Vous êtes sur la page 1sur 7

REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple – Un But – Une Foi


------------------

OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA PARITE 


------------------

PROGRAMME D’APPUI AUX UTILISATEURS ET STATISTIQUES DE GENRE AU


SENEGAL

RAPPORT TRIMESTRIEL
(Janvier-Février-Mars 2020)

Mai 2020
1. Contexte de la mise en œuvre du PAPUSG

1.1Cadre général de mise en œuvre

L’Observatoire national de la Parité est une institution rattachée à la Présidence


de la République qui contribue à travers le suivi, l’évaluation et des études, à
promouvoir la parité entre les hommes et les femmes dans les politiques
publiques. Il formule au besoin des propositions de réformes ou des programmes
pour résorber les inégalités et garantir l’égalité de genre. Dans le cadre de
l’objectif visant à adapter la production statistique aux besoins des utilisateurs, le
Système Statistique Nnational (SSN) prévoit la production de statistiques
touchant différents domaines. Cette production doit être réalisée par l’Agence
Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) et par les producteurs
sectoriels rattachés aux départements ministériels.
Ces efforts progressifs dans la production des statistiques sont le résultat d’une
forte volonté politique qui a permis une meilleure coordination et une incitation à
la production statistique. Ils sont également les effets d’une bonne coopération
internationale qui a favorisé l’appui technique et financier de certains
producteurs.
C’est pour accompagner et matérialiser davantage cette volonté politique qu’a
été formulé le Programme d’Appui aux Producteurs et Utilisateurs de Statistiques
de Genre (PAPUSG).

Ce programme a pour finalité de contribuer à l’augmentation de la sensibilité


genre dans les politiques publiques au Sénégal, et cela à travers les résultats des
activités prévues dans le document de formulation. Ce programme compte
contribuer à l’efficacité de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent, et de la
Stratégie nationale d’Equité et d’Egalité de Genre (SNEEG). En plus de la
sensibilisation sur les enjeux et les défis des statistiques de genre, le PAPUSG va
offrir un renforcement des capacités techniques des cibles en vue d’améliorer la
production de statistiques désagrégées selon le sexe. Il va aussi leur permettre
de mieux utiliser cette production dans l’exercice de leurs missions. La finalité de
ce programme est de contribuer à l’intégration du genre dans les documents
nationaux de bilan et de programmation. Il va aussi permettre à l’ONP de se doter
de moyens d’accomplir convenablement sa mission consistant à faire part à la
plus haute autorité de la situation sur les inégalités entre les femmes et les
hommes dans les politiques publiques.
Le Présent rapport dresse la situation d’exécution Technique et financière au
terme du Trimestre Janvier, Févier, Mars.

2. Niveau de réalisation technique des activités du plan de travail


trimestriel

2.1 Missions régionales de mise en place des Comités Régionaux de Suivi de


l’Egalité Femme-Homme dans les politiques publiques locales

Six (06) ateliers départementaux d’informations et d’échanges sur le PAPUSG et


deux (02) Comités de Développement régionaux ont été tenus dans deux régions
du Sénégal à savoir Sédhiou et Kolda.

Les ateliers départementaux du comité de développement de partage et


d’information sur le programme d’appui aux producteurs et utilisateurs de
statistiques de Genre se sont déroulés sous la présidence des préfets en présence
des Sous-préfets d’arrondissement, des élus locaux, des chefs de services
déconcentrés et des représentants d’organisation de la société civile. Pour les
comités régionaux de développement spéciaux, ils ont été présidés par les
Gouverneurs ou leurs adjoints selon le contexte, en présence des Préfets, des
chefs de services régionaux et des maires de certaines communes. Dans chaque
atelier le coordonnateur du PAPUSG a fait une présentation sur l’état des lieux,
contraintes et leçons apprises du monitoring des sectoriels pour la production de
rapport de contribution au bilan annuel de la parité. Dans cette présentation sont
évoqués le contexte et la justification de la production de rapports sectoriels sur
l’intégration de la parité dans les politiques publiques. Au niveau du contexte, on
retiendra la CEDEF, les Objectifs de Développement Durables (ODD) et l’Agenda
2063 de l’Union Africaine. Au niveau national le PSE, cadre de référence des
politiques sectoriels, est mis en œuvre pour les respecter dles engagements du
Sénégal. Le PAP2 du PSE pour lequel des ressources financières importantes du
gouvernement et des PTF sont mobilisées, est articulé à un cadre de résultats
comportant des indicateurs à renseigner et un rapport à produire pour éclairer la
prise de décision des autorités et informer les autres parties prenantes. Dans ce
cadre l’ONP, par son mandat s’efforce d’élaborer en rapport avec les sectoriels et
d’autres acteurs intéressés, un rapport bilan sur le niveau d’intégration du genre.
A cet effet diverses difficultés sont rencontrées dont : certains indicateurs
sectoriels ne sont pas désagrégés selon le sexe, d’autres ne sont pas renseignés
régulièrement ou sont simplement estimés.

Souvent les rapports produits sont seulement descriptifs, ils ne comportent


aucune analyse produisant des informations utiles à la prise de décisions.
L’insuffisance de la communication entre l’ONP et les relais sectoriels limitent
aussi la production ou la mobilisation des données à temps. Le coordonnateur du
programme a ensuite procédé à la présentation du PAPUSG. Dans cette
présentation il a passé en revue la problématique, la justification, le cadre
logique, la stratégie d’intervention, les principaux produits et le dispositif de
pilotage et de suivi.

En résumé, le PAPUSG va contribuer à l’augmentation de la sensibilité Genre dans


les politiques publiques au Sénégal. L’importance de l’Iindice Nnational sur
l’Eégalité Ffemme- Hhomme a été soulignée car ce sera la première fois au
Sénégal que l’on met en place un indice qui a été construit par des experts
nationaux. Les contours du programme ont été défini en exposant les objectifs
sur les trois prochaines années dont la principale s’avère être contribuer à la
sensibilité genre des politiques publiques au Genre, l’autre objectif est de faire en
sorte que les ministères puissent établir des rapports nationaux et régionaux sur
l’égalité femme homme dans les politiques publiques. Pour finir, il a procédé à la
présentation des indicateurs du PAP 2. La matrice constitue un tableau de bord
pour les décideurs en vue de rendre plus efficace les politiques publiques. La
disparité Homme/Femme impacte en moyenne 6% le PIB des pays concernés. Il
est nécessaire de recentrer les politiques et programmes sur l’exploitation du
potentiel des femmes comme source de transformation économique et sociale
favorable à l’émergence. Au Sénégal, des avancées notoires ont été faites dans la
représentation des femmes dans l’administration ces dernières décennies. En
2017 le Sénégal est donc le 2eme pays leader derrière le Rwanda en termes de
représentativités des femmes au sein des organes électifs avec près de 41.82%
contre 11.7 en 1997 (PNUD, 2018). Les objectifs stratégiques et effets attendus
de la mise en œuvre du PAP2 s’articuleront autour de deux axes : Une
transformation structurelle et une croissance économique, ensuite le
développement du Capital humain et de la protection sociale. Compte tenu des
enjeux spécifiques à chaque axe du PSE, les indicateurs du PSE sont ventilés, le
cas échéant, par niveau de revenu, sexe, âge, race, appartenance ethnique, statut
migratoire, situation au regard du handicap, lieu de résidence ou autres
caractéristiques, conformément aux principes fondamentaux de la statistique
officielle.

Le PAPUSG va contribuer à lever les contraintes identifiées et à capitaliser les


leçons apprises. Le projet d’INEFH en chantier dans le cadre du programme
permettra à terme de renforcer les outils de mesure de l’EFH dans les politiques
publiques avec comme plus-value la prise en compte du niveau régional. Il est
important d’accompagner l’ONP dans la matérialisation de ce projet.

Au sortir de ces ateliers, le principal constat c’est était la méconnaissance des


concepts genre, d’équité et de parité. Les discussions qui ont suivi qui ont tourné
autour de l’impérieuse nécessité du renforcement de capacités des femmes et de
la formation des chefs de service régionaux. Il a été recommandé de procéder à la
formation des jeunes filles en leadership et développement personnel, de penser
à l’autonomisation des femmes afin d’avoir une meilleure parité dans les
représentations administratives et territoriales. Il faudra renforcer la synergie
avec l’ANSD dans la conception des outils de collecte de données. Le projet
d’arrêté mettant en place le CRS-EFH a été lu et commenté lors de chaque CRD,
plusieurs amendements ont été apportés par les participants.

2.2 Etudes envisagées :

Elaboration des TDR et lancement de l’appel d’offres pour manifestation d’intérêt

A/ Etude sur l’évolution des indicateurs sensibles au genre du PAP 1 (2014-2018)


au PAP 2 (2019-2023) du Plan Sénégal Emergent

L’objectif général de cette étude est d’améliorer l’état des connaissances de l’ONP
dans le suivi des indicateurs du Plan Sénégal Emergent.

Plus spécifiquement, les résultats suivants sont attendus :

 Les indicateurs genre du PAP 1 et leur niveau de renseignement dans les


rapports annuels conjoints qui l’ont suivi sont identifiés ;

 Le niveau d’atteinte des indicateurs de genre par rapport à leurs valeurs de


référence, année après année est globalement apprécié ;

 Les leçons apprises dans le renseignement des indicateurs du PAP 1 sont


tirées ;

 Les indicateurs de genre du PAP 2 sont identifiées ;

 Les enjeux et défis des indicateurs-genre du PAP 2 dans leurs secteurs


respectifs sont analysés ;

 Une analyse comparative des indicateurs-genre du PAP 1 et du PAP 2 DU


PSE est réalisée ;

 Des recommandations pertinentes à l’ONP pour un meilleur suivi des


indicateurs du PAP 2 sont formulées.

B/ Audit Genre

L’objectif général de cette étude est d’évaluer le niveau de prise en compte du


genre dans les budgets-programmes de l’Etat en 2019.

Il s’agira :

- D’identifier les mécanismes/dispositifs internes des ministères dans le


processus de programmation budgétaire ;

- D’analyser la manière dont la planification opérationnelle des ministères


prend en compte les questions relatives au genre ;
- D’analyser le niveau d’allocation des ressources et dépenses sur les aspects
relatifs au genre ;

- D’évaluer les résultats issus de ces allocations en terme de performance ;

- De formuler des recommandations pertinentes pour améliorer la prise en


compte du genre dans la programmation annuelle sectorielle.

Concernant ces deux études, au cours de ce trimestre les TDR ont été finalisé par
contre le plan de passation des marchés été en attente de validation au niveau de
la Direction Centrale des Marchés Publiques (DCMP).

3. Conclusion et Recommandations

Ce présent rapport dresse le bilan du premier trimestre de l’année 2020. La


situation sanitaire mondiale avec le Covid19 a entrainé des difficultés dans la
réalisation de plusieurs activités prévues durant cette période. Néanmoins les
missions régionales (Sédhiou et Kolda) de mise en place des Comités Régionaux
de Suivi de l’Egalité Femme-Homme dans les politiques publiques locales ont pu
être tenues. Un retard considérable a été noté au niveau du programme, ce
retard se justifie par la pandémie du covid19 qui a constitué un frein non
négligeable dans la tenue de plusieurs activités du PAPUSG. Malgré cela des
séances de travail ont pu avoir lieu via l’application zoom et des avancées
notables ont été constatées au niveau des études.

Au regard de toutes ces difficultés rencontrées ces derniers mois, plusieurs


recommandations peuvent être faites afin de trouver les moyens d’avancer dans
le programme. En effet une réflexion peut être menée afin de trouver des
stratégies pour contourner la pandémie. Il est important de trouver d’autres
activités à réaliser en ligne (par visioconférence par exemple) durant cette
période. Il est donc nécessaire au cours des mois prochains d’harmoniser les
réflexions avec l’AECID pour reprendre les activités du programme malgré la
situation qui prévaut actuellement prédomine.