Vous êtes sur la page 1sur 7

Etudes de cas de Finance d’entreprise

Cas « BASMA »

BASMA est un groupe marocain spécialisé dans la fabrication de biscuits et de pâtisserie


industrielle. Face à l’évolution des goûts de la clientèle et dans la perspective d’une
ouverture plus marquée vers les marchés étrangers, des investissements d’expansion ont
été décidés se traduisant par la mise en route d’une nouvelle fabrication. La fabrication du
nouveau produit démarrera début janvier 2014. Compte tenu des impératifs de productivité,
il a été convenu de créer une nouvelle unité de production.

 Début 2013, un terrain d’une valeur de 400 KDH serait acquis en vue de la construction
immédiate de la nouvelle unité de production.
 L’ensemble de l’année 2013 serait consacré à l’édification de cette unité de production
qui serait opérationnelle début 2014, le coût des bâtiments serait de 3000 KDH, les
installations techniques 2000 KDH, le matériel et outillage de 4 000 KDH.
 Les décaissements liés à ces investissements seraient réalisés aux dates suivantes :
- Terrains : règlement comptant lors de l’acquisition ;
- Constructions 1 000 KDH à la signature du contrat de construction, début
2013, le solde à réception définitive des travaux ;
- Installations techniques, 1 000 KDH à la mise en service (début 2014), le
solde fin 2014.
- Matériel et outillage : 4 000 KDH début 2014.

 Les immobilisations seraient amorties linéairement sur 15 ans pour les bâtiments et 5 ans
pour le reste de l’investissement.
Pour l’étude de la rentabilité de cet investissement, il a été décidé de ne considérer que les
cinq premières années d’exploitation (2014-2018), avec une valeur résiduelle de sortie
équivaut à la valeur nette d’amortissement (sauf pour les terrains dont la valeur vénale
représente 160% de leur valeur d’origine).

 Les quantités supplémentaires vendues (en milliers) seraient les suivantes :

Années 2014 2015 2016 2017 2018


Quantités 1 000 1 200 1 200 1 200 1 200

 Le prix unitaire de vente est fixé à 12 DH HT.


 La marge sur coût variable (CA - CV) représente 25% du CA HT.
 Les charges fixes annuelles (hors amortissement et charges d’intérêt) s’élèvent à 300
KDH.
 Une analyse détaillée du cycle d’exploitation et des relations de l’entreprise avec ses
clients et fournisseurs conduit la société à estimer le besoin en fonds de roulement à 60 j
du C.A HT (sur la base d’une année de 360 j) et devra être financé dès son apparition (fin
2013).
 Le taux d’impôt retenu pour l’ensemble de la période est de 30%.
 Le coût moyen pondéré du capital est estimé à 12%.

Concernant le financement du matériel, la société a le choix entre :

1
Etudes de cas de Finance d’entreprise

- Un emprunt bancaire remboursé selon le procédé de l’amortissement constant sur


une durée de 4 ans, le taux d’intérêt retenu est de 11%.
- Un leasing en se basant sur quatre redevances annuelles de début de période de
1 200 KDH, en prévoyant une option de rachat du matériel pour une somme de 200
KDH amortie en une fois à la fin de l’exercice suivant (l’option sera exercée).

 Par ailleurs, le reste des investissements pourrait être financé par emprunt et
autofinancement. Un emprunt de 3 750 KDH sera contracté début 2014 au taux de 12%,
remboursable par annuités, de principal constant sur cinq ans.

Travail demandé :
1. Etablir un tableau représentatif de toutes les dotations aux amortissements qui
concernent la durée du projet (tableau faisant apparaître aussi la VNA) ;
2. Déterminer la VAN, l’IP et le DRCIA du projet d’investissement ;
3. Etablir les tableaux de remboursement des emprunts ;
4. Pour quel financement optera la société en ce qui concerne le matériel (en se basant
sur la méthode des décaissements effectifs) ?
5. Déterminer la CAF après financement du projet d’investissement.
6. Construire le plan de financement pour les années 2013 à 2018 sachant que la société
ne distribuera pas de dividendes sur la période considérée et que la capacité
d’autofinancement (d’une valeur de 1 320 KDH) dégagée par les activités actuelles
restera constante jusqu’en 2018. Commenter.

Cas « BETOMAR »

La société BETOMAR prévoit de réaliser un investissement d’extension pour augmenter ses


parts de marché et pénétrer de nouveaux plus rentables.

Ces investissements de diversification (produits - marchés) viendront se cumuler aux


capacités et moyens déjà existants dès le début de l’année N+1.

Le programme d’investissement envisagé se caractérise comme suit :

N+1 N+2 N+3 N+4 N+5

Construction et Aménagement 25000 15000

Equipements 15000

Dotations aux amort 6000 7000 7000 7000 7000

Dont dot.amort /Equipements 3000 3000 3000 3000 3000

Cash-flow (1) 9000 12000 13000 14000 14000

(1) incorporant un BN avant frais financiers et après IS

En rappelant que le CAHT en N de la société « BETOMAR » s’est établi à environ 38500 KDH ;
l’entreprise attend un accroissement de CA de 30% en N+1 /N et de 20% en N+2/N+1 ;

2
Etudes de cas de Finance d’entreprise

au-delà le CA serait stabilisé.

Le niveau de BFR est considéré comme devant rester stable autour de 45 J/CAHT. Ce BFR est
ressenti en début de chaque année.

Les investissements envisagés imposeraient la cession de matériels et équipements anciens


qui deviendraient inutilisables. Ces matériels et équipements seraient cédés en N+2 pour
une valeur de 13 000 KDH ; leur valeur nette d’amortissement correspond à 12 000 KDH.
L’entreprise réinvestit ces produits de cession.

Les dirigeants de la société peuvent solliciter les actionnaires à hauteur de 15 000 KDH en
N+1 sous formes d’augmentation de capital, dont la collecte occasionnerait des charges
financières à hauteur de 5% du montant souscrit.

Des apports en compte courant seraient réalisés au début de N+1 et remboursés en N+2
pour un montant de 5 000 KDH rémunérés à 10%.

Les équipements peuvent être financés à hauteur de 75% du montant investi par un crédit
fournisseur, le reliquat étant autofinancé ; ou bien 100% par recours au leasing.

Le crédit fournisseur est consenti à un taux de 12% et serait remboursé par annuités
constantes sur une période de cinq ans. Les annuités sont versées en fin d’année à partir de
N+1.

Le leasing se caractérise par des loyers de 4 000 KDH sur cinq ans versés en fin d’année à
partir de N+1 et par une option de rachat au terme de la cinquième année exercée contre
le paiement de 1500 KDH.

- Le taux de l’I.S. est de 30%.

- le coût du capital est de 14%.

Travail demandé :

Au début de l’année N+1, la société souhaite :


1. Evaluer la rentabilité (VAN, IP, TIR) des investissements projetés, sachant que l’horizon
prévisionnel retenue est de 5 ans, au terme duquel une valeur résiduelle est attendue pour
un montant global de 20 000 KDH net d’impôt.
2. Choisir la source de financement la moins coûteuse pour financer les équipements sur la
base des décaissements nets actualisés à 12%.
3. Etablir le plan de financement sur cinq ans caractérisant ce programme d’investissement
en admettant que la société opte pour le crédit fournisseur pour financer ses équipements.
4. Discuter son degré d’équilibre compte tenu de l’activité antérieure de l’entreprise.

Cas « TOUHAMI»

Monsieur TOUHAMI est un commerçant grossiste qui dispose d’un atelier de fabrication de
chaussures. Son activité florissante l’incite à franchir le pas vers une production plus
importante. Le projet de M. TOUHAMI consiste à construire une petite usine de fabrication
de semelles de chaussures d’hommes, femmes et enfants.

3
Etudes de cas de Finance d’entreprise

Sa connaissance de la profession et du marché grâce à sa longue expérience sont un atout


important. Ses relations sont telles que ses débouchés sont quasi assurés sur le marché local
et il pense en outre accéder progressivement à l’export sur le marché africain notamment.

M. Touhami dispose actuellement dans le cadre de son activité commerciale d’un patrimoine
net de 250 000DH se décomposant comme suit :

* fonds de commerce 90 000

* Matériel et outillage 160 000

Ce dernier fait apport du patrimoine net à son projet.

De nouveaux éléments tels que présentés dans le tableau qui suit s’adjoignent à ces apports;
l’ensemble représente le projet global concerné par cette étude.

Actifs Montant Mode d’amortissement

Frais préliminaires 20 000 Amortissable sur 2ans linéairement

Génie civil et bâtiment 120 000 Amortissable sur 10ans linéairement

Matériel de production 760 000 Amortissable sur 10ans linéairement

Matériel d’occasion apporté 160 000 Amortissable sur 5ans linéairement

Fonds de commerce apporté 90 000 Non amortissable

Total 1 150 000

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES :

- Le projet doit être réalisé à fin 2010 ; les travaux et la mise en place des équipements
seront terminés à fin 2010. La production devra débuter en 2011.
- L’horizon prévisionnel retenu par l’évaluation est de 10 ans. Cependant pour ne pas
alourdir l’étude ; il décide de retenir une durée prévisionnelle de 5 ans et d’affecter au
projet une valeur résiduelle nette d’impôts au terme de la 5ème année. Il pense devoir
être réaliste en calculant cette valeur de la manière suivante :
VR = 300% Fonds de commerce + 50% Bâtiments + 25 % Matériel et outillage + 80% BFR
initialement investi.

- Les chiffres d’affaires hors taxes prévisionnels pour les 5 premières années sont les
suivants :
CAHT en milliers de DH HOMMES FEMMES ENFANTS TOTAL

2011 1485 1560 360 3405

2012 1980 2080 480 4540

2013 1980 2080 480 4540

4
Etudes de cas de Finance d’entreprise

2014 2227 2340 540 5107

2015 2227 2340 540 5107

- Les achats annuels sont estimés comme suit :

Achat HT en milliers de DH HOMMES FEMMES ENFANTS TOTAL

2011 825 780 180 1785

2012 1100 1040 240 2380

2013 1100 1040 240 2380

2014 1237 1170 270 2677

2015 1237 1170 270 2677

- La masse salariale annuelle envisagée, charges sociales comprise est de l’ordre de 1 065
milliers de DH, sauf pour 2011 où elle n’atteindra que 960 milliers de DH.

- Les prévisions d’imposition sur taxe urbaine, taxe d’édilité et patente sont les suivants :

Années 2011 2012 2013 2014 2015

Impôt et taxes 50 78 78 95 95

- Les autres charges concernent les principaux postes suivants : loyer, eau, électricité,
transport et déplacement, entretiens, assurances…ils sont prévus comme suit :

Années 2011 2012 2013 2014 2015

Autres charges 170 200 200 220 225

 Les dotations aux amortissements sont à déterminer.


 Le taux d’imposition à l’IS auquel l’entreprise est soumise est de 30%.
 Le BFR additionnel imposé par le projet est de 340 000 DH.
Pour financer son projet, Mr TOUHAMI sollicite son banquier pour la mise en place d’un
emprunt de 600 000 DH sur une durée de cinq ans. Le taux d’intérêt proposé par le banquier
est de 14% avec un remboursement par annuités constantes.

Par ailleurs, Mr TOUHAMI peut procéder à des apports ponctuels et momentanés en compte
courant associé à concurrence d’un maximum de 200 000 DH moyennant une rémunération
de 10% l’an.

Travail demandé :

1. Déterminer les dotations annuelles aux amortissements des actifs amortissables.


2. Déterminer la VAN, l’IP et le DRCIA du projet d’investissement ;
3. Etablir le plan de financement compte tenu de la structure financière et des perspectives
à venir.
4. Discuter la qualité de la structure de financement proposée. Qu’en pensez-vous.

5
Etudes de cas de Finance d’entreprise

Cas « CABLES DU NORD »

La société Câbles du Nord envisage d’effectuer des prévisions pour les sept années à venir
en ce qui concerne un projet d’investissement visant à améliorer la situation de la société au
sein du marché local. Les dirigeants de cette société vous communiquent les renseignements
suivants afin d’établir le plan de financement de la société :
Les prévisions d’investissements pour les années à venir :
- Terrains nus et constructions en 2009 pour des valeurs respectives de 750 000 et
1 250 000 (20 ans d’amortissement linéaire) ;
- Installations techniques en 2009 pour 880 000 (10 ans d’amortissement linéaire) ;
- Matériel et outillage en 2009 pour 740 000 (10 ans d’amortissement linéaire) ;
- Mobilier, matériel de bureau et aménagements divers en 2009 pour 350 000 (8 ans
d’amortissement dégressif) ;
- Matériel de transport en 2010 pour 680 000 (6 ans d’amortissement dégressif) ;
- Matériel et outillage en 2011 pour 330 000 (6 ans d’amortissement linéaire) ;
- Matériel de bureau en 2012 pour 120 000 (8 ans d’amortissement linéaire).

Le chiffre d’affaires hors taxes prévisionnel de 2009 sera de 30 000 000 avec une progression
attendue de 1,5% l’an pour les deux années suivantes et 2,5% l’an pour celles restantes (sauf
pour la dernière où il y aura une stabilité).
Les achats consommés sont estimés à 56% du chiffre d’affaires HT.
Les charges de personnel, estimées à 5 850 000 en 2009, devraient subir un accroissement
annuel de 1,5%.
Les impôts et taxes (hors IS et IR sur salaires) vacillent autour de 2% du chiffre d’affaires HT.
Les autres charges d’exploitation sont estimées à 8% des ventes hors taxes.
Le besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE) représentera environ 4,5% du chiffre
d’affaires.
En ce qui concerne le financement, la société Câbles du Nord prévoit la cession de l’ancienne
installation technique afin de financer 40% des installations prévues pour 2009. La valeur
résiduelle équivaut la valeur nette d’amortissement (sauf pour les terrains dont la valeur
vénale représente 160% de leur valeur d’origine).
La société prévoit aussi une augmentation du capital par apports nouveaux pour financer la
totalité du mobilier de bureau prévu pour 2009, tout en tenant compte de frais
d’augmentation du capital représentant 4% de cette augmentation de capital et seront
amortis sur 2 ans. L’augmentation de capital créera 1 750 actions émises à 215 DH l’une.

Concernant l’investissement en 2011, la société a le choix entre :


- Un emprunt bancaire remboursé par le procédé des annuités constantes sur une
durée de 5 ans, tout en sachant que pour les deux premières années y aura un différé
global, et que le taux d’intérêt retenu est de 11%. Il faut prévoir des frais d’emprunt
de 4% du montant de l’emprunt amortis sur 2 ans.
- Un leasing en se basant sur quatre redevances annuelles de début de période pour
une valeur trimestrielle de 24 000, en prévoyant un dépôt de garantie de 30 000
récupérable en fin du contrat, et aussi une option de rachat du matériel pour une
valeur de 25 000 amortie totalement l’année suivante (l’option sera exécutée).

6
Etudes de cas de Finance d’entreprise

La moitié du matériel de transport fera l’objet d’un emprunt bancaire remboursé selon le
procédé de l’amortissement constant sur une durée de 6 ans, sachant que les deux
premières années il y aura un différé d’amortissement. Le taux d’intérêt est de 11,5 %. Il faut
prévoir dans ce cas des frais d’emprunt de 3,5% du montant de l’emprunt qui seront amortis
sur 3 ans.
L’autre moitié du matériel de transport fera l’objet d’un contrat de crédit-bail avec 5 loyers
annuels de fin de période d’une valeur annuelle de 74 000, en prévoyant un dépôt de
garantie à la signature du contrat et récupéré à sa conclusion pour une valeur de 45 000
(l’entreprise ne prévoit pas d’exercer l’option du rachat).
Les résultats nets des trois premières années, seront entièrement réservés. En ce qui
concerne ceux des années suivantes, 40% seront distribués aux actionnaires.

Travail demandé :
1. Etablir un tableau représentatif de toutes les dotations aux amortissements qui
concernent la durée du projet (tableau faisant apparaître aussi la VNA) ;
2. Déterminer la VAN, l’IP et le DRCIA du projet d’investissement ;
3. Etablir les tableaux de remboursement des emprunts ;
4. Pour quel financement optera la société en ce qui concerne l’investissement de 2011
(en se basant sur la méthode des décaissements effectifs) ;
5. Déterminer la CAF après financement pour les sept années à venir ;
6. Etablir le plan de financement de la société pour toute la durée du projet.