Vous êtes sur la page 1sur 64

Les bonnes pratiques de l’éclairage dans l’industrie

STRASBOURG – REUNION AFE CR EST / EDF


Chambre de Commerce et d’Industrie de Strasbourg
et du Bas-Rhin

27 mars 2008

Intervention de Bernard DUVAL - AFE


Les bonnes pratiques de l’éclairage
dans l’industrie

‰ Contexte et enjeux

‰ Recommandations, normes et règlements

‰ Performances énergétiques

‰ Conclusion
Les bonnes pratiques de l’éclairage
dans l’industrie

‰ Eclairage des bâtiments : contexte et état des lieux


‰ Les enjeux et les bénéfices

‰ Les textes de référence : normes, réglementation du travail,


recommandations

‰ La norme européenne d’éclairage intérieur : NF EN 12464-1

‰ Performances énergétiques

- La réglementation thermique RT 2005

- L’arrêté du 03 mai 2007 sur la rénovation de l’éclairage dans le bâtiment > 100 m2

‰ Conclusion
Les bonnes pratiques de l’éclairage
dans l’industrie

Quels bénéfices ?

‰ Réduction de la fatigue visuelle, stress, inconfort, éblouissement


‰ Réduction des accidents, facilitation des tâches
‰ Meilleures ergonomie visuelle et conditions de travail ⇑
‰ Amélioration du cadre de vie au travail et des relations sociales
‰ Gain de productivité au travail et bénéfices qualité
‰ Meilleure performance environnementale
‰ Réduction des consommations énergétiques ⇒ CEE
‰ Coût d’exploitation et de maintenance réduits
‰ Bénéfices économiques : retour sur investissement < 2 à 5 ans
‰ Images de l’entreprise ⇑
‰ Contribution aux engagements gouvernementaux
Les bonnes pratiques de l’éclairage dans
l’industrie

Les principaux textes en vigueur


Installations électriques
‰ Décrets 3/10/95 et 26/06/92 : sécurité électrique DBT et CEM
‰ Décret 14/11/88 : protection des travailleurs (code du travail)
‰ Arrêté 10/10/00 : vérification des installations électriques
‰ Arrêté du 19/11/01 : réglementation E R P
‰ Décret 28/11/01 : rendement énergétique des ballasts fluo
‰ Marquage CE des produits ⇒ conformité des produits aux normes
Eclairage
‰ Décrets 2/08/83 règles de l’éclairage au travail (code du travail)
‰ Arrêtés 23/08/83 – Contrôle d’éclairement
‰ Norme NF EN 12464-1 - Norme d’éclairage intérieur des lieux de travail
‰ Norme NF X 35103 – Principes d’ergonomie en éclairage
Règles de l’art – Nouvelles recommandations AFE en éclairage int.
Les nouveaux enjeux de l’éclairage
dans le bâtiments – Le contexte
Mesures de l'éclairement au poste de travail
pour les espaces de bureaux en 2005-2006

Mesures au luxm ètre (lux)

1000
100

200

300

400

500

600

700

800

900
0

0
10
20
Cumul de la population

30
40
50
60
70
80
90
100

Apport de l'éclairage général (Lux) Pratique de l'occupant (Lux)


Les nouveaux enjeux énergétiques
de l’éclairage
Eclairage intérieur des lieux de travail

• NF EN 12464-1
Eclairage des lieux de travail Partie 1 (intérieur)

• Besoins exprimés :
- usage d’une norme pratique
- critères d’éclairage pour chaque type d’activité
- qualité de service (énergie, entretien, validation,
performances)
La norme d’éclairage - Quels objectifs ?

Pour le personnel Pour l’exploitant

• performances • qualité des éclairages


visuelles • productivité
• confort visuel • conditions de travail
• Ergonomie • coût d’exploitation
• Santé
La norme d’éclairage - Quels objectifs ?

Pour le bureau d’études et le gestionnaire

‰ Paramètres de prescriptions

‰ Analyse ergonomique du poste de travail

‰ Maintenance et entretien des installations

‰ Vérifications et contrôles
Norme NF EN 12464-1
Eclairage des lieux de travail intérieurs

Industrie
Commerces
Bureaux
Education
Santé
Lieux publics
Critères d’éclairage

• Environnement lumineux
• Eclairement, luminance
• Eblouissement
• Eclairage directionnel
• Lumière du jour
• Entretien
• Dépense énergétique
• Eclairage et exigences spécifiques (écrans)
• Eclairage de sécurité
Facteurs d’évaluation

• Niveaux et uniformités d’éclairement


• Equilibre des luminances
• Limitation de l’éblouissement
• Modelé
• Ambiance lumineuse (Tk)
• Indice de rendu des couleurs (IRC)
• Entretien
• Critères énergétiques
Eclairement de la tâche visuelle

Tâche
Environnement
immédiat
Surface de la pièce

Eclairement moyen (lux)


Tâche Environnement immédiat Surface de la pièce

750 500 200


500 300 200
300 200 200
< 200 < 200 < 200
Facteur d’uniformité (%)
0,70 0,50 0,50
Couleur apparente

IRC: 20, 40, 60, 80, 90


Tcp Chaude < 3 300 K
Neutre 3 300 K à 5 300 K
Froide > 5 300 K
Angles de défilement

S S

Luminance de la lampe Angle de défilement mini


(kcd.m-2)

1 à 20 10 °
20 à 50 15 °
50 à 500 20 °
> 500 30 °
UGR : Méthode unifiée d’évaluation
de l’éblouissement
⎛ 0.25 L2ω ⎞
UGR= 8 log⎜⎜ ∑ ⎟
2 ⎟
⎝ Lb P ⎠
LUMIERE DU JOUR

1m
F J 1%
3m
Eclairage sur écrans de visualisation

Valeur limite de luminance (cd.m-2) pour γ ≥ 65°

Classe d’écran I II III


Qualité bon moyen médiocre

Valeurs de limite
de luminance moy. < 1000 < 1000 < 200
Importance du choix du
FACTEUR DE MAINTENANCE
‰ Dépend de l’empoussièrement
• 0,65 ⇒ empoussièrement faible
• 0,55 ⇒ empoussièrement moyen
• 0,50 ⇒ empoussièrement fort
‰ Détermine le dimensionnement de l’installation d’éclairage
• Eclairement moyen à maintenir
• Choix du matériel ⇒ degré de protection IP > 55
• Politique de maintenance ⇒ économie d’exploitation

Obligation d’un remplacement systématique des lampes !


EXIGENCES D’ECLAIRAGE

• 31 classifications

• 260 types de locaux

• Em : éclairement moyen à maintenir (lux)

• UGRL: limitation de la “valeur unifiée de l’éblouissement”

• Ra : indice de rendu des couleurs minimal

• Notes : Tcp, écrans, systèmes de contrôle, etc...


Tableau des valeurs requises
dans les bâtiments
Tableau des valeurs requises
Eclairage des bureaux
Les bonnes pratiques de l’éclairage
dans l’industrie
Critères de la norme d’éclairage
Lutte contre le changement climatique :
Les engagements de la France
Performances énergétiques
Protocole de Kyoto
• Émissions de CO2 2010 au niveau 1990

• Plan Climat 2004 – Accords de Grenelle


• Politique énergétique de la France

• Transposition des directives européennes


EuP – Eco conception des produits
DPE – Performances énergétiques des bâtiments
DES – Services énergétiques
RT - La réglementation thermique 2005

Un décret (2006-592) modifiant les articles R.111-20 et R 111-


21 du code de la construction et de l’habitation publié au JORF du
25 mai 2006

Un arrêté d’application relatif aux caractéristiques thermiques et


de référence publié au JORF du 25 mai 2006

Un arrêté approuvant la méthode de calcul Th-C-E

Documents disponible sur le site www.rt2000.net


RT - La réglementation thermique

Domaines d’application
même structure : résidentiel / non résidentiel
réglementation par bâtiment
confort thermique d’été
en éclairage : non résidentiel concerné
en éclairage résidentiel : valeurs conventionnelles

Contexte
contraintes environnementales, réduire l’effet de serre
améliorer la performance énergétique du bâtiment
règlement technique unique, prise en compte des ENR
valoriser la conception bio-climatique
limiter le recours à la climatisation

Nouveautés : Th C éclairage
exigences minimales demandées (locaux non résidentiels)
exigences de performances : renforcement en 2005 – 15 %
dispositif de gestion de l ’éclairage
Ballasts ferromagnétiques très faibles pertes, électronique 2005
Les priorités de la RT 2005

En application de la directive performance énergétique


des bâtiments et affichées dans le Plan climat 2004

Un objectif d’amélioration de la performance énergétique


d’au moins 15% (40 % en 2020)

Une limitation du recours à la climatisation


Les orientations de la RT 2005

Imposer un maximum de consommation énergétique

Introduire les EnR dans les systèmes de référence


Chaudières bois, ECS solaire

• Favoriser la conception bioclimatique


– Apports solaires, protections solaires, orientation, l’éclairage
naturel, inertie thermique
– Renforcer les exigences sur le confort d’été

Renforcer les exigences sur le bâti et les équipements


Quelles consommations ?

2000 2005
Chauffage Chauffage
Ventilation Refroidissement
ECS Ventilation
Éclairage en non ECS
résidentiel et limité par Éclairage pour tous les
rapport à la référence secteurs et pas de
limitation par rapport
à la référence
RT - Méthode Th C

Objectif : Limitation des consommations

Calcul du C : consommation conventionnelle en kWh


d’énergie primaire par m2 de Sohn
(surface hors d’œuvre nette)

C= 2,58 x C (chauffage électrique)


+ 1 x C (chauffage fioul ou gaz)
⇒ + 2,58 x C (éclairage)
+ 2,58 x C (auxiliaires)
+ 2,58 x C (ecs)
Bâtiment conforme NRT si C < Cref

⇒ RT 2000 0,9 Cref < C < 1,1 Cref


⇒ RT 2005 pas de limitation !
Éléments pris en compte pour
l’éclairage en non-résidentiel
Puissance installée
performance des sources et accessoires

Durée de fonctionnement
éclairage naturel (C1)

– dispositif de gestion (C34)


Éléments pris en compte pour
l’éclairage en résidentiel

Durée de fonctionnement
Éclairage naturel

Le système d'éclairage est conventionnel


Les logements bénéficiant d'un bon éclairage
naturel sont valorisés
Référence en éclairage
Évolution 2000 > 2005 (en W/m²)
bureaux et commerces 16 > 12
enseignement, salle de conf. 15 > 12
hôpitaux, hôtels, restaurants 12 > 12
sport, stockage, industrie 10 > 10
Pour les locaux avec des exigences d’éclairement à maintenir
de plus de 600 lux 3 ou 4 > 2,5
(limite de 25 W/m²)

Commande : système manuel par pièce

Rappel : les consommations d'éclairage


influent sur les besoins de chauffage
et de refroidissement
Exigences minimales

Article 63 : Présence d’un système d’extinction du


système d’éclairage pour tout local où l’occupant peut
agir sur la commande de l’éclairage
Interrupteur à chaque issue du local
Dispositif, éventuellement temporisé si le local est vide
Une télécommande permettant l’extinction depuis chaque poste
de travail

Article 64 : Si la commande de l’éclairage est du ressort


du personnel de gestion alors
Présence d’un dispositif de commande du système d’éclairage
dans le local
Si le dispositif de commande est à distance, il doit permettre de
visualiser l’état de l’éclairage du local
Exigences minimales

Article 65 : Présence d’un dispositif permettant de


réduire le niveau d’éclairement au niveau de base pour
les locaux ayant différents niveaux d’éclairement lié à
leur usage (salle polyvalents, locaux sportifs...)

Article 66 : Commande séparée des points éclairés


artificiellement à moins de 5m d’une baie si la
puissance totale installée à chacune de ces positions est
supérieure à 200W

Article 67 : La mise en route de l’éclairage artificiel ne


peut se faire à l’aide d’une horloge ou un dispositif de
détection de présence si l’éclairage naturel est suffisant
Exigences minimales

Article 73 : Suivi des consommations si la surface


éclairée dépasse 1000 m²

Lien avec le Diagnostic de Performance Énergétique


Lien avec l’affichage des consommations
RT - Méthode de calcul des
consommations pour l ’éclairage
Consommation d’énergie finale pour l’éclairage : somme des
consommations des différentes zones qui compose le bâtiment :
Cecl = Σ Ceclzone
(Wh)
Cecllocal : consommation d’éclairage électrique en une heure
Cecllocal = Pecl x Alocal x C1 x C34

Pecl : Puissance totale installée


Alocal : aire du local en m2

C : taux d’utilisation de l’éclairage en l’absence d’éclairage


1 naturel

C : coefficient correctif de C des locaux avec éclairage naturel


34 1
RT – Consommation finale de référence : Ceclref

Méthode détaillée : séparation du bâtiment en zone


Méthode globale : totalité du bâtiment avec ou sans éclairage naturel

Niveaux d’éclairement : standard (300 lux) - augmenté (600 lux)


Ceclref = Peclref x Alocal x C1 x C34

Peclref = puissance surfacique de référence (bâtiment ou zone)

Soit : 12 W.m-2 bureaux, commerces 11 W.m-2 écoles


10 W.m-2 industrie 7,5 W.m-2 sport, stockage,transport

2,5 W.m-2 pour un éclairement à maintenir de 100 lux – NF EN 12464-1


RT - Relations Eclairage / Energie

‰ Eclairement moyen dans le local E = N Fl u M / S


E en lux suivant la norme NF EN 12464-1
S : surface du local en m2
N Fl en lumen : flux des lampes qui équipent le local
u : facteur d’utilisation de l’installation (rendement lumxutilance)
M : facteur de maintenance
t : temps d’utilisation de l’éclairage

‰ Efficacité lumineuse de la lampe (lm/W)


El = Fl / W

Efficience énergétique de l’installation


Eecl x t (kWh/m2) = E x t / El u M
RT - Méthode de calcul
des consommations pour l ’éclairage

Calcul de C34 : coefficient correctif de C1 pour


locaux avec lumière naturelle

Calcul de l’éclairement naturel intérieur C34


Nul à faible – Eenat = 0 à 100 lux 1
Moyen Eenat 700 lux – Interrupteur 0,3
Moyen - Eenat 500 lux - gradation 0,1
Fort > 2 800 lux 0
Application de la RT 2005
Éclairage d’un bureau

Aire du bureau : 16 m2

Solution A Solution B
4 luminaires 4 x 18 W T8 4 luminaires 3 x 14 W T5

Puissance consommée par luminaire

Avec ballast B2 84 W -
Avec ballast électronique 78 W 48 W
Eclairement EA = 4 x 4 x 1250 x 0,6 x 0,7 = 525 lux
16

EB = 4 x 3 x 1250 x 0,7 x 0,8 = 525 lux


16
Application de la RT 2005
Éclairage d’un bureau
Aire du bureau : 16 m2

Solution A Solution B
4 luminaires 4 x 18 W T8 4 luminaires 3 x 14 W T5

Puissance consommée par luminaire

Avec ballast B2 84 W -
Avec ballast électronique 78 W 48 W
Eclairement EA = 4 x 4 x 1250 x 0,6 x 0,7 = 525 lux
16

EB = 4 x 3 x 1250 x 0,7 x 0,8 = 525 lux


16
Solutions envisagées :
4 luminaires 4 x 18 W ou 4 luminaires 3 x 14 W

A1 : Luminaires 4 x 18 W T8/B2 + interrupteur


A2 : Luminaires 4 X 18 W T8/BE + interrupteur
A3 : Luminaires 4 X 18 W T8/BE + détecteur de présence
B1 : Luminaires 3 X 14 W T5/BE + interrupteur
B2 : Luminaires 3 X 14 W T5/BE + détecteur de présence
B3 : Luminaires 3 X 14 W T5/BE + détecteur de présence
+ gestion de la lumière du jour
Durée annuelle de fonctionnement
de l’éclairage

D: 2 500 heures de fonctionnement total


de l’éclairage

D1 : 300 heures - Nuit, faible éclairement


naturel

D2 : 2 200 heures - Jour, fort ensoleillement


Durée annuelle pondérée
de l’éclairage électrique

D nuit D jour D pondéré en h


Solution A 300 x 0,9 x 1 2 200 x 0,9 x 0,3 864

Solution B 300 x 0,7 x 1 2 200 x 0,7 x 0,3 672 - 22 %


Solution C 300 x 0,7 x 1 2 200 x 0,7 x 0,1 364 - 58 %

Sol. A Interrupteur C1 = 0,9 C34 = 0,3


Sol. B Détecteur de présence C1 = 0,7 C34 = 0,3
Sol. C Détecteur de présence + C1 = 0,7 C34 = 0,1
Gestion de lumière du jour
Consommation annuelle de l’éclairage
Temps de Consommation
Solutions P (kW) fonctionnement kWh
(h)
A1 T8/B2 - 4x18 W - 0,336 864 290 Base
Interrupteur
A2 T8/BE - 4x18 W - 0,312 864 270 - 6,8 %
Interrupteur
A3 T8/BE - 4x18 W - 0,312 672 210 - 27 %
Détecteur de
présence
B1 T5/BE - 3x14 W - 0,192 864 166 - 43 %
Interrupteur
B2 T5 - 3x14 W - 0,192 672 129 - 55 %
Détecteur de
présence
B3 T5 - 3 x 14 W - 0,192 364 70 - 76 %
Détecteur de
présence + Gestion de
la lumière du jour
L’éclairage des bâtiments : règlements et normes

L’arrêté du 3 mai 2007 relatif à la performance


énergétique des bâtiments existants
dit « RT rénovation »

• Domaines d’application :
¾ Enveloppe du bâtiment : parois opaques et vitrées
¾ Chauffage, ECS, refroidissement
¾ ENR
¾ Eclairage des locaux de surface utile > 100 m2 lorsque l’installation
fait l’objet de travaux de remplacement ou d’installation

• Mise en application : 1 novembre 2007


L’arrêté du 3 mai 2007 relatif à la performance
énergétique des bâtiments existants

• Les prescriptions à respecter lors de la nouvelle


installation d’éclairage :

¾ « la puissance installée pour l’éclairage général du local est inférieure ou


égale à 2,8 W/m2 de surface utile et par tranche de niveaux d’éclairement
moyen à maintenir de 100 lux sur la zone de travail »

Ou bien :
¾ « la nouvelle installation d’éclairage général est composée :
¾ de luminaires de type direct ou direct-indirect,
¾ de rendement normalisé supérieur à 55 %,
¾ équipés de ballasts électroniques,
¾ qui utilisent des lampes présentant une efficacité lumineuse supérieure ou
égale à 65 lm/W »
L’arrêté du 3 mai 2007 relatif à la performance
énergétique des bâtiments existants

• Quelles prescriptions à respecter pour la commande


d’éclairage ?

¾ soit, « un dispositif d’extinction ou de variation du niveau d’éclairement à


chaque issue du local »,

¾ soit, « un dispositif, éventuellement temporisé, procédant à l’extinction


automatique de l’éclairage lorsque le local est vide »,

¾ soit, « une commande manuelle permettant l’extinction ou la variation du


niveau d’éclairement depuis chaque poste de travail ».
L’arrêté du 3 mai 2007 relatif à la performance
énergétique des bâtiments existants

• Les dispositions complémentaires

¾ Visualisation par le personnel de gestion de l’état de l’éclairage lorsque la


commande de l’éclairage est extérieure au local

¾ Réservation au personnel autorisé de la commande de l’éclairement


supérieur au niveau de base – exemple de l’éclairage sportif des salles
polyvalentes

¾ Points éclairés à moins de 4 m d’une baie commandés séparément des


autres points d’éclairage (P > 200 W pour chaque position)

¾ Pas de mise en route automatique de l’éclairage si l’éclairage naturel est


suffisant
Le décret du 19 mars 2007 sur la performance
énergétique et l’affichage du diagnostic de performance
énergétique dans les bâtiments existants
• Le contexte : Kyoto, réduction de l’émission des gaz à effet de serre
• Les directives européennes : produits (EuP), bâtiments (PEB)
• Les engagements en France : plan climat, accord de Grenelle, etc.

• Quels bâtiments sont concernés ?


> 1000 m2 SOHN avec coût de rénovation > 25 % valeur du neuf
pour l’éclairage les locaux tertiaires sont les seuls concernés
• Objectif 1
→ Obligations de respecter des caractéristiques thermiques et des
performances énergétiques lors de la rénovation de bâtiments sur le
chauffage, ECS, refroidissement, ventilation et éclairage
→ Quand ? Au 31 mars 2008 date de dépôt des PC
→ Comment ? En maintenant la consommation < au seuil fixé par arrêté
Le décret du 19 mars 2007 sur la performance
énergétique et l’affichage du diagnostic de performance
énergétique dans les bâtiments existants

• Objectif 2

→ Obligations pour l’exploitant d’afficher pour les bâtiments de collectivités


publiques et les ERP le diagnostic de performance énergétique

→ Quand ?
Au 2 janvier 2008
→ Où ?
De manière visible pour le public à l’entrée principale ou au
point d’accueil
Les nouveaux enjeux environnementaux de
l’éclairage
Eclairer juste
Les bonnes prescriptions en éclairage
L’EXEMPLE DU BUREAU

Norme d’éclairagisme Energie

Conception neuf – RT 2005 Conception existant rénovation


Eclairement moyen = de l’éclairage dans les bâtiments–
500 lux à maintenir sur le plan de Arrêté mai 2007
travail W/m² ≤ 12 W/m² ≤ 14
Consommation < Consommation
Qualité de lumière IRC > 80 de référence / an
Système de gestion Luminaire ballast électronique
Limitation éblouissement UGR > 19 Détecteur de présence Rendement luminaire > 55 %
Gestion lumière du jour Lampe efficacité lum. > 65 lm/W
(calcul par projet)
Traitement de fin de vie
des tubes fluorescents
Les nouveaux enjeux environnementaux de
l’éclairage
Eclairage performant

Luminaire direct Luminaire basse luminance


ou direct-indirect ou Classe B, η = 0.8
Classe D, η = 0,55 4x14W T5 840
4x18W T8 840

Economie globale
Les nouveaux enjeux environnementaux de
l’éclairage
Blanc industrie contre haut rendement

Idées reçues, moins cher, lumière du jour, habitudes…

Economies d’énergie détectées en éclairage sur l’ensemble du site :


75MWh/an soit 30 % de la consommation initiale
Sources d’éclairage - Les bons choix
Luminaires industriels - Les bons choix
Les nouveaux enjeux environnementaux de l’éclairage
EVOLUTION PERFORMANCE ENERGETIQUE
ECLAIRAGE EN WATTS base 100

100

80 HF

60 luminaire
38mm

26mm

26mm
ballast

T5
40
Lampe
20

0
Années 70 Année 80 Années 90 Années 2000

EVOLUTION PUISSANCE CONSOMMEE ET NIVEAU D'ECLAIREMENT

200

150
energie
100
eclairage
50

0
Années 70 Année 80 Années 90 Années 2000
Les nouveaux enjeux environnementaux de
l’éclairage
Évolution de la performance en éclairage

Années 70 Années 80 Années 90

38mm 40W 26 mm 36W 16 mm 28W

Fer/cuivre Fer /cuivre HF

Optique 50 % Optique 55 % Optique 65 %


Les nouveaux enjeux environnementaux
de l’éclairage
Eclairer juste
AFE ⇒ Les bonnes pratiques de l’éclairage
QUELS OBJECTIFS ?
Bien s’éclairer :
santé, ergonomie
performance et confort visuel
facteurs sociaux

Bien éclairer son environnement :


valorisation des espaces
qualité des ambiances
amélioration du cadre de vie

Tout en préservant notre environnement !


optimisation des ressources énergétiques
réduction des nuisances
fin de vie des produits
éco-conception de l’éclairage
Les nouveaux enjeux environnementaux
de l’éclairage
Eclairer juste
AFE ⇒ Les bonnes pratiques de l’éclairage
LES CONCEPTS
Concevoir les éclairages dans l’industrie :
projet d’éclairage : - éclairement
- qualité lumière
- limitation éblouissement
Analyse des besoins : ergonomie du poste de travail
Economie, calcul en coût global

Réaliser les installations d’éclairage


meilleures technologies disponibles
lampe + appareillage ⇒ lm/W↗
luminaires
système de gestion de la lumière

Maintenir leurs performances


Photométrie, durée de vie
service énergétique
fin de vie des produits
Les nouveaux enjeux environnementaux
de l’éclairage
Eclairer juste
AFE ⇒ Les bonnes pratiques de l’éclairage
AVEC QUELS OUTILS ?

‰ Normes d’éclairagisme
‰ Décrets et arrêtés de transposition de Directives européennes

9 Produits ⇒ EUP
9 Bâtiment ⇒ PEB
9 Service énergétique SE

‰ Recommandations de l’AFE
‰ Expertises et documents techniques
‰ Programmes de formation
Les nouveaux enjeux environnementaux
de l’éclairage
Eclairage et logique du développement durable

LES NOUVEAUX ENJEUX SOCIAUX ET ECONOMIQUES

Santé
vieillissement population
personnes handicapées visuels
Réduction stress et fatigue visuelle
meilleure ergonomie du poste de travail

Valeurs sociales
amélioration cadre de vie
Renforcement des liens sociaux (animation)
Augmentation des activités de nuit et des services

Performances économiques
augmenter les performances tout en consommant moins
approche en coût global
mise à disposition des meilleures technologies
développer les services énergétiques

Vous aimerez peut-être aussi