier CAVILAM – Alliance française
Error! Use the Home tab to apply
Titre to the text that you want to
appear here.

Activité 3  Regardez la vidéo : « Liberté de la presse : le dessin comme arme


absolue ? » et répondez aux questions.
Quelle est la profession d’Herrmann ? Quel est son rôle ? Quelle est, selon lui, la fonction du dessin
d’humour, de la caricature ?
La profession d’Hermann est dessinateur de presse. Son rôle est de révéler un problème, un malaise, et s’il gêne,
s’il offusque, c'est que, justement, il est là pour transgresser un code, pour casser une retenue, tout en laissant place à
l'imagination, donc à la création, avec une arme qui est formidable, c’est le rire et la dérision. La fonction du dessin
d’humour, de la caricature est de faire comprendre, de remettre en question, parfois d’incriminer, parfois de discriminer.

Activité 4 Traduisez en roumain :

LIBERTÉ D’EXPRESSION : ON A LE DROIT DE TOUT DIRE ?


Geopolitis, « Liberté de la presse : le dessin comme arme absolue »

Xavier Colin
« On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui ! », c'était le postulat de l'humoriste français Pierre
Desproges. Il faisait référence, à l'époque, à certains dessins de presse, des dessins humoristiques, jugés
bêtes et méchants. Tiens, c'est curieux, bête et méchant, c'est justement la devise, la raison d'être d'un
hebdomadaire comme Charlie Hebdo, et ce qu'il y a de remarquable dans ce journal, c'est que la « une », ce
n'est pas du texte, c'est, toujours, un dessin ou une caricature.
On dit souvent que, dans un journal, le dessin humoristique en dit plus long qu'un éditorial.   La caricature
est en effet le véhicule instantané de tout ce qui est montré, mais aussi de tout ce qui est suggéré, dans une
forme de message subliminal, le tout dit sans précaution, parfois avec cruauté, toujours avec le souci de
faire rire, voire même de ricaner. À l'heure où, dans le monde, on célèbre la journée de la liberté de la
presse, Geopolitis décrypte ce qui fait la force, l'impact, la nécessité aussi du dessin de presse.
Ils se nomment Plantu, Chappatte, Cabu, Herrmann, Faizant, Burki, Siné ou Barrigue, pour rester dans le
monde de la francophonie : ce sont des noms simples, d’ailleurs des fois on ne sait même pas si ces
messieurs ont un prénom, bref, ce sont ceux qui, quotidiennement, font la «  une » des journaux. Leur stylo
est trempé dans l'acide, leur plume est acérée, leur liberté est totale, on les aime, on les redoute ; en un
coup de crayon, ils peuvent faire rire aux larmes, tout en brisant une carrière. Ils dénoncent férocement les
grands de ce monde. Ils font du journalisme, ils participent à la démocratie. Et leur art ou leur mission ne
date pas d'hier, puisqu’en France par exemple, c'est à la suite de la révolution de 1830 que l'on fonde le tout
premier journal satirique qui s'appelle, tout crûment, La Caricature, et son objectif est simple : informer, oui,
mais par le truchement de la dérision. Le dessin sous forme de caricature  a pour fonction de révéler un
problème, un malaise, et s’il gêne, s’il offusque, c'est que, justement, il est là pour transgresser un code,
pour casser une retenue, tout en laissant place à l'imagination, donc à la création. Le dessinateur Plantu ne
dit pas autre chose.
Plantu 
Le dessinateur de presse doit être plus rigoureux et journaliste. C’est-à-dire qu’il doit continuer à se lâcher et
à passer son temps à énerver tout le monde, à être borderline, à dépasser même la ligne rouge, mais à la
fois, il faut qu’il pense que, son dessin, il est aussi un dessin provocateur.
Xavier Colin
L’invité de Geopolitis, Herrmann, dessinateur de presse, qui nous donne rendez-vous, entre autres, dans La
Tribune de Genève. Vous en avez de la chance, vous les dessinateurs de presse : vous avez une liberté
totale, vous faites ce que vous voulez. Est-ce que vous êtes d’accord avec ça ?
Herrmann, dessinateur de presse, Tribune de Genève

Page 2 sur 5
Frédérique Treffandier CAVILAM – Alliance française
Error! Use the Home tab to apply
Titre to the text that you want to
appear here.

On a une plus grande liberté que les journalistes, pour une raison qui n’est pas forcément intrinsèque au
dessin de presse, mais qui est intrinsèque à notre position dans le journal. C’est-à-dire qu’on est le
dessinateur de presse, souvent, la personne qui se distingue des autres journalistes. Et c’est une chance,
parce que, par exemple, quand on fait un article, les lecteurs diront « Tiens, vous avez vu ce que dit Le
Monde, ce que dit La Tribune de Genève ? ». En revanche, quand ils regardent un dessin de moi ou de
Plantu, ils diront : « Tu as vu le dessin de Plantu ? ». Donc, l’image du dessinateur n’est pas tout à fait
identifiée à l’image du journal et ça nous donne une très très grande liberté. Par exemple dans mon journal,
je crois que je suis la seule personne qui a le droit de ne pas être tout à fait d’accord avec la ligne éditoriale
du journal parce que, justement, ça ne déteint pas sur le journal.
Xavier Colin
Vous avez une arme à votre disposition qui est formidable, c’est le rire et la dérision.
Herrmann, dessinateur de presse, Tribune de Genève
Oui.
Xavier Colin
Vous en usez, vous en abusez ? Jusqu’où est-ce qu’on peut aller ?
Herrmann, dessinateur de presse, Tribune de Genève
On peut aller très très loin. Bon, d’abord le dessin n’est pas seulement une arme, c’est un outil. Le but n’est
pas forcément de sabrer partout. Mais c’est un outil qui est très intéressant parce que d’abord, le dessin est
très émotionnel, donc il frappe beaucoup plus fort et puis, aussi, donc, le dessin travaille énormément avec
l’humour.
Xavier Colin
Votre but finalement c’est quoi, très naïvement, c’est la paix dans le monde ? On stigmatise les méchants
pour que le monde devienne gentil ? C’est ça ?
Herrmann, dessinateur de presse, Tribune de Genève
Non, je crois pas, non, non ! Faut pas réduire, là, vous caricaturez la caricature !
Xavier Colin
Ah ! J’ai le droit !
Herrmann, dessinateur de presse, Tribune de Genève
Le spectre du dessin de presse est exactement le même que le spectre du journaliste. Donc, il est de faire
comprendre, de remettre en question, parfois d’incriminer, parfois de discriminer mais on a vraiment tout le
spectre du journaliste.
 
TRADUCERE

Geopolita « Libertatea presei : desenul ca arma absoluta  »

Xavier Colin : Putem rade de toate, dar nu cu oricine ! A fost postulatul (replica) umoristului
francez Pierre Desproges. Facea referire la vremea respectiva la cateva desene animate de presa,
desene animate amuzante, considerate proaste si ticaloase. Este curios, prost si urat, ca tocmai
acesta este motto-ul, motivul de a fi un saptamanal ca si Charlie Hebdo si ceea ce este remarcabil la
acest ziar este ca ,,un” nu este un text, este intotdeauna un desen sau o caricatura. Se spune adesea
ca intr-un ziar, un desen animat spune mai mult decat un editorial. Caricatura este intr-adevar
vehicului instantaneu a tot ceea ce se arata, dar si a tot ceea ce este sugerat, sub forma unui mesaj
subliminal, totul spus fara precautie, uneori cu cruzime, intotdeauna cu preocuparea de a face
oamenii sa rada, chiar si pentru o insinuare. La ora in care, in intreaga lume, se celebreaza ziua
libertatii presei, Geopolita descifreaza ceea ce face forta, impactul, si necesitatea desenului animat.
Ei se numesc Plantu, Chappatte, Cabu, Herrmann, Faizant, Burki, Sine sau Baique pentru a ramane
in lumea francofoniei: acestea sunt nume simple, ba mai mult uneori nici nu se stie daca acesti
Page 3 sur 5
Frédérique Treffandier CAVILAM – Alliance française
Error! Use the Home tab to apply
Titre to the text that you want to
appear here.

domni au un prenume, ei sunt cei care fac zilnic titluri. Stiloul lor este imbibat in acid, penita lor
este ascutita, libertatea lor este totala, ii iubim, ne temem de ei, cu o lovitura de creion ii pot face pe
oameni sa rada pana cand plang, in timp ce distrug o cariera. Ei denunta cu inversunare marele
acestei lumi. Ei fac jurnalism, participa la democratie. Arta lor sau misiunea lor nu dateaza de ieri,
deoarece in Franta, de exemplu, dupa revolutia din 1830 s-a fondat primul ziar satiric care se
numeste, raspicat, La Caricature, iar obiectivul sau este simplu: sa informeze, da, dar prin deradere.
Functia desenului sub forma de caricatura este de a dezvalui o problema, un discomfort si daca
deranjeaza, daca ofeneaza, este tocmai acolo pentru a transgresa un cod, pentru a sparge o detentie,
lasand loc imaginatiei, creatiei. Designerul Plantu nu mai spune nimic altceva.

Plantu: Caricaturistul de presa trebuie sa fie mai riguros si mai journalist. Adica, trebuie sa
continue sa-si dea drumul si sa-si petreaca timpul suparand pe toata lumea, fiind la limita si uneori
trecand de linia rosie, dar in acelasi timp, trebuie sa creada ca desenul sau este unul provocator.

Xavier Colin: Invitatul Geopolitei, Hermann, caricaturistul de presa, care ne da o intalnire, printre
altele in La Tribune de Geneve. Esti un norocos, faci caricaturi: ai libertate totala, faci ce vrei. Esti
de accord cu asta?

Hermann: Avem libertatea mai mare decat jurnalistii, dintr-un motiv care nu este neaparat intrinsec
desenelor animate, dar care este intrinsec pozitiei noastre in ziar. Cu alte cuvinte, caricaturistul este
deseori, persoana care se remarca de alti jurnalisti. Si asta este un lucru bun, pentru ca, de exemplu,
atunci cand scriem un articol, cititorii vor spune ,,Ai vazut ce spune Le Monde, ce spune La Tribune
de Geneve?” Pe de alta parte, cand se uita la un desen de-al meu sau al lui Plantu, vor spune: ,,Ai
vazut desenul lui Plantu?” Deci, imaginea designerului nu este chiar identificata cu imaginea
ziarului si asta ne ofera o mare libertate. De exemplu, in jurnalul meu cred ca sunt singura persoana
care are dreptul sa nu fie complet de acord cu linia editorial a jurnalui, deoarece, tocmai ….

Xavier Colin : Aveti la dispozitie o arma care este formidabila, este rasul si bataia de joc.

Hermann : Da.

Xavier Colin : Il folosesti, il abuzezi? Cat de departe poti merge?

Hermann : Pot merge foarte, foarte departe. Ei bine, in primul rand, desenul nu este doar o arma,
este un instrument. Scopul nu este neaparat sa taie totul. Dar este un instrument interesant, deoarece
in primul rand desenul este foarte emotional, asa ca loveste mult mai tare si de asemenea, desenul
functioneaza foarte mult cu umorul.

Xavier Colin : Care este scopul tau in cele din urma, foarte naiv, este pacea in lume? Stigmatizezi
baietii rai, astfel incat lumea sa devina mai draguta? Asta este?

Hermann : Nu, nu cred,nu nu ! Nu reduceti acolo, caricaturati caricatura!

Xavier Colin : Ah! Am dreptul!

Page 4 sur 5
Frédérique Treffandier CAVILAM – Alliance française
Error! Use the Home tab to apply
Titre to the text that you want to
appear here.

Hermann : Spectrul desenului animat de presa este exact acelasi cu spectrul jurnalistului. Deci, este
sa ii facem pe oameni sa inteleaga, sa puna la indoiala, uneori sa incrimineze, alteori sa
discrimineze, dar avem intr-adevar intregul spectru de jurnalisti.

Page 5 sur 5
Frédérique Treffandier CAVILAM – Alliance française

Vous aimerez peut-être aussi