Vous êtes sur la page 1sur 13

CONCOURS ENSEIGNANTS 1ER DEGRÉ N° candidat : 02045445709

DOSSIER DE MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE Inscription n° : 001

(1CPCDC02)
Session : 2021
PREMIERE EPREUVE ORALE D'ADMISSION

PAGE DE GARDE À JOINDRE OBLIGATOIREMENT À VOTRE DOSSIER DE 10 PAGES SELON LA PRÉSENTATION


INDIQUÉE CI-DESSOUS.
CE DOSSIER COMPLET DOIT ÊTRE RETOURNÉ SELON LES MODALITÉS INDIQUÉES PAR L’ACADÉMIE

Recrutement présenté : CRPE Public Externe

Numéro candidat : 02045445709 Domaine choisi à l'inscription : Histoire


Numéro d'inscription : 001

Nom de naissance : AMELON


Nom d'usage :
Prénom(s) : Marty Philippe Jerome
Date de naissance : 21/09/1998
Numéro de téléphone : 0628836037
Adresse électronique : martyamelon@gmail.com
Support numérique (1) : OUI NON
Si oui, préciser le type de support : .........

(1) Cocher la case correspondante

La construction européenne
Sujet retenu : « ……………………………………………………………………………………………………………………………. »

Préciser en trois lignes maximum comment le sujet retenu sera traité ainsi que le niveau de classe concerné :
La construction européenne est étudiée en cycle 3, dans une classe de CM2. Il est intéressant de savoir comment la
- ………………………………………………………………………………………………………………………….….
recherche et la réalisation d’une paix commune, entre des pays autrefois en guerre les uns contre les autres, s’est-elle
……………………………………………………………………………………………………………………………….
construite ?
…………………………………………………………………………………………………………………………….…

Présentation du dossier :

Le dossier se compose de deux ensembles :


- une synthèse des fondements scientifiques relatifs au sujet retenu ;
- la description d’une séquence pédagogique, relative au sujet choisi, accompagnée des
documents se rapportant à cette dernière.

Le dossier, constitué de 10 pages maximum, annexes comprises, hors page de garde, sommaire et
bibliographie, devra être ainsi présenté :
- pagination obligatoire
- dactylographié en Arial 11
- interligne simple
- papier format 21 x 29,7 cm ; marges 2,5 cm (gauche – droite) ; entête & pied de page : 1,25 cm
- sans retrait en début de paragraphe

Votre dossier ne doit comporter que les seuls éléments prévus par l’arrêté du 19 avril 2013 fixant les modalités d'organisation du
concours externe, du concours externe spécial, du second concours interne, du second concours interne spécial et du troisième
concours de recrutement de professeurs des écoles.

Tout dossier transmis après la date limite ou portant sur un autre domaine que celui choisi à l’inscription entraînera
l’élimination du candidat.

CADRE RESERVÉ À L’ADMINISTRATION


Commission n°:
Date de convocation: I__I__I / I__I__I / I__I__

Heure de convocation: I__I__I H: I__I__I

Edité le : 11/05/2021 11:29 Référence Réservée à l'administration : 2021 1/1


Table des matières

PARTIE 1 : LES FONDEMENTS SCIENTIFIQUES ........................................................ 2


LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE ............................................................................. 2
I. L’après-guerre et l’objectif de paix (1945-1986) .................................................................... 2
A. De la Déclaration Schuman au traité de Paris (1945-1951) ..................................................... 2
B. Les traités de Rome (25 mars 1957) .......................................................................................... 2
C. Les débuts d’une Europe unie (1958-1986)............................................................................... 3
II. Une véritable « Union Européenne » (1986-1997) ................................................................ 3
A. De l’Acte unique européen au traité de Maastricht (1989-1992) .............................................. 3
B. L’Union Européenne : états membres, institutions, conditions d’entrée (1992) ...................... 4
C. L’Espace Schengen (1985-1990 – création en 1995) ............................................................... 4
III. Une Europe en pleine puissance (1997-…) ............................................................................. 5
A. Des traités augmentant la puissance et les prérogatives de l’UE (1997-2001) ...................... 5
B. La création d’une monnaie commune : l’Euro (1999-2002) ...................................................... 5
C. Les difficultés d’une grande Europe (2002-…) .......................................................................... 6

PARTIE 2 : SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE ...................................................................... 7


Les instructions officielles .............................................................................................................. 7
Déroulement de la séquence ......................................................................................................... 7

PARTIE 3 : SÉANCES DÉTAILLÉES .............................................................................. 8


Séance n°1 : La recherche de paix après les guerres, de la déclaration Schuman aux traités de
Rome et Paris................................................................................................................................. 8
Séance n°3 : L’Union européenne : les états membre et la différence Europe/Union européenne
..................................................................................................................................................... 10

Bibliographie : ..................................................................................................................... 12

1
PARTIE 1 : LES FONDEMENTS SCIENTIFIQUES

LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE

« La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des
dangers qui la menacent » déclara Robert Schuman le 9 mai 1950, ministre des Affaires
étrangères français à l’époque. Après une longue période de trouble avec deux guerres
meurtrières sur le plan internationale, la paix devient une nécessité pour les pays européens
car ces pays courent à leurs pertes si cette période sombre se poursuit. Les prémices d’une
paix commune vont être évoquées dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) lors
de l’appel de Winston Churchill le 19 septembre 1946 où il parle d’« États-Unis d’Europe ».
Cet idéal de construction européenne va débuter rapidement après la fin de la guerre, alors
que le monde entier est sous la guerre froide. Cette union ne se fera pas uniquement sur le
plan politique, mais au fil du temps, l’Europe va devenir soudée sur différents points comme
le commerce, la libre circulation l’économie…Encore aujourd’hui, l’Europe grandit, se modifie
et cherche une stabilité sans faille entre les différents états qui participent à cette entente. Très
tôt des pactes et traités vont être signés, c’est le cas du pacte de Bruxelles, le 17 mars 1948,
mettant en place un engagement d’assistance militaire contre toute agression, les pays
membres sont la France, la Grande-Bretagne et les trois états du Benelux. Puis le 16 avril
1948, la convention instituant l’OECE est signée (Organisation européenne de coopération
économique), entre 16 États européens. Et le traité créant le Conseil de l’Europe est signé le
5 mai 1949 à Londres, créant alors une assemblée européenne au rôle consultatif ainsi qu’un
comité intergouvernemental.
Comment la recherche et la réalisation d’une paix commune, entre des pays autrefois en
guerre les uns contre les autres, s’est-elle construite ?
Pour y répondre, la première partie portera sur l’après-guerre et les objectifs de paix (de 1945
à 1986), puis la deuxième partie traitera la véritable « Union Européenne » (de 1986 à 1997)
et enfin, la troisième partie abordera une Europe en pleine puissance (de 1997 à aujourd’hui).

I. L’après-guerre et l’objectif de paix (1945-1986)


A. De la Déclaration Schuman au traité de Paris (1945-1951)
Le 9 mai 1950 a lieu la Déclaration Schuman où le ministre des Affaires étrangères français
propose de rassembler la production française et allemande de charbon et d’acier sous une
Haute Autorité commune. C’est une première prise de parole importante de la France qui
propose ouvertement à l’Europe occidentale de créer une entente sur le plan économique pour
s’aider après la guerre. À l’époque, une forte opposition existe entre l’Allemagne et le France,
c’est alors le point de départ d’une construction européenne, deux voisins qui se réconcilient
publiquement. Les États-Unis vont faire pression sur la France pour que la paix soit faite. En
1949, l’Allemagne de l’Ouest va devenir une République fédérale avec un chancelier à sa tête,
Konrad Adenauer. Cela permet d’entrevoir une paix avec un système politique plus sécurisant
pour les autres pays. Des négociations auront lieux entre l’Italie, la France, la RFA puis ensuite
les États du Benelux. Un des points de base cette mise en commun de la production de
charbon et d’acier, est la mise en place d’une Haute autorité supranationale, ce qui liera les
décisions prises pour les différents États membres. La Grande Bretagne refuse cette autorité
supranationale donc ne rejoint pas le traité. Alors, le 18 avril 1951 est signé le traité de Paris
créant la CECA (communauté européenne de charbon et d’acier). Cela neutralise la
concurrence entre les pays européens. Il y a également la mise en place d’une coordination
du marché, des prix, de la production de ces biens. Quant à la Haute Autorité, 9 membres sont
nommés ainsi qu’une assemblée parlementaire et une Cour de Justice.

B. Les traités de Rome (25 mars 1957)


En 1950 a lieu la tentative de mise en place de la Communauté européenne de défense (CED)
pour essayer de contrer les avancées communistes (Guerre de Corée). Cette CED est rejeté

2
en 1954 car le projet avait pour but une armée européenne au service d’aucun responsable
devant aucune institution. Cet échec fait réagir les États-Unis et l’Europe, la réaction sera les
traités de Rome, le 25 mars 1957. C’est un traité visant à élargir les compétences de la CECA
(qui est trop centré sur une seule compétence) au niveau énergétique. Alors, la CEEA (ou
Euratom) est créée, la communauté européenne de l’énergie atomique. Comme son acronyme
l’indique, un marché commun nucléaire est censé être mis en place, pour contrôler l’industrie
nucléaire européenne avec une autorité supranationale. Ce qui arrange les américains qui ont
pu contrôler l’avancée française dans le nucléaire. Quant à la création de la CEE (communauté
économique européenne), elle a pour objectif de libéraliser les échanges du marché commun
entre les États membres, ainsi que des politiques économiques communes à ces pays,
notamment dans le domaine de l’agriculture avec la futur PAC. Les droits de douanes vont
être réduit petit à petit pour les membres et une augmentation pour les non-membres, cela
sera long à mettre en œuvre. La création de ce marché unique concerne les biens, les
capitaux, la main-d’œuvre et aussi les services. Les états-membres sont identiques à la CECA
puis un élargissement qui va être progressif. Une avancée européenne sur le plan économique
et nucléaire très importante pour une paix durable.

C. Les débuts d’une Europe unie (1958-1986)


L’économie a été le point de départ d’une paix commune, puis l’énergie, avec la tentative d’une
politique supranationale. Le 14 janvier 1962 est signée la première des politiques communes,
la PAC (politique agricole commune). Le changement douanier des traités de Rome, prenait
en compte le futur mise en place de la PAC. Une fois de plus, cette politique commune a été
promu par la France et la Commission. La volonté de cette politique est d’organiser et soutenir
les marchés des produits agricoles, ce qui permet à la France de se moderniser mais aussi à
l’Europe de faire face à la puissance américaine. Cette politique va, dans un premier temps,
contrôler les prix et subventionner les pays dans le besoin mais aussi s’assurer d’un niveau
de vie équitable à la population et sécuriser les provisions. C’est la première politique
commune en Europe mais c’est aussi l’une des plus importantes, encore aujourd’hui. Elle se
consacre aux aides directes et au développement rural actuellement. La PAC est une avancée
dans la recherche de paix commune car ici, le volet politique est mis en place entre les
différents pays membres. En 1965 à lieu la fusion des exécutifs des trois communautés
(CECA, CEE et CEEA) en un seul Conseil et une seule Commission. Progressivement, les
frontières s’ouvrent, les prix se fixent. Mais en 1968 a lieu la suppression des droits de douane
ayant pour conséquence une augmentation du commerce intracommunautaire et les
échanges de la CEE avec le monde entier. Ensuite, les États-membres s’ouvrent à un
élargissement de leur communauté en 1969. Le Royaume-Uni, le Danemark et l’Irlande
intègrent la Communauté des Neufs en 1972 (entrée en vigueur en 1973). Quelques années
plus tard, en 1986, la Communauté européenne comptait douze membres (Grèce, Portugal et
Espagne). Il faut être une démocratie pour pouvoir intégrer la communauté. L’élargissement
de la CE démontre une véritable envie de paix entre les pays européens.

II. Une véritable « Union Européenne » (1986-1997)


A. De l’Acte unique européen au traité de Maastricht (1989-1992)
En 1986, l’Europe s’agrandit et il y a une volonté d’accroitre le pouvoir de cette communauté
européenne. Alors, le traité de Rome va être modifié pour donner l’Acte unique européen
(AUE), signé le 17 février 1986. Cet acte a plusieurs objectifs, tout d’abord économique avec
la volonté d’achever le marché intérieur. Ce marché va être renommer marché unique. Malgré
les efforts mis en place pour obtenir une certaine liberté de circulation, il existe encore des
difficultés que l’AUE tente de résorber. L’AUE tente réellement de mettre en place les libertés
de circulation accordées par le traité de Rome. L’acte permet à la CEE d’initier environ 300
directives pour y arriver. Un autre objectif concerne les réformes institutionnelles qui donnent
la majorité qualifiée au Conseil des ministres de l’UE pour achever le marché intérieur. Et les
compétences du Parlement européen sont élargies, ainsi que la création d’un tribunal de
première instance pour assister la Cour de justice des Communautés européennes. Il y a

3
également l’objectif de mettre en place une politique étrangère commune. Le dernier objectif
est politique. En effet, les États membres délèguent une partie de leur pouvoir national aux
institutions européennes, et ce dans de nouveaux domaines comme la recherche et le
développement, l’environnement. Les aspects monétaire et politique économique sont
abordés, ce qui conduira au traité de Maastricht. Traité qui sera signé le 7 février 1992, un des
traités les plus importants car il marque la fondation de l’Union européenne, qui repose sur
trois piliers. Ces trois piliers sont les Communautés européennes, sur lesquelles l’UE se base,
avec des compétences accrues (éducation, culture, santé publique). Puis deux autres
domaines, la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et la Justice et les affaires
intérieures (JAI). Un des points principaux concerne la citoyenneté européenne, qui est
accordée aux personnes ayant la nationalité d’un État membre. Ainsi que la création d’une
monnaie unique. Puis, la Cour des comptes européenne qui contrôle l’usage du budget
monétaire et les dépenses des institutions.

B. L’Union Européenne : états membres, institutions, conditions d’entrée (1992)


Le traité de Maastricht fait de l’Europe, une Union Européenne. Cette union a déjà de
l’expérience en 1992. Cela fait presque un demi-siècle que la guerre est terminée et qu’une
volonté de paix entre les États les regroupe. Cette union se concentre sur le plan politique et
économique. L’Union Européenne compte à ce jour 27 États. L’UE s’agrandit petit à petit, avec
la Grèce en 1981, l’Espagne et le Portugal en 1986, la Croatie en 2013. Les pays membres
de l’UE sont donc : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark,
Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie,
Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie,
Slovénie et Suède. Cela fait de ses pays, mais aussi de ses habitants, des européens de
nationalité. Afin de pouvoir se présenter en tant que membre de l’Union, il y a des valeurs à
respecter, ce sont la démocratie, le respect des droits de l’homme, les libertés fondamentales
et l’État de droit. Puis le Conseil européen de Copenhague a décrit trois critères que les pays
candidats doivent avoir en place. Le premier critère est politique (État de droit, démocratie
stable, protection des minorités), puis un critère économique (avec une économie de marché
viable et capacité à faire face à la concurrence), et enfin il faut assumer les obligations de
l’adhésion, donc de souscrire aux objectifs de l’Union. Pour faire fonctionner cette Union, de
nombreuses institutions existent, les plus importantes sont les suivantes : le Parlement
européen (à Strasbourg) avec un rôle législatif et budgétaire. Les membres sont élus au
suffrage universel depuis 1979. Il est en lien avec le Conseil des ministres (ou Conseil de
l’Union Européenne, à Bruxelles) avec un ministre par États qui gèrent également la PESC.
D’un point de vu exécutif, il y a le Conseil européen (à Bruxelles) ayant pour but de définir les
axes les plus importants de l’UE. En parallèle avec la Commission européenne (à Bruxelles)
qui met en œuvre les politiques communautaires. Pour l’axe judiciaire, il existe la Cour de
justice de l’UE au Luxembourg avec deux juridictions : Cour de justice et le Tribunal. La
Banque centrale européenne, à Francfort, gère l’euro, et s’occupe de la stabilité des prix, des
taux d’intérêts et des réserves monétaires.

C. L’Espace Schengen (1985-1990 – entrée en vigueur en 1995)


L’espace Schengen est un espace de libre circulation des personnes entre les États qui
signent l’accord de Schengen, nom de la ville luxembourgeoise où l’accord est signé, le 14
juin 1985. Cet accord entre en vigueur le 26 mars 1995. C’est un accord complétement
indépendant de l’Union européenne, mais lors du traité d’Amsterdam, l’UE va intégrer l’espace
Schengen. Il permet de gagner du terrain dans la recherche de paix entre les différents États
européens après les guerres meurtrières. C’est un projet important qui permet une unicité peu
commune entre différents pays d’un même continent. Grace à ce nouvel espace, la libre
circulation dans l’Union européenne est actée, il n’y a plus aucun contrôle des passeports aux
frontières de ces pays. Ce qui permet aux citoyens européens de voyager, étudier, travailler
partout dans cet espace. Aujourd’hui, il y a 26 pays membres, 22 faisant parti de l’Union
européenne et donc 4 autres indépendant au niveau international (Islande, Suisse, Norvège,
Liechtenstein). Des pays de l’UE ne sont pas dans l’espace Schengen, c’est le cas de l’Irlande,

4
de la Bulgarie, ou de la Croatie par exemple. Un citoyen européen peut séjourner dans un
autre pays membre pendant 3 mois, simplement avec une carte d’identité valide. Malgré un
espace paraissant libre, il y a une volonté de sécurité avant tout. En effet, il y a une politique
commune pour les visas concernant les séjours de courte durée pour des habitants d’autres
pays non-membres. C’est une Europe qui devient de plus en plus importante à tous les niveaux
et qui a pour objectif d’unir de plus en plus les différents pays afin de ne plus avoir de conflits
militaires. Ces efforts doivent se maintenir et se diversifier, ce qui sera le cas avec l’Euro et de
nouveaux traités, tout en essayant de gérer des crises.

III. Une Europe en pleine puissance (1997-…)


A. Des traités augmentant la puissance et les prérogatives de l’UE (1997-2001)
Le traité d’Amsterdam a pour but de modifier le traité sur l’Union européenne et les autres
traités sur les communautés européennes. Ce traité permet d’affirmer les trois piliers de
l’Union européenne, ainsi que les principes fondamentaux (libertés, démocratie, respect des
droits de l’Homme). La signature du traité d’Amsterdam se fait le 2 octobre 1997, puis il rentre
en vigueur en 1999, Il y a une volonté de centrer le traité sur l’aspect social avec la sécurité,
la justice, et la liberté. Des objectifs qui se répètent au fil des traités. D’autres domaines,
nouveaux, vont entrer en compte dans ce traité, c’est le cas de la coopération qui permet aux
pays d’avancer ensemble sur des projets européens. La recherche de sécurité est primordiale
avec comme luttes celles contre le terrorisme, le crime organisé, les commerces de drogues
et d’armes qui sont dans le viseur de l’UE. Ainsi que la liberté avec le contrôle des visas, du
droit d’asile, de l’immigration. La recherche d’un niveau élevé d’emploi et la protection des
droits fondamentaux sont au cœur de l’aspect social du traité. Au niveau de la PESC, un Haut
représentant est nommé. Un autre développement important concerne les institutions qui vont
être reformées avant que l’UE ne s’élargisse. En effet, le Parlement européen obtient plus de
pouvoir en matière législative et dans le Conseil, l’unanimité n’est plus nécessaire seulement
pour les affaires constitutionnelles et les sujets sensibles. Afin de consolider la construction
européenne, la coopération est renforcée afin d’avoir une véritable union entre les États
membres. Ce traité n’est pas une franche réussite pour essayer de faire fonctionner une
Europe à 27 États comme fonctionnait à 6 membres. Le traité de Nice (26 février 2001) évoque
les questions institutionnelles déjà abordées à Amsterdam car il faut que ces institutions soient
légitimes avec un agrandissement de l’UE. Il développe principalement la composition, le
fonctionnement des institutions ainsi que la procédure décisionnelle. Exemple avec le
Parlement européen qui augmente le nombre de sièges ou encore la pondération des voix où
le poids de chaque État a été réévalué. Chaque institution est modifiée pour permettre à l’UE
de s’élargir.

B. La création d’une monnaie commune : l’Euro (1999-2002)


La monnaie est un point central de la construction européenne. Afin d’éviter les conflits
concernant les taux de changes et d’avoir une parité monétaire entre les pays. Cette volonté
d’un système monétaire et d’une monnaie unique a pour but d’avoir une certaine légitimité sur
la scène de l’économie mondiale. Le point de base de la création d’une monnaie commune
début en 1979 avec les traités de Rome et l’entrée en vigueur d’un système monétaire. La
création de la monnaie unique achève le projet de l’Union économique et monétaire. Les
politiques monétaires des États membres sont réunies. Il y a la création d’une banque centrale
européenne indépendante ainsi qu’une zone monétaire Euro avec les pays utilisant cette
monnaie. Ces différents États respectent un pacte de stabilité monétaire et abandonnent leurs
monnaies au profit de l’Euro. La date de la création de la monnaie unique est le 1er janvier
1999 et introduite en 2002, un travail d’une quarantaine d’année. Deux institutions sont en
charge de maintenir la stabilité, la valeur de cette monnaie et les critères d’adhésion à celle-
ci, ce sont la Banque centrale européenne et la Commission européenne. Cette monnaie
permet de faciliter les échanges entre les pays. L’objectif économique est le point de base de
la construction européenne avec la CEE (1957) puis l’ouverture du marché, la libre
circulation…l’euro est un aboutissement d’un long travail de la part des institutions

5
européennes. Ce travail aboutit à la construction de la « Zone euro ». Petit à petit, comme
l’Union européenne, de plus en plus de pays utilisent l’Euro comme monnaie. Il n’y a pas que
les pays membres de l’UE qui utilisent cette monnaie. En janvier 2017, il y a 19 États membres
de l’UE qui ont l’euro comme monnaie. Tout comme l’UE, il faut avoir des conditions
économiques strictes pour prétendre utiliser cette monnaie. Mais l’euro ne résout pas tous les
problèmes de l’Union européenne, au contraire. L’euro doit faire face à des crises que l’Europe
doit gérer, ces crises ne sont pas essentiellement économiques mais aussi politique.

C. Les difficultés d’une grande Europe (2002-…)


L’Union européenne est aujourd’hui ancrée dans l’histoire de l’Europe mais son histoire longue
n’est pas aussi simple que cela. Depuis quelques années, les crises économiques, politiques,
ou encore institutionnelles se multiplient. Alors l’image de l’UE se ternis petit à petit avec des
difficultés à surmonté cela. De nouveaux traités tentent de répondre aux crises institutionnelles
du fait d’une Union à 25 membres, c’est le cas du Traité de Nice (2001), car 12 nouveaux
membres entrent dans l’UE entre 2001 et 2007. Ce traité est alors insuffisant pour cette grande
UE. Alors il y a le traité qui établit une Constitution pour l’Europe mais la France et les Pays-
Bas sont contre, par le biais d’un référendum. Alors une importante crise institutionnelle se
poursuit, jusqu’au Traité de Lisbonne (2009). Il va apporter de nombreuses solutions comme
l’élection d’un président du Conseil européen et l’extension des pouvoirs du Parlement
européen. Une importante crise économique et financière touche l’Europe en 2008. La dette
de certains États membres augmente fortement, c’est une situation inédite auquel l’Union
européenne a dû faire face et a réussi à aider les pays en difficultés. Outre les crises
économique et institutionnelle, il y a des crises politiques avec notamment le conflit entre
l’Ukraine et la Russie. La migration devient un problème pour l’UE car plus d’un million de
personnes sont entré de façon non officielle sur le territoire de l’Espace Schengen en 2015.
Cela pose des questions de sécurité pour l’UE, notamment avec la montée du terrorisme en
Europe. Mais la plus importante crise récente qui touche l’Union Européenne est le Brexit. Le
31 janvier 2020, le Royaume-Uni, après 3 reports, sort de l’Union européenne. C’est une
situation que l’UE n’a jamais eu à traiter donc il a fallu déterminer les relations futures entre
l’UE et le Royaume-Uni mais aussi au nouveau fonctionnement de l’Europe sans eux, une
nouvelle Europe à 27 États membres.

Alors, après une période troublée avec deux guerres mondiales meurtrières, la recherche
d’une paix commune tente de se construire. Des acteurs majeurs comme la France et
l’Allemagne vont permettre de rendre possible cette union. Cette Union européenne va mettre
du temps à se construire, et qui aujourd’hui encore cherche à être le plus optimal possible.
L’aspect économique était le plus important après les guerres afin de reconstruire les pays.
Aujourd’hui, il existe des organismes d’ordre politique, économique ou encore juridique qui
permet à toutes ces instances de se contrebalancer et donc d’avoir un équilibre permettant à
l’Union européenne de fonctionner. Il y a une remise en question permanente qui se retrouve
dans la création de nombreux traités au fil du temps. Des actes majeurs font de l’UE une
véritable réponse à la recherche de paix comme la création d’une monnaie commune ou
encore la création de l’Espace Schengen créant une véritable identité européenne aux
citoyens des États membres. L’Union européenne doit aussi faire face à des crises qui les
touchent durement, ce sont de nouvelles problématiques auxquelles l’UE essaie de répondre
de la meilleure façon.

6
PARTIE 2 : SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE

Les instructions officielles


Le bulletin officiel n°31 du 30 juillet 2020
Au cycle 3, en CM2, après l’évocation des deux guerres mondiales, une troisième partie est
consacrée à la construction européenne dans le thème n°3 : La France, des guerres
mondiales à l’Union européenne. Cette partie permet d’aborder plus en détail l’après-guerre
qui rend compte du rapprochement de certains pays. D’après le bulletin officiel de l’Éducation
Nationale pour le cycle 3, « l’élève découvre que des pays européens, autrefois en guerre les
uns contre les autres, sont aujourd’hui rassemblés au sein de l’Union européenne. »

Compétences du socle commun de connaissances, de compétences et de culture lors de la


séquence
Domaine 1 : Les Langues pour penser et communiquer : « L’élève parle, communique,
argumente à l’oral de façon claire et organisée ; il adapte son niveau de langue et son discours
à la situation, il écoute et prend en compte ses interlocuteurs. »
Domaine 2 : Les méthodes et outils pour apprendre :« L’élève travaille en équipe, partage des
tâches, s’engage dans un dialogue constructif, accepte la contradiction tout en défendant son
point de vue, fait preuve de diplomatie, négocie et recherche un consensus. »
Domaine 3 : La formation de la personne et du citoyen : « Il connait les principales règles du
fonctionnement institutionnel de l’Union européenne et les grands objectifs du projet
européen. »
Domaine 5 : Les représentations du monde et l’activité humaine : « Connaissance des
principales périodes de l’histoire de l’humanité, situées dans leur chronologie, les grandes
ruptures et les évènements fondateurs. »

Objectifs généraux de la séquence


- Comprendre qu’après les guerres, une entente entre pays européen se met en place.
- Savoir qu’il existe plusieurs étapes à la construction européenne et connaitre leurs
dates (les traités, l’euro, l’espace Schengen…).
- Comprendre que la construction européenne ne se réduit pas à l’Union européenne.

Déroulement de la séquence
Objectifs et Déroulement Supports
notions abordées
Séance 1 : La paix d’après-guerres, de la déclaration Schuman aux traités de Rome et
Paris.
à Séance développée dans la partie suivante.
Séance 2 Objectifs : 1- Phase de rappel : Vidéos :
La création de - Découvrir les sur la séance - « C’est quoi
l’Union buts du traité de précédente. l’Union
européenne : le Maastricht 2- Découverte : Vidéo européenne » -
traité de - Savoir identifier et représentation 1jour1actu
Maastricht. les pays initiale de l’UE. - « Signature du
fondateurs et la 3- Recherche : Vidéo traité de
date du traité. sur le traité de Maastricht » -
Maastricht + mise GouvernementFR
Notions abordées : en avant des pays
- Le traité de fondateurs avec un
Maastricht questionnaire et un Matériels :
- L’Union fond de carte pour Fond de carte
européenne les pays fondateurs. géographique de
- Leurs dates (Différenciation l’Europe.
pédagogique) Frise chronologique

7
4- Restitution :
correction des
questions
5- Trace écrite sous
forme de synthèse
avec les élèves
Séance 3 : Les pays de l’Union européenne
à Séance développée dans la partie suivante.
Séance 4 Objectifs : 1- Rappel : quizz sur Vidéos :
L’euro et l’espace - Découvrir le Kahoot - « C’était quoi le
Schengen changement de 2- Découverte : franc » - LUMNI
monnaie et ses questionnement - « C’est quoi
conséquences. autour d’un franc et l’Espace
- Savoir faire la d’un passeport Schengen » -
différence entre 3- Phase de recherche LUMNI
UE et Espace autour de 2 vidéos
Schengen sur l’Euro et
- Savoir situer les l’Espace Schengen Reprise de la carte
dates de ces (différenciation complétée lors des
évènements. pédagogique) séances précédentes
4- Mise en commun : et de la frise
Relation chronologique
Notions abordées : euro/Espace commune dans la
- Monnaie : euro Schengen : leurs classe.
- Espace buts.
Schengen 5- Trace écrite :
- Leurs dates synthèse avec les Matériels :
élèves + entourer - Passeport
l’Espace Schengen européen
sur la carte et y - Pièce de monnaie
mettre un titre, ainsi d’un franc
qu’un signe (€) sur
les pays membres
de la zone euro.
Séance 5 - Première partie : chronologique avec quelques dates à replacer
Évaluation - Deuxième partie : colorier les 6 pays membres des premiers traités
sommative - Troisième partie : vrai ou faux sur certaines affirmations
- Quatrième partie : questionnaire sur un document
Prolongements - Éducation musicale : étude de l’hymne européenne
interdisciplinaires - EMC : lien entre la citoyenneté européenne et française ET/OU
initiation aux valeurs et aux symboles de l’UE et de la France

PARTIE 3 : SÉANCES DÉTAILLÉES

Séance n°1 : La recherche de paix après les guerres, de la déclaration Schuman aux traités
de Rome et Paris
Objectifs de connaissances :
- Découvrir pourquoi il y a une recherche de paix
- Connaitre les évènements majeurs, leurs dates et les personnages clés.

Objectifs de capacité :
- Raisonner, justifier une démarche et les choix effectués
- Comprendre un document

8
- Coopérer et mutualiser
Durée Déroulement Matériel
5 mins à Phase de rappel : à l’oral, en classe entière
Rappel de ce qui a été vu la séquence précédente : les deux guerres
mondiales.
5 mins à Phase de découverte : à l’oral, en classe entière Photo :
Découverte d’une image de la poignée de main entre Adenauer et Schuman. poignée de
Image projetée avec une légende permettant d’aider les élèves. Les main entre
questionner sur l’entente franco-allemande lors des guerres. Puis essayer de Adenauer et
comprendre comment se rapprochement a eu lieu. Schuman.

10 mins x2 à Phase de recherche : classe divisée en deux groupes Documents


- Lecture d’une partie de la déclaration Schuman à la classe. sur les traités
- Premier groupe : travail sur des documents du traité de Paris (1951) et de Rome,
Rome (1957) ainsi que la déclaration de Robert Schuman, avec des Paris et la
questions à répondre. déclaration
Schuman
ainsi que les
questions

Ordinateurs
Sites
préalablement
choisis pour la
recherche
informatique.

Questions et réponses attendues (différenciation pédagogique) :


1) Comment se nomment les textes européens signés en 1951 et 1957 ?
En 1951 est signé le traité de Paris. En 1957 est signé le traité de
Rome.
2) Qu’a créé le traité de 1951 ? Que signifie ce sigle ? La CECA :
communauté européenne du charbon et de l’acier.
3) Qu’a créé le traité de 1957 ? Que signifie ce sigle ? La CEE :
communauté économique européenne.
4) Que propose le traité ? Il propose une association politique entre les
pays signataires dans les domaines de l’agriculture, de la pêche et des
transports.

9
5) Quels pays signent ce traité ? Il y a la France, l’Allemagne, l’Italie, la
Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.
6) Pourquoi la présence de l’Allemagne et de la France est importante
dans ce traité ? Ce sont deux pays qui étaient des acteurs majeurs de
la Seconde Guerre mondiale.

- Deuxième groupe : recherche informatique sur Robert Schuman par


groupe de deux élèves avec des questions. Un élève note la réponse et
l’autre cherche sur l’ordinateur, puis inverse pour chaque question.
Questions et réponses attendues (différenciation pédagogique : enregistrer
une image de Robert Schuman) :
1) Quelle est sa double nationalité ? Franco-allemande
2) Quel poste occupait-il lors de sa déclaration ? Ministre des Affaires
étrangères (en France)
3) Où peut-on visiter sa maison en Moselle ? À Scy Chazelles (proche
de Metz)
4) Robert Schuman est considéré comme l’un des pères fondateurs
de la construction européenne, citez au moins 2 autres
personnages considérés ainsi. Jean Monnet, Konrad Adenauer,
Johan Willem Beyen, Paul-Henri Spaak, Joseph Bech et Alcide De
Gasperie

- Puis changement d’activités entre les deux groupes.


10 mins à Phase de restitution : retour en classe entière, à l’oral
Correction des questionnaires par les élèves (différenciation pédagogique)
puis notation des éléments les plus importants au tableau pour la trace écrite.
10 mins à Trace écrite : Frise
Synthèse faite par les élèves avec les éléments importants qui doivent être chronologique
inscrits dans le cahier + inscription des dates importantes sur la frise
chronologique présente dans la classe.

Exemple de trace écrite :


Après la Deuxième Guerre mondiale, la France et l’Allemagne débute des
négociations afin d’éviter une nouvelle guerre. Avec l’initiative de Robert
Schuman et sa déclaration (le 9 mai 1950), le ministre des Affaires
étrangères de l’époque est à la base des traités de Paris (1951) et de Rome
(1957). Ces traités créent la CECA (Communauté européenne du charbon
et de l’acier) ainsi que la CEE (communauté économique européenne).
Six pays sont à la base de ces communautés (Allemagne, France, Italie,
Pays-Bas, Belgique et Luxembourg) qui permettent de mettre en place une
stabilité politique et militaire entre des pays de l’Europe.

Séance n°3 : L’Union européenne : les états membre et la différence Europe/Union


européenne
Objectifs de connaissances :
- Comprendre que l’Union européenne ne cesse de grandir, évitant une nouvelle guerre.
- Mémoriser quelques pays membres.
- Savoir faire la différence entre Europe et Union européenne.

Objectifs de capacité :
- Raisonner, justifier une démarche et les choix effectués
- Coopérer et mutualiser
- Comprendre un document
Durée Déroulement Matériel

10
5 mins à Phase de rappel : à l’oral, en classe entière
Rappel de ce qui a été vu la séance précédente : la date de création de l’Union
européenne, ces pays fondateurs et ces objectifs
5 mins à Phase de découverte : à l’oral, en classe entière Drapeau de
Démonstration d’un drapeau de l’Union européenne, le questionner : savoir à l’Union
qui il appartient, que représente-t-il ? européenne
20 mins à Phase de recherche : individuel en classe entière Carte de
- Rappel des acquis des élèves : demander les pays membres de l’UE qu’ils l’Europe vide
connaissent : pays fondateurs déjà vu et la culture générale des élèves.
- Reprise de la carte de l’Europe déjà utilisée dans les séances précédentes. Carte de
A l’aide d’un tableau retraçant les différentes dates d’entrées des pays l’Europe des
dans l’UE et une carte de l’Europe avec le nom des pays inscrits (carte du élèves
monde présente dans la classe et les documents à la portée des élèves),
l’objectif est de colorier par date d’entrée dans l’UE les différents pays et y Tableau des
inscrire les noms de ces pays. (Certains la finiront sur le temps libre) dates
à Au fur et à mesure au TBI, une carte est remplie par certains élèves afin de d’entrées des
servir de correction pour les autres pour éviter un maximum d’erreurs. pays dans
- Ensuite, questionnement sur la différence entre l’Union européenne et l’UE
l’Europe. Réponse en oral collectif, organisée par l’enseignant. Lorsque les
différents points de vus ainsi que la limite possible sur la carte ont été
expliqués par les élèves, on passe à la phase de restitution.
5 mins à Phase de restitution : classe entière, à l’oral Carte de
- D’abord la réponse à la différence Europe et Union européenne. l’Europe des
- Vérification des cartes grâce à celle sur le TBI, passage dans les rangs élèves et celle
puis dépôt des cahiers pour vérification à la fin de la séance. au TBI

10 mins à Trace écrite : Carte de


Reprise de la carte complète des élèves avec une légende correcte, et un l’Europe
travail soigné. Frise
Puis une explication pour la différence entre l’Europe et l’UE. chronologique
Exemple : L’Union européenne est une union politique et économique de 27
États qui permet de respecter les droits de l’Homme, une vie politique stable
ainsi qu’une paix durable. L’Europe est une simple démarcation géographique,
c’est un continent. Mise en évidence de certains pays dans l’UE mais ne faisait
pas parti de l’Europe.
Exemple de carte à la fin de cette séance :

11
Bibliographie :
Devin, G., & Courty, G. (2010). La construction européenne. La Découverte

Dumont. G-F., & Verluise. P. (2014). Géopolitique de l’Europe. Éditions Sedes.

Fontaine, P. (2012). L’Union européenne. Histoire, institutions, politiques. Points.

Gauthier, A. (2000). La construction européenne. Étapes et enjeux. Bréal.

Krastev. I. (2017). Le destin de l’Europe. Premier Parallèle.

MacErid. E. (2017). L’espace Schengen : Histoire et Fonctionnement.

Réveillard. C. (2020). Les dates-clés de la construction européenne – Du plan Schuman au


Brexit. Ellipses.

12

Vous aimerez peut-être aussi