Vous êtes sur la page 1sur 9

Cours 

 : Système nerveux
Introduction

En tout moment, l’individu s’adapte aux multiples variations de son environnement. Il est
averti de ces changements par ses sens, et réagit alors aux stimulus perçus par une action (un
comportement) appropriée dans le but d’accomplir une tache ou bien pour éviter un danger, et ce
grâce à l’intervention de son système nerveux.

** Comment notre système nerveux perçoit – il les informations depuis notre milieu ?
** Comment la sensibilité consciente se traduit – elle par une motricité, volontaire ou involontaire ?
** Quels sont les organes intervenants dans chacune de ces activités nerveuses? Et quelle est leur structure ?
** Comment protéger notre système nerveux ?

I- la sensibilité consciente
1. Découverte des organes des sens.
Nos organes sensoriels captent des informations dans le milieu environnant. La lumière, certaines
vibrations de l’air, les molécules chimiques de nos aliments sont autant de « stimulus » qui vont devoir être
transmis au cerveau pour comprendre ce qui se passe autour de nous. C’est la « Sensibilité consciente ».

2. La transmission des informations sensitives :


Exemple : la vision, comme sensibilité consciente
A- Les constituants et le rôle de l’œil :

Schéma du globe oculaire (coupe longitudinale)


Les rayons lumineux traversent les milieux transparents du globe oculaire (cornée, humeur aqueuse,
cristallin, humeur vitrée). La stimulation de la rétine (contient des cellules photo-réceptrices) par les rayons
lumineux provoque la naissance d’un message codé « à caractère électrique » qui s’appelle influx nerveux.
 La rétine alors, joue le rôle d’un récepteur sensoriel.
 Influx nerveux : c’est message nerveux codé qui se forme an niveau d’un récepteur sensoriel lorsqu’il
est excité par un stimulus.
B- Structure et rôle du nerf optique :

Le nerf optique est constitué d’un grand nombre de fibres nerveuses, regroupées en faisceaux couvertes
d’un tissu conjonctif riche en vaisseaux sanguins. Ces fibres nerveuses transmettent l’influx nerveux depuis
la rétine vers le cerveau.
 Les fibres nerveuses jouent le rôle d’un conducteur sensoriel.
C) Structure de l’encéphale :

- L’encéphale est constitué de trois éléments : le cerveau, le cervelet et le bulbe rachidien.


- Le cerveau est subdivisé en deux hémisphères cérébraux : hémisphère cérébral droit et hémisphère
cérébral gauche, les deux surmontés par des circonvolutions cérébrales nombreuses et développées.
La coupe longitudinale antéropostérieure de l’encéphale montre l’existence de deux types de matières :
une matière grise externe (Cortex cérébral), et une matière blanche interne.
D) Le cerveau et le traitement de l’influx nerveux :

- L’influx nerveux partant de la rétine à travers le nerf optique arrive sur une zone située sur le lobe occipital du
cerveau.
- Cette zone est dite aire visuelle, et représente le centre nerveux responsable de la vision. Au niveau de cette aire
se fait la réception et le traitement de l’influx nerveux (message codé) et sa traduction en image.
E) Eléments de la sensibilité consciente visuelle
La sensibilité consciente de la vision nécessite l'inclusion de trois éléments, qui sont résumés dans le diagramme
suivant :
Excitant=Stimulus
(lumière)

Récepteur sensitif Conducteur sensitif Centre nerveux sensitif


(rétine) (nerf optique) (aire visuelle)

: Trajet de l’influx nerveux sensitif (centripète)

Remarques :
* Au niveau de chaque œil nait un influx nerveux sensitif dit « afférent » (centripète) car il est transmis par des
fibres nerveuses sensitives vers l’aire visuelle (centre nerveux) située sur l’hémisphère opposé à l’œil.
* Sur chaque hémisphère, sont localisées des aires sensorielles dont chacune est responsable d’une sensibilité
consciente concernant la moitié opposée du corps.
* Aucun influx nerveux n’est né tant que la stimulation n’atteint pas une certaine intensité dite seuil d’excitation.
* Les organes de sens ont une capacité limitée à percevoir les signaux : l’œil, par exemple, ne peut percevoir les
rayons infrarouges et ultraviolets.
II- Motricité volontaire :
1) Origine de la motricité volontaire :
A- Données cliniques :
 Imagerie médicale du cerveau :
Des techniques d’exploration de l’activité cérébrale par IRM
(Imagerie par résonance magnétique) permettent de visualiser la
variation du débit sanguin sur différentes parties du cortex
cérébral. Lorsqu’une personne se sert de sa main droite, par
exemple, l’IRM montre qu’il y a un débit sanguin élevé sur une
partie située sur son hémisphère cérébral gauche, devant le sillon
de Rolando. Par contre, lorsqu’elle se sert de sa main gauche,
l’IRM montre qu’il y a un débit sanguin élevé sur une partie
située sur son hémisphère cérébral droit, devant le sillon de
Rolando.
B- Conclusion :
La partie du cortex cérébral située devant le sillon de Rolando est en effet l’origine de la motricité volontaire.
Elle est appelée « aire motrice » et représente le centre nerveux moteur où nait l’influx nerveux moteur
efférent (centrifuge).
Chaque partie du corps est contrôlée par une zone précise de l’aire motrice, située sur l’hémisphère cérébral
opposé à l’emplacement de la partie en question.
2) Eléments anatomiques intervenants lors de la motricité volontaire :

L’exécution d’un mouvement volontaire nécessite l’intervention de :


 Centre nerveux (aire motrice) : naissance de l’influx nerveux moteur efférent.
 Conducteurs moteurs : Fibres nerveuses motrices contenues dans la moelle épinière et le nerf sciatique.
 Effecteurs moteurs : Les muscles, qui répondent à l’influx nerveux efférent
3) Trajet de l’influx nerveux moteur :
III- Les réflexes médullaires (Motricité involontaire) :
Un réflexe est une activité motrice involontaire, automatique et prévisible en réponse à une stimulation particulière.
 Exemple :
En repassant son uniforme scolaire, Lamiae a touché accidentellement le fer à repasser. Elle retira vite sa main
d’un mouvement brusque et involontaire pour éviter la brûlure. Il s’agit d’un réflexe.
Comment expliquer la réalisation de ce mouvement réflexe ?
1- Mise en évidence des organes intervenants dans un réflexe médullaire :
A- Expériences :
On prend une grenouille et on détruit son encéphale et on garde sa moelle épinière intacte. On obtient une
grenouille spinale.
Des expériences effectuées sur ces grenouilles spinales permettent de comprendre le mécanisme de ces réflexes
médullaires.

B- Bilan :
On appelle réflexes médullaires les mouvements involontaires qui ont pour centre nerveux la
moelle épinière et qui nécessitent l’intervention des éléments suivants :
 Récepteur sensoriel : au niveau duquel nait un influx nerveux sensitif, comme la peau…
 Conducteur sensitif : conduit l’influx nerveux sensitif afférent (centripète) de l’organe
récepteur jusqu’au centre nerveux
 Centre nerveux : reçoit l’influx nerveux sensitif et le transforme en influx nerveux moteur
 Conducteur moteur : conduit l’influx nerveux moteur efférent (centrifuge) du centre nerveux
jusqu’à l’organe effecteur.
 Organe effecteur : le muscle qui effectue le mouvement en se contractant et en se dilatant.
Remarque : Le nerf sciatique comprend des fibres nerveuses sensitives et d’autres motrices. C’est un nerf mixte.
II- Structure et activité nerveuse :
1- système nerveux :
Le système nerveux se compose des éléments suivants :
- Encéphale (cerveau, cervelet et bulbe rachidien)
- Moelle épinière
- Les nerfs (crâniens et rachidiens)
2- Observation d’une coupe transversale de la moelle épinière :
La moelle épinière comprend une matière blanche externe (périphérique) et une matière grise interne
(centrale). De part et d’autre de la moelle épinière, partent plusieurs nerfs rachidiens. Chacun de ces nerfs est
relié à la moelle épinière par deux racines : une racine ventrale (antérieure) et une racine dorsale (postérieure) qui
se distingue de la première par l’existence d’un ganglion spinal.

 La matière grise, constituée essentiellement de corps cellulaires desquels partent deux types
de ramifications : ramifications courtes appelées dendrites, et des ramifications plus longues
appelées axones.
 La matière blanche, constituée essentiellement d’axones qui sont formées par des fibres
nerveuses et qui se terminent par une arborisation terminale.
3- Les cellules nerveuses : neurones
L’ensemble « corps cellulaire et prolongements » forme une cellule nerveuse dite « NEURONE », considérée
comme étant l’unité structurelle et fonctionnelle du tissu nerveux. La fonction d’un neurone est la transmission
de l’influx nerveux.
4- Messagerie interneurone :

L’influx nerveux peut se transmettre d’un neurone à un autre neurone au niveau d’une zone appelée
SYNAPSE. Ce passage se fait à l’aide d’un médiateur chimique libéré dans la fente synaptique par le neurone
émetteur et capté par le neurone récepteur.
5- Rôle des deux racines, antérieure et postérieure d’un nerf rachidien.
a) Expériences :
Dans le but de mettre en évidence la fonction des deux racines, antérieure et postérieure, du nerf rachidien,
Magendie a réalisé des expériences sur de petits animaux anesthésiés.
Les résultats de ses travaux sont inscrits dans le tableau ci-contre.
b) Conclusion :

Lors d’un réflexe médullaire, l’influx nerveux acquiert un parcours en forme d’arc appelée arc réflexe, au cours
duquel l’influx nerveux sensitif est « réfléchi » au niveau de la moelle épinière et devient influx nerveux moteur.

IV- Prévention du système nerveux :


Le fonctionnement de différents organes de notre corps de déroule sous contrôle du système nerveux. Ce
dernier est bien sensible à toute influence ou agression à partir du milieu environnant ou bien à cause d’un
comportement inadéquat.

1) Quelques dangers qui menacent le système nerveux :

Les dangers Leurs effets


Détérioration progressive des récepteurs sensoriels et, par la suite,
Les agressions des organes du
régression et diminution des influx nerveux arrivant sur les
sens: fortes lumières, bruits aigus..
différentes aires sensorielles.
Détérioration des neurones et affaiblissement de leur communication.
Hémorragie Cérébrale, perte de mémoire, mort de neurones.
Le tabagisme
Disfonctionnement des neurones et pertes de certaines de leurs
Les drogues
fonctions.
L’alcool
Déséquilibre du sommeil, hallucination, perte de sensation
Quelques médicaments
Dépression nerveuse, troubles mentaux graves, repli sur soi,
sentiment de persécution….
Le manque de sommeil Fatigue générale, manque de concentration, rendement insuffisant
Psychologiquement, se sentir irritable, déprimé, stressé et agité…
Surconsommation de substances
L’abus de ces substances provoque des disfonctionnements de
psychoactives : thé, café …
l’organisme.
Le non-respect du code de la route. Destruction d’organes appartenant au système nerveux : organes
Les chocs violents.. sensoriels, centres nerveux ou conducteurs nerveux.

2) Prévention du système nerveux :


 Permettre au corps du repos, du calme et une durée suffisante de sommeil.
 Eviter les causes de fatigue mentale et exercer du sport en plein air.
 Eviter toute source de stress, de bruit aigu et de forte luminosité.
 S’abstenir de fumer et de consommer de drogue et de l’alcool.
 Ne pas abuser des substances psychoactives comme le thé et le café.
 Respecter le code de la route et éviter les chocs violents.
Les dangers Leurs effets
Détérioration progressive des récepteurs sensoriels et, par la suite,
Les agressions des organes du
régression et diminution des influx nerveux arrivant sur les
sens: fortes lumières, bruits aigus..
différentes aires sensorielles.
Détérioration des neurones et affaiblissement de leur communication.
Hémorragie Cérébrale, perte de mémoire, mort de neurones.
Le tabagisme
Disfonctionnement des neurones et pertes de certaines de leurs
Les drogues
fonctions.
L’alcool
Déséquilibre du sommeil, hallucination, perte de sensation
Quelques médicaments
Dépression nerveuse, troubles mentaux graves, repli sur soi,
sentiment de persécution….
Le manque de sommeil Fatigue générale, manque de concentration, rendement insuffisant
Psychologiquement, se sentir irritable, déprimé, stressé et agité…
Surconsommation de substances
L’abus de ces substances provoque des disfonctionnements de
psychoactives : thé, café …
l’organisme.
Le non-respect du code de la route. Destruction d’organes appartenant au système nerveux : organes
Les chocs violents.. sensoriels, centres nerveux ou conducteurs nerveux.

IV- Prévention du système nerveux :


Le fonctionnement de différents organes de notre corps de déroule sous contrôle du système nerveux. Ce
dernier est bien sensible à toute influence ou agression à partir du milieu environnant ou bien à cause d’un
comportement inadéquat.

1) Quelques dangers qui menacent le système nerveux :

2) Prévention du système nerveux :


 Permettre au corps du repos, du calme et une durée suffisante de sommeil.
 Eviter les causes de fatigue mentale et exercer du sport en plein air.
 Eviter toute source de stress, de bruit aigu et de forte luminosité.
 S’abstenir de fumer et de consommer de drogue et de l’alcool.
 Ne pas abuser des substances psychoactives comme le thé et le café.
 Respecter le code de la route et éviter les chocs violents.

Vous aimerez peut-être aussi