Vous êtes sur la page 1sur 36

PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION

D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

INTRODUCTION GENERALE

La société d’exportation des parcs à bois du Cameroun est une société


de transport et logistique ayant pour mission:
- la réception et le stockage des bois non spécifié
- la manutention nécessaire aux opérations de commercialisation et ou
d’exportation
- la réception et le stockage des bois spécifiés pour l’exportation
- la livraison aux navires.
Toutes ces opérations sont effectuées par des engins (Caterpillar, tracteur,
remorqueurs, grue) qui à cause du volume des tâches à effectuer tombe
fréquemment en panne. La transmission du moteur marin que nous aurons
l’occasion de présenter est celui d’un remorqueur. Il assure la fonction
essentielle dans le fonctionnement de ce remorqueur. C’est donc un ensemble
d’élément qui doit être permanemment en bon état pour maintenir un taux de
disponibilité important à l’exploitation.
Pendant longtemps, il a été question de satisfaire l’exploitation par le
respect des délais et le travail bien fait. Il se pose un problème lors des
opérations de maintenance corrective du fait qu’on se focalise seulement sur le
problème qui est à l’origine de l’arrêt de la machine, ceci ajouté à l’absence
d’une bonne procédure de maintenance préventive, qui peut conduire à
l’immobilisation fréquente des machines pour un problème qu’on aurait pu
solutionner bien avant. Pour pallier à tous ces problèmes, le sujet suivant a été
jugé nécessaire: « Proposition d’une procédure de maintenance de la
transmission d’un remorqueur ». L’objectif vise par ce thème est celui de
faciliter la tâche aux techniciens dans la réparation, de diminuer le temps
d’intervention, de réduire au maximum les consommations en lubrifiant et de
réduire la fréquence des pannes.

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 1


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Ce travail se reparti en deux parties :


- Première partie : Présentation de l’entreprise et déroulement du stage
- Deuxième partie : Proposition d’une maintenance préventive de la
transmission des remorqueurs à la SEPBC

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 2


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

PREMIERE PARTIE:
PRESENTATION DE L’ENTREPRISE
ET
DEROULEMENT DU STAGE

CHAPITRE I :
PRESENTATION GENERALE DE L’ENTREPRISE
Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 3
PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

I. Situation géographique et adresse complète

SEPBC : société d’exploitation des parcs à bois du Cameroun


\
Capital : 374 990 000 FCFA
Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 4
PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Activité : GESTION DES PARCS A BOIS DE DOUALA

Superficie : 40 ha de terre- pleines (1 ha couvert)

No statistique : 11-731-01-A

Actionnariat : GROUPE BOLLORE : 74 ,33%


: PORT AUTONOME DE DOUALA : 20, 17%
: GEODIS WILSON CAMEROUN : 5,5 %

SIEGE SOCIAL: terminale bois du port de Douala, BP 1344 DOUALA

Téléphone : (+237) 33 42 17 48 / 33 42 17 49/ 33 42 29 40

Fax : (+237) 33 42 25 79

E-mail : sepbc.cameroun@bollore.com

I.1Création et évolution
La SEPBC a été créée en 1971 par l’Etat camerounaise la société nationale
des investissements (SNI° et les partenaires portuaires (ONPC- société
d’Acconage). Les objectifs à la création était de répondre aux nécessités de :

 Rationaliser des opérations de changement de bois au port de et par la suite


au port de Kribi, ceci en éliminant le nombre d’inventant dans la chaine de
livraison ;
 Préserver les infrastructures portuaire (voies de circulation, bandes-bords à
quais, etc.…) en se donnant les moyens de livrer notamment les grumes par
Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 5
PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
le plan d’eau (radeaux et barges) ;
 Décongestionner les infrastructures portuaires
 Limiter l’inflation des surfaces bois en créant une structure de régulation
des durées de séjour ;
 Permettre à l’administration camerounaise de centraliser en un seul point les
services de contrôle (douane, eaux et forêts, SGS), et au PAD de
contrôler efficacement les éléments de facturation ;
 Le contrôle (conjointement avec les agents du PAD chargés de la police
portuaire du règlement d’exploitation du Terminal bois).

I-2 Quelques chiffres sur les réalisations actuelles


Tableau 1 : Evolution des volumes au cours des sept dernières années
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Grumes 572697 433536 663115 509821 420160 509453 587733
Débités 619873 610252 558945 574945 512860 303304 330216
Total 1192570 143788 1222060 084766 933020 812757 917949

Cameroun Congo RCA RDC


Grume Débités Grumes Débités Grumes Débités Grumes débités
2004 24 0/0 78 0/0 49 0/0 15 0/0 27 0/0 7 0/0 0 0/0 0 0/0
2005 290/0 780/0 440/0 160/0 240/0 60/0 30/0 00/0
2006 45,50/0 72,60/0 26,20/0 17,10/0 26,70/0 10,30/0 1,60/0 00/0
2007 48,50/0 68,70/0 20,00/0 20,20/0 31,50/0 11,10/0 00/0 00/0
2008 50,80/0 56,80/0 21,50/0 23,10/0 27,60/0 11,10/0 00/0 00/0
2009 69,60/0 63,90/0 9,90/0 22,60/0 19,10/0 12,10/0 00/0 00/0
2010 69,90/0 62,80/0 14,00/0 27,10/0 14,50/0 9,20/0 00/0 00/0
Les pays exportateurs de bois en transit sur les terminaux camerounais
Les essences exportées
Plus de 50 essences différentes transitent en moyenne chaque année par nos
terminaux. Parmi les plus représentatives (base 2008/grumes) :
 le Sapelli 25,60/0
 l’Ayous 18,30/0

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 6


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
 le Tali 10,0 0/0
 le sipo 5,50/0

Les principaux pays importateurs (2010) : Italie ; Allemagne ; France ;


Espagne ; Chine; Inde ; Thaïlande ; Sénégal ; Maroc ; Tunisie
Moyens humains et matériels
Pour remplir sa mission, et conformément à son engagement contractuel,
la SEPBC s’est dotée de moyens humains et matériels à la dimension de ces
exigences. Le personnel est estime à 350 personnes dont 35 intérimaires (Base
mars 2012). Le matériel selon les données de mars 2012 est constitué de :
- Chargeurs exploitation : 10
- Barges : 1 3
- Remorqueurs : 06
- Remorques grumes : 18
- Remorques plateaux : 15
- Tracteurs : 25
- Motos : 14
- Chariots élévateurs : 20
- Grues : 02

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 7


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

I-3Organigramme hiérarchique

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 8


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

CHAPITRE II :
DEROULEMENT ET ACTIVITES DU STAGE

II.1 Objectifs
 Identifier les composantes de la transmission d’un remorqueur
 Vérifier et entretenir le système de transmission sur un remorqueur
 Vérifier que tous les travaux demandés ont été effectué

II.2 Journal de bord


La date du 01 septembre 2014 marque le jour de notre arrivé dans la
Société d’exploitation des parcs a bois du Cameroun .Ce jour nous avons été
bien reçu par le chef service technique en la personne de Mr AMANG JULIEN
qui nous a donné la directive à suivre et par la suite nous a affecté un parrain à la
fois encadreur professionnel au nom de MrLINGOM JUSTIN chef sous-
section matériel flottant .Nous avons parcourus les différents postes de travails ,
fais la connaissance du chef de section et des différents chef d’équipes , en gros
se familiariser avec l’entreprise .notre stage avait une durée de deux mois.

Période du 01 septembre au 15 septembre 2014


Après l’entretien sur la sécurité en entreprise, nous avons commencés le 02
septembre par observer les interventions des ouvriers sur les engins,
REMORQUEUR, GRUE, CATERPILLARS dont nous avons effectué les
opérations d’entretien (vidange huile moteur, huile de l’inverseur, remplacement
des filtres(huile, gazole, air), graissage complet de l’arbre detransmission,
réglage de la courroie d’alternateur)
Ce pendant notre présence n’était pas inutile car nous les aidions dans les
interventions sur ces différents engins.
Au cours de cette période nous avons participé à la réalisation d’un
Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 9
PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
ensemble de travaux mécaniques lourds (remplacement de la pompe
d’injection ; réfection des vérins ; remplacement des flexibles, remplacement de
l’inverseur, remplacement de la ligne d’arbre, réfection moteur…) sur des
engins de marques CATERPILLAR, REMORQUEUR. Notre but ici est de
s’assurer du bon déroulement des travaux et du respect de la demande
d’intervention.

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 10


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Tableau 2 : Récapitulatif des travaux effectués pendant le stage


Code Temps
Engins Problèmes Travaux effectués Observation
GESPAR utilisés
Période du 15 au 30 septembre
Action D1 9401 Chauffages énormes du - Contrôle de la pompe et vérification des durites Après remplacement de la
moteur d’eau puis remplacement de la durite percé. durite et le remontage de la
- Dépose de la culasse et rectification de la culasse, le chauffage à
planète, remplacement des joints de culasse, 8h disparu.
puis remontage.
TAKOUMA D1 9551 Les vitesses ne passent - Contrôle de la trajectoire du câble masse. Après tous les opérateurs
pas Vérification du niveau d’huile à l’inverseur et effectués nous avons constatés
les éventuelles fuites, étanchéité de la fuite avec 3h que les vitesses passaient
un joints en cuivre normalement.
Période du 01 au 10 octobre 2014
Grue 831001 La flèche ne descend pas Démontage du poumon et remplacement de la Descente et monté de la flèche
American et ne remonte pas membrane percé par un neuf plus rapide
4h
TIAMA D1 9201 Mélange d’eau et d’huile - Dépose de la culasse et remplacement du Augmentation de la puissance
au moteur joint de culasse et remontage de la culasse, 6h
serrage des boulons aux couples avec la clé
dynamométrique.
Période du 10 au 25 octobre 2014
Dibombe D1 9251 La direction du - Mise au sec soudure des boulons du Après soudure, le remorqueur
remorqueur est instable gouvernail 5h à une stabilité sur la direction
Nicolas D1 8501 Le moteur manque de - Vérification du circuit de refroidissement Après la réfection du moteur,
puissance et chauffe - Inspection du filtre à air et à gasoil changer l’huile moteur les
anormalement - Vérification de la pression d’injection joints et s’assurer qu’aucun
- Dépose et démontage du moteur objet ne s’est infiltré dans le
- Remplacement du filtres à huile, filtres 7h moteur.
Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 11
PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

gazole, des segments et des coussinets


Période du 25 octobre au 12 novembre 2014
Cuve 827901 Tirant du palonnier cassé - Démontage de l’émersion, remplacement Après remplacement nous
Buissonneux par un neuf, graissage du palonnier 3h avons constaté que le
palonnier est en bon état
BAHIA D1 9001 Problème de démarrage -
Après contrôle, nous avons constatés que le Toujours contrôler le niveau
réservoir était à vide, nous avons mis du de gazole au réservoir
gazole et purgé le circuit d’alimentation et
celle à démarrée 4h
Période au 12 au 20 novembre 2014
NAZA D1 9304 Présence d’eau dans le - Remplacement de la tresse de la ligne Passage d’eau normale
locale de la machine d’arbre 3h
MAKORE D1 8401 Support moteur desserré - Serrage des boulons aux couples. Essai concluant
2h
Période du 20 au 30 novembre 2014
Grue 831001 La rotation est bloquée - Démontage des garnitures contrôle pipetage Rotation excellente dans les
American dans les deux sens sur les mâchoires puis remontages des deux sens
garnitures réglage des garnitures 2jours
Grue 831001 Le moufle ne monte pas Démontage du flexible d’air percé et Rapidité de monté
American remplacement par un neuf. 2h

II.2.1 Choix du thème


a) Difficultés rencontrées
 Incompréhension sur la lecture des schémas de transmission
 Complexité du système de transmission
 Manque d’appareils de diagnostic.

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 12


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
II-3 Planification et maintenance des
remorqueurs à la SEPBC
Tableau 4 : Planification des tâches
PLANNIG D’ENTRETIEN ET DE MAINTENANCE DES REMORQUEURS A LA SEPBC
1. Nettoyage élément du filtre à air
2. Prélèvement échantillon d’huile moteur
3. Vidange huile moteur
4. Changement filtre à huile
200 H 5. Remplacement filtre décanteur à gasoil
1. Contrôle état durite et canalisations souples
2. Contrôle état et tension courroies
3. Réglage culbuterie
4. Remplacement cartouches de filtre à eau
5. Remplacement cartouches de filtre à gasoil
6. Nettoyage pré-filtre
400 H 7. Nettoyage filtre de renifiard
1. Vérification aftercooler
2. Contrôle des points de fixation du moteur
3. Remplacement cartouches décanteur
4. Vidange huile réducteur
1000H 5. Nettoyage à chaud tube filtrant à huile
1. Contrôle pompes à eau brute et cale.
2. Contrôle injecteurs
3. Nettoyage turbo compresseur
4. Contrôle des jeux turbo compresseur
5. Nettoyage faisceau d’échangeur de temps
6. Vidange circuit d’eau douce
7. Remplacement liquide refroidissement
8. Vérification alternateur
3000H 9. Vérification démarreur
1. Mesure compressions
2. Nettoyage refroidisseur d’huile
3. Nettoyage refroidisseur d’air turbo
4. Contrôle pompe à eau douce
5. Contrôle thermostat.
6. Contrôle pression d’huile du réducteur
7. Révision pompe d’injection
8. Vérification accouplement moteur/réducteur
6000H 9. Remplacement cartouche de filtre à air
1. Révision moteur
2. Rodage des soupapes
3. Vérification clapet de pompe à huile
4. Vérification turbocompresseur
5. Vérification pompe à huile
6. Nettoyage crépine pompe à huile
7. Révision des pièces d’usure de l’inverseur
8. Révision partiel de l’appareil à gouverner
12000H 9. Sablage et peinture des zones fragilisées

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 13


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

DEUXIEME PARTIE : PROPOSITION D’UNE


MAINTENANCE PREVENTIVE DES
REMORQUEURS A LA SEPBC

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 14


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

CHAPITRE III : MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION

III-1Présentation du schéma cinématique d’une transmission

III.1.1Fonctionnement  de la transmission
Afin de transformer la puissance du moteur en poussée, le groupe
propulseur est composé de quatre éléments fondamentaux :le moteur,
L’inverseur réducteur, la ligne d’arbre, hélice.

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 15


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
L’INVERSEUR REDUCTEUR
Situé entre le moteur et la ligne d’arbre l’inverseur réducteur assure
l’inversion de marche et le point mort. Il réduit aussi la fréquence de rotation de
l’arbre d’hélice afin de conserver un bon rendement d’hélice.

LA LIGNE D’RABRE
Situé entre l’inverseur réducteur et l’hélice transmet le mouvement de
l’inverseur a la ligne d’arbre. IL se compose de cinq paries : l’accouplement, le
joint d’arbre, le turbe d’étambot avec ses paliers, l’arbre d’hélice, hélice

L’HELICE
La force propulsive, qui anime un bateau ou un remorqueur, est fournie
par son hélice, laquelle est constitué de deux, trois ou quatre pales identiques
reparties autour d’un moyeu. Une hélice fontine en rejetant un certain volume
d’eau qui produit, par réaction, une poussée de l’eau sur les pales d’hélice

III.1.2Différents types d’hélice

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 16


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

III.2 Maintenance des systèmes de transmission


Cette partie contient le programme d’entretien et les instructions
nécessaires à l’entretien et à l’inspection Le programme d’entretien indique les
intervalles de temps à respecter pour l’inspection, la lubrification, le graissage et
l’entretien de votre transmission .les intervalles indiqués pour l’entretien
correspondent au temps relevés sur l’holomètre et à des intervalles calendaires.
Utilisez l’intervalle indiqué en premier.
Les intervalles recommandés dans les programmes d’entretien doivent être
réduits dans les cas suivants :
 si le remorqueur est utilisé plus de huit heures par jour.

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 17


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
 si le remorqueur travail à des conditions salissantes.
Votre concessionnaire du remorqueur possède l’équipement et le personnel
qualifier afin de garantir un programme complet d’inspection, la lubrification et
l’entretien réguliers permettront à votre remorqueur de travailler plus
efficacement et pendant plus longtemps.
Certains utilisateurs disposent du personnel et du matériel voulus pour accomplir
les tâches d’inspection, de lubrification et d’entretiens spécifiés dans le
programme d’entretien. Les manuels d’entretien sont disponibles chez les
concessionnaires des remorqueurs pour les utilisateurs qui souhaite eux- même
l’entretien.

Tableau 5 : Planning de maintenance

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 18


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
N° ELEMENT 8H/ 250H/ 500 1000 2000h/ 4000h/ Méthode ou spécification
D’élé 1jour 6sem h/ heures/ 1année 2année quantité
ment aine 6Mo 6mois

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 19


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
1 Etiquettes de X Remplacez si voir manuel de
sécurité besoin est pièces
nécessaire détachées
2 Recherchez les X Recherchez les
fuites éventuelles fuites voir
d’huile NOTE 1
3 Tuyaux X Vérifiez l’état voir manuel de
hydrauliques pièces
détachées
4 Vérin de direction X Contrôlez l’état visuel
et le
fonctionnement
5 Huile de x x C 08 litre ISO VG 46
l’inverseur SAE (10qt) huile
40W-15 hydraulique
-15°C (5°F) et
plus
6 Filtre à Huile de C 1Filtre voir manuel de
l’inverseur pièces
détachées
7 pompe X C Inspectez voir manuel de
hydraulique nettoyez selon pièces
d’huile de les besoins détachées
l’inverseur
8 Câble de vitesse X C Selon l’état du Graisse multi-
câble usage
9 Chaines de L X Lubrifiez selon Huile moteur
direction de la les besoin
barre vérifiez l’usure
10 Câble X L Lubrifiez selon Graisse multi-
d’accélération les besoin usage
2graisseurs
11 Hélice a quatre L 2graisseurs Graisse multi-
pales usage
12 Joints d’arbre L X C Lubrifiez selon Graisse multi-
les besoin usage
2graisseurs 4
roulements
13 Pompe hydraulique L 4 graisseurs Graisse multi-
de l’inverseur usage
14 Distributeur des L SAE 10W-30
vitesses API SL
ILSAC
GF3 SAE
J2362
15 Ligne d’arbre L Pompe a graisse Graisse multi-
usage

16 Manchon L 1 graisseur Graisse multi-


d’accouplement de usage
l’inverseur
X=contrôler C=changer L=lubrifier
III -3 Un outil d’aide au diagnostic
Nous nous intéressons dans le cadre de ce travail au diagramme de
diagnostique car c’est le mieux indique dans la pratique de la maintenance
corrective.
Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 20
PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
Définition et importance du diagramme de diagnostic
L’organigramme de diagnostic ou diagramme de diagnostic est un outil
d’aide de diagnostic. Il donne la marche à suivre pour identifier les causes de
défaillance. A partir de l’événement indésiré, l’organigramme évalue les
hypothèses préalablement formulées et propose des décisions éclairés par des
tests. Ainsi, l’homme de maintenance est orienté vers la cause de l’effet indésiré.
Le diagramme de diagnostic présente de nombreux avantages :
 Facile à mettre en œuvre,
 Sert de langage commun aux maintenanciers et aux exploitants,
 Peut être utilisé comme compte rendu de dépannage,
 Peut être utilisé pour transmettre l’état de la recherche à une autre équipe
de dépannage, dans ce cas les étapes effectuées peuvent être marquées en
rouge,
 Permet de constituer une (bibliothèque) de logigramme pour faciliter la
recherche des causes.
Méthode d’étude du diagramme de diagnostic
Il est construit suivant les étapes suivantes :
 Poser clairement le problème
 Rechercher les causes possibles
 Classement des défaillances
Pour optimiser la démarche, on classe les défaillances suivant deux critères :
 Facilité de vérification
 Probabilité de se révéler vrai

 Tracé du logigramme

Enonce du mode de défaillance

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage


Non 21

Oui
Action
corrective
Essais
Mauvais
PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Bon
Fin

Vers test de vérification de


la deuxième hypothèse

Schéma1 :

III -4 Outils d’aide à la décision


La politique de maintenance doit prendre en compte un certains nombres
de paramètres, notamment l’impact des défaillances sur la production ou sur la
sécurité des personnes et des biens. L’outil d’analyse que nous utiliserons est
l’A.M.D.E.C.

1-Définition de L’A.M.D.E.C.
L’A.M.D.E.C est une méthode d’analyse de la fiabilité qui permet de
recenser les défaillances dont les conséquences affectent le fonctionnement du
système. Notre analyse se fera selon le principe suivant :
 Description des modes de défaillances possibles et les causes les
produisant ;
 Effet(s) de chaque défaillances, conséquence la plus probable sur le
système et sur chaque composant ;
 Fréquences d’apparition de chaque défaillance ;
 Gravité ou sévérité de chaque défaillance ;
Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 22
PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
 Détectabilité : risque que la méthode d’inspection envisagée ne soit pas
adaptée pour voir ou déceler le défaut ;
 Action correctives et mesures préventives envisageables pour réduire la
probabilité de défaillance et minimiser les effets.

Phase préliminaire de L’A.M.D.E.C


Pour établir la fiche AMDEC et au vu des critères précis, il convient
d’abord de se fixer les limites. Pour le cas précis du circuit d’éclairage, nous
avons établi ce qui suit comme limite des variables.

Tableau3 : paramètres de la fiche AMDEC.


Fréquence d’apparition des Non détection des causes Gravité des effets
défaillances
Valeur Taux de valeu Non détection : D valeur Indisponibilité : G
défaillance F r
1 1 panne /an 1 Détectable par 1 Pas d’arrêt de
l’opérateur production
2 1 panne /trimestre 2 Détectable par un 2 Arrêt de moins
technicien qualifié d’une heure
3 1 panne /mois 3 Détectable par un 3 Arrêt de plus
technicien qualifié d’une heure mais
munit de matériels moins d’une
adéquats journée
4 1 panne /semaine 4 Difficile à détecter 4 Arrêt de plus
par un technicien d’une journée
qualifié munit de
matériels adéquats
D’autre part, nous nous fixons les limites ci-dessous en fonction de la
criticité de la défaillance de l’élément indiqué au regard des dommages qu’elle
peut entrainer notamment ceux matériels et ceux affectant la sécurité du
personnel.
La criticité est le produit des trois paramètres précédents. Ainsi, la valeur
minimal de la criticité est 1, et correspond à la défaillance qui pourrait subvenir
maximum une fois par an ; qui peut être détectée par l’operateur et dont la

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 23


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
fréquence n’occasionne pas d’arrêt de production. Et la valeur maximale est 64,
correspondant à une défaillance qui survient au moins une fois par semaine ; qui
est difficilement détectable par un technicien qualifié munit de matériels
adéquats, sans symptômes et dont l’occurrence entraine l’arrêt de production
pendant plus d’un jour.
Nous pouvons avoir différentes valeurs de criticité dans cet intervalle avec
différentes combinaison possibles des valeurs de la fréquence, de la détectabilité
et de la gravité
Conformément à ces différentes valeurs, on peut avoir ces plages pour
déterminer les types de maintenances à adopter à l’égard de ses défaillances.
Ainsi on a :
1≤CRITICITE≤8 : Maintenance corrective
8≤CRITICITE≤16 : Maintenance préventive systématique
16≤CRITICITE≤32 : Maintenance préventive conditionnelle
32≤CRITICITE≤64 : Changer la technologie

2. Description de quelques opérations


Il s’agit ici d’améliorer les conditions d’intervention afin de permettre à
l’intervenant d’être plus rapide dans son travail. Pour cela, nous exposerons
quelques opérations de maintenance correctives jugées importantes.

3. La gestion des interventions


Dans cette phase il sera question de définir les procédures de
déclenchement des actions de maintenance corrective. Pour gérer les
interventions, l’utilisation de bon de travail est essentielle ; c’est le document
qui permet de recueillir toute l’information nécessaire à la gestion de la
maintenance. Nous allons nous atteler à définir le fonctionnement de
l’ordonnancement, des fiches d’interventions, les demandes d’interventions et
les ordres des travaux.

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 24


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Conclusion :
Apres cette partie ou nous avons détaillé les différentes étapes que nous
utiliserons pour l’ élaboration de la politique de maintenance, nous pouvons
conclure que les différents outils de maintenance que nous utiliserons sont :
l’arbre fonctionnel dégradé pour la connaissance du matériels sur lequel nous
avons travaillé, le diagramme pour faciliter le diagnostic et l’analyse des modes
de défaillances de leurs effets et de leur criticité afin d’analyser les différents
scénari possibles de défaillance. La partie suivante est réservée à la présentation
des résultats de travail.

CHAPITRE IV : DIAGNOSTIC, CAUSE ET


PROPOSITION

IV.1 Causes de défaillance


Un service de maintenance doit, à partir du mode de défaillance,
poursuivre ses recherches pour définir les causes possibles de cette même
défaillance. Ces causes peuvent donc être de plusieurs origines.
 Inhérentes au fonctionnement : usure, chocs, surcharges ;

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 25


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
 Inhérentes à la conception fonctionnelle et à l’organisation structurelle de
l’entité ;
 Inhérentes à l’environnement : atmosphère abrasive, situation immergée,
ambiance explosive…

IV.2 Conséquences de vaillances


Toute défaillance entraine des conséquences :
 Pour l’utilisateur : insécurité, pollution, augmentation de ses couts de
production et de maintenance … ;
 Pour l’entité : détérioration partielle ou complète, baisse de son
rendement... ;
Il serait donc judicieux de parler des paramètres MFD (Maintenabilité –
fiabilité - disponibilité)

IV.3 Défaillance des systèmes de transmission des remorqueurs à la


SEPBC, leurs causes et leurs remèdes
Les défaillances sont les raisons d’être de la maintenance. Afin de diminuer
les risques qu’un circuit hydraulique court lors d’une défaillance, on doit
effectuer une maintenance régulière.
Le tableau suivant représente les différentes défaillances du système de
transmission d’un remorque à la SEPBC.
Tableau 5
PROBLEME CAUSE POSSIBLE PROCEDURE OU ACTION

Les vitesses ne passe pas Pas d’huile ou pas assez d’huile dans Remplissez le réservoir
ou passe difficilement Pompe hydraulique de l’inverseur usée jusqu’au niveau correct.
ou défectueuse Réparez ou remplacez la
Les disques de l’inverseur patines pompe hydraulique.
Câble de vitesse défectueux ou mauvaise Remplacez les disques
trajectoire du câble Remplacez le câble ou changer

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 26


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
la trajectoire
Le remorqueur n’avance Tourteau d’accouplement desserre Bien serre
pas au régime moteur Vis pointeau ou goupille cisaillé Remplacez les vis ou goupilles
Clavetage de l’hélice cisaillé Refaire le clavetage
Perte de l’hélice Remplacez l’hélice
Le remorqueur n’a pas de Niveau d’huile insuffisant dans la pompe Faire le niveau d’huile de barre
direction ou navire à vide de barre Remplacez le flexible
Flexible percé Remplacez les joints du vérin
Fuite d’huile au vérin Remplacez le gouvernail
Perte du gouvernail
Supports moteur desserré Mauvais alignement de la ligne d’arbre Bien aligné l’arbre
Hélice bloqué Bloqué, recharge l’arbre
Chauffage énorme de Usure énorme de la ligne d’arbre
l’inverseur Manque d’huile à l’inverseur Faire le niveau d’huile
Réfrigérant de l’inverseur défectueux Remplacez le réfrigérant

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 27


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

CHAPITRE V : RESULTATS DE L’EVALUATION DE LA


POLITIQUE DE MAINTENANCE

Il s’agit dans cette partie de présenter les résultats sur l’évaluation de la


politique de maintenance proposée. Pour ce faire, le suivi de la procédure
élaborée dans la partie précédente a conduit aux résultats ci-après :

V.1. Résultats de l’application des outils de maintenances


1- connaissance du matériel
Les composants du système ne sont pas codifiés. Car il n’existe pas un
logiciel approprie ; ceci conduit à ce que : le système de transmission possède
un dossier technique de composant mais aucuns d’eux n’a un dossier historique
de panne, ce qui rend la planification des dossiers de maintenance difficiles.

2- comportement du matériel
Le fichier historique des pannes n’existant pas pour chaque composant, il
est difficile de savoir quels sont les types, modes et causes de défaillances de ces
systèmes.

V.2 Outils d’aides de diagnostics : diagramme de diagnostic


En cas de dysfonctionnement d’un système, il faut rapidement remédier à
la situation indésiré afin de minimiser les conséquences du dysfonctionnement.
Une fois le mode de défaillance identifie, il s’agit de poser un diagnostic. On
pourra utiliser la même logique pour établir des diagrammes de diagnostics pour
d’autres modes de défaillances, et aussi pour les autres systèmes nous
établissons ci-dessous les diagrammes de diagnostics des systèmes de
transmission pour les modes suivants :
- les vitesses ne passe pas ou passe difficilement
- le remorqueur n’avance pas au régime moteur

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 28


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
- Schéma2 :

Les vitesses ne passe pas ou passe difficilement

Manque d’huile a l’inverseur


Faire le niveau
Oui

Mauvais Essai

Non
Pompe de l’inverseur défectueuse Bon
Oui Fin

Réparer la pompe ou remplacez


Non
Mauvais Essai

Non Bon
Fin
Câble coupé
Oui

Reparer ou remplacer le cable


Non
Mauvais
Essai

Bon
Refaire l’inverseur Fin

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 29


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Le remorqueur n’avance pas au régime moteur

Inverseur patine ou défectueux


Reparer ou remplacer
Oui

Mauvais Essai
Non
Manchon d’accouplement desserré
Oui Bon
Fin

Serré ou remplacer les boulons

Mauvais Essai
Non

Bon
Vis pointeau ou goupille cisaillé Fin

Oui

Remplacer

Non
Mauvais
Essai

Clavetage de l’hélice cisaille Bon


Fin
Oui

Refaire ou changer la clavette

Non
Mauvais Essai

Bon
Refaire le système Fin

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 30


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
V.3 - Outil d’aide à la décision: A. M .D E. C.
Le tableau ci-dessous présente les différents modes de défaillances du
système de transmission avec leurs causes, leurs effets et leurs criticités.

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 31


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Tableau 6 : Fiche A.M.D.E.C du système de transmission

SEPBC Analyse des modes de défaillances, de leurs effets et de leurs criticités Date :
Système hydraulique d’un chariot élévateur
Eléments fonctions Modes de Causes de détection Effets de criticité Actions correctives
défaillances défaillances défaillances F D G C
La tresse de Assure Déchiré Mauvais montage Présence Arrêt du 3 3 3 27 remplacer
ligne d’arbre l’étanchéité d’eau dans la remorqueur
d’eau dans la cale cale
Pompe Envoyer le fluide Usée, Longévité, Par , la pompe n’aspire 1 3 4 12
hydraulique sous pression dans défectueuse fonctionnement manipulation ni ne refoule,
Réparer, remplacer
de l’inverseur le circuit sans huile de la barre dysfonctionnement
du circuit
Câble de Assure le passage Usée, longévité Par Pas de vitesse à 1 3 2 6
vitesse des vitesses défectueux manipulation l’inverseur
remplacer
du boitier
morse
Flexibles de Assuré la liaison percer Frottement, visuelle Fuite d’huile 4 4 2 32
direction entre la pompe de longévité importent remplacer
barre et vérin
Ligne d’arbre Assure la liaison Usée, tordu longévité Visuelle, Présence d’eau 1 2 4 8 Remplacer, recharge
entre l’inverseur vibration du dans la cale
et l’hélice moteur
Vérins de Mettre le Le Casse, coince Par Manque de débit 1 3 4 12
direction gouvernail en gouvernail manipulation
Réparer, remplacer
mouvement ne braque de la barre
pas

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 32


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 33


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC
SUGGESTIONS
La procédure de maintenance préventive proposée est adaptée au
contexte du SAV de l’ETS AT5 . Nous pensons que la mise en place de cette
politique est d’une grande importance pour la maitrise des interventions des
poids lourd .Mais cette démarche ne devra pas reste figée et devra être mise à
jour toute fois ou il y aura un changement quelconque dans la technologie des
poids lourd. Egalement, nous croyons que la réalisation des opérations de
maintenance tel que décrite dans ce rapport permettra de réduire les temps
d’intervention sur les poids lourd . Pour ce qui est de la gestion des
interventions, le respect des systèmes établis, l’utilisation et l’exploitation de ces
fiches permettra à l’ETS AT5 d’avoir a temps réel un aperçu sur les coûts des
défaillances des poids lourd et permettra a celle-ci d’identifier les sources de
pertes de temps et de mettre en œuvre les mesures correctives nécessaire. . Nous
avons proposer d’autres recommandations dans quelques niveaux :

Sur le plan de la qualité des travaux


 S’assurer du respect des normes et méthodes de réparations ;
 Vérifier que les travaux effectués sont fait dans les temps et les délais de
réparation
 Mettre en place les plans d’action individuels

Sur le plan de l’acceuil par le réceptionnaire


Si le poids lourd contrôlé est non conforme le réceptionnaire précise la
nature de l’écart :
 Ecart du à la mauvaise réalisation des travaux sur le remorqueur
 Ecart du à un problème documentaire (manque de document/document
mal renseigné)

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 34


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Il était question pendant ce stage d’analyser et de proposer une procédure de


maintenance préventive des poids lourd .  Au terme de ces travaux, la procédure de
maintenance mise en place permettra de gérer efficacement les interventions, de
gagner en efficacité et en rapidité lors des séances de réparation et de révision. Cette
procédure ne donnera entière satisfaction que si le planning de maintenance
préventive proposéesest effectivement exploité .Quand on sait qu’une
CONCLUSION ET PERSPECTIVE
immobilisation prolongée cause les pertes financiers aux clients , l’adoption de cette
démarche permettrait à l’ETS AT5 de réduire ces temps d’intervention et de gagner
davantage la confiance de ses différents clients. Comme suggestion, nous proposons
d’ajuster, après un certain temps, la politique de gestion de stocks en analysant les
consommations, afin que la cadence d’approvisionnement reflète la cadence des
consommations. Cette procédure pourrait au fil des temps aboutir à la mise sur pied
d’un tableau de bord de suivi des opérations de maintenance, et à la création d’une
base de données pour la gestion des pièces de rechange, afin de mieux suivre
l’évolution des consommations des pièces de rechange et ainsi estimer les couts de
maintenance.

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 35


PROPOSITION D’UNE PROCEDURE DE MAINTENANCE DE LA TRANSMISSION
D’UN REMORQUEUR A LA SEPBC

Rédigé et présenté par : TCHOUMI MBIYA INNOCENTPage 36

Vous aimerez peut-être aussi