Vous êtes sur la page 1sur 9

THEME 1 

: HISTOIRE ET ENJEUX DU E-COMMERCE

Bien que son histoire soit assez récente, l’e-commerce a déjà connu plusieurs
phases d’évolutions. En dépit des crises financières et les difficultés inhérentes à
l’adoption d’un business model idéal et stable, les chiffres du e-commerce à
travers le monde ne cessent de progresser depuis l’apparition des géants comme
Amazon, eBay, Yahoo…

Le développement du commerce sur internet a fortement contribué à développer


les usages du Web dans le grand public, bien au-delà de celui effectué par les
communautés scientifiques et informatiques qui en étaient initialement les
utilisateurs. Aujourd’hui, la place d’internet dans le quotidien des
consommateurs (particuliers, entreprises…) est l’épicentre de nombreuses
préoccupations aussi bien au niveau du secteur que de ceux qui s’intéressent aux
sciences sociales.

Ainsi, les canaux de communication et les supports commerciaux, constituent


deux facettes d’un même réseau. Les évolutions liées aux TIC, internet et ceux
de la téléphonie mobile ont donné naissance à de nouvelles dimensions du
marketing. Dans ce présent chapitre, posant le premier jalon de notre cours,
nous nous intéresserons à l’évolution du e-commerce d’une façon générale et
plus particulièrement dans l’écosystème ivoirien dans un premier temps.

Dans le second, il s’agira d’exposer les véritables enjeux liés à l’adoption et à la


mise en œuvre de l’e-commerce, dans le tissu économique ivoirien marqué par
la floraison de startup.

I. FONDEMENTS HISTORIQUES DU E-COMMERCE

Nous aborderons successivement et succinctement l’histoire d’internet et par la


suite celle de l’e-commerce tout en apportant un éclairage entre les notions d’e-
commerce et de e-marketing.
1. Définitions des concepts clés

Le vocable d’« e-business », désigne de façon littérale « affaires


électroniques » et décrit de façon globale l’ensemble des activités des
entreprises effectuées par l’intermédiaire des réseaux de télécommunications.
C’est un terme inventé par le président Lou Gerstner et historiquement associé à
son entreprise (IBM). Il convient de retenir que l’e-business est beaucoup plus
large et plus vaste que l’e-commerce et qu’il est né beaucoup plus tôt
qu’internet et la Web dans la mesure où les réseaux de télécommunication
permettaient déjà la vente et/ou l’achat en ligne depuis de nombreuses années.

Selon la Fédération de l’e-commerce et de la Vente A Distance (FEVAD), l’e-


commerce est une forme de vente à distance (VAD) employant comme support
de commande le courrier, le téléphone fixe ou mobile, internet etc…

Il ressort de cette définition que l’e-commerce ne se limite donc ni à internet ni


aux problématiques marketing ; mieux, il concerne toute la chaine de valeur tout
en incluant les questions logistiques. L’e-commerce peut donc designer
l’ensemble des activités commerciales comprenant : la prospection
commerciale, la vente en ligne, la promotion, la gestion de la relation clientèle,
le management de la supply chain…

L’e-marketing, désigne plutôt le marketing en ligne et concerne tous les acteurs


marchands en situation concurrentielle, qu’ils développent ou non des activités
de vente en ligne. Une meilleure pratique de l’e-marketing aujourd’hui requiert
une parfaite maitrise des outils, outils et concepts fondamentaux du marketing
« traditionnels ». En outre, d’autres compétences apparaissent aussi
indispensables notamment la connaissance des usages marchands ou non, le
cadre juridique, la technologie, la sécurité…
2. Origine et évolution du e-commerce

L’histoire de l’e-commerce s’articule autour de trois (03) grands mouvements.


Le premier mouvement débute dans les années 1950 jusque vers 1960 est
marqué par les premiers pas des réseaux aboutissant à la naissance d’internet. A
cette époque, les réseaux de données sont à un stade embryonnaire, circonscrits
uniquement au monde scientifique et professionnel…

3. L’e-commerce en CI, état des lieux

Le secteur du e-commerce en CI est alimenté principalement par le


développement technologique et marqué par l’émergence d’une classe
moyenne1. Tandis que la distribution classique est majoritairement dominée par
« l’alimentaire », le marché du e-commerce est plutôt dominé par l’électronique
et l’électro-ménager. « Jumia » (entre 90 et 95% PM), reste l’une des
principales startups qui a pu s’adapter aux exigences et besoins des
consommateurs suivie par GLOVO, un nouvel acteur qui concurrence « Jumia »
notamment sur le marché de la distribution des repas. Contrairement à eux,
plusieurs autres structures tels que CDISCOUNT, AFRICA SHOP (filiale de
Carrefour) ,MARKETPLACE de CFAO, AFRIMARKET, YAATOO… qui ont
dû fermer. Selon les résultats des études réalisées par « Comoé Capital » ce
secteur pourrait être estimé à environ 35 milliards de FCFA. Cette situation
laisse donc émerger une série de questionnement en rapport avec les causes de
la disparition de toutes ces entreprises qui avaient presque réussit leur entrée sur
ce marché.

II. LES ENJEUX DU E-COMMERCE


1. Les enjeux de la présence sur internet

1
L’intérêt et les avantages offerts par internet à une entreprise sont nombreux et
variés. Le création d’un site internet, blog ou de fenêtres publicitaires… servent
d’outils de communication institutionnelle (pour présenter l’entreprise au grand
public). En effet, la présence sur le web permet à l’entreprise de construire ou
de renforcer dans certains cas son image institutionnelle dont l’impact sera
bénéfique pour son image et ses offres. Internet sert aussi d’outil de :

-relationnel avec ses prospects ou clients

-vente à des particuliers ou des professionnels (B to B ; B to C)

-présentation des services et produits

-achats / vente en flux tendus

2. Les défis à relever sur le marché local

Dans le contexte africain en général et en Côte d’Ivoire en particulier le marché


du e-commerce présente plusieurs défis auxquelles doivent faire face toute
entreprise qui se veut pérenne sur ce marché. Au nombre de ces défis, on
pourrait citer l’adoption d’un business model approprié (tiers intermédiaire,
pure players, hybride, plateforme de petites annonces publicitaires…). Cela
passe nécessairement par une meilleure connaissance des réalités locales.

Par ailleurs, l’instauration d’un écosystème favorable à l’e-commerce reste


aujourd’hui un véritable challenge tant pour les entreprises que pour l’Etat. La
réalisation de cet objectif passe par l’amélioration de l’accessibilité à internet (+
de 10%), travailler à réduire le taux élevé de cybercriminalité. En outre
l’amélioration du taux de bancarisation pourrait également accroitre les
pratiques d’e-commerce.

Conclusion
Theme 2 : Medias sociaux et marketing

I. Definitions des concepts clés


1. Medias sociaux

L’expression « médias sociaux » recouvre les différentes activités qui intègrent


la technologie, l’interaction sociale, et la création de contenu.

Les médias sociaux sont «un groupe d’applications en ligne qui se fondent sur
l’idéologie et la technique du Web 2.0 et permettent la création et l’échange du
contenu généré par les utilisateurs». Les médias sociaux utilisent l’intelligence
collective dans un esprit de collaboration en ligne. Par le biais de ces moyens de
communication sociale, des individus ou des groupes d’individus qui
collaborent, créent ensemble du contenu Web, organisent le contenu, l’indexent,
le modifient ou font des commentaires, le combinent avec des créations
personnelles.

Un média social est un site dont les activités intègrent trois éléments
fondamentaux :

 La technologie,
 L’interaction sociale
 La création de contenus.

Les médias sociaux utilisent donc des techniques telles que :

 Les flux RSS (des fichiers dont l’objectif est de stocker une liste de
contenus ou page web)
 Blogs et plateformes de blogs,
 Les réseaux sociaux,
 Les plateformes de partage de contenus (vidéos, photos, texte…).

Toutefois, les derniers points retiendront notre attention concernant les


caractéristiques des médias sociaux.

1.1Les réseaux sociaux

Un réseau social on-line se caractérise par un site internet de mise en relation


sur lequel les membres se qualifient et renseignent une ou plusieurs facettes de
leur personnalité dans le but d’entrer en contact avec des personnes ayant un
profil similaire ou complémentaire. Un réseau social permet également d’éditer
plusieurs types de contenu (messages privés ou publics, commentaires, avis,
photos, vidéos, liens hypertexte vers des sites, des articles, des jeux) et de les
échanger avec les autres membres de son réseau.

Avec l’avènement du web 2.0, les réseaux sociaux sont devenus des outils de
communication incontournables pour les entreprises à tous les niveaux (de la
promotion de nouveaux produits à la recherche de nouveaux consommateurs en
passant par la fidélisation de leur clientèle ou tout simplement le gain en
notoriété). Les réseaux sociaux sont également devenus des éléments essentiels
pour les ressources humaines et les stratégies de recrutement ou la recherche de
nouveaux partenariats commerciaux.

Les réseaux sociaux interviennent désormais dans toutes les sphères de la vie
sociale. L’univers de la politique est fortement impacté par ce phénomène.

on distingue aujourd’hui différents types de réseaux sociaux :

 Généralistes : ces sites permettent de créer et d’agrandir son cercle


d’amis, le plus connu étant Facebook et le plus intime étant Meetic ;
 Professionnels comme LinkedIn ou Viadeo qui sont devenus des outils
indispensables aux ressources humaines.
Plus spécifiques, il existe aussi des réseaux sociaux professionnels spécialisés
par

corps de métiers (avocats, marketing, finance…) ;

 focalisé sur des centres d’interêts : comme la musique avec MySpace,


Deezer, le cinéma, la religion…

cependant, il est également possible pour un individu, une marque, une


institution, …, de créer son propre réseau social grâce à des plateformes de
créations de réseaux

1.2 les plateformes de blogs et de microblogging

le mot « Blog » est né de la contraction de « web log » (c’est-à-dire carnet de


bord Web). Un blog est un site web sur lequel une ou plusieurs personnes
s’expriment de façon libre, sur la base d’une certaine périodicité. C’est un outil
de publication en ligne en temps quasi réel. Contrairement au site web
personnel, le blog bénéficie d’une structure éditoriale préexistante, sous la
forme d’outils de publication plus ou moins formatés. On peut donc ajouter des
commentaires et entrer en conversation avec l’auteur des billets (le blogueur).
Les blogs ont un caractère polymorphe puisque toutes les formes d’expression
sont utilisées. On retrouve donc dans la blogosphère des vidéoblogs ou vlog
(forme audiovisuelle), des weblogs (forme littéraire), des bdlogs (forme
graphique), des photoblogs ou flogs (publication d’images) et des audioblogs
(forme sonore). Les premiers blogs sont apparus à la fin des années 90.

Le succès des blogs réside précisément dans leur simplicité. Là où bon nombre
d’outils de gestion de contenu se sont avérés être des usines à gaz, les blogs ont
réussi à démocratiser la publication de contenus sur Internet. En un tour de
main, les blogs donnent accès à des fonctions de publication, d’archivage et
d’interaction avec les lecteurs. Selon « Médiamétrie2 », Si les internautes se
2
Médiamétrie, Observatoire des Usages Internet, 2ème trimestre 2010
tournent désormais vers les réseaux sociaux, plus de 7 millions en ont créé un,
10,5 millions en consultent tous les mois et 3,4 millions continuent d’écrire sur
un blog personnel.

La conception d’un blog peut se faire grâce à une plateforme d’auto-publication


et d’hébergement des blogs, gratuitement ou non, ou bien à partir d’un logiciel
de publication. De nombreux acteurs ont proposé des plateformes de
publication. La plupart des médias (LeMonde, Le Nouvel Obs, Elle…) ainsi que
des sites demarque (Sony et son site PlayStation, Nike…) y ont trouvé un outil
efficace pour fédérer au sein de leur espace une communauté, identifier leurs
consommateurs et entrer en relation avec eux.

1.3. Les plateformes de partage et de création de contenus

Ces sites internet mettent à la disposition des internautes les fonctionnalités web
2.0 qui leur permettent d’éditer, indexer, recommander ou archiver du contenu,
quelle que soit sa nature (textuel, vidéo, audio, hypertextuel…) en le partageant
avec l’ensemble des internautes. Dans cette catégorie de sites entrent les sites de
social bookmarking qui permettent aux internautes de stocker, de classer, de
chercher et de partager leurs liens favoris. Ces sites connaissent un réel succès
face à la profusion et à la diversité de contenus disponibles sur le Web. Ils
permettent ainsi aux internautes d’accéder à des informations ayant reçu une
sorte d’accréditation de la communauté, de hiérarchiser ces informations ou de
les archiver. Les principaux sites de bookmarking sont aujourd’hui twitter.com ;
Pinterest.com ;Linkedin.com…

tout comme les plateformes de partage d’images, il existe également des


plateformes de partage de vidéos dont les plus connues sont YouTube et
Dailymotion. Créé en 2005, YouTube est devenu le symbole du web 2.0.
Seulement en quelques clics, les internautes peuvent télécharger, commenter et
diffuser leurs propres créations. Ainsi, chaque minute, 24 heures de vidéos sont
uploadées sur la plateforme. Au-delà d’un simple outil de diffusion, ces sites
web ont bouleversé l’ensemble des industries du divertissement : véritable
concurrence pour le petit écran et une menace pour l’industrie
cinématographique, contrepouvoir pour les marques ou les partis politiques…

2. Marketing

Le marketing peut être défini comme « l’ensemble des actions ayant pour
objectif de prévoir ou de constater, et le cas échéant, de stimuler, susciter ou
renouveler les besoins du consommateur, en telle catégorie de produit ou de
service, et de réaliser l'adaptation continue de l'appareil productif et de
l'appareil commercial d'une entreprise aux besoins ainsi déterminés ».

Le marketing est un ensemble de techniques et d'actions que l'entreprise


met en œuvre afin de proposer aux consommateurs les services capables de
satisfaire leurs besoins tout en permettant à l'entreprise de maximiser ses
profits.
L’e-marketing, désigne plutôt le marketing en ligne et concerne tous les acteurs
marchands en situation concurrentielle, qu’ils développent ou non des activités
de vente en ligne.

II. Le rôle des médias sociaux dans le e-commerce. (exposés)

Vous aimerez peut-être aussi