Vous êtes sur la page 1sur 2

Apollonios d'Athènes

L'Homme qui marche,

Bonjour je vais vous présenter dans le cadre des enfants


conférenciers une œuvre de Rodin l’homme qui marche sculptée
en plâtre en 1900, une autre version plus grande en bronze a été
fait en 1907 et exposé au Musée Rodin L’homme qui marche est
crée par le sculpteur Rodin née à 1840 à Meudon et mort en
1917, c’est l’un des sculpteurs les plus importants de la fin du
19ème siècle et du début du 20ème siècle. Rodin a réalisé de
nombreuses œuvres connus comme l’âge d’airain une de ces
premières œuvres, une copie est d’ailleurs exposée au lycée
Rodin , il y a aussi la porte des enfers et enfin sans doute la plus
connu le Penseur. Il eut une liaison avec Camille Claudel une
autre grande sculptrice et peintre de cette époque.

En premier je vais vous parler du sujet d’inspiration ,puis du


contexte , ensuite de l’analyse et la description de l’œuvre puis je
vais faire une comparaison avec une autre œuvre, et enfin une
conclusion

Rodin qui collectionnait des sculptures gréco-romaines, certaines


à l’état fragmentaire, avait remarque que cela ne diminuait en
rien, leur beauté et l’émotion qu’elle provoque, il s’en inspira pour
créer l’homme qui marche

Rodin décida de reprendre son étude sur sa sculpture de Saint


Jean baptiste un personnage majeur du christianisme et de
l'islam exposée en 1880, il la retravailla en assemblant les
Jambes du Saint Jean Baptiste qui est un personnage majeur du
christianisme ainsi que de l’islam en effet dans le christianisme
c’est le précurseur de Jésus de Nazareth St Jean Baptiste sur les
bords de Jourdain .Dans l’islam il est considéré comme le
prophète descendant de Imran qui sont les descendant de Moïse.
Donc Rodin assemble les jambes du St jean Baptiste avec le
torse dérivant du Tors de Belvédère pour crée l’homme qui
marche.
Cette sculpture représente un homme qui marche, mais sans
bras ni tête avec une musculature imposante. Cette sculpture a
des dimensions supérieures à à celle de l’homme, pour prouver
qu’elle n’as pas été moulé. le torse crevassé contraste d’ailleurs
avec les jambes lisses

Rodin privilégie la représentation du corps en mouvement en


effet le déroulement progressif du mouvement est créé grâce au
décalage entre les axes des différentes parties du corps cependant
les pieds de la sculpture sont encrés dans le sol ce qui est un
paradoxe avec le titre de l’œuvre.

Giacometti, un sculpteur et peintre suisse née en 1901 et mort en


1966), s’est inspiré de l’homme qui marche de Rodin pour crée la
sienne. Comme celle de Rodin, la sculpture donne une
impression de mouvement et de dynamismes cependant les
comparaison s’arrête là car en effet cette version a des bras et
une tête, elle est bien plus filiforme, et a presque les os sur la
peau de plus l’homme semble pauvre, fragile, fatigué ou encore
esseule ne savant ou aller avec le seule but de marche alors que
celle de Rodin donne un sentiment de force, de courage, de
sécurité, presque d’immortalité, enfin celle de Rodin a une
musculature imposante, ces deux sculpture sont très opposé
même si elle sont réunis sur le même points la marche.

Donc pour conclure cette œuvre de Rodin provoque un sentiment


de dynamisme, même si cette œuvre semble semble incomplète
aux premiers abor, elle est totalement fini, Rodin veut aller à
l’essentiel en ne laissant que la marche de l’homme

J’ai choisi cette œuvre pour plusieurs raison, la première j’aime le


mouvement de cet œuvre pourtant immobile, elle est presque
vivante de plus elle procure un sentiment de grandeur.

Vous aimerez peut-être aussi