Vous êtes sur la page 1sur 24

Chapitre 3 :

ALIMENTATION
À
DECOUPAGE
(A.A.D)
A.A.D.
Partie 1 : Montage P3
I- Introduction
Les montages redresseurs, souvent appelés simplement redresseurs,
sont les convertisseurs de l'électronique de puissance qui assurent
directement la conversion alternatif-continu. Alimentés par une source
de tension alternative monophasée ou polyphasée, ils permettent
d'alimenter en courant continu le récepteur branché à leur sortie.
On utilise un redresseur chaque fois que l’on a besoin de continu alors
que l'énergie électrique est disponible en alternatif. Comme c'est sous
cette seconde forme que l'énergie électrique est presque toujours
générée et distribuée, les redresseurs ont un très vaste domaine
d'applications.

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


99
Maintenance Industrielle;
I- Introduction
Les redresseurs à diodes, ou redresseurs non contrôlés, ne permettent
pas de faire varier le rapport entre la ou les tensions alternatives
d'entrée et la tension continue de sortie. De plus, ils sont irréversibles,
c'est-à-dire que la puissance ne peut aller que du côté alternatif vers le
côté continu.
Les redresseurs à thyristors, ou redresseurs contrôlés, permettent, pour
une tension alternative d'entrée fixée, de faire varier la tension
continue de sortie. Ils sont de plus réversibles ; lorsqu'ils assurent le
transfert de puissance du côté continu vers le côté alternatif, on dit
qu'ils fonctionnent en onduleurs non autonomes.

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


100
Maintenance Industrielle;
I- Introduction

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


101
Maintenance Industrielle;
II- Fonctionnement
Ce découpage s’opère à haute fréquence, généralement au-delà des
fréquences audibles (20 kHz).
L’isolement galvanique est obtenu par un transformateur haute fréquence.
La tension continue désirée est générée par redressement et filtrage de la
tension découpée.
La régulation s’effectue par action sur le temps de conduction de
l’interrupteur statique (il est nécessaire que la chaîne de retour soit isolée
de manière galvanique).
Les alimentations à découpage utilisent les principes des convertisseurs
d’énergie continu-continu (hacheurs).
M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en
102
Maintenance Industrielle;
II- Fonctionnement
LIMITATIONS DU DECOUPAGE :
L’utilisation de fréquences de découpage élevées met en exergue les
limitations physiques des différents éléments, qui sont tous le siège de
pertes croissantes avec la fréquence :
Les pertes ferro-magnétiques seraient inacceptables si l’on
utilisait des matériaux classiques. Au-delà de 10 KHz, on a recours
aux ferrites, eux-mêmes présentant un niveau de pertes élevé à
partir de 50 KHz, pour des inductions proches du niveau de
saturation ;

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


103
Maintenance Industrielle;
II- Fonctionnement
LIMITATIONS DU DECOUPAGE :
L’utilisation de fréquences de découpage élevées met en exergue les
limitations physiques des différents éléments, qui sont tous le siège de
pertes croissantes avec la fréquence :
Les pertes ferromagnétiques seraient inacceptables si l’on utilisait
des matériaux classiques. Au-delà de 10 KHz, on a recours aux
ferrites, eux-mêmes présentant un niveau de pertes élevé à partir
de 50 KHz, pour des inductions proches du niveau de saturation ;

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


104
Maintenance Industrielle;
II- Fonctionnement
LIMITATIONS DU DECOUPAGE :
Les mécanismes de pertes par courant de Foucault dans les
conducteurs qui majorent considérablement les pertes Joule et qui
peuvent rendre nécessaire un fractionnement de ces conducteurs ;
Les pertes dans les condensateurs. L’utilisation de condensateurs à très
faible résistance série (TFRS) s’avère nécessaire ;
Les pertes par commutations dans les composants à semi-conducteur.
Elles conduisent, à l’heure actuelle, dans le domaine des basses
puissance (˂100W), à des fréquences de fonc onnement comprises
entre 20 et 100 kHz pour les transistors bipolaires, 50 et 500 kHz pour
les transistors MOSFET.
M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en
105
Maintenance Industrielle;
III- Les types de montage (03)
Pour obtenir une tension continue, on redresse un ensemble de q tensions
alternatives, d'ordinaire supposées sinusoïdales et formant un système
polyphasé équilibré (nombre de phases q). Ces tensions peuvent être les
tensions aux bornes d'un alternateur. Généralement, elles sont fournies par
le réseau monophasé ou, plus souvent, par le réseau triphasé, d'ordinaire
par l'intermédiaire d'un transformateur.
On distingue trois types de montages :
1.Pq : montages avec source en étoile et un seul commutateur ou redresseur
"simple alternance" ;
2.PDq : montages avec source en étoile et deux commutateurs ou
redresseurs "en pont" avec source étoilée ;
3.Sq : montages avec source en polygone et deux commutateurs ou
redresseurs "en pont" avec source polygonale.
M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en
106
Maintenance Industrielle;
III- Les types de montage (03)
Remarques:
•L'indication du type (P, PD ou S) suivie de celle du nombre q de phases
suffit à caractériser un redresseur.
•Les montages de type Sq ne seront pas étudiés dans ce cours.

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


107
Maintenance Industrielle;
III- Les types de montage (03)

Figure 2.1 :

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


108
Maintenance Industrielle;
III- Les types de montage (03)

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


109
Maintenance Industrielle;
IV- Diagramme chronométrique

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


110
Maintenance Industrielle;
IV- Diagramme
chronométrique

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


111
Maintenance Industrielle;
IV- Diagramme chronométrique

M. DIABAKHATE; Professeur en Electromécanique; Expert en


112
Maintenance Industrielle;
Rappels

M. DIABAKHATE, Professeur en Electromécanique et Expert en


113
Maintenance Industrielle
I- Côté continu
a- Uco: Tension continue
Uco = [Uc (t)]moy = 𝑠𝑀

b- Pc: Puissance continue

M. DIABAKHATE, Professeur en Electromécanique et Expert en


114
Maintenance Industrielle
II- Côté alternatif
Les courants (Ieff et IFeff)
Ieff
2
𝑆1 = 𝑆12

2 2
𝑆1 = 𝑐

2
2 𝑐 𝑐
𝑆1 = 𝑆1 =

M. DIABAKHATE, Professeur en Electromécanique et Expert en


115
Maintenance Industrielle
II- Côté alternatif
Les courants (Ieff et IFeff)
IFeff
2 𝑆𝐹𝑀
𝑠𝐹𝑒𝑓𝑓 𝑆1 =

𝑠𝐹

𝑠𝐹𝑀 𝑠1 𝑐 ∗

M. DIABAKHATE, Professeur en Electromécanique et Expert en


116
Maintenance Industrielle
II- Côté alternatif
Les courants (Ieff et IFeff)
IFeff

𝑐
𝑠𝐹𝑀

𝑠𝐹𝑒𝑓𝑓 𝑐

M. DIABAKHATE, Professeur en Electromécanique et Expert en


117
Maintenance Industrielle
II- Côté alternatif

𝑎𝑐𝑡 𝑝ℎ𝑎𝑠𝑒 𝑠1 1 𝑚𝑜𝑦

𝑎𝑐𝑡 𝑃ℎ𝑎𝑠𝑒

𝑎𝑐𝑡 𝑠𝑀

𝑎𝑐𝑡 𝑠𝑀

M. DIABAKHATE, Professeur en Electromécanique et Expert en Uco 118


Maintenance Industrielle
II- Côté alternatif

𝑠1𝐹1
𝑠1
𝐹

𝐹𝑎𝑐𝑡 𝑠𝑒𝑓𝑓 𝐹

𝐹𝑎𝑐

𝑐
𝐹𝑎𝑐𝑡

M. DIABAKHATE, Professeur en Electromécanique et Expert en


119
Maintenance Industrielle
II- Côté alternatif

𝑎𝑝 𝑠𝑒𝑓𝑓
𝑐
𝑎𝑝

𝑎𝑝

𝑎𝑐𝑡

𝑎𝑝

M. DIABAKHATE, Professeur en Electromécanique et Expert en


120
Maintenance Industrielle

Vous aimerez peut-être aussi