Vous êtes sur la page 1sur 14

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/292994001

Cours Théorie du signal: Généralités sur les signaux

Chapter · February 2016


DOI: 10.13140/RG.2.1.4495.7206

CITATIONS READS

0 23,703

1 author:

Djilali Benyoucef
Hassiba Benbouali University of Chlef
62 PUBLICATIONS   122 CITATIONS   

SEE PROFILE

All content following this page was uploaded by Djilali Benyoucef on 05 February 2016.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

1. Définition et classifications

La théorie du signal est une discipline indispensable de nos jours. Il a pour objet

l'élaboration ou l'interprétation des signaux porteurs d'informations. Son but est

donc de réussir à extraire un maximum d'information utile sur un signal perturbé par

du bruit (Un bruit correspond à tout phénomène perturbateur gênant la transmission

ou l'interprétation d'un signal) en s'appuyant sur les ressources de l'électronique et

de l'informatique. La notion de signal est très vaste. En physique, nous appelons

signal toute grandeur mesurable qui dépend d’autres quantités telles que l’espace, le

temps, la température, l’éclairement, etc. Autrement dit, Un signal est la

représentation physique de l'information, qu'il convoie de sa source à son

destinataire. La description mathématique des signaux est l'objectif de la théorie du

signal. Elle offre les moyens d'analyser, de concevoir et de caractériser des systèmes

de traitement de l'information. Généralement, un signal peut être modélisé par une

fonction d’une ou plusieurs variables. Cette représentation ne se résume pas toujours

en une expression mathématique compacte.

2. Signaux continus ou discrets

Une première classification des signaux repose sur les représentations du temps et

de l’amplitude. Temps et amplitude peuvent varier de manière continue ou décrire

des ensembles dénombrables de points, où nous pouvons distinguer quatre types de

signaux :

signaux analogiques : temps et amplitudes continus ;

signaux échantillonnés : temps discret et amplitude continue ;

signaux quantifiés : temps continu et amplitude discrète ;

signaux numériques : temps et amplitudes discrets.

La figure suivante illustre ces quatre types pour un même signal analogique initial

(fig.1.a) où le temps et amplitudes continus. Sur la figure 1.b le signal n'est défini

1
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

qu’à des instants régulièrement espacés (signal échantillonné ; temps discret et

amplitude continue). Sur la figure 1.c le signal est quantifié en amplitude (les valeurs

de quantification sont représentées par les pointillés horizontaux), mais continu en

temps. La dernière représentation est le signal numérique où le signal est à la fois est

à la fois échantillonné et quantifié.

En première approximation les signaux analogiques correspondent au monde réel

alors que l’informatique ne sait traiter que des signaux numériques.

Figure 1 : Représentation des signaux continus et discrets

3. Signaux périodiques

Un signal s(t) est dit périodique s’il reprend la même valeur à des intervalles de

temps égaux : ∋ ℝ   ℝ ∴ ( ) = ( + ).
2
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

L’intervalle de temps minimal nécessaire pour retrouver la même valeur du signal

est appelé période T. La fréquence f (f=1/T )est l’inverse de la période.

4. Signaux déterministes ou aléatoires

Un signal déterministe ne présente aucune incertitude, son évolution en fonction du

temps est parfaitement connue. Un tel signal ne peut que très rarement représenter

un signal réel. Les signaux réels présentent en effet très souvent des éléments

d’incertitude qui empêchent leur prédiction parfaite. Ce sont des signaux aléatoires.

4.1. Causalité

Considérons un signal dérivant d’un phénomène physique. La conséquence ne

pouvant précéder la cause, si ce phénomène physique débute à t = 0 (choix de

l’origine des temps) le signal doit être nul pour t < 0. Un signal est causal s’il est nul

pour t < 0. S’il est nul pour t >0 le signal est dit anti-causal.

4.2. Parité

Un signal s(t) est pair si s(t) = s(-t) ou impair si s(t) = -s(-t).

Tout signal réel s(t) est la somme d'un signal pair sp(t) et d'un signal impair si(t).
1
( )= [ ( ) + (− )]
2
1
( ) = [ ( ) − (− )]
2

3
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

Figure 2 : Représentation d'un signal pair (a) et un signal impair (b), sommes (c)

4.3. Transformations temporelles élémentaires

Les signaux peuvent subir de nombreuses transformations. Nous citons ici deux

transformations élémentaires qui agissent sur la variable temporelle. Nous pouvons

faire subir aux signaux des translations temporelles. Le signal s(t) retardé de τ s’écrit :

[ ( )] = ( − )

Figure 3 : Signal retardé par τ =2

L’échelle temporelle peut être dilatée ou contractée. Si le signal s(t) subit une

dilatation temporelle nous avons :

[ ( )] = ( )

4
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

Figure 4 : Signal dilaté par α =0.5

5. Puissance et énergie

Toute transmission d'énergie est liée à un transfert d'énergie, de cette raison la

puissance et l'énergie jouent un rôle fondamental dans tous les processus réels.

Considérons une résistance R traversée par un courant i(t) et soumise à une

tension u(t). La puissance dissipée dans la résistance est donnée par la relation

suivante :

( ) = ( ). ( ) = ( )
i(t)
R

u(t)
Figure 5 : Résistance électrique en convention récepteur

La généralisation de ce résultat nous permet d'écrire la puissance et l'énergie de

n'importe quel signal.

5.1. Puissance instantanée d’un signal

Considérons un signal x(t), qui peut être complexe. On définit la puissance

instantanée de ce signal comme le module au carré du signal :


( )=| ( )|

5
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

5.2. Puissance d’interaction

De manière générale, on définit la puissance d’interaction de deux signaux x(t) et

y(t) par :
( )= ( ) ∗( )

5.3. Puissance moyenne

Si x(t) est périodique, on définit la puissance moyenne sur une durée T par :
1
( )= | ( )|

Si x(t) est non périodique, la puissance moyenne est obtenue à l'aide de l'intégral

suivant :

1
( ) = lim | ( )|
→∞

6. Énergie d’un signal

L’énergie d’un signal est définie comme l’intégrale de la puissance sur une durée

finie ou infinie :

= | ( )|

Les signaux à énergie finie possèdent une puissance moyenne nulle et une énergie

finie et les signaux à puissance moyenne finie possèdent une énergie infinie.

7. Signaux particuliers

Afin de simplifier les opérations ainsi que les formules, certains signaux

fréquemment rencontrés en théorie du signal disposent une modalisation propre.

7.1.Échelon unité

Le signal échelon unité, notée u(t), ou encore fonction de Heaviside, est défini par :

6
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

0 <0
( )= ( )=
1 >0

Figure 6 : Fonction Échelon unité

7.2. Rampe

La rampe unitaire, notée r(t), est définie par :

0 <0
( )=∫ ( ) = . ( )=
>0

Figure 7 : Fonction Rampe

7.3. Fonction signe

La fonction signe est une fonction impaire définie comme suit :

−1 <0
( ) = − (− ) + ( ) =
+1 >0
7
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

Figure 8 : Fonction Signe

7.4. Fonction Porte ou Rectangulaire :

La fonction porte de largeur T, notée (t/T) ou rect(t/T), est définie par :

1 | |<
( / ) = + − − = 2
2 2
0 | |>
2

NB: Si T=1, la fonction est dite porte unité

Figure 9 : Fonction Rectangulaire

7.5. Fonction Triangulaire

La fonction triangle de largeur T, notée (t/T), est définie par :

1 1−| / | | | <
( / ) = [ ( + ) − 2 ( ) + ( − )] =
0 | |>

8
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

Figure 10 : Fonction Triangulaire

7.8. Sinus Cardinal

La fonction sinus cardinal joue un rôle très important en traitement de signal, où

elle intervient comme transformée de Fourier d’une fonction rectangle. Une fonction

rectangle permet de représenter par exemple des opérateurs idéaux de filtrage. Elle

notée sinc(t) et comme suit :

( ∞
/ )
( / )= ( ) =1
/

Figure 11 : Fonction sinus cardinal

7.6. Impulsion de Dirac

L’impulsion de Dirac, notée (t), correspond à une porte dont la largeur T tendrait

vers 0 et dont l'aire est égale à 1. Elle est également la dérivée généralisée de l’échelon

unité :
9
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

( )
( ) = lim → ( / ) = lim → ( / ) = lim → sinc( / ) =

Figure 12 : Fonction Impulsion de Dirac

Lorsqu’une fonction f(t) présente une discontinuité a t = α, sa dérivée généralisée :

( ) ( )
= +[ ( )− ( )] ( − )

7.6.1 Propriétés de l'impulsion de Dirac

Intégrale

∞ ∞ ∞
( ) =1; ( ) ( ) = (0) ; ( ) ( − ) = ( ); ( ) = ( )
∞ ∞ ∞

Produit
( ) ( ) = (0) ( )
( ) ( − )= ( ) ( − )
Identité
( )= ( )∗ ( )
Translation
( )∗ ( − )= ( − )
( − )∗ ( − )= ( − − )
Changement de l'échelle
1
( − ) = ( − )
| |

10
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

7.7. Peigne de Dirac

On appelle peigne de Dirac une succession périodique de l'impulsion de Dirac. La

suite appelée aussi fonction d'échantillonnage ou train d'impulsion

 ( )= ( − )

Figure 13 : Peigne de Dirac

11
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

TD n : 01: Généralités sur les signaux

Exercice n : 01

1-Représenter les signaux suivant :


( + 1), ( − 1), 2 ( + 1), ( ) = ( + 3) − 2 ( ) + ( − 3)

2-Écrire ( ) = ∫ ( ) , en fonction de l'échelon

3-Tracer y(t), puis calculer l'énergie de ce signal

Exercice n : 02

1- A l'aide des signaux usuels (échelon rampe, impulsion) reconstituer les signaux

suivant

x(t) 2
2 y(t)
1
1

t 1 2 3 t
1 2

2- Calculer l'énergie et la puissance moyenne de chaque signal, puis l'énergie et la

puissance de x(t)+y(t) et x(t).y(t)

3-Tracer x(2t), y(2t) puis x(2t+1), y(2t+1)

4- Trouver et représenter la dérivée de: x(t) et y(t)

Exercice n : 03

Calculer la valeur moyenne et la

puissance moyenne de s(t).

Déduire l'énergie de s(t)

12
Théorie du signal Chapitre 1 : Généralités sur les signaux Dr. Djilali Benyoucef

Exercice n : 04

Donner l'expression des signaux suivant en fonction de u(t), (t) et (t)

x(t) y(t)

1 1

2 t t τ

z(t) h(t)

1 1

T t t
-1 -1 3

Exercice n : 05

Tracer le signal s(t) = 2r(t)−2r(t−2)−4u(t−3) puis y(t)=s'(t)

Calculer :
∞ ∞
= ( ) ( − 1) , = ( − 1) ( )
∞ ∞
∞ ∞
= ( ) ( − 1) , = ( ) [2( − 1)]
∞ ∞

Exercice n : 06

Soit s(t) un signal ni pair ni impair où :


0 <0
( )= − +1 0≤ ≤1
0 >1
1- Décomposer ce signal en deux signaux l'un est pair sp(t) et l'autre impair si(t)

2- Tracer les unes en dessous des autres les représentations graphiques de si(t), sp(t) et

s(t)

13

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi