Vous êtes sur la page 1sur 13

NÉCESSITÉ DE PARTAGER ET DE DÉFENDRE LA FOI CHRÉTIENNE

NÉCESSITÉ DE PARTAGER ET DE DÉFENDRE LA FOI CHRÉTIENNE

Car nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que


nous avons vu et entendu. Actes 4.20

    Aucune découverte au monde ne peut émerveiller l’âme humaine autant que la


rencontre du pécheur avec Jésus. Cela change tout. Votre mentalité change. Votre
vision du monde change radicalement. Vos priorités changent. Votre mission dans la
vie trouve définitivement son vrai sens. C’est effectivement une vie totalement
bouleversée dans le sens du royaume de Dieu.
    Cette rencontre ne vous place en aucune manière dans une position d’aliénation
mentale et culturelle. Vous n’êtes pas un raté. Loin de là.
    Etant devenu disciple de Jésus-Christ, il devient automatiquement pour vous une
nécessité de partager et de défendre votre foi chrétienne en tout lieu et devant
quiconque. C’est ce que le Maître attend de chacun de ses disciples.

Nécessité de partager votre foi

      Jésus-Christ, guidé indubitablement par le Saint-Esprit, a jeté son dévolu sur


Simon, appelé Pierre, pour devenir un de ses 12 disciples rapprochés. Je pense que
Pierre était de tempérament sanguin. Il s’empressait toujours à prendre la parole et à
se mettre au-devant de la scène. J’imagine que ce n’était pas toujours facile pour les
autres disciples de cohabiter avec lui. Mais ils étaient obligés de faire avec puisque
Celui qui l’avait choisi pouvait donner une autre orientation à son tempérament.
    Pierre a même fait le serment de défendre Jésus si jamais on viendrait l’arrêter. Je
pense qu’il était de bonne foi. Son seul problème était de vouloir défendre une cause
aussi sensible et hautement spirituelle dans la chair, en apologète frivole guidé
uniquement par des impulsions.
    Le moment de vérité était venu, avant que le coq ne chante 3 fois, comme l’avait
prédit Jésus. Les vraies personnalités se révèlent toujours quand les réalités frappent
à la figure. Pierre n’était pas prêt à faire face à la réalité. Il a succombé. Jésus
connaissait ses forces et ses faiblesses.

NÉCESSITÉ DE PARTAGER ET DE DÉFENDRE LA FOI CHRÉTIENNE


Page 1
NÉCESSITÉ DE PARTAGER ET DE DÉFENDRE LA FOI CHRÉTIENNE

      Celui qui a lâchement renié le Maître devant des femmes dont les témoignages
n’avaient pas en réalité de grande importance du point de vue culturel, plus tard,
Pierre, revêtu de la puissance du Saint-Esprit, pas celle de la chair d’autrefois, osait
dire au Sanhedrin  : «  Nous ne pouvons ne pas parler de ce que nous avons vu et
entendu. »
    A mon avis, ce jour-là Pierre a posé l’une des plus belles maximes philosophiques
et théologiques de tous les temps  : «  J’ai vu et entendu, donc je crois.  » Ou tout
simplement, «  Je crois, donc je parle  ». Notre foi n’est pas basée sur des idées
personnelles inventées mais plutôt sur des faits et des réalités que nous avons vues
et entendues.
    Ce même Pierre nous demande maintenant de faire la même chose : donner la
raison de l’espérance qui est en nous. C’est en connaissance de cause qu’il parle.
      Généralement, les nouveaux disciples de Jésus-Christ sont animés par la même
passion et le même zèle qui animaient Pierre autrefois. Ils refusent catégoriquement
de se taire. Malgré les oppositions liées à leur conversion de la part de leur famille, de
leurs anciens amis, de leurs collègues de travail, de leur clan ou tribu, l’amour de
Christ les presse à parler. Personne ne peut lier leur langue. Si c’est votre cas, c’est
formidable ! « Car, ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu vous a donné, mais un
esprit de force, d’amour et de sagesse.» [1]
    Peut-être que vous êtes paralysés par la peur. La peur d’être raillé, ridiculisé, de
perdre la sympathie de vos amis, de votre famille ou d’être carrément rejetés par
d’autres groupes sociaux. Cela ne signifie pas que vous n’avez pas rencontré Christ.
Au contraire c’en est une confirmation. Jésus travaille encore dans votre vie. Le plus
important, c’est de savoir que vous êtes sauvés pour parler et témoigner, peu
importe le prix.
    Vous faites partie de la communauté de tous les chrétiens qui reçoivent la même
mission que vous : faire des disciples partout dans le monde.[2] Il ne s’agit pas d’une
mission réservée à quelques grands chrétiens.
      Dans le Nouveau Testament, l’exemple le plus frappant de l’appel universel
adressé aux chrétiens de partager leur foi se trouve dans Actes 8. Après la mort
d’Etienne, le premier martyr chrétien, une grande persécution s’éclata contre l’Eglise
de Jérusalem. Cela a provoqué la dispersion des chrétiens dans les contrées de la
Judée et de la Samarie. Etant dispersés, à l’exception des Apôtres, ces chrétiens
annonçaient la Bonne Nouvelle de la Parole.

Windel Benjamin Etienne


Page 2
NÉCESSITÉ DE PARTAGER ET DE DÉFENDRE LA FOI CHRÉTIENNE

    Les premiers chrétiens ont compris qu’ils avaient un mandat consistant, en tant
qu’ambassadeurs, à représenter leur Roi, Jésus, partout où ils allaient.
    Vous êtes un ambassadeur chargé de la mission la plus noble au monde. C’est celle
d’inviter les hommes et les femmes de ce monde de plus en plus séculariste et
angoissé à venir réconcilier avec leur Créateur.
      En tant qu’ambassadeur de Christ dans le monde,[3] non seulement vous êtes
chargés d’une mission, mais vous devez aussi constamment rester en contact avec
Dieu pour donner l’état d’avancement de la mission.
      Si vous n’aviez pas grand-chose à faire dans votre vie avant votre conversion,
maintenant vous devez être très occupés et préoccupés. Vous avez la garantie de
pouvoir faire appel au quartier général pour vous donner du renfort quand la mission
ira mal ou quand vous vous sentirez en danger.
    En vous montrant digne d’être l’ambassadeur de Jésus dans ce monde déchu, vous
devez nécessairement avoir une mentalité foncièrement chrétienne. C’est ce qui vous
permettra d’être intentionnel et de faire usage de toutes les méthodes que le Saint-
Esprit aura mises à votre disposition.
    Etre un disciple qui engendre d’autres disciples, voilà ce que Jésus attend de vous.
Comme tout pouvoir Lui a été donné dans le ciel et sur la terre, allez investir le
monde avec ce même pouvoir qui vous a été transmis lors de votre nouvelle
naissance. Ne passez pas comme un chrétien inaperçu. Vous êtes sauvés pour faire
un impact. Si vous témoignez pour Christ dans ce monde, Il n’aura pas honte de
témoigner pour vous devant le Père dans le monde à venir. [4] 
     Je prie que vous soyez très bien encadrés spirituellement pour que vous soyez un
très bon disciple de Jésus-Christ.

Nécessité de défendre votre foi

    Par le simple fait d’être disciple de Jésus-Christ, vous êtes ou serez confrontés non
seulement à des railleries et moqueries, mais surtout à des idées, des idéologies, des
philosophies, des théories scientifiques ou dites scientifiques contraires à la foi. Votre
foi est mise ou sera mise à l’épreuve non seulement par des épreuves auxquelles
vous ne vous attendiez pas peut-être, mais par des défis qui pourront même vous
porter à remettre en question votre foi ou le christianisme tout simplement. Parfois,
vous expérimenterez la sécheresse spirituelle, appelée autre-

jecroisdoncjeparle.org
Page 3
NÉCESSITÉ DE PARTAGER ET DE DÉFENDRE LA FOI CHRÉTIENNE

ment « le ministère de l’absence » par Henri Nouwen.


    Le disciple de Jésus n’est pas appelé à fuir les grandes interrogations sur la foi
chrétienne, mais à les affronter. Car, nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que
nous avons vu et entendu. Nous devons croître dans la grâce et la connaissance de
Jésus-Christ. Nous devons être prêts.

[1] 2 Tim. 1.7

[2] Matt. 28.19, 20

[3] Etudier 2 Corinthiens 5.18-21

[4] Matt. 10.32. Je vous encourage de garder une bonne et une saine relation avec
votre mentor pour vous orienter davantage afin d’agir aussi avec sagesse.

NÉCESSITÉ DE PARTAGER ET DE DÉFENDRE LA FOI CHRÉTIENNE


Page 4
Le point sur l’apologétique chrétienne

Le point sur l’apologétique chrétienne

Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à
vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous
demande raison de l’espérance qui est en vous. 1 Pierre 3.15

      L’apologétique chrétienne est un domaine de la théologie chrétienne. Elle est


destinée à défendre raisonnablement la foi chrétienne. De toute évidence, elle
devrait être un instrument entre les mains de tous les disciples de Jésus-Christ de
tous les temps. Des chrétiens sont spirituellement et académiquement passionnés
par ce domaine.
      Cependant, sans nous faire l’exigence d’être tous des académiciens ou
théologiens, Pierre nous demande tous d’être des apologètes. C’est cette poussée
apologétique qui l’incitait à parler et à se défendre devant le Sanhedrin. Comme
autre maxime, il pose : « Je crois en Christ, donc je Le défends. »
    Dans les Actes, nous voyons à plusieurs reprises Paul défendre sa foi chrétienne par
des arguments solides. Nous rencontrons des verbes comme : discuter, persuader.[1]
      Certains vous diront qu’il ne faut pas discuter la foi à personne ou votre bonne
attitude envers les païens suffira. Effectivement votre bonne attitude chrétienne est
essentielle. Car Pierre nous exhorte de sanctifier dans nos cœurs le Seigneur. Sur le
trône de votre cœur c’est Jésus qui règne. Votre attitude chrétienne suscitera
certainement des questions sur l’espérance qui est en vous. Sanctifiez-vous Christ
dans votre cœur ?
      Cependant, votre bonne attitude ne suffit pas, si non Jésus n’aurait jamais
prononcé même un mot. Il faut discuter quand c’est nécessaire et quand chaque
occasion se présente, et ceci dans la puissance du Saint-Esprit.
   En outre, Paul affirmait que dans les derniers temps les jours seraient difficiles.[2]
Effectivement ils le sont. La foi chrétienne est mise à de rudes épreuves. Ils sont
nombreux les chrétiens qui font naufrage en cours de route, faute d’enracinement
solide dans la foi chrétienne. Par exemple, selon une étude menée aux Etats-Unis par
Aaron Earls, publiée par Lifeway Research en 2019, les 2/3, soit 66% des jeunes
adultes qui fréquentaient régulièrement une église protestante pendant au moins un
an comme adolescent affirment qu’ils ont abandonné au moins un an entre l’âge de

Je crois, donc je parle


Page 5
Le point sur l’apologétique chrétienne

18 et 22 ans.[3]
      En Haïti, au cours de mes études de Droit à la Faculté de Droit et des Sciences
Economiques à Port-au-Prince, je me suis rendu compte à quel point je n’étais pas
suffisamment armé pour défendre ma foi chrétienne. J’ai fait face à de jeunes
étudiants qui faisaient l’apologie du Vaudou pour présenter le christianisme comme
une religion importée de l’Occident, notamment d’Europe. Par conséquent, faut-il se
méfier de la religion chrétienne et retourner à la source, insinuaient-ils.
    Dès qu’il s’agissait de parler de la foi chrétienne en classe, tout le monde disait que
l’université n’est pas un lieu de débat religieux, sauf le Vaudou. J’étais souvent
incapable de répliquer et de trouver des éléments historiques et scientifiques
pertinents pour étayer mes propos.
      Nous avons à répondre à des courants de pensée de tout genre. Peut-être que
dans votre contexte particulier, vous faites des expériences avec des courants
différents, comme l’animisme par exemple. Mais peu importe le cas de figure, vous
devez vous armer. Soyez prêts dans la mesure du possible. Cela ne veut pas dire que
vous aurez toujours des réponses à tout. Cela ne veut pas dire non plus que vous
devez être toujours sur la défensive de manière maladroite. Mais comment ?

Comment défendre la foi chrétienne

      Pierre nous indique deux manières appropriées de défense de notre espérance


chrétienne. D’abord, nous devons le faire avec douceur. C’est extrêmement
important. Isaac Asimov disait que la violence est le dernier refuge de
l’incompétence. Faute d’arguments solides pour défendre notre foi, nous risquons
d’être violents et ridicules.
    Quand nous ne faisons pas preuve de douceur, nous envoyons des signaux nocifs à
ceux qui nous posent des questions. Jamais Pierre, Silas, Paul et autres n’utilisaient
de la violence, verbale ou physique, pour défendre leur foi. Ils avaient une foi solide,
rationnelle, basée sur des évidences irréfutables. Ils la défendaient avec douceur
jusqu’au péril de leur vie. Nous trouvons cette douceur dans notre intimité avec Dieu,
à partir des études sérieuses de la Parole de Dieu et de l’apprentissage des
techniques d’argumentation.

Le point sur l’apologétique chrétienne


Page 6
Le point sur l’apologétique chrétienne

      Ensuite, nous devons défendre notre espérance chrétienne avec respect. Le


respect des opinions, des questions des autres et de l’individu comme être humain
est primordial. Cela ne veut pas dire que nous pouvons compromettre la foi
chrétienne en transigeant sur les absolus divins. Nous pouvons discuter sans être
irrespectueux.
    Durant la Covid-19, le premier Avril 2020, un intellectuel haïtien vivant au Canada,
jadis pasteur chrétien, du nom de Dr Jean Fils-aimé, a publié sur Facebook un article
titré : La covid-19 : la pandémie qui a tué Dieu. C’est peut-être choquant pour vous
comme titre. En lisant les commentaires en guise de réactions à l’article, j’étais très
étonné. Ils étaient on ne peut plus irrespectueux et choquants. Je suis persuadé qu’ils
émanaient pour la plupart de « chrétiens ».
      Mais par la suite, j’étais réjoui de lire un autre article écrit par un apologète
académicien, Dr Lesly Jules, l’auteur de la préface du présent ouvrage, comme
réaction bien argumentée et documentée. Son article s’intitulait  : La covid-19  : La
pandémie qui confirme Dieu. C’est de bonne guerre. C’est ce que nous devons faire.
A force de vouloir défendre sa foi de manière irrespectueuse, on devient ridicule.
Nous devons apprendre à écouter activement les autres pour mieux argumenter.
   La foi chrétienne repose sur trop d’évidences pour la défendre sans douceur et sans
respect.

[1] Ac.18.4

[2] 2 Tim. 3.1

[3] Aaron, Earls. Most teenagers drop out of church as young adults, January 15,
2019

https://lifewayresearch.com/2019/01/15/most-teenagers-drop-out-of-church-as-
young-adults/ , consulté le 15 Juillet 2020.

Le point sur l’apologétique chrétienne


Page 7
Techniques de défense de la foi chrétienne

Techniques de défense de la foi chrétienne


   Il est très important d’avoir des outils solides pour présenter une défense de qualité
de la foi ou de l’espérance chrétienne. Dans ce contexte, je vous propose cinq pistes
apologétiques tirées de Jean 4.7-26, l’entretien de Jésus avec la femme Samaritaine.
Les versets attribués à chaque point soulignés dans les références concernent les
prises de parole de Jésus ( les techniques) et ceux qui ne le sont pas sont de la
femme.

1. Engager le dialogue (v.7, 8,9)

⁷ Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit : Donne-moi à boire. ⁸ Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. ⁹
La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n’ont
pas de relations avec les Samaritains.

   Les gens ont besoin qu’on s’adresse à eux. C’est humain. Beaucoup de chrétiens
préfèrent afficher une attitude victimaire et d’évitement envers les non chrétiens,
surtout ceux qui les taquinent.
      En vous adressant à la personne sans aucun préjugé, avec respect et douceur,
vous suscitez chez elle de l’intérêt. Vous la valorisez et vous piquez sa curiosité. A ce
niveau, vous pouvez commencer par aborder des sujets un peu détendus, comme la
famille, le travail, etc. Il suffit de trouver un élément d’accroche. Celui de Jésus était
de demander de l’eau, Lui Juif, à une Samaritaine (v.7). Dans beaucoup de cas, c’est
préférable d’être seul à seul avec la personne.

2. Exposer un besoin spirituel universel (v.10,11, 12,13,14)

1⁰ Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il
t’aurait donné de l’eau vive. ¹¹ Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond; doù aurais-tu donc cette eau vive? ¹² Es-tu
plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? ¹³ Jésus lui répondit:
Quiconque boit de cette eau aura encore soif; ¹⁴ mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai
deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

Techniques de défense de la foi chrétienne


Page 8
Techniques de défense de la foi chrétienne

    Les besoins des gens sont énormes dans le monde.  Mais il y en a un qui s’inscrit
dans le cœur de tout être humain : le vide spirituel. A ce stade, vous pouvez poser
des questions sur l’origine de l’homme, sa mission sur terre et sa destinée, etc. Jésus
a posé comme besoin fondamental de la femme l’eau vive qui jaillira jusque dans
l’éternité (v.10, 13,14).
      Vous pouvez aussi évoquer les tragédies qui frappent le monde et demandez
qu’elles en sont les causes. Cela va vous permettre de situer la personne sur les plans
théologique et spirituel.
      Attendez-vous à des réponses qui vont à l’opposé de la foi chrétienne, à des
exposés philosophiques et scientifiques, dépendamment de l’interlocuteur bien sûr.
C’est le moment de faire preuve d’écoute active.

3. Confronter les points de vue de la personne (v.15, 16, 17,18, 19)

¹⁵ La femme lui dit : Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici. ¹⁶ Va, lui dit Jésus, appelle ton
mari, et viens ici.¹⁷ La femme répondit: Je n’ai point de mari. Jésus lui dit : Tu as eu raison de dire : Je n’ai point de mari. ¹⁸ Car tu as eu cinq maris,
et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. ¹⁹ Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.

    Il est souvent facile pour les gens de dire ce que les autres disent et pensent. Mais
c’est souvent gênant d’exposer leurs propres vues. Demander à la personne sa
propre vision du monde, ses interprétations de la réalité. Jésus a demandé à la
femme d’aller chercher son mari (v.16). Il la mettait en face de ses réalités pour
mieux confronter son point de vue. Au final la femme a compris que Jésus était un
prophète.
    Il y a beaucoup d’incompréhensions et de présuppositions que les gens ont, mais
qui n’ont rien à voir avec la foi chrétienne et la vérité. Attendez-vous à ce stade à
vous faire insulter. Mais gardez votre calme. Demandez à la personne : si ce que vous
pensez n’est pas vrai, voudriez-vous connaître la vérité  ? Si elle est d’accord,
continuez.
4. Corriger les présuppositions (v. 20, 21-24)

²⁰ Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. ²¹ Femme, lui dit Jésus, crois-moi,
l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. ²² Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous,
nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. ²³ Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le
Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. ²⁴ Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit
et en vérité.

Techniques de défense de la foi chrétienne


Page 9
Techniques de défense de la foi chrétienne

      Vous devez être non seulement franc et cohérent, mais parfois essayez de
concéder pour mieux vous opposer aux points de vue de la personne.
    Votre interlocuteur peut être de bonne ou de mauvaise foi. C’est le moment de
clarifier certaines questions difficiles en faisant preuve d’humilité. C’est ce que Jésus
a fait en corrigeant la conception que la femme avait de Dieu et de l’adoration (v.
21-24). Elle n’a même pas pris le temps d’écouter Jésus. Mais elle a conclu que Jésus
voulait lui dire que c’est à Jérusalem qu’il faut adorer. Elle se basait tout simplement
sur le fait que Jésus était Juif. Elle pensait être attaquée dans sa tradition et
croyance. Avec tact, Jésus a clairement dit à la femme qu’elle adorait ce qu’elle ne
connaissait pas.
    A ce stade, ne donnez pas encore votre témoignage personnel. Si non la personne
peut penser que vous êtes à court d’arguments solides et que vous cherchez sa
sympathie en jouant sur ses émotions. Mais exposer en toute objectivité la foi
chrétienne en pointant sur Jésus-Christ.

5. Personnaliser le message (v.25, 26)

²⁵ La femme lui dit : Je sais que le Messie doit venir celui qu’on appelle Christ ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. ²⁶ Jésus lui dit
: Je le suis, moi qui te parle.

    C’est le moment de montrer à la personne que vous n’êtes pas un super héros.
Partagez avec elle votre témoignage avec sincérité sans rien exagérer.
    Après tout, la foi chrétienne n’est pas que des présuppositions théologiques ou des
arguments bien construits basés sur des évidences. C’est l’histoire d’une vie
personnelle transformée par le message de rédemption. Au verset 26,Jésus lui dit :
« Je le suis, moi qui te parle. » A vous maintenant de dire : « Je le suis, pécheur, moi
qui te parle. Mais l’amour de Dieu m’a rattrapé et sauvé. » Vous n’êtes pas l’eau vive.
Mais vous l’avez rencontrée.
   Pour être mémorisé plus facilement, voici l’acrostiche : EECCP

1. Engager le dialogue

2. Exposer un besoin spirituel universel

Visitez notre site web jecroisdoncjeparle.org


Page 10
Techniques de défense de la foi chrétienne

3. Confronter les points de vue de la personne

4. Corriger les présuppositions

5. Personnaliser le message

   Notre foi chrétienne est trop solide pour la vivre dans l’évitement. Armons-nous de
courage, ayant à nos reins la vérité pour ceinture, pour témoigner de l’amour de
Dieu, de sa puissance transformatrice et de la nécessité pour tout être humain de
réconcilier avec son Divin Créateur. Faisons-le en étant ouvert et ferme sans être
fermé, avec amour, douceur et respect.

Cet article est tiré du  19ème chapitre de mon ouvrage Faiseur de disciples ou Faiseur
d’aliénés  ? Petit traité d’éducation chrétienne du nouveau disciple, disponible sur
Amazon. Il (le chapitre) a été retouché pour être adapté à tous les chrétiens.

Vous pouvez aussi écouter l'article sur notre Podcast Anchor: JE CROIS, DONC JE
PARLE : https://anchor.fm/jecroisdoncjeparle

Windel Benjamin Etienne


Page 11
L’apologétique
chrétienne : Une
nécessité pour
aujourd’hui

La foi chrétienne repose sur trop d’évidences solides comme le roc


pour la vivre dans l’évitement et la défendre maladroitement. Le
disciple de Jésus-Christ est appelé à défendre sa foi avec respect et
douceur devant quiconque, le tout couronné par une vie sanctifiée.
Plus que jamais, je suis convaincu que ces temps combien périlleux
que nous vivons méritent une foi réfléchie, capable de résister aux
vagues idéologiques à contre-courant déferlant sur nos sociétés. 

Windel Benjamin Etienne


Coach en Leadership et en Education chrétienne
Promoteur du site jecroisdoncjeparle.org
Missionnaire en Afrique de l'Ouest