Vous êtes sur la page 1sur 11

LENGUA EXTRANJERA PARA MAESTROS DE

EDUCACIÓN PRIMARIA: FRANCÉS (2020-2021)

LEÇONS 7 ET 8 : COURANTS ARTISTIQUES ET


SOCIOCULTURELS FRANÇAIS (1e Partie)

I.- L’ART ROMAN EN FRANCE (Xe – XIIe s.)

L’art roman est un grand mouvement architectural et artistique qui s’étend en


France et dans l’Europe toute entière à partir du Xe jusqu’au XIIe siècle. Dans
chacun des pays il a ses caractéristiques propres, avec une unité suffisante pour
être considéré comme le premier art de l’Europe occidentale. Le terme « roman »
vient de« romain » car cette architecture s’inspire de l’architecture romaine.

Basilique Notre Dame du Port (Clermont Ferrand)

Cet art s’exprime à travers le caractère monumental de son architecture, mais


aussi dans une riche sculpture et une peinture particulièrement précieuse. L’art
roman est influencé par diverses sources : carolingienne, antique mais aussi
byzantine, orientale et celtique.

1.1.- LE PLAN

Les églises romanes présentent généralement un plan en forme de croix latine,


symbole de la crucifixion du Christ. L’église est orientée, c’est-à-dire que le
chœur est tourné vers l’Orient (est), vers le soleil levant, symbole du Christ
comme la lumière se levant sur le monde.

Le chœur est entouré d’un déambulatoire et de chapelles permettant le


rassemblement et la circulation des fidèles.
Les églises possèdent parfois une crypte, elle est située en dessous du chœur. Elle
servait au culte des reliques, notamment des martyrs ou saints (ossements ou
morceau de vêtement, objet, bijoux etc).

1.2.- L’ARCHITECTURE

Jusqu’au Xe siècle les églises sont très massives, et très larges, en effet les
charpentes en bois permettent une certaine liberté de construction car elles
reposent sur les murs et ne sont pas très lourdes. Les églises sont construites sur
un plan basilical rectangulaire. L’architecture romane se définit dans sa rupture
avec la période précédente car la base des églises adopte la forme de croix latine.

Durant la période romane on généralise le couvrement des églises par des voûtes
en pierre. De nombreuses innovations apparaissent durant la période romane, et
les principales caractéristiques de l’architecture sont:

a) Arc en plein cintre :


C’est l’arc le plus utilisé dans l’architecture romane. C’est un arc en forme de
demi-cercle. Son nom provient du « cintre » : échafaudage en bois qui permettait
la construction de l’arc.
Basilique Notre Dame du Port (Clermont Ferrand)

b) La voûte en berceau :
A la période romane on construit des voûtes en pierre qui vont remplacer les
charpentes en bois. La voûte est un assemblage de pierre qui sert à couvrir un
espace. Les architectes romans utilisaient majoritairement la voûte en berceau
pour couvrir la nef. Elle forme une sorte de long tunnel et est en forme de
demi-cercle.

Voûte en berceau - Basilique Notre Dame du Port (Clermont Ferrand)

Pour soutenir le poids des pierres, la solution fut d’épaissir les murs. On veille
également à ne pas faire de trop grandes ouvertures pour ne pas fragiliser les
murs. Les « fenêtres » appelées « baies » de l’architecture romane sont assez
petites.

Pour consolider davantage l’édifice, on construit des contreforts à l’extérieur.


Plus tard, à partir de la fin du XIe siècle (période qu’on appelle le deuxième âge
roman), les tribunes sont construites à l’intérieur de l’église. Ce sont des galeries
hautes au-dessus des bas-côtés. Leurs ouvertures donnent sur la nef.

Tribunes - Basilique Notre Dame du Port (Clermont Ferrand)

1.3.- LA DÉCORATION

a) Les chapiteaux
A l’intérieur de l’église, les voûtes reposent sur des supports (mur, pilier ou
colonne). Au sommet de la colonne, on trouve le chapiteau. Il est généralement
sculpté. On trouve plusieurs décors : végétaux, hommes ou animaux. Ils illustrent
des scènes de la Bible ou de la vie de saintsvoire représentent parfois des
épisodes de la vie quotidienne du Moyen- Age.

Chapiteau - Basilique Notre Dame du Port (Clermont Ferrand)

Les décors sculptés apparaissent également à l’extérieur, sur les façades des
églises. Les portails romans sont souvent sculptés. Les thèmes sont divers et le
plus souvent illustrent les scènes de la Bible.

Basilique Notre Dame du Port (Clermont Ferrand)

b) Les vitraux
Les ouvertures donnant sur l’extérieur sont fermées par des vitraux. Le vitrail
roman, d’une taille assez réduite, est alors conçu pour laisser passer au maximum
la lumière. On utilise du verre dont la gamme de couleur est plutôt claire. Comme
les sculptures, les vitraux représentent souvent des scènes bibliques, ou parfois la
vie quotidienne du Moyen-Age. La lecture d’un vitrail se fait de bas en haut et
souvent de gauche à droite.

Cathédrale de Strasbourg

c) Les fresques et les tapisseries


A l’époque médiévale, les églises sont très colorées. De nombreuses peintures,
majoritairement des fresques, animent les murs et voûtes des églises. Sur les
murs on trouve aussi des tapisseries.

Fresques - Église Saint-Austremoine d’Issoire

II.- L’ART GOTHIQUE EN FRANCE (XIIIe – XVe s.)


L'art gothique, est apparu en Ile-de-France au XIIème siècle, concerne
principalement l'architecture des édifices religieux. Il est représenté dans toute la
France par des cathédrales dont la finesse et l’élégance font oublier les
dimensions impressionnantes.
Cathédrale de Chartres

2.1.- PRÉSENTATION

L'architecture gothique s’est développée en Europe occidentale entre le XIIème


et le XVIème siècle. Ce style architectural, qui a succédé à l’art roman, s’est
rapidement diffusé au nord de la Loire. Il s’est ensuite répandu dans toute
l’Europe avant d'être supplanté par l'architecture de la Renaissance, vers le milieu
du XVIe siècle.

Des monuments religieux (églises, cathédrales, abbayes, cloîtres) mais aussi des
profanes ont été construits dans ce style.

2.2.- CARACTÉRISTIQUES

Avant l’apparition du style gothique, l'architecture romane se caractérisait par des


arcs en plein cintre (c’est-à-dire en demi-cercle) et des voûtes massives qui, le
plus souvent devaient être renforcés par des contreforts.

L'art gothique a résolu les problèmes de forces de l'art roman en utilisant de


nouvelles techniques architecturales : la voûte sur croisée d'ogive et l’arc brisé.
Une voûte sur croisée d'ogive est une voûte formée de deux arcs qui se croisent
en diagonales. Ainsi, le poids des pierres ne repose pas sur deux mais sur quatre
piliers.

Cathédrale Bordeaux – Voûte croisée d’ogive

Ces innovations ont permis de construire des édifices beaucoup plus hauts et fins.
En effet, l'arc brisé et la voûte croisée d'ogive permettent de diriger le poids de
l'édifice vers le sol.

Arc brisé

L’architecture gothique nous a laissé des édifices présentant des flèches pointues


et ciselées, des ouvertures, des rosaces et de nombreux vitraux. Par ailleurs, pour
soutenir le poids des voûtes sur croisée d'ogive, ce style utilise la technique
des arcs-boutants.
Cathédrale Notre Dame de Paris – Arc-boutant.

Grâce aux différentes innovations techniques de l’architecture gothique, la


lumière devint si abondante dans les cathédrales que leurs constructeurs purent la
colorer par des vitraux. Ces vitraux représentant des scènes bibliques, et aussi la
vie quotidienne au Moyen Age.

Cathédrale de Chartres – Vitraux et rosace.

Les gargouilles apparaissent également avec l’art gothique. Elles servent à


écouler les eaux de pluie recueillies dans les gouttières. Les gargouilles sont
sculptées en forme de monstres et créatures effrayantes représentant le mal. Elles
rappellent aux passants qu’à l’extérieur de l’église le mal est présent.
Cathédrale Notre Dame de Paris - Gargouilles.

2.3.- LES PLUS CÉLÈBRES ÉDIFICES GOTHIQUES FRANÇAIS

En France, de nombreux édifices témoignent de l’architecture gothique,


notamment le Mont Saint-Michel et les cathédrales :

Le Mont Saint-Michel
Cathédrale d’Amiens

Cathédrale Notre Dame de Paris

Cathédrale de Reims