Vous êtes sur la page 1sur 65

FABRICATION DE BLOCS MANUFACTURÉS

EN BÉTON

DOSSIER SUJET

- Partie A : Distribution électrique................................ pages A1 et A2

- Partie B : Automatisme de la centrale à béton........... page B1

- Partie C : Mise en sécurité de la presse.................... page C1

- Partie D : Motorisation du skip................................... pages D1 et D2

- Partie E : Table vibrante............................................ pages E1 à E4


PARTIE A

DISTRIBUTION ELECTRIQUE

A.1 - DETERMINATION DE LA CONFORMITE DE L'INSTALLATION BASSE TENSION

A.1.01 - Déterminer le calibre des disjoncteurs Q2, Q3, Q4, Q5.

A.1.02 - Calculer le courant d'emploi Ib0 et le cos ϕ0 de l'installation sacha nt que :


- les courants d'emploi Ib1 et Ib5 sont donnés en tenant compte des
coefficients d' utilisation et d'extension propre à chacun de ces départs,
- pour l' interrupteur Q1 : Ib1= 603 A et cos ϕ1 = 0,82.

A.1.03 - Calculer le courant d'emploi Ib0' sachant que le coefficient d'extension prévu
pour ce départ est de 1,15.

A.1.04 - Déterminer la puissance normalisée du transformateur HT / BT,


( choisir parmi les puissances normalisées suivantes : 160, 250, 400, 630,
800, 1000, 1250 kVA ).
- En déduire le calibre de Q0.

A.1.05 - Déterminer la section des câbles alimentant la presse à partir du T.G.B.T.


( section des conducteurs de phases, section minimum à utiliser pour le conducteur
de neutre, section minimum à utiliser pour le conducteur de protection SPE).

nota : - cette détermination se fera pour un réglage maximum du déclencheur,


c'est à dire : In = Ir = 400 A
- pour des raisons techniques on ne choisira pas de section de câble
supérieure à 300 mm .

A.1.06 - Déterminer la chute de tension en pourcentage dûe aux câbles de liaison entre
le transformateur et le jeu de barres du T.G.B.T.
- En déduire la conformité ou non de cette installation sachant que la chute de
tension du jeu de barres du TGBT au récepteur le plus éloigné est de 3,8 %.

A.1.07 - Déterminer le courant de court-circuit noté : IccT ( on négligera l' impédance


du réseau amont ).

A.1.08 - Rechercher le type des différents disjoncteurs ( Q0, Q2, Q3, Q4, Q5 ) à
utiliser ainsi que le type des déclencheurs à associer à ces disjoncteurs
sachant que les courants de court-circuit notés : Icc0, Icc1, Icc2 sont inférieurs
à 22 kA.

A.1.09 - Rechercher le niveau de sélectivité entre le disjoncteur ( Q 0 ) équipant le


tableau général ( T.G.) et les disjoncteurs ( Q2, Q3, Q4, Q5 ) équipant le
tableau de distribution basse tension ( T.G.B.T.).
- Proposer une solution afin d'obtenir une sélectivité totale entre Q0 et Q2,
Q3, Q4, Q5.

A.1.10 - Préciser le réglage long retard ( LR ) à effectuer sur le déclencheur du disjoncteur


Q2.

page A1
A.1.11 - Donner les deux conditions indispensables pour avoir une sélectivité différentielle
totale entre les disjoncteurs : Q9 et Q11.
Préciser pour ces deux disjoncteurs les caractéristiques nécessaires pour remplir
ces conditions.

A.1.12 - Compléter la référence du câble qui alimente les prises de courant triphasées
400 V, 32 A ( départ protégé par Q 11 ).

A.2 - DETERMINATION DES CARACTERISTIQUES DU SCHEMA DE LIAISON A LA


TERRE DE L'INSTALLATION

A.2.1 - Identifier le schéma de liaison à la terre de l'installation et donner sa signification.

A.2.2 - Donner la condition permettant de ne pas couper l'installation en cas de premier


défaut.

A.2.3 - Préciser la valeur maximale que peut atteindre un courant de défaut franc dans le cas
de la combinaison d'un C. P. I. avec une impédance placée entre le neutre et la terre.

A.2.4 - Vérifier par un calcul que ces deux conditions sont remplies.
- prendre comme valeur de résistance de terre de l'alimentation Rb = 10 W
- choisir une valeur courante de l'impédance Z .

nota : pour la vérification, on suppose que le C.P.I. a une impédance infiniment grande.

A.3 - DETERMINATION DES CARACTERISTIQUES DU POSTE DE DISTRIBUTION

A.3.1 - Préciser le type d'alimentation du poste HT / BT et donner la dénomination des


cellules représentées du poste HT / BT ( cellules notées : A, B, C ).

A.3.2 - Déterminer et justifier le calibre du fusible à placer au primaire du transformateur


pour les deux types de fusibles suivants : FUSARC intérieur de longueur 442 mm
et SOLEFUSE.

A.4 - DETERMINATION DU PROTOCOLE D'ACCES AU TRANSFORMATEUR

A.4.1 - Expliquer la procédure à mettre en oeuvre pour isoler le transfo rmateur afin de
faire effectuer en toute sécurité des contrôles hors tension sur celui-ci.

Page A2
PARTIE B
AUTOMATISME DE LA CENTRALE A BETON
B.1 - DETERMINATION DES CHOIX TECHNOLOGIQUES DES ORGANES DE DIALOGUE
DE LA CENTRALE

B.1.1 - Etablir le " GRAFCET " de conduite du point de vue cahier des charges de la
centrale à béton ( Diagramme fonctionnel ) à partir du GEMMA proposé.

B.1.2 - Définir la technologie des appareils de commande permettant la sélection des modes
de marche à partir du GEMMA proposé.

ex : bouton poussoir, commutateur deux positions, commutateur trois positions ... .

- Proposer une représentation et un repère normalisé de ces appareils.

B.2 - DETERMINATION DE LA PARTIE SEQUENTIELLE DES AUTOMATISMES DE LA


CENTRALE

- Au niveau de la partie opérative :

B.2.1 - Etablir sur le document réponse : REP B2, le "GRAFCET " de PRODUCTION
NORMALE : Tâche T1 du point de vue de la partie opérative, en tenant compte
de la hiérarchisation des " GRAFCET " proposée et des chronogrammes de
fabrication du béton.

- Au niveau de la partie commande :

B.2.2 - Ecrire les actions associées à l'étape 20, correspondant au forçage des
"GRAFCET" des sous tâches : Malaxage ( GM ), Pesage ( GP ),
Tapis peseur et d'amenée ( GT ).

B.2.3 - Ecrire sous forme normalisée la temporisation nécessaire au déversement


des agrégats.

B.2.4 - Ecrire sous forme normalisée la mise en route et l'arrêt du malaxeur par le
contacteur KM3.

Page B1
PARTIE C
MISE EN SECURITE DE LA PRESSE
A la suite de la visite d'un organisme de contrôle le point suivant a été contrôlé non
conforme à la législation en vigueur :

- l'accès à la zone dangereuse de la presse côté convoyeur de sortie reste possible.

Afin de supprimer ce point non conforme :

- Ajouter une barrière immatérielle de sécurité pour la détection des mains


associée à un module de sécurité.

- Imposer une remise en service des vibreurs, après une interruption due à
l'ouverture des grilles ou à une intrusion détectée par la barrière immatérielle,
par le bouton poussoir de réarmement ( S 842 ).

- Signaler une intrusion côté barrière immatérielle par le voyant lumineux H 210.

- Ajouter une redondance sur l'alimentation des variateurs ( UMV 4301 15 kW ).

nota : Cette modification se fera sans remettre en cause le schéma folio 003. La mise en
conformité de ce schéma (concernant les points cités ci-dessous) ne fait pas partie
de l'étude proposée.

- le schéma de raccordement des dispositifs d'arrêt d'urgence,


- la commande du contacteur de ligne KM1,
- le schéma de raccordement du module de sécurité XPS AL 3410.

C.1 - DETERMINATION DES MODIFICATIONS A APPORTER A L'ALIMENTATION


DE LA PRESSE

C.1.1 - Etablir sur le document réponse REP C1, le schéma de commande de cette
modification en repérant les nouveaux appareils de la façon suivante :
- relais auxiliaires : KAx' ( ex : KA1' )
- contacteurs : KMx' ( ex : KM10' )

- Préciser sur le document réponse REP C1 la référence du module de sécurité


à utiliser conformèment au schéma de commande proposé.

C.1.2 - Préciser les modifications à apporter aux schémas existants sur le document
réponse REP C2, ( folios, n° 002, 003, 026, 110 ).
Ex : - supprimer la colonne 8 folio 002 ( alimentation KM... ),
- supprimer colonne 8 folio 002 le contact KA... etc.

C.1.3 - Etablir sur le document réponse REP C2, le schéma unifilaire de puissance
de l'alimentation des vibreurs à partir du bornier X2P.

nota : sur les schémas, ne pas repérer les conducteurs ni les bornes de raccordement
des appareillages.

Page C1
PARTIE D

MOTORISATION DU SKIP

D.1 - DETERMINATION DES CARACTERISTIQUES NOMINALES DU SKIP ET DU


COEFFICIENT DE SECURITE RETENU PAR LE CONCEPTEUR

D.1.1 - En négligeant les frottements, calculer la traction sur le câble pour la charge
maximale de la benne.

D.1.2 - Calculer la fréquence de rotation du moteur qui assure un déplacement de la benne


à la vitesse de 0,5 m.s-1.

D.1.3 - Calculer la puissance utile du moteur en phase montée.

D.1.4 - Calculer le couple sur l’arbre du moteur.

D.1.5 - Le concepteur a choisi un moteur frein de 15 kW. Déduire de la documentation


constructeur :

D.1.5.1 - La référence du moteur


D.1.5.2 - La vitesse nominale du moteur
D.1.5.3 - Le couple nominal du moteur
D.1.5.4 - Le moment d’inertie du rotor.

D.1.6 - Tracer l’allure de la courbe du couple utile d’un moteur asynchrone triphasé en
fonction de sa vitesse dans le quadrant 1, et l’allure du couple résistant dans le cas
du levage. En supposant linéaire la portion de la courbe du couple utile entre le
point nominal de fonctionnement et le point à vide, calculer les coordonnées du
point de fonctionnement obtenu pour la phase montée de la benne.

D.1.7 - Calculer le coefficient de sécurité pris par le concepteur sur la puissance du moteur,
la vitesse réelle de la charge, ainsi que le courant absorbé par le moteur toujours
dans la phase montée.

D.2 - DETERMINATION DE LA PUISSANCE MINIMALE DU MOTEUR


COMPTE TENU DU CYCLE DE FONCTIONNEMENT

D.2.1 - En supposant la vitesse de déplacement uniforme en montée et en descente égale


à 0,5 m.s-1 calculer le temps mis par la benne pour se déplacer :
- du FCB au FCA
- du FCA au FCH
- du FCH au FCB.

Page D1
D.2.2 - Etude des temps de démarrage par rapport aux temps de fonctionnement. On ne
retiendra dans cette question que les trois moments d’inertie :
- celui de la charge (benne chargée au maximum)
- celui du tambour du treuil
- celui du moteur.

D.2.2.1. Calculer le moment d’inertie de la charge ramené sur l’arbre du moteur.

D.2.2.2 - Calculer le moment d’inertie du tambour ramené sur l’arbre du moteur.

D.2.2.3 - Calculer le moment d’inertie total.

D.2.2.4 - En prenant un couple moteur (supposé constant) égal à 1,8 fois le couple
nominal du moteur pendant la phase de démarrage, calculer la durée de celui-ci
en montée. Que peut-on dire de la durée de démarrage en descente ?

D.2.3 - Définir le service type normalisé correspondant au fonctionnement du moteur du


skip. Représenter schématiquement, en fonction du temps, un cycle de service.
Calculer le facteur de marche et en déduire le coefficient multiplicateur de
puissance K.

D.2.4 - Montrer qu’un moteur de puissance inférieure à 15 kW, dans les conditions du
service définies en D.2.3, peut convenir et assure malgré tout un coefficient de
sécurité qu’on calculera.

Rappel de mécanique :

Moment d’inertie d’une masse en mouvement linéaire ramené à un mouvement de


rotation :

2
J en kg.m²
J = M  
V
 Ω M en kg
V en m.s-1
Ω en rad.s-1

Page D2
PARTIE E
TABLE VIBRANTE

E.1 - DETERMINATION DES CARACTERISTIQUES DES DIODES DE


REDRESSEMENT

Les variateurs de vitesse qui alimentent les moteurs asynchrones triphasés de la table
vibrante utilisent une structure de puissance que l’on peut représenter par le schéma suivant :

REDRESSEUR ONDULEUR
BUS CONTINU
L U
C
L 1 V
C
L 2 W

Le schéma structurel de la partie redresseur est :


Is

D1 D2 D3
C
L
U12 1 R
L U
U23 U31 C c
L 2
D4 D5 D6 Ic

On suppose, pour la charge nominale du variateur, Uc = 550V , Is = 30 A et l’ondulation


crête à crête de Uc égale à 20V (L1, L2, L3 : réseau triphasé 400 V). On admet les hypothèses
simplificatrices suivantes :
- impédance de la source négligeable
- diodes parfaites
- arrêt de la charge des condensateurs au passage par le maximum de la tension
d’alimentation
- décroissance linéaire de la tension aux bornes des condensateurs pendant la décharge

E.1.1 - Compléter, pour la charge nominale du variateur, sur document réponse REP E1,
l’allure des chronogrammes de UC et ID1.

E.1.2 - Déterminer l’angle de conduction des diodes.

E.1.3 - Calculer le courant moyen dans une diode.

E.1.4 - Calculer la capacité des condensateurs C1 et C2. (C1=C2)

Page E1
E.1.5 - Si on assimile la forme du courant dans une diode, pendant l’angle de conduction, à
une arche de sinusoïde de même durée, calculer la valeur de crête de ce courant et
le rapport du courant de crête sur le courant moyen.

E.1.6 - Rappeler les principaux critères de choix d’une diode de redressement.

E.1.7 - Rechercher la référence des diodes satisfaisant aux critères de choix et calculer les
coefficients de sécurité qui découlent de ce choix.

E.2 - DETERMINATION DES CONDITIONS DE FREINAGE DU MOTEUR ASSOCIE


AU VARIATEUR DE VITESSE

E.2.1 - Pendant la phase de ralentissement (rampe de décélération), si la charge entraînée


possède une grande inertie (freinage hypersynchrone), discuter la réversibilité de la
chaîne d’alimentation du moteur et préciser les éléments de puissance à adjoindre
éventuellement pour que le fonctionnement soit correct.

E.3 - ANALYSE DE L’INFLUENCE DE LA TECHNOLOGIE DU VARIATEUR SUR


LE COURANT EN LIGNE

Pour dimensionner au plus juste les fusibles du sectionneur Q112 placé dans l’alimentation
du variateur, une mesure du courant a été réalisée au moyen d’une pince ampèremétrique F27
CHAUVIN ARNOUX. Les différentes fonctions de la pince permettent de mesurer l’intensité
efficace du courant et d’en faire l’analyse harmonique.
Les résultats des mesures sont les suivants :
- mesure de la valeur efficace du courant : 20,5 A
- analyse harmonique : seules les valeurs H1, H3, H5, H9 et H11 sont significatives.

RANG VALEUR en A
H1 17
H3 9
H5 5,7
H9 2,8
H11 1,4

E.3.1 - Montrer que les mesures effectuées lors de l’analyse harmonique confirment la
valeur efficace du courant absorbé par le variateur.

E.4 - DETERMINATION DE LA RESOLUTION DU DISPOSITIF DE


POSITIONNEMENT DES BALOURDS

E.4.1 - La documentation du variateur (non fournie) précise que le retour vitesse pour
fonctionnement en boucle fermée doit se faire au moyen d’un codeur incrémental (2
voies + top (0)). Si on appelle A et B les deux voies, dessiner les chronogrammes
des signaux A et B à la sortie du codeur pour chacun des sens de rotation du
moteur sur le document réponse REP E2. Quelles caractéristiques de ces signaux
sont utilisées pour définir la vitesse, le sens de rotation et la position de l’arbre du
moteur ?

Page E2
E.4.2 - Le codeur incrémental élabore pour les deux voies les signaux A et A , B et B afin
d’obtenir une bonne immunité aux parasites et pouvoir tester à chaque instant une
rupture dans la transmission de l’information. Quelle fonction logique associée à A
et A (idem pour B et B ) peut permettre de déceler la rupture d’un fil ? Expliquer son
fonctionnement au moyen d’une table de vérité.

E.4.3 - Calculer la fréquence des signaux A et B lorsque le moteur tourne à la vitesse


maximale de 4500 tr.min-1.

E.4.4 - A partir des signaux A et B, il faut obtenir la commande d’un compteur-décompteur


dont la sortie est l’image de la position angulaire du capteur. Le schéma suivant
permet la conversion des signaux en assurant en plus la fonction :

nombre de points de mesure = 4 x nombre de points par tour

Vcc

A A B B
R1

1A
1B & 1Q
A &
CL/UP
1CLR

C CX 1Q &
R
RX/CX

2A
A &
2B & 2Q A

2CLR
CX &
R C 2Q
RX/CX
Vcc

1A
1B & 1Q B &
B
1CLR

C CX 1Q &
R
RX/CX

2A &
2B & 2Q B
CL/DOWN
2CLR
CX &
C 2Q
R
RX/CX
Vcc
R2

Vcc

Page E3
Le schéma précédent montre la présence de quatre monostables. Ils assurent la
transformation de chacun des fronts montants et descendants des signaux A et B en
créneaux. La durée de ces créneaux est compatible avec la période la plus courte
des signaux A et B.

Quelle caractéristique ont les sorties des portes NON-ET ?


Donner les équations logiques des sorties CL/UP et CL/DOWN.
Compléter les chronogrammes du document réponse REP E2.

E.4.5 - Quelle variation angulaire minimale peut-on déceler avec ce capteur et son
électronique associée ?

E.4.6 - Combien d’étages doit comporter le compteur-décompteur binaire si on souhaite


que son remplissage corresponde à un tour complet de l’arbre du moteur ?

E.4.7 - En prenant pour origine de l’angle la position occupée par l’arbre du moteur au zéro
compteur, indiquer en décimal, en hexadécimal et en binaire la valeur du compteur-
décompteur pour les a ngles 30, 45 et 110 degrés.

E.4.8 - Expliquer la différence entre la solution exposée précédemment et une solution


mettant en œuvre un compteur-décompteur BCD. Indiquer dans ce cas, en décimal
et en binaire, la valeur du compteur-décompteur pour les angles 30, 45 et 110
degrés.

Page E4
FABRICATION DE BLOCS MANUFACTURÉS
EN BÉTON

DOSSIER TECHNIQUE

- Présentation générale

- Description.............................................................. DT 01
- Plan de la chaîne de fabrication.............................. DT 02

- Centrale à béton

- Constitution et fonctionnement............................... DT 03
- Plan de la centrale à béton..................................... DT 04
- Skip........................................................................ DT 05

- Moulages des blocs

- Description.............................................................. DT 06 à DT 08

- Cahier des documents techniques

- G.E.M.M.A. de la centrale à béton.......................... DT 09


- Chronogrammes de fabrication du béton................ DT 10
- Hiérarchisation des GRAFCET............................... DT 11

- Alimentation de l’usine
- Tableau Général T.G...................................... DT 12
- T.G.B.T.......................................................... DT 13
- Armoire distribution (servitudes)..................... DT 14

- Schémas de la presse
- Alimentations.................................................. DT 15
- Mise sous tension........................................... DT 16
- Variateur 1 vibreur FFVE................................ DT 17
- Contrôle grille téléco. FFVE............................ DT 18
DESCRIPTION GENERALE

La chaîne de fabrication décrite ci-après est capable de produire des blocs


manufacturés, en béton, type parpaings ou hourdis.

Elle est constituée de sept parties principales :

- une centrale à béton qui élabore la matière constitutive des blocs à p


artir d’agrégats
(sables et graviers), de ciment, d’eau, etc.

- une presse qui moule les blocs et les dépose sur une planche de séchage par
quantités dépendant du modèle de bloc (exemple : 5 parpaings de 20 x 20 x 50).

- un ascenseur qui empile les planches.

- un transbordeur, constitué de deux chariots à mouvements croisés, sur rails, qui


assure le transfert des piles de planches fraîches vers le magasin temporaire et
ressort les planches séchées vers le descenseur.

- un magasin temporaire dans lequel séjournent les blocs et qui assure prise et début
de séchage. Sa capacité est telle qu’ils y séjournent environ 24 heures.

- un descenseur qui dépile les planches.

- un palettiseur qui décharge les planches et empile les blocs, en les croisant, afin de
constituer les lots de commercialisation. Les palettes ainsi constituées sont
acheminées par chariot élévateur vers une zone de stockage.

Les agrégats proviennent en partie de la carrière située à proximité immédiate du site


de l’usine. Les autres constituants sont achetés.

L’alimentation en énergie électrique est réalisée au moyen d’un poste de transformation


HT / BT.

DT 01
MAGASIN TEMPORAIRE : SECHAGE ( 24 h)
CENTRALE A BETON

REBUTS

ASCENSEUR MALAXEUR

AGREGATS
PRESSE

SKIP
TRANSBORDEUR

SALLE DE CONTROLE
TAPIS

DESCENSEUR ARMOIRES ELECTRIQUES


RETOUR
DES SILOS
PLANCHES

PALETTISEUR

SORTIE DES PRODUITS


FABRIQUES
GRILLES DE SECURITE

PLAN DE LA CHAINE DE FABRICATION


ATELIER DE MAINTENANCE
CENTRALE A BETON

1 - CONSTITUTION

La centrale est constituée d'un malaxeur dans lequel sont introduits les différents éléments du
mélange. Les agrégats sont élevés au moyen d'un skip. Ils ont été pesés et transportés par le tapis
peseur et le tapis d'amenée. Le ciment est introduit au moyen d'un transporteur à vis d'Archiméde.
On y ajoute l'eau et les adjuvants si nécessaire.
Les quantités et les temps de malaxage dépendent des " recettes " qui ont été éloborées en
fonction des blocs à réaliser et des caractéristiques des constituants.
Le mélange ainsi réalisé est transporté par le tapis béton vers la presse de moulage.
Par une rotation inverse du tapis béton,on peut décharger les rebuts lors du nettoyage
du malaxeur en fin de production.

2 - FONCTIONNEMENT

- Le cycle de fonctionnement de la centrale est conforme au GEMMA et aux chronogrammes


proposés.

- L'état initial de la centrale à béton est défini ainsi :


- le skip est vide et en position Basse,
- le malaxeur est vide, trappe fermée.

- A la procédure : " Arrêt demandé en fin de cycle " :


- le pesage des agrégats ne s'effectue plus,
- le skip plein se vide, le malaxage s'effectue,
- le skip redescend en position Basse et le cycle s'arrête.

- Le malaxeur n'est pas arrêté entre les gâchées. Sa mise en service s'effectue en " Production
normale " et en " Marches de préparation "dès le début de chaque mode de marches.
En " Marches de vérification dans le désordre ", elle s'effectue par impulsion sur un bouton
poussoir spécifique.

- La hiérarchisation des tâches est assurée par des ordres de forçage venant des différents
GRAFCET :

- GRAFCET de sureté : GS ( GRAFCET maître )


- GRAFCET de conduite : GC intégrant les dispositions précisées dans le GEMMA
- GRAFCET de production normale : GPN
- GRAFCET de marche de préparation : GMP. En effet, par temps froid, le malaxeur
sera mis en route à vide pendant quinze minutes avant la première gâchée
( réchauffage du fluide de graissage ).
- GRAFCET de marches de vérification dans le désordre : GMD
- GRAFCET des sous tâches : GM, GT, GP.

DT 03
SILO n°1
SILO n°2
DRAGLINE

SILO ADJUVANTS

FCH EAU

FCA

SKIP
MALAXEUR
TAPIS
AGREGATS PESEUR TAPIS BETON
TAPIS
D’AMENEE
FCB

VERS PRESSE
BENNE A REBUTS

FOSSE

CENTRALE A BETON
MOULAGE DES BLOCS

1 - PRESENTATION

Le moulage des blocs est assuré par une presse ADLER. Le béton arrive par tapis
dans une trémie située dans la partie supérieure de la machine. Il descend par gravité.
Une planche est placée sur la table vibrante qu’un moule vient recouvrir. Sa hauteur
est supérieure de quelques centimètres à la hauteur finie des blocs manufacturés.
Un panier racleur amène au dessus du moule, une certaine quantité de béton pour le
remplir. Pour être sûr du bon remplissage, la table vibre une première fois pendant quelques
secondes. Ensuite le panier racleur recule et laisse place à un contre moule dont les formes
en saillie épousent étroitement celle du moule.
Une deuxième phase de vibration peut alors s’exécuter pendant laquelle le contre
moule commence par descendre à l’intérieur du moule pour aider à tasser le béton.
Sans vibration maintenant, le moule remonte, le contre moule assurant un parfait
démoulage des blocs. La planche peut alors être évacuée et un nouveau cycle peut
recommencer.
La presse est presque entièrement hydraulique à l’exception de la table dont les
vibrations sont assurées par quatre moteurs électriques.

On peut voir, ci-dessous, le moule, la planche posée sur la table vibrante et deux des
quatre moteurs qui assurent les vibrations.

DT 06
Comme le montre la photo ci-dessous, la presse est entourée de grilles de sécurité
interdisant l’accès à toute personne durant le fonctionnement. Il reste néanmoins un espace
important correspondant à la sortie des planches. Toute tentative d’ouverture de ces grilles de
sécurité pendant le fonctionnement de la presse provoque immédiatement l’arrêt des vibreurs
et du circuit hydraulique.

Des dispositifs d’arrêt d’urgence sont disposés autour de la presse et dans le


bâtiment.

2 - VIBRATION MODULABLE

La vibration modulable est composée d’un vibrateur à quatre lignes d’arbre avec
chacune un balourd fixe et non réglable. Chaque ligne est entraînée individuellement, au
moyen d’un cardan, par un moteur asynchrone triphasé de 7,5 kW. Les moteurs sont pilotés
chacun par un variateur de vitesse UMV 4301, fonctionnant par contrôle vectoriel de flux, avec
retour codeur (boucle fermée). Des cartes d’axes assurent les positionnements relatifs des
arbres.

DT 07
Principe de fonctionnement :

Les lignes 1 et 4 sont synchronisées entre elles, ainsi que les lignes 2 et 3.
Les moteurs sont toujours en rotation à une vitesse de repli fixée par l’opérateur et les
balourds sont en opposition, d’où une force résultante nulle sur la table.

Au moment de la vibration, les moteurs montent à la vitesse souhaitée, celle-ci


atteinte, les balourds sont alors décalés :

- les lignes 1 et 4 sont ralenties pendant 0,3 secondes


- les lignes 2 et 3 sont accélérées pendant 0,3 secondes.

On obtient ainsi un décalage des balourds d’où l’apparition d’une force résultante
non nulle.

Pour annuler la vibration, il suffit d’effectuer les mouvements inverses.

La force maxi, pour une vitesse donnée, est obtenue lorsque les lignes 1 et 4 sont
déphasées de 180 degrés par rapport aux lignes 2 et 3. Elle peut atteindre 160 000 N pour
une vitesse de rotation des moteurs de 4000 tr.min-1.

DT 08
Guide d'Etude des Références de l'équipement: Centrale à béton
Modes de Marches et d'Arrêts
HORS
G IE
(A) PROCE DURE D'ARRET de la PARTIE OPE RATIVE (P.O.) (F) PROCEDURES DE FONCTIO NNE ME NT
Auto OU P réparation
(F4) <Marches de vérifi-
Conditions Manuel cation dans le désordre>
(A6) <Mise P.O. dans état initial> initiales (A1) <Arrêt dans état initial> Com mande
Mise en
Par comm ande des séparèe des
énergie
PC
Etat repos de la centr ale Préparation ET Marche différ ents
différ ents m ouvem ents
à béton m ouvem ents
Auto ET Marche
Tâche : T3
(F2)<Marches (F3)<Marches de
(A7) <Mise P.O. dansétat déterminé> (A4) <Arrêt obtenu> de préparation> clôture>

Mise en (F5)<Marches de vérifi-


cation dans l'ordre>
route du
Malaxeur
Fin de Tâche T1
Tâche : T2
(A5) <Préparation pour remise en route après (A2) <Arrêt demandé (A3) <Arrêt demandé
défaillance> en fin de cycle> dans état déterminé> Fin Tâche : T2
Mise hors
énergie
PC Le cycle en
Vérification et (F1) <Production normale>
cours se
mise sous tension
DT 09

termine
Arrêt Pesage des agr égats
Tr ansport des agrégats : T apis
Chargement du Malaxeur : Skip
Fabrication du béton : M alaxeur

(D2) <Diagnostic et/ou traitement (D3) <Production tout de même>


dedéfaillance>
Tâche : T1
Mise en (F6) <Marches de test>
énergie
PC

ATU ET PRODUC TION PRODUCTION

réarmement Depuis tous les états


(D1) <Arrêt d'urgence>
Mise hors ATU
énergie
PC Arr êt figeage partie opér ative

(D) PROCE DURE S en DEFAILLANCE de la P artie O pér ative (P.O .) (F) P ROCE DURE S DE FO NCTIONNE MENT
TRAPPE

Malaxage Vidange
béton béton
OU VER T E Déversement Malaxage Malaxage
agrégats des agrégats et adjuvants avec prise
d' eau
F ER M E E

10s 60s 22s 10s 4s 32s 4s t


Instant t0 : Fin de
Ouverture Fermeture
fermeture de la
trappe trappe
Trappe du Malaxeur

SKIP
P os itions :
Montée
Skip Montée
HAUTE

AT TEN TE
Descente Skip
Skip

B AS S E

∆ t2 10s ∆t3 ∆t1 t

Instant t' :
Autorisation d'une Nota : L'instant t' peut se produire en
nouvelle gâchée même temps que l'instant t0 .
PESAGE

55s
t

TAPIS : Peseur et d'amenée

43s
t

Chronogrammes de fabrication du béton


Centrale à béton Folio n°11

DT 10
GRAFCET de SURETE GRAFCET de CONDUITE GRAFCET de PRODUCTION NORMALE : GPN ( Tâche 1 )
GS GC

0 F/GC : ( ) 20
10 F/GPN :( )
M ise en énergie et Départ cycle et X 12
réarm ement
21
1 P F/GC : (10)
F/GPN:(20)
M ise hors énergie ou
disposit if d'arrêt d'urgence 22 25
enclenché ou sécurité des
pers onnes non assurée
Exécution sous Exécution sous
23 26
GRAFCET des Sous Tâches tâche malaxage tâche pesage

Malaxage : GM

100
Pesage : GP Fin sous tâche
DT 11

pesage

200
101
Hiérarchisation des G RAFCET

Fin sous tâche


Centrale à béton

10 9 212 malaxage

Tapis peseur et d'amenée : GT

300

30 8
Folio n°12

Nota : Le fonctionnement du tapis béton n'est pas pris en compte dans cette étude.
S
S Icc0 O

QA QB Q0
U1 = 20 kV
O U2 = 410 V
Ucc = 4 %
Dyn 11
QTA
Q TB
IccT
DT 12

A B C
longueur : 5 m
longueur : 50 m

Câbles monoconducteurs
CARDEW Z C.P.I. jointifs en nappe
Comptage
Tableau Général : T. G.

U 1000 A R 2 V
B.T.
Poste HT / BT

4 1 240 mm2 / phase


4 1 240 mm2 neutre
Réseau 1 1 240 mm2 PE
E.D.F.
aéro-souterrain vers
20 kV Légende des serrures avec :
T.G.B.T.

Clé absente

Clé libre
Folio n°

Clé prisonnière
1
Icc1
Jeux de barres

Q1 Q2 Q3 Q4 Q5
DT 13

Ib 0 Ib 1 Ib2 Ib3 Ib4 Ib 5


Distribution B asse Tension
T. G. B. T.

Câbles mon oconducteurs


U 10 00 A R 2 V
Arrivée Câbles posés sur ch emin Presse Manutention Centrale à béton Servitudes
depuis de câbles (ou tablette ) S 2 = 225 kVA S 3 = 75 kVA S4 = 80 kVA Ib 5 = 125 A
Tableau perforé avec deux autres U = 400 V U = 400 V U = 400 V U = 400 V
cos ϕ 2 = 0,8 cos ϕ3 = 0, 85 cos ϕ 4 = 0,85 cos ϕ 5 = 0,9
Folio n°

Général circuits triphasés.


Température 40 ° C
Longueur 20 mètres
2
Icc2

Q6 Q7 Q8 Q9
IN C 60 H C 60 H
160 T 40 A 63 A
160 A courbe C courbe C
DT 14

Q 10 Q 11
C 60 N C 60 H
16 A
Armoire de Distribution
Tableau Servitudes

Câble mono-conducteur Câble


U 1000 A R 2 V U 1000 R 2 V
2 1 150 mm 2 / phase Atelier Réfectoire Chauffage Prises de courant
1 1 150 mm 2 neutre palette local adjuvant triphasées
2
1 1 150 mm PE 400 V , 32 A
Longueur 15 mètres
depuis
T.G.B.T.
Folio n°3
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

PE A

X2P 0 L1 L2 L12 L12


( 026-2 ) B
X2P 1 L3 L4 L13 L13
( 026-2 )
X2P 2 L5 L6 L14 L14
( 026-2 ) C

Q1 KM1

L4
L12 ( 012-2 )

L2

L4
( mise sous tension ) D

L2
q1 L13 ( 012-2 )
L14 E
( 012-2 )
L7 Q69
L2
( 134-2 )
Q 60 F

L15

L16
L4 ( 134-2 )
L6 ( 134-2 ) G
L8

L9
DT 15

T3
Alimentation L2 ( 011-8 )
T1 dans pupitre L4 H
2500 VA ( 011-8 )
AUTOM ATE TSX 57
24

25

400 / 115 V L6
A lim e nta tio n 2 20 V A C ( 011-8 ) I

27
Q 70
PRESSE A860

03
05

J
Alimentations

27
28
28
Q 61 K
A lim e nta tio n 2 20 V A C Alimentation
AUTOM ATE TSX 57 armoire puissance
L
04
02

04 04 04
( 003-2 )
M
Folio n° 002

H102 H153
02 02 02
( 003-2 ) N

O
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

A
( 002 - 24 ) 04 04 01 ( 110 - 5 )
B
( 145 - 8 )
07
Chauffage pilon
23X21
29BAS ( 137 - 12 )
Tire tole

121
19X18 12X18 23X11 C
( 125 - 3 )

01
04
04
33MOUL 0GRI ( 189 - 2 )
18BAS Sortie presse
( 139 - 15 ) D

11
Nettoyage pilon
08

30BAS ( 094 - 12 )

3X21 19BAS E

10
34MOUL

120
( 074-2 )

( 134-16 )
3X11 35

09
F

01
17BAS

20BAS 3GRIL G
3X18
DT 16

36MOUL 13X19
4X18
20X18 ( 094-12 )

216
06 13 4X11 Fu53 H
14 4X21 ( 139- 15 ) N ettoyage pilon

12
15
13 23 ( 189- 2 ) Sortie presse I
XPS AL 3410 A1 ( 114-2 )
1X28 AIR Motorisation 1
A2
Mise sous tension

Y1 14 24
PRESSE A860

Y2 1BEV AIR ( 125-3) V ibra tion F FV E J


219

5X21
16

EVAIR
( 143-1 ) Blocage dameur
18

5X11
7X21 ( 137-12 ) Tire tole
7X11 K
(089-2 ) P ulv éris ation
6X21 2BEV AIR ( 136-8 ) Vibration pilon
6X11 17 L
2X28 AIR ( 145-8 ) Chauffage pilon
02 02 02 ( 110 - 5 )
M
( 002 - 24 )
Folio n° 003

NO NF NO NF NO NF
( 003-16 ) ( 003- 9 ) ( 002-16 ) ( 96-20 ) ( 192-15 )
( 003-16 ) ( 002-16 ) ( 195-19 ) N
( 002-16 ) ( 194-16 )
( 006-9 )
( 003-21 ) O
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

Q43 KM43 A
( 002-24 ) ( 002-25 )
L14 L153 L154 L154
vers les B
( 002-24 ) L13 L155 L156 L156 ( 002-25 )
trois autres
( 002-24 ) ( 002-25 )
VIBREURS C
L12 L157 L158 L158

D
C35

Q112
( 127-3 ) E
C36
( 124-10 ) ( 027-4 )
SON DE CT P
( 127-3 ) C38

L159

L160

L161
F
0X2PV 1X2PV

C05

C39

C37
Fu57 G
DT 17

6 1 2 L163
5 3 11 8
L162 ( 027-20 )
L1 L2 L3
L165 H
VARIATEUR UMV 4301 22 T L164
( 027-20 )
Variateur 1 Vibreur FFVE

15 kW
SUB U V W I
31 30 29 28 27 14 13 6 5 4 3 2 1 0
15
C41
PRESSE A860

J
( 131-6 )
KA44 ( 131-6 )

L166

L167

L168
( 125-47 )
( 131-6 ) K
C40
( 131-6 )
( 025-8 )
Alim entation ( 131-6 ) L
5 V extérieure ( 025-8 ) ( 131-6 )
0 1 3 4 6 7 9 10
M
MV 1
Folio n° 026

2 1 8 5 6 3 7 4
+5V 0V 7, 5 kW
N
Codeur 1024 points par tour
O
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

Réarmement Sécurité B
GRILLE Marche ligne FFVE Relais de sécurité GRILLE

( 003-23 ) C
01 01 01 01 01 ( 111-5 )

D
( 108-14 ) C0 5

01
01

01

01
02 02 ( 111-5 ) E

KA17 KA17 KA17 KM43


( 110- 7 ) ( 110- 7 ) ( 110- 7 ) ( 110-13 ) F
A1 A2 KA38
KA38 Bloc d' auto-contrôle PILZ

174
( 110- 22 ) G
S11 S12 S23 S24
DT 18

22X21
C314

18X21 19X21
Contrôle grille - Téléco. FFVE

155

157
H

175
15X 18 17X 18

154
8 Gr il 11 G ril

156
152

174
153

22X11 S281-1 I
S281-2
19X11

158
18X11 F25

159
( 027- 20 ) 6G ril
PRESSE A860

9Gril
S842 S842 J
10 G ril
( 070-4 )

177 5G ril
KA17 H42 KM43 H45 S181-1 S181-2 K

161
160
4 Gr il 8 Gr il
( 003-23 ) 02 02 02 02 02 14 G ril 1 6G r il L

NO NF NO NF NO NF
( 004-8 ) ( 110-10) ( 026-9 ) ( 110-7 ) M
Folio n° 110

( 107-6 ) ( 026-9 )
( 110-4 ) ( 026-9 )
( 110-13) ( 110-15) N

O
FABRICATION DE BLOCS MANUFACTURÉS
EN BÉTON

DOCUMENTS RÉPONSES
DOCUMENT REPONSE REP B2

GRAFCET de PRODUCTION NORMALE :Tâche T1

20

21

22 25

23 26

Hiérarchisation des GR AFC ET


Centrale à béton Document réponse
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

( ) B

DOCUMENT REPONSE REP C1


( ) E

A2 A1 12 9 10 14 F

Module de sécu rité G


Référence :
3 7 8 6 4 5 15 11 13 16 A3
H
Schéma de commande document réponse
Contrôle convoyeur sortie

I
Mise en sécurité de la presse

A5 A4 PE C4 C5 PE A5 A4
A1 J
PRESSE A860

A2
K
B1
B2
Récepteur Emetteur
C1 L
C2 A1 A2
M
Folio n° 111

O
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

A
Schéma unifilaire de puissance
Modifications à apporter aux schémas
( alimentation des vibreurs ) B

L1, L2, L3

DOCUMENT REPONSE REP C2


D
( X2P )
E

H
Schéma de puissance
Contrôle convoyeur sortie

I
Mise en sécurité de la presse
PRESSE A860

Variateur Variateur Variateur Variateur L


document réponse

M
Folio n° 200

M3 M3 M3 M3
N

O
DOCUMENT REPONSE REP E1
Question E.1.1

600 Uc U12 U23 U31

400
V1 V2 V3

200

0
0 0,5 1 1,5 2 α
(x Π)
-200

-400

-600

I D1

t
DOCUMENT REPONSE REP E2

Question E.4.1.

sens AV sens AR
A A
1 1

0 0

t t
B B
1 1

0 0

t t

Question E.4.4.

A A
1 1

0 0

t t
A A
1 1

0 0

t t

B B
1 A1
0 0

t t
B B
1 1

0 0

t t
CL/UP CL/UP
1 1

0 0

t t
CL/DOWN CL/DOWN
1 1

0 0

t t
FABRICATION DE BLOCS MANUFACTURÉS
EN BÉTON

DOSSIER RESSOURCE

- Partie A : Distribution électrique................................ pages DR A01 à DR A15

- Partie C : Mise en sécurité de la presse.................... pages DR C1 à DR C5

- Partie D : Motorisation du skip................................... pages DR D1 à DR D5

- Partie E : Table vibrante............................................ pages DR E1 à DR E3


Dénomination des câbles

DR A01
DR A02
DR A03
DR A04
DR A05
DR A06
DR A07
DR A08
DR A09
DR A10
DR A11
DR A12
DR A13
DR A14
DR C1
DR C2
DR C3
DR C4
DR C5
DR D1
DR D2
DR D3
DR D4
DR D5
DR E1
PINCE DE PUISSANCES ET D’HARMONIQUES F27
CHAUVIN ARNOUX

EXTRAIT DE LA NOTICE D’UTILISATION

DR E2
Codeurs rotatifs
Généralités

DR E3

Vous aimerez peut-être aussi