Vous êtes sur la page 1sur 17

Réalisé par : Ayoub Tahri

Introduction générale
Une entreprise, si elle est mal gérée, risque à tout moment de se retrouver en situation
d’insolvabilité, ce qui en traduirait par une cessation de son activité et une mise en liquidation.
On entend par insolvabilité, l’incapacité qu’aurait une entreprise à s’acquitter à un moment
donné d’une dette par manque de liquidité. Cette situation peut arriver à toute entreprise qui
ne prend pas suffisamment conscience de l’importance d’une gestion saine de ses finances, et
ce, même dans le cas où elle connaît une bonne activité économique.

Il s’avère, au préalable, opportun de rappeler le circuit financier de l’entreprise.

A- Les mécanismes du circuit financier d’une entreprise

Décisions Décision

D’investissement de Financement

Actif Capitaux
Immobilis propres
é

Actionnaires
Opérations
d’investissem Investissement Financement
ent

Cession
Centre de
décisions
financières Autofinancent

BFR Dettes
Flux de financières
Trésorerie
Exploitation
d’exploitation répartition

Opération
d’exploitation Créanciers

Portefeuille d’actifs structure de financement


➢ Pour pouvoir exercer son activité, une entreprise doit tout d'abord se doter d'un certain
nombre d'actifs qui vont être utilisés sur une longue période tel qu'un terrain pour
construire une usine, des locaux ou seront entreposées les machines utilisées dans le
processus de production... En comptabilité, ces éléments particuliers de l'actif d'une
entreprise sont appelée actifs immobilisés.
➢ Le financement de ces actifs immobilisés doit logiquement se faire grâce à des
ressources que l'entreprise détiendra aussi sur une longue période. En
Conséquence, le financement de l'actif immobilisé suppose que l'entreprise
dispose des ressources à long terme autrement appelées ressources stables.

➢ Une fois que l'entreprise a acquis les immobilisations qui lui sont
indispensables, elle va devoir financer son activité quotidienne c'est à dire,
entre autre, financer la constitution de ces stocks de matières premières qui
seront utilisés tout au long d'une période donnée pour être intégrées dans le
processus de production.
➢ le financement de l'actif circulant par une entreprise suppose qu’elle dispose
des ressources financières suffisantes pour en assurer le financement pendant
une période relativement courte.
➢ L’entreprise doit pouvoir disposer à tout moment des ressources financières
mobilisables immédiatement pour combler les dépenses de fonctionnement
quotidiennes. Ces besoins de financement à très court terme représentent des
besoins de trésorerie. En ce sens, la trésorerie correspond à la part des
ressources financières dont dispose l'entreprise qui n'a été utilisée ni à
l'acquisition d'immobilisations, ni au financement de l'actif circulant.
➢ En conséquence, l'entreprise, pour faire face à ses dépenses quotidiennes,
doit disposer d'un certain montant financier mobilisable immédiatement qui
est comptabilisé à l'actif du bilan.

B- Les cycles financiers de l’entreprise

On distingue dans une entreprise 3 cycles financiers principaux :


Les cycles financiers de l'entreprise

Le cycle Le cycle des


Le cycle
opérations
d'exploitation d'investissement
financières

1 – Le cycle d’exploitation
On entend par un cycle d’exploitation l’ensemble des opérations réalisées par l’entreprise
pour atteindre son objectif : Produire des biens et services en vu de les échanger.

La présentation schématique de ce cycle se présente comme suit :


Achats Stocks
matières

Production (en
cours)

Stocks
produits finis
Ventes

Approvisionnement Production Vente

❖ L’acquisition des biens et services entrant dans le processus de production

C’est la phase d’approvisionnement.


❖ La transformation des biens pour aboutir à un produit fini C’est la phase de
production.
❖ La vente des produits finis C’est la phase de commercialisation.
2 – Le cycle d’investissement

Investissement !!!!!!!!!!!

L’investissement : C’est une immobilisation des fonds dont l’entreprise espère un gain futur.

Types
d'investissements

investissement
investissement de investissement
de
création d'expansion
remplacement
Le cycle d’investissement est par définition un cycle long, dont la durée dépendra de
l’activité de l’entreprise, du rythme de l’évolution technologique et de la stratégie pour suivie.

3– Le cycle des opérations financières


Ce cycle correspond aux opérations de financement du cycle d’investissement. Ces opérations
visent à fixer la structure de financement de l’entreprise, en moyens de fonds propres,
d’emprunt ou encore de cession de l’actif, il s’agit donc des ressources stables qui
s’intéressent dans un cycle long.

C-Définition et objectifs de la gestion financière


❖ Définition
La gestion financière regroupe l’ensemble des activités d’une organisation qui vise à
planifier et à contrôler l’utilisation des liquidités (argents) et des biens qui sont possédés par
l’entité pour réaliser sa stratégie. La gestion financière est donc un outil de gestion
prévisionnel à destination du gestionnaire.

La gestion financière fait partie intégrante du contrôle de gestion et fournit aux


dirigeants de l’entreprise des éléments qui faciliteront à priori la prise de décision et qui, à
termes, permettront de corriger les objectifs de l’entreprise par une confrontation entre les
prévisions et les réalisations.

❖ Les objectifs de la gestion financière


Les objectifs de la gestion financière sont en apparence contradictoires :

➢ En premier lieu la sécurité de l’entreprise, c'est-à-dire non seulement la


solvabilité, la capacité de faire face aux échéances, mais aussi la flexibilité, c’est
à dire une structure financière laissant suffisamment de souplesse à la gestion, en
fournissant les fonds nécessaires à l’exploitation courante.

➢ D’un autre côté, la rentabilité de l’entreprise par réduction des intérêts et autres
frais bancaires, et par optimisation de l’emploi des capitaux propres.

Ses deux objectifs sont complémentaires puisque les capitaux disponibles


pour assurer la sécurité de l’entreprise sont contingentés par ses résultats et les
opportunités de croissance (rentabilité).
Chapitre 1 : Les modalités du choix d’investissements
1- Nature et typologie d’investissements
A) Définition
Toute décision de dépense qui conduit à l’acquisition d’un actif en vue de
l’obtention d’un flux de liquidités ultérieur et ayant pour but d’accroître la richesse des
propriétaires de l’entreprise, constitue un investissement.

Au niveau comptable, sont considérés comme investissements l’ensemble des


actifs immobilisés acquis par l’entreprise et figurant aux immobilisations (incorporelles,
corporelles, financières).

Une définition financière plus large s’impose « investir c’est mettre en œuvre
aujourd’hui des moyens financiers pour, a travers des activités de production, et de
vente, générer des ressources financières sur plusieurs périodes ultérieures ».

A noter que l’investissement est constitué non seulement par les actifs
immobilisés mais aussi par les BFR d’exploitation qui représentent en fait des besoins
permanents.

B) Typologie des investissements


Le plan comptable classe les investissements en fonction de leur destination dans
les immobilisations. Trois classes se définies : investissements incorporels, corporels, et
financiers .Cette classification n’apporte aucune information à propos de la nature de la
politique d’investissement de l’entreprise.

Pour cette raison différentes catégories peuvent être distinguées en fonction de la


nature ou l’objet lié à la nature de l’entreprise :

Classification selon l’objet :

• Les investissements de remplacement : Sont destinés à renouveler les actifs


productifs usé ou obsolètes afin de maintenir le potentiel productif de l’entreprise.
• Les investissements d’expansion : Qui permettent à l’entreprise d’accroître la
capacité de production et de commercialisation des produits existants.
• L’investissement de productivité : Les investissements de productivité visent à
réduire les couts unitaires ou à augmenter les niveaux de production, ils se combinent
généralement avec l’investissement de remplacement.
• L’investissement stratégique : à caractère défensif ou offensif.

Classification selon la nature :

• L’investissement commercial : Il comprend tout ce qui concerne au positionnement


de produit ainsi que dans le développement de ses ventes.
• L’investissement financier : concerne l’acquisition des titres financiers afin d’obtenir
un revenu.
• L’investissement immatériel : comprend essentiellement les dépenses en capital
humain et les dépenses liées à la recherche et au développement.

C) Les paramètres d’un projet d’investissement

Le problème d’investissement revient à sélectionner des projets en comparant le coût de


l’investissement Io et ce qu’il peut apporter, c'est-à-dire les gains futurs espérés.

1- Le capital investi

L’ensemble des dépenses directes ou indirectes nécessaire à la réalisation du


projet doit être évalué :

✓ Prix d’acquisition des biens corporels et financiers,


✓ Frais accessoires d’achat, de transport, de douane, d’installation ………..
✓ Augmentation des besoins de financement d’exploitation (BFE)
✓ TVA non récupérable.

En ce concerne l’augmentation du BFE, un projet d’investissement conduit à une


augmentation de l’activité et donc du BFE. La prévision de cette augmentation est nécessaire.
L’investissement initial est l’augmentation du BFE initial sont engagés en début du premier
exercice.

N .B

En fin de projet, le BFE est récupéré, car les stocks sont liquidés, les créances clients sont
recouvrées, et les dettes fournisseurs sont réglées.
La formule de calcul du montant de capital investi est la suivante :

I = io + BFRo

Avec :

I : Le capital investi

io : Le coût d’acquisition

BFRo : Le besoin de fond de roulement initial

Application 1 :

Une entreprise décide d’acheter une machine dont le prix HT s’élève à 85000 DHS.

- Les frais de transport sont évalués à 5000 Dhs HT ;


- Coûts de démontage est de 10 000 Dhs HT ;
- La formation du personnel : 3000 Dhs ;
- Honoraires des entrepreneurs est de 5000 Dhs ;
- Le BFR initial est estimé à 10 000 Dhs ;
- Les frais d’installations : 4000 Dhs.

Le pourcentage de TVA récupérable : 80%. Le taux de TVA est de : 20 %.

Travail à faire :

-Déterminer le montant du capital investi ?

2- La notion de besoin de financement d’exploitation

Le besoin de financement est au cœur de la problématique de l’équilibre


financier de l’entreprise. Elle est définie comme la différence entre les besoins financiers
générés par l’activité de l’entreprise (stocks, créances commerciales, autres créances à court
terme), et les ressources financières nées de cette même activité (par exemple : le crédit
fournisseurs, dettes fiscales et sociales et autres dettes à court terme).

On peut trouver le BFR avec la formule suivante :

BFR = Stocks + Créances - Fournisseurs


❖ Pour une entreprise commerciale les besoins d’exploitations à financier sont
représenter par exemple par le stock de marchandises pour la durée de stockage, et
le crédit pendant la durée de ce crédit, les ressources correspondent au crédit
accordé par les fournisseurs.
❖ Pour une entreprise industrielle, les besoins correspondent par exemple au
financement des stocks de MP, d’encours de fabrication et de produits finis, ainsi
qu’au crédit consenti aux clients, les ressources sont représentés par le crédit.

Le BFR est dit d’exploitation pour son calcul, on se limite uniquement aux éléments
directement liés au cycle d’exploitation.

Il est dit global lorsque le BFR intègre des éléments de l’actif et du passif circulant Hors
exploitation.

Lorsque les besoins de financement de l’actif circulant HT sont supérieurs


aux ressources du passif circulant HT, il y a un besoin net à financer.

Application 2 :

Le bilan de la société X au 31/12/2019 se présente comme suit :

Actif Montant Passif Montant


Actif immobilisé 30 000 Capitaux propres 30 000
Actif circulant 38 000 Dettes de 5 000
financement
Trésorerie actif 2000 Passif circulant 35 000
(HT)
Total 70 000 Total 70 000

Travail à faire :

- Calculer le fond de roulement, le besoin de fond de roulement global, et la


trésorerie nette ?
Supposons maintenant que le 1/1/2020 l’entreprise règle une somme de 10 000 Dhs à un
fournisseur, alors qu’aucune opération n’est réalisée.

Travail à faire :

- Présenter le bilan après le règlement du fournisseur, et calculer les


indicateurs d’équilibre financier ?

3- Cash-flows prévisionnels (les flux nets de trésorerie)

La mesure de la rentabilité économique d’un projet d’investissement consiste à comparer les


recettes d’exploitation qu’il génère par rapport aux dépenses d’exploitation qu’il entraîne pour
faire apparaître des flux nets de trésorerie.

Pour déterminer les flux nets de trésorerie générés par le projet. Il faut distinguer 3 parties :

❖ Les encaissements (CAF, valeur résiduelle, récupération du BFR ……) ;


❖ Les décaissements (acquisitions, variation du BFR ……..) ;
❖ Les flux nets de trésorerie (FNT).

Quelques formules

CF = CAF – BFRE = Encaissements – Décaissements

A savoir, La démarche suivante :

a) Résultat avant IS = Produits – Charges décaissables – Dotations d’amortissements

b) Résultat Net = Résultat avant IS – IS

C) CAF = Résultat net + Dotations d’amortissements

D) CF = CAF – BFRE L’accroissement annuel du BFRE vient diminuer les


ressources dégagées par l’entreprise : il sera donc à soustraire de la CAF.

A noter que la fiscalité influence les échéanciers des flux de trésorerie. En effet, il faut
prendre en considération :

✓ Les plus ou moins-values sur cession d’actifs.


✓ L’économie d’IS : une charge supplémentaire génère une économie fiscale dans la
mesure où elle diminue la base imposable de l’entreprise, à condition que celle-ci soit
bénéficiaire.

4) La durée de vie du projet

C’est la période sur laquelle se fera l’étude prévisionnelle du projet d’investissement.

5) La valeur résiduelle

A la fin de la durée de vie, les biens ont une valeur résiduelle, cette valeur est à prendre en
compte pour le choix des projets.

Elle est égale à la valeur vénale nette des impôts sur les plus values. Elle doit être ajoutée au
cash flow de la dernière année du projet.

Exemple d’un Tableau des flux nets de trésorerie :

Années 0 1 2 3
Io
CA
- Charges fixes(HA)
- Charges variables
- DEA
= RAI
- IS

= R. Net
+ DEA
= CAF
- Variation du BFR
+ Récupération.BFR

+ Valeur résiduelle
FNT
N.B : Par convention : le début de l’année 1 = année 0.

Application 3 :

Soit un projet d’investissement comportant des matériels d’une valeur HT de 200 000 Dhs,
amortissable linéairement sur 5 ans. La TVA est totalement récupérée. Taux de l’IS est de
30¨%. L’augmentation du BFR est estimée à 10 000 Dhs.

Les prévisions d’exploitation relatives à ce projet sont données ci-dessous en milliers de Dhs :

Années 1 2 3 4 5
Chiffre d’affaires 220 240 260 210 190
Charges variables 100 120 130 110 100

Les charges fixes, hors amortissement, ont été évaluées à 40 milliers de Dhs et sont supposées
rester à ce niveau pendant 5 ans.

Travail à faire :

- Déterminer les FNT ?

D) Les critères de choix d’investissement

Ces méthodes comparent la dépense initiale aux recettes attendues dans les
années à-venir. Cette comparaison doit se faire à la même date, en générale, la date 0. En effet
la technique d’actualisation permettra notamment de comparer des projets d’investissement à
durée de vie différente.

Le taux d’actualisation : C’est la traduction économique de la valorisation du présent par


rapport au futur.

1- La valeur actuelle nette (VAN)

La VAN est utilisée pour déterminer si un investissement est rentable ou non. Un


investissement rentable est un investissement qui accroît la valeur de l’actif économique,
c'est-à-dire qui crée la richesse.
Elle est égale à la différence entre les flux nets de trésorerie actualisés sur la durée de vie de
l’investissement et le montant du capital.

VAN= ∑ des cash-flows actualisés – investissement initial

On distingue deux cas :

• En cas de cash- flows constants : VAN= - I + CFn× [1-(1+i)-n]


i
• En cas de cash-flows variables : VAN= -I + ∑CFn (1+i)-n

Avec :

-CFn ; Flux de l’année n ; - i : taux d’actualisation

Application 4 :

Soit un investissement de -10 000 qui génère des cash-flows de : 2500 ; 3000 ; 3500 ; 3500 ;
3500 sur 5 ans. Sachant que le taux d’actualisation est de 8%.

Travail à faire :

- Déterminer la VAN ?

2- Le taux interne de rentabilité (TIR)

C’est le taux qui permet d’égalisé entre le montant de l’investissement et celui des FNT ou
taux pour lequel la VAN est nulle. C’est le taux limite d’actualisation. On recherche don i tel
que :

VAN = 0 ou ∑CFn (1+i)-n= Io

Application 5 :

Soit un investissement de -150 000, qui induit des FNT de 45 000 Dhs/an pendant 5 ans.

Travail à faire :

- Calculer le TIR ?
3- Le délai de récupération du capital investi (DRC)

C’est le temps nécessaire pour récupérer le capital investi. Le délai donne le temps nécessaire
pour que l’investissement soit rentable. Ce critère il permet de sélectionner le projet qui
permet de récupérer rapidement les capitaux. Sa formule se présente comme suit :

DRC=Io ÷ CF

Application 6 :

Une entreprise investit 50 000 Dhs dans une nouvelle immobilisation et réalise ainsi une
économie de 15 000 dhs par an. La durée de vie de cette immobilisation est de 5 ans.

Travail à faire :

- Calculer le DRC ?

4- L’indice de profitabilité (IP)

L’indice de profitabilité mesure le taux de rendement du capital investit. C’est le rapport


entre le cumul actualisé des flux de trésorerie (cash-flows) et le capital investi .Donc pour
un taux d’actualisation donné, on ramène ce que le projet rapporte aux décaissements qu’il
implique soit :

IP= ∑CFn (1+i)-n ÷ Io

Vous aimerez peut-être aussi