Vous êtes sur la page 1sur 1

❖ DEFINITION

Omniprésents dans nos vies depuis une quinzaine d’années seulement, les réseaux sociaux
sont cités à tout propos et présentés à toutes les sauces pour expliquer tout et n’importe quoi.
Mais de quoi parle-t-on exactement ?

C’est quoi, un réseau social ?


Avant l'avènement du web, le terme « réseau social » désignait tout simplement un groupe
de personnes ayant une affinité ou un intérêt commun. Amicales, clubs de musique ou de
sport, associations… ces réseaux ou cercles existent d’ailleurs toujours

Exemple : Ce club de tricot en non mixité choisie, qui n’a rien de virtuel, est un réseau social

https://www.youtube.com/watch?v=fGd_7blR8-s

Les réseaux sociaux numériques


Tout réseau social n’étant pas en ligne, nous devrions en fait dire « réseaux sociaux
numériques » lorsque nous désignons Facebook et autres Instagram. Mais, en linguistique, la
tendance à raccourcir est bien connue…
Les réseaux sociaux numériques, donc, reposent aussi sur le principe de rencontre et de
constitution de groupes de personnes (les fameuses communautés) autour d’intérêts
communs. Techniquement, un réseau social numérique n’est autre qu’une plateforme en
ligne qui permet à ses membres de partager des informations (texte, image, vidéo) et de
dialoguer.
Sociologiquement, culturellement et politiquement, ces plateformes ont pourtant
transformé le monde… Aujourd’hui, on parle plutôt de médias sociaux que de réseaux
sociaux (voir Unité 2)

❖ CE QUE LE NUMÉRIQUE A APPORTÉ AUX RÉSEAUX SOCIAUX D’ANTAN


Le numérique a révolutionné les rapports sociaux en renforçant certaines tendances humaines et en
en affaiblissant d'autres. Par exemple :

▪ Capacité à créer et faire dialoguer des groupes bien plus nombreux. Possibilité de création de
communautés étendues
▪ Mise en relation avec des « inconnus » qui peuvent se « rencontrer » sans contrainte de lieux
ou de temps
▪ Modes synchrones et asynchrones de communication possibles :
- communication en différée
- partage en temps réel, instantanée
▪ Possibilité d’anonymat
▪ Nouveaux modes d’expression
▪ Valeur marchande (souvent)
▪ Communautés renforcées, plus polarisées
▪ Mesure de la réputation
▪ Difficulté à contrôler les échanges
▪ Viralité, nombre de contacts, pression sociale pour publier certains types de contenus plus
que d’autres
▪ Logique algorithmique affectant publication, mises en relation, débats, accès aux
informations
▪ Versatilité, instabilité des groupes/communautés
▪ Brouillage entre sphères privées et publiques
▪ Interférence des plateformes dans la gestion des relations sociales (modération,
signalement, CGU…)