Vous êtes sur la page 1sur 14

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/339697037

Généralités sur le pétrole brut

Chapter · March 2020

CITATIONS READS

0 7,236

1 author:

Nouh I. Kaoud
Hassiba Benbouali University of Chlef
5 PUBLICATIONS   0 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Calcul de l'unité Gas-Plant de la Raffinerie de Skikda View project

All content following this page was uploaded by Nouh I. Kaoud on 07 March 2020.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


1 Généralités sur le pétrole brut

1. Introduction

Le pétrole brut est le terme utilisé pour décrire une grande variété de fluides riches en
hydrocarbures qui se sont accumulés dans les réservoirs souterrains et qui présentent des
propriétés considérablement simples (tableau d'origine naturelle 1). Des analyses plus
détaillées montrent des variations considérables dans les propriétés de couleur, d'odeur, et
de débit qui reflètent la diversité de l'origine du pétrole. À partir d'autres analyses, des
variations se produisent également dans les types moléculaires présents dans le pétrole
brut, qui comprennent des composés de l'azote, l'oxygène, le soufre, les métaux (en
particulier nickel et vanadium), ainsi que d'autres éléments (Speight, 2012a).
Par conséquent, il est peu surprenant que le pétrole puisse présenter de grandes variations
lors de son raffinage : les rendements des produits, et les propriétés du produit (Speight,
2014A).
Le raffinage du pétrole débute par la distillation, ou fractionnement, du pétrole brut en vue de le séparer
en différents groups d’hydrocarbures. Les produits obtenus dépendent directement des caractéristiques
du brut traité. On transforme ensuite la plupart de ces produits de distillation en produits plus
facilement utilisables, en modifiant leurs structures physique et moléculaire par craquage, reformage et
par d’autres procédés de conversion, puis on soumet les produits obtenus à divers procédés de
traitement et de séparation tels que l’extraction, l’hydrocraquage et l’adoucissement pour aboutir aux
produits finis.
Dans les raffineries les plus simples, on s’en tient habituellement à la distillation atmosphérique et à la
distillation sous vide, alors que, dans les raffineries intégrées, on procède au fractionnement, à la
conversion, au traitement et au mélange, ainsi qu’à la production de lubrifiants, de fiouls lourds et de
bitumes; ces raffineries peuvent aussi comporter des installations de traitement pétrochimique.
La première raffinerie, ouverte en 1861, produisait du kérosène par simple distillation atmosphérique,
et du goudron et du naphta comme sous-produits. On s’est vite rendu compte qu’il était possible de
produire des lubrifiants de haute qualité par distillation sous vide du pétrole. Toutefois, pendant trente
années encore, le kérosène demeura le produit le plus demandé par les consommateurs.
Les gaz associés au pétrole sont valorisés après avoir été récupérés au niveau des sites ou puits de
production du brut. La séparation de GPL nécessite une colonne à nombre de plateau élevé à cause du
point d’ébullition proche de Propane et Butane, et cette colonne sera l’objet de notre étude. Il nous à été
proposé d’étudier la possibilité d’actualiser l’unité de dépropaniseur afin de conserver la composition
du butane demandé par NAFTAL à différentes saisons (été/hiver).

1
2 Généralités sur le pétrole brut

Tableau 1 : Illustration de la variation de pétrole propriétés spécifiques gravité / gravité API) et la


quantité de résidu

Petroleum Specific gravity API gravity Residuum>1050°F (% w/w)


Agbami (Africa) 0.790 48.1 2.5
Alaska North Slope (US) 0.869 31.4 18.3
Alba (North Sea) 0.936 19.5 32.7
Alvheim Blend (North Sea) 0.850 34.9 13.1
Azeri BTC (Asia) 0.843 36.4 13.2
Badak (Indonesia) 0.830 38.9 2.0
Bahrain (Bahrain) 0.861 32.8 26.4
California (US) 0.858 33.4 23.0
Calypso (Trinidad and Tobago) 0.971 30.8 11.6
Dalia (Africa) 0.915 23.1 27.7
(Denmark) 0.860 33.5 18.2
Gimboa (Africa) 0.912 25.3 24.0
Grane (North Sea) 0.940 19.0 30.3
Hibernia Blend (Canada) 0.850 35.0 17.2
Iranian Light (Iran) 0.836 37.8 20.8
Iraq Light (Iraq) 0.844 36.2 23.8
Kearl (Canada) 0.918 22.6 31.9
Kutubu Bland (New Guinea) 0.802 44.8 12.0
Kuwaiti Light (Kuwait) 0.860 33.0 31.9
Marib Light (Yemen) 0.809 43.3 7.7
Medanito (Argentina) 0.860 33.0 20.6
Mondo (Africa) 0.877 29.9 22.1
Oklahoma (US) 0.816 41.9 20.0
Oman (Oman) 0.873 30.5 30.5
Pennsylvania (US) 0.800 45.4 2.0
Peregrino (Brazil) 0.974 13.7 40.5
Saudi Arabia 0.840 37.0 27.5
Saxi Batuque Blend (Africa) 0.856 33.9 14.6
Terra Nova (Canada) 0.859 16.0
Texas (US) 0.864 27.9
Venezuela 0.950 33.6
Zakhum Lower (Abu Dhabi) 0.822 40.5 14.3

2
3 Généralités sur le pétrole brut

2. Les procédés de raffinage du pétrole

Le raffinage des hydrocarbures consiste à mettre en œuvre des produits chimiques, des catalyseurs, la
chaleur et la pression pour séparer et combiner les types fondamentaux de molécules d’hydrocarbures
présents à l’état naturel dans le pétrole brut en groups similaires. Il permet aussi de réarranger les
structures et les liaisons moléculaires pour obtenir des composés et des molécules d’hydrocarbures
différents et plus intéressants.
C’est le type d’hydrocarbure (paraffiniques, naphténiques ou aromatiques), qui est le facteur le plus
important du procédé de raffinage.

Figure 1. : Schéma général des procédés de raffinage

3. Composition du pétrole brut

Les pétroles bruts sont des mélanges complexes essentiellement composés de molécules résultant de la
combinaison d’atomes de carbone tétravalents et d’atomes d’hydrogène monovalents, d’où
l’appellation d’hydrocarbures. L’obtention des produits pétroliers répondant à des spécifications
données nécessite une séparation préalable en différentes fractions ou coupes lesquelles doivent être
purifiées où subir des transformations ultérieures.
Les proportions des différentes fractions recueillies sont très variables et elles diffèrent d’un pétrole à
un autre . Les hydrocarbures constituent les éléments essentiels des pétroles bruts ; leurs molécules ne

3
4 Généralités sur le pétrole brut

contiennent que du carbone et de l’hydrogène et se divisent en plusieurs familles chimiques selon leur
structure [6]

3.1. Les paraffines (hydrocarbures aliphatiques)


Ils sont constitués d’un enchaînement d’atomes de carbone combinés avec l‘hydrogène et peuvent être
structurés en chaînes droites ou ramifiées ; leur formule générale est : Cn H2n+2

Tableau 2 : Quelques formule de paraffines

Température
Formule globale Mi Densité
ébullition (°C)
Méthane CH4 16.0 -161.5 0.260
Ethane C2H6 30.1 -88.6 0.377
Propane C3H8 44.1 -42.1 0.508
n - Butane C4H10 58.1 - 0.5 0.585
Isobutane C4H10 58.1 - 11.7 0.563

3.2.Les naphtènes (hydrocarbures cycliques saturés)


Dans ces hydrocarbures, il y a cyclisation de tout partie du squelette carboné ; le nombre d’atomes de
carbone du cycle ainsi formé peut varier. Ils ont des températures d’ébullition et des masses
volumiques supérieurs à celles des alcanes à même nombre d’atomes de carbone. Dans les pétroles
bruts, les cycles les plus fréquemment rencontrés sont ceux à cinq ou six atomes de carbone. Dans ces
cycles, chaque atome d’hydrogène peut être substitué par une chaîne paraffinique droite ou ramifiée.
Leur formule générale est : CnH2n

3.3. Les aromatiques

Ce sont des hydrocarbures cycliques poly insaturés présents en forte concentration dans les pétroles
bruts. La présence dans leur formule d’au moins un cycle à trois doubles liaisons conjuguées leur
confère des propriétés remarquables. En effet, les premiers termes (benzène, toluène, xylène) sont
des matières premières fondamentales de la pétrochimie.

4. Nomenclature des principaux produits pétroliers

Une raffinerie fabrique trois types de produits :


 produits finis, directement livrables à la consommation (essence, gasoil) ;
 produits semis – finis, qui serviront de bases à des mélanges ultérieurs et nécessiterons encore
l’addition de nombreux dopes pour parfaire la qualité (coupes lubrifiants pour la fabrication des
huiles) ; sous-produits ou produits intermédiaires, tels que matière premières pour la pétrochimie.
Le motif élémentaire commun à tous ces hydrocarbures aromatiques est le cycle benzénique.

4
5 Généralités sur le pétrole brut

Tableau 3 : Propriétés de quelques hydrocarbures aromatiques

La classification de ces divers produits en fonction du poids moléculaire des hydrocarbures


intervenant dans leurs composition peut se présenter comme suit : [6]
1. gaz : hydrogène et hydrocarbures légers (gaz industriels et pétrochimie).
2. Gaz liquéfiés ou LPG (liquefied petroleum gazes) : propane et butanes commerciaux pour
usages domestiques et industriels.
3. Carburants pour moteurs automobiles et aviation.
4. Essence spéciales et solvants : poêles catalytiques, détachants, solvants pour peinture, solvants
industriels (extraction des graisses, des parfums, etc.)
5. Carburéacteurs (jet fuels) : pour avions à réaction, turbines à gaz ou fusées.
6. Kérosène ou pétrole lampant pour éclairage, chauffage ou signalisation.
7. Gasoil (diesel oïl) : carburant pour moteur diesel rapide
8. Fuel-oil domestique : combustible pour installations de chauffage domestique ou installation
industrielles de faible puissance.
9. Huiles légères (spindles) : base lubrifiante entrant dans la composition des huiles moteur ou
encore huile de graissage pour petite mécanique (machine à coudre, bicyclettes, textile,
horlogerie).
10. Huiles lourdes (Bright stock) : basse visqueuse entrant dans la composition des huiles moteur.
11. Huiles cylindre (cylindre oils) : pour machine à vapeur et usage grossiers.

12. Paraffines et cires : (protection en alimentation, isolation électrique).


13. Fuel oil lourds : combustibles pour installations de chauffage de grande puissance, pour les
centrales électriques, ou carburants pour les gros diesel fixes ou marins.

5
6 Généralités sur le pétrole brut

14. Asphalte : bitume routier, étanchéité en construction, emballage et moulage.


15. Coke : combustible industriel ou fabrication d’électrodes

4. Les produits gazeux


Les gaz liées au pétrole (y compris le gaz naturel) et les gaz de raffinerie (gaz de
processus), ainsi que des produits gazeux produits du raffinage du pétrole, la mise à
niveau, ou des installations naturelles de traitement du gaz sont une catégorie
d'hydrocarbures gazeux saturés et insaturés, principalement en C1-C6. Certains gaz peuvent
également contenir des composés inorganiques, tels que l'hydrogène, l'azote, le sulfure
d'hydrogène, de monoxyde de carbone et dioxyde de carbone.
En tant que tel, le pétrole et les gaz de raffinerie (à moins produit comme un produit
commercialisable qui doit répondre aux spécifications avant la vente) sont considérés
comme étant de compositions inconnues ou variables et toxiques. Les gaz de raffinerie de
gaz restreints aux installations (à savoir les produits non destinés à la vente) servent
souvent de combustibles consommés sur place, en tant qu'intermédiaires pour la
purification et la récupération de divers produits gazeux, ou en tant que matières premières
pour isomérisation et d'alkylation des processus au sein d'un établissement.
Outre les gaz obtenus par distillation du pétrole brut, des produits plus fortement volatils résultent de la
transformation ultérieure de naphta et de distillats moyens pour produire de l'essence, des procédés
impliquant un traitement de désulfuration d'hydrogène, du naphta, du distillat et du carburant résiduel;
et à partir de la cokéfaction ou les traitements thermiques similaires des gazoles sous vide et les fiouls
résiduels. L'étape de traitement le plus courant dans la production de l'essence est le reformage
catalytique de fractions d'hydrocarbures dans l'heptane (C7) décane (C10) gamme. Comme tout autre
produit de la raffinerie, le gaz doit être traité pour le préparer à l'utilisation finale et de vérifier l'étendue
des contaminants qui pourraient causer des dommages à l'environnement En outre, le traitement du gaz
est un processus industriel complexe conçu pour nettoyer (contaminée sale) gaz brut en séparant
impuretés et divers non méthaniques et des fluides pour produire ce qui est connu comme le gaz naturel
sec pipeline qualité. Le traitement naturel-gaz commence généralement à la tête de puits, [4].
La composition du gaz naturel brut extrait de puits de production dépend du type, de la
profondeur, ainsi que la géologie et l'emplacement du réservoir souterrain (Speight, 2014).
Ainsi, des usines de transformation de gaz purifier le gaz brut pour éliminer les
contaminants communs tels que l'eau, le dioxyde de carbone et de l'hydrogène. Cependant,
quelques-unes des substances qui contaminent le gaz ont une valeur économique et sont
traitées ultérieurement pour la vente ou pour une utilisation dans une usine raffinerie
pétrochimique.
D'autre part, les gaz produits dans la raffinerie des procédés de raffinage sont, dans un
sens, beaucoup plus complexe et souvent, la composition ne peut pas être prédite. Ces gaz
contiennent une large variété d'hydrocarbures utiles ainsi que des quantités plus élevées de
sulfure d'hydrogène (à partir des unités d'hydrodésulfuration).

6
7 Généralités sur le pétrole brut

Il y a beaucoup de variables dans le traitement du gaz naturel et de gaz de la raffinerie. La


zone d'application précise d'un processus donné est difficile à définir. Plusieurs facteurs
doivent être pris en compte :

1. les types de contaminants dans le gaz;


2. les concentrations de contaminants dans le gaz;
3. le degré d'élimination des contaminants souhaité;
4. la sélectivité de l'élimination des gaz acides requis;
5. la température du gaz à traiter;
6. la pression du gaz à traiter;
7. le volume du gaz à traiter;
8. la composition du gaz à traiter;
9. le dioxyde de sulfure d'hydrogène ratio de carbone dans le gaz;
10. l'opportunité de récupération de soufre en raison de l'économie du procédé ou les questions
environnementales.

Figure 3. : Fractionnement des gaz de raffinerie [11]

4.1. Gaz de pétrole liquéfiés (GPL ou LGP)


Le gaz de pétrole liquéfié (GPL) est le terme appliqué à certains hydrocarbures
spécifiques et leurs mélanges, qui existent à l'état gazeux dans des conditions ambiantes
atmosphériques mais peut être transformé à l'état liquide dans des conditions modérées.
Le GPL est un mélange gazeux composé essentiellement de butane et du propane à
température ambiante et pression atmosphérique, et peut passer à l’état liquide sous les
conditions suivantes :

7
8 Généralités sur le pétrole brut

1. Pression relevée à la température ambiante.


2. Pression atmosphérique et basse température.
3. Pression modérée et température pas tellement basse.
Cette propriété lui permet d’être stocké dans un volume réduit (250 litres de GPL gazeux
égale à un litre de GPL liquide).

La composition des GPL est variable selon les normes et ses utilisations dans différents
pays. Il peut contenir ; le propylène, butène, une faible quantité de méthane, éthylène,
pentane, exceptionnellement des hydrocarbures tels que le butadiène, l’acétylène et le
méthylacrylique. [9]
Les constituants de GPL sont produits lors du raffinage du gaz naturel, la stabilisation du
pétrole et du raffinage du pétrole (Speight et Ozum, 2002; Hsu et Robinson, 2006; Gary et
al, 2007;. Speight, 2014). Ainsi, le GPL est un mélange d'hydrocarbures contenant :
1. le propane (CH3CH2CH3; point ébullition: -42 ° C, -44 ° F),
2. le butane (CH3CH2CH2CH3; point d'ébullition: 0 ° C, 32 ° F),
3. iso-butane (CH3CH ( CH3) CH3; point d'ébullition: -7 ° C, -20 ° F)
4. dans une moindre mesure du propylène (CH3CH = CH2, point d'ébullition: -
47 ° C, -54 ° F), ou butylène (CH3CH2CH = CH2, bouillant Point: -6 ° C, 20 °
F).
Les produits commerciaux les plus courants sont le propane, le butane ou un mélange des
deux, et sont généralement extraits du gaz naturel ou du pétrole brut. Propylène et de
butylène isomères résultant du craquage d'autres hydrocarbures dans une raffinerie de
pétrole et de matières premières chimiques sont deux importants [2].

4.1.1 Origine du GPL


Le GPL est extrait à partir de diverses sources qui peuvent être :
1. de la récupération à partir de la liquéfaction des gaz associes (champs
pétroliers).
2. comme sous-produit à partir des unités de liquéfaction du gaz naturel GNL.
3. du pétrole brut après raffinage comme sous-produit.
4. de la récupération à partir des champs gaziers.

4.1.2. Production des GPL


Les GPL proviennent de deux origines :
 Les champs de gaz (pour plus de 60%). En moyenne, un champ de gaz
naturel fournit près de 90 % de méthane (CH4) mais aussi 5 % de propane et 5 %
d'autres gaz dont le butane. Schématiquement, on refroidit le gaz naturel extrait pour
en séparer les différents constituants. On obtient alors des GPL (butane et propane à
l’état liquide) alors que le méthane se trouve encore à l’état gazeux, ces gaz ayant
des points de liquéfaction différents.

8
9 Généralités sur le pétrole brut

 Du butane et du propane sont également récupérés lors de l’extraction de pétrole,


sous forme de gaz associés dissous (d’où l’appellation de gaz « de pétrole »
liquéfiés). Les pourcentages de butane et de propane contenus dans le gaz naturel et
le pétrole brut sont très variables d'un gisement à un autre. ;
Lors du raffinage du pétrole brut, le butane et le propane constituent entre 2 et 3 % de
l'ensemble des produits obtenus. Ils constituent les coupes les plus légères issues de la
distillation du pétrole brut. Ces gaz sont également récupérés à l’issue d’opérations de
traitement « secondaires », après la phase de distillation. Selon sa provenance, une tonne
de pétrole brut traitée produit 20 à 30 kg de GPL.

Figure 4 : Produit issus de la distillation de pétrole brut

L’offre issue des champs (gisement d’hydrocarbures) représente 79 % de l’offre national.


Le plan adopté depuis les années 1990, s’articule autour de deux axes :
1. Le développement de nouveaux champs de gaz situés au Sud-Est de Hassi R’mel
pour la récupération du gaz sec, du condensât et de GPL.
2. La récupération des GPL, issus des champs, passe de 330.000 tonnes en 1996 ; cet
accroissement est du à la mise en place d’unités d’extraction au niveau des champs
suivants :
 1979 : Hassi R’mel.
 1985 : Adrar.
 1993: Haoud Berkaoui .
 1995 : Haoud el-Hamra.
 1996 : Oued Noumer .
Le champ de Hassi R’mel avec un apport de 3 millions de tonnes, contribue à lui seul à
plus de 65 % dans cette production, soit 57 % de l’offre nationale des GPL.

4.1.3. Caractéristiques des GPL

9
10 Généralités sur le pétrole brut

A la pression atmosphérique, le propane devient liquide en dessous de -42°C et le butane


passe à l’état liquide dès que la température descend en dessous de 0°C. A titre de
comparaison, le méthane, composant principal du gaz naturel, se liquéfie sous haute
pression (45 atm et -82 deg C) ou a très basse température (1 atm et -161 °C).

Tableau 4. : Les caractéristiques de GPL

Composants Propane Butane

Formule chimique C3H8 C4H10

Masse molaire, [g/mole] 44,0956 58,1222

Couleur Incolore Incolore

Odeur Inodore Inodore

Densité, [ mg/ml a 0OC] et [1013 mbar] 2,0098 2,709

Point de fusion, [°C] −187,7 -138,29

Point d'ébullition, [°C] −42,25 -0,5

Tension de vapeur [bar] 2 8

Point calorifique supérieur : [kcal / Nm3] 22506 29622

On peut résumer certaines propriétés des GPL de la manière suivante :


 Les GPL ont la propriété de passer de l'état gazeux à l'état liquide par une baisse de
température ou par augmentation de pression ou les deux à la fois.
 Cette propriété permet de les stocker dans un volume réduit (1 m3 de GPL liquide occupe un
volume de 225 m3 à l'état gazeux).
 Les GPL sont des gaz facilement liquéfiables à la température ambiante sous une faible
pression (4 à 18 atm). Cette particularité permet un stockage et un transport plus simples que
pour les autres gaz tels que le méthane et l'éthane qui exigent des pressions très élevées pour
pouvoir être liquéfiés à la température ambiante.
 Aux conditions normales de pression et de température, les GPL sont un gaz plus lourd que
l'air.
 Le butane commercial en phase vapeur est deux fois plus lourd que l'air et le propane
commercial est une fois et demie plus lourd.
Les gaz de pétrole liquéfiés sont obtenus principalement :
1. Dans les raffineries de pétrole de la distillation du pétrole brut.
2. Au cours des opérations de dégazolinage du gaz naturel sur les champs de production pour
obtenir les produits GPL (butane et propane).

10
11 Généralités sur le pétrole brut

Figure 5 : Schéma d’un procédé de séparation des GPL

4.1.4 Utilisation des GPL


Les GPL sont souvent utilisés là où les réseaux de gaz naturel sont inaccessibles, pour des
applications variées tels que :
 Source d’énergie domestique : Actuellement de nombreux appareils de cuisson et de
chauffage, sont conçus de manière à s’adapter au GPL ;
 Climatisation : La détente des GPL absorbe la chaleur et crée du froid ;
 GPLC (carburant) : Les GPL, sont utilisés comme carburants dans les véhicules. La
consommation mondiale du GPL comme carburant s’élevait à près de 10 millions
tonne en 1993, un pourcentage de 7/8 % des GPL consommé mondialement l’est sous
forme de carburant ;
 applications itinérantes : bouteilles pour restauration, briquets, lampes, etc. ;
 applications domestiques : cuisson, chauffage, eau chaude sanitaire ;
 applications industrielles : métallurgie, pétrochimie, industrie textile et du papier, etc.
Par exemple, ils sont utilisés dans les fours de traitement thermique, de cuisson et
d’émaillage (notamment pour le verre, les poteries ou les porcelaines). Les propriétés
oxydantes ou réductrices des GPL y sont exploitées, notamment pour jouer sur les
couleurs ;
 applications agricoles : agriculture, élevage, etc. Par exemple, les GPL sont des
alternatives aux produits chimiques pour le désherbage ;
 transports : carburant pour véhicules, bateaux de plaisance, etc

11
12 Généralités sur le pétrole brut

4.1.5. Le GPL en Algérie


Dans les pays pétroliers et gazier comme l’Algérie, l’industrie des GPL est méconnue du
grand public. En Algérie la majeure partie des GPL provient des champs pétroliers (79%)
suite à la séparation du gaz et du traitement du pétrole brut, soit 4.35 millions de tonnes,
L’autre partie est produite au niveau des raffineries du pétrole de Skikda ; Alger et Arzew
(10 %).

Figure 6. : Répartition des réserves gazières en Algérie

4.1.6 Avantages et inconvénients techniques des GPL

L’homogénéité du mélange air-GPL donne une meilleure régularité du couple moteur aux
bas régimes mais perd environ 58 % de puissance à haut régime, les reprises se font plus
souples. Le fonctionnement du moteur est plus silencieux et les vibrations diminuent
contrairement aux carburants classiques, la combustion du GPL ne laisse aucun dépôt et
procure au moteur et au lubrifiant une longévité accrue. Les révisions peuvent être
espacées tous les 30000 km. La surconsommation des GPLC est de l’ordre de 15 à 20 %
par rapport aux carburants traditionnels.
Il existe un inconvénient majeur d’encombrement, le réservoir peut amputer le volume du
coffre. Toutefois les constructeurs proposent dès la conception de leurs modèles une
version GPL /c avec réservoir intégré.
 Les gaz d’échappements sont exempts de poussières, de plomb et de soufre.
 Les émissions en oxyde de carbone sont réduites principalement en circulation urbaine.
 Les GPL carburant répondent bien aux problèmes de pollution des villes.
 Le stockage du GPL se fait sous pression de fuel gaz ce mode de pressurisation engendre trois
problèmes :
 Contamination du GPL par le fuel gaz
 Perte du GPL dans le fuel gaz
 Torchage du fuel gaz lors du remplissage des bacs.

12
13 Généralités sur le pétrole brut

Bibliographie
 [1] IP 237 (ASTM D2699). Petroleum Products – Determination of Knock Characteristics of
Motor Fuels – Research Method). IP Standard Methods 2013. the Energy Institute, London.
 [2] Liquefied Petroleum Gases – Determination of Gauge Vapor Pressure – LPG Method : IP
Standard Methods 2013. The Energy Institute, London.
 [3] Handbook of Petroleum Product Analysis; 2nd Edition ,JAMES G. SPEIGHT, PhD, DSc
CD & W Inc.,,Laramie, WY, USA
 [4] Ernest E. Ludwing : Applied Process Design for Chemical and Petrochemical Plants Vol
1 3rd Edition Houston 1995.
 [5] L.CHEBLI, Y.ABBASSI ; « Rapport de stage de centre de formation »
 [6] pétrole brut; produits pétroliérs ; schema de fabrication ,j .WAUQUIER
 [7] Le Pétrole Raffinage et genie chimique Tome 1
 [8] A.ROJEY, B.DURAND, C.JAFFRET, S. JULLIAN, M. VALAIS ; «Le gaz naturel :
production, traitement, transport»; Editions Technip-Paris ; 1994
 [9] Z.HANICHI ; «Optimisation des paramètres de fonctionnement d’une débutaniseure» ;

13

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi